Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 07:07

Hier soir, je pars assez tôt, il n’est pas 17 heures, je commence par aller déposer les carcasses des ragondins de ces derniers jours à l’endroit habituel puis je pars pour Saint Arroman.

C’est un peu tôt, il fait chaud et je commence par les 2 mares où les ragondins n’ont pas d’heure pour sortir. Je me gare au bord de la route et pars pour la première mare. En me rapprochant je vois un gros ragondin entrain de brouter au coin de la mare. Je me rapproche doucement de la mare pour ne pas effrayer un autre ragondin que je n’aurais pas vu mais rien ne bouge sur la mare, j’ai même la chance de ne pas voir décoller un canard.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je longe doucement la mare, je suis à bon vent, le ragondin stoppe son repas et relève la tête pour flairer l’air. Je reste immobile jusqu’à ce qu’il reprenne son repas. Je recommence à avancer pas à pas et la scène recommence 2 fois de plus. Je parviens doucement à 6 mètres du ragondin qui me tourne maintenant le dos. J’arme mon arc et prends la visée. Le ragondin redresse la tête mais ma flèche est déjà partie et le clou au sol. Son arrière train ne répond plus et il n’arrive pas à se dégager. Je réencoche et tente de l’achever mais il bouge trop et ma flèche lui passe sous le cou en l’entaillant, passant juste sous la peau. Il tente de couper cette flèche avec les dents. Je me dépêche de lui mettre une seconde flèche entre les omoplates et de récupérer ma flèche en danger.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Il s’immobilise mais au moment où je récupère mes flèches, je me rends compte qu’il ‘est pas mort. Je l’achève d’un coup sec au sol.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je pars pour la seconde mare en longeant le petit ruisseau sur la bande enherbée du futur champ de maïs. En arrivant, j’aperçois un jeune ragondin, à la surface, immobile au milieu de l’eau boueuse.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je me baisse et m’agenouille pour me rapprocher un peu. J’arme et vise, ma flèche le frôle et ricoche sur l’eau pour se ficher au ras de l’eau dans la berge opposée. Depuis que j’ai changé de lames (je suis passé provisoirement des cabela’s lazer suprème au snuffers) mes flèche ricochent systématiquement sur l’eau dès qu’elles arrivent trop à plat sur l’eau et je passe du coup au-dessus des ragondins. Je récupère ma flèche. La surface de l'eau est parsemée de nombreuses crottes de ragondins.

Je pars pour le Sousson en longeant le petit ruisseau. Je traverse la route et longe le ruisseau, très encaissé à cet endroit, en équilibre sur le haut du talus, le long de la clôture électrique d’un parc contenant 2 petits chevaux. Trop occupé à garder l’équilibre et à ne pas toucher la clôture, je ne vois que trop tard le ragondin qui broute sur le talus d’en face à quelques mètres de moi. Le temps d’armer il est descendu dans le lit du ruisseau et revient vers moi. La végétation me le cache partiellement et au moment où il se détache et que je m’apprête à le flécher, il disparaît dans un terrier.

Je longe le ruisseau jusqu’au Sousson sans rien voir de plus. Je remonte maintenant le Sousson. Un colvert décolle un peu plus haut et revient vers moi en longeant le lit du ruisseau. Un peu plus loin quelque chose plonge contre le talus de mon côté mais je ne vois que le remous qui s’arrête au niveau d’une petite avancée de la berge. Je me dépêche, traverse un petit ruisseau perpendiculaire au Sousson puis traverse le Sousson pour revenir doucement vers l’endroit où s’est arrêté le remous mais j’aperçois le petit ragondin trop tard. Il nage sous l’eau en remontant le courant et le temps d’armer il est rentré au terrier.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

J’attends un peu en face du terrier mais il ne semble pas vouloir ressortir.

Je longe un moment le Sousson sans succès pour revenir ensuite sur mes pas. Je traverse le colza pour remonter vers un lac un peu plus haut mais il est désert à cette heure.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je retourne au bord du Sousson. Un ragondin, à l’entrée du terrier où est allé mourir mon ragondin l’autre jour, fait demi-tour pour s’enfoncer dans la galerie.

 Je reviens vers la voiture en longeant le petit ruisseau de tout à l’heure. Je regarde un coup devant moi, un coup dans le fond du ruisseau et au moment où je relève les yeux pour regarder devant moi j’aperçois trop tard 2 ragondins qui se jettent au ruisseau pour remonter se mettre au terrier dans le talus d’en face. Je n’ai pas été assez méfiant. Je retourne à la voiture pour aller à la mare aux ânes à Clermont Pouyguilles.

Je me gare au bord de la route et revient par le champ de blé vers le ruisseau. Au moment où j’arrive au bord du ruisseau j’entends sans le voir un ragondin qui plonge. Je m’avance rapidement et constate qu’il est rentré au terrier d’où s’échappe une eau boueuse. J’attends un peu mais il ne ressort pas.

La mare est déserte, je continue en longeant le ruisseau. Un peu plus loin, je repère trop tard un petit ragondin dans l’herbe. Il m’a vu, je reste immobile, il est trop loin pour tenter un tir. Il descend à l’eau et je m’avance rapidement sans pouvoir le revoir. Je jette un coup d’œil à la seconde mare déserte elle aussi.

Je longe doucement le ruisseau d’abord recouvert de végétation basse (arbustes girobroyés) il est maintenant bordée des 2 côtés par des arbres et arbustes. Au pied d’un noisetier, Un ragondin au gagnage.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je commence l’approche alors que 2 autres ragondins apparaissent. Je m’approche lentement. Un des ragondins revient en arrière et broute dans l’herbe haute, un autre broute sur le bord droit de la bande enherbée et l’autre au milieu. Je parviens lentement à 7 mètres des ragondins, j’arme et décide de jeter mon dévolu sur le plus à droite qui broute assis. Ma flèche le clou au sol. Il se débat et gémit alors que ses compères rejoignent l’eau. Je me précipite et l’achève. Je jette un œil dans le ruisseau, l’eau bouge contre mon côté. Je tente d’armer mais je dois casser pas mal de branches pour me faire une place de tir. Le remous cesse. Je longe le ruisseau un peu plus loin mais rien ne bouge. Je traverse et revient en face du terrier. Rien ne bouge, je retourne à mon ragondin. L’eau s’est remise à bouger. Je repars en courant en face de terrier et attends. L’eau bouge mais rien ne vient et le temps passe. Le ragondin gronde dans son terrier. Je tente d’imiter le grondement du ragondin, le remous s’intensifie mais toujours pas de ragondin. J’entends bouger les ragondins sous terre. J’imite alors le petit ragondin en détresse pour faire sortir la mère mais toujours rien. Je décide de rentrer alors que l’eau bouge de moins en moins et que le grondement continue.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je m’approche doucement du terrier où est rentré le ragondin tout à l’heure quand j’entends à nouveau un plongeon. Cette fois l’eau est trouble sous la berge, face à moi. J’attends. Une truite passe dans l’eau à mes pieds et vient se caler sous de petites branches. Le trouble de l’eau se fait plus important, « ça bouge là-dedans ». Je me prépare. Tout à coup le ragondin sort la tête. J’arme doucement et tente de le viser mais une branche au ras de la berge me barre sa tête. Je tente de passer entre la branche et le talus mais ma flèche heurte violemment la branche et la coupe net.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Ma flèche a dévié et j’ai manqué mon ragondin qui a fait demi-tour. J’attends un peu au cas où, une seconde truite passe en poursuivant une proie. Je finis par récupérer ma flèche, il ne veut pas ressortir.

