Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 06:50

Ce soir, nous avions pris rendez-vous avec Manu, qui est venu passer quelques jours dans le Gers, pour une chasse au ragondin sur Saint Michel. Nous nous retrouvons sur le dépôt de gravier près du grand lac vers 18h30. J'ai apporté mon canoë gonflable car Manu a décidé d'aller se poster sur l'île du lac. Nous gonflons le canoë puis j'aide Manu à le porter jusqu'au bout du lac d'où il partira pour rejoindre l'île puis je retourne à ma voiture. Je vais aller faire un tour de mon côté et je reviendrai à la tombée de la nuit pour tenter de rabattre des ragondins de la rive vers l’île.

Je commence par le centre équestre. Je me gare près des bâtiments et reviens vers la route par un chemin de terre qui traverse entre les parcs des chevaux et des poneys. Arrivé à la route, je la longe un peu pour revenir vers le fossé qui longe les parcs des chevaux puis commence à le remonter doucement à bon vent. Le début du fossé est très calme, le fossé est presque à sec, pas le moindre ragondin mais au loin j'aperçois du mouvement dans une zone d'eau stagnante. Des remous agitent la surface de l'eau. A mesure que je me rapproche, je commence à apercevoir les ragondins. De jeunes ragondins de tailles différentes jouent à l'entrée des terriers et je me rapproche tout doucement pour tenter d'en flécher un. Ils sont au moins 4. Je suis un peu trop gourmand et en voulant trop me rapprocher, je me fais repérer et les ragondins rentrent aux terriers.

Je décide de tenter un court affût face à cette zone minée de terriers. L'eau bouge devant les terriers et je balaye les entrées du regard quand j'aperçois un petit museau qui pointe à l'entrée d'un terrier. J'arme doucement et vise l'arrière de la tête du ragondin qui se présente plein travers. A l'impact, le ragondin disparaît sous l'eau puis remonte et se débat à peine avant de s'immobiliser. J'attends encore un peu mais le coin est maintenant très calme. Je récupère mon ragondin et ma flèche avant de poursuivre.

Je dépose le ragondin un peu plus loin au coin du parc des chevaux et poursuis en longeant le fossé. Après un passage busé j'aperçois un peu plus loin un tout petit ragondin à l'entrée d'un terrier que je n'avais pas remarqué jusqu'à présent. J'avance doucement mais il rentre au terrier et un autre, un peu plus loin sur le talus du fossé se met à l'eau pour rentrer lui aussi dans un autre terrier 2 mètres en amont. Vu leur taille, je pense les voir ressortir rapidement et je me poste en face des terriers. Effectivement, assez rapidement, 2 petits ragondins s'avancent devant le second terrier puis font demi-tour et rerentrent avant que je n'ai tenté une flèche.

Encore un peu d'attente et l'un d'eux ressort la tête du terrier. J'arme, vise et décoche. Ma flèche le cloue à l'entrée du terrier. Il se débat un peu puis s'immobilise. Seule sa queue dépasse du terrier. Un gros ragondin gronde dans le terrier face à moi et l'eau bouge. J'attends un peu espérant le voir sortir quand un petit museau s'avance puis rerentre. J'attends encore un peu et le voilà qui se réavance. J'arme, vise et décoche. Le ragondin disparaît et ma flèche frémit puis l'eau se met à bouger de plus en plus. Je réencoche et mon tout petit ragondin ressort du terrier. Il est blessé à un œil, ma flèche l'a juste légèrement entaillé. J'arme vise et lui place une flèche juste derrière la tête. Il est mort sur le coup.

J'attends encore un peu mais le gros ragondin et le dernier petit ne semblent pas vouloir sortir. Je récupère mes prises et les pose sur le bord avant de poursuivre ma route. J'arrive très doucement sur le secteur le plus fournis en terriers du secteur, au carrefour de 2 fossés. Rien ce soir, l'eau est même limpide.

Je décide de continuer un peu le long du fossé sur un secteur que je n'ai jamais chassé. Le fossé est très salle sur ce secteur, la végétation (ronces et joncs principalement) ne laisse que peu de visibilité puis le fossé se recouvre de buissons épais et il m'est impossible de voir ou de tirer. Tout à coup, un brocard démarre devant moi à 30 mètres environ dans les hautes herbes. Je me baisse et l'aboie. Il s'arrête à 100 mètres environ et me répond un moment puis un second chevreuil démarre dans le bois en longeant la bordure puis disparaît dans un grand fracas. Le bocard regarde vers ce remue-ménage sans bouger, je continue mes aboiements et joue avec la curiosité du brocard qui revient un peu vers moi. Puis je me redresse pour continuer ma chasse. Il détale et rentre au bois.

Rien pour le moment quand, tout à coup, au niveau d'une buse ciment. J'aperçois du mouvement dans une trouée, au travers des banches puis j'entends les cris de ragondins qui se chamaillent et le remous s'intensifie. Je suis prêt à armer mais rien ne sort et le remous s'arrête puis reprend plusieurs fois. Je décide de continuer pour revenir en face. Pas de ragondin plus loin. Je reviens me poster en face et attends un peu mais j'ai oublié l'heure avec tout ça et il me faut revenir vers Manu.

Je presse le pas et retourne à la voiture en récupérant mes prises au passage. Sur la route, un renard traverse devant ma voiture pour rentrer au colza. C'est certainement le même que l'an dernier à la même époque et au même endroit. Je passe le pont de la Baïse quand j'aperçois des remous sur la droite en bas du pont. Je ralentis et constate qu'il s'agit de ragondins qui fouillent un haut font graveleux certainement à la recherche de mollusques.

L'occasion est trop belle, je me gare près de la salle des fêtes et reviens vite vers la rivière puis ralentis en approchant des ragondins mais ces derniers traversent déjà vers la rive opposée. Je décide de les laisser partir car il sera compliqué de récupérer ma flèche. Un gros ragondin part droit vers un terrier en face et se pose à l'entrée alors que 2 autres me passent devant et longe la berge opposée quand l'un d'eux décide de revenir vers moi en grognant. Il s’arrête de 3/4 face à 3 mètres de la berge opposée. Il en fait un peu trop là, j'arme, vise et décoche. Ma flèche le sèche sur place puis frappe un galet sous la surface de l'eau dans un bruit impressionnant. Ma flèche est restée fichée dans le gravier du fond de la Baïse mais le ragondin dérive et il est impossible de l'attraper au lancer à cause des branches basses. Je pars en courant et fais le tour par le pont et parviens à stopper le ragondin puis à récupérer ma flèche en descendant dans l'eau peu profonde.

Je me dépêche, la nuit tombe et il me faut rejoindre Manu. Je me dépêche et me gare au dépôt de gravier puis pars rapidement vers le lac. Le côté droit est très animé. Je pars donc vers la droite et longe le bord. Pratiquement à chaque arbuste des ragondins se cachent sous les branches basses mais avec cette luminosité qui baisse vite j'ai du mal à prendre la visée ou les branches me gênent... bref, impossible de tirer quand, au bout de plusieurs tentatives avortées, un ragondin plonge au pied d'un buisson puis les branches immergées bougent et il ressort la tête en plein dans une fenêtre de tir. J'arme mais il plonge et disparaît.

Je poursuis toujours des remous et des ragondins vus trop tard puis un gros ragondin se met à l'eau dans une zone dégagée et remonte à 3 mètres du bord dans des branches mortes. J'arme mais il plonge. Je continue un peu puis fais demi-tour sans plus de succès puis je reviens vers Manu qui revient vers moi avec le canoë. Il n'a vu que 2 ragondins de loin ! Le propriétaire a défriché l’île et fait brûler les branches ce qui n'a pas du plaire aux ragondins. Nous rentrons.

