Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 13:21

Ce matin, c'est la dernière battue de la saison sur Justian. Rendez-vous est pris à 8h30 à la salle des chasseurs de Lagardère. Le jour se levant vers 7h30, je décide d'aller faire un tour à l'approche avant de me rendre au rendez-vous. En venant de Vic Fezensac, je passe l'embranchement de Justian et poursuis ma route. Un peu plus loin, j'aperçois, sur la gauche de la route une masse rousse compacte sur la gauche d'un petit pré en bordure d'un petit bois de sapins à environ 50 mètres de la route. Je poursuis ma route et fait demi-tour un peu plus loin. Je repasse devant le petit pré, la masse rousse se déploie. C'est un beau renard qui fonce vers les sapins, sur la gauche du pré, sans attendre que je ralentisse.

Je refais demi-tour un peu plus loin et, en repassant devant le pré, j'aperçois cette fois-ci une grosse chevrette qui longe une bande étroite de sapin sur la droite du pré. Je pars me garer un peu plus loin, attrape mon arc et me dirige vers l'angle de la bande de sapins qui se termine au ras du fossé de la route côté pré. Malgré mes précautions pour approcher sans bruit, la chevrette m'a entendu et regarde vers l'angle des sapins. Je me fige et attends un moment sans bouger puis tente quelques appels de Butollo mais elle ne bouge pas. J'insiste un peu mais impossible de la faire venir.

Une impression bizarre me fait tourner la tête vers l'autre côté de la route. Un autre chevreuil est planté à environ 90 mètres au milieu de la peupleraie et m'observe. La chevrette finit par s'enfuit et rentrer dans la bande de sapins puis le second chevreuil s'enfuit en aboyant.

Je tente alors des cris de souris en posant mes lèvres sur le dos de ma main mais le renard ne venant pas, je retourne à ma voiture et poursuis ma route vers Bourras (secteur où nous faisons chaque année notre battue avec les archers). J'aperçois un très gros ragondin au bord de l'Osse au niveau du carrefour de Roques mais, l'approche est compliquée, le champ arboré est partiellement inondé. Je décide de poursuivre ma route et pars me garer au départ du chemin de terre qui traverse l'Osse en face de Bourras.

Je laisse ma voiture, traverse l'Osse puis un champ étroit et commence à longer la vielle Osse. Pas de ragondin ce matin, j'arrive au niveau de la petite passerelle qui traverse le cours d'eau et rejoint une vielle palombière au milieu d'une bande de bois étroite. Je traverse la bande de bois puis la longe vers la droite, passe un petit ruisseau rejoignant la vielle Osse et bordé d'une haie épaisse, au niveau d'un passage busé. Du bout de la haie, j'observe le grand champ de l'autre côté du ruisseau et aperçois 3 chevreuils à 150 mètres environ sur ma gauche.

Je repasse derrière la haie et la longe pour rejoindre le grand bois près duquel broutent les chevreuils dans le semé de blé. Je rentre dans le bois par une grosse coulée. Le bruit d'eau du ruisseau chargé par les fortes pluies couvre un peu le bruit de ma progression. Je biaise pour ressortir du bois sur un chemin de terre bordé, côté champ, par un talus que je pense longer pour poursuivre mon approche mais les chevreuils encore à 50 mètres et en surplomb de ma position vont me voir si je m'avance car le talus s’amenuise jusqu'à disparaître à 40 mètres environ. J'observe donc les 3 animaux un moment et constate qu'il s'agit de 3 brocards en velours, 2 très gros avec de magnifique bois dépassant allègrement les oreilles et d'un jeune brocard à peine coiffé.

Je sais que j'ai peu de chance de les faire venir mais je tente tout de même quelques coups de Butollo et quelques aboiements mais les animaux d'abord indifférents finissent par rentrer au bois.

Il est 8 heures passé, je retourne à ma voiture et pars pour le rendez-vous à Lagardère. En route, j'aperçois encore un très beau brocard. Après un petit déjeuner copieux et les consignes du jour nous partons nous poster. Nous pouvons tirer le chevreuil pour ceux qui ont encore un bracelet, c'est mon cas, le sanglier et le renard. Je pars avec un autre chasseur pour rejoindre le chemin de terre parallèle à l'Osse qui part de Justian pour rejoindre le bas de Roques.

