Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 05:56

Cette année, je n'ai pas encore chassé le tour de Bourras. Ce soir, je me gare au bord de la route en bas du chemin blanc de Factom où je finirai ma soirée de chasse. Le temps est orageux, j'hésite à prendre mon appareil photo mais le prends finalement et mets un sac plastique dans ma poche pour le protéger au cas où. Je me prépare rapidement puis longe la route pour rattraper celle de Courensan qui remonte à gauche entre Factom et Bourras. Je la suis un instant entre le grand champ de blé sur ma gauche et le semé de soja sur ma droite. Au passage de tracteur qui rentre dans le semé, je bifurque pour rejoindre le bois de Bourras à travers le soja. Je passe un bosquet en long qui remonte dans le soja depuis la bordure de l'Osse et aperçois alors une grosse boule sombre à environ 150 mètres, au bord de a vieille Osse qui se sépare de l'Osse un peu plus en amont. C'est un très gros ragondin. En zoomant avec mon appareil photo, je me rends compte que c'est une femelle et son petit. J'hésite à tenter une approche mais préfère ne pas perdre de temps et continue mon chemin.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Je rejoins le bord du bois de Bourras et le longe jusqu'à la vieille Osse puis descends dans son lit asséché pour la traverser et remonter dans l'ancienne peupleraie abattue qui a laissée place à une jungle impénétrable. Je retrouve une flèche perdue l'an dernier dans le gravier du lit du cours d'eau et la remets au carquois. L'an dernier les passages de sangliers permettaient de progresser sans mal mais cette année la végétation a tellement poussé que les coulées forment des tunnels. Je décide donc de poursuivre par le lit asséché du cours d'eau retourné par les coups de nez de sangliers. Au premier virage, je tombe sur un gros trou d'eau qui me barre la route. Je remonte donc sur la gauche, côté bois, par une grosse coulée de sangliers qui a creusée le talus abrupt. Je me faufile ainsi un moment à travers le bois assez épais par les nombreuses coulées très fréquentées puis redescends dans le lit asséché pour le traverser en face d'une parcelle de blé, prise entre la vieille Osse et l'Osse. Je remonte pour suivre la bande enherbée le long des céréales. Les sangliers ont fait pas mal de dégâts sur cette culture. J'avance tout doucement en espérant voir des animaux mais rien. J'arrive à la passerelle de la palombière sans rien voir. Je traverse la vielle Osse par la passerelle, traverse la bande étroite de bois et le tunnel de la vieille palombière qui suis le centre de cette bande boisée et ressors dans une grande friche prise entre le bois de Bourras et un autre grand bois un peu plus haut. Deux grosses haies ferment les deux côtés. Je scrute un moment le secteur sans rien voir puis pars à droite en longeant le bois pour rattraper un large passage entre la haie et ce dernier. Je rejoins ainsi une très grande parcelle de tournesol qui longe la vieille Osse. Je scrute le secteur sans voir d'animaux puis prends à gauche pour suivre la haie en alignement de la bordure du bois. J'avance doucement en regardant tout autour de moi. Le tournesol fait place à une immense friche qui s'étend jusqu'à la route qui passe en haut du bois à plusieurs centaines de mètres. Je poursuis en longeant le bois, le petit plan d'eau pris dans la bordure du massif forestier et tout boueux mais rien ne bouge à cette heure-ci. Une volée de palombes décolle de la friche pour rentrer au bois. J'arrive à la route sans avoir vu de chevreuil. Je la longe un peu puis prends à gauche en longeant le bois le long d'une parcelle de tournesol à peine levée et rejoint une parcelle de vigne. Je prends à gauche pour vérifier les premiers rangs puis reviens sur les pas pour contrôle les suivants. N'ayant rien vu, arrivé aux derniers rangs, avant un plantier de vigne envahi par la végétation, je longe entre eux pour rejoindre le bord du bois quand un jeune brocard, avec un petit bois d'un côté et un bouton renflé de l'autre, surgit devant moi contre le rang de gauche et fonce vers le bois en aboyant. Je ne l'avais pas vu, couché dans la végétation. Je continue tranquillement vers le bois alors que le brocard mécontent abois sur place, à couvert du massif forestier. Je prends à droite le long du bois en surveillant le plantier en friche et rejoint une petite parcelle de blé au coin du bois qui précède une autre vigne plus à ma gauche. Il commence à pleuvoir, je mets mon appareil photo dans le sac plastique que j'attachache à ma ceinture. Rien, je traverse un semé pour rejoindre une vigne prise dans le bois d'en face, je contrôle les intervalles entre les rangs et tombe sur un gros lièvre environ au milieu de la parcelle. Il détale, rien sur le reste de la vigne, je longe le bois jusqu'à une autre parcelle de vigne et longe entre elle et le bois pour revenir à la route qui délimite le territoire. En suivant la route, j'arrive au coin d'une petite parcelle de blé bordé par le bois en L.

La pluie a cessé, je ressors mon appareil photo. Je quitte la route pour longer entre le blé et le bois. J'avance doucement quand je repère des bois à environ 100 mètres dans le blé. Je contrôle le vent qui vient de ma gauche. Je continue mon approche tranquillement et stoppe à chaque fois que le brocard relève la tête. Arrivé à environ 50 mètres, je rejoins le premier passage de tracteur qui semble passer tout près du brocard. Je reprends mon approche lente dans le passage de tracteur qui fait une légère courbe à droite en remontant légèrement. Je me baisse de plus en plus en approchant, alors que je suis à environ 20 mètres, je stoppe brusquement en apercevant les bois du brocard qui remontent. Je me baisse au maximum, il secoue la tête de haut bas plusieurs fois puis se calme et se remet à manger tête basse. Je reprends mon approche voûté jusqu'à 12 mètres. Il est de 3/4 arrière, tête basse. La moitié base de son corps est cachée par le blé. J'arme doucement mon arc et aligne ma visée en me redressant. Ma visée calée devant son cuissot, je décoche. Un Impact très sonore retentit et le brocard démarre en trombe en direction du bois.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Il est passé par-dessus un mur de ronces pour disparaître dans le bois et il me semble l'entendre quasiment aussitôt se débattre au sol. J'écoute encore un peu, le calme revient quand les aboiements étouffés d'un brocard commencent à se faire entendre. Le chevreuil semble s'éloigner doucement et je commence à douter.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Je pars chercher ma flèche pour patienter un peu avant d'attaquer ma recherche. Je la retrouve facilement plantée au sol dans le passage de tracteur.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Je cherche ensuite des indices mais rien, pas la moindre goutte de sang et l'orage menace. Je me dirige donc à l'endroit où le chevreuil a passé le mur de ronces. Les ronces sont retournées sur le dessus mais pas de sang. J'examine longuement les feuilles et finis par trouver une goutte de sang. Il va bientôt pleuvoir, je passe les ronces et trouve des gouttes de sang dans le bois. Je les suis difficilement sur quelques mètres car elles sont rares quand en levant les yeux j'aperçois mon chevreuil mort à quelques mètres devant moi. Il n'a pas fait plus de 25 mètres. Ma flèche est rentrée un peu plus en arrière que prévu, dans le cuissot. 

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

En l'examinant, je constate que ma flèche est ressortie au défaut de l'épaule opposée. J'appose mon bracelet, à l'aide d'une lame de chasse car je viens de me rendre compte que j'ai oublié mon couteau à la voiture, et lui rends les honneurs alors qu'il commence à pleuvoir. Je sors vite du bois pour faire quelques photos souvenir avant le gros de l'averse.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Je remets vite mon appareil photo dans le sac plastique avant que le ciel me tombe sur la tête. J'attache les 4 pattes du chevreuil ensemble et le charge sur l'épaule pour rejoindre la route de Courensan et redescendre vers ma voiture sous une pluie battante. Alors que j'arrive au niveau du semé de soja, j'aperçois un chevreuil au gagnage à environ 200 mètres près du bosquet en long qui démarre au bord de l'Osse. Il broute le soja côté route. À son allure, je suis sûr qu'il s'agit d'un grand brocard. Je décide de tenter l'approche. Je laisse mon brocard dans le fossé, au bord de la route et fait une boucle dans le semé pour être caché par le bosquet avant de m'approcher rapidement du coin droit de ce dernier. Je me penche doucement, il mange toujours à environ 10 mètres de la bordure du bosquet, à environ 80 mètres. Je laisse le sac qui contient mon appareil photo au coin du bois et commence mon approche avec la flèche encochée en longeant doucement le bosquet. Je stoppe à chaque fois qu'il relève la tête et gagne du terrain mais alors que je ne suis plus qu'à 50 mètres. Le tonnerre gronde plus fort et fait sursauter le brocard qui revient vers le bois en trottinant et en biaisant vers moi. Il rentre au bois à environ 40 mètres. Espérant qu'il va ressortir, je presse le pas pour me rapprocher de l'endroit où je l'ai perdu de vue pour m'y poster mais le brocard venait vers moi par la bordure du bois et m'a aperçu au travers des feuillages épais. Il démarre en aboyant et s'éloigne vers le bois de Bourras. Je retourne chercher mon appareil photo puis mon chevreuil et retourne à ma voiture. Alors que la pluie cesse et laisse place à un bel arc en ciel.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Je vide mon chevreuil et le dépose dans le bac à gibier dans ma voiture. Je laisse également mon appareil photo et la flèche retrouvée en début de soirée avant de repartir en chasse. Je pense qu'il va repleuvoir, mon appareil photo ne fera que me gêner. 

je prends un passage de tracteur qui descend vers l'Osse entre une grande friche et un champ de blé tout en surveillant le secteur. Rien, le blé laisse place à une petite prairie, toujours rien, je prends à droite en suivant le blé dans la prairie et rejoins le bord de l'Osse. Le blé a été mangé par endroit par les sangliers et les ragondins mais rien ne bouge ce soir. Le blé fait place à une parcelle de tournesol. Je suis toujours la rivière jusqu'à un passage de tracteur surélevé qui rejoint la route entre cette parcelle de tournesol et la suivante. Je remonte le talus et longe le chemin en direction de la route quand une chevrette démarre sur la gauche, juste contre le talus, dans les herbes hautes et s'éloigne à grands bonds dans le tournesol. Son arrière train et noir de diarrhée. Ce n'est pas bon signe, j'espère que les chevreuils du coin ne vont pas à nouveau être décimés par cette maladie qui commence de cette façon et finit rapidement par la mort. Je continue pendant qu'elle s'éloigne. Un peu plus loin, c'est un lièvre qui se débine dans le tournesol. Je rejoins la route et prends à gauche pour la longer jusqu'à la limite du champ de féveroles qui remonte sur la droite de la route. Au coin des féveroles, je quitte la route et longe la culture en bordure d'une grande prairie. Une chevrette démarre dans les féveroles et s'éloigne à grands bonds à plus de 100 mètres. Est-ce moi où les sangliers qui l'ont délogé ? Je scrute un instant la culture mais rien ne bouge. Je continue à remonter vers une mare qui borde la culture. L'eau bouge devant les terriers, les ragondins ne sont pas loin. L'eau a beaucoup baissé et les sangliers sont venus se souiller dans la boue du bord du plan d'eau. De nombreuses coulées très marquées rentrent dans les féveroles. Je continue à remonter doucement mais me fais repérer par un brocard qui démarre dans la culture à plus de 100 mètres et s'éloigne en aboyant jusqu'à ce que je le perde de vue. Je continue, arrivé au coin de la culture je prends à droite pour longer doucement entre cette dernière et la vigne. Un peu plus loin nous nous surprenons mutuellement avec un renardeau qui démarre à quelques mètres de moi dans les féveroles et se débine tranquillement. Je tente de l'appeler mais il disparaît. Je continue entre la vigne et les féveroles jusqu'au coin de la vigne et prends à gauche pour remonter entre la vigne et le bois de Factom. Je surveille entre les rangs de vigne mais aucun chevreuil ce soir.