Une soirée productive à Saint Michel, 12 avril 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 16:43

Ce matin, je pars pour le lac du "Lion" à Labéjan, cela fait un petit moment que je n'y ai pas chassé au lever du jour. Juste après avoir quitté la D929 pour tourner en direction de Durban, un blaireau traverse la route et remonte le talus du bois sur la droite. En redescendant après le chemin qui monte à Durban, une masse dans l'herbe du bas-côté attire mon regard, un autre blaireau qui fouille le sol et relève la tête alors que je passe juste à côté de lui. Un peu plus loin, il me faut freiner pour laisser passer un lièvre. Les animaux sont de sortie ce matin !

Arrivé au-dessus du lac du Lion, je me gare au bord du chemin d'accès à 2 habitations et descends à travers le blé pour rejoindre le fossé qui alimente le lac et qui démarre dans le creux du champ. Je longe le fossé par la droite pour arriver en face des terriers du bout du lac. En arrivant à la pointe du lac un ragondin, que je n'avais pas vu dans la végétation, démarre et s'arrête juste au bord de l'eau pour identifier le danger puis plonge avant de me laisser armer. Je m'avance rapidement au bord de l'eau et arme. Le ragondin refait surface près de la berge opposée dans la pénombre des peupliers. La luminosité est encore faible et je peine à prendre ma visée avant de décocher. Je suis incapable de dire si j'ai touché mon ragondin. Je réencoche et attends un peu. Au bout d'un moment, j’entraperçois à peine le ragondin qui longe la berge opposée et part vers ma gauche. Il disparaît rapidement et j'attends un peu que la luminosité augmente pour essayer de l'apercevoir mais il a bien disparu.

Je quitte mon poste et longe doucement la bordure du lac, je passe un autre fossé qui alimente le lac et me dirige vers un arbre qui pousse au ras de l'eau quand j'aperçois un ragondin qui longe la berge et vient sur moi. Je suis à bon vent et me cale derrière l'arbre pour l'attendre. Il se rapproche tranquillement mais à 15 mètres environ, il bifurque et remonte contre le talus de la berge où il commence sa toilette. Je me décale pour m'éloigner très lentement du bord et disparaître à la vue du ragondin que le petit talus de la bordure du lac me cache. J'avance très lentement et gagne des mètres quand, m'étant suffisamment rapproché, je décide de revenir doucement sur le ragondin en armant mon arc. Je fais quelques pas mais le ragondin se met à l'eau et vient se positionner de 3/4 face à 6 mètres environ. J'aligne ma visée et décoche. A l'impact, le ragondin plonge en perdant beaucoup de sang. Il fait un demi-cercle de 3 mètres de diamètre environ pour revenir un peu plus loin vers la berge. Arrivé au bord, il surgit d'un bon de l'eau et atterrit dans l'herbe où il se traîne et s'immobilise avant de faire un bon spectaculaire en salto arrière qui le fait retomber dans l'eau. Il se débat un peu puis s'immobilise. Je me dépêche de le récupérer alors qu'il se met à couler et le pose sur la berge. Ma flèche lui a traversé le cœur, entrée devant la patte avant, elle est ressortie derrière le sternum.

Je continue mon tour du lac, je passe la digue, un coup d’œil sur la petite mare au pied de la digue mais pas de ragondin ce matin puis je reviens en longeant la berge opposée quand une grosse masse sombre arrive sous l'eau et se met à longer la berge. J'arme et suis le ragondin en attendant qu'il refasse surface. Je rigole déjà, "celui-là, il vient de signer son arrêt de mort". En arrivant au pied d'un buisson, je vois qu'il remonte doucement et prends la visée sur sa tête. il refait surface et je décoche mais je passe juste devant son nez et il replonge. Mais quel mauvais ! Je le voyais tellement mort que je viens de le rater lamentablement dans mes pieds !

Le ragondin longe toujours la berge et je réencoche pour le suivre, peut être vais-je avoir une seconde chance. Il se dirige dans des herbes recouvertes par la montée du lac et vient s'y caler en restant sous l'eau. Je suis posté à 2 mètres et attends qu'il refasse surface pour respirer. Le temps passe et je ne le vois toujours pas. Je fais un pas en avant pour essayer de l'apercevoir mais le gros malin, qui avait juste le bout du nez hors de l'eau, redémarre sous l'eau et part vers la bordure de ronce. Je cours et le devance pour revenir en longeant la bordure, au ras des ronces et des joncs, les pieds dans l'eau. La végétation se met à bouger à 3 mètres devant moi et le temps de réagir le ragondin remonte à peine, prends sa respiration et replonge pour partir vers la berge opposée. J'attends un peu mais rien ne ressort. Cette fois je sens bien qu'il m’a bien eu. Je fais toute la bordure des ronces et tout le tour du lac sans le retrouver.  

Je descends jusqu'au lac du Tuco. En arrivant, j'aperçois un ragondin qui rentre dans les joncs au fond du lac et un autre qui m'observe immobile au bout des peupliers, sous un buisson couché sur l'eau. Je tente une approche. Je longe la digue, passe derrière la bordure de peupliers et m'approche du buisson quand une cane colvert me décolle par les pieds pour retomber à 4 mètres de moi, pile sur l'emplacement où j'espérais voir mon ragondin. La cane qui a failli me tuer d'un infarctus se met alors à battre de l'aile en avançant bruyamment sur l'eau pour attirer mon attention. Il me semble entrevoir des tous petits canetons au pied du buisson. Je laisse le coin tranquille et pars un peu plus loin pour tenter de retrouver le second ragondin. La cane fait des va et viens sur la longueur du lac toujours en continuant son manège.

Quelque chose viens de démarrer des joncs en laissant l'eau boueuse et une traînée de bulles. Je me prépare mais rien ne ressort. Je fais le tour du lac alors que la cane revient vers ses petits puis ne voyant rien de plus je retourne vers la voiture.

Je me gare un peu plus loin dans une luzerne au bord de la route pour basculer sur 2 autres lacs sur l'autre versant du coteau. Je descends doucement vers le lac. Un lièvre démarre dans la luzerne et s'éloigne rapidement. Un remous me donne de l'espoir au coin droit de la bande de terre. C'est un coin où les ragondins viennent manger des moules d'eau douce.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je continue à descendre doucement quand j'aperçois une poule d'eau qui s'avance sur l'eau avant de biaiser pour revenir contre la berge de droite. Je descends toujours mais plus rapidement, pensant que c'était la source du remous, quand le remous reprend. Je reprends mon approche très lentement et arrive à la bande de terre. En étirant le cou, j'aperçois, au travers de l'herbe, un ragondin assis sur un des gros rochers qui leur sert de table pour leur festin de moule. J'arme doucement mon arc, le ragondin est à 7 mètres environ et je suis sûr de moi, trop sûr... Je décoche et ma flèche qui passe au ras au-dessus du ragondin vient taper le rocher et se retourne sur l'eau. "Mais non ! Comment j'ai pu rater ce cadeau !" Je m'avance rapidement alors que le ragondin file sous l'eau vers un tas de branches un peu plus loin contre la berge de droite. Un petit ragondin s'élance sur l'eau, je réencoche, arme, vise et décoche mais ma flèche est trop en arrière et le touche à l'arrière train. Il plonge et ne remonte pas. Je pars rapidement vers les branches où je pense retrouver mes ragondins mais j'aperçois le petit qui a déjà pris le virage et passe à couvert derrière les buissons noirs. Je file au-dessus des terriers mais, le temps de descendre à travers les épines, j'arrive trop tard, le ragondin vient de rentrer au terrier. Ce n'est pas ce que j’appellerai un bon jour !

