Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 05:21

Hier soir, en sortant du boulot, je décide de commencer par chasser sur Saint Arroman. Je passe d’abord à Labarthe, une halte infructueuse au bord de la D929 puis je pars pour le petit lac au-dessus de l’église. Je me gare sur le chemin de terre et pars vers le lac. L’eau bouge côté droit devant les terriers. J’avance à pas de loup au sommet du talus qui surplombe le lac. Un ragondin démarre dans les ronces sans que je puisse le voir mais il s’arrête avant de se mettre à l’eau. Je le cherche du regard au travers des ronces et finis par l’apercevoir. Je tente une flèche au travers des ronces. Le ragondin chute lourdement dans l’eau et je pense l’avoir touché mais je récupère ma flèche sur l’eau sans retrouver mon ragondin. L’empennage a souffert, il a été déchiqueté par le passage dans les ronces.

Sortie du 21 avril 2010

Direction Saint Arroman. Je me gare au bord de la route et attaque par les deux mares. Je remonte le petit ruisseau vers la première mare.

Sortie du 21 avril 2010

J’ai le vent de dos et reste donc éloigné de la mare pour arriver à bon vent. Pas de ragondin ce soir, le niveau d’eau a bien baissé et laisse voir de nombreux terriers.

Je poursuis jusqu’à la seconde mare. Rien non plus ce soir, quand tout à coup un ragondin surgit d’in terrier à quelques mètres sur ma droite et plonge pour traverser la mare sous l’eau. L’eau boueuse est peu profonde et j’arrive bien à suivre son trajet. J’arme mon arc et, pensant le voir ressortir devant un terrier où rentrent souvent les ragondins, je me tiens prêt en visant l’entrée du terrier. Le ragondin  ressort contre les joncs et longe la rive vers le terrier 3 mètres plus loin. Mon viseur le suit mais il bifurque et rentre dans un terrier, quasiment invisible, que je ne connaissais pas. J’attends un peu sur la berge, en face de l’orifice mais rien ne bouge. En jetant un coup d’œil à mon viseur quelque chose m'intrigue. Une des fibres optiques est cassée ! La soirée commence bien ! J'arrive tout de même à la faire tenir plus ou moins et je peux tout de même viser.

Je fais demi-tour et longe le ruisseau en allant vers le Sousson. Cette fois je suis à bon vent. Je traverse la route et ralentis car j’ai de forte chance d’apercevoir des ragondins de ce côté.

Sortie du 21 avril 2010

Je dépasse le gros chêne au pied duquel broutent souvent quelques ragondin et entends un bruit dans le fond du ruisseau qui assez encaissé est difficile à surveiller. Je me rapproche du bord, l’eau est trouble, le ragondin est remonté sur 5 mètres pour rentrer au terrier d’où s’échappe un filet d’eau boueuse. A nouveau du bruit sur ma gauche, je tourne la tête et aperçois un gros ragondin qui remonte le talus d’en face pour se diriger vers les terriers creusés dans la berge. J’arme mon arc et parviens à le stopper juste au moment où il tente de rentrer dans un des terriers. Le ragondin cloué au sol se débat pour se dégager. Je réencoche et me rapproche pour l’achever d’une seconde flèche.

Sortie du 21 avril 2010

Je récupère mon ragondin et mes flèches. Horreur ! Une lame est tordue et l’autre est cassée, il manque un tranchant ! Il ne me reste qu’une flèche en bon état. Je laisse le ragondin sur place.

Je continue, levant au passage plusieurs canards et arrive au bord du Sousson que je commence à remonter. L’eau est trouble, il y a de l’activité plus haut. J’avance doucement et finis par retrouver l’eau claire, je me retourne et fait décoller un canard qui fouillait le fond du cours d’eau. J’arrive sur une zone de terrier qui n’est pas bien animée ce soir. Je traverse un fossé perpendiculaire, traverse un peu plus loin sur le passage bétonné et busé. Et reviens sur la berge opposée vers les terriers. Rien à l’entrée des terriers mais un filet d’eau boueuse arrive du fossé. Un ragondin a du plonger.

Je retraverse par le passage et remonte le ruisseau sur la droite. Un peu plus loin un ragondin a coupé fraîchement des brins d’herbes qui reposent au bord de l’eau. L’eau se trouble plus loin. J’avance doucement et dans le virage, l’eau bouge contre la berge opposée. Un ragondin sort tranquillement de son terrier et s’immobilise. J’arme doucement, prends ma visée derrière la tête et décoche. Le ragondin meurt sur le coup.

Sortie du 21 avril 2010

Je le récupère et le laisse au bord de l’eau.

Plusieurs centaines de mètres plus loin un gros ragondin broute la maigre végétation au milieu d’un champ travaillé. Il est à plus de 50 mètres du bord du Sousson. Trop confiant je commence à me rapprocher rapidement, il est à plus de 100 mètres mais il me repère rapidement et retourne au fossé. Je cours vers l’arrivée du fossé dans le ruisseau mais rien n’arrive. Je traverse le Sousson et remonte doucement le fossé mais le ragondin est rentré dans l’un des terriers dont je ne connaissais pas l’existence.

Je retraverse le Sousson et continue à le longer un moment mais pas d’autre ragondin. Je fais demi-tour, je récupère mon second ragondin au passage et retourne vers la voiture mais arrivé au passage busé j’aperçois devant les terriers plus loin un ragondin qui descend le ruisseau. Je pose mon ragondin et m’avance doucement par la berge qui fait face aux terriers. Un petit ragondin remonte contre la berge à 6 ou 7 mètres. Un remous se trahit la présence d’un autre ragondin contre la berge un peu plus loin. J’arme, vise et décoche. Ma flèche se fiche juste au-dessus du ragondin qui plonge et rentre dans un  terrier, le second ragondin rentre dans un autre terrier à peine plus loin. Le bruit de l’impact me laisse peu d’espoir, ma lame a du se casser. J’encoche la flèche dont la lame est allégée d’un tranchant. Pour tirer de très près et à la tête ça devrait aller.

Je me décale pour me positionner face au second terrier

Sortie du 21 avril 2010

et aperçois un troisième ragondin se débinant dans le fond du ruisseau en longeant la berge opposée. Je me décale, avance rapidement pour le dépasser, arme mon arc et constate en m’approchant du ruisseau qu’il est rentré dans un  terrier en face de moi.

Sortie du 21 avril 2010

L’eau boueuse s’échappe de l’entrée et l’eau bouge. J’attends un moment espérant le voir ressortir. L’eau bouge mais rien ne vient.

Je retourne sur mes pas et me poste en face du terrier où est entré le second ragondin. L’eau remue et rapidement le ragondin sort la tête du terrier. Je vise et décoche. L’impact ne trompe pas, je suis dedans.