Je retourne à la voiture pour aller chasser sur un lac au milieu des bois à Labéjan. En route j’aperçois un ragondin au gagnage à l’angle d’un Fossé et du Sousson. Je me gare un peu plus loin et reviens en longeant le ruisseau. Le blé est brouté par endroit par les ragondins. Je n’ai pas bien repéré l’endroit où se trouvait le ragondin et quand je l’aperçois il m’a déjà repéré. Il est à 30 mètres au moins. Il me regard un moment puis finit par se remettre à brouter. Je fais un pas, il relève la tête puis remet à brouter. Je fais quelques pas de plus mais un rentre dans le fossé. Je vais au terrier mais trop tard il ne ressortira pas.

Je pars pour le lac, je ne l’ai pas encore chassé cette année. Je me gare en haut du chemin de terre qui descend au lac et me prépare sous le regard curieux de quelques vaches.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je descends vers le lac. L’endroit semble calme, je sors mon appareil pour faire une photo quand un ragondin démarre et s’arrête au ras de l’eau. Le temps de ranger l’appareil photo, un second ragondin le rejoint alors qu’il se met à l’eau. Je cours vers le bord de l’eau et arme. Trop tard ils ont plongés. J’attends de les voir ressortir. Le premier ressort un peu lin au milieu du lac. Je l’aligne et décoche. Ma flèche lui coupe la queue (je le verrai plus tard). Il plonge et remonte un peu plus loin pour partir vers un tas de branches contre la rive opposée. Je réencoche alors que le second refait surface à 6 ou 7 mètres du bord. J’arme doucement, vise et décoche. Touché, le ragondin tourne en rond en perdant beaucoup de sang puis s’immobilise. Le pensant mort je pars m’occuper de l’autre que je pense, à juste titre, avoir blessé.

Je longe la digue et rentre dans le bois. J’arrive à l’aplomb des branches et aperçois le ragondin. Il est immobile sur la berge. J’arme, vise et décoche espérant passer entre les branches mais ma flèche heurte une branche et dévie pour se ficher au sol avant d’atteindre le ragondin. Je réencoche en courant mais c’est ma flèche d’achèvement. Je la laisse au sol et récupère ma flèche plantée sous les branches que j’encoche de suite. Le ragondin a refait surface il longe la berge doucement.

Je contourne dans le bois en courant pour revenir sur lui un peu plus loin. Il est immobile, dans l’eau face à la berge. J’arme, vise derrière la tête et décoche. Touché, il plonge et remonte se caler contre la berge un peu plus loin. Je pars vers lui mais j’ai oublié que je n’ai plus de flèches. Je pose mon arc et prend une grosse branche mais arrivé à 2 mètres de lui il plonge.

Je repars en courant chercher ma flèche et la ramène au bord avec ma branche. Je cours, prends mon arc au passage et encoche. Le ragondin titube au borde de l’eau. J’arme, vise et décoche. Touché à nouveau le ragondin repart en longeant la rive. Il perd beaucoup de sang. Je récupère ma flèche et le tire un peu plus loin à la base du cou le séchant sur place. Enfin !

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je le pose sur la berge et récupère ma flèche.

En le ramassant, j’aperçois un ragondin qui broute au bout de lac. Il n’a même pas été inquiété par tout ce raffut (feuilles mortes, craquements de branches…). Je tente une approche. J’ai m’impression de marcher sur des chips, je fais un bruit effroyable pourtant le ragondin ne bronche pas. Il me faut me frayer un passage au milieu de la végétation et des gros chênes couchés par la tempête. Je parviens finalement à la petite clairière où se trouve le ragondin qui s’est tourné vers l’eau. Il est à 15 mètres environ. Il se met tout de même à l’eau alors que j’enjambe la vieille clôture électrique au bord du bois. Je me rapproche rapidement alors qu’il nage tranquillement et au moment où je m’arrête pour armer il s’arrête, revient un peu vers moi et s’immobilise en surface de ¾ face en me regardant ! « Tu en fais trop mon ami ». J’arme, prends le temps de bien viser (je n’ai qu’un flèche) et tire. Le ragondin est foudroyé. Je le récupère et pars chercher mes autres flèches et ragondins. 

Arrivé à la digue, mes 2 ragondins à la main, je constate que mes 2 premières flèches ont dérivés vers la digue mais que mon ragondin laissé pour mort n’est pas visible. Je récupère mes flèches et aperçois le ragondin blessé qui longe la berge à ma gauche. Mes flèches récupérées, je pars à sa rencontre mais il plonge. Il longe, sous l’eau, à 2 mètres du bord puis s’arrête et se met à lutter pour rester sous l’eau. J’arme, il finit par refaire surface à 3 mètres du bord où ma flèche le sèche net. Je récupère flèche et ragondin. La nuit sera vite là.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je rentre à la voiture et pars faire un tour rapide sur le grand lac tout proche. Je me gare sous la digue et longe le lac côté droit en allant vers le ruisseau. Il s’y voit juste assez pour tirer. Au bout du lac un gros ragondin broute sur la berge opposée. Le temps de faire le tour il fera nuit. Je rentre.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Alex

Partager cet article

Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 10:32

Ce matin, je décide de commencer au lever du jour par le lac du Lion à Labéjan. Je me gare et descends vers le lac. L’herbe haute est couverte de rosée et je suis vite mouillé jusqu’à mi-cuisse. Un chevreuil aboie au loin. En longeant le petit ruisseau qui se jette au lac, je me rends compte que les ragondins ont bien entamé l’herbe et ont rasé de grand rond. Je suis encore à 50 mètres du lac qu’un premier ragondin traverse la pointe du lac vers les terriers. Plus je me rapproche plus il y a de ragondins. J’en compte maintenant 5 qui rentrent vers les terriers. Quand j’arrive au lac un retardataire est encore sur l’eau et hésite à rentrer au terrier. J’arme et vise mais un accroc de mon décocheur me fait faire une décoche très aléatoire et je passe au ras derrière le ragondin qui en profite pour disparaître en plongeant. Les ragondins étaient en train de brouter la place dans l’herbe est encore fraîche.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Le reste du lac est désert, la coulée qui descend à la mare est toujours très fréquentée !

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin
Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Je poursuis vers le lac du Tuco

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

en longeant le ruisseau du déversoir. Les génisses s’affolent et parte au galop. Arrivé au bord du lac, un ragondin est immobile au milieu, un autre longe la berge devant les terriers au pied des peupliers. Le temps de me décider à le tirer, il rentre au terrier.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Je longe la berge pour me rapprocher de l’autre mais en regardant sur l’eau je ne vois pas un gros ragondin qui broutait sur la berge. Il se met à l’eau et tout le monde plonge pour disparaître. J’attends un peu mais plus rien ne bouge. Je retourne à la voiture. 