Nous allons encercler une friche partiellement boisée et j'ai pour consigne de me poster sur l'angle gauche coté chemin de terre. Nous nous garons près d'une habitation, au départ du chemin de terre, je pars à pied et me serre pour laisser passer le gros 4x4 des marseillais qui vont se poster en dessous de moi sur le chemin. A 200 mètres environ, je quitte le chemin et biaise pour rejoindre le bord de la zone boisée de la friche où je vais me poster. Les marseillais qui viennent de se garer donnent déjà de la voix et m'interpellent en criant pour savoir si d'autres personnes vont se poster à 90° de leur ligne, obligé de répondre à voix haute, à cause de la distance, je leur réponds que oui. "En voilà 3 qui ont bien écouté les consignes". Moi qui voulais me poster discrètement, c'est raté.

Je remonte par une grosse coulée et commence à chercher un poste mais le relief et la végétation ne me permettront pas d'anticiper  sur l'arrivée du gibier et je tâtonne un instant pour me trouver un poste au pied d'un gros buisson me donnant suffisamment de champ de vue tout en me camouflant suffisamment. Entre temps, le raffut des marseillais, qui n'arrêtent pas de discuter au lieu de se poster, fait démarrer une chevrette d'une bande boisée un peu plus loin et, vu qu'ils ne sont pas prêts, elle leur passe à portée de tir sans être inquiétée pour rejoindre le bois des Arroques un peu plus loin. Je bous intérieurement quand maintenant plusieurs sangliers se débinent. Je ne les vois pas mais j'entends les marseillais commenter leur fuite. Mais où est le bouton off ?

Le calme finit par s'installer puis les traqueurs arrivent rapidement avec les chiens à environ 300 mètres devant moi. Les chiens donnent quelques coups de gueules sans conviction. Le temps passe quand, tout en coup, un cri retentit : "sanglier". Ce cri est suivit d'un coup de feu puis de nouveaux cris.

Je tente d'apercevoir le ou les animaux mais trop tard, les teckels passent déjà en aboyant en longeant le ruisseau, en bas, dans la vallée. 2 coups de feu déchirent l'air et interrompent la poursuite. Une grosse laie d'environ 70 kg vient de tomber. Les teckels arrivés à la mort pillent un moment l'animal et mettent un moment à repartir à l'encontre des traqueurs qui les appellent. Tout ce petit monde monte à travers le semé de blé pour rentrer dans la friche à 150 mètres sur ma droite. Je ne suis plus bien posté et me décale derrière des buissons noirs. Une grosse bute couverte de buissons noirs et fendue par une grosse coulée me cache la chasse. Au bout d'un moment, les chiens surgissent au sommet de la bute en me faisant sursauter, heureusement qu'il ne s'agissait pas d'un gibier tirable car j'étais très loin d'être prêt.

Les traqueurs arrivent et sonnent la fin de traque, je redescends avec eux vers le chemin de terre. Les chasseurs se rassemblent au bout du chemin de terre en attendant les marseillais qui sont partis chercher le sanglier avec leur 4x4.

Nous allons chasser maintenant dans une ancienne peupleraie. Une ligne de chasseurs ferme la route qui traverse l'Osse, mon poste est comme d'habitude, dans la traque. Je longe l'Osse sur environ 100 mètres et passe, par une grosse coulée très fréquentée par toutes sortes d'animaux, un fossé qui se jette dans le cours d'eau. Des traces fraîches de renards, blaireaux, chevreuils et sangliers me font penser que le poste qu'on m'a attribué n'est pas mauvais. Je n'ai jamais chassé ce secteur et ne connais pas du tout mon poste. Une grosse haie longe le fossé et s'interrompt à quelques mètres de la rivière qui est bordée de quelques arbres. Après quelques hésitations, je décide de me poster au milieu de quelques arbres. Je casse quelques branches pour dégager mes angles de tir et dégage le sol à mes pieds puis l'attente commence.

Devant moi, des lignes d'arbres et arbustes reliés par des herbes hautes et sèches, s'étendent jusqu'à un bosquet à 100 mètres environ.