Le ragondin a reculé à l’impact, il se débat furieusement dans le terrier, entravé par ma flèche. Je franchis le ruisseau d’un bon et me saisis de la flèche que je tire pour faire sortir le ragondin qui lutte et gronde. Je finis par le sortir de son terrier et essaye de le saisir par la queue manquant à plusieurs reprises d’y laisser mes doigts. Au bout d’un moment à lutter pour le saisir et l’empêcher de croquer ma flèche par laquelle je le maintiens hors du terrier, je parviens à l’attraper et à l’achever.

Je retourne au terrier du troisième ragondin mais l’eau ne bouge plus. Vu l’état de mes flèches, il est inconcevable d’aller chasser sur des lacs. Je décide de rentrer, je ramasse mon ragondin et mes flèches et me dirige vers le passage bétonné.

L’eau coule à nouveau boueuse à l’arrivée du fossé. Je n’ai jamais été voir s’il y avait des terriers plus haut. Je reviens donc vers le fossé et le longe doucement. Au bout de 50 mètres je tombe sur deux terriers. L’eau bouge devant le premier d’où s’échappe de l’eau boueuse. J’encoche une de mes flèches à lame cassée et attends. Au bout d’un moment, le ragondin sort la tête. J’arme doucement et lui décoche ma flèche. Un filet de sang apparaît à l’entrée du terrier. L’impact a cloué le ragondin sous l’eau. Je traverse le fossé pour récupérer ma flèche mais le ragondin se réveille et tente de se sortir de la flèche en se quillant tout droit contre la berge.

Sortie du 21 avril 2010

Il finit par succomber rapidement. Je le récupère et repars à la voiture avec mes 3 puis 4 ragondins.

Je retrouve une lame dans la voiture. Je pars pour Clermont Pouyguilles avant que la nuit ne tombe. Je me gare et reviens par le blé vers la mare aux ânes, pas de ragondin ce soir. J’ai juste le temps de voir un jeune ragondin avant qu’il ne descende au ruisseau ne laissant derrière lui qu’un filet d’eau boueuse qui me conduit au terrier. L’eau du ruisseau est trouble, j’ai bon espoir de tomber sur des ragondins mais j’arrive au petit lac sans avoir vu le moindre ragondin. Un tracteur arrive par le chemin de terre, je cours pour arriver avant lui au lac mais pas de ragondin ce soir.

Je discute un peu avec l’agriculteur, content de voir que je m’occupe si souvent de ses ragondins. Il me montre une canne qui couve sur le bord du ruisseau et me dis qu’un ragondin est mort dans le fossé plus loin. Nous allons le voir mais il s’agit en fait d’un petit sanglier d’une dizaine de kilo certainement tapé par une voiture. Il part traiter le blé, je cours pour ne pas respirer les vapeurs de traitement avant de rentrer vers la voiture en longeant le ruisseau. J’entendrais seulement plonger un ragondin puis son grondement dans les terriers. La nuit tombe. Il fait bon malgré la fraîcheur qui tombe, le champ de grillons et des rainettes m’accompagnent. Un chevreuil aboie au loin.

Sortie du 21 avril 2010

Alex

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 05:15

J’ai reçu mes nouvelles flèches lundi, ce soir je vais aller faire un tour au ragondin un peu plus sereinement. Je commence par Clermont Pouyguilles à la mare aux ânes. Je me gare à l’endroit habituel et pars vers le petit ruisseau par le passage de tracteur dans le champ de blé. J’ai le vent dans le dos et je crains de me faire repérer avant de voir les ragondins. En arrivant au bord du ruisseau, j’ai juste le temps d’apercevoir un petit ragondin se débiner vers son terrier. Ce n’est pas la première fois qu’il me joue ce tour. Je décide, même si d’habitude il ne ressort pas, d’attendre un peu devant le terrier. Au bout d’un moment, il ressort le bout de son nez. J’arme et vise le peu qui dépasse. Ma flèche part. Un petit couinement, suivi d’un petit filet de sang qui s’échappe du terrier. Je l’ai touché. Ma flèche se met à bouger puis s’immobilise. Je tente de récupérer mon ragondin et me flèche dans une position un peu acrobatique mais ce dernier n’est accroché que par le bout du nez et se débat violemment. J’arrive finalement à le saisir par la queue et parviens à abréger ses souffrances.

Je le laisse posé dans la fourche d’un arbuste et pars pour le petit lac un peu plus haut en chassant les bords du ruisseau. Les mares sont désertes ce soir. En arrivant au niveau de la zone du ruisseau bordée d’arbres, j’aperçois avec peine quelque chose dans l’herbe qui pousse à vue d’œil ces temps-ci. J’ai le vent de dos et je me tiens prêt car je sais que les ragondins ne vont pas m’attendre. J’en compte 3, un gros et 2 petits. J’avance doucement. Alors que je suis à 20 mètres de la petite famille, un chevreuil aboie, au loin, dans le bois sur ma gauche. Les ragondins tendent l’oreille et je m’arrête en attendant qu’ils reprennent leur repas. Puis j’avance encore de quelques pas. Un petit lève le nez, je suis repéré. Les deux petit repartent vers le ruisseau, le gros est encore là, le nez au vent. J’arme doucement, je suis encore à environ 15 mètres. Le ragondin commence à descendre au ruisseau, je vise et décoche mais il a sauté à l’eau et ils disparaissent sans que je ne puisse les voir passer dans le ruisseau. Je les cherche un moment. Un ragondin gronde sous la berge à mes pieds. Je continue.

Un peu plus loin un remous devant moi. Certainement un ragondin mais il est déjà à l’abri dans un terrier sous la berge opposée et les branchages. Le remous s’estompe peu à peu, je pars en remontant le ruisseau dont l’eau boueuse trahit une activité en amont.

Arrivé sous le petit lac, je me rapproche de la berge surélevée et aperçois un ragondin par-dessus la berge. Il remonte le talus sur ma gauche. Je remonte doucement par le coin gauche du lac et avance doucement vers la position estimée du ragondin. Tout à coup j’aperçois un ragondin en surface qui s’éloigne du bord. J’arme et commence à le viser mais un second ragondin plonge et fait plonger avec lui mon ragondin aligné dans le viseur. Je cours vers le terrier où l’autre jour plusieurs ragondins étaient rentrés. Peu de temps après, un premier ragondin ressort contre la berge sur ma gauche, au milieu du lac et sort de l’eau en un éclair pour remonter dans son terrier hors d’eau. Le second ragondin remonte lui aussi contre la berge mais plus proche de moi et commence à venir droit vers le terrier à mes pieds. J’arme et le laisse venir mais rapidement il commence à être inquiet et se met à louvoyer sur l’eau, hésitant à continuer ou à faire demi-tour. Je décide de tenter une flèche avant qu’il ne soit trop tard. Je passe au ras au-dessus. Il plonge et remonte aussitôt pour partir vers le terrier où son compère est déjà à l’abri. J’ai juste le temps de réencocher et d’armer que mon ragondin ressort devant le terrier. J’arme rapidement, vise et décoche alors que le ragondin s’élance vers le terrier. Je passe au ras derrière.