Je reviens en arrière et réinspecte les branches mortes au cas où. Rien, je longe le chenal étroit et pars vers le second lac. En arrivant sur la digue, je me fige alors qu'une silhouette non identifiée se tient au pied du talus du chemin qui longe le lac sur la droite. C'est un brocard. Une chevrette cachée par la végétation démarre devant lui et il part derrière elle. Ils remontent à travers la luzerne en direction de ma voiture. Je les aboie, ce qui les stoppe un instant, puis ils repartent et passe le sommet du coteau pour disparaître. Je rejoints le chemin qui borde le lac. Pas de ragondin ce matin. Le brocard a couché une branche fine sur le chemin en y frottant ses bois. Je remonte à la voiture.

Je pars vers 2 lacs tous proches, sur Miramont d'Astarac. Je me gare au bord de la route et pars à travers les vaches pour rejoindre le premier lac. Les bêtes sont nerveuses et je décide de passer la clôture électrique pour longer dans le colza en fleur. Je n'avais pas vu mais un beau taureau fait partie du troupeau qui me suit  un moment. J'arrive au premier lac, un colvert décolle.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je longe la berge mais pas de ragondin. La végétation est bien broutée et des coulées fraîches serpentent dans l'herbe haute sur la berge, ils doivent y être assez nombreux tout de même. Je continue en direction du second lac et longe doucement la berge. Le coin semble bien calme quand, au coin droit du lac, un plongeon retentit. Un ragondin vient de démarrer du colza pour se jeter dans le lac sans que je ne l'aperçoive.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je pars me positionner rapidement au-dessus des terriers qui minent la berge au milieu des souches de peupliers abattus par la dernière tempête. Le coin est calme, il n'est pas rentré au terrier et semble se cacher sous une bordure de ronces sur ma droite. Je me poste au-dessus des ronces et attends un peu espérant le voir ressortir. Au bout de 30 secondes environ, mon ragondin surgit des ronces et s'éloigne tranquillement en surface pour revenir vers la berge de droite. J'arme, vise et décoche. Ma flèche, placée à la base du cou, le laisse sur place.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je prends mon lancer et commence par ramener ma flèche au bord puis je tente de ramener le ragondin quand un ragondin surgit de nulle part sur ma gauche et part vers le milieu de la digue. Je pose mon lancer, attrape mon arc et pars rapidement vers la digue avant que le ragondin ne passe par-dessus. Je le perds de vue un instant et ne le revois pas alors que je m'approche du milieu de la digue. Le ragondin, qui avait plongé pour passer sous la bande de 2 mètres de large de débris végétaux accumulés par le vent, refait surface à 10 mètres mais il me repère et plonge pour faire demi-tour. Je me prépare à armer mais un remous au niveau des terriers me fait retourner à mon lancer. Je pose mon arc et attrape mon lancer quand le ragondin redémarre juste à ma gauche pour disparaître pour de bon. D'où est-il sorti, je venais de regarder et ne l'avais pas vu !

Je récupère mon ragondin alors qu'un jeune brocard en train de tomber son poil d'hivers et encore en velours passe au pas dans le colza au ras de la berge opposée. Il finit par déceler ma présence et remonte le coteau en bondissant par-dessus le colza. Je retourne à la voiture pour partir finir la matinée du côté de Saint Arroman.

 En route, je croise un magnifique brocard au pelage gris foncé et au bois clair en V. Il me regarde passer au milieu d'un petit pré sur la gauche de la route. Un peu plus loin, je décide de faire une halte sur une mare ou j'ai blessé un gros ragondin il y a quelques temps. Je ne désespère pas de le retrouver un jour. Je me gare et pars à travers le colza vers la mare. Elle semble bien calme. Le colza est brouté tout autour, des ragondins y habitent mais ils sont à couvert ce matin.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Un nid de poule d'eau, je pense, est posé au ras de l'eau dans les branchages, il contient 4 œufs. Je m'éclipse pour ne pas déranger plus le secteur.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Un coup d’œil en passant sur la mare aux ânes mais pas de mouvement aujourd'hui. Arrivé à Saint Arroman, je me gare au pont de la route de Masseube et pars en longeant le ruisseau. Le Sousson est bien calme ce matin. Je passe les 2 passages busés sans rien voir. En arrivant près de l'endroit où les gamins m'ont fait partir un ragondin l'autre soir, je ralentis le pas et me méfie mais le ragondin était un peu plus loin que l'autre jour et il plonge avant que je l'aperçoive pour se caler contre la berge sous mes pieds.

Je longe la berge sur 30 mètres pour arriver à traverser le ruisseau quand j'aperçois un remous et me prépare mais ce sont 3 colverts mâles qui s'envolent. Je traverse le ruisseau et reviens me poster en face du terrier mais un léger remous attire mon regard à 2 mètres, sur la droite du terrier. La tête de mon ragondin dépasse des herbes qui tombent dans l'eau. J'arme, vise le coup et décoche. Ma flèche cloue le ragondin sur place. Il se débat et tente de se dégager, je lui décoche une seconde flèche qu'il se met à ronger.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je cours pour retraverser le ruisseau et attrape le ragondin pour l'achever. Je récupère mes flèches, heureusement la dentition du jeune ragondin n'a pas réussi à entamer ma flèche. Je longe encore un peu le Sousson quand un remous plus en amont attire mon attention. Je m'approche doucement et tombe sur une cane et ses tous jeunes canetons. La cane rentre dans un terrier de ragondin et pousse de petits gloussements qui ont pour effet de rameuter tous ses rejetons autour d'elle.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Je m’éclipse doucement pour ne pas les déranger plus et fais demi-tour pour récupérer mon ragondin laissé sur place avant de retraverser le Sousson pour aller jeter un coup d’œil sur les terriers du fossé mais pas de ragondin ce matin. Je retourne à la voiture.

une matinée fructeueuse mais un peu décevante, 10 avril 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 16:40

Ce matin, direction le moulin de Tachoires. Arrivé au lever du jour, je me dirige vers le lac qui est désert ce matin. Je longe donc le canal en direction du moulin, toujours rien. Je regarde rapidement derrière le moulin mais toujours aucun ragondin. Il est vrai que ces temps-ci j'ai fait du vide.

Je retourne à la voiture et pars pour la mare un peu plus loin. En arrivant, je me gare et descends au travers de la friche. L'eau est bien agitée. Un ragondin se débine contre la berge opposée et plonge pour disparaître. En me rapprochant du bord, j'aperçois un ragondin à quelques mètres du bord mais il ne me laisse pas approcher plus et plonge pour disparaître au terrier lui aussi.

J'attends un peu posté après le roncier mais la surface de l'eau se calme et rien ne ressort. Je pars donc pour Labarthe sur le canal. Comme à mon habitude, je me gare près du moulin et pars à l'approche en longeant le canal. Au bout d'un moment, j'aperçois un ragondin qui se débine à 30 mètres devant moi. Il longe la berge opposée. Je m'éloigne du bord et presse le pas pour le rattraper, caché par le talus du canal. Pensant l'avoir dépassé, je reviens vers le canal. Un gros remous agite l'eau mais le ragondin est introuvable. J'attends un peu, il finit par ressortir sur ma droite sous des branchages puis replonge. J'attends encore un peu et l'aperçois. Il est ressorti discrètement et vient de se caler contre la berge opposée en essayant de se faire oublier. J'arme, vise et décoche. Mon tir, de 3/4 face, le cloue sur place. Le ragondin atteint à la base du coup reste sur place et bouge à peine la tête avant de s'immobiliser.