Au coin du bois, je tourne à droite pour le suivre entre ce dernier et une autre parcelle de vigne. Je surveille entre les rangs mais toujours pas de chevreuil, alors que j'arrive au dernier rang, j'aperçois un renard de cul à environ 50 mètres. Je me fige, il bifurque et prend tranquillement à gauche pour passer le rang précédent. Je me décale au bout de ce dernier. Le renard mulote tranquillement. Je commence à appeler, d'abord semblant indifférent, il finit par se retourner et démarre pour foncer vers moi. J'accroche vite mon décocheur et arme mon arc. J'aligne le renard dans mon viseur alors qu'il arrive toujours sur moi d'un pas décidé. Les feuillages me gênent pour viser. Le renard arrive à mes pieds et décroche brusquement sur le côté mais, alors que je pense le voir s'enfuir, il stoppe net plein travers à 2 mètres. J'aligne instinctivement ma visée sans vraiment me servir de mon viseur et décoche. La flèche le traverse plein poumons. Il se courbe sur l'impact et démarre pour remonter sur environ 19 mètres entre les rangs puis prend à gauche et passe un rang. Je le perds de vue mais il me semble l'entendre très vite se débattre au sol. Je récupère ma flèche plantée au sol et commence à chercher le sang mais rien. Impossible de trouver la moindre goutte. Je passe dans le rang suivant, rien non plus, dans le suivant toujours rien, en passant dans le suivant, j'aperçois mon renard mort sur le flanc contre un cep. Il n'a pas fait 15 mètres. C'est une renarde qui ne semble pas avoir allaité cette année. Je la récupère et retourne vers ma voiture en prenant à droite au coin du bois. Après le bois, je longe la vigne alignée au bois en surveillant entre les rangs.

Un peu plus loin les rangs sont plus longs et dépassent sur la gauche. Une chevrette arrive dans la vigne et passe les rangs pour sortir au bout du premier rang plus court. Elle stoppe net, je suis à mauvais vent, elle m'a senti, elle hume un instant puis fait demi-tour pour disparaître dans la vigne. Je contourne les rangs les plus longs pour revenir le long du haut de la parcelle de blé jusqu'au chemin blanc qui redescend vers ma voiture. La chevrette redémarre dans le blé et s'éloigne à grands bonds. Plusieurs palombes descendent pour boire à la mare un peu plus en avant, au coin de la vigne. En arrivant près du plan d'eau, je constate que l'eau est agitée et je pense qu'il s'agit de ragondins mais ce sont de grosses carpes. Je rejoins le chemin blanc et descends en suivant les féveroles sur ma droite. Je scrute la surface des cultures quand je repère du mouvement dans les féveroles à environ 40 mètres du chemin. Je me fige et entends le bruit des féveroles qui craquent sous les dents d'un animal un peu plus à droite du mouvement. Je surveille un moment mais la nuit arrive. Je décide de tenter une approche dans la culture, je pose le renard et rentre dans les féveroles mais avancer sans bruit est mission impossible. J'avance d'un pas stoppe plusieurs secondes, un pas encore... Le bruit a cessé et un chevreuil surgit des féveroles à l'endroit où j,avais vu du mouvement tout à l'heure. Il s'éloigne à grand bonds en aboyant et s'arrête plusieurs fois pour regarder vers moi. Il fera vite nuit, je n'entends plus les bruits de mastication, je décide de rentrer. Arrivé à la voiture je fais quelques photos souvenir avant de rentrer.

Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022
Un beau doublé lors d'une soirée d'approche orageuse, 22 juin 2022

Alex

Partager cet article

Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 14:26

Ce matin, le réveil sonne à 3 heures, je me prépare rapidement et pars pour l'aéroport de Blagnac. À l'entrée de la déviation de Gimont, je me fais une petite frayeur en apercevant un gros sanglier mort contre le parapet de droite. À 4h15, je laisse ma voiture devant la grille du parking Boxx'in de Blagnac et la clef de cette dernière dans une boîte à l'aide d'un code reçu la veille par SMS. Je presse le pas pour arriver à l'aéroport à quelques minutes de marche. Je rejoins l'enregistrement où je tombe sur une file d'attente immense. Je vais aux bornes pour imprimer ma carte d'embarquement mais ce n'est que pour air France. Je vais au bout de la file et attends patiemment mon tour mais l'heure tourne. Alors que je me présente à la porte d'où un employé dispatche les voyageurs sur les différentes files, il me demande ma destination. "Majorque." " File de gauche." "Ok, merci." Après quelques minutes dans la file, je cherche du regard la D12 et comprends que j'ai attendu pour rien. Je suis dans le bloc Air France. Il me faut passer sous la barrière pour rejoindre la file de Rayanair. Il y a pas mal de monde devant moi, il est 5 heures et la fin d'enregistrement est annoncée à 5h45. L'unique guichetière passe un temps Infini avec chaque personne, il semble que tout le monde ait un problème. Quand arrive enfin mon tour, il est presque l'heure de fin d'embarquement et il y a encore beaucoup de monde derrière moi. "Bonjour, passeport et carte d'embarquement." J'ai mon passeport mais pas de carte d'embarquement. "Vous avez reçu un mail de Rayanair monsieur." Je cherche sur mon téléphone mais rien. "Vous êtes enregistré monsieur vous devez avoir une carte d'embarquement". Je cherche sur le site Rayanair et la trouve enfin. "Si vous voulez l'imprimer c'est payant." "Non merci, je vais la garder sur mon téléphone". Je pose ma valise sur le tapis, elle part pour la soute. Je me dis que c'est bon mais la guichetière me demande de passer ma petite valise dans un gabarit. Elle est trop grande de 5 cm, je dois payer 35 euros pour la mettre en soute ou 20 pour la garder avec moi. Ce sera 20, cette fois, je peux y aller. Arriver aux portiques avant le contrôle des effets personnels, impossible de lire le code barre sur l'écran de mon téléphone à la borne. Une agent vient à mon secours mais n'y arrive pas non plus et, après plusieurs tentatives, elle m'ouvre un passage sur la droite des files. Arrivé aux agents suivants, ils n'arrivent pas non plus à lire le code avec leurs lecteurs portatifs. Ils s’y mettent à 2 mais impossible. Ils finissent par lire avec leurs yeux et non leurs machines et me disent que je peux passer. Je pose mes affaires dans les bacs et passe le portique mais il sonne. Contrôle plus poussé des agents et test de traces de poudre. Cette fois, c'est bon, je peux passer et récupère mes affaires. C'est alors que pour gagner encore un peu de temps, je confonds mon numéro de siège avec le numéro de la porte d'embarquement. Soit le 6 à la place du 51, je presse le pas mon vol est annoncé à 6h25 et il va être 6 heures. Arrivé à la porte 6, personne. Je comprends mon erreur et trouve un panneau d'affichage qui m'indique le 51, je dois vite faire demi-tour. Je presse de plus en plus le pas et arrive juste au moment de l'embarquement. Ouf, ça y est, je suis dans l'avion. C'est pourtant le 22 avril c'est la Saint Alexandre mais, comme d'habitude, il faut toujours que j'ai des soucis avec les avions.

Après un vol sans encombre d'un peu moins de 1 heure, me voilà à Palma de Majorque. Mon bagage est au dernier tapis, le 19, à l'autre bout de l'aéroport. Je presse le pas et arrive au contrôle covid mais les agents qui discutent me laissent passer comme si j'étais invisible et arrêtent la personne suivante. La chance revient. J'arrive au tapis roulant. Pas encore de bagage mais ils arrivent très vite et le mien arrive en second, cette fois c'est sûr la chance revient. Mon ami Francisco m'attend à la sortie, quelle joie de le revoir. Nous partons pour son appartement où nous nous changeons rapidement, je prépare mes flèches et mon arc et après une petite collation et une boisson, nous voilà partis pour la chasse. Francisco avait prévu de m'emmener chasser sur le territoire d'un de ses amis car son coto est fermé à la chasse à l'arc aujourd'hui, la priorité est donnée aux carabines. Malheureusement, son ami l'a planté hier et il a dû se rabattre sur un territoire appartement à son patron. Nous passons jeter un coup d'œil sur son territoire avant de partir sur l'autre secteur. Un 4x4 est garé, un chasseur à la carabine est sur le secteur. Francisco jumelle un peu le secteur mais rien. Nous partons pour l'autre territoire. Arrivé sur place, je comprends que le territoire est clos, ce qui ne plaît pas trop mais sachant que mon ami s'est donné du mal pour que je puisse chasser, je ne dis rien. Francisco ouvre la barrière

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

et la referme derrière la voiture. La piste traverse des prairies verdoyantes puis rentre dans un bois de pins. 

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Paco se gare un peu plus loin sur la piste, au milieu du bois de pins. Je décide de chasser avec mes chaussons de plongée pour limiter le bruit lors des approches, Paco me dit qu'il vaudrait mieux les chaussures de marche mais je décide de faire à mon idée. Je peux tirer tous les animaux que je verrai. Nous partons tous 2 par la piste qui remonte au milieu du bois.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Plus haut, le paysage s'ouvre sur une garrigue très rocailleuse avant un grand virage à droite de la piste. Des perdrix rouges décollent en caquettant sur la gauche du chemin. Un vent soutenu souffle maintenant sur nous.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous stoppons dans la ligne droite après le virage pour observer le secteur. Francisco est en plein jumelage quand j'aperçois une tâche rousse, près d'un pin, sur le penchant opposé, à environ 200 mètres, il y a 2 animaux. Grâce au zoom de mon appareil photo, j'identifie une chèvre et un jeune, ce que confirme mon ami.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Un autre animal sort de la végétation plus à gauche, c'est une chèvre à la robe beige

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

puis un autre animal à la robe d'un rouge foncé apparaît en sortant du fond de la combe.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Pas de bouc, ce n'est pas normal à cette période de l'année où le rut devrait avoir commencé depuis plus de 1 mois. Francisco cherche sans succès à repérer le mâle. Je décide de tenter ma chance, une approche directe me ferait très vite repérer. Nous remontons la piste un moment puis, avant le virage suivant qui monte ensuite au-dessus du penchant opposé, nous quittons la piste pour descendre vers le fond de la combe. Je commence alors à comprendre l'insistance de mon ami pour que je change de chaussures. La descente dans les rochers saillants est très douloureuse. Alors que je m'apprête à attaquer mon approche par le fond de la combe,

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Paco m'interpelle et me conseille d'attaquer, un peu plus haut, sur le flanc de la colline qui est un peu plus fourré. Je suis son conseil et commence mon approche, le relief du terrain me cache les chèvres mais j'avance tout doucement au cas où je tomberais sur d'autres animaux cachés par les arbustes dispersés. Le terrain très rocailleux est douloureux et je calcule mes pas. La végétation devenant de plus en plus épaisse, je biaise pour passer un peu plus haut. Paco, resté en arrière, m'envoie un message pour me dire de ne pas trop monter car, de sa position, il voit les animaux qui regardent déjà vers moi. Mon téléphone étant en silencieux, je ne me rends pas compte de sa réception. Je continue mon approche et passe un gros rocher qui me cachait le secteur des animaux. J'avance tout doucement vers des pins quand j'aperçois une tête noire qui dépasse de la végétation à environ 50 mètres.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je me décale doucement sur la gauche pour me cacher derrière les pins mais la chèvre lance son sifflement d'alerte. J'aperçois alors, entre les troncs de 2 pins devant moi, un jeune animal qui arrive d'un pas décidé par la gauche pour rejoindre la chèvre qui est certainement sa mère. Je me décale doucement sur ma droite pour tenter de voir les animaux. Mais la chèvre est face à moi, à environ 30 mètres et me fixe un instant avant de donner l'alerte et s'éclipser rapidement dans la végétation, suivie par le jeune. Je m'avance doucement mais plus d'animaux sur le secteur, j'ai été repéré. Je fais une boucle à travers la garrigue et les gros rochers pour tenter de trouver les autres animaux et rejoindre le fond de la combe. Rien, je commence à revenir en arrière par le fond de la combe et repère une sorte de puits bâti en pierre. Je m'approche et constate que les ossements de plusieurs animaux en couvrent le fond. Ils y sont morts piégés.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je commence à remonter pour contourner un gros rocher par la droite quand je tombe sur une tortue d'Hermann (Hermanni hermanni) grosse comme la paume de ma main, c'est une espèce endémique de l'île.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Un peu plus haut se trouve une grotte percée dans la roche, partiellement masquée par la végétation.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je remonte pour voir s'il n'y aurait pas des animaux à l'intérieur. Rien malgré les couches dans la poussière et les crottes, je remonte pour aller rejoindre mon ami mais l'aperçois rapidement, il s'est avancé. Nous remontons à travers la garrigue vers le chemin qui passe un peu plus haut. Nous dérangeons à nouveau des perdrix. Le sol est jonché de crottes, la végétation et les branches basses sont broutées, signe d'un grande fréquentation des lieux, mais impossible de voir des animaux. Nous rejoignons le sommet de la colline qui nous donne une superbe vue sur le secteur jusqu'à la mer.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous jetons un coup d'œil de part et d'autre de la crête en espérant surprendre des animaux mais rien. Le côté gauche, en pente raide, est couvert d'un bois épais,