Je retourne à la voiture, les ragondins grondent du font de leur terrier. A nouveau, le remous contre la berge opposée mais impossible de voir le ragondin. Je récupère le ragondin mort au passage et retourne à la voiture. Un chevreuil aboie au loin dans les bois.

Je pas pour Loubersan. Je commence par descendre vers la mare en dessous des serres à fraisiers. 2 colverts contre la berge d’en face risque de me faire rater la chasse. Je me décale un maximum à droite vers la haie et descends par le passage de tracteur dans le blé. J’arrive au bord du fourré qui jouxte la mare sans faire décoller les colverts. Je longe doucement vers la mare et fais décoller les colverts en arrivant au bord de l’eau derrière la bordure de buissons et de ronces. Rien ne semble bouger ce soir à part les ondes provoquées par les canards. Je longe doucement sur la bande enherbée quand une petite boule de poil, perchée sur les ronces à 1 mètre du sol, attire mon regard. J’hésite un instant, est-ce bien un ragondin ? Je n’ai jamais vu un tel alpiniste. Je finis par conforter mon idée, il s’agit bien d’un petit ragondin. J’arme et vise cette petite boule qui me tourne le dos. Il est à moins de 4 mètres. Mon viseur se pose et ma flèche part en claquant en traversant les ronces. Il me semble voir chuter mon ragondin mais au même moment des remous apparaissent au bord de l’eau et par transparence je vois passer un petit ragondin de même taille qui retourne au terrier à ma droite. Je m’avance doucement vers l’endroit du tir. Le petit ragondin est là, au pied des ronces, c’est le plus petit prélèvement de l’année. Je remonte à la voiture.

Sortie du 20 avril 2010

De la route, le lac de l’autre côté semble agité et je ne vois pas de canards. Je descends jeter un œil. De loin, j’aperçois finalement 2 canards contre la digue mais aussi une masse sombre au milieu de la berge opposée qui ressemble fort à un ragondin. Je descends vers le bout du lac pour longer la berge opposée mais alors que je tente de traverser des ronces, j’aperçois un remous vers l’endroit où se trouvait le ragondin puis je le vois ressortir au milieu du lac et traverser vers les terriers. Demi-tour et je pars en courant pour l’intercepter. Il finit par plonger alors que je suis à 20 mètres et je ne le reverrai pas sortir. Je remonte à la voiture.

Je pars pour Labarthe. Je fais une première halte au petit lac où j’ai fléché 3 ragondins cette année. Il est désert ce soir, mis à part 2 colverts qui décollent à mon arrivée. Je continue vers les ruisseaux au bord de la D929. Je me gare au bord de la route et commence à me rapprocher du ruisseau avant de le longer. L’eau est boueuse, il doit y avoir du monde plus en amont. Je remonte doucement et finis par apercevoir 2 petits ragondins qui jouent dans l’eau et un plus gros qui se débine vers les petits. Ils sont à 10 mètres environ. J’arme et vise le plus gros qui s’est arrêté ¾ arrière. Ma flèche part et le frappe. Il fait 1 ou 2 mètre avec la flèche en travers et se bloque en voulant entrer au terrier ou il meurt rapidement.

J’ai réencoché une flèche et me demande comment récupérer mon ragondin sans me mettre à l’eau quand un des petit pointe le bout de son nez devant le terrier. N’étant pas prêt il finit par me voir alors que je me décale pour tenter de le tirer et retourne au terrier. J’attends un peu mais il restera à l’abri. Je récupère mon ragondin en presque grand écart et je pars pour Ornezan.

Je me gare près du lac comme l’autre jour et pars en longeant la berge vers la digue. Un ragondin longe la berge opposée. Des dizaines de carpes agitent la surface de l’eau, les grèbes sont toujours là, fidèles au poste. Je longe tranquillement la digue quand, au milieu de l’agitation, j’aperçois un sillon qui s’éloigne du bord 30 mètres plus loin. C’est un ragondin, il s’arrête à 40 mètres de la digue et me regard avant de repartir en nageant en surface. Je le laisse filer on verra plus tard. Je traverse le déversoir et pars vers la position estimée du ragondin vu de la voiture. Je verrai plusieurs remous en longeant jusqu’à la pointe du lac mais pas moyen de voir s’il s’agissait de ragondins derrière les ronces et les arbustes. Pendant ce temps le second ragondin est allé se caler contre la berge opposée. Je fais demi-tour. Il y a vraiment des carpes partout ! En arrivant près de l’endroit où je pense voir mon ragondin je ralentis et longe doucement la berge. Mais passé le ponton en bois, la berge est couverte d’un bourrelet de ronces et je ne peux que deviner la fuite de mon ragondin grâce à un remous suivi d’une traînée de bulles. J’arme mon arc et attends un peu mais il ne remonte que contre la berge opposée. La luminosité baisse, je décide de terminer la soirée à Seissan, au bord du Gers.

Je me gare à ma place habituelle et commence par remonter le Gers vers le virage. J’aperçois trop tard un gros ragondin sur la berge d’en face. Il plonge suivi immédiatement d’un second ragondin que je n’avais même pas vu. Une traînée de bulle revient en diagonale vers mon côté du Gers. Je me décale lentement vers l’endroit où je pense voir ressortir le ragondin, arme mon arc et attends. Rapidement le ragondin refait surface à moins de 3 mètres de moi. Le viseur se cale, la flèche part et le sèche sur place. Je le récupère et pars vers l’autre côté du pont où rien ne bouge ce soir. La nuit tombe, je rentre.

Sortie du 20 avril 2010

Alex

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 15:53

Samedi soir en rentrant du Congrès de la chasse qui se tenait à Eauze, je passe me changer chez moi et je pars faire un petit tour à la chasse. Je pars de chez moi à 19h45, je vais aller directement au lac à Durban. J’ai dû racler les font de tiroir pour me trouver 3 flèches désappareillées, vivement que ma commende arrive.

Je monte vers Lasseube Propre et jette un coup d’œil sur un petit lac au-dessus de la zone artisanale qui longe la D929.

Sortie du 17 avril 2010

Cela fait 2 ans que je n’y ai pas vu de ragondins mais ce soir un gros ragondin broute sur le talus de la digue, au coin du lac. Je me gare un peu plus loin et reviens en longeant la route avant de descendre dans le champ pour le traverser et atteindre le bord du lac. Le ragondin n’est plus à l’endroit où je l’ai vu tout à l’heure et je ne le vois plus. J’arrive contre la berge surélevée du lac et longe en direction de la digue. Le ragondin est dans l’eau contre les joncs qui bordent la digue.

Sortie du 17 avril 2010

Je remonte sur la digue au coin du lac et me dirige vers les remous un peu plus loin. Mon décocheur est accroché, je suis prêt à armer. J’avance doucement, quand mon ragondin sort doucement la tête des joncs. J’arme, vise derrière la tête et décoche. Le ragondin est mort sur le coup. Je le récupère et pars pour le lac de Durban.

Sortie du 17 avril 2010

Je me gare contre la route, d’ici pas un ragondin en vue. Je descends avec ma pagaie et mon arc et récupère mon canoë.