Je le laisse sur place et poursuis ma chasse. Pas d'autres ragondins sur le canal et le petit ruisseau. Je reviens vers la voiture quand, non loin d'où j'ai fléché mon ragondin tout à l'heure, un gros remous attire mon attention. Je me poste au bord du canal et attends. Le remous est maintenant 10 mètres en aval. Je me décale mais toujours pas de ragondin. Puis le remous se déplace encore de plusieurs mètres. Je m'avance doucement en direction du remous qui provient de la berge opposée. Je finis par apercevoir la tête du ragondin qui dépasse d'un creux dans la berge opposée. Je me cale et m'apprête à armer mais le ragondin plonge.

Je me décale rapidement vers des branchages qui couvrent l'eau au bord de la berge opposée et où les ragondins se cachent souvent. Le ragondin fait furtivement surface et se cale contre la berge à moitié caché par les branchages. J'arme doucement, vise derrière la tête et décoche. L'impact est cassant mais le ragondin semble démarrer et je le perds de vue. Je pars rapidement vers le tas de branches suivant mais rien ne ressort. Je fais donc machine arrière au cas où et je me rends compte que le ragondin n'a fait que basculer en pivotant sur la flèche. Il est mort sur le coup et flotte à la surface.

Je traverse par le pylône EDF un peu plus en en aval et récupère mes ragondins et mes flèches puis retourne à ma voiture. Le premier ragondin possède une blessure vieille de quelques jours au plus à la patte avant, certainement le ragondin que j'ai blessé au même endroit l'autre jour.

Encore 2 ragondins sur le canal de Labarthe, 9 avril 2011

Le reste de la matinée passera en passant d'un coin à un autre sans voir le moindre ragondin. Je reviens sur Labarthe vers le Gers près de la station d'eau potable pour finir la matinée. Comme d'habitude les ragondins me narguent de la berge opposée. L'un d'eux prend même le temps de grimper tranquillement sur le talus de la berge, de glisser pour chuter lourdement dans l'eau puis de se glisser sur 2 mètres le long de la berge avant de remonter tranquillement vers les broussailles. Je longe la berge dans l'espoir d'en trouver un plus imprudent encore.

Dans un virage du cours d'eau, j'aperçois, à 40 mètres environ, au travers des branchages, un ragondin assis au pied du talus de la berge opposée. Je m'avance doucement quand 3 ragondins arrivent en longeant la berge opposée, en ronnant et viennent se caler en face de moi. L'un d'eux rentre dans un terrier et les 2 autres s'assoient contre la berge comme pour me narguer. Cette fois, je craque, j'irai chercher mes flèches avec le canoë s'il le faut. J'arme, vise le plus visible et décoche. Ma flèche semble se planter juste dessous. Les ragondins plongent et rentrent dans les terriers.

Un petit grognement aigu se fait entendre sur ma gauche, je tourne la tête et aperçois un tout petit ragondin immobile en surface près de mon côte de berge. Je me décale doucement vers lui. Il part vers la berge d'en face. J'arme vise alors qu'il est déjà à presque 15 mètres et décoche. Comme téléguidée ma flèche vole droit au but et frappe le petit ragondin, avec un bruit d'os cassé, qui plonge et disparaît dans un nuage de sang. Je réencoche mais rien ne ressort.

Je pars chercher un passage pour traverser plus en aval, j'arrive jusqu'au moulin d'Artiguedieu mais le pont est privé et je ne peux pas traverser. Je décide de revenir cet après-midi avec le canoë. Sur le retour, j'aperçois une tête de ragondin près de ma flèche fichée dans la rive d'en face. A y être, je décide de tenter à nouveau ma chance mais je frôle le ragondin qui recule dans son terrier. Je retourne vers la voiture.

Encore 2 ragondins sur le canal de Labarthe, 9 avril 2011

Cet après-midi, je repars en chasse et décide de tenter un coup de canoë sur le Gers à Labarthe et de récupérer mes flèches du matin au passage. Je me gare près de la station d'eau potable et gonfle mon canoë. Mon embarcation prête, je la tire vers le Gers. 

Encore 2 ragondins sur le canal de Labarthe, 9 avril 2011

Un fort vent d'Autan s'est levé et je crains que les ragondins n’apprécient pas ce temps. Il est tout juste 18 heures quand je démarre la chasse. Pas de ragondin sur le départ mais les berges sont marquées de très nombreuses traces de ragondins. Je descends le Gers et me laisse porter par le courant en donnant juste de petits coups de pagaie pour me diriger.

Encore 2 ragondins sur le canal de Labarthe, 9 avril 2011

Pour l'instant le secteur est très calme, les bordures du Gers sont tantôt couvertes d'arbres tantôt dégagées, je dois me méfier des hauts fond et des souches ou autres tronc immergés qui heurtent par moment le canoë.  Je dérange en passant un petit héron bihoreau qui démarre des branches basses d'un arbre.

Encore 2 ragondins sur le canal de Labarthe, 9 avril 2011

Le Gers est de nouveau boisé sur ses 2 rives, un plongeon retentit à 30 mètres en aval sur ma droite. Je tourne la tête vers le bruit et aperçois un gros ragondin qui remonte un peu plus loin et longe la berge droite. Il est du mauvais côté et je ne pourrai pas tirer sans me rapprocher et manœuvrer. Je tente de me rapprocher doucement mais il rentre au terrier. Je me cale en face du terrier et manœuvre pour me positionner côté tir. J'attends un peu mais le ragondin ne semble pas disposé à se montrer. Je reprends ma descente du Gers.

Tout est calme et j'arrive en vue de mes flèches, je me rapproche doucement quand 2 ragondin, un petit et un gros, que je n'avais pas vus en haut du talus de droite, se jettent à l'eau devant moi et disparaissent dans les terriers immergés. Je pars me poster en face et commence à manœuvrer doucement quand quelque chose plonge sur ma gauche. C'est une poule d'eau qui ressort sur ma droite devant les terriers et y rentre. Je me poste un moment sans succès puis pars chercher mes flèches. La première est fichée dans une branche qui a en fait stoppé ma flèche avant qu’elle ne touche le ragondin et je dois laisser ma lame pour la récupérer, la seconde présente du poil sur la lame, elle n'est pas passée loin !

Je continue un peu vers le moulin d'Artiguedieu. Ma position à genoux dans le canoë est très douloureuse et je me redresse un peu de temps en temps pour soulager mes genoux et mes chevilles. Rien jusqu'à la chaussé du moulin. Je fais demi-tour mais cette fois je dois pagayer fort car je suis à contre-courant et à contre vent. Je fais beaucoup trop de bruit pour espérer surprendre un ragondin. Cette sortie canoë dont je rêvais est en fait un cauchemar improductif. Les ragondins sortent toujours de mauvais côté, ma position devient insupportable et maintenant ce vent qui m'empêche d'avancer.

Pas de ragondin pendant un bon moment, je relève plusieurs fois le héron qui fait de petits vols pour aller se reposer quelques dizaines de mètres devant moi. J'arrive presque au niveau de la voiture quand un gros remous attire mon attention. Un gros ragondin refait surface devant moi. Le temps d'attraper mon arc, le canoë pivote et m'empêche de tirer. Je tente de me repositionner. Le ragondin plonge, je manœuvre mais il ressort du mauvais côté et je tente de me retourner. il plonge à nouveau. Puis ressort à nouveau du mauvais côté avant de plonger et de disparaître.

Quelle galère, je tente de remonter encore un peu le Gers et fais une pose sur un banc de galets pour me dégourdir les jambes car je n'en peux plus et j'ai beaucoup de mal à refaire fonctionner mes chevilles. Je fais demi-tour et remonte un peu plus loin sur la berge pour tirer mon canoë jusqu'à la voiture. Je le dégonfle et pars chasser sur Clermont Pouguylles mais pas un ragondin ce soir.