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

nous restons un moment en observation mais ne voyant rien nous redescendons côté droit sur une zone rocailleuse qui semble très fréquentée, couverte d'arbres et arbustes broutés et espacés. Les branches basses broutées et sèches me griffent les jambes au travers de mon pantalon et coûteront son pantalon à mon ami en le déchirant à 2 endroits au niveau du genou. Nous tombons sur plusieurs restes de carcasses et des ossements, des animaux ont été abattus sur ce secteur. Nous finissons par arriver en vue du bas de la pente, mes pieds me font souffrir mais je ne dis rien, c'est de ma faute. Une grande clôture longe le bas de la colline et nous sépare des prairies où broutent des brebis. Nous restons un peu à l'écoute quand il me semble entendre un bêlement de chèvre un peu plus loin, mais au milieu des bêlements de mouton, je ne suis pas sûr de moi. Mon ami ne peut pas confirmer car, à cause de ses prothèses auditives, il ne peut pas entendre les sons lointains. Nous descendons et rejoignons une très grosse coulée qui longe le bas de la pente. Nous prenons à gauche pour la suivre un moment mais, après plusieurs centaines de mètres sans rien voir, nous faisons demi-tour pour rentrer à la voiture. Nous biaisons à travers un bois de pins, Paco contrarié presse le pas, j'ai du mal à le suivre tant j'ai mal aux pieds sur ce sol rocailleux. Nous n'y croyons plus quand, brusquement, Paco me fait signe et se baisse rapidement. J'aperçois alors, trop tard, 2 chèvres à environ 15 mètres au-dessus de moi. J'essaie d'encocher une flèche mais nous sommes repérés, elles démarrent en s'enfuient. C'est peut être elles que j'avais entendues tout à l'heure. Nous reprenons notre marche rapide. Un peu plus loin alors que je regarde au sol pour éviter de marcher sur un caillou trop saillant, j'aperçois un léger mouvement près du pied de Paco. Il vient de marcher à quelques centimètres d'une toute petite tortue. Je l'attrape et la montre à mon ami avant de la relâcher.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous terminons notre boucle et rejoignons la voiture avant d'aller manger dans un restaurant décoré d'une tête de cerf, d'une de bouc et d'un magnifique crâne de bouc aux cornes longues et torsadées. J'ai les pieds en compote. La chasse est finie pour aujourd'hui car nous n'avons nulle part où chasser cette après-midi. L'après-midi et la soirée se passeront donc tranquillement chez mon ami. Je serai chargé de faire une démonstration de cuisson pour le confit de chevreuil que je lui ai apporté.

Ce matin, Paco vient toquer à la porte de ma chambre vers 5h30, je me prépare rapidement. La pluie est annoncée jusqu'en début d'après-midi. Après un Colacao et un petit biscuit fait maison, nous finissons de nous préparer et c'est le départ pour la chasse. Nous allons chasser sur le coto de mon ami, l'objectif est de repérer et chasser un grand mâle, si ce n'est pas le cas nous élargirons notre recherche à des boucs plus petits. J'ai l'autorisation de tirer les animaux que je veux à part les boucs et chèvres typiques de Majorque. Il se gare au départ d'une piste rocailleuse où était garé le 4x4 hier, près d'une zone résidentielle. Je n'avais pas compris que c'était son territoire de chasse, lors de notre première chasse, en 2018, nous n'étions pas arrivés par ce côté du territoire. Il fait encore nuit, je chasserai avec mes chaussures de randonnée, la leçon d'hier m'a suffi. Nous allons remonter un moment jusqu'à arriver sur un bon secteur où se trouvent souvent les animaux. Il ne pleut pas pour le moment et le ciel ne semble pas trop couvert mais un vent très soutenu souffle. Nous commençons notre ascension et longeons un moment des habitations, bordées d'immenses figuiers de barbarie, sur notre gauche alors que, derrière le bois qui borde l'autre côté du chemin, des collines de garrigue s'étendent à perte de vue. La luminosité croit doucement au-dessus de la mer et les lumières de la ville brillent au loin.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

La piste rocailleuse en lacets finit par déboucher sur une zone plus ouverte alors que la luminosité commence à être suffisante pour voir les animaux. Je scrute le paysage en vain, mon ami hume l'air qui devrait empester le bouc à cette saison mais les pluies et les températures inhabituellement basses pour la saison ont certainement décalées le rut.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Un peu plus haut nous faisons une pause pour observer alors que le paysage s'ouvre.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Pas d'animaux mais un beau crâne de bouc blanchi par le soleil est posé à 30 mètres du chemin dans la végétation. Paco me raconte qu'il a tiré un joli bouc sur ce secteur.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous continuons à monter pour rejoindre le secteur où j'ai fléché mon bouc blanc lors de notre première chasse ensemble. Le temps change, la pluie semble tomber plus loin sur les collines. Arrivés sur la zone où Paco voulait me conduire, nous quittons le chemin et remontons le penchant peu prononcé

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

pour rejoindre un gros pin en crête

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

où nous nous postons un moment, assis contre le tronc, dos à dos, en observation, chacun d'un côté. Le vent a beaucoup forci et la pluie commence à tomber. Paco m'explique que le temps n'est pas bon pour la chasse, seul, il ne serait pas venu chasser. Il pense que les animaux ne quitteront pas le couvert forestier avec cette pluie. J'enveloppe mon appareil photo neuf dans un sac plastique pour ne pas le mouiller car lors de ma sortie au mouflon à manchette, la pluie m'a déjà coûté le précédent. Paco me propose de le mettre dans son sac à dos. Un vent glacial pousse de grosses averses en provenance de la mer. Notre vision est limitée par les touffes de végétations basses et par les arbustes qui couvrent le penchant. Après un moment, je décide de quitter mon poste pour aller prospecter le secteur. Paco me conseille de me concentrer sur les zones boisées.

Je bascule sur la droite de la crête, la colline bloque le vent qui est ici très faible. Je biaise vers un bois de pins en avançant doucement tout en surveillant le secteur. Alors que je rentre dans le bois, la végétation basse est très épaisse sous les arbres. Les coulées très fréquentées par les chèvres ont taillé des passages très marqués. Je n'ai fait que quelques mètres quand je fais démarrer un gros animal à à peine 10 mètres. Je n'ai pas pu l'identifier, je l'ai seulement entraperçu au travers de la végétation en l'entendant s'enfuir. Je tourne un moment dans le bois sans retrouver d'animaux puis, en descendant un peu plus, je rejoins un sentier que je décide de longer un peu, je suis déjà trempé par le frottement de la végétation humide. Brusquement, j'entends des bêlements plus bas dans le bois. Je tente une approche mais la végétation est tellement dense que je n'ai pas de visibilité à plus de 10 ou 15 mètres et m'épuise à chercher mon chemin alors que les animaux semblent s'éloigner rapidement avant de se taire. Je reviens vers le chemin puis remonte vers la crête pour rejoindre Paco. En arrivant en crête, j'étends les bêlements d'un troupeau en contrebas. Le vent est à nouveau puissant mais face à moi, la pluie qui s'était calmée se remet à tomber. Je fais signe à mon ami que j'ai entendu des animaux en contrebas et tente une approche. Je descends doucement, la zone est assez dégagée puis les arbustes et arbres se font de plus en plus présents. Plus à droite, la pente se couvre d'un bois et il me semble que les animaux bêlent dans la zone arborée. Je biaise vers le bois puis m'y avance doucement en faisant régulièrement des pauses pour observer. Je descends toujours et il me semble que les animaux sont toujours aussi loin mais qu'ils se sont séparés en 2 groupes, un à ma gauche en contrebas et un à droite également plus bas. Je biaise à gauche où les bêlements semblent de plus en plus présents. Alors que le paysage s'ouvre à nouveau, je repère une chèvre au magnifique pelage gris foncé avec des pointes de blanc, elle est suitée d'un jeune au pelage roux clair. J'aperçois alors plus bas un bouc qui semble pur, il broute le feuillage. Seuls son cou et sa tête dépassent des arbustes. Un petit pin est devant moi à environ 10 mètres, je m'avance tout doucement et me cale derrière. La chèvre grise est au-dessus un peu plus en avant à environ 40 mètres, le bouc est à environ 50 mètres en contrebas plus en avant. 2 jeunes animaux semblant purs passent sur le chemin en contrebas sous le bouc et disparaissent derrière un arbre qui domine le bouc. Je ne peux pas bouger sans être vu. La chèvre se met à bêler en broutant par moment, le petit regarde vers moi et semble me voir au travers des branches pourtant fournis du pin. Il regarde la chèvre, regarde vers moi, tourne sur place mais revient toujours à regarder vers moi. La chèvre finit par comprendre que quelque chose inquiète le jeune, elle se tourne face à moi et regarde fixement dans ma direction. La pluie tombe par bourrasques, le vent est bon pour le moment. Des animaux bêlent dans mon dos dans le bois et semblent se rapprocher. Je suis coincé sous le regard de 2 animaux qui me fixent. Le bouc s'éloigne un peu et disparaît dans la végétation arbustive. Après quelques minutes, la chèvre s'éloigne en remontant dans la végétation et en bêlant. Le jeune, tout en jetant des regards vers moi, la suit et je les perds de vue. J'en profite pour m'éclipser tout doucement. Baissé dans la végétation, je surveille derrière moi, au cas où je verrai la chèvre, et passe derrière un autre pin fourni qui est planté au bord du chemin qui passe juste en-dessous. Je descends sur le chemin en contournant le pin puis commence à le longer doucement quand j'aperçois le bouc à environ 40 mètres. Il broute les feuillages, seule sa tête dépasse de la végétation. Je gagne quelques mètres jusqu'à un petit arbuste qui pousse au milieu du chemin et me cale derrière en observation. Ce bouc semble pur et il ne porte pas un grand trophée. S'il est pur, je ne peux pas le tirer et ce n'est pas le type de trophée que Paco voudrait que je tire. Le temps d'hésiter quelques secondes, le bouc, qui broute tranquillement, relève brusquement la tête et regarde vers moi alors que je suis baissé derrière l'arbuste. Il m'a vu et me fixe. Je reste immobile mais il ne me lâche pas des yeux. Au bout d'un moment, il biaise doucement pour venir au-dessus de moi en remontant un peu. Je me redresse et arme mon arc. Il se dégage plus à découvert, il ressemble vraiment à un bouc pur, il est à 40 mètres, trop loin et inquiet. Il repart sur 20 mètres en remontant le penchant. Je désarme. Il regarde vers moi puis repart et se débine ainsi d'un pas tranquille jusqu'à la crête où je le perds de vue. Les animaux bêlent toujours dans mon dos, je tente de les approcher par le chemin qu'ils semblent avoir traversé, je presse le pas sur le chemin pour tenter de gagner du terrain mais ma lame mécanique s'ouvre en s'accrochant à une branche. Je stoppe pour tenter de la refermer sans succès puis finis par changer de flèche. Je remets la flèche avec la lame ouverte au carquois et en encoche une autre, je reprends mon approche mais les animaux ont pris beaucoup d'avance et je ne les entends plus. Je fais demi-tour pour longer le chemin dans l'autre sens plus à bon vent. Je passe l'endroit où se trouvait le bouc quand j'aperçois une chèvre rouge et son jeune très sombre qui se débinent plus en avant. Ils m'ont repéré. Ils stoppent un court instant puis disparaissent à environ 80 mètres dans la végétation. J'avance encore un peu et me fais surprendre à nouveau par un jeune mâle couché qui semble lui aussi pur. Il se lève à un peu plus de 70 mètres au-dessus du chemin, dans la végétation. Il regarde un instant vers moi puis se débine et disparaît dans un bouquet d'arbres. J'avance un peu plus, un animal lance des sifflements d'alerte dans le bouquet d'arbres à environ 30 mètres au-dessus de moi. Impossible de le voir. Je continue ma progression. La chèvre et son jeune au pelage sombre descendent sur le chemin à environ 40 mètres devant moi. Je me fige, ils regardent un court instant vers moi puis disparaissent dans la végétation sur la droite du chemin. Je m'avance doucement mais ils ont disparu. Je longe encore un peu le chemin et aperçois un jeune animal brun et noir qui regarde vers moi à environ 40 mètres au-dessus de moi. Je me cache derrière un arbre, accroche mon décocheur puis m'avance doucement mais il a disparu.