Sortie du 17 avril 2010

De nombreuses foulques sur l’eau mais pas de ragondin. Je fais un tour de lac en canoë. A mon arrivée un ragondin gronde au fond de son terrier au pied du bois. Les foulques quittent la surface du lac pour se réfugier dans les joncs, les ronces et le bois. Je finis le tour du lac puis revient au terrier, le ragondin s’est tu. Je longe le dessous du bois, tout à coup un bruit de pas dans les épais, je tente d’apercevoir la source du bruit sans succès. Une omoplate de ragondin, à moitié dans l’eau est posée sur une grosse coulée par laquelle est remontée le ragondin blessé l’autre jour, c’est peut être la sienne. J’arrive au bout des épais, l’animal fait demi-tour et par rapidement vers le centre du bois. Je fais demi-tour et aperçois une foulque qui prend son envol, battant l’eau de ses pattes pour se poser au milieu du lac. La luminosité descend, le chant des rainettes se fait de plus en plus sonore. Je traverse le lac et tente de retrouver ma flèche d’hier sans succès.

Je laisse mon canoë sur place et pars pour le grand lac de Lasseube Propre avant que la nuit tombe.

Sortie du 17 avril 2010

Je longe cette fois le lac par l’autre rive, les ragondins broutent habituellement, à cette heure, de ce côté au bout du lac. J’ai le vent dans le dos, j’avance doucement vers le bout du lac. Un couple de colvert se lève sur le lac puis 2 dans le pré où paissent quelques blondes d’aquitaine. Tout au bout du lac un sillon arrive, c’est un gros ragondin. Il m’a repéré et fait aussitôt demi-tour pour revenir au terrier. Le temps d’arriver l’eau bouge devant les terriers et au moins 2 ragondins grondent mais ils sont à l’abri. J’attends un peu aux terriers mais la nuit tombe vite et je rentre.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 22:10

Vendredi matin, avant d’aller au boulot, je pars à la nuit déposer les carcasses des ragondins de la veille à l’endroit habituel. En arrivant je dérange le renard qui s’affairait sur l’endroit où je dépose les carcasses. Il traverse le chemin dans mes phares et part d’où il venait l’autre soir vers la ferme. Je dépose les ragondins et part pour le petit lac de Clermont Pouyguilles, après la mare aux ânes. Je me gare un peu après le chemin de terre qui descend au lac et revient par la route avant de descendre vers le lac. Pas un ragondin dehors ce matin, c’est peut-être à cause de la petite gelée (-1°C).

Je retourne donc vers Seissan, il n’est que 7 heures, j’ai un peu de temps à perdre, je vais faire un tour au bord du Gers. Je ma gare et commence par remonter le Gers. Dans le virage où j’ai déjà fléché 3 ragondins ces derniers temps, je vois un peu trop tard un gros ragondin au bord de l’eau au pied du talus. Il plonge, je descends rapidement au pied du talus alors que je le vois, par transparence, remonter doucement vers la surface. J’arme, il ressort ¾ arrière à 4 mètres du bord et part vers la berge opposée. Je vise l’arrière de la tête et décoche. Ma flèche, restée en travers de la tête de l’animal, l’a tué sur le coup. Je le récupère avec mon lancer et ma flèche par la même occasion.

Sortie du 16 avril 2010

Je pars pour l’autre côté du pont. A 100 mètres du pont, j’aperçois un ragondin qui s’éloigne di bord en zigzagant. Je me rapproche rapidement, arme, vise l’avant de l’animal et décoche. Ma flèche lui frôle la tête au moment où il plonge. Je sors mon lancer pour récupérer ma flèche qui commence déjà à dériver. Le ragondin ressort 40 mètres plus loin en remontant le courant vers le pont. Le temps de récupérer ma flèche, il a disparu. Je reviens vers le pont et aperçois un remous contre la berge, de mon côté, au pied d’un cerisier. Le ragondin est rentré au terrier.

Je pars jeter un œil plus en aval sur le Gers puis je pars pour le boulot. Pas d’autre ragondin pour ce matin.

 

En sortant du boulot vers 17h30, je pars pour un lac à Ornezan.

Sortie du 16 avril 2010

Ça fait un bon moment que je ne l’ai pas chassé. Je me gare près d’une ferme au bord de la route et longe le lac vers la digue. De nombreux têtards tapissent le fond du lac. 2 grèbes glissent sur l’eau et plongent par intermittence.

Sortie du 16 avril 2010

Au coin du lac, je surprends un gros brochet en embuscade qui s’éloigne doucement du bord pour disparaître dans les profondeurs du lac. Je longe la digue, une grosse coulée bien fréquentée part du lac

Sortie du 16 avril 2010

pour se terminer dans la petite mare au pied de la digue, contre la cabane de la station de pompage.

Sortie du 16 avril 2010

Des colverts s’éloignent du bord un peu plus loin après le déversoir. Je passe le déversoir et longe le bord derrière une haie de buissons et de ronces.

Sortie du 16 avril 2010

L’herbe est marquée de plusieurs coulées et de zones broutées. Tout à coup un gros craquement dans les ronces. Un animal a démarré. Je relâche ma garde en voyant s’envoler 2 colverts, mais c’est un gros ragondin qui vient de se mettre à l’eau et qui s’éloigne du bord. Il plonge rapidement sans me laisser le temps de réagir. Je ne le reverrai pas.

Je poursuis jusqu’au bout de lac qui est boisé, c’est la zone des terriers.

Sortie du 16 avril 2010

Rien à part un colvert qui décolle au milieu des branches mortes. Je fais demi-tour pour retourner à la voiture. Presque à l’endroit de tout à l’heure un autre brochet plus sombre et plus petit attend en embuscade au ras de la berge. Il reste imperturbable alors que je suis juste à côté de lui.

Sortie du 16 avril 2010

Je retourne à la voiture et pars chercher mon canoë gonflable chez moi. Je vais tenter le lac de Durban en canoë.

Je mets le canoë dégonflé dans le coffre de ma voiture et pars pour Labéjan le temps que les ragondins sortent à Durban. En route, j'aperçois 3 chevreuils au gagnage.

Sortie du 16 avril 2010

Je fais une halte à la mare d’hier soir mais pas de ragondin. Je continue et fait une autre halte à un des lacs sous le village de Labéjan qui est aussi désert ce soir.

Sortie du 16 avril 2010

Je pars pour les 3 lacs en face le lac du Lion. Je me gare au bord de la route et descends à travers la luzerne. Tout à coup un gros lièvre démarre à mes pieds et file vers la digue à l’angle du lac. Je le regarde s’éloigner puis finis d’arriver au bord du lac. L’endroit semble calme ce soir. Je longe la berge vers la digue. Une onde se propage à l’angle de la bande de terre plantée de peupliers. J’avance doucement sur la digue quand un ragondin se détache de la bande de terre et plonge.