Je termine ma soirée sur 2 grands lacs que je n'ai pas chassés depuis un moment mais le premier et vide. Je longe le ru du déversoir en direction du second et aperçois un brocard au gagnage au pied d'un bois qui borde la droite du ru jusqu'au second lac. Je tente une approche, je longe doucement le ru puis rentre dans le bois et remonte sur un chemin de terre qui surplombe le pré à 30 mètres environ. J'avance tout doucement puis descend très doucement vers le brocard par le chemin de terre silencieux. Je stoppe à chaque fois qu'il relève la tête mais pour le moment il est tranquille. J'arrive à 20 mètres du chevreuil et tente d'arriver jusqu'à la bordure du bois pour gagner encore 5 mètres mais cette fois le brocard relève la tête et regarde vers moi. Il m'a vu bien que je sois totalement immobile et détale pour rentrer au bois 50 mètres plus loin. Un bon entraînement pour juin.

Je poursuis jusqu'au lac mais toujours pas de ragondin et la luminosité baisse, je fais demi-tour et jette encore un coup d’œil sur le premier lac d'où décollent 2 colverts avant de remonter vers la voiture. 

 

Alex

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 06:49

Ce soir, je décide d'aller refaire un tour du côté du Gers à Labarthe mais comme l'autre jour tous les ragondins sont intirables, ils me regardent de la berge opposée où je ne peux les atteindre sans y laisser mes flèches. Je change donc de secteur, je reprends la voiture et rejoint la D929  en direction du village de Labarthe. En dépassant la station d'eau potable, j'aperçois un ragondin au gagnage près du fossé qui borde la lagune. Je me gare un peu plus loin, au bord de la route, et reviens doucement vers le fossé en longeant la route. Le ragondin n'est plus là. A croire qu'il connaisse ma voiture maintenant. Je longe doucement le fossé vers un terrier dégagé où j'espère le voir. J'arrive au-dessus du terrier mais le secteur semble calme quand un petit ragondin, que je n'avais pas vu, démarre juste sous moi pour rentrer dans le terrier sans que je n’aie le temps de réagir.

Je me poste face au terrier un petit moment et attends. Un petit museau finit par pointer à l'entrée du terrier. J'arme, vise et décoche. Ma flèche basse à l'arrière de la tête cloue le ragondin sur place. Il se contracte puis s'immobilise, c'est terminé pour lui. Je récupère ma prise et ma flèche puis pars pour Saint Arromans. De la route, j'inspecte la mare aux ânes et ses alentours mais pas de ragondin ce soir.

Arrivé au pont de la route de Masseube, je me gare et pars à l'approche le long du Sousson. Des remous attirent rapidement mon attention, je m'approche doucement mais il s'agit de carpes qui fouillent le fond du ruisseau.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

Je continue mais le Sousson est bien calme ce soir, même les gamins ne sont pas là. Je longe un moment sans rien voir et je décide de traverser le ruisseau pour revenir par l'autre rive vers le fossé où se trouvaient les 3 gros ragondins l'autre jour. Je m'approche doucement en directions des terriers et arrive au bord du fossé mais pas le moindre ragondin ce soir. L'eau est même claire. Je longe en direction du Sousson et aperçois un autre terrier dont l'entrée boueuse est agitée d'un remous. Je me poste en face et attends. Le remous s'intensifie puis se calme. Des bruits d'eau arrivent du terrier. Une grosse vague d'eau boueuse est projetée hors du terrier et je m'attends à voir sortir l'animal. Je suis prêt mais toujours rien. Au bout d'un petit moment, un museau pointe à l'entrée du terrier. J'arme doucement alors que le ragondin vient de sortir sa tête du terrier. Je vise et décoche. Ma flèche frémit à l'impact et je pense avoir touché mon ragondin mais il retourne dans le terrier dans un grand remous.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

J'attends un peu, encore quelques remous puis c'est le retour au calme. Je récupère ma flèche qui est couverte de boue et de poil, j'ai certainement entaillé la joue du ragondin.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

Je quitte mon poste et reviens vers la voiture. A nouveau des remous mais c'est encore des carpes. J'arrive au pont de Masseube sans rien voir de plus.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

Je reprends la voiture, en passant près de la mare aux ânes, je détecte une activité sur la mare sans l'identifier. Je me gare et reviens à travers le blé. Un colvert décolle de la mare. En arrivant près du ru, j'aperçois un gros ragondin calé dans le coin droit de la mare. Je traverse le ru et tente une approche mais le ragondin plonge et je presse le pas pour me poster près du terrier au pied de l'arbre tordu. J'arme mon arc mais le ragondin rentre dans son terrier, dans un gros remous, sans refaire surface.

Je retourne à la voiture et pars pour le canal de Labarthe. La luminosité décline. Je me gare près du moulin et pars à l'approchez en suivant le canal. Tout semble calme et mon attention baisse un peu quand, arrivé au niveau du coin du petit lac qui se trouve au-dessus de canal sur la berge d'en face, j'aperçois furtivement un petit ragondin qui rentre au terrier. Je me poste en face du terrier et attends, il me semble voir le petit ragondin derrière une racine, juste à l'entrée du terrier mais l'identification n'est pas certaine. Un remous et un grondement me parviennent d'un autre terrier plus sur ma droite. A l'intérieur, il me semble distinguer une tête mais le temps de réagir le ragondin se recule dans le terrier. Il continue à grogner de plus belle.

Un léger mouvement au niveau du terrier du petit ragondin affine ma perception. La petite masse est bien le petit ragondin resté à l'entrée du terrier. J'arme vise et décoche. Le ragondin, cloué sur place est mort sur le coup. J'attends encore un peu. Le grondement du second terrier se fait plus présent et un remous m'annonce du mouvement. Le ragondin s'avance et je vois à nouveau sa tête dans le terrier. J'arme et aligne ma visée avant de décocher.

Le ragondin touché se débat et grogne furieusement. Ne sachant pas où est ma flèche, je cours vers le petit ponton pour revenir vers le terrier en contournant le petit lac. Un gros ragondin qui était en surface devant son terrier rentre à couvert. Arrivé au niveau du terrier, je me fraye un passage dans les orties et tente de voir dans le terrier en me penchant mais impossible de voir quoi que ce soit. Du sang mélangé à de l'eau boueuse s’échappe du terrier. Je dois me mettre à l'eau pour essayer de voir dans le terrier. Je descends doucement sur la bordure de canal et lutte pour ne pas finir au fond de l'eau car la bordure est très glissante. La luminosité qui baisse vite ne me permet plus de voir au font du terrier et je tente de m'éclairer à la lueur de mon portable mais rien à faire, je ne vois ni ragondin ni flèche. Je récupère le petit et ma flèche puis pars à la voiture chercher la lampe de poche alors que la nuit tombe.

Je pose mon arc et reviens avec ma lampe et la gaffe. Arrivé sur place, je me remets à l'eau alors qu'un remous agite l'eau à l'entrée du terrier. Un rapide coup de lampe me fait apercevoir mon ragondin qui vient juste de mourir avec ma flèche en travers. Je récupère l'animal à l'aide de ma gaffe et ma flèche. Le ragondin était touché au coup un peu bas.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

Je retourne à la voiture dans la fraîcheur de la nuit noire.

Le triplé de Labarthe, 7 avril 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 06:47

Ce matin, avant d'aller au boulot, je retourne, comme la veille, sur les bords du Gers à Seissan. Je me gare et attaque ma chasse vers 7 heures. Je commence par remonter le Gers en direction du virage. Je longe doucement le haut du talus. Un gros ragondin, que je vois un peu tard, démarre à mi-pente et s'arrête juste au ras de l'eau. Le temps de réagir, il plonge. Je me précipite au bord de l'eau et attends prêt à armer. Le ragondin ressort à plus de 10 mètres du bord. J'arme, vise laborieusement à cause de la faible luminosité et décoche. Ma flèche passe au ras à côté. Le ragondin plonge et ne se remontrera pas. Je récupère ma flèche avec mon lancer.