Je remonte pour rejoindre mon ami à travers la garrigue qui couvre le penchant. Il n'avait pas entendu les animaux, il me propose de quitter le secteur pour aller prospecter le penchant à l'abri du vent. Nous descendons et allons nous poster dans les pins près du chemin. Paco m'explique que ce n'est pas normal de tomber sur un grand groupe comme celui que je viens d'approcher sans y trouver un grand mâle, ce qui confirme que le rut est en retard. Des bêlements se font entendre où je les avais entendu tout à l'heure, je retente l'approche mais comme tout à l'heure impossible de les trouver dans cette végétation très épaisse et ils s'éloignent tranquillement avant de faire silence. Je retourne avec mon ami, nous partons en longeant le chemin, en face, j'aperçois les ruines d'un château. Un peu plus loin, j'entends à nouveau des bêlements sur la droite du sentier. Je retente l'approche sans plus de succès avant de revenir au chemin. Nous continuons à longer un moment le chemin, il pleut toujours par moment mais moins, je repère un laissé de bouc compact alors que jusqu'à présent tous les laissés étaient composés de nombreuses crottes séparées et allongées. Au bout d'un moment le sentier est moins marqué et tourne plusieurs fois dans la végétation. Mon ami qui chasse rarement ce secteur n'est plus sûr de lui, il décide de faire demi-tour mais nous ne trouvons plus le chemin qui se confond avec les coulées des animaux. Nous tournons un moment et je finis par retrouver un chemin que nous suivons un peu jusqu'à retomber sur le laissé compact, j'aperçois alors les ruines du château au bout de l'arrête du penchant opposé. c'est bon nous sommes revenus sur le sentier. "Sauvés par une merde". Nous revenons sur nos pas, alors que nous arrivons à l'endroit où nous avons pris le sentier au départ, des animaux se font entendre en contrebas. Je retente l'approche mais à nouveau les animaux se déplaçant ne se laissent pas rattraper et semblent descendre dans la combe. Ils sont trop loin, je renonce et retourne vers Francisco, mon pantalon et mes chaussures sont complètement trempés. Mon ami décide de remonter sur la crête pour jeter un dernier coup d'œil avant de redescendre vers la piste principale. Alors que nous remontons tranquillement et que je regarde où poser mes pieds sur ce sol rocailleux, j'aperçois une couleuvre lovée dans une faille de la roche. Je demande mon appareil photo à mon ami. Elle est engourdie pour le froid et la pluie.

Fausse couleuvre lisse (Macroprotodon cucullatus)

Fausse couleuvre lisse (Macroprotodon cucullatus)

Je l'attrape pour l'examiner de plus près avant de la relâcher dans une faille de la roche où elle s'enfonce lentement. Arrivés en crête nous observons un moment le secteur mais rien en vue. La pluie s'est calmée mais le vent que la colline coupait est à nouveau assez fort. Nous redescendons vers la piste, brusquement, Paco stoppe et me montre un animal devant lui, c'est une chèvre noire. Etant un peu plus en retrait, un arbuste me la cache, je me décale à côté de mon ami mais je ne vois toujours rien. Je cherche un instant du regard quand une tête surgit de la végétation à environ 10 mètres devant nous. Je demande à Paco si je peux la tirer mais je suis repéré, il me dit que oui. Un jeune surgit de la végétation plus à gauche, les animaux démarrent au pas. J'arme mon arc et me décale rapidement sur la droite de l'arbuste pour les attendre une occasion de tir dans le découvert mais la chèvre, le jeune et un autre jeune, sorti de je ne sais où, passent au petit trop en 3/4 arrière sans me laisser d'occasion de tir. Je siffle pour tenter de les stopper mais ils disparaissent dans la végétation.

Nous finissons de descendre et rejoignons la piste quand des bêlements se font entendre plus en avant sous la piste. Je fais signe à mon ami et commence mon approche mais 2 moto-cross arrivent rapidement sur la piste en faisant un vacarme de tous les diables, je n'entends plus les animaux. Je salue les motards à leur passage, ils me saluent également et s'éloignent rapidement. Le calme revenu, je n'entends plus les animaux. Nous décidons de laisser tomber et de partir vers la zone où j'ai fléché mon second bouc en 2018. Sur le penchant à notre gauche, des randonneurs se dirigent vers les ruines du château et je commence à m'inquiéter du surcroît de fréquentation des lieux pour le déroulement de notre chasse. Nous pressons le pas car cette zone très boisée n'est pas propice aux rencontres d'après mon ami. Nous arrivons à la zone recherchée où se trouve une grotte que je pars prospecter en espérant y trouver des animaux venus s'abriter du mauvais temps. Rien, ni dans la grotte ni sur le secteur. Des randonneuses arrivent dans notre dos. Nous les laissons passer et Paco décide de bifurquer sur un petit sentier qui remonte sur la gauche de la piste dans une zone de végétation basse qui repousse suite à un incendie sur la zone. Arrivés au sommet, nous observons le secteur à proximité d'une cage de nourrissage pour les perdrix. Pas de chèvres en vue mais quelques perdrix s'envolent 2 par 2 autour de nous. Nous redescendons sur la piste principale et continuons à la longer alors que la mer se dessine à l'horizon.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Un peu plus loin, Paco jumelle un instant et repère une chèvre qui disparaît derrière un gros pin planté au sommet d'une paroi rocheuses qui domine la piste à plusieurs centaines de mètres, nous irons voir tout à l'heure. Nous bifurquons sur un petit sentier qui descend sur la droite de la piste pour rejoindre une autre grotte où nous espérons surprendre des animaux. En arrivant près de l'entrée, j'approche doucement mais rien. Le vent est très fort. Paco observe le secteur avec ses jumelles quand il aperçoit une vieille chèvre blanche à 400 mètres, près d'un bois en contrebas, sur notre gauche. Alors qu'il s'apprête à me la montrer, je l'aperçois également. Pour l'approcher, il me faut descendre dans les roches sur notre droite et faire une grande boucle à couvert de la colline pour ne pas être trahit par le vent qui souffle sur notre droite. Une chèvre grise et son jeune de couleur identique surgissent à plus de 100 mètres. Ils étaient sous les roches et se sont débinés, cachés par ces dernières. Ils s'éloignent d'un pas rapide. Ils nous ont repérés, je décide de tenter l'approche de la vielle chèvre qui regarde déjà vers nous. Je commence à descendre prudemment dans les roches mais Paco m'interrompt rapidement et me dit de remonter. Il ne croit pas à la réussite de mon approche. Je remonte. La chèvre qui nous regarde au bord du bois, disparaît tranquillement en y entrant.

Il est temps de faire une pause. Nous nous asseyons entre 4 petits murs bas en pierres sèches pour nous abriter du vent, manger un bout et boire un peu.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Notre pause terminée, ne revenons par le sentier

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

vers la piste d'où Paco recommence à jumeler. Le soleil s'est levé sur la mer qui a pris une couleur magnifique. Rien, nous continuons à longer la piste qui tourne à droite avant un virage à angle droit à gauche un peu plus loin. Après avoir passé quelques arbustes qui nous la cachaient, nous jetons un coup d'œil dans la pente au-dessus de la piste. Nous apercevons alors 2 boucs qui broutent tranquillement à environ 200 mètres au-dessus de nous. Paco me dit : " C'est ta chance, il ne faut pas la laisser passer". Je monte au travers des arbustes qui me cachent des animaux. Les arbustes passés, je les vois, ils broutent toujours paisiblement, je biaise à droite, baissé au maximum pour être caché par le relief du terrain. Un bruit vers la piste m'interpelle, je me retourne et aperçois mon ami qui me fait des signes en écartant ses mains de part et d'autre de sa tête puis qui me fait signe que quelque chose vient vers moi. Je comprends vite qu'un grand bouc arrive. Ne sachant pas vraiment où il se trouve, je reste sur mon approche initiale, je fais une grande boucle par la droite et me redresse caché par le relief du terrain qui forme une arrête remontant vers le sommet. Le vent sur la gauche est parfait et souffle fort, les animaux ne peuvent pas me voir ni m'entendre. Je monte assez rapidement puis, estimant être arrivé un peu au-dessus des 2 boucs, je reviens sur ma gauche en avançant très lentement, tout en ouvrant bien les yeux. Je progresse d'un arbuste à un buisson pour me cacher et observer.

J'avance peu à peu, les animaux ne doivent pas être loin quand j'aperçois le haut du dos et de la tête d'un des boucs qui dépassent de la végétation, au-dessus de moi, à un peu moins de 15 mètres, plus en avant. Je me positionne à genoux à découvert et le laisse venir. Je suis totalement immobile, le bouc s'approche tout doucement en broutant, il est à environ 10 mètres de 3/4 face mais caché en grande partie par la végétation. Mon décocheur est accroché, je suis prêt mais, brusquement, il relève la tête et me fixe. Je reste immobile et baisse les yeux en espérant qu'il m'oublie mais il reste figé à m'observer un moment puis amorce un demi-tour. J'arme mon arc, il fait quelques pas et stoppe presque plein travers, tourné vers le bas. J'aligne vite ma visée, il est à environ 15 mètres, je décoche. Touché, il démarre et fonce vers le bas. Mon atteinte m'a semblé un peu basse. Je réencoche et me redresse. Mon bouc, qui ne peut plus poser sa patte coté tir, rejoint son compère un peu plus bas en-dessous de moi. Les 2 animaux stoppent un instant pour observer autour d'eux sans comprendre ce qu'il se passe. Le second bouc est à environ 30 mètres en contrebas. J'arme, aligne ma visée et décoche. Ma flèche touche la colonne vertébrale et les poumons. L'animal chute sur place en bêlant et se traine sur 15 mètres en perdant beaucoup de sang pour s'immobiliser dans un buisson. Je réencoche rapidement. L'autre bouc est parti sur ma droite en suivant une grosse coulée dégagée. Il peine à se déplacer et bêle. Il stoppe à 50 mètres environ, j'arme, vise un peu au-dessus et décoche mais, au même moment, il démarre et ma flèche qui aurait été bonne se fracasse sur un rocher. Je réencoche rapidement et réarme mon arc, le bouc passe une goulotte qui descend vers la piste puis stoppe plein travers de l'autre côté à environ 60 mètres. Je vise au-dessus, comme tout à l'heure et décoche, ma flèche est déviée par une forte bourrasque et traverse l'animal sous la colonne vertébrale et en arrière. L'animal démarre mais pique vite du nez et chute 10 mètres plus loin pour ne plus se relever.  

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je commence à suivre le sang du second bouc qui est descendu droit vers la piste

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

quand Francisco me fait signe, il y a 3 beaux boucs un peu plus loin. Je retrouve vite mon bouc,

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

récupère ma flèche plantée à l'intérieur et la mets au carquois, elle est fêlée à la moitié du tube et une longue bande de carbone s'est soulevée. Il ne me reste plus que 2 flèches tirables. Je descends rapidement jusqu'à la piste alors qu'un beau soleil se lève et inonde tout le paysage. Mon ami m'explique que 3 beaux boucs qui ont un pelage proche des boucs typiques de Majorque ont fait demi-tour en-dessous de moi pour partir vers le pin où il avait vu la chèvre dans ses jumelles tout à l'heure. Il me dit que je peux tirer celui que je veux.

Nous pressons le pas le long de la piste, les boucs ne sont plus visibles mais il pense qu'ils ne sont pas bien loin. Il me montre un passage pour passer le mur de roche qui borde la droite du chemin un peu avant le pin qui nous domine de plusieurs mètres. Il pense qu'ils sont à environ 100 mètres après le pin, je monte doucement et rejoins une végétation arbustive parsemée de pins plus ou moins serrés. J'avance doucement mais la végétation ne me permet pas de voir loin. Je repère un sentier un peu plus haut qui semble longer la zone en parallèle de la piste. Je le rejoins et le longe doucement mais les pins sont de plus en plus serrés et ma visibilité est presque nulle quand j'aperçois le cul d'un animal au pelage rouge foncé qui traverse le chemin à environ 80 mètres plus en avant. Je presse le pas puis ralentis près de l'endroit où je le perds de vue mais rien, il a disparu dans le bois de pin broussailleux sur la droite du chemin. Je longe encore un peu le chemin puis biaise vers la piste dans une zone plus dégagée. Je suis à mauvais vent et n'insiste pas trop. Je reviens vers la piste pour trouver un passage dans les rochers mais constate que le terrain descend en pente douce jusqu'à cette dernière. J'en profite pour la rejoindre facilement.

Alors que j'arrive sur la piste, j'aperçois les 3 boucs dont me parlait mon ami, ils broutent tranquillement à environ 50 mètres en contrebas. Je me serre contre la bordure droite de la piste et me baisse pour être caché par la cassure du talus abrupt qui descend sous la piste. Une approche directe est impossible, j'analyse rapidement le terrain. À environ 200 mètres, la piste fait un virage à gauche et longe un petit bosquet de pins qui descend dans une combe sur sa gauche.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Les boucs semblent se diriger vers une autre combe parallèle séparée de l'autre par une arrête rocheuse couverte de végétation. Le vent va des pins vers les boucs mais c'est ma seule option. Je presse le pas en longeant la bordure droite de la piste, baissé au maximum pour essayer de ne pas être vu. Les animaux broutent toujours tranquillement en descendant. J'arrive à passer derrière le bosquet de pins sans être vu. Je cherche maintenant un passage pour descendre le talus abrupt dans les pins mais je ne vois rien de facile, le temps presse. Je descends au travers la végétation épaisse et un chaos de rochers. Je traverse ensuite le bosquet. J'aperçois les boucs au travers des branchages, ils sont toujours calmes, à environ 200 mètres. Alors que j'arrive en bas du bois, le dernier bouc regarde vers moi et je me dis que c'est fini mais il regarde ses collègues calmes et se remet à manger en les suivant. Je me faufile dans la végétation arbustive pour descendre dans le creux de la combe et être caché par la crête. Cette fois, les animaux ne peuvent plus me voir. Je descends suffisamment pour que le vent dans mon dos ne leur porte pas mon odeur puis presse le pas pour rejoindre la crête et la remonte doucement. Arrivé au sommet, j'aperçois les boucs qui broutent tranquillement à environ 40 mètres au-dessus de moi. Je me baisse dans la végétation et les observe. Le plus gros de corps et de trophée possède un pelage plus clair qui tire vers le orange, les 2 autres semblent être des animaux typiques de l'île mais je fais confiance à mon ami qui m'a dit que je pouvais tirer n'importe lequel. Le grand bouc s'avance tranquillement en biaisant pour s'éloigner de moi et disparaître dans la combe derrière la crête. Les 2 autres descendent pour venir brouter sur la crête à environ 25 mètres de moi.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je fais quelques photos des animaux puis positionne mon viseur sur 25 mètres mais alors que je m'apprête à armer mon arc, les animaux commencent à descendre, passent derrière la crête et je comprends qu'ils vont passer tout près. Je n'ai pas le temps de remettre mon viseur sur 20 mètres, j'arme mon arc, les 2 boucs ressortent dans une trouée à 6 mètres de moi, ils se suivent d'un pas lent. J'aligne ma visée sur le second en essayant de compenser pour ne pas tirer trop haut et trop en arrière. Je décoche, ma flèche se fiche dans son épaule. Les 2 boucs démarrent et bifurquent à angle droit pour stopper à environ 45 mètres. Je réencoche rapidement et arme mon arc alors que le troisième bouc surgit de la combe plus à ma droite et fonce dans la garrigue où je le perds vite de vue. Mon bouc semble mal en point mais je ne sais pas si ma flèche est très bonne. Je décide de le doubler. Je vise un peu au-dessus et décoche. La seconde flèche se fiche près de la première. Le bouc fait péniblement 15 mètres et se couche dans un buisson au pied d'un pin. Le second a démarré mais stoppe vite et reste à 7 mètres de son collègue, ne comprenant pas pourquoi il ne le suit pas.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Il reste un moment immobile à le regarder puis se met à brouter une touffe de graminée. Je reste immobile, mon bouc saigne abondamment mais je ne sais pas s'il va mourir rapidement. L'autre bouc finit pas s'éloigner et disparaître. Je décide d'aller l'achever, je n'ai plus que ma flèche endommagée mais je n'ai pas le choix. Je l'encoche et commence une approche lente. Mon bouc se lève et rentre dans les buissons, je ne le vois plus mais mes 2 flèches dépassent sur la droite de la végétation. J'approche tout doucement jusqu'à 4 mètres de lui. Il est debout, de 3/4 arrière et ne regarde pas vers moi. J'arme, vise derrière l'épaule au travers de la végétation et décoche. Le bouc accuse l'impact et s'effondre sur place. Il se débat un instant au sol, j'entends casser une de mes flèches puis il s'immobilise. Je m'approche de lui,

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

il semble vraiment typique mais son ventre est clair, Paco avait raison.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Je récupère mes flèches. La flèche fissurée a cassé en 2 morceaux, une est intacte et pour la dernière, le pas de vis de la lame s'est cassé au ras de l'insert. Il ne me reste plus qu'une flèche. Je jette un coup d’œil à la piste de sang qui n'est pas très abondante

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

jusqu'à la reposée debout où le bouc a perdu beaucoup de sang.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

J'appelle mon ami qui me cherche sur le sentier au-dessus de la piste. Je lui donne rendez-vous à la piste principale et commence à remonter. Arrivé à la piste et ne le voyant pas, je le rappelle, il est descendu sur la piste un peu plus haut. Je le retrouve et nous partons chercher mes 2 premiers boucs pour faire quelques photos et les flèches que je n'ai pas récupérées avant de descendre. Je retrouve vite mon premier bouc grâce et la dernière flèche d'achèvement, restée un peu plus haut dans un buisson, mais elle est cassée. Je cherche ensuite les 2 autres sans succès puis pars chercher l'autre bouc. Nous faisons quelques photos souvenir.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous partons ensuite chercher le 3 ième bouc

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

et faire également quelques photos souvenir

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022
Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

avant de reprendre la piste pour rejoindre la voiture qui est encore à une heure de marche. Je remplace ma lame de chasse par une neuve avant de repartir. Alors que nous revenons sur la piste en biaisant à travers la garrigue pour couper après le bosquet de pins, je repère un bouc au pelage sombre à plusieurs centaines de mètres. Il disparaît en mangeant dans la végétation, Paco me dit qu'il sera très dur à approcher et j'ai déjà fait une très belle chasse nous remontons sur la piste et la suivons pour rentrer. Un peu plus loin nous faisons une petite pause pour boire sur des bancs aménagés pour les randonneurs. La vue sur la mer est magnifique.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous repartons.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Plus loin, je repère 2 chèvres qui broutent à environ 150 mètres sur la gauche de la piste sous des pins

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

mais là encore nous les laissons et continuons

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

pour rejoindre la voiture que nous atteignons vers 16h30. Quelle journée de chasse incroyable, très mal partie, à cause du temps ce matin, elle se finit d'une manière incroyable avec 3 beaux animaux sous un soleil radieux et dans un paysage de rêve. Pour finir cette belle journée nous partons manger avec l'épouse de mon ami dans un joli restaurant avec vue sur le coucher de soleil sur le port.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous ne chasserons pas demain car je dois être à l'aéroport vers 14 heures. Dimanche matin, nous nous réveillons tranquillement et déjeunons sous un soleil radieux, sur la terrasse de Paco. Nous partons ensuite, en apportant mes affaires, pour le coto de la Vicoria à Alcudia où mon ami espère me montrer les chèvres typiques de l'île. C'est le coto de chasse qui possède la population la plus pure de Majorque. Alors que nous remontons vers le coto, nous apercevons une belle chèvre typique qui rumine couchée paisiblement au bord de la route.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Paco se gare sur un parking près d'un restaurant. Il y a beaucoup de monde venu se promener sur la zone. Un panneau explicatif sur la chèvre de Majorque est planté pour les touristes avec une description en plusieurs langues. 

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Nous empruntons les sentiers du secteur mais pas le moindre animal. Je tombe en panne de batterie avec mon appareil photo. Mon ami repère alors plusieurs animaux qui broutent sur un replat en bordure de mer. Ils sont sur l'ancien stand de ball-trap. Nous descendons en voiture jusqu'au chemin d'accès au cite où Paco repère un petit mâle qui broute tranquillement au bord du chemin un peu plus bas. Il me dit de tenter l'approche, je suis en tenue de ville mais le jeune animal se laisse approcher à 2 mètres avec un autre bouc plus petit que je repère sur la gauche du chemin. Le premier finit pas s'éloigner un peu dans la végétation

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

alors que l'autre se laisse approcher à moins de 1 mètre. 

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Ces animaux ne sont pas chassés et sont habitués à voir du monde sur le bas du coto très fréquenté par les touristes. Ils sont très sauvages plus haut dans la zone chassée comme dans le coto de mon ami. Alors que je remonte, un pick-up arrive dans mon dos. Ce sont les gestionnaires du territoire, Paco les connaît et ils nous autorisent à descendre pour voir les autres animaux de plus près. Un peu plus bas, dans le virage du chemin, une chèvre et un chevreau broutent tranquillement côté mer et un jeune mâle de l'autre côté du chemin. Paco tente une approche sur la chèvre et son petit pour les prendre en photo mais ils s'échappent rapidement. Le jeune mâle lui ne s'occupe même pas de nous. En bord de mer, plusieurs animaux broutent tranquillement. Il est temps d'aller manger à la Bodéga del sol avant de rejoindre l'aéroport.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Un immense merci à mon ami pour cette superbe journée et son accueil si chaleureux. J'espère le voir bientôt chez moi pour aller se mesurer aux chevreuils.

Une chasse des boucs sélectifs au paradis, 22 et 23 avril 2022

Alex

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 22:12

Suite aux mesures que le virus du covid nous a imposées, je n'ai pas pu chasser à l'approche ma biche et mon jeune que j'avais épargnés en début de saison car les jeunes tétaient encore. Seul l'affût étant autorisé pendant un moment, j'ai préféré attendre le retour de l'autorisation de l'approche pour recommencer à chasser. Connaissant peu ce territoire, j'ai profité de mes 4 dernières sorties pour comprendre les habitudes des animaux et j'ai repéré une très belle remise où les animaux sont présents tous les matins au lever du jour. Aujourd'hui, c'est ma dernière chance de prélever un animal, j'ai en poche mes 2 bracelets et le CEM1, la biche et le jeune de mon ami Arnaud qui ne peux pas venir souvent. Je dois rendre les bracelets ce soir pour qu'ils soient fait en battue et je veux honorer mon contrat de départ de 4 animaux, j'ai donc prévu de chasser toute la journée malgré la météo qui annonce pluie et neige toute la journée. Alors que je me rapproche de Sarrancolin, la neige est de plus en plus présente dans le paysage, la pluie est soutenue. J'arrive au village de Camous vers 7 heures, je me prépare tranquillement et au vu de la neige présente sur le village, je décide d'enfiler mon camouflage neige par-dessus mon camouflage normal. Je vais remonter de nuit vers la remise pour commencer à chasser sur ce secteur à la pointe du jour. La route est verglacée et je peine à ne pas chuter en remontant en haut du village pour rattraper un chemin de randonnée qui remonte vers le haut du cirque montagneux. Il pleut et ma veste non étanche prend vite l'eau, je rattrape le départ du sentier et commence mon ascension en marchant doucement, à la lueur de la lumière rouge de ma frontale, le sol détrempé et les zones caillouteuses facilitent ma progression silencieuse. Seules quelques plaques de neige gelée craquent un peu par endroit. Curieusement, plus je monte moins la neige est présente et finit même par disparaître. Je retire donc mon camouflage neige déjà bien humide pour la mettre dans la poche arrière de ma veste camo.