Sortie du 16 avril 2010

Je cours vers le saule au milieu de la berge opposée, c’est un bon poste, les ragondins partent souvent vers cet arbre. Mais ce soir je ne reverrai pas sortir le ragondin.

Je descends au second lac qui n’est pas plus agité que d’habitude.

Sortie du 16 avril 2010

Je passe sur la digue, une belle coulée très fréquentée descend vers les ronces en contrebas et une petite mare. 

J’arrive au troisième lac par-dessous la digue

Sortie du 16 avril 2010

et remonte à l’angle droit du lac. Pas de sandres ce soir. Je commence à longer la berge sur ma droite quand un gros ragondin m’apparaît au fond du lac au milieu de l’eau. Il m’a déjà repéré et plonge. Je me dépêche d’arriver au bout du lac et jette un œil au pied des arbres qui poussent dans l’eau sans apercevoir le ragondin.

Sortie du 16 avril 2010

Il doit déjà être dans le roncier. Je longe le bord du lac en passant au travers des ronces, le passage est déjà fait, j’ai écrasé les ronces pour me frayer un chemin à ma dernière visite. Rapidement le ragondin plonge, juste trahit par un gros remous.

Sortie du 16 avril 2010

Je ne le verrai pas ressortir. Je finis le tour du lac. De gosses tanches nagent sur le bord au milieu des algues, le fraie n’est pas loin. Je retourne à la voiture. Toujours rien sur le second lac et pas plus sur le premier.

Je remonte à la voiture et pars pour le lac du Tuco

Sortie du 16 avril 2010

où j’espère retrouver mon ragondin et ma flèche en surface mais ce soir seul un foulque vogue à la surface.

Sortie du 16 avril 2010

Pas le moindre ragondin.

Je pars pour Durban mais en route je décide de faire une halte sur une mare en face du lac du Tuco.

Sortie du 16 avril 2010

Je n’y ai pas chassé depuis l’an dernier. Je me gare au pied d’une grosse bâtisse habitée que rarement et descends vers la mare. L’eau est agitée dans le coin gauche au pied du seul arbre qui pousse au bord de cette mare. J’entrevois une poule d’eau mais en passant l’angle du lac le remous s’intensifie et c’est un gros ragondin qui se coule sous les joncs pour rentrer au terrier quelques mètres plus loin. Je longe les joncs, le ragondin gronde dans son terrier. Quelques mètres plus loin, un autre ragondin plonge. L’eau peu profonde mais boueuse laisse entrevoir une silhouette sombre qui file sous l’eau et revient vers la berge du bout de la mare. Je pars me positionner et arme mon arc mais le ragondin semble se volatiliser en atteignant les joncs. Pas le moindre remous ! Je ne trouve pas de terriers en longeant la berge.

Un plouf dans mon dos.

Sortie du 16 avril 2010

Occupé à chercher ce ragondin, je n’ai pas prêté attention à l’autre mare dans mon dos et un gros ragondin fuse droit à son terrier sous des arbustes et des branches mortes pour y rentrer sans ressortir de l’eau. Je n’ai pas été bon sur ce coup-là ! Je retourne à la voiture et pars pour Durban.

Une fois garé au bord de la route il me faut gonfler mon canoë. Au bord du lac 3 gros ragondins broutent sur la berge d’en face. Je n’ai pas mon gonfleur que j’ai prêté et il me faut le gonfler à la bouche ce qui me prend un bon moment et manque de me faire tomber dans les pommes. Le canoë gonflé

Sortie du 16 avril 2010

je descends vers le lac. Curieusement ce soir les ragondins ne sont pas vraiment inquiets et se mettent à l’eau au dernier moment alors que je suis au bord de l’eau. 

Le canoë à l’eau, me voilà parti.

Sortie du 16 avril 2010

2 ragondins remontent au pied du pylône noyé puis un troisième les rejoint alors que j’approche en ramant doucement. Il ne me laisse pas trop approcher et plongent. Ils remontent dispersés sur le lac, je focalise mon attention sur celui qui part vers le déversoir. Il plonge à plusieurs reprises et remonte en progressant vers le déversoir. Je parviens tout de même à l’approche à moins de 10 mètres, je stabilise un peu le canoë, attrape mon arc, il est plein travers en surface. J’arme, vise et décoche mais ma flèche ricoche sur l’eau. Je n’ai pas pensé à changer ma lame. Ma snuffer ricoche systématiquement quand je tire trop à l’horizontale. Ma flèche a frôlé le ragondin qui plonge et disparaît.

Je porte mon dévolu sur un autre ragondin qui part vers le pylône. Je parviens à l’approcher plus facilement à environ 10 mètres. Il est plein travers en surface. Je stabilise le canoë, attrape mon arc et arme. Même flèche que tout à l’heure, avec un cabela’s, j’en serais à 2 ragondins mais ma flèche le frôle sur le dos en ricochant et il disparaît lui aussi. Plus de ragondin en vue.

Je me rapproche du bord vers la zone marécageuse et couverte de joncs et longe la berge. Un remous suivi d’une traînée de bulles trahit le départ d’un ragondin mais je ne le vois pas remonter. Je longe la berge puis passe sur la berge d’en face. Je pars vers les pylônes couchés. En passant devant il me semble voir le dessus de la tête d’un ragondin entre les poteaux au ras de la berge. Je manœuvre un moment pour faire demi-tour et me positionner pour tirer entre les 2 poteaux mais le ragondin n’a pas bougé. J’attrape mon arc, arme, vise la tête et décoche. Ma flèche est la où je la voulais. Le ragondin a plongé, un remous m’indique qu’il est passé sous le pylône de droite pour partir vers le déversoir. J’attends un peu mais il ne refait pas surface. Je vais chercher ma flèche mais elle est introuvable. Le ragondin serait-t-il parti avec ? Je fais le tour du lac, je n’ai plus que ma flèche d’achèvement. Sous le bois 2 ragondins devancent mon canoë avant de plonger. La luminosité décroît vite et j’ai du mal à faire la différence entre une plaque de mousse verte en surface et un ragondin. Je ne les vois pas ressortir.

Je pars accoster au niveau des pylônes et cherche encore ma flèche sans succès avant de partir longer la berge à la recherche du dernier ragondin tiré. Au milieu de la digue un gros ragondin caché dans les joncs plonge. Il fait trop noir je ne vois plus assez pour chasser ou retrouver un ragondin. Je rentre en laissant mon canoë sur place pour les fois prochaines.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:55

Hier midi, agacé par ma matinée au bureau, je décide d’aller faire un rapide tour au ragondin entre 12h30 et 13h30. J’ai 10 minutes de routes pour arriver au petit lac de Clermont Pouguylles qui suit la mare aux ânes. J’en profite pour avaler mon sandwich en route. Je me gare au bout du chemin de terre qui descend au lac. Il est 12H45, je n’ai pas beaucoup de temps devant moi. Je descends au lac qui est vide ce matin, puis je commence à longer le ruisseau en partant vers la mare. Au bout d’un moment un remous longe la berge de mon côté sans que je puisse en déterminer la source. Je traverse le ruisseau un peu plus loin et reviens en arrière mais plus rien ne bouge. Je continue à descendre le ruisseau par ce côté. 30 mètres plus loin, des ondes proviennent de sous la berge de mon côté, je ne vois rien. Je repars en arrière pour retraverser le ruisseau et reviens doucement vers la source des ondes. C’est un ragondin qui se cache sous la berge. J’arme, vise et lui décoche une flèche de ¾ arrière qui le clou à la berge et l’immobilise très rapidement. Je récupère mon ragondin et ma flèche.