Battue à Justian, 23 février 2014

Les chiens se font vite entendre, des geais s'affolent et se dispersent dans la traque. Le calme revient un instant puis les chiens lancent. A nouveau, les geais s'affolent et volent en tous sens en poussant leurs cris. Les coups de feu commencent à claquer, mon décocheur est accroché, je suis prêt à armer. Des merles surgissent sur ma droite et passent devant moi à toute allure, je comprends que la menée vient vers moi. Un coup de feu claque et un sanglier surgit d'où venaient les merles. Il court en longeant la rivière sur une bande enherbée qui passe juste devant moi pour rejoindre la coulée qui traverse le fossé. J'arme mon arc et le laisse venir pour le tirer au trot à environ 5 mètres. J'aperçois ma flèche traverser le sanglier trop en arrière, devant les cuissots, un peu haute. Le sanglier bifurque à l'impact et baise pour rejoindre le bord de la haie qu'il longe sur 15 mètres environ avant de la traverser.

Je m'attends à entendre des coups de feu sur la ligne au niveau de la route mais rien. Un teckel arrive en donnant de la voie et prends la trace du sanglier mais continue de mon côté de la haie pour se mettre au ferme à 45 mètres environ. Sachant que ma flèche n'est pas bien placée, je quitte vite mon poste pour aller achever le sanglier pour éviter qu'il ne blesse le chien. Je cours vers le teckel qui est ressorti de la haie pour aboyer sur place en hésitant à rentrer dans la haie. Quand j'arrive sur place, je constate que mon sanglier est presque mort, il se débat encore un peu sur le flanc et le temps d'attraper mon couteau pour l'achever, il a rendu l'âme. Le teckel, rassuré par ma présence, se jette sur mon sanglier alors que je le tire par une patte pour le sortir des épines.

Ma flèche a en fait sectionné l'artère sous colonne au niveau des reins, c'est une petite femelle de 45 kg environ, je n'avais fléché que des mâles cette année. Un autre teckel arrive avec un des traqueurs puis le second traqueur arrive. C'est la fin de la battue. Les chiens pillent mon sanglier. Je les laisse faire un peu puis je tire mon sanglier vers mon poste et cherche ma flèche que je trouve fichée au sol, maculée de sang.

Battue à Justian, 23 février 2014

Je la remets au carquois puis tire mon sanglier jusqu'à la route. Les chasseurs m'expliquent qu'ils ont vu sortir mon sanglier couvert de sang, il a fait moins de 20 mètres vers eux puis a fait demi-tour pour revenir dans la haie où je l'ai retrouvé.

Un autre sanglier a été blessé. Je pars chercher Hémo pour faire la recherche mais  mon arrivée le sanglier a déjà été retrouvé et achevé. Cette matinée s'achève sur un joli tableau de 3 sangliers. 

Battue à Justian, 23 février 2014

Alex

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 21:54

Ce soir, je pars chasser sur Traversères pour tenter de flécher un sanglier, mes invités de la semaine dernière ont eu des presque-occasions mais n'ont pas pu flécher de sanglier. En arrivant, je me gare près de la ferme du haut de mon territoire puis pars pour mon poste un peu plus loin en bordure de la coupe de bois où j'ai déjà fléché un sanglier cette saison, je sais que périodiquement un sanglier, que je juge à 70 kg environ vu son pied, passe régulièrement à ce poste. Un beau brocard broute tranquillement en bordure du bois en forme de U, devant moi, sur ma gauche. Je tente une approche pour le fun, je profite de la crête au milieu du pré pour avancer à couvert jusqu'au fond du U puis je tente de m'approcher en longeant le bois mais le brocard détale à 50 mètres devant moi et rentre au bois. Je pars pour mon poste, ce soir, le goudron n'a pas été frotté comme d'ailleurs depuis une semaine. Je me poste un petit moment mais décide finalement de partir chasser à l'approche car le vent fort qui ne m'est pas très favorable à ce poste, peu me permettre d'approcher un animal.