Je remonte en haut du talus et longe un peu plus en amont la rivière. A 40 mètres, un ragondin revient vers le bord de mon côté.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Je la laisse se caler au bord puis avance sur lui. Arrivé à 15 mètres environ, il démarre et part tranquillement en surface. Je m'avance rapidement sur quelques mètres, le ragondin est déjà à plus de la moitié de la rivière. J'arme, vise et décoche. L'impact me fait penser que je l'ai touché mais le ragondin a plongé et ne remonte pas. Je récupère ma flèche. La matinée commence mal.

Je fais demi-tour, le gros canard de Barbarie, coutumier des lieux est posé au pied d'un arbre contre la berge opposée à 20 mètres du pont.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Je traverse la route et longe de nouveau la rivière. Un gros remous sous la berge, 15 mètres avant un cerisier, attire mon attention.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Je m'approche doucement. Un gros ragondin s'avance sur l'eau. Je monte mon arc pour armer mais il plonge. Je m'avance rapidement pour tenter de le voir remonter plus loin et ne prête pas attention à 3 petits ragondins qui broutaient sur la berge au pied du cerisier. Ils démarrent et 2 se jettent à l'eau. Le troisième marque un temps d'arrêt. J'arme, vise et décoche et le frôle. Il plonge, un de ses collègues refait surface et replonge aussitôt. Je tente de retrouver ma flèche en vain. Ce n'est décidément pas mon jour !

Je regarde l'heure, il me reste encore 15 minutes de chasse. Je décide de continuer un peu. Je longe le Gers jusqu'à la chaussée du canal du moulin de Seissan et la dépasse.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Le Gers qui est descendu d'un étage est maintenant encaissé de 4 à 5 mètres. Un peu plus loin, j'aperçois une femelle ragondin et ses 5 petits. Je tente une approche mais la mère vient rentrer dans un terrier contre mon côté de berge sans me laisser le temps d'approcher alors que les petits s'éloignent dans le courant.

Cette fois, il me faut faire demi-tour. Je rentre à la voiture et pars bosser.

 

Après ma journée de boulot, je dois aller apporter mon viel UltraMag à Ciryl sur Preignan. Il veut me l'acheter. J'ai rendez-vous vers 18h30. Le temps d'amener mon arc, de discuter un peu et de revenir, il est 19h30 passé. Je décide d'aller faire un tour près de chez moi, au bord du Gers entre Pavie et Auterrive où je n'ai pas mis les pieds depuis un moment. Je me gare au bord du Gers et me change avant de commencer à longer la rivière. Je passe le virage qui touche la route, des colverts se débinent à 40 mètres, puis je longe dans le blé, derrière un mur de ronces qui m'interdit l'accès au Gers. Un peu plus loin un passage dans les ronces me permet d'accéder à une zone habituellement très fréquentée où se trouvent plusieurs terriers. Les colverts, que j'ai dépassés, s'envolent. Pas de ragondin pour ce soir.

Je fais marche arrière et décide d'aller vers la petite mare au bord de la route, j'ai remarqué ses jours-ci que le blé était bien tondu tout autour. La mare est bordée par des ronces, des bambous et des arbres qui ne laissent que peu d'accès à l'eau sauf sur le côté droit de la mare.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Je dépasse doucement les ronces quand 2 tous petits ragondins se mettent à l'eau et fuient à toute vitesse sur les plaques d'algues vertes mousseuses qui couvrent en partie la mare. J'arme rapidement, prends la visée dans le mouvement et décoche juste avant le terrier. Ma flèche passe au ras dessous. Non, ce n'est pas mon jour. Je contourne la mare par la gauche puis me poste un instant devant le terrier boueux mais rien ne vient.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Je regarde les autres terriers situés dans mon dos, aux pieds des bambous, ils semblent très fréquentés et se sont multipliés depuis ma dernière visite.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Dépité, je joue ma dernière carte. Je pars pour l'Arratz au pied de la côte d'Haulies. En arrivant, je me gare au bord du ruisseau et me prépare. Un remous persistant attire mon attention sous le pont. Je m'approche et voit un sillon qui file vers l'autre côté du pont. Je cours vers la rambarde du pont mais le ragondin a plongé et rapidement un remous contre la berge de droite me fait comprendre qu'il est à couvert.

Je passe le pont et longe doucement la berge de droite. Un peu plus loin, un autre remous au pied d'un buisson épais. Je distingue un ragondin sous les branchages. J'arme et essaye de trouver une fenêtre de tir mais impossible. Le ragondin revient vers la rive et disparaît un court instant pour resurgir dégagé à mes pieds. C'est ma chance. Je prends la visée et décoche. Le ragondin traversé plonge.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Ma flèche ne remonte pas. Je cherche du regard mon ragondin au travers de la végétation épaisse mais rien jusqu'à ce que je l'entende se débattre à environ 20 mètres en aval. Je me dirige au bruit et l'aperçois se débattre un court instant avant de rendre l'âme.

Je pars un peu plus en aval et me fraye un passage dans les branchages pour atteindre la rive. Je déplie mon lancer et récupère l'animal puis je pars chercher ma flèche. Je me fraye à nouveau un chemin dans les branchages et parviens à voir ma flèche fichée au fond. Au bout d'un moment, je parviens à la récupérer en l'entourant avec le crin de ma ligne.

Je laisse ma prise sur place et pars à pied vers le canal de l'Artigue. Un ragondin longe la bordure du ruisseau à couvert sous l'épaisse broussaille qui borde la berge et il m'est impossible de tenter une flèche. Il finit par rentrer dans un terrier. Pas un ragondin sur le canal pour ce soir. Je reviens sur mes pas et passe le pont. La luminosité décroit assez vite. Un remous contre la berge de mon côté, je m'approche, le ragondin plonge et ressort dans mon dos contre la berge opposée et rentre au terrier avant que je puisse réagir.

Je longe un peu le ruisseau et aperçois plusieurs ragondins mais impossible de tirer à cause de l'épaisse végétation. La nuit tombe, je fais demi-tour, récupère mon ragondin et rentre à la maison.

Une journée laborieuse, 6 avril 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 06:45

Ce matin, avant d'aller au boulot, je pars faire un tour rapide à Seissan, sur le Gers, autour du pont de la route de Tachoires. Je me gare et pars, alors que le jour se lève à peine, en remontant le Gers en amont du pont. L'eau semble agitée en aval du pont mais je décide tout de même de poursuivre ma route quand, alors que je regarde en arrière, un ragondin passe sous le pont et se dirige vers les terriers contre la berge opposé juste contre le pont.

Je suis trop loin et le temps de faire demi-tour il est déjà à couvert.

Sorties du 5 avril 2011

Je continue sur mon idée première et passe le virage du Gers que notre Syndicat a fait réaménager l'an dernier.

Sorties du 5 avril 2011

L'eau est agitée après le virage et j'entrevois 2 ragondins. Un gros qui longe la berge de mon côté et un plus petit qui biaise vers la rive opposée. Je me décale du bord et avance rapidement hors de la vue du gros ragondin. Je le dépasse et me poste derrière un arbre penché sur l'eau. Le ragondin arrive et ralentit en grognant. Il a compris que quelque chose ne tournait pas rond. Les branchages de l’arbre me gênent pour tirer. J'arme et laisse venir le ragondin qui s'arrête contre une branche qui touche l'eau. Je me baisse doucement pour tirer par dessous la branche. Ma flèche traverse le ragondin et le sèche sur place. L'eau se colore de rouge. 