Je continue à descendre le ruisseau. Un peu plus loin, un ragondin vient à ma rencontre en marchant sur le font du ruisseau qui ne fait que quelques centimètres de profond à cet endroit. Il me voit et fait demi-tour alors que j’arme. Il file en rasant le bord. Je me décale du bord et revient sur lui un peu plus loin. J’arme mais il rase toujours la berge de mon côté et je n’ai pas de possibilité de tir. Je repars un peu plus loin pour l’attendre et le vois arriver. J’arme, il part se « cacher », en me tournant le dos, sous une végétation trop claire semée pour le cachée. Je vise et lui décoche une flèche qui le sèche net.

Je longe encore un peu le ruisseau mais rien de plus et il me faut faire demi-tour, il est 13h10. Je retourne au boulot.

A 17h30, en sortant du boulot, je pars pour Saint Arroman, je me gare pour aller chasser sur les mares mais un tracteur travaille les futur champs de maïs et a du faire fuir les ragondins. De l’autre côté de la route, les 2 personnes d’hier refont le parc des chevaux. Je tente tout de même le petit ruisseau mais en vain, pas un ragondin ce soir.

Je pars pour Clermont Pouyguilles, pour la mare aux ânes. Je me gare comme à mon habitude, revient vers la mare par le blé et arrive au bord du ruisseau. Pas de ragondin ce soir. Je remonte le ruisseau vers le petit lac. En arrivant à 100 mètres de la zone arborée, j’aperçois un chevreuil dans le blé. Il avance au petit trot vers le ruisseau et semble parti pour le traverser. Il a maintenant atteint les arbres et je ne le vois plus. J’avance doucement et finis par l’apercevoir à nouveau. Il court maintenant en longeant le ruisseau pour s’en détacher 100 mètres après la zone boisé et bifurquer sur la droite pour rejoindre le petit bois. Ce n’est plus la peine de compter voir un ragondin sur ce tronçon de ruisseau !

Je poursuis vers le lac sans rien voir. Le lac est aussi désert ce soir. Je tente de continuer le long du ruisseau sur 200 mètres pour laisser un peu de temps aux ragondins pour sortir sur le lac. Je ne lève qu’un couple de colverts et à mon retour vers le lac 2 chiens errants en font le tour. Ce n’est pas mon jour, le berger belge et le braque remonte le coteau à mon approche et je retourne vers la voiture sans rien voir. A côté de la mare aux ânes, l’eau bouge devant un des terriers du ruisseau. J’attends un moment mais les ondes s’estompent et rien ne sort. Je retourne à la voiture pour aller à Durban.

Je m’arrête à la mare d’hier soir et aperçois 2 gros ragondins qui broutent sur la bordure droite de la mare. Je regarde sur l’eau au cas où, caché des ragondins par le gros saule. 2 mâles colverts cancanent en face dans l’angle gauche de la mare. S’ils décollent, ils vont faire fuir les ragondins. Je contourne doucement le saule et commence l’approche. Rapidement les canards s’envolent. Les ragondins inquiets redressent la tête et attendent un moment ainsi mais ils recommencent à brouter. Je fais quelques pas lentement mais ils regagnent l’eau.  Je m’avance rapidement sur la pointe des pieds. Un ragondin se détache de la rive et part en diagonale vers les terriers. J’arme, vise et décoche. Il plonge à l’arrivée de la flèche. Je passe au ras au-dessus. Son compère a plongé. Je cours vers les terriers mais un ragondin vient déjà de rentrer sans refaire surface. Les bulles qui remontent traduisent l’arrivée d’un autre ragondin qui semble avancer péniblement sous l’eau. Il finit par refaire surface. Ma flèche lui a en fait cassé la colonne et il nage en rond en essayant de plonger sans succès. Je me décale sur la berge pour tenter de l’achever avec ma dernière flèche qui est dans un triste état. J’arme, vise et décoche mais je suis trop en arrière. Le ragondin succombera tout de même assez rapidement à ses blessures. Je récupère ma flèche et le ragondin et pars pour le lac d’hier soir.

Je me gare au-dessus du lac, un gros ragondin broute au même endroit qu’hier soir mais il se met rapidement à l’eau. Je descends vers le lac. Un ragondin agite la surface de l’eau à l’entrée du ruisseau mais plonge et disparaît rapidement. Comme hier les ragondins vont se réfugier au milieu du lac et reste immobile à me surveiller. Je contourne le bois et reviens vers le lac. L’eau bouge au coin du bois mais le ragondin plonge avant mon arrivée et ressort trop loin pour tenter ma seule flèche. Un autre ragondin revient vers le bord un peu plus loin. Je le laisse faire puis me rapproche doucement mais rien ne bouge quand tout à coup un remous. Il était juste à quelques mètres et je ne le voyais pas. Il retourne avec ses compères au milieu du lac. Je vais vers les poteaux EDF. J’ai juste le temps de voir le bout du museau d’un ragondin entre les pylônes avant qu’il ne plonge pour ressortir au milieu du lac. Il me faudra faire ce lac en canoë, les ragondins sont inapprochables.

Je pars pour Lasseube propre sur un grand lac où j’ai fléché deux ragondins, il y a quelques temps déjà. Je me gare sous la digue et remonte le lac vers le ruisseau d’alimentation. 2 canards décollent, quelques hérons garde bœuf se sont rassemblés pour dormir dans le peuplier d’en face. Au fond, à l’entrée du ruisseau un gros ragondin broute sur la berge d’en face. Je tente de me rapprocher mais il plonge à mon arrivée et je l’entends grogner derrière les arbres du ruisseau. Je tente de faire le tour mais il est déjà au terrier. J’attends un peu en vain, mes tentatives d’imitation du ronement de ragondin n’y change rien. Il ne fait pas tout à fait nuit mais je n’ai pas le temps de faire un autre lac, je rentre.

Sortie du 15 avril 2010

Alex

Partager cet article

Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:36

Mercredi soir, en sortant du boulot, je pars faire un petit tour au ragondin. Je n’ai plus que 2 flèches avec lame et une flèche qui me sert parfois à achever un ragondin blessé, ma troisième flèche est toujours au fond du lac avec mon ragondin de mardi. J’ai commandé un fagot de 20 flèches mais elles n’arriveront que la semaine prochaine, il va falloir faire un peu plus attention que d’habitude.