Je ressors du bois sur le pré, le traverse et descends dans la combe en dessous du bois pour le longer doucement en m'arrêtant régulièrement pour écouter. Je ne suis pas à bon vent jusqu'au moment où je reviens en longeant l'autre côté du U. Je progresse toujours en m'arrêtant régulièrement pour écouter alors que la luminosité baisse rapidement. Tout à coup, il me semble entendre des couinements de marcassins. Je me fige et écoute mais plus rien, je m'avance encore un peu vers une remise d'où j'ai vu sortir les sangliers en début de saison.

Un grognement retentit dans le sale à environ 50 mètres devant moi, je me rapproche doucement et me cale derrière un genet près de la remise. A peine en place, les épines noires et les genets se mettent à craquer, les sangliers émettent de petits couinements, sortent sur le pré à environ 15 mètres devant moi et biaisent pour venir vers un pied d'aubépine à un peu moins de 10 mètres.  J'en compte 7. J'arme et vise un premier petit sanglier mais il se tourne de cul, un autre sanglier de la même taille arrive et s'arrête derrière le premier, je prends la visée et décoche mais au même moment 2 autres sangliers s'alignent derrière celui que je viens de tirer.

Ma flèche frappe violemment le sanglier, tout ce petit monde démarre en trombe, tous remontent vers la remise alors que le petit sanglier touché tombe à 2 mètres derrière l'aubépine et se débat au sol avec ma flèche en travers en couinant. 2 de ses frères ou sœurs reviennent vers lui et se plante de face à une vingtaine de mètres. La nuit tombe doucement alors que mon sanglier finit par s'immobiliser. Les 2 petits sangliers finissent par repartir à couvert.

Les genets craquent de toutes part un peu plus haut, je trente une approche. Des gros sangliers sortent à 30 mètres environ devant moi mais je n'y vois plus très bien et les animaux grognent et soufflent avant de s'éloigner et de revenir à couvert. La nuit est tombée complètement. Je pars chercher mon petit sanglier. Il a cassé ma flèche et tombant, elle a presque entièrement traversé, seul l'empennage retient encore la flèche dans son corps.

 Je suis alors pris d'un gros doute, est-ce le sanglier que je tirais ou en ai-je touché 2 ? Plusieurs gros sangliers sortent du bois d'en face et le longe pour rerentrer à couvert éclairés par le clair de lune. Une grosse traînée de sang part de l'impact jusqu'au sanglier mort mais je ne trouve pas d'autre départ de piste de sang. Je cherche un peu puis récupère ma flèche et mon sanglier avant de rentrer à ma voiture.

En arrivant chez moi, je n'ai pas la conscience tranquille, je reviens donc sur place avec ma frontale puissante achetée pour la Guyane et reprends mes recherches mais pas la moindre goutte de sang. Je me dis donc que je n'ai fléché qu'un seul sanglier et je rentre m'occuper de celui que j'ai fléché. Ma flèche lui casse les 2 épaules et touche légèrement le dessous de la colonne vertébrale sans toucher les poumons. Je visais un peu plus en arrière mais le résultat est là.

Une petite bête rousse à l'approche, 15 janvier 2014

Alex

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 20:58

Ce matin, nous sommes invités à une battue au chevreuil à Saint Paul de Baïse, Laurent et Patrick sont venus passer une semaine chez moi pour chasser et Christophe nous a rejoints ce matin. Nous arrivons au rendez-vous de chasse vers 8 heures où un petit déjeuner copieux nous attend, œuf au plat et ventrèche grillée.

Je suis déjà venu chasser sur cette société de chasse qui connait donc la chasse à l'arc. Le président a décidé de nous poster en ligne dans un petit bosquet au milieu de la traque composée de plusieurs bosquets parsemés au milieu des champs. Je connais ce bosquet pour y avoir déjà été posté, j'y ai manqué un brocard. Après le petit déjeuner, les postes sont distribués et les consignes de tir énoncées. Nous partons pour nos postes en suivant un chasseur du coin. Alors que nous arrivons près du bosquet, nous apercevons 2 chevreuil qui surgissent du bois et foncent à travers champ. La voiture que nous suivons s'est arrêtée et un photographe en sort pour immortaliser la scène. Les éclairs du flash contribuent à affoler d'avantage les animaux.