La luminosité croit doucement et je décide de poursuivre sans ma frontale, après un moment, j'arrive sur un Y, un chemin rejoint le sentier sur ma gauche et repart en arrière en remontant dans la montagne. Je le prends pour remonter sous une zone de rochers, alors que je progresse tout doucement, je me fais surprendre par un grand cervidé non identifié qui surgit devant moi, à 10 mètres, sur le  chemin avant de redescendre pour disparaître derrière un chêne. Je reste figé un moment, il fait trop noir pour tirer. Ne voyant pas revenir l'animal, je m'avance un peu et l'entends avec d'autre qui démarrent en contrebas pour s'éloigner rapidement. Je reprends ma progression sur quelques dizaines de mètres quand j'entends à nouveau les animaux qui se débinent en contrebas sans parvenir à les voir. Je les laisse s'éloigner tranquillement puis avance encore un peu pour rattraper une grosse coulée qui remonte sur la gauche, vers le sommet de la montagne, au milieu des énormes rochers qui affleurent çà et là.  La pluie a cessé. Je remonte tout doucement en surveillant autour de moi même si ma visibilité est encore très limitée. Arrivant dans une répression, je dois franchir une marche haute formée par un ancien mur de grange partiellement effondré. Je le contourne doucement par le bas et commence à remonter doucement quand un animal se lève brusquement çà environ 20 mètres au dessus de moi et démarre pour foncer sur environ 15 mètres sur ma gauche. Il stoppe à environ 35 mètres alors que je me fige. J'ai du mal à l'apercevoir, je distingue tout juste une masse sombre et ne peux pas dire encore s'il s'agit d'une biche, d'un daguet ou d'un petit cerf. Intrigué, l'animal finit par revenir doucement de quelques mètres sur ses pas et stoppe partiellement caché derrière un arbre. Le tronc cache son corps en arrière de l'épaule. Je force mes yeux pour tenter de l'identifier. Après quelques secondes à regarder vers moi, il s'avance encore un peu sur un replat, partiellement caché par un rocher et je n'arrive plus à l'apercevoir tant qu'il ne bouge plus. Après encore un instant, il fait demi-tour, regarde encore un peu vers moi puis avance de quelques pas et stoppe à nouveau pour tenter de m'identifier. Je reste totalement immobile et mes yeux commencent à s'habituer à la faible luminosité qui croit doucement. L'animal, après un moment, s'avance à nouveau sur une zone d'herbe sèche et stoppe plein travers à environ 25 mètres. La tache claire formée en arrière-plan par cette végétation et l'ouverture du bois sur la prairie en dessous qui laisse entrer plus de luminosité me permettent de bien distinguer les contours de l'animal qui est une belle biche. J'arme mon arc et prends ma visée avant de décocher. Je n'ai pas pu voir le vol de ma flèche et n'ai pas vraiment entendu l'impact dans l'animal mais un bruit étrange retentit suivi d'un démarrage d'animaux et du fracas de ma biche qui dévale la forte pente sans pouvoir s'arrêter. Son faon et la bichette, qui l'accompagnaient et que je n'avais pas vu, fuient à toutes pattes dans le bois sur ma gauche. Ma biche n'en finit pas de dévaler la pente puis le calme revient.

Je réencoche une flèche, attends un peu puis m'avance pour recouper la trajectoire de la chute de ma biche. Je pense que ma flèche a touché la colonne vertébrale pour que l'animal tombe ainsi sur place. Je descends la marche de l'ancien mur de grange et trouve vite des grosses taches de sang dans les feuilles mortes retournées par la chute de ma biche.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021
Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

En suivant les feuilles retournées et le sang, j'aperçois vite ma biche en contrebas, immobile, sur le flanc. Elle a chuté de près de 70 mètres par rapport à l'endroit du tir. Je descends à sa rencontre dans la pente raide et glissante quand, alors que je la pensais morte, elle commence à s'agiter en balançant son coup sans pouvoir se relever mais ces mouvements désespérés la font à nouveau basculer et rouler dans la pente pour finir sa course sur le chemin en contrebas. Je descends rapidement vers elle et l'achève d'une flèche cœur poumon. Qui l'immobilise rapidement. Je ne comprends pas où a tapé ma première flèche car je ne vois au premier abord aucune blessure et ma flèche n'est pas visible. En l'examinant de près je constate une blessure au niveau du cou, ma flèche trop en avant a touché les cervicales et traversé le cou de l'animal. Je ne suis pas très fier de ma flèche mais le résultat est là. Je dégage la seconde flèche, apposé le bracelet et lui rends les honneurs. Il me faut maintenant remonter chercher ma flèche qui doit être fichée dans le talus d'herbe sèche tout en haut de la pente boisée.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je remonte donc jusqu'à l'endroit du tir avant de remonter dans l'axe de ma flèche.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Alors que je commence à montrer,  j'aperçois vite les empennages rouges de ma flèche plantée dans le talus d'herbe sèche. Je remonte tranquillement quand, en arrivant près de l'endroit où se trouvait la biche, j'aperçois une petite plaque de neige restée sur le plateau des racines d'un gros arbre tombé au sol. Cette neige est marquée d’une empreinte sanglante laissée par la chute de la biche. Je comprends maintenant que le bruit que j'ai entendu n'était pas l'impact de ma flèche mais la chute de la biche avant qu'elle ne dévale la pente.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je monte récupérer ma flèche un peu plus haut.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

La biche a chuté de quelques mètres, a buté contre la souche de l'arbre avant de basculer en arrière pour glisser le long du tronc dans une goulotte qui l'a précipité jusqu'en bas de la pente, sur le chemin.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je remets ma flèche au carquois puis redescends vers ma biche pour faire quelques photos souvenir.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Il est très tôt et j'hésite à poursuivre ma chasse mais je crains que les vautours ne dévorent rapidement ma prise si je la laisse sans surveillance. Je décide donc de la redescendre au village de Camous pour traiter la viande avant de repartir en chasse. Le chemin par lequel je suis monté ce matin est à 50 mètres en contrebas mais il est parfois dominé par des parois rocheuses abruptes, je décide donc de suivre le chemin pour rentrer. J'attache l'animal par le cou et un bout de bois à l'autre bout de ma corde pour faire une poignée avant de commencer à le tracter. Le chemin est presque plat sur une bonne portion, un bourrelet de feuilles et de bout de bois s'accumule sous ma biche ce qui rend la traction de ses 110 kg encore plus dure. Je m'avance pour poser mon arc plus en avant et revenir ensuite à la biche pour tirer plus à l'aise avec les 2 mains libres. Après environ 100 mètres, le bourrelet de feuilles dirige, sans que je m'en aperçoive, la biche vers le bord du chemin et la précipite dans la pente. Surpris, je ne peux rien faire pour la retenir et ne peux que la regarder dévaler la pente pour stopper au ras du chemin, accrochée dans un buis. Finalement, cet incident va m'économiser de ma peine, je récupère mon arc et descends rapidement en suivant le chemin. Je décroche ma biche et la descends sur le chemin puis recommence à descendre en la tirant derrière moi, quelques plaques de neige facilitent un peu la traction mais le bourrelet de débits végétaux se forme régulièrement et freine la biche que je surveille pour ne pas la revoir basculer dans la pente sous le chemin. Je descends parfois de plusieurs dizaines de mètres sans tracter pour poser mon arc avant de remonter pour descendre ma biche plus à l'aise dans les passages difficiles. Alors que j'arrive près du village, je dérange une biche, son faon et un daguet qui démarrent à environ 30 mètres au-dessus du chemin. Je lâche la biche et encoche une flèche mais les animaux remontent dans le bois et stoppent à environ 50 mètres pour m'observer. Ils repartent tranquillement en faisant plusieurs pauses pour m'observer puis se calent dans le taillis, à environ 80 mètres et regardent vers moi sans bouger. Je remets ma flèche au carquois et reprends ma descente sous le regard des animaux qui ne semblent plus vouloir bouger. Je quitte le chemin un peu plus loin pour descendre la biche le long de la conduite de force jusqu'à la route où j'appelle le président de la chasse pour qu'il vienne m'aider à charger ma prise et la ramener à la salle de découpe. Un radonneur arrive par le chemin qui longe le ruisseau en bac de la combe et passe en dessous de moi avec ses 2 borders collies en liberté.

Arrivé au village, je prends ma biche pour la dépecer, la vider et la découper en cartiers. Vers 12h30, les quartiers de viandes sont chargés dans ma voiture et je décide de retourner chasser quelques heures avant de rendre le reste des bracelets et de rentrer chez moi. Je retourne me garer à Camous comme ce matin et reprends le même chemin que je suis doucement quand j'aperçois 2 animaux au-dessus de moi sur la gauche, un faon et une bichette. Certainement ceux qui accompagnaient la biche fléchée ce matin. J'avance rapidement pour passer à couvert derrière les buis. Je remonte ensuite doucement au milieu de ces derniers pour me rapprocher à portée de tir. Alors que j'arrive au bout du massif de buis, j'aperçois les  2 animaux qui se débinent sur quelques mètres. Je me décale un peu sur la droite d'un buis, le faon est plein travers à environ 25 mètres au-dessus et regarde vers moi. J'arme doucement mon arc et prends la visée avant de décocher. Le faon s'écrase alors pour démarrer et ma flèche, qui semblait parfaite au départ, passe au-dessus de lui pour aller se planter dans le sol. Les 2 animaux s'arrêtent 20 mètres plus loin et regardent un instant vers moi sans comprendre ce qui vient de se passer puis se débinent tranquillement en descendant vers le chemin. Je remonte chercher ma flèche et la remets au carquois avant d'en encocher une autre.

Je décide de poursuivre à flanc de montagne jusqu'à la remise, où je voulais aller ce matin, située au-dessus d'une grange habitée. En arrivant sur place, je constate que les animaux étaient là ce matin, de nombreuses traces fraîches et laissés tous frais en attestent. Je progresse doucement en ouvrant bien les yeux pour contrôler chaque massif de buis, chaque replat dans les rochers mais les animaux ne sont plus dans le secteur. Je suis quelques traces fraîches dans les zones enneigées en descendant dans la goulotte profonde qui descend vers l'habitation puis je remonte le penchant opposé en essayant de ne pas glisser sur cette pente très raide et détrempée. Les 2 chiens, type molosses, de l'habitation en contrebas de mettent à aboyer et regardent vers le bois en dessous, je stoppe et observe en pensant voir passer des animaux mais il s'agit du randonneur vu ce matin avec ses 2 borders collies qui passent sur le chemin au ras de l'habitation. Le soleil fait une timide apparition. Alors que je contourne un gros rocher par le bas et tente de passer un arbre mort tombé au sol, j'aperçois une biche, sa bichette et son faon qui démarrent au-dessus sous les rochers, au milieu des noisetiers. Ils s'éloignent tranquillement sans se retourner. Mon obstacle passé, je remonte pour recouper leurs traces que je suis un instant en remontant vers la route mais je les perds au niveau d'une piste qui débouche un peu plus haut sur la route. Je redescends tranquillement quand, en arrivant au sommet d'un talus, je me fais surprendre par les 3 animaux que je suivais. Ils sont à juste 8 mètres devant moi dans la neige, plein travers, en bordure du bois. Pas le temps de réagir, la biche regarde vers moi et c'est la panique. Elle démarre et fonce sur ma droite avec les jeunes à ses trousses. Après à peine 10 mètres de course elle effectue un bon spectaculaire en percutant au passage un arbuste épineux. Le petit groupe bifurque ensuite pour suivre le bois qui descend vers le fond de la vallée et je le perds vite de vue. J'attends un peu puis décide de tenter de les suivre un moment pour voir où ils sont allés, il est toujours instructif d'analyser les trajectoires de fuite des animaux. La zone est bien enneigée et les traces faciles à suivre. Je descends un moment en suivant le bois puis la piste biaise à droite pour descendre un talus abrupt et rattraper une piste que les animaux ont suivi un moment avant de la longer sur la gauche pour descendre ensuite dans les buis en direction du bois. Je décide de continuer à longer la piste jusqu'à l'habitation, ce qui fait de nouveau aboyer les chiens puis je bifurque à gauche sur une piste qui redescends en longeant le bois. Plusieurs pistes d'animaux plus ou moins fraîches descendent ou remontent le talus abrupt de gauche pour traverser la piste et rentrer ou sortie du bois. J'avance doucement en ouvrant bien les yeux mais rien en vue.

Un peu plus bas, je rentre dans le bois sur ma droite par une belle coulée en suivant des traces étranges que j'identifie un peu plus loin alors qu'elles sont mieux dessinées dans la neiges. Ce sont des pieds de blaireau mais il doit être vraiment énorme car son empreinte fait pas moins de 10 cm de long avec les griffes sur près de 4 de large. Je perds vite les traces en suivant une belle coulée. La neige devient plus rare mais me permet encore de suivre les traces de plusieurs cervidés qui se croisent et se séparent au gré de leur recherche de nourriture. J'avance doucement et observe beaucoup le sous-bois mais rien. La neige disparaît assez vite et je suis les coulées les plus marquées en remontant doucement vers le chemin par lequel je suis monté et le rattrape, après quelques centaines de mètres, au niveau d'une grange entourée de buis. Je décide de traverser le chemin pour remonter à la recherche de la biche, du faon et du daguet vus ce matin. Je suis un peu le chemin en redescendant puis prends une montée sur la droite pour rejoindre une grange au milieu d'une clairière enherbée. Alors que j'avance doucement vers le bâtiment un mouvement, à environ 70 mètres, me fait stopper net. Le daguet et la biche sont en train de descendre dans la pointe de la clairière en broutant. Je me serre vite à gauche pour me cacher derrière le relief du terrain. Les animaux ne m'ont pas vu. Je remonte doucement vers le bois, caché par le relief du terrain et les arbres, alors que la pluie recommence à tomber. J'avance doucement d'un arbre à l'autre pour passer au-dessus des animaux puis avance doucement vers eux. Alors que j'arrive à environ 50 mètres de la biche. Elle relève la tête en ruminant, elle est tournée vers moi, le faon est à ses côtés de cul, le daguet est 20 mètres plus en retrait, plein travers et broute tranquillement. Dès que la biche baisse la tête, je reprends mon approche et gagne quelques mètres quand le vent tourne et souffle maintenant de façon soutenue dans mon dos. La sanction est immédiate, la biche relève la tête et démarre, entraînant les 2 autres animaux avec elle. Elle stoppe environ 40 mètres plus loin et pousse un cri d'alerte avant que le petit groupe se débine dans le sous-bois où je le perds de vue. Je décide de remonter jusqu'à la prairie environ 100 mètres plus haut pour longer doucement le bois. Alors que j'avance doucement sur le replat de la prairie, en lisière du bois, j'aperçois les animaux à environ 30 mètres en contrebas. J'avance doucement pour tenter de trouver un bon angle de tir et me rapprocher un peu mais le faon, que je n'avais pas vu au départ, caché par les arbres, m'a repéré et regarde vers moi. Je me fige mais trop tard, il démarre et bute dans sa mère devant lui ce qui provoque sa fuite et le départ du daguet un peu plus en arrière. Les animaux filent au galop et je pense ne plus les revoir. Après quelques secondes et le retour au calme, je reprends ma progression lente. À peine 50 mètres plus loin, j'aperçois à nouveau les animaux à environ 35 mètres en contrebas, les têtes sont cachées par les arbres. Je tente de m'approcher un peu, caché par quelques buis mais alors que je commence à voir la tête du daguet, je constate qu'il regarde vers moi. Je me fige, il est un peu loin pour tenter un tir et sur l'œil. J'attends un peu immobile mais il démarre et fait fuir le groupe. 

Plus en avant, se trouve une zone de taillis où j'espère qu'ils se sont arrêtés. Je presse donc le pas dans la prairie enneigée en m'éloignant de la lisière pour tenter d'aller recouper les animaux après les taillis. La zone est jonchée de tas de crottes de grands cervidés et de nombreuses traces parcourent le secteur. Ce doit être une bonne zone pour attendre les animaux le soir, je la signalerai à Arnaud. En traversant la prairie, je rejoins une bande de buis traversée de grosses coulées qui débouchent sur un bout de sentier pris entre 2 haies de buis. Je passe les premiers buis et descends le chemin pour déboucher dans une clairière enneigée prise entre les taillis à ma gauche et une pente plus raide et couverte de buis sur ma droite. J'avance doucement en longeant le taillis et contrôle les traces pour voir si les trois animaux sont déjà passés ou s'ils sont restés dans le taillis. Aucunes traces ne correspondent à ces trois animaux, des passages plus ou moins frais rentrent et sortent des buis et des taillis. J'observe attentivement autour de moi quand brusquement je me fige en apercevant un animal à 15 mètres, en train de brouter de 3/4 face devant moi. Je ne suis pas bien caché, il me semble reconnaître un jeune, de toute façon ce n'est pas un CEMC2, je peux donc tirer. L'animal lève la tête, regarde devant lui sans me voir et rebaisse la tête pour reprendre son repas. J'arme doucement mon arc et prends ma visée suffisamment en avant sur son épaule pour atteindre les organes vitaux puis décoche. À l'impact ma flèche me semble un peu haute. Elle traverse l'animal qui fait volte-face et s'enfuit à toutes pattes dans la pente avec un autre animal plus petit qui a surgit des fougères plus à gauche. Je comprends alors que je viens de flécher une biche. Je les perds de vue alors qu'ils sautent un talus plus abrupt. Ma flèche plantée dans la neige est bien visible. 

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Il pleut de plus en plus et je crains de perdre rapidement le sang. Je décide d'attaquer rapidement la recherche que j'espère facile grâce à la neige. Ma flèche n'est presque pas marquée par le sang, j'espère que ma flèche n'est pas passée dans les muscles du dos.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

La flèche a projeté quelques goutes de sang sur la neige sur son passage.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

A l'endroit du tir, je trouve une petite touffe de poil avec un peu de sang.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je commence, à suivre le sang qui n'est pas très abondant et que la pluie est en train de laver et transforme les gouttes de sang en petites coulures rosées diluées.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Malgré le peu de sang, la piste est facile à suivre sur la neige et les traces des animaux sont bien visibles. Une touffe de poil ensanglantée est tombée dans le sillage de la biche.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

La pluie se calme et j'arrive au sommet du talus où il me semblait avoir vu sauter la biche. Plus bas, la neige est plus clairsemée et la recherche risque de se compliquer mais c'est alors, qu'à ma grande surprise, je constate que les traces et le sang longent le haut du talus sur près de 30 mètres avant de stopper net. Je regarde vers le bas et il me semble apercevoir des traces de sang à environ 10 mètres sur une plaque de neige. Je descends donc et confirme cette impression, c'est du sang. D'une plaque de neige à l'autre j'arrive à suivre le sang qui a été totalement lessivé sur la terre. J'arrive ainsi à une zone où la biche semble avoir chuté en derrapant jusqu'au sommet d'un talus abrupt.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je regarde vers le bas et il me semble apercevoir des traces de sang à environ 10 mètres sur une plaque de neige. Je descends donc et confirme cette impression, c'est du sang. D'une plaque de neige à l'autre, j'arrive à suivre le sang qui a été totalement lessivé sur la terre. J'arrive ainsi à une zone où la biche semble avoir chuté en derrapant jusqu'au sommet d'un talus abrupt.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je m'avance doucement au sommet du talus et aperçois ma biche morte qui a glissé sur le chemin en contrebas.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

Je descends à sa rencontre, ma flèche ressortie en arrière des côtes a provoqué la sortie d'une boule d'intestins grosse comme une main ouverte. Le sang coule abondement par les naseaux de la biche, ma flèche a bien traversé les poumons et je constaterai à la découpe qu'elle a aussi touche le foie. Elle aura parcouru environ 100 mètres avant de s'effondrer.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

La flèche rentre bien dans l'épaule où je visais et a traversé l'omoplate. Alors que je m'apprête à mettre le bracelet, je m'aperçois que je l'ai oublié à la voiture. Il est près de 14h30, je fais quelques photos souvenir et laisse la biche sur place pour descendre chercher le bracelet.

Un doublé de biches sous la pluie, 15 janvier 2021

En chemin, j'appelle le Président de la chasse pour l'informer de la situation et voir s'il peut, comme ce matin, venir chercher ma prise avec sa remorque. Il est disponible, je lui dis donc que je vais chercher le bracelet et que je l'appelle quand la biche est en bas au village. Le temps de descendre et remonter une dizaines de grands corbeaux et 4 ou 5 milans royaux tournent autour de la biche à faible altitudes et certains sont posés dans les arbres aux alentours. Heureusement les vautours ne sont pas encore là. Je presse le pas pour rejoindre ma biche et appose mon bracelet avant de la descendre. Le Président averti me rejoint et nous chargeons ma biche avant de partir pour la salle de découpe. Mon travail terminé vers 17h30, il est maintenant temps de rentrer pour finir de préparer la viande et la mettre au frais.

Alex

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 22:16

Mercredi soir notre Président nous annonçait un confinement à partir du jeudi soir minuit jusqu'au 1 décembre, ce qui implique une interruption, voir la fin, de notre saison de chasse. Je décide donc d'aller faire un affût au sanglier sur Traversères le jeudi soir, en sortant du boulot. Je me gare donc vers 17h40 à la ferme, me change et pars à pied vers mon poste plus loin dans les coteaux. Mon ami Jacques est déjà en poste depuis 17h30. Je rentre dans le bois par une grosse coulée et me poste près d'un genévrier mort tombé au sol contre un petit chêne tordu. L'attente commence, la luminosité a déjà bien baissée. Le sous-bois est calme, pas de vent, je devrais entendre arriver les sangliers de loin. Rien ne bouge, même pas les petits rongeurs ou les oiseaux. La luminosité baisse vite, il ne me le reste plus beaucoup de temps, mon téléphone vibre dans la poche, c'est Jacques qui quitte son poste et alors que je lis son SMS, il le semble entendre du bruit derrière la crête à la droite. Je range vite mon portable, le bruit se rapproche. Les craquements dans la végétation m'annoncent l'arrivée des sangliers sur mon poste. Je me tiens prêt. 6 marcassins d'environ 12 kilos arrivent en tête et commencent à se frotter contre deux gros chênes à environ 8 mètres de mon poste. J'arme doucement mon arc et cherche lequel viser quand 2 bêtes rousses arrivent derrière. Elles chassent les marcassins et viennent se frotter aux chênes, une sur chacun des 2 arbres. Elles commencent à se frotter de face puis celle de droite passe devant le chêne et se frotte énergiquement le haut du dos presque couché en le montrant son ventre. J'attends toujours mon occasion mais le sanglier bouge trop puis arrête son grattage et se positionne plein travers à 8 mètres. Je cale ma visée et décoche. Touché il fonce droit devant lui dans la broussaille et c'est la débandade. Tous les sangliers partent dans tous les sens.

Rapidement, un des marcassins revient droit sur moi en grognant. Je réencoche et arme mon arc puis le suis dans mon viseur en attendant qu'il s'arrête mais il stoppe juste derrière l'arbre contre lequel je suis posté, à environ 3 mètres. Il reste un instant immobile puis repart d'où il vient en grognant au milieu de quelques baliveaux. Pas d'occasion de tir propre, je désarme. Un sanglier se débat en gémissant un peu plus haut, c'est certainement mon sanglier fléché. Cette attitude est souvent signe d'une flèche de cœur. J'attends immobile quand du bruit se fait entendre dans mon dos. Un autre sanglier revient vers moi. Je me retourne et arme mon arc. Une bête rousse se plante plein travers à 10 mètres. Ma visée se cale sur son coffre, je décoche. Un impact très sonore retentit et mon sanglier se jette dans le salle en faisant volte-face. J'attends un moment le retour du calme dans la nuit qui s'installe puis allume ma frontale et pars vers l'endroit du premier tir où je trouve ma flèche plantée au sol et rouge de sang. J'attaque ma recherche en suivant le sang très abondant. La piste fait des lacets dans les épines en remontant vers la prairie au-dessus puis devient extrêmement abondante, tout est peint de sang et je trouve vite mon sanglier mort. C'est une petite laie de 50 kg environ. Ma flèche est rentrée au défaut de l'épaule et est ressortie curieusement entre les pattes avant malgré mon tir presque à plat. Elle rentre dans le haut du cœur et ressort à la pointe de ce dernier.

Je ramène mon sanglier à mon poste et récupère ma première flèche que je remets au carquois puis pars chercher la seconde que je trouve plantée presque à la verticale dans un bout de bois pourri. Elle est couverte de sang comme la première. Quelques gouttes de sang ont été projetées au sol à l'endroit du tir mais la piste semble très peu fournie. Je peine à la suivre, très peu de sang au sol, une petite goutte de temps en temps, un petit frotté sur un baliveau puis un autre un mètre plus loin mais presque pas de sang. Ça ressemble fort à une flèche de coffre ressortant dans les tripes avec un bouchon de viscères bouchant la sortie et empêchant l'hémorragie externe. En suivant les coulées, j'avance tant bien que mal d'environ 30 mètres jusqu'à quelques gouttes dans un bouquet de bruyère et de là impossible de reprendre la piste. J'insiste un moment mais rien, ne pouvant me résoudre à laisser pourrir ce sanglier, je décide de rentrer avec mon premier sanglier et de revenir le lendemain, malgré le confinement, pour tenter de retrouver le second. Après quelques photos souvenirs

Un doublé juste avant le confinement, 29 octobre 2020

je traîne mon sanglier attaché par le groin pour sortir du bois. Le propriétaire qui ne devait pas être là ce soir m'appelle pour me dire qu'il est rentré et je l'informe de ma prise. Il vient à ma rencontre avec son tracteur et nous ramenons le sanglier que je vide et lui donne. Malgré sa taille, elle portait 6 petits déjà bien formés.

Après une très mauvaise nuit, je repars chercher mon second sanglier. J'ai pris mon chien au cas où mais décide de tenter de le chercher sans lui dans un premier temps. Je retrouve facilement le dernier sang qui semble descendre et cherche un moment dans ce sens mais c'est une goutte sur une coulée un peu plus haut qui me remet sur la voix. Le sang devient plus abondant. À quelques mètres plus en avant un bout de tripe est accroché à des épines noires. Je continue sur la piste et retrouve vite mon sanglier mort sur le flanc. Il a fait environ 50 mètres. Comme je le pensais, ma flèche est plein coffre, un peu haute et ressort plus en arrière ce qui explique le peu de sang stoppé par le bouchon de trippe. Ma flèche a touché le foie et les poumons. Il est temps de rentrer préparer cette deuxième petite laie un peu plus petite que la première.

Un doublé juste avant le confinement, 29 octobre 2020

Alex

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 12:50

Ce matin, je décide d'aller chasser sur Factom et Bourras. Je me gare sur le chemin de terre qui enjambe l'Osse et attends que le jour se lève un peu puis me prépare tranquillement et pars pour la chasse. Je passe la rivière et observe un moment le chaume. Rien ne bouge, je prends à gauche, le long du cours d'eau pour rejoindre la friche puis avance doucement dans cette dernière sans rien voir ni entendre. Je traverse la vieille Osse et débouche en bordure du soja. Je scrute la parcelle un instant quand j'aperçois un chevreuil qui longe le bosquet en direction de la rivière sur ma gauche. Il avance tranquillement mais je dois presser le pas pour le couper car il est à plus de 300 mètres. Je longe la bordure boisée de la rivière et gagne vite du terrain mais le chevreuil avance trop vite. Alors que je suis encore à 100 mètres de lui, il commence à bifurquer pour rentrer au bosquet. J'avance encore un peu et me cale contre la végétation puis tente de l'appeler. Il relève la tête et regarde vers moi puis s'acharne sur un arbuste. Il est maintenant certain qu'il s'agit d'un brocard. Je tente encore quelques appels mais il rentre au bois. Je décide de vite remonter à travers la culture vers le haut du bosquet. Le brocard démarre en sous-bois en aboyant. Alors que j'arrive au coin du bosquet, je l'aperçois. Il se débine de cul à plus de 200 mètres dans le chaume de fèveroles de l'autre côté de la route. Dès qu'il disparaît derrière une bosse du champ, je presse le pas jusqu'à la route et la suis en courant jusqu'à un passage qui remonte sur la gauche pour longer le haut du chaume. Je le prends et longe le haut du chaume pour tenter de recouper le brocard qui semble partir vers le bosquet au-dessus des bâtiments. Alors que la bordure du chaume prend à droite pour suivre la bordure d'une parcelle de vigne, j'aperçois au loin le brocard. Il est déjà arrivé en haut du chaume à plus de 300 mètres et va rentrer dans la vigne au-dessous du bosquet.

Je remonte le talus à ma droite pour récupérer la bordure de la vigne puis la longe en regardant entre les rangs. En arrivant au coin de la parcelle, j'aperçois un jeune brocard, plein travers, à un peu moins de 100 mètres. Le relief du terrain ne laisse voir que le haut de son dos, son cou et sa tête. Il regarde vers moi. J'attrape mon Rottumteler et lance quelques appels. Le brocard avance au pas droit devant lui et disparaît derrière le relief. Je décide de tenter de m'approcher. Je commence à longe le dernier rang de vigne pour remonter vers lui quand il réapparaît. Je me fige contre la vigne et lance 2 ou trois appels. Le brocard démarre et vient droit sur moi. Je passe sous le rang de vigne pour l'attendre mais à genoux derrière le feuillage bas, je ne le sens pas. Je ressors doucement devant le rang mais je ne le sens pas non plus alors que le brocard arrive d'un pas décidé. Je repasse sous le rang et presse le pas pour aller me poster au bout du rang, derrière le feuillage. Le brocard a stoppé à environ 40 mètres et regarde vers la vigne. Il repart, j'arme mon arc et le laisse venir. Il s'approche d'un bon pas puis ralentit doucement pour venir stopper de 3/4 face à 8 mètres alors que je le suis dans mon viseur. Ma visée calée, je décoche. Ma flèche le traverse en rentrant en avant de l'épaule. Le chevreuil pivote en perdant beaucoup de sang et fonce dans la vigne. La plaie de sortie est bien visible en plein milieu du chevreuil qui perd de grosses giclées de sang. Il entre dans la vigne en perdant beaucoup de sang et ne tarde pas à en ressortir à environ 45 mètres. Il fonce dans le chaume, sa course devient très désordonnée et il chute à moins de 30 mètres de la vigne. Il se débat un peu au sol puis s'immobilise. Je pars chercher la flèche et trouve une belle giclée de sang sur le chaume.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je tourne un peu en cherchant la flèche sans succès. Je trouve l'entrée dans la vigne qui me donne la direction de fuite par rapport au premier sang.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

J'insiste un peu mais toujours pas de flèche. Je pars donc cherche mon chevreuil que je retrouve à l'endroit où je l'ai vu tomber. Il est mort sur le flanc côté entrée de flèche. La sortie de la flèche est bien visible.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

J'appose mon bracelet et le ramène vers la vigne où je lui rends les honneurs avant de faire quelques photos. Mon atteinte est bien en avant de l'épaule, là où je visais.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Alors que je commence à vider mon chevreuil, j'aperçois un renard en chasse à plusieurs centaines de mètres dans le chaume de blé, de l'autre côté du chemin blanc qui remonte vers les bâtiments. Je me dépêche de le vider et pars le prendre dans un chêne pour éviter qu'il ne soit mangé par un renard ou un chien errant. Le renard semble remonter vers les bâtiments. Je cours le long de la vigne puis prends à gauche en suivant le bord des fèveroles. Je cours entre les 2 premiers rangs de la vigne qui remonte vers le bosquet. Le creux du terrain me cache maintenant le renard. J'arrive aux bâtiments et ralentis pour les contourner par la droite et tente de recouper le renard le long de la vigne que je longe doucement. Une bosse du champ me cache le bas de la parcelle. Pas de renard en vue pour le moment, j'avance doucement pour voir derrière la bosse en longeant toujours la vigne mais pas de renard en vue. Je me poste un instant contre la vigne puis tente d'appeler mais rien n'y fait, le renard a disparu.

Je laisse tomber et suis le vas de la vigne pour remonter entre cette dernière et la grosse haie qui délimite le territoire. En passant un virage, j'aperçois un chevreuil qui rentre dans la haie à environ 200 mètres.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je presse le pas sur environ 70 mètres puis ralentis et finis mon approche tout doucement. Il me semble que le chevreuil est rentré au niveau d'un chemin de terre et j'espère le voir encore à découvert mais alors que j'arrive à l'endroit où il rentre dans la haie, je tombe sur un mur végétal. Des bruits de pas se font entendre dans la haie, je cherche le chevreuil au travers des feuillages quand mes yeux stoppent sur une tache rousse. Le temps de comprendre qu'il s'agit de mon chevreuil, il se remet en mouvement et remonte, en face, en bordure de la haie. La végétation s'agite en bordure de la prairie de l'autre côté de la haie mais je n'arrive pas à voir le chevreuil. Je me décale très lentement de quelques mètres sur la droite pour tenter de trouver une trouée dans les feuillages. Les bruits de pas reprennent quand mes yeux se posent sur le brocard qui frotte ses bois juste en dessous de moi contre un arbuste à environ 8 mètres. J'ai juste une trouée dans le feuillage en face de sa zone vitale. J'arme doucement mon arc et aligne ma visée. Je décoche, touché le chevreuil fait volte-face et fonce dans la végétation.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Il se fracasse à à peine 15 mètres de l'endroit du tir, dans la végétation épaisse. La végétation s'agite un court instant puis le calme revient. Je dois écraser un mur de ronce et passer un fossé assez profond pour descendre vers mon chevreuil mort sur le flanc à quelques mètres de la bande enherbée. Ma flèche est au cœur, elle ressort en sectionnant les muscles au-dessus du coude opposé.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

J'appose mon bracelet et extirpe le chevreuil des ronces qui me griffent de partout. Je le laisse en bordure de la haie et pars chercher ma flèche. L'autre côté de la haie semble plus facile d'accès. Je repère l'endroit du tir grâce à la cime dégarnie d'un gros chêne puis pars chercher un chemin pour traverser la haie. Je trouve un passage à environ 200 mètres et reviens par l'autre côté jusque sous le chêne. Je tombe à nouveau sur un mur de ronces et dois écraser cette végétation épineuse qui me griffe de partout pour rejoindre le centre de la haie complètement dégagé et parcouru par une superbe collée bien dégagé. Je la suis un court instant et retrouve ma flèche plantée au sol.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Une piste au sang bien fournie part de là, en suivant la coulée.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

De belles giclées de sang ponctuent la végétation.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020
Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je me rends compte qu'une coulée bien dégagée sort de la haie sur la prairie sans avoir à passer dans les ronces. Je ressors donc par-là puis reviens sur mes pas pour retrouver le passage et retraverser la haie pour aller rendre les honneurs à mon brocard et faire quelques photos souvenir.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je le vide ensuite, attache ses pattes pour le charger sur mon épaule et retourner vers mon premier chevreuil. Alors que je longe la vigne le long de laquelle j'ai fléché le premier brocard, j'aperçois en contrebas, à plusieurs centaines de mètres dans le chaume de fèveroles, 2 chevreuils au gagnage. 

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je pose mon chevreuil près de l'endroit du tir et tente de retrouver ma flèche. Je le dirige dans l'axe du tir à partir de l'endroit où j'étais posté et trouve le premier sang et un peu après ma flèche plantée au sol sous la végétation.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je la remets au carquois et pars chercher mon premier chevreuil pour faire quelques photos souvenir du doublé.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je laisse les chevreuils à l'ombre et pars chercher la voiture alors que les 2 chevreuils mangent toujours tranquillement dans le chaume, j'ai l'impression qu'il s'agit de 2 chevrettes. Je retourne à la route puis me dirige vers la vieille Osse au travers du soja. Arrivé au cours d'eau, je décide d'en longer le lit qui a encore séché un peu plus. Je passe le virage à droite puis arrive au bord d'une grande flaque quand quelque chose bouge dans l'eau. C'est une cistude, je la saisis en plongeant la main dans l'eau, c'est une belle femelle.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je la repose au bord de l'eau où elle revient rapidement puis poursuis ma progression et arrive au niveau de la grande flaque boueuse où j'ai vu les petits ragondins l'autre soir. Je me poste à environ 12 mètres de l'entrée du terrier et commence à imiter des cris de petit ragondin en détresse. Assez rapidement, un museau blanc s'avance à l'entrée du terrier. J'arme doucement mon arc et appelle encore un peu. Le gros ragondin se présente de 3/4 face à l'entrée de son terrier. Je vise le cou et décoche. Ma flèche est pile ou je la voulais. Le ragondin est cloué sur place et se débat à peine avant de s'immobiliser. Le sang commence à se reprendre dans l'eau. 

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je m'approche tranquillement de mon ragondin.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je traverse la flaque et rejoins mon ragondin.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je le dégage, remets ma flèche au carquois et fais quelques photos.

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

Je laisse mon ragondin sur place et longe un peu le lit asséché

Une belle matinée de chasse, 19 juillet 2020

avant de remonter sur la berge pour rentrer à ma voiture. Je pars chercher les chevreuils alors que 2 faons broutent en bordure de l'Osse dans un chaume

 

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LA RECHERCHE AU SANG

Cliquez sur la photo

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

BONNES ADRESSES CHASSE

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches
Cliquez sur l'image
Cliquez sur l'image

 

FOURNISSEURS

 

 

 

 MATERIEL :

 

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE

 

Buffle murrah
Guanaco

 

ESPAGNE

 

Chèvre de Majorque hybridée
Chèvre sauvage
Mouflon à manchette

GUYANE

 

Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Québec

 

Ours noir

 

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe
Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard

 

Répartition des prélèvements grands gibiers

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin albinos
Ragondin
Rat musqué

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse

 

Guyane

 

Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara

 

Argentine

 

Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant

 

Québec

 

Tétras du Canada
Gélinotte huppée
Bernache du Canada