Je pars pour Saint Arroman en faisant un petit détour pour passer à Labarthe. Ce soir pas un ragondin sur le bord de la route. Je me gare au bord de la route à Saint Arroman pour aller chasser les 2 mares. De l’autre côté de la route, 2 personne longe le ruisseau en inspectant le font et un tracteur travaille le champ sur l’autre rive. Ce n’est pas la peine que je m’y attarde ce soir. Les 2 mares sont vides ce soir. Sur le retour Un couple de colvert me décolle du ruisseau au ras des pieds et manquent me tuer d’un infarctus. Un peu plus loin, une cane solitaire décolle à son tour.

Je pars pour la mare aux ânes à Clermont Pouguylles, Je me gare au bord de la route et reviens vers la mare par le champ de blé. En me rapprochant, j’aperçois un petit ragondin qui broute, de l’autre côté du ruisseau, en me tournant le dos. J’avance doucement mais le vent est capricieux et il finit par me sentir. Il revient vers le ruisseau, j’arme mais le grillage nous sépare. Il bifurque, longe un instant le grillage puis le traverse. J’ai juste le temps de lui décocher ma flèche qu’il saute à l’eau. Un autre ragondin, que je n’avais pas vu, se jette à l’eau sur ma gauche et rentre au terrier sans que je n’aie le temps de le voir. C’est loupé, je récupère ma flèche et remonte le petit ruisseau.

Je passe la zone bordée d’arbres et continue à longer. Les rives sont enherbées et le ruisseau est assez propre. J’avance tranquillement quand tout à coup j’aperçois un gros ragondin dans un virage. Trop tard, il m’a repéré et a détalé au terrier un peu plus loin.

En regardant plus loin, je remarque une tache sombre sur la bande enherbée. C’est un ragondin qui broute au milieu des fleurs. Je commence mon approche, je me rapproche doucement, stoppant à chaque fois que le ragondin interrompt son repas ou lève la tête. Il ne me reste que quelques mètres à faire pour assurer ma flèche mais le vent tourne et le ragondin regagne doucement l’eau avant que je n’aie pu tenter une flèche. Je m’avance, arc armé mais trop tard il est au terrier.

Je décide de poursuivre vers un petit lac situé sur la gauche de ruisseau, j’y ai déjà vu des ragondins, en passant, de la route. J’avance sans me méfier car les bords du lac sont surélevés par rapport au ruisseau. Au moment où je lève les yeux, ils tombent sur un gros ragondin qui m’observe à 40 mètres sur la berge d’en face. Je suis repéré, je joue ma dernière carte, je continue à avancer en longeant le ruisseau comme si de rien n’était et le ragondin me laisse ainsi me rapprocher de 10 mètres avant de descendre à l’eau. De ma position je ne vois pas l’eau, j’escalade le talus de la berge. Le ragondin coupe le lac en diagonale et se rapproche de ma rive. Je longe la berge pour me rapprocher, un petit remous me fait baisser les yeux, un minuscule ragondin retourne au terrier sous mes pieds. Je suis à moins de 10 mètres, j’arme mais il plonge et ressort sur ma droite pour rentrer au terrier.

Je m’avance un peu pour être bien positionné s’il veut ressortir. A mes pieds, plusieurs ragondins que je n’avais pas vus, à la surface de l’eau, calés contre la berge, plongent. 2 rentre dans le même terrier sans me laisser le temps de réagir. Un autre, remonte sur la berge d’en face et rentre dans un autre terrier. Un autre remonte au  milieu du lac, j’arme et décoche juste au même moment il plonge. Je le frôle.

Il part vers le terrier d’en face, je cours et arrive avant lui. Une ombre sombre arrive droit sur moi sous l’eau boueuse. J’arme, il sort juste la tête. Ma flèche part instinctivement et lui frôle le museau alors qu’il a déjà amorcé son demi-tour. Il est à nouveau sous l’eau et part vers le terrier où était le petit. Je récupère ma flèche et cours pour l’intercepter. Il ressort contre la berge, j’arme, vise et décoche. Il plonge à nouveau à l’arrivée de la flèche mais je pense l’avoir touché. J’ai oublié mon lancer à la voiture et je n’ai plus que ma flèche d’achèvement. Je cours en tous sens pour tenter de le tirer mais il finit par remonter dans un coin à ma droite. Et alors que je m’approche doucement, il revient, épuisé, vers moi en longeant la berge et au moment où j’allais le flécher il bifurque pour rentrer dans un terrier que je n’avais pas remarqué.

Je retourne chercher ma voiture. Au niveau de la zone bordée d'arbres, j'ai juste le temps d'apercevoir un très gros ragondin rentrer au terrier, à travers les branches. Je reviens me garer au bord de la route, au niveau de chemin de terre qui descend au lac.

Sortie du 14 avril 2010

Je récupère mes flèches avec mon lancer.

Je pars pour Durban, je m’arrête à une mare au pied d’une résidence secondaire occupée par des anglais. Ils sont là l’herbe est tondue autour de la mare. Je me gare au départ du chemin d’accès à l’habitation et descends à la mare. L’eau bouge dans le coin au pied du saule.

Sortie du 14 avril 2010

J’arrive doucement au bord de l’eau, un ragondin nage en surface vers les terriers à ma gauche. J’arme il plonge et fuse sous l’eau pour ne remonter qu’à couvert dans son terrier immergé. Un autre ragondin se met à l’eau plus loin mais je n’ai pas non plus le temps de tirer, il plonge et disparaît.

Je pars pour un lac à Durban où j’ai blessé un ragondin le mois dernier. Je me gare au bord de la route, de nombreuses foulques nagent sur le lac. Un gros ragondin broute sur la berge opposée.

Sortie du 14 avril 2010

Je passe sous le fil électrique de clôture et commence à descendre vers le lac. Le ragondin se met à l’eau. Un autre ragondin plonge et disparaît à l’entrée du ruisseau d’alimentation (zone des terriers). Je passe les clôture des chevaux traverse le ruisseau passe à nouveau les clôture, traverse une zone marécageuse plantée de joncs et commence à longer le lac.

Le ragondin de tout à l’heure semble être resté au bord, j’avance prudemment mais il démarre à plus de 20 mètres et plonge avant que je n’aie pu réagir. Je cours pour me rapprocher au cas où il ressortirait mais je provoque la fuite d’autres ragondins que je n’avais pas vus. Un premier de belle taille qui broutait au coin du lac, court et se jette à l’eau, 2 autres se mettent à l’eau le long du bois.

Sortie du 14 avril 2010

2 ragondins partent vers les poteaux EDF en béton qui font une passerelle sur le lac. Je sais que les ragondins aiment se cacher entre ces poteaux (j’y en ai blessé un cette année).

Je remonte, contourne le bois et redescends vers le lac. Une onde au coin du bois. Je m’y dirige doucement, un ragondin s’éloigne du bord tranquillement mais plonge alors que j’arme. Je cours et attends au bord mais il ressort trop loin. Plusieurs ragondins me narguent au milieu du lac en tournant autour d’un ancien pylône EDF partiellement noyé. Je me dirige vers les pylônes couchés. Je traverse le déversoir du lac et me rapproche doucement. Un ragondin se détache doucement derrière les pylônes. J’arme et me rapproche doucement. Le ragondin m’a vu, je ne peux pas avancer d’avantage, il est à 10 mètres, j’arme. Je prends la visée mais une petite voie me dit : « ne décoche pas, le ragondin est trop proche du pylône, ne décoche pas… ». Sentant le coup venir je décoche tout de même et ma flèche vient heurter le béton pour exploser en plusieurs morceaux. Le ragondin plonge ainsi qu’un confrère qui était entre les poteaux et que j’ai réveillé à l’impact. Il remonte devant moi à 6 mètres du bord et replonge aussi sec. « Voilà, bien joué Alex, tu n’as plus qu’une flèche correcte ».

Sur ce, je rentre alors que les ragondins me regardent du milieu du lac, je les entends presque rire.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 05:40

Hier soir, en sortant du boulot, je commence par faire un tour sur Labarthe. Je comme par les petits ruisseaux de part et d’autre de la D 929. Je me gare sur la droite de la route en venant se Seissan et commence par le ruisseau de ce même côté. L’eau est trouble mais je ne verrai pas un ragondin. Juste un gros craquement suivi d’une entrée bruyante au terrier sous les ronces. Je traverse ensuite la route et longe le ruisseau le long de la station d’eau potable. Une masse brune me fait croire un court instant à un ragondin mais c’est une canne colvert qui décolle en m’apercevant. Je poursuis jusqu’au Gers et le longe pour remonter ensuite en suivant l’autre ruisseau de l’autre côté du Colza.

J’aperçois un gros ragondin sur la berge d’en face mais faute de pouvoir le récupérer ainsi que ma flèche je décide de le prendre en photo mais il plonge avant que je n’ai pu sortir mon appareil et rentre au terrier d’où sort un filet d’eau boueuse. Deux autres ragondins plongeront un peu plus loin sans que je ne puisse les voir.

Je remonte le petit ruisseau jusqu’à la route sans succès.

Je pars pour les deux petits lacs, un colvert décolle sur le premier qui est tapissé de têtards

Sortie du 13 avril 2010

et un colvert décolle également sur le second mais pas de ragondins.

Je pars pour un grand lac de Clermont Pouyguilles. Je me gare à la ferme et descends vers le lac. Ce soir les vaches sont au pré. Au bord du lac, les ragondins broutent sur la berge opposée. Elles remontent curieuses pour me voir puis, alors que je passe sous les clôtures pour descendre vers le lac, l’une d’elle prend peur et entraîne tout le troupeau avec elle, arrachant les clôtures. Heureusement, elles repartent vers l’étable. Les ragondins, apeurés par ce remue-ménage ont fui. J’en aperçois 2 qui rentrent aux terriers en arrivant au bord du lac, une grosse mère suivie d’un petit. Le tour du lac ne donne rien, je remonte. Les lapins sont de sortie ce soir encore. L’agriculteur rassemble ses vaches qui sont passées dans un autre pré. Je pose mon matériel à la voiture et part m’excuser pour le désagrément avant de partir pour Labéjan.

Je commence par un lac que je n’ai pas encore visité cette année.

Sortie du 13 avril 2010

En descendant, j’aperçois un ragondin qui broute tranquillement. Je suis à mauvais vent et il aura vite fait de me repérer et de s’enfuir vers le gros roncier qui borde le lac. Une vingtaine de canards décollent. Je fais le tour du lac et en finissant la boucle, j’aperçois un ragondin à l’entrée de son terrier au pied du gros roncier. Le temps de trouver une fenêtre de tir au travers des branches il est rentré. Je remonte.

Les lacs sous le village sont déserts. Je pars pour le lac de samedi matin où j’ai vu les 5 ragondins. Je descends entre les herbes hautes et le colza.

Sortie du 13 avril 2010

Pas de ragondin ce soir. De la digue, l’eau de la mare en contre bas semble agitée. Je descends doucement et me positionne au-dessus de la mare sur le talus. Un ragondin arrive, le temps d’armer il est dans les branches et disparaît sous la berge. J’attends immobile. Il ressort 3 ou 4 fois mais toujours sous les branches et le temps de chercher une fenêtre de tir il est à couvert. Il finit par disparaître pour de bon. Je longe le ruisseau en haut du talus qui est truffé de terriers de blaireaux.

En arrivant en vue du lac du Tuco, je remarque 2 taches sombres sur la berge côté gauche. Ce sont 2 gros ragondins au gagnage. Il me faut passer successivement sous Trois fils électriques de clôture et ma canne à pêche en accrochant le second fil me fait repérer. Les ragondins descendent à l’eau. Ils partent vers le milieu du lac alors que je me rapproche du bord. L’un d’eux plonge et disparaît, l’autre revient contre la rive gauche et vient vers moi alors que je viens de me dissimuler derrière un gros peuplier. Il arrive doucement puis à 25 ou 30 mètre, il bifurque pour se coller contre la berge avant de faire demi-tour et de repartir doucement en longeant la berge en sens inverse. Je quitte mon poste et longe la rive derrière le ragondin pour m’arrêter derrière un buisson après la zone des terriers. Le ragondin a fait à nouveau demi-tour et il me vient droit dessus. J’arme alors qu’il est derrière le buisson. Il me remarque seulement en arrivant à mètre de moi. C’est ma seule occasion de la soirée, la nuit tombe, il me faut assurer cette flèche. Je vise derrière la tête et décoche. Ma flèche est pile où je la voulais. Le ragondin plonge et remonte aussitôt en percutant violemment la berge. Je me rapproche et l’aperçois, immobile sur le dos. Le pensant mort je ne me presse pas mais d’un dernier coup de patte arrière il s’éloigne du bord et commence à tourner sur lui-même et se met à couler à  mètres du bord sans que je n’ai le temps de réagir. Il ne remontera pas, je suis bon pour attendre quelques jours pour récupérer ma flèche restée en travers du ragondin !

Sur le retour, je n’aperçois que 2 canards sur le lac du Lion. En voiture je croiserai la route d’une petite chevrette, de 2 lapins et d’un renard.

La pression de chasse que je fais subir aux ragondins du secteur commence à se faire sentir, il en reste encore pas mal mais ils sont de plus en plus malins et sortent de plus en plus tôt le matin et tard le soir.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LA RECHERCHE AU SANG

Cliquez sur la photo

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

BONNES ADRESSES CHASSE

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image

 

FOURNISSEURS

 

 

 

 MATERIEL :

 

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE

 

Buffle murrah
Guanaco

 

ESPAGNE

 

Chèvre sauvage
Mouflon à manchette

GUYANE

 

Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Québec

 

Ours noir

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe
Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard

 

Répartition des prélèvements grands gibiers

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin albinos
Ragondin
Rat musqué

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse

 

Guyane

 

Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara

 

Argentine

 

Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant

 

Québec

 

Tétras du Canada
Gélinotte huppée
Bernache du Canada