Je me prépare à le récupérer avec mon lancer quand il donne un violent coup de patte arrière et plonge. Je récupère ma flèche et aperçois le ragondin qui est allé se caler contre la berge opposée. Il semble sérieusement touché et peine à se tenir sur ses pattes. Il retombe à l'eau et longe un peu la berge en se débattant puis je le perds de vue. Je décide d'arrêter là ma chasse car il ne me reste plus beaucoup de temps avant d'aller au boulot. Je reprends ma voiture et fait le tour pour revenir par le stade de foot en face. Je m'approche du bord et constate que l'eau est agitée d'un remous. Je m'avance au ras du talus et aperçois mon ragondin qui finit de mourir.

Je descends le talus pour me positionner contre un arbuste et parviens à récupérer ma prise. Je me dépêche de retourner à la voiture pour aller bosser.

Sorties du 5 avril 2011

Ce soir, il fait très chaud quand je sors du boulot et je décide d'aller jeter un coup d’œil au bord du Gers à Labarthe pour voir si les ragondins sont de sortie. On m'a signalé une grosse population. Je prends le chemin de la station d'eau potable et me gare près du Gers. Je me change, prends mon arc et pars vers le Gers. Je longe doucement la berge. Rapidement, j'aperçois un gros ragondin contre la berge opposée. Il m'observe et met un moment à plonger. Il n'a pas l'habitude d'être chassé. Je ne peux pas aller récupérer mes flèches en face et je dois me contenter de tirer les ragondins au milieu de l'eau ou de mon côté du Gers.

Sur ma gauche, à 30 mètres environ, un autre ragondin est au milieu du cours d'eau. Je tente de me rapprocher mais il plonge. Je poursuis ma route. Des plongeons retentissent derrière les arbres. Je n'arrive pas à voir les ragondins. Plus loin, encore un ragondin qui longe la berge opposée, puis je longe un moment le Gers sans rien voir mais il y a des terriers de partout. Il faudra que je vienne en canoë un de ces 4. Je fais demi-tour encore des ragondins, l'un d'eux rentre dans son terrier alors que l'autre attends immobile devant l'entrée. Je retourne à la voiture et pars pour Saint Arroman.

Je me gare au bout d'un affluent du Sousson, petit ruisseau perpendiculaire au cours d'eau principal. Je descends vers le Sousson en suivant le ruisseau puis prends à gauche vers le pont de Masseube. En arrivant près du pont des ragondins plongent et rentrent au terrier sans que je puisse les apercevoir. Je me poste en face des terriers mais rien ne ressort. Je fais le tour par le pont et reviens par la berge opposée en remontant le ruisseau.

J'arrive à une zone de terriers très fréquentés juste avant le premier passage busé mais pas le moindre ragondin, juste une poule d'eau qui se débine et rentre dans l'un des terriers. Je continue et arrive au passage busé que je traverse.

Sorties du 5 avril 2011

Je longe maintenant par la rive opposée. Toujours pas de ragondin, le soleil descendant me gêne un peu et m'éblouit. Je me fais surprendre par un gamin qui arrive à travers champ sur ma droite et l'apercevant au dernier moment je sursaute. Il me voit souvent chasser et a décidé de me suivre ce soir. "Vous avez vu des ragondin ?" "Non, pas pour le moment." Je poursuis ma route, le gamin me suit et il est rapidement rejoint par son frère jumeau. J'arrive près d'un terrier où je me suis déjà fait avoir 2 fois et je ralentis pour essayer de surprendre le ragondin. Derrière moi, les gamins font un bruit de tous les diables. Le ragondin n'est pas là ce soir et je me poste un instant devant le terrier en observation. Un gamin arrive : "C'est un terrier de ragondin ça ?" "Oui...". Bon, je peux changer de secteur.

Je reprends ma route et essaye de distancer les gamins mais ces derniers me laissent prendre un peu d'avance puis courent pour me rattraper en faisant du bruit. Calme Alex, calme ! J'arrive au second passage busé et traverse à nouveau pour longer de l'autre côté du ruisseau. "L'eau est plus calme ici" "Oui..." Mais ils vont me suivre jusqu'à quand ces deux-là. J'arrive doucement sur des terriers, arc armé mais pas de ragondin ce soir. Je continue et arrive dans un virage du ruisseau où se trouvent souvent des ragondins. J'avance tout doucement quand un des gamins court et me dépasse pour se planter à 5 mètres devant moi. Bien sûr, le seul ragondin du secteur était là, sur la berge opposée et il vient de plonger devant moi sans que je puisse tirer ! "Il n'y pas de ragondin ici ?" "Si, mais tu viens de le faire partir, il ne faut pas faire de bruit et pas courir partout à la chasse !" Ce gamin n'a même pas vu ou entendu le ragondin plonger à 2 mètres de lui !

2 taches sombres attirent mon regard au bord d'un fossé perpendiculaire qui vient se rejeter de l'autre côté du ruisseau. Puis j'aperçois un gros ragondin qui longe le fossé en direction du ruisseau. Ils sont à 80 mètres environ. Je contrôle le vent et dis aux gamins de rester là pour me regarder de loin. Le vent est dans mon dos, il me faut donc attaquer le fossé par la gauche. Je traverse le ruisseau à l'aplomb du fossé et remonte le talus. Les ragondins ne semblent plus être là ?! Je me retourne et aperçois les gamins qui courent le long du fossé ! Grrrrr... du calme Alex. Je traverse doucement le fossé et pars me poster un moment devant les terriers mais les 3 ragondins ne ressortiront pas.

Je reviens vers les gamins et ne peux m'empêcher de les sermonner un peu. J'avance doucement sur le retour quand le ragondin de tout à l'heure fait un remous à l'entrée de son terrier. Je stoppe les gamins d'un geste de la main sans regarder en arrière et me poste un instant. Le remous s'est arrêté, un gamin vient me voir et chuchote : "Il y avait un ragondin" "Oui...". Le secteur est mort pour ce soir, je retourne à la voiture alors que les gamins qui viennent de me gâcher 1 heure de chasse rentrent chez eux. Je pars pour Clermont Pouyguilles, en passant j'aperçois un gros ragondin au milieu de la mare aux ânes. Je me gare un peu plus loin au bord de la route puis reviens doucement à travers le blé. En arrivant près du ruisseau, j'aperçois un ragondin énorme qui broute de l'autre côté au coin droit de la mare. A mes pieds, un ragondin viens de rentrer dans le terrier d'en face et grogne. J'attends un peu au cas où il voudrait ressortir. Le gros ragondin broute toujours paisiblement.

Je traverse le ruisseau puis m'approche tout doucement de la mare. Le ragondin me tourne le dos. En arrivant au bord de la mare, j'aperçois un second ragondin contre la berge de mon côté. Il se débine et part un peu plus loin pour se positionner plein travers à 4 ou 5 mètres. J'hésite un peu, si je le tire le gros va s'enfuir mais un "tiens" vaut mieux que 2 "tu l'auras". Je prends donc la décision de tirer le ragondin le plus facile. Ma flèche de cou le sèche net.

Le gros ragondin se met à l'eau. Je réencoche et arme mon arc mais alors que j'attendais le ragondin en face devant le terrier, il refait surface sur ma droite contre la berge et replonge de suite pour rentrer dans un terrier au pied d'un arbre tordu à presque 90°.