Alors que nous repartons, 4 autres chevreuils s'éloignent du bosquet à travers champ en faisant des haltes pour nous regarder. Nous nous garons au coin du bosquet et partons pour nous poster suivi par le photographe. Patrick fait demi-tour pour se poster près des voitures avec son tree-stand. Gentiment, Laurent, qui préfère se poster tranquillement, dit au photographe de suivre Patrick pour le photographier en train de se poster. Christophe se poste en premier en rentrant de quelques mètres dans le bois, puis Laurent suit un peu plus loin au niveau du poste où j'ai manqué mon brocard lors de ma dernière battue dans le secteur. Je prends le dernier poste presque à la fin du bois, je m'aligne avec Laurent qui n'est qu'à 40 mètres environ. Une très grosse coulée qui vient de l'angle du bosquet passe devant moi et biaise vers Laurent. Je me place au pied d'un chêne et dégage le sol de ses feuilles mortes à mes pieds pour éviter de faire du bruit s'il me faut bouger.

Rapidement, les chiens donnent de la voix dans le bosquet sur la crête face à nous, des coups de feu résonnent. Un bruit de pas se fait entendre sur le chemin par lequel nous sommes venus nous poster. Je pense à un animal et me prépare mais il s'agit du photographe qui court pour tenter de faire une photo. Les piqueurs rappellent les chiens puis relancent, cette fois 3 chevreuils sortent du bosquet et traversent le champ pour venir vers le poste de Patrick. Rapidement, après que je les ai perdus de vu, des coups de feu claquent. Un animal pousse des cris plaintifs avant d'être achevé. 

Au bout d'un moment, alors que la battue suit son cours, un bruit de pas furtif se fait entendre près de moi, je cherche la provenance du bruit que je pense dû à un petit rongeur quand j'aperçois un putois qui se débine dans la végétation du sous-bois. Il s'arrête à environ 7 mètres au pied d'un chêne pour faire sa toilette, j'arme mon arc, vise et décoche. Le putois bondit et disparaît derrière le chêne. Je ne l'ai pas vu passer de l'autre côté de l'arbre.

J'attends un moment, tout est calme, les chiens ne poussent plus, je décide d'aller chercher ma flèche et vérifier mon tir. Je récupère ma flèche et constate que les feuilles mortes sont couvertes de sang. Un trou rentre au pied du chêne sous ses racines. Je le sonde avec ma flèche et sens quelque chose de mou. Je tente de l'accrocher pour le sortir du trou mais ne parviens qu'à extraire de la mousse et de feuilles mortes couvertes de sang. Au bout d'un moment, je décide d'éclairer le fond du trou avec la lumière de mon portable et m'aperçois que la queue du putois est proche de l'entrée du trou. J'introduis ma main dans le trou et le saisis pour l'extirper de sa tanière.

Il est mort, ma flèche lui a fait une profonde entaille à la base du coup, juste devant les épaules. Je le montre à Laurent sans rien dire car il se demandait ce que je faisais puis je retourne avec ma prise à mon poste.

Battue à Saint Paul de Baïse, 11 janvier 2014

Le temps passe, des chiens arrivent dans notre dos et ressortent du bois pour traverser le champ en direction du bosquet d'en face puis la meute des teckels arrive dans notre dos un peu avant la fin de la traque. La fin de traque est sonnée, nous retournons au rendez-vous de chasse. 7 chevreuils et un renard ont été tués. Aucun autre archer n'a eu d'occasion de tir.

Lors de la seconde traque nous n'aurons pas non plus d'occasion de tir, 10 chevreuils de plus seront mis au tableau.  

 

Alex

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 22:10

Ce soir, je pars à la chasse sans réelle conviction, il pleut depuis plusieurs jours et il fait beaucoup de vent mais ce soir le soleil semble vouloir faire une percée. Je me gare au bord de la route et me prépare alors que le ciel se couvre au loin et des rideaux de pluie qui arrosent la campagne au loin sont visibles d'ici. Je me dirige vers un bois un peu plus loin à travers une prairie puis rentre par une grosse coulée pour ne poster à 30 mètres environ du bord du bois au pied de 3 chênes. J'accroche mon arc, une flèche encochée, à une branchette d'un des chênes. Je suis à peine posté que le soleil disparaît et qu'un déluge s'abat sur moi. Je fais le dos rond en attendant que ça passe. Au bout de 15 minutes environ, la pluie cesse et le soleil revient mais un fort vent couplé aux gouttes qui tombent des arbres masquent les bruits de la forêt. Je ne peux compter que sur mes yeux. Je balaye le sous-bois des yeux quand, tout à coup, j'aperçois une chevrette plein travers à 10 mètres environ au-dessus de moi sur ma gauche. Elle sort de nulle part et regarde vers la lisière du bois, à l'opposé de ma direction.

Je tente de me retourner doucement pour attraper mon arc sur ma droite, le saisis et me retourne doucement vers la chevrette en accrochant mon décocheur. Elle regarde vers moi, je me penche très doucement pour mettre un chêne entre nos regards et arme doucement mon arc sans qu'elle ne bouge. Je prends la visée, son coffre est dégagé entre 2 petits arbres, je décoche rapidement. Ma flèche traverse la chevrette avec un bruit caractéristique d'un flèche de coffre et se fiche au sol. Elle démarre, je la perds de vue au bout d'environ 20 mètres de fuite. J'attends environ 15 minutes avant d'aller vérifier mon tir. Ma flèche plantée au sol est couverte de contenu stomacal et ne porte pas de trace de sang.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

A peu près à l'emplacement où se trouvait la chevrette, je trouve les premières traces de sang sur les feuilles mortes. 

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

Sur la zone du tir, une grosse touffe de poil est posée au sol.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

A peu près, à l'endroit où j'ai perdu mon chevreuil de vue, un bruit de pattes qui frappent la végétation se fait entendre. Je connais bien ce bruit et je suis persuadé que mon chevreuil est entrain de finir de mourir. Je commence donc à suivre, mon arc à la main, la piste de sang très marquée et très facile à suivre.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

Alors que j'arrive à environ 5 mètres de mon chevreuil, ce dernier se relève et s'éloigne avec beaucoup de difficultés. Des plis d'intestin sortent par le trou de sortie de ma flèche qui semble être sortie très en arrière, juste devant le cuissot. La chevrette prend la descente du talus et disparaît. Je me fige un moment et attends un peu que le bruit cesse puis je m'approche de la couche du chevreuil qui est maculée de sang.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

Je récupère ma flèche et retourne à mon poste pour attendre un petit moment, environ 15 minutes plus tard, je retourne à ma voiture pour chercher Hémo. Je retourne au premier sang avec Hémo qui prend timidement la piste et hésite un peu puis finit par prendre la descente du chevreuil, 5 mètres plus loin une nouvelle couche maculée de sang marque le sol. Hémo commence à donner de la voix. Il tire sur sa longe en couinant, en levant les yeux j'aperçois ma chevrette qui n'est qu'à 6 ou 7 mètres devant moi, un peu plus bas, couchée sur le ventre, tête haute, au pied de petits arbres. Hémo est comme un fou, j'attache sa longe à un arbre pour tenter une flèche d'achèvement, la chevrette ne bouge pas mais les branches m'empêchent de tenter un tir. J'essaie de me décaler mais la chevrette se relève et part péniblement sur environ 5 mètres en vacillant puis se recouche. Je m'avance doucement et cherche une fenêtre de tir mais seuls la tête et le cou de l'animal sont dégagés. Ne voulant pas risquer de la relever et voulant en finir rapidement, je vise la base du crâne et décoche mais ma flèche un peu plus basse touche toute de même les cervicales et couche ma chevrette sur place.

Je lâche Hémo qui se précipite pour piller le chevreuil qui se débat encore un peu.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

Il ne reste plus qu'à récupérer ma flèche, mettre le bracelet et remonter le chevreuil à la voiture en essayant de faire suivre Hémo dont la longe s'accroche à tous les arbustes alors que la nuit tombe. Ma flèche rentre en fait basse à environ 15 cm du coude et ressort juste devant le cuissot puis traverse le cuissot. J'ai un peu de mal à comprendre la trajectoire de ma flèche alors que je tire ma chevrette plein travers et que je ne la vois pas réagir avant le tir.

Une chevrette à l'affût, 28 décembre 2013

Alex

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 19:54

Ce soir, en sortant du boulot, je décide d'aller chasser à Traversères, je n'ai que très peu de temps pour chasser car il fera vite nuit. Je viens de tourner vers Sansan quand j'aperçois un gros sanglier qui arrive au galop par ma droite en longeant le Gers, il traverse la route à 40 mètres devant ma voiture juste avant le pont qui enjambe le Gers puis fonce dans la peupleraie en biaisant comme s'il voulait traverser la rivière. Je profite de l'arrivée d'une voiture en face sur le pont qui ne permet le passage que d'un véhicule à la fois pour m'arrêter et l'observer s'éloigner. La voiture passée, je reprends la route, passe le pont puis arrive sur un Té et prends à gauche vers Traversères tout en surveillant les champs au cas où le sanglier aurait traversé le Gers mais rien. Je me dépêche un peu. Arrivé à la ferme, je me gare, me change rapidement, garde mes chaussures de ville pour gagner un peu de temps, attrape mon arc et pars au pas de course vers le ruisseau du déversoir du lac situé un peu plus loin à ma droite.

Je passe une bande boisée, traverse le ruisseau puis rejoints, au travers d'un passage girobroyé dans les genets, un chemin de terre qui longe au pied d'un penchant boisé, un peu plus loin, je quitte le chemin et remonte le penchant boisé par une grosse coulée qui biaise vers un chemin de terre qui passe à mi-pente. Malgré le bruit de mes pas sur les feuilles mortes, je presse le pas et arrive au chemin de terre au niveau d'un grand carrefour de coulée où j'ai mis du goudron sur les arbres. Ils ont tous été frottés quelques jours en arrière. Je remets rapidement un peu de goudron puis me poste au pied d'un chêne, derrière un petit genévrier.

Je suis à peine posté qu'un sanglier souffle au loin en dessous du chemin. Rapidement un animal descend le coteau derrière moi. Un gros genévrier sur ma droite me cache l'animal. Je me tourne doucement en essayant de ne pas faire trop de bruit dans les feuilles mortes. Le bruit de pas stoppe net. Je me tiens prêt mais rien ne vient. Un bruit de pas et des craquements se rapprochent rapidement dans mon dos en dessous du chemin, je me retourne doucement et surveille une zone d'herbes hautes sèches qui dégage la vue sur 15 mètres environ en dessous du chemin. Le bruit s'éloigne sans que je puisse voir l'animal.

Le bruit reprend dans mon dos et arrive sur moi. Je me retourne à nouveau. Le bruit arrive derrière le gros genévrier, j'arme mon arc, un beau ragot stoppe, plein travers, à 10 mètres environ un peu au-dessus de moi. Je prends rapidement la visée et décoche, mon encoche lumineuse disparaît basse au niveau de la patte avant de l'animal. A l'impact, le sanglier couine et démarre, fait environ 15 mètres et bifurque comme pour remonter le coteau pour s'effondrer sur place. Il se débat un peu sur place puis le calme revient. J'attends un peu puis pars chercher mon sanglier dans la nuit noire qui s'est installée.

Ma flèche rentre au niveau du coude et ressort un peu plus haut dans la patte opposée. Je récupère ma flèche couverte de sang et plantée au sol juste à 2 mètres de la zone d'impact. J'éteints mon encoche puis je rentre en traînant mon sanglier. Ce vendredi 13 m'aura souri, la chasse aura duré moins longtemps que le retour à la voiture. Ma flèche a sectionné les gros vaisseaux au-dessus du cœur. 

Le sanglier du vendredi 13 décembre 2013

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LA RECHERCHE AU SANG

Cliquez sur la photo

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

BONNES ADRESSES CHASSE

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image

 

FOURNISSEURS

Cliquez sur l'image

 

Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image

 

 MATERIEL :

 

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE

 

Buffle murrah
Guanaco
ESPAGNE
Bouquetin espagnol de Beceite
Chèvre de Majorque hybridée
Chèvre sauvage
Mouflon à manchette

GUYANE

 

Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Québec

 

Ours noir

 

Ile Maurice

 

Cerf rusa
Cochon marron

 

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe
Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard

 

Répartition des prélèvements grands gibiers

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin albinos
Ragondin
Rat musqué

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse

 

Guyane

 

Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara

 

Argentine

 

Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant

 

Québec

 

Tétras du Canada
Gélinotte huppée
Bernache du Canada