Je pars pour les 3 lacs de l’autre côté de la colline.  De la crête on a une belle vue sur le village de Labéjan qui se détache sur le Pyrénées.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Le premier est désert, seuls quelques colverts décollent à mon approche.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Le second est totalement désert et le troisième idem.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Deux gros sandres gardent immobiles leur frayère à quelques mètres du bord. Sur le retour, une forte odeur de renard emplie mes narines, il doit être dans les environs. Puis un chevreuil m’aboie un peu plus loin alors que j’arrive au second lac. Le pic tambourine un arbre mort, les oiseaux chantent de toute part et le coucou pousse la chansonnette. Quelle belle matinée, il fait déjà chaud. Je remonte à la voiture.

Avant de rentrer je vais aller jeter un œil sur un petit lac à Miramont d’Astarc où un ragondin solitaire se joue de moi depuis presque 2 mois. Je me gare et descends le chemin de terre, le lac est bien calme vu d’ici. Un chevreuil démarre en aboyant dans le bois à ma droite. J’arrive au bord du lac et commence à longer la rive. Je me dirige vers l’île où je me suis fait avoir la dernière fois mais il ne semble pas être là.

Tout à coup, un remous de l’autre côté de l’île. Je me décale un peu et aperçois le ragondin à 1 mètre derrière l’île, à la surface de l’eau. J’arme, il nage vers la rive opposée. Je vive et décoche. Ma flèche le frôle et ricoche pour se planter dans la berge opposée. Il plonge et met un moment à ressortir. Un remous contre la berge opposée m’y fait poser les yeux dessus. Je longe la berge pour le rejoindre et m’approche doucement de remous mais il n’est plus là. Un remous plus loin puis un autre dans l’alignement. Le ragondin nage sous l’eau, remontant par intermittence pour respirer, il va vers le petit ponton en bois. Je longe la berge vers le ponton et l’aperçois en surface sous le ponton. Je ‘approche doucement, dissimulé derrière un arbuste.

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Je me décale et arme. Ma flèche le frappe de ¾ arrière et heurte un morceau de bois du ponton. Le ragondin plonge avec la flèche en travers. Il perd beaucoup de sang, l’eau est toute rouge. Il remonte par 2 fois à la surface en se débattant puis plonge pour ne plus remonter ! « Non ! Il a coulé ». J’attends un peu, pars récupérer ma première flèche mais il ne remonte pas. A l’aide de ma pelle j’abats un arbuste pour racler le fond du lac et je parviens après plusieurs tentatives à le faire revenir au bord ou il se met à flotter. 

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Il m’aura donné du fil à retordre celui-là !

Sortie du 10 avril 2010, la fin d'un gros malin

Il fait déjà trop chaud pour espérer faire une belle chasse, je rentre.

Alex

Partager cet article

Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 09:49

Vendredi matin, avant d’embaucher, je vais faire un tour comme la veille au bord du Gers. Comme la veille je commence par remonter le Gers vers le virage réaménagé. Les canards sont là, ils me précèdent, à peine inquiétés par mon approche.

Sortie du 9 avril 2010

Contre la berge opposée un gros ragondin arrive tranquillement.

Sortie du 9 avril 2010

Je descends le talus revégétalisé et arrive au bord de l’eau. A ma grande surprise le ragondin traverse le Gers pour me venir droit dessus alors qu’il ne peut pas ne pas m’avoir vu. J’arme et le laisse venir. Il vient se tourner plein travers à moins de 5 mètres. Je vise l’épaule et décoche. Le ragondin accuse le coup et semble séché par ma flèche qui l’a traversé puis il se remet à bouger et tente de nager avec peine. Un des canards, intrigué par cette masse en surface qui bouge, arrive droit sur le ragondin et s’arrête au ras de ce dernier avant de faire demi-tour. Le ragondin finit par s’immobiliser. Je tente de le récupérer avec mon lancer après avoir récupéré ma flèche mais il dérive et par vers la berge d’en face entraîné par le courant. Je décide de le laisser filer et de le récupérer, après le pont, depuis la berge opposée.

Je pars en descendant le Gers. Un éclair bleu métallique passe au ras de l’eau, c’est un martin pécheur. Un peu avant la chaussée qui détourne une partie des eaux vers un canal, 2 petits ragondins se mettent à l’eau. L’un d’eux ressort puis replonge rapidement. Je n’ai rien eu le temps de faire, ils ont disparu. Je retourne à mon ragondin, il arrive au pont mais en plein milieu du Gers. Je réussis, après de nombreuse tentative à le ramener au bord. Il est très gros !

Sortie du 9 avril 2010

Le soir en sortant du boulot, je pars longer le canal de Labarthe. Pas le moindre ragondin, le petit ruisseau a été curé et la haie arrachée, les ragondins ont dû être un peu secoué. Je fais ensuite une halte au petit ruisseau au bord de la D 929 ou j’entre aperçois à peine 1 ou 2 petit ragondins se faufiler sous la berge pour rentrer au terrier.

Je pars pour la mare de Loubersan où j’ai blessé un ragondin hier soir. Je ne retrouve pas le ragondin blessé et à par une dispute de ragondins dans les épais en tête de mare rien ne bouge.

Je pars pour Labejan, je commence par un grand lac où les ragondins se font rares. Je longe la berge jusqu’au ruisseau d’alimentation. Quelque chose a plongé 30 mètres devant, je m’avance rapidement. Un gros ragondin refait surface. Je me dépêche car il part vers les terriers mais il plonge, refait surface, plonge aussitôt et rentre dans un terrier. Il y a au maximum 40 cm de terre au-dessus de la galerie. Je fais le tour et tente de l’e déloger à la pelle mais 45 minutes d’effort et de racines auront raison de moi. Je rentre vers la voiture. Un couple de grèbe nage à la surface du lac plongeant par moment pour ressortir un peu plus loin.

Je pars pour les lacs en dessous du village de Labejan. Les lacs du Fources semblent désert vus de la route. Par contre j’aperçois plusieurs ragondins au gagnage sur l’autre lac un peu plus loin. Je descends un peu, me gare et par en chasse. 4 gros ragondins broutent en face. Des colverts décollent mais cela ne semble pas les inquiéter. Je longe doucement la berge quand une onde au bord de l’eau me fait encore ralentir. Un ragondin broute au ras de l’eau. Le relief de la berge ne laisse dépasser que le dos du ragondin. Je m’approche doucement jusqu’à 6 mètres en armant mon arc. Le ragondin redresse la tête, il faut faire vite, je prends la visée et décoche. Tous les ragondins de la berge en face ont plongé. Ma flèche a heurtée le sol avant d’atteindre sa cible et le ragondin a plongé pour aller se réfugier au pied de l’arbre le plus proche. J’avance vers l’arbre après avoir récupéré ma flèche dont une vanne s’est légèrement décollée. Il me semble voir la tête du ragondin, j’arme et décoche mais rien ne bouge. Je m’approche doucement et le ragondin, passé derrière le tronc plonge. Je continue pour faire le tour du lac alors que plusieurs ragondins regagnent les trous au pied du bosquet d’en face.

Un ragondin nage contre la berge d’en face. Je tente ma chance mais ma flèche ricoche sur l’eau et passe juste au-dessus pour se ficher dans la berge d’en face. Je cours pour tenter d’intercepter le ragondin qui vient de plonger. Je pars vers les terriers et aperçois trop tard un ragondin qui sortait juste la tête de l’eau. Il plonge. Un autre ragondin ressort devant moi et part vers le milieu du lac. Je me positionne dans le bosquet au-dessus des terriers. Il s’immobilise sur l’eau et me regard de loin puis il traverse vers la berge opposée et la longe vers les saules. Je pars à sa rencontre espérant le trouver sous un saule mais il plonge avant mon arrivée et je le perds définitivement de vue. Je récupère ma flèche et pars pour le lac du Fources. 

Je me gare en bordure de route et descends vers le lac qui semble bien calme. Arrivé au bord de l’eau j’aperçois un ragondin qui traverse vers mon côté du lac tout au fond du plan d’eau. Je me rapproche doucement, la luminosité baisse rapidement. Un autre ragondin nage vers moi en longeant la berge, le premier ragondin s’est arrêté à quelques mètres du bord. Il est encore loin, je me rapproche un peu. Plusieurs ragondins se détachent du bord. Ils sont à plus de 30 mètres, mais si j’avance encore, ils vont me repérer. Je reste immobile derrière des ronces qui me cachent à peine. 5 ragondins partent en biais vers le milieu du lac. Les deux plus gros s’arrêtent devant moi à 15 mètres et les 3 autres biaise pour revenir sur le bord à ma gauche. J’arme, un des 3 s’arrête à 6 ou 7 mètres, plein travers. Ma flèche part et l’impact ne trompe pas. Il est touché, il remonte assez rapidement, se débat un peu puis s’immobilise. Pendant que je tente de récupérer ma flèche et le ragondin, un chevreuil arrive au trot sur la colline boisée qui domine le lac. Il se détache du ciel, déjà sombre, en ombre chinoise. Il s’arrête derrière un arbre avant d’être pris d’une quinte de toux impressionnante ! Ma flèche et le ragondin récupéré, je rentre. Il fait déjà nuit.

Sortie du 9 avril 2010

Sur le chemin du retour je croise plusieurs chevreuils.

Alex

Partager cet article

Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:47

Ce matin, avant d’aller au boulot, je décide de faire un tour rapide aux ragondins. Je travaille à Seissan et ça fait un petit moment que je ne suis pas aller voir les bordures du Gers de part et d’autre du pont de la route de Simorre. C’est à moins de 5 minutes du boulot.

J’arrive vers 7h10 au bord du Gers. J’embauche à 7h45, ça me laisse 30 minutes pour chasser. Je décide de commencer par remonter le Gers. Dans le virage, réaménagé lors de récents travaux dirigés par notre Syndicat, j’aperçois un ragondin au pied du talus.

 

DSCN9046

Je me décale pour revenir doucement vers lui. J’arme avant de le voir. Il ne m’a pas compris, j’ajuste ma visée et lui décoche une flèche de ¾ face. Il se dégage de la flèche et boule dans l’eau. J’encoche une seconde flèche en descendant le talus alors que mon ragondin refait surface au milieu du Gers, dessinant une traînée rouge dans son sillage. Un second ragondin, que je n’avais pas vu, vient de plonger à ma gauche. Il refait surface à 7 mètres, plein travers, j’arme, vise et décoche. Touché il plonge pour remonter aussitôt et commencer à se débattre. L’autre ragondin essaie pendant ce temps de monter sur le talus de la berge opposée mais retombe à la renverse, se débat un instant puis s’immobilise. Les 2 ragondins sont morts. Le second plus éloigné de la berge opposée dérive rapidement alors que l’autre avance très doucement contre la berge opposée. Je récupère mes flèches puis suis le ragondin qui dérive le plus vite et petit à petit, à l’aide de ma canne à pêche, j’arrive à le rapprocher du bord. Il passe sous le pont. Je traverse pour le retrouver de l’autre côté. Un ragondin plonge à mes pieds et ne remonte que de l’autre côté du pont.

DSCN9049

Je récupère le ragondin mort et retourne chercher l’autre mais il s’est arrêté dans les branches en face. Un autre ragondin, en boule au bord de l’eau contre la berge opposée, m’observe.

DSCN9044

Je me positionne en face de lui, il s’étire dans l’eau pour s’arrêter contre la berge derrière les branches qui retiennent mon ragondin mort. J’arme et lui décoche une flèche qui lui touche le haut de la tête sans l’entailler et le faisant à peine réagir. Il reste un peu immobile puis plonge pour revenir vers les terriers au pied du pont.

DSCN9048

Il est temps d’aller bosser, je reviendrais à midi avec un collègue et son canoë pour récupérer ma flèche et mon ragondin.

 

Vers midi, nous voilà sur place pour aller chercher ma flèche de ce matin et le ragondin. J’ai les jambes trop longues, je ne rentre pas dans ce canoë kayac ! Mon collègue par donc chercher ma flèche et le ragondin et il en profite pour récupérer une flèche que j’avais laissée plantée dans la berge d’en face 2 mois plus tôt.

Ce soir en sortant du boulot, je pars pour Clermont Pouguylles. D’abord sur les 2 lacs après le hameau de Noilhan. Il me faut marcher un moment pour les atteindre. Pas un ragondin ce soir, je retourne à la voiture.

Je pars pour le lac de l’affût aux canards. Je me gare à la ferme et pars pour le lac un peu plus loin. En commençant à descendre vers le lac, je compte au moins 3 gros ragondins sur la berge d’en face. Je descends jusqu’au bois et le descends, traverse le ruisseau d’alimentation pour atteindre le bord de l’eau. Les 2 gros ragondins qui étaient au coin di bosquet où se trouve l’affût à canard ont plongé. Un vient vers moi pour aller vers les terriers, contre la berge d’en face, sous les ronces. J’avance doucement, le lac est étroit dans ce secteur et j’ai de bonne chance de pouvoir le tirer si il continue sur sa lancée, mais il plonge et disparaît. Son collègue longe le bois de l’affût je me rapproche de lui pour tenter de le flécher sur la seconde pointe du lac qui fait suite au second ruisseau d’alimentation. Mais juste le temps de l’apercevoir et un autre ragondin plonge à quelques mètres de moi. J’arme alors qu’il remonte au milieu de la pointe. Il file ¾ arrière vers le terrier mais ma flèche le frappe. Il plonge et remonte se débattant un instant dans l’eau rougie. Il s’immobilise. Je fais le tour, l’autre ragondin a filé. Le troisième ragondin vu d’en haut est au bord de l’eau en surface. Je récupère ragondin et flèche. Je traverse le bois de l’affût, un animal part par mes pieds et détale dans les ronces vers le haut du bois. Je n’ai pas vu ce que c’était. L’autre ragondin n’est plus là.

Je longe la rive et arrive sur la digue. Les foulques vont en tous sens sur l’eau. Au milieu de la digue, un remous sous un arbuste qui pousse dans l’eau. Par transparence, je vois un ragondin s’éloigner du bord. Je cours aux terriers les plus proches, au milieu de la berge que je viens de longer. Le ragondin est ressorti à moins de 10 mètres du bord de la digue. Resté sur place, je pouvais le tirer ! Il m’a vu et ne veut pas venir au terrier. Nous restons immobiles un moment sur nos position puis je fins de m’éloigner. Il plonge pour ressortir contre la berge en face puis replonge pour disparaître. Le pensant dans les joncs en face, je pars à sa rencontre mais alors que j’approche des joncs à pas de loup, je l’aperçois en face, à 10 mètres des terriers, immobile à la surface de l’eau. Je repars en courant pour l’intercepter avant les terriers mais il part vers le bout du lac. Je pense qu’il va au terrier du coin du bosquet de l’affût. Je cours espérant qu’il plonge. Il plonge au moment où je le dépasse. Je continue et m’arrête au terrier, j’arme et attends. Il refait surface à moins de 10 mètres, à quelques mètres du bord du bois. Je vise et décoche mais il plonge au même moment et ma flèche lui ricoche sur le dos. Je ne sais pas si je l’ai blessé. J’attends un peu, il ne ressort pas. Je commence à rentrer dans le bois et aperçois un sillon qui longe la berge devant moi. Le temps d’arriver au bout du bois, je l’entrevois remonter sur la berge. En arrivant sur place, je trouve un terrier. Il est certainement blessé, je commence à creuser un premier trou puis sonde la galerie et creuse u second trou plus profond pour tomber 45 minutes plus tard sur le bout de la galerie. Il n’est pas là ! Je cherche comment il a pu m’échapper et me rends compte qu’un second terrier était à 1 mètre de celui-là. J’ai dû me tromper de terrier ! Il est presque 20 heures et le temps m’est compté. En remontant, j'entrevois devant la ferme, quelques lapins se glisser sous un tas de bois et dans un tas de pneus posé contre une haie clairsemée et ponctuée de nombreux trous et grattés. Je laisse le ragondin à son terrier et pars pour la mare du producteur de fraises à Loubersan.

Je descends par le passage de tracteur au travers du blé. La mare semble bien calme. 3 colverts sur la berge opposée décollent. Ils viennent certainement de réduire mes chances de voir un ragondin à 0. Arrivé sur la bande enherbée, je me dirige vers la mare. Une masse sombre se détache dans l’herbe. Le ragondin coule dans l’herbe pour rejoindre l’eau. Je m’avance doucement. Des remous se dessinent à la surface de l’eau, ils doivent être plusieurs. Un gros ragondin en surface vient se caler contre la berge un peu plus loin. J’arme et prend la visée, il est à 10 mètre, de cul. Ma flèche trop en arrière se plante dans son arrière train, à l’impact un ragondin à côté de moi plonge. Il se débat un moment, furieusement, à la surface de l’eau puis s’immobilise de profil et m’observe. Je ne m’explique pas pourquoi je ne lui ai pas mis une seconde flèche, je reste un moment à l’observer dans un état second avant de le voir démarrer vers la berge opposée et plonger avec ma flèche. Un autre ragondin vient de plonger à ma droite pour rejoindre le terrier devant lequel il était. Je me décale de l’autre côté de sureau à ma droite pour me positionner sur l’île mais le ragondin a fait demi-tour et replonge pour rentrer dans un terrier sous le sureau laissant ma flèche en surface. Je suis fou de rage envers moi-même et ma bêtise. C’est un animal condamné qui va souffrir avant de mourir !

Je remonte à la voiture et pars pour le lac des Coteaux de Gacogne où je laisse les carcasses de ragondins devant les terriers de blaireau. A mon arrivée 2 colverts décollent, puis d’autres en face. Au loin, 3 ragondins en surface qui m’ont repéré. Je tente le tout pour le tout je vais droit sur eux. 2 partent vers le milieu du lac et sont vite hors de portée. Le 3ième longe la berge en me fuyant. Je le rattrape alors qu’il part lui aussi vers le centre du lac. Je lui décoche une flèche un peu loin de ¾ arrière et passe au-dessus. Il plonge et ne ressort qu’à 20 mètres du bord. Les 3 ragondins partent pour les terriers d’en face. Je longe la berge pour aller à leur rencontre alors qu’un gros ragondin, parti du ruisseau d’alimentation, longe la berge opposée. Le ruisseau traversé je ne retrouverai pas les ragondins à l’abri des terriers.

Il fait presque nuit quand j’arrive à la voiture, Je pose mon arc à la voiture et décide d’aller voir mon charnier pour voir si un blaireau s’y trouve. Je descends le chemin de terre vers le bout du bosquet où se trouvent les carcasses. Une silhouette élancée trottine dans le labouré sur ma gauche. C’est un renard qui vient se chercher un ragondin ! Je tente une approche pour le voir de plus près mais je le perds de vu après qu’il a traversé le chemin et qu’il est passé derrière le bosquet. Il fait nuit, je rentre.

DSCN9042.JPG

Alex

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 21:16

Hier soir, en sortant du boulot je décide de flâner un peu avant d’aller chasser du côté de Castelnau Barbarens. Les ragondins sortent tard dans ce secteur et j’ai largement le temps de chasser un peu sur Labarthe.

Je prends la D 929 pour passer devant les petits ruisseaux qui bordent le champ de colza. Un gros ragondin, tête relevée est sur la droite de la route. Je me gare un peu plus loin. Une voiture me klaxonne alors que je suis en train de me préparer, le ragondin aura certainement mis les voiles. J’approche doucement du ruisseau, un bourrelet de ronces, sur le talus opposé, me masque la position estimée du ragondin. Arrivé à quelques mètres du ruisseau, j’aperçois une petite tête à l’entrée d’un terrier. J’arme et vise l’arrière de la tête. Ma flèche se fiche au sol où je l’espérais et commence à bouger. J’ai cloué mon ragondin au sol. Je tente d’apercevoir le gros ragondin en vain, il est au terrier. Je récupère mon ragondin et l’achève, il est minuscule, je le pensais plus gros à la décoche et ma flèche est un peu trop en arrière.

Je pars pour le petit lac au-dessus de l’église. Aujourd’hui, je le contourne par l’autre côté pour tenter de voir le ragondin qui plonge à chaque fois sans que je ne puisse le voir. Un colvert s’envole, rien ne bouge sur le lac mais au moment où je passe en haut du talus boisé en surveillant l’entrée du terrier il plonge d’un autre endroit et disparaît. Il m’a encore bien eu !

Direction l’autre lac où j’ai fléché les 2 petits l’autre jour. Je n’y verrai qu’un colvert.

Je pars pou Auterrive en passant par Artiguedieu Garranné. Au croisement de la route de Durban je prends à gauche pour jeter un œil à une mare où les ragondins se jouent également de moi. Je me gare et descends vers la mare. Une poule d’eau vole en battant l’eau de ses pattes pour aller se réfugier dans les ronces. Arrivé au coin de la mare, quelque chose plonge sous le saule à moins de 2 mètres de moi. Je n’ai pas vu ce que c’était mais le sillon de bulles qui va droit vers le terrier dans le coin à ma gauche ne trompe pas. Je me décale rapidement un peu avant les terriers, les bulles se rapprochent du bord et mon ragondin refait surface à moins de 2 mètres de moi. Tout va très vite, j’arme, vise et décoche dans le mouvement. Je suis persuadé d’être dedans au bruit de l’impact mais mon ragondin a plongé et est rentré au terrier en un éclair. Je récupère ma flèche.

Je passe chez moi mettre ma tenue de chasse et je pars pour Castelnau Barbarens. En route je fais une halte à la mare en limite de Pessan et d’Auterrive. Les ragondins ne sont pas encore de sortie. Je m’arrête ensuite au lac de dimanche matin, rien non plus. La mare de vendredi soir est déserte également.

Je me gare un peu plus loin et pars vers les 2 mares dans le champ de blé. Arrivé à la première, l’eau bouge dans le coin et alors que je cherche la source des ondes un colvert décolle. Je le regarde s’élever et au moment où je repose les yeux au sol, je me rends compte qu’un ragondin qui broutait dans le blé est en train de revenir, inquiet, vers la seconde mare. Il s’est arrêté et me regarde. Je suis à mauvais vent et il redémarre et se jette à l’eau. Je cours vers le fond de la mare pour l’attendre à l’entrée des terriers mais il rentre, sans refaire surface, un peu avant dans un terrier immergé que je ne connaissais pas. J’attends un peu devant le terrier. Tout à coup, une onde, j’arme mais c’est une fausse alerte. Je désarme.

Je vais jeter un œil au lacs de la résidence secondaire sans succès.

Je pars pour le lac de l’élevage de canards gras. Je longe le parc des canards et arrive doucement vers le lac quand 2 ragondins démarrent des herbes hautes, remontent le talus pour se mettre à l’eau. Je remonte moi aussi le talus du lac en vitesse. Ils sont juste au bord et ne semble pas très inquiet. J’arme mais ma flèche se désencoche. Je réencoche et réarme alors qu’ils se sont éloignés. L’un d’eux fait volte-face et me regarde ¾ avant à 6 ou 7 mètres. Je vise et décoche. Il accuse le coup et se débat sur l’eau. Je me décale et tente une flèche sur le second à 8 mètres environ. Je passe juste au-dessous et il poursuit sans inquiétude. Je n’ai plus de flèche et je vois mon ragondin revenir tranquillement vers le bord, à 10 mètres de moi, au terrier. Le propriétaire arrive en vélo alors que je récupère une flèche. Une vanne est décollée au 2/3, la flèche est inutilisable, il ne me reste pour ce soir qu’une flèche. Il veut essayer de récupérer l’autre pendant que je fais le tour du lac pour voir si mon ragondin blessé la veille ne flotterait pas par là. Le tour du lac fait ma flèche n’est pas récupérée et est revenue vers la berge opposée, je récupère ma canne à pêche et la récupère. Le ragondin que je pensais mort se démène à la surface de l’eau pour regagner la berge. Je pars l’achever mais ma seconde flèche au coup ne le sonne qu’un instant ! Il finit par mourir pendant que je récupère ma flèche. Je vais mettre un temps infini à le récupérer et la nuit va être vite là.

Je pars pour les deux autres lacs. A mon arrivée, j’aperçois un ragondin de taille moyenne en passant le coin de la digue. Il m’a repéré et se met à l’eau. J’arme et me rapproche. Il s’éloigne avec un second ragondin de même taille. Je le vise mais un troisième ragondin longe la berge et vient vers moi. Il est tout petit, je change de cible et l’aligne, ma flèche le sèche net. Je regarde les 2 autres s’éloigner. Ma seconde flèche étant inutilisable. Je commence à récupérer ma flèche et mon ragondin et absorbé par mon activité je ne me rends pas compte qu’un des 2 ragondins s’est arrêté à 12 ou 15 mètres du bord et grogne.

Mon ragondin et ma flèche récupérés j’aperçois l’imprudent qui grogne toujours. 3Ne bouge pas mon ami et je vais m’occuper de toi ». Je longe doucement la berge pour arriver à l’aplomb du ragondin qui bouge à peine sur l’eau à mon approche et se tourne plein profil à 15 mètres environ. Il est un peu loin mais la provocation n’a que trop durée. Il me menace toujours. J’arme et vise le dessus du dos. Ma flèche fouette l’eau en traversant le ragondin qui secoué par l’impact met un moment à reprendre ses esprit et part avec peine vers le milieu du lac au milieu des arbres mort. Son compère l’y attendait et part inquiet vers les ronces de la bande de terre. Le temps de récupérer ma flèche, la nuit tombe et le ragondin mort est inaccessible. Je fais un rapide tour du lac pour chercher ma flèche laissée hier mais rien.

Je reviendrais plus tard…

DSCN9040.JPG

Alex

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 05:14

Ce soir, le soleil refait son apparition après une après-midi très pluvieuse. Il est presque 18h45 quand je pars de chez moi. Je quitte Auterrive par la route de Pessan. Une chevrette broute tranquillement au pied d’un petit bosquet et alors que je me rapproche j’aperçois également deux brocards encore en velours que le relief du champ me cachait.

DSCN9031

Je décide de commencer la soirée sur un lac proche d’une ferme de production de foies gras sur Castelnau Barbarens. A mon arrivée je tombe sur le propriétaire qui manifeste son contentement de me voir m’occuper de ses ragondins. Je me gare à la ferme et part à pied vers le lac qui se trouve juste en dessous des parcs à canards. De nombreuses hirondelles volent sur le lac dont la surface est agitée par le vent encore soutenu.

DSCN9029

Je longe la berge en partant de la digue. Arrivé au milieu, 2 ragondins se mettent à l’eau contre la berge opposée. Le premier s’arrête sur l’eau, il est à 25 ou 30 mètres, j’arme et lui décoche une flèche, plus pour le faire bouger que pour le flécher, qui est un mètre devant. Je suis sur les terriers et espère le voir venir mais il reste statique. Je tente de le rejoindre en longeant la berge mais le second ragondin démarre et nage vers les terriers. Je reviens en arrière et l’attend mais il plonge à 10 mètres du bord avant que je n’aie le temps de le flécher. Je m’attends à le voir remonter et je surveille plus particulièrement le pied d’un saule qui pousse dans l’eau. Tout à coup il refait surface pile où je l’attendais, dans la fourche du saule.

DSCN9030

J’arme doucement, vise et décoche. Je passe juste derrière sa tête que je visais et le bruit sourd qui suit ne trompe pas. Je l’ai touché. Ma flèche remonte et commence à dériver mais le ragondin a disparu, il ne ressortira pas. Je récupère mes flèches et fait un tour du lac à la recherche de mon ragondin. Un couple de colvert se débine dans des branchages puis s’envole. Pas de traces de mon ragondin, la flèche porte pourtant des indices révélateurs (poil et morceau de venaison).

DSCN9037

Je me mets à chercher plus particulièrement autour de l’arbre où j’ai fléché le ragondin quand à mes pieds un mouvement attire mon attention. Une tache sombre a bougé dans l’herbe au ras de l’eau. Je me baisse doucement et identifie des plumes noires. J’approche doucement la main et me saisis de l’oiseau. C’est une foulque qui se cachait. Je lui fais une photo souvenir et le relâche avant de partir pour les deux lacs de ce matin.

DSCN9033

Le ragondin est introuvable.

Je pars pour les 2 lacs, à 40 mètres de la route un magnifique brocard broute conte le bois, plus loin 2 chevreuils broute en haut d’un bute.

Arrivé au premier lac, j’aperçois un ragondin au moment où j’arrive au coin de la digue. Il broute au même endroit que le premier de ce matin, en plein milieu de la bande enherbée. Je commence mon approche mais des ondes à la surface de l’eau trahissent la présence d’une poule d’eau qui longe la berge en venant vers moi.  Elle va décoller et me faire démarrer le ragondin qui est encore un peu loin… mais non elle se cache contre la berge et se fait oublier. En poursuivant mon approche, je me rends compte qu’un second ragondin broute un peu plus loin dans le blé. Il me tourne le dos et ne se méfie pas le moins du monde. Je poursuis mon approche mais le premier ragondin me repère et se met à l’eau. Le second ragondin lève la tête observe un instant mais ne flairant pas le danger, il se remet à brouter. Je jette mon dévolu sur lui quand le ragondin qui vient de se mettre à l’eau se détache du bord et revient vers moi. Que faire ? Je reste immobile et arme mon arc, il s’arrête. Ma visée est prise, mon choix est fait, je décoche et passe complètement au-dessus ! Le ragondin plonge et son compère se jette à l’eau. Je me suis trompé de flèche, j’ai décoché ma vielle flèche qui me sert juste pour les achèvements à courte distance, il manque 2 lames et elle ne vole pas comme les autres. Les ragondins refont surfaces dans les arbres morts et prennent le chemin des ronces. Je récupère ma flèche.

D’autres ragondins sortent des ronces. Un gros au loin qui fait vite demi-tour pour retourner à couvert et un jeune qui longe toute la bande de terre pour revenir dans les ronces au ras du passage.

Le coin se calme, je pars pour la seconde partie du lac en longeant la bande enherbée. Le gros ragondin a traversé la bande de terre et part se caler contre la berge d’en face en me voyant. Il est un peu loin pour tenter une flèche.

Je continue. Un peu plus loin un ragondin broute dans le blé complètement absorbé par son repas. L’approche est très facile, il me tourne le dos mais à 6 mètres, au moment où j’arme mon arc, le tube de ma flèche couine en glissant sur le repose flèche et mon ragondin se jette, d’un bon impressionnant, dans le lac suivit par un tout petit que je n’avais pas vu. Le gros ressort au milieu des arbres et je le suis un moment, arc armé sans avoir d’occasion de tir avant qu’il ne plonge pour disparaître.

Je poursuis, traverse le ruisseau et pars vers l’endroit où se trouvait le gros, contre la berge. Je le cherche au travers des buissons et des ronces quand il démarre dans un gros craquement et se jette à l’eau sans que je puisse le voir. Je me décale rapidement vers la bande de terre et me positionne dessus, au milieu du passage taillé ce matin, mais le ragondin a disparu. Ne subsiste que le remous de son plongeon.

Je longe sur la bande de terre, un petit démarre. Je le vois, sous l’eau, partir vers les arbres morts où il refait surface. Il avance doucement et s’arrête régulièrement. Je décide de changer de flèche et de le tenter avec ma vielle flèche, j’ai moins peur de la perdre. Au moment où il passe d’un arbre à l’autre, j’arme, vise et décoche mais je passe au-dessus et il plonge pour ressortir au ras des ronces et s’y faufiler.

Je pars pour l’autre lac, ma flèche n’est pas récupérable, j’espère que le vent la collera au bord d’ici demain. Arrivé à 50 mètres du lac, une nuée de colvert s’envole ne laissant au loin qu’un silhouette sur l’eau. C’est un ragondin et il revient vers le bord. Je me rapproche rapidement puis ralenti en approchant de sa position estimée. Il démarre à quelques mètres mais le temps de lever mon arc, il est sous l’eau et remonte un peu loin. Il tourne et retourne, revenant vers moi puis repartant avant de traverser vers la rive d’en face. Je fais le tour pour le rejoindre mais il a disparu et la luminosité baisse très rapidement. Je rentre.

Sur le retour, le lièvre de ce matin me retraverse devant la voiture en sens inverse. En limite d’Auterrive un énorme brocard manque de se jeter contre ma voiture.

Alex

Partager cet article

Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 14:33

Ce matin, je suis de retour sur Castelnau Barbarens. Je commence au lever du jour par le dernier lac que j’ai visité vendredi soir. Il y a pas mal de mouvement entre les colverts, les foulques et les poules d’eau mais alors que j’arrive au bord du lac et que les colverts s’envolent je distingue en surface plusieurs ragondins qui se dispersent. Je reste un moment sur les terriers et observe le manège. Habituellement les ragondins se calent, soit sous l’arbre mort dans l’angle droit, soit sous le saule pleureur à droite,

Sortie du 4 avril 2010

soit dans les racines, au pied des petits saules qui poussent les pied dans l’eau,

Sortie du 4 avril 2010

avant de rejoindre les terriers contre la route. La surface se calme. Je pars vers le saule pleureur. Un ragondin plonge de la berge, un ou 2 autres en surface au milieu des branches plongent également. Je reviens en courant sur les terriers et attends un peu mais rien ne vient. Je reviens vers le saule, un gros ragondin plonge au milieu des branches. Je repars aux terriers, toujours rien. Je reviens lentement vers le saule. Le ragondin se décale légèrement et s’immobilise au milieu des branches. J’arme et cherche une trouée au milieu des branches. Je finis par me baisser pour passer sous une branche qui me gêne, prends la visée et décoche. L’impact ne trompe pas, je suis dedans. Je pars en courant aux terriers, le ragondin a plongé, mais le temps passe et rien ne vient. Je retourne vers le saule, ma flèche flotte au milieu des branches, mon lancer est inefficace, le ragondin est introuvable. Je poursuis un peu plus loin vers l’arbre mort sous lequel se dessinent des remous.

Je repars en courant aux terriers. 2 ragondins traversent le lac pour s’arrêter près de la berge à gauche. J’attends un peu et observe. Ils restent immobiles. Je pars à leur rencontre. Au travers des arbustes qui bordent la berge j’aperçois le ragondin qui longe la berge vers le coin du lac. Je dépasse la haie mais l’envol d’une foulque le fait changer de cap, il repart vers le centre du lac et plonge. Je m’apprête à le contourner pour l’intercepter en face mais quelque chose attire mon regard au pied d’un petit saule qui pousse dans l’eau. C’est un ragondin qui joue la carte de l’immobilisme. Je ne vois que la tête. J’arme et vise la tête de l’animal. L’impact cassant ne trompe pas, j’ai touché ma cible. Le ragondin s’immobilise rapidement.

L’autre ragondin est remonté et part droit au terrier, je cours au plus vite pour l’intercepter et lui décoche une flèche à bout de souffle alors qu’il arrive au bord. Je suis dessous, il plonge et fait demi-tour. J’attends un peu mais je ne le vois pas refaire surface. Je récupère ma flèche.

Je finis le tour du lac, encore des remous sous l’arbre mort, je continue vers le saule, là aussi quelque chose a plongé. Je me dépêche d’arriver aux terriers. Au pied du petit saule qui pousse dans l’eau au coin du lac, une masse sombre flotte en surface et le temps de percuter qu’il s’agit d’un ragondin celui-ci a plongé. Je pars me positionner sur les terriers mais rien  ne vient. Je reviens vers le petit saule au cas où mais rien non plus quand tout à coup j’aperçois du coin de l’œil un ragondin qui longe la berge pour aller au terrier. Je me décale pour revenir sur lui sans qu’il ne me voit mais il plonge. L’eau est cristalline et je vois par transparence le ragondin qui revenir au terrier. Je me positionne au-dessus du trou et arme pour le laisser venir. Mon viseur le suit et je le stoppe net au ras de la berge alors qu’il va refaire surface.

Sortie du 4 avril 2010

Je le récupère ainsi que ma flèche puis par récupérer l’autre ragondin et la flèche. Je fais plusieurs fois le tour du lac mais mon premier ragondin est introuvable. Des remous provoqués par de minuscules grèbes castagneux me font parfois croire au départ d’un ragondin mais le lac semble vide de ragondin quand tout à coup j’aperçois à nouveau un ragondin sous le grand saule pleureur. Je vais à nouveau faire des allers retours entre l’arbre et les terriers mais je finis par perdre sa trace.

Je reviendrai chercher ma flèche et mon premier ragondin en fin de matinée, je pars pour les 2 grands lacs de vendredi soir. En descendant vers le lac, un gros lièvre traverse devant la voiture et gravit le talus en 2 bons. De la route, je vois un ragondin sur la berge opposée. Cette fois je me gare sous la digue et remonte doucement vers la bande enherbée.

Sortie du 4 avril 2010

Un beau ragondin broute paisiblement. Je commence l’approche mais dois m’arrêter à chaque pas car il est très méfiant et redresse régulièrement la tête. Petit à petit, je me rapproche. Un mouvement, au bord de l’eau, quelques mètres après mon ragondin. Un autre ragondin sort de l’eau, traverse la bande enherbée et monte dans le blé. J’avance encore un peu, un tout petit ragondin sort de l’eau un peu avant mon ragondin et commence sa toilette. J’avance de plus en plus prudemment, j’ai trois ragondins à surveiller. J’arrive à 7 ou 8 mètres de ma cible qui s’est tourné de ¾ arrière, j’arme et continue à avancer encore un peu. A 6 mètres, je vise et décoche. Ma flèche passe au ras au-dessous. Tout le monde se jette à l’eau. Un des gros remonte à 6 ou 7 mètres du bord pour replonger aussitôt et ne refaire surface que près de la bande de terre pour rejoindre les ronces.

Du mouvement, le petit ragondin a plongé et longe la berge sous l’eau. Je le suis arc armé. Il se rapproche du bord et je tente ma chance à moins de 2 mètres à la verticale. Je le frôle et il fait un tour autour de ma flèche pour se caler sous la berge. Un petit grognement trahit sa présence mais je n’arrive pas à le voir. Je finis par me baisser pour regarder sous la berge et aperçois sa queue. Je me positionne au-dessus de lui, à genoux pour tenter de l’attraper par la queue mais il repart sous l’eau vers des petits buissons qui poussent au-dessus de l’eau. Il refait surface au milieu des branches et j’ai beaucoup de mal à prendre la visée. Ma flèche part. Je pense être dedans, il plonge. Je me décale mais il ne ressort pas des branches. Je fais demi-tour et l’aperçois, il semble fatigué et peine à monter sur une branche. Je n’ai qu’une flèche et il me faut assurer le coup. Je frappe les buissons du pied pour le faire se décaler et pouvoir le tirer mais je n’ai jamais de fenêtre de tir. Il finit par ressortir des branches et plonge avant que je n’ai pas pu décocher. Il remonte en surface et plonge aussitôt mais semble peiner à plonger. Il remonte encore, cette fois je décoche mais trop en arrière, je pense l’avoir touché mais aux pattes arrières. Je n’ai plus de flèche et le temps de récupérer ma flèche il est à l’abri dans les ronces où il rentre avec peine.

Je pars pour l’autre lac, beaucoup de canards décollent de la surface du lac et du colza. Le tour du lac est parsemé d’indices : crottes, zones broutées, coulées mais pas un seul ragondin.

Sortie du 4 avril 2010

Je retourne au premier lac, je fais me frayer un chemin sur la bande de terre avec mes sécateurs. Un mur de ronces m’attend.

Sortie du 4 avril 2010

Je découpe un moment puis parviens à passer et écrase les ronces pour avancer.

Sortie du 4 avril 2010

Je récupère mon arc laissé arrière et avance vers le bout de la bande de terre. Des ragondins plongent sans que je ne puise les voir. Tout à coup un jeune ragondin refait surface dans les branches des arbres morts

Sortie du 4 avril 2010

et avance doucement tantôt sous l’eau, tantôt sur l’eau avant de s’arrêter face à moi sous une grosse branche. J’arme vise et décoche. Je pense l’avoir touché au bruit de l’impact. Il refait une brève apparition sous le saule pleureur au départ des ronces puis disparaît pour de bon.

Je pars pour les mares. En route, je ralentis pour laisser traverser un couple de perdreaux qui finit par décoller en suivant un instant la route. Un peu plus loin le faisan obscur de vendredi. Ce matin, pas de ragondin dehors. Je tente les lacs le l’autre côté de la route dans le parc d’une résidence secondaire peu occupée. Il pleut de plus en plus fort depuis 10 minutes.

Sortie du 4 avril 2010

De nombreuses crottes flottent contre la berge mais pas l’ombre d’un ragondin. Un peu plus loin, pas de ragondin sur la mare où j’ai tué mes 2 vendredi.

Le soleil revient. Je repasse au premier lac, ma flèche a dérivé. Je pars la chercher et trouve par la même occasion mon premier ragondin de la matinée que est aussi le 100ième de la saison.

Sortie du 4 avril 2010

Le fond du lac est tapissé de petits têtards bien noirs. Les arbustes sont tous rongés à la base par les ragondins.

Sortie du 4 avril 2010

En rentrant, je passe à une petite mare derrière une ferme en limite de Pessan et d’Auterrive.

Sortie du 4 avril 2010

De nombreuses crottes mais pas de ragondins.

Sortie du 4 avril 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LA RECHERCHE AU SANG

Cliquez sur la photo

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

BONNES ADRESSES CHASSE

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image

 

FOURNISSEURS

 

 

 

 MATERIEL :

 

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE

 

Buffle murrah
Guanaco

 

ESPAGNE

 

Chèvre sauvage
Mouflon à manchette

GUYANE

 

Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Québec

 

Ours noir

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe
Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard

 

Répartition des prélèvements grands gibiers

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin albinos
Ragondin
Rat musqué

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse

 

Guyane

 

Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara

 

Argentine

 

Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant

 

Québec

 

Tétras du Canada
Gélinotte huppée
Bernache du Canada