Sorties du 5 avril 2011

Dommage ! Tout à coup, le ragondin mort se met à bouger et se refait. Il plonge et nage difficilement vers la berge opposée. Il se débat et je pense le voir mourir mais il replonge et part vers le terrier en face de moi. Il refait surface juste à l'entrée du terrier et je comprends qu'il va y rentrer. J'arme, vise et décoche sur mon ragondin alors qu'il commence à entrer dans le terrier.

Sorties du 5 avril 2011

Ma flèche le cloue à l'entrée par l'arrière train et je cours en face pour l'achever.

Je me poste un moment en face du terrier où est rentré le très gros ragondin mais rien ne bouge. je retourne à la voiture.

Je pars pour le grand lac entre Loubersan et Clermont Pouguilles, je descends le chemin de terre et me gare. Je commence par inspecter le terrier au pied de la digue. L'eau n'est même pas trouble. Je pars donc faire le tour du lac. Les foulques tournent à la surface mais pas le moindre ragondin ce soir. La luminosité baisse alors que je finis de faire le tour du lac. Un brocard se détache sur le ciel en ombre chinoise entre 2 bosquets au sommet du coteau. Il regarde vers moi puis passe tranquillement de l'autre côté de la crête.

Je reviens à la voiture et pars pour la mare des serres. Je me gare et m'avance entre les serres pour observer la mare. Tout semble calme, je décide de tenter le lac de l'autre côté de la route. Les colverts s'envolent à mon approche et un ragondin traverse alors que j'arrive au bord du lac. Alors que je tente une approche, il plonge et disparaît. J'attends un peu mais la nuit tombe vite et je rentre.

Sorties du 5 avril 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 07:07

Ce matin, je dois aller aider mon ami Patrick dans les Pyrénées à bâtir une tour en pierre, je n'ai rendez-vous chez lui qu'à 9h30, je décide donc d'aller faire un tour sur le canal de Labarthe au lever du jour. Il fait jour vers 7 heures et, de Labarthe, il me faut 1 heures pour aller chez Patrick, ça me laisse donc plus d'une heure pour chasser.

Je me gare près du moulin avant 7 heures et attends un peu dans la voiture jusqu'à ce que j'estime la luminosité suffisante pour commencer ma chasse. Vers 7 heures, je décide d'y aller. Je me prépare et rejoints le bord du canal que je commence à longer. Rapidement, un remous agite la surface de l'eau. Je me fige mais la luminosité n'est pas encore suffisante pour tirer sous les arbres qui bordent le canal et assombrissent le secteur. Un petit rat musqué s'avance sur l'eau et se positionne sur ma gauche, plein travers au milieu du canal. J'arme, monte mon arc mais impossible de prendre la visée, il fait trop sombre. Le rat musqué plonge et disparaît.

J'attends un peu puis continue ma progression. A nouveau, l'eau s'agite sous les branches contre la berge opposée mais je ne vois rien. J’attends un peu, mais toujours rien et le remous se calme. Je longe le canal et m'arrête un peu plus loin quand du coin de l’œil, j'aperçois un rat musqué qui arrive derrière moi. J'arme et me retourne doucement alors que l'animal biaise pour rejoindre la berge opposée. Je prends la visée et décoche. L’impact est cassant et le rat musqué, touché au défaut de l'épaule, plonge dans une eau rouge de sang. Il remonte sur ma gauche et se débat un instant avant de s'immobiliser et de se laisser dériver dans le courant près du bord.

J'attrape une flèche et tente de le rapprocher du bord mais le rat musqué que je croyais mort plonge au moment où je le touche ! Il disparaît un moment puis un remous apparaît contre la berge de mon côté à 4 mètres environ. Je m'approche doucement et entends les râles d'agonie du rongeur que je vois à peine. Je décide de le laisser mourir tranquille et d'aller chercher ma flèche fichée sous l'eau dans la berge opposée. Je traverse par le pylône EDF et récupère ma flèche puis je retourne vers le rat musqué qui a lâché son dernier souffle. Je le récupère et le laisse dans les branches d'un peuplier puis je reprends ma route.

Pas de ragondin jusqu'au ponton, je traverse pour rattraper la berge opposée quand j'aperçois un remous anormal contre la berge que je viens de longer à 15 mètres environ avant le ponton. Je fais demi-tour et m'approche doucement. Un ragondin qui se cachait sous la berge plonge. Je cours un peu plus loin en direction des terriers et me poste juste avant les terriers, espérant le voir ressortir mais rien.

Je reprends ma route, toujours rien sur le canal. Je bifurque sur le petit ruisseau et aperçois au loin un ragondin qui broute sur la bande enherbée. Je tente une approche et avance doucement. Un fracas dans la haie me fait sursauter, un brocard qui dormait là vient de démarrer à moins de 4 mètres de moi et file derrière la haie dans mon dos. Le ragondin encore loin n'a rien remarqué. A 50 mètres du ragondin, le ruisseau coule boueux. Il se pourrait que d'autre ragondin soient dans le ruisseau. Je redouble d'attention et ralentis encore le pas.

Ragondin et rat musqué sur la route des Pyrénées, 4 avril 2011

Effectivement, un ragondin arrive rapidement vers moi en longeant la berge opposée et rentre dans un terrier hors de portée. Le ragondin sur la bande enherbée me tourne maintenant le dos et j'en profite pour m'approcher rapidement jusqu'à 20 mètres environ puis le ragondin se positionne 3/4 arrière et je reprends un pas très lent pour finir l'approche. Je marque des temps d'arrêt à chaque fois qu'il relève la tête et me rapproche doucement ainsi pour arriver à 7 ou 8 mètres environ. J'arme mon arc alors qu'il broute tranquillement. Je vise et décoche mais ma flèche rebondit sur le dos du ragondin qui fait volte-face et se jette dans le ruisseau, revient vers moi à toute allure sur quelques mètres puis bifurque pour rentrer dans un terrier. Dépité, je pars récupérer ma flèche fichée au sol.

Au moment où je la ramasse, j'aperçois un mouvement, mon ragondin ressort la tête du terrier, Je me redresse, réencoche et me positionne en armant. Le ragondin se recule un peu dans le terrier mais je vois encore bien sa tête et la vise puis décoche. Ma flèche le frappe dans l'oreille et ressort derrière l'épaule opposée le laissant sur place. Ma flèche frémit à peine puis s'immobilise alors qu'un filet de sang sort du terrier.

Ragondin et rat musqué sur la route des Pyrénées, 4 avril 2011

Je récupère mon ragondin en tirant sur ma flèche.

Je fais demi-tour, il est bientôt 8 heures. Sur le retour, je jette un coup d'œil sur le petit lac où je viens d'entendre des plongeons. L'eau est agitée mais les ragondins sont déjà aux terriers. Je rejoints le ponton et retraverse le canal puis longe doucement la berge quand, à 40 mètres environ, j'aperçois un ragondin qui vient sur moi en longeant la berge opposée. Je m'éloigne du bord et cours pour me rapprocher avant de revenir doucement vers le bord du canal. J'ai juste le temps d'apercevoir mon ragondin devant son terrier. Il est un peu loin, je me baisse et tente de revenir sur lui un peu plus loin mais il est déjà dans son terrier.

Je rentre et récupère au passage mon rat musqué.

Ragondin et rat musqué sur la route des Pyrénées, 4 avril 2011

Je retourne à la voiture et pars pour Sarrancolin. En montant le chemin de la Soule, j'aperçois 2 brocards qui tombent leur poil d'hivers. Je m'arrête pour les photographier. Ils sont à 35 ou 40 mètres mais ne prêtent même pas attention à moi.

Ragondin et rat musqué sur la route des Pyrénées, 4 avril 2011

Un peu plus loin, c'est un beau lapin de garenne réintroduit par Patrick qui me regarde passer, immobile au bord du chemin.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant