Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 06:55

Mercredi :

Ce soir, je pars de chez moi assez tard pour aller faire un tour du côté de Durban, je commence par un lac dont le niveau est très bas mais où j'ai repéré une bonne fréquentation de ragondins. J'ai passé le début de soirée à rafistoler quelques vieilles flèches pour éviter de casser mes dernières bonnes flèches. Je me gare au bord de la route, descends doucement vers le ruisseau d'alimentation asséché et repère sur la droite, dans le parc des chevaux qui s'étend de part et d'autre du cours d'eau, 3 gros ragondins au gagnage sur la rive opposée. Ils ne semblent pas inquiétés par les chevaux qui broutent un peu plus loin. Je tente une approche mais le passage de la clôture électrique ne sera pas assez discret et les ragondins plongent suivis d'une ribambelle de petits ragondins que je n'avais pas vus.

Les ragondins rentrent dans un terrier où le ruisseau arrêté par un passage bétonné, qui permet aux chevaux de le traverser, est encore en eau. Je m'avance doucement vers ce terrier, quand l'eau se met à bouger à l'entrée. Un ragondin ressort la tête. Je suis à 7 ou 8 mètres du terrier, j'arme doucement mon arc et prends la visée avant de décocher mais ma flèche part avec un vol étrange et dévie de sa trajectoire pour se planter 15 cm devant le nez du ragondin qui recule rapidement dans son terrier et se met à gronder. Je me rapproche doucement quand quelques petits retardataires reviennent vers leur abri. Le temps de me placer, d'armer et de viser il est trop tard. Je me place face au terrier et attends un peu puis je tente un cri de petit ragondin. Les chevaux curieux viennent me voir puis partent au galop avant de revenir pour mieux repartir en martelant le sol de leurs sabots réduisant mes chances de voir des ragondins.

L'eau se met à bouger contre la berge devant moi mais je ne vois pas de quoi il s'agit quand un petit ragondin s'élance et traverse vers le terrier. J'arme rapidement et lui décoche une flèche juste avant qu'il ne rentre au terrier. Il fait demi-tour et revient se caler contre mon côté de berge. Je réencoche et m'avance doucement. Le petit ragondin est sérieusement blessé et longe la berge en essayant sans succès d'y monter puis il traverse et tente de remonter en face. Je n'ai pas de fenêtre de tir et attends un peu. Il finit par revenir vers moi en longeant la berge pour revenir au terrier mais ma flèche l'arrête net. J'attends encore un peu en faisant quelques cris de petit ragondin mais le ragondin qui gronde et bouge dans le terrier ne veut pas ressortir.

Je m'apprête à traverser le ruisseau un peu plus en amont quand un autre ragondin rentre au terrier un peu plus loin. Je tente des cris de petit ragondin mais l'eau boueuse bouge de moins en moins et je comprends qu'il ne ressortira pas. Je traverse le ruisseau et pars chercher mes flèches et ma prise.

Je retourne ensuite à la voiture pour finir la soirée sur une mare un peu plus loin. Je me gare au départ du chemin qui rejoint l'habitation puis descends doucement vers la mare. En passant le bourrelet de ronces qui borde un fossé situé un peu avant la mare, j'aperçois 4 gros ragondins qui broutent dans l'herbe. Je fais doucement marche arrière et tente une approche, voûté derrière les ronces pour me rapprocher à distance de tir. Je gagne doucement du terrain en surveillant les ragondins mais certains se mettent tranquillement à l'eau et s'immobilisent à quelques mètres du bord pour surveiller les alentours. Je tente de me rapprocher encore un peu des derniers restés au gagnage quand mon téléphone que je n'avais pas mis en silencieux se met à sonner. Tout le monde se met à l'eau, je reste immobile et attends que la sonnerie passe. Un gros ragondin longe la berge pour venir passer devant moi à 7 ou 8 mètres, j'arme doucement mon arc, vise l’inconscient et décoche, traversé, il plonge et remonte au milieu de la mare pour commencer à se débattre puis s'immobiliser rapidement. Les gros ragondins foncent vers les terriers alors qu'une bande de petits se met à l'eau et se dirige vers les terriers sur ma gauche. Je fais vite le tour pour me positionner sur les terriers et les laisse venir. Je vais décocher mes 3 flèches sans succès en passant très près sans les toucher. C'est ça de vouloir chasser avec des vielles flèches. La nuit tombe rapidement et je vais passer le reste de la soirée à récupérer mes flèches alors que les jeunes ragondins tournent sur la mare en se permettant de rester à moins de 2 mètres de moi sans bouger comme s'ils savaient que je n'avais plus de flèche.

Ils finissent par disparaître et la nuit tombée, je ne vois plus mon ragondin à la surface de l'eau, je le récupèrerai demain.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Jeudi :

Ce soir je décide de revenir faire un tour rapide à Durban, j'ai révisé un peu mes flèches pour éviter les déconvenues de la veille. Je commence par le lac comme la veille. Je me gare au bord de la route et descends vers le ruisseau. Un des chevaux arrache des touffes de foin d'un sac pendu à un arbre, derrière lui, de l'autre côté du ruisseau 6 petits ragondins broutent tranquillement.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Je me rapproche doucement et passe entre les fils de la clôture électrique pour finir mon approche. Regardant les petits ragondins, je vois trop tard leur mère qui était juste devant les terriers dans le lit asséché du ruisseau. Elle rentre au terrier et commence à ronner, les 3 petits les plus proches des terriers se précipitent et rentrent à couvert, les 3 autres s'arrêtent un instant de brouter. Je me fige et attends un peu. Ils reprennent leur repas. Je m'avance doucement et me positionne face au terrier.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Tout à coup, ils se rendent compte du danger et reviennent vers le terrier. Le premier arrive et s'arrête dans les ronces au-dessus du terrier, j'arme mon arc mais le tir est délicat. Vu la taille du ragondin et l'encombrement, j'ai peu de chance d'atteindre ma cible. Un second le rejoint alors que le troisième est resté immobile en retrait. Je décide de tenter ma chance. Je vise l'un des petits et décoche au travers des ronces. Ma flèche le cloue sur place, le second démarre en trombe et rentre au terrier.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Mais curieusement, il s'arrête à 60 cm de l'entrée et se tourne plein travers. Je réencoche rapidement, prends la visée et décoche. Le ragondin est séché sur place.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Je réencoche et cherche alors le 3ième que je n'ai pas vu passer, ne le voyant pas, je me décale un peu sur la droite et il en profite pour sortir de la végétation et rentrer dans un terrier un peu plus loin. Je pars inspecter le terrier mais il est rentré profondément. Je pars chercher mes prises alors que la mère ronne au fond de son terriers. Mes cris de petit ragondin en détresse ne la feront pas ressortir. Je récupère mes prises et achève le premier petit qui n'est pas encore mort.

L'arrivée des jeunes... 11 et 12 avril 2012

Je pars jeter un coup d’œil sur la mare où, à part des lapins, je ne verrai rien. Je récupère mon gros ragondin de la veille avant de rentrer.

Alex

Partager cet article

Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 06:52

Samedi :

Cette semaine, je travaille sur la commune de Biran et j'ai ainsi récupéré quelques nouveaux lacs à chasser. Ce matin, je décide d'aller chasser un lac au milieu d'une grande propriété où la chasse est interdite depuis plusieurs années et où j'ai donc bon espoir de croiser quelques ragondins. J'arrive sur place avant le lever du jour et attends un peu avant de partir vers le lac. Je traverse une plantation de jeunes arbres puis remonte le talus du lac. Ce lac est vraiment beau pour y trouver du ragondin mais j'en fais rapidement le tour sans voir le moindre myocastor, je dérange tout juste quelques colverts et poules d'eau pas vraiment inquiets de me voir là.

Je ne perds pas plus de temps sur le secteur et pars pour un autre lac un peu plus loin sur la même commune. En me garant au bord de la route, j'aperçois un ragondin qui remonte le talus de la berge du lac, marque un temps d'arrêt puis saute à l'eau. J'attrape rapidement mon arc et traverse en courant le champ travaillé. Je remonte ensuite doucement le talus de la berge du lac et aperçois le ragondin à 10 ou 12 mètres, plein travers à la surface de l'eau. J'arme encore à moitié caché derrière le talus de la berge, vise et décoche mais je passe au-dessus et ma flèche ricoche pour s'arrêter presque contre la berge opposée. Le ragondin pousse un long couinement puis s'éloigne en surface. Je m'avance rapidement au bord de l'eau, réencoche, arme, vise le ragondin qui s'éloigne et décoche pour passer juste dessous. Cette fois le ragondin plonge. Je cours vers la gauche pour aller me poster sur la berge d'en face, le passage d'une clôture électrique me retarde un peu et le ragondin refait surface alors que je ne suis pas encore prêt. Il replonge, je m'avance un peu et attends en surveillant la surface du lac et les berges. Il ne semble pas y avoir de terriers sur le tour du lac. Le ragondin refait surface à ma gauche contre la berge mais un peu loin. Il replonge, remonte au milieu du lac puis pars vers la berge opposée avant de replonger. Je cours pour me positionner en face et aperçois le ragondin qui longe la berge sous l'eau, je le suis doucement et me prépare à armer mais il fait surface d'un coup et replonge aussi sec. Je n'ai pas eu le temps de réagir. Je cours me placer sur la digue du lac. Le ragondin refait surface, surveille un peu les alentours mais il est un peu loin, il ne me reste que 2 flèches sur le carquois. Il plonge à nouveau et semble biaiser vers la rive de droite. Je pars me placer rapidement mais il refait surface un peu loin et replonge. Je me décale rapidement et l'aperçois sous l'eau qui se rapproche de la rive. Je me prépare et lui décoche une flèche alors qu'il refait surface mais je le manque. Ce n'est pas mon jour ! Le ragondin remonte un peu plus loin et je lui décoche ma dernière flèche mais le manque encore. Je récupère ma flèche tiré au bord du lac et cours me placer sur la rive opposée. Le ragondin arrive et longe la berge sous l'eau, cette fois au moment où il remonte ma flèche le traverse. Mortellement touché, il plonge et  remonte rapidement pour aller se caler contre la berge un peu plus loin. Je récupère ma flèche, fais une boucle sous le talus de la berge et reviens sur le ragondin. Ma dernière flèche ajustée au cou sera la bonne, le ragondin est séché net. Je pars rapidement chercher mes flèches avant qu'elles ne coulent puis récupère mon ragondin avant de retourner à la voiture. Je manque beaucoup ce matin, c'est curieux, je passe presque toujours au-dessus.

Je pars pour un 3ième lac, je me gare au bord de le N124 puis la traverse, traverse un champ travaillé et rejoins la bordure d'un ruisseau que je longe un moment en direction de la digue du lac. Un champ de colza borde le lac du côté droit, de l'autre côté une digue de plusieurs mètres de haut le sépare d'un petit ruisseau. Je longe sous la digue et arrive au coin droit du lac quand j'aperçois un gros ragondin qui prend le soleil assis au bord du lac et regardant vers l'eau. Je me rapproche du colza pour que le talus de la berge lui cache ma progression quand des ragondins calés contre l'enrochement de la digue se mettent l'eau, j'en compte à moins 6 mais continue sur mon idée première. Mon ragondin se met à son tour à l'eau et s'éloigne du bord mais j'aperçois alors un autre gros ragondin lui aussi assis au bord de l'eau juste un peu plus loin. Je me cale bien contre le colza et arrivé à l'aplomb du ragondin, je reviens vers le bord du lac arc armé, ce dernier démarre au dernier moment mais s'éloigne tranquillement du bord sans plonger. Il n'a pas fait 2 mètres quand ma flèche le rattrape. Rentrée derrière l'épaule et sortie dans la tête, elle le sèche net.

Vers le bout du lac, un grand nombre de ragondins est posé sur la berge, ils commencent à se mettre à l'eau alors que je récupère ma prise et la flèche restée en travers du ragondin. Je pose le ragondin sur la berge et tente d'approcher les retardataires mais tout ce petit monde s'éloigne du bord pour m'observer au milieu du lac. Je ne vois pas le moindre terrier sur le lac et comprends vite que les ragondins vont chercher à rejoindre le ruisseau en traversant par-dessus la digue. Je longe donc le lac pour me positionner sur la digue. Je n'arrive pas à compter les ragondins, il y en a partout sur le lac et je commence à faire des vas et viens sur la digue pour les intercepter à mesure qu'ils tentent de rejoindre le bord du lac. J'ai 200 mètres de berge à garder environ.

Les ragondins tentent de revenir vers la berge et ils sont trop nombreux à surveiller, je ne sais plus où donner de la tête. 2 points de fuite se dessinent à mesure de mes allers retours sur la digue. Les ragondins semblent presque toujours essayer de sortir sur les extrémités du le lac et je dois courir d'un côté à l'autre pour tenter de les intercepter. Je peux me déplacer rapidement tout en restant discret en longeant derrière la digue. Alors que 3 ragondins se dirigent vers le départ du lac, je cours derrière la digue pour les intercepter. Le premier arrive à sortir de l'eau et passe la digue. Au moment où j'arrive les 2 autres tentent de faire demi-tour pour longer la berge opposée. J'arme rapidement, vise et décoche sur l'un d'eux. Touché, il plonge dans un nuage de sang et remonte un peu plus loin pour essayer de remonter sur la berge sans y parvenir. Il s'immobilise au bord de l'eau. Ces 2 tirs réussis me redonnent confiance.

Je fais le tour et récupère ma flèche puis reprends mes allers-retours sur la digue. Quelques ragondins arrivent tout de même à la franchir car je n'arrive pas à tous les surveiller puis ils commencent à se fatiguer et se posent soit contre la berge opposée soit sur les enrochements de la digue de droite. Je tente d'approcher les ragondins posés sur les enrochements en passant derrière la digue mais, méfiants, ils arrivent toujours à s'éclipser avant que je puisse décocher. Au bout d'un moment, un ragondin revient vers la digue pour la franchir. Je repère l'endroit où il doit arriver puis tente une approche par derrière la digue avant de revenir doucement sur lui. Il ne m'a pas vu, il est à moins d'un mètre du bord en surface. J'arme douce, vise et décoche. Au bruit de l'impact, je suis sûr de l’avoir touché mais il plonge et met un long moment à remonter au milieu du lac. Puis il commence à s'éloigner tranquillement et je commence à douter de mon tir quand il se met à s'agiter en tenant la tête haute au-dessus de l'eau. Il tourne un peu en rond puis s'immobilise. Je récupère ma flèche et compte sur le vent pour le pousser contre la digue car il est trop loin pour mon lancer.

Les ragondins de plus en plus méfiants commencent à se tenir hors de portée de tir, ils font des allers retours au milieu du lac et passent de longues périodes immobiles. A chaque fois qu'ils reviennent vers le bord, le moindre mouvement les fait fuir et la chasse se complique sérieusement. Plusieurs flèches tirées un peu loin passent au-dessus et je passe à chaque fois un moment à récupérer mes flèches en essayant de surveiller tout ce petit monde. Plusieurs ragondins finissent par traverser la digue et leur nombre réduit sur le lac. 2 ragondins partent se caler contre la berge opposée, je fais le tour par derrière la digue puis me décale au maximum de la bordure contre le colza pour approcher caché par le talus de la berge. Avant que j'arrive, un premier ragondin se met à l'eau et s'éloigne en surface mais je parviens à l'aplomb du second et m'approche arc armé. Le ragondin m’apparaît de dos à la cassure du talus, je prends ma visée et décoche, traversé le ragondin sursaute puis se met à l'eau et semble peiner à s'enfoncer dans l'eau avant de disparaître dans les algues filandreuses du font au milieu d'un nuage de sang. Rapidement, un gros paquet de bulles remontent à 6 ou 7 mètres du bord mais le ragondin restera coincé dans les algues. Il ne remontera pas. Je suis dégoûte ! Je récupère ma flèche.

Je retourne sur la berge opposée. 2 personnes arrivent en voiture au coin opposé droit du lac et semble venir intervenir sur le câble d'alimentation de la cabane de pompage. Leur arrivée fait bouger les ragondins. L'un d'eux refait surface à 40 mètres à ma gauche à 5 mètres environ du bord puis replonge, je me précipite et l'aperçois qui longe la digue en apnée. Je le suis doucement en marche arrière pour pouvoir le voir tout en restant devant lui. Le ragondin commence à remonter. J'arme mon arc, au moment où il refait surface, j'aligne ma visée et décoche. Le ragondin touché plonge avec ma flèche et travers, rentrée dans la joue elle ressort au-dessus du cuissot. Le ragondin remonte hors de portée de tir et traverse le lac avec difficulté. Il dépasse à peine de l'eau et se voit à peine. Les ouvriers qui ont tout vu commentent la scène et, curieux, m'observent un moment. Le ragondin finit par rejoindre la rive opposée et immobilise sur la berge.

Il ne reste que 2 ragondins sur le lac et les tirs ratés s’enchaînent, une de mes flèches tirée trop loin va couler sans que je puisse la récupérer puis une seconde.  Les ouvriers me guident de loin pensant que je ne vois pas arriver les ragondins alors que je suis caché derrière la digue. Ne voyant pas bouger les ragondins pendant un moment, je pars saluer les 2 hommes mais alors que nous discutons, 2 ragondins s'élancent vers le départ du lac. Je repars au pas de course mais l'un d'eux arrive avant moi et sort de l'eau en trombe pour se précipiter au terrier dans le ruisseau. Je retourne me poster derrière la digue et reprends mon souffle. Les ragondins restant de longue période sans bouger, je décide d'aller voir le ragondin blessé sur la rive opposée. Je fais le tour et m'approche doucement du gros ragondin couvert d'algues qu'il a entraînées accrochées à ma flèche. Il est allongé sur le ventre et semble mort mais au moment de me pencher pour le ramasser, il se redresse et se met à l'eau. Le temps d'armer, il a fait quelques mètres, je le vise en essayant de ne pas toucher ma première flèche qui est toujours à l'intérieur. Ma flèche le touche bas dans le coffre mais il traverse comme si je l'avais manqué vers la berge opposée. Je récupère ma flèche avec mon lancer puis cours pour l'intercepter en face. Il vient droit sur moi et peine beaucoup à avancer, je lui décoche une autre flèche et le manque. N'ayant plus de flèche, je me mets à l'eau et l'attrape par la queue alors qu'il arrive au bord. Je dégage ma flèche et l’achève d'un coup sec. Je récupère mon autre flèche, je n'ai plus que ces 2 là pour finir ma chasse.

A force de tourner sur le lac, l'un des ragondins vient se faire flécher à l'angle des 2 digues. Son compère va me faire courir un bon moment autour du lac puis s’enchaîne les longues attentes, posté derrière la digue. Le brouillard arrive sur le lac poussé par le vent vers la digue et c'est ce moment que choisi la première hirondelle de l’année pour venir boire tout près de moi en effleurant la surface du lac.  Au bout d'un moment le dernier ragondin du lac il finit par revenir au même endroit que le précédent. J'ai juste le temps de lui jeter une flèche avant qu'il ne plonge et le touche trop en arrière. Cette fois, je pense la partie terminée car, blessé, il va essayer de revenir sur le bord. Effectivement, le ragondin par se réfugier sur la berge opposée. 

Je fais le tour en essayant de ne pas être repéré et parviens à me rapprocher à moins de 10 mètres du ragondin mais ce dernier se met à l'eau, je m'avance rapidement au bord du lac et lui décoche une flèche alors qu'il s'éloigne tranquillement en surface. Touché à la tête, il plonge. Confiant, je prends mon temps pour récupérer ma flèche avant de partir au pas de course pour l'intercepter en face mais, à ma grande surprise, il remonte l'enrochement. Je donne tout ce que j'ai dans les jambes mais il franchit la digue et se jette au ruisseau. Arrivé à l'endroit où je le perds de vue, je tente de le retrouver dans le ruisseau mais il est rentré à couvert. J'ai été trop confiant, je m'en veux. La matinée se termine, il est déjà près de 13 heures, il est temps de rentrer manger. Je contrôle une dernière fois mais le ragondin calé dans les algues ne remontera pas d'aujourd'hui et il y a peu de chance qu'il remonte un autre jour. J'appelle Manu et Christophe pour programmer une sortie sur le même lac demain matin.

Un week end meurtrier, 31 mars et 1 avril 2012

Dimanche : 

Ce matin, fort de mon expérience de la veille, j'ai organisé une nouvelle sortie sur le dernier lac de la veille mais cette fois j'ai du renfort et je suis assez confiant sur le résultat de la matinée. Nous arrivons avec Manu et Christophe avant le lever du jour. Aux premières lueurs nous quittons les voitures, traversons la N124, rejoignons le bord du ruisseau puis le remontons pour arriver au pied de la digue du lac. Christophe et Manu vont garder la digue le long du ruisseau alors que je vais tourner autour du lac. Hier matin, j'ai déterminé 2 postes clefs, sur les angles du lac. Manu part se poster au départ du lac et je l'accompagne alors que Christophe reste à l'angle des 2 digues.

En arrivant au bout du lac, nous faisons démarrer 2 ragondins qui partent en retour, en longeant la berge opposée, un peu loin, la luminosité est faible et je me presse un peu pour lâcher ma première flèche de la matinée du coup je passe sous le ragondin. Je laisse Manu à son poste et fais le tour du lac en suivant les ragondins. Un gros ragondin traverse le lac pour rejoindre la digue entre Manu et Christophe. Manu est déjà occupé à récupérer des flèches, un premier ragondin est mort. Je dis à Christophe de se méfier au niveau de la digue mais nous nous comprenons mal et il part vers la digue qui barre le fond du lac. Le ragondin en profite pour s'échapper sans demander son reste.

Il reste 6 ragondins sur le lac. 2 partent vers la digue du fond du lac alors que Christophe reprend son poste. Je passe derrière la digue alors que les ragondins se rapprochent du bord et remonte pour décocher sur l'un d'eux. L'impact violent au niveau de la mâchoire lui tourne la tête. Il plonge et revient vers le bord au milieu de la digue. Je me décale pour l'intercepter à la remontée. L'eau cristalline permet de bien le voir arriver. Au moment où il remonte, je suis prêt et lui décoche une flèche mais il plonge au même moment. Il me semble l'avoir touché mais je ne le vois pas remonter.

Le second ragondin est un peu loin, je le tente tout de même, il plonge et revient au bord lui aussi pour se caler dans les enrochements, je l'approche par derrière la digue et lui décoche une flèche de cul. Il peine à démarrer puis s'enfonce sous l'eau mais comme hier, un gros paquet de bulles remonte et le ragondin va rester au fond. 2 en 2 jours ça commence à bien faire, surtout que c'est assez rare ! Je récupère mes flèches.

Manu va flécher mon ragondin tiré à la tête, ma flèche lui avait cassé les dents de devant et la seconde lui avait éraflé le dos. Puis, alors que je suis face à lui c'est le tour de Christophe, il va flécher 2 ragondins qui tentent de franchir la digue par le milieu. Puis encore un autre pour Manu qui va lui aussi couler mais dans peu d'eau et alors que je le rejoins et qu'il se décide à se mettre à l'eau pour aller le chercher, le ragondin remonte d'un coup à la surface. Il le récupère facilement avec son lancer.

Il ne reste plus qu'un ragondin sur le lac mais, ayant vu que les berges étaient dangereuses, il décide de rester au milieu et va nous faire tourner un long moment sur le lac, nos jets de pierres à la main ou à la fronde n'y changent rien. Je tente une flèche de loin mais je suis trop court et mon lancer ne va pas jusque-là, ne voulant pas perdre ma flèche qui coule déjà je dois aller la chercher à la nage et fais un aller-retour rapide dans cette eau encore assez fraiche. Sur le retour, j'en profite pour sonder avec mes pieds le fond du lac où j'ai perdu mon ragondin la veille et arrache de gros paquets d'algues sans succès. 

Un week end meurtrier, 31 mars et 1 avril 2012

Quelques jours plus tard lors du sortie en soirée sur le lac et le ruisseau, je retrouverai le ragondin perdu au fond du lac le dimanche matin, il était remonté et s'était calé contre la digue.

Un week end meurtrier, 31 mars et 1 avril 2012

Alex

Partager cet article

Repost0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 13:01

Ce soir, je repars chasser sur la route de Barran et d'Ordan Laroque près du lac de la Castagnères. Je fais une halte à la mare où j'ai blessé le ragondin l'autre soir. Je me gare au bord de la route puis m'avance doucement vers le petit plan d'eau. Un ragondin démarre du trop-plein de la mare et longe la berge de droite puis avant que je n'ai le temps de réfléchir, il rentre dans un terrier que je n'avais pas remarqué à 20 mètres environ. Dommage, je retourne à la voiture. Je longe le ruisseau, le long de la route de Barran, sans voir le moindre ragondin puis tourne vers Ordan Larroque. Le ragondin de la première mare est de sortie. Je me gare un peu plus loin et tente une approche mais c'est vraiment un malin. Il est encore à 50 mètres quand il plonge pour rentrer au terrier. Je me poste un instant face au terrier mais l'eau se calme, il ne ressortira pas.

Je retourne à la voiture et continue, quand de la route, j'aperçois à plus de 100 mètres une tache sombre inhabituelle au bord du ruisseau. Ce doit être un ragondin. Je me gare et analyse le sens du vent. Il vient de droite, je vais donc attaquer le ragondin par la gauche et commence à décrire une boucle pour me rapprocher du ruisseau tout en restant à bonne distance du ragondin mais le vent sur mon visage semble avoir tourné à 180°, je recontrôle et effectivement, il a changé de sens. Je reste un moment en place et contrôle plusieurs fois le vent. Il tourne régulièrement, je décide d'attaquer par la droite, je longe un passage de traitement et fait une grande boucle pour revenir vers le ruisseau à 100 mètres environ du ragondin. Le vent est bon pour le moment, je commence mon approche, lentement, je longe la haie qui borde le ruisseau en direction d'un arbre mort tombé en travers du ruisseau et dont la ramure dépasse un peu sur le champ de blé. J'arrive derrière les branches sans trop de difficultés puis attaque de les contourner pour finir mon approche. Le ragondin n'est plus qu'à 20 mètres et je n'ai pas droit à l'erreur, je calcule mes pas et stoppe dès que le ragondin arrête de brouter. L'arbre passé, je reprends ma progression tout en douceur car je suis à découvert, en arrivant à environ 8 mètres du ragondin, je me fige et arme tout doucement mon arc mais ma flèche un peu terreuse fait un léger bruit à l'armement et le ragondin relève la tête en se tournant face à moi alors que je prends la visée. Je décoche rapidement avant qu'il ne démarre. Le ragondin s’effondre sur place, incapable de faire 1 mètre.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je m’approche et l'achève d'un coup sec. J'ai eu de la chance, le vent est resté constant durant toute mon approche. C'est un très gros mâle que je n'avais jamais vu, je ne savais pas qu'il y avait des ragondins dans le secteur.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je continue un peu mais les ragondins ne sont pas encore de sortie. Je fais demi-tour pour longer à nouveau le ruisseau le long de la route de Barran. J'aperçois un ragondin au gagnage au bord du ruisseau dans le blé. Je me gare comme à mon habitude, le long du chemin de terre.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je traverse la route et commence à longer doucement le fossé mais, arrivé à la moitié du champ, je vois le ragondin me tourner le dos, j'en profite et biaise pour arriver rapidement derrière lui. Je m'écarte du fossé puis presse le pas pendant que le ragondin ne peut pas me voir. J'arrive rapidement à 15 mètres de l'imprudent. J'arme mon arc et m'approche encore un peu en biaisant légèrement car le ragondin se tourne doucement à gauche. Je reste ainsi aligné derrière lui. je suis à 7 ou 8 mètres et m'apprête à prendre la visée quand quelque chose alerte le ragondin qui fonce vers le ruisseau. Il stoppe net, tête haute au bord du talus du ruisseau à 12 mètres environ. Je vise rapidement alors qu'il regarde vers moi et décoche.  Ma flèche frappe violemment le haut de son crâne et le ragondin est rabattu au sol, il se redresse un peu sonné puis se jette au ruisseau.

Je me précipite mais il est déjà rentré au terrier, l'eau ne remue même plus ! Je regarde ma flèche fichée au sol mais pas la moindre trace ni sur la lame (la terre aura peut-être tout effacé) ni sur le fut. Il y a pourtant de belles traces de sang dès l'impact.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Puis sur la coulée qui descend au ruisseau, sur la gauche sur quelques feuilles et au sol sur la droite. Il est assez rare de trouver une piste de sang si marquée pour une éraflure sur ragondin.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je descends au bord de l'eau quand un remous commence à agiter l'eau devant un terrier à quelques mètres sur ma gauche. Je me poste dans le lit du ruisseau pour avoir un bon angle de tir mais le remous cesse peu à peu. Je casse une longue branche de noisetier d'environ 4 mètres, l'enfonce dans le terrier et commence des va et viens énergiques mais impossible de faire sortir le ragondin. Je remonte dans le champ et retourne à la voiture puis pars pour le lac de la Castagnères. J'aperçois un groupe de ragondin au niveau du pont en traverses de chemin de fer. Je continue un peu vers une mare un peu plus loin. Pas de ragondin ce soir. Je fais demi-tour et me gare sur un chemin de terre le long d'un petit bosquet qui me cache.

Les ragondins broutent toujours, j'en compte au moins 5.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je longe la route un moment, avec le vent dans le dos, en direction du lac puis je coupe à travers blé à environ 100 mètres des ragondins et reviens vent de face vers le chemin de terre qui traverse le ruisseau. Je longe un petit boqueteau qui me cache. Arrivé au coin du boqueteau, je marque un temps d'arrêt pour observer les ragondins qui broutent tranquillement en s'avançant dans le blé.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je traverse doucement le chemin puis longe derrière le bourrelet de ronces en direction du terrier où j'ai fléché le gros ragondin l'autre soir. Ne connaissant pas d'autre terrier dans le fossé, je pense que les ragondins vont partir vers cet échappatoire. Les ragondins sont au nombre de 6, un autre est sorti entre temps et broute au bord du ruisseau à l'écart de ses congénères. J'avance tout doucement quand un léger craquement affole les ragondins qui se précipitent vers les ronces à 10 mètres plus vers le ruisseau au niveau d'une herse agricole. Certains rentrent dans le fossé mais d'autres restent en bordure et s'immobilise. Les ronces m'empêchent de tirer. Je décide de rester immobile et d'attendre. Rapidement, les ragondins reprennent confiance et repartent dans le blé alors que ceux qui avaient disparus ressortent et s'avancent au trot pour rejoindre les autres. Le ragondin isolé qui s'était figé s'est remis à brouter.

Je m'avance un peu vers l'endroit où les ragondins sont rentrés dans le fossé pour pourvoir tenter un tir si d'aventure l'envie de recommencer les prenait. Tout ce petit monde s'étant tranquillisé à 12 mètres environ, je décide de les filmer un moment.

Bon, il faut maintenant penser à chasser un peu, je range mon appareil photo. Les 5 ragondins sont dans un alignement parfait mais un peu loin, l'idée de faire une belle brochette me traverse la tête mais, je ne suis pas sûr de les sécher net et je risque de les perdre au terrier. J'accroche mon décocheur et me prépare. Je rigole déjà car pour moi les jeux sont faits.

Je siffle un coup bref, les ragondins relèvent la tête puis se précipitent droit vers moi. J'arme mon arc, ils s'arrêtent à 4 ou 5 mètres de moi. Je vise le plus gros qui est aussi le plus proche et décoche mais, trop confiant, je n'ai pas vu une branchette dans la trajectoire du tir et ma flèche est déviée, elle frappe le sol, ricoche et s'envole pour passer à la cime des arbres qui bordent le ruisseau. Le ragondins se précipitent dans le fossé alors que le ragondin isolé saute au ruisseau. Voilà ce que c'est d'être trop confiant ! En examinant la trajectoire du tir je me rends compte que j'ai légèrement entaillé la branche.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

La flèche restera introuvable. Cette aventure m'aura permis de constater que les ragondins ont creusé de nombreux terriers au niveau de la herse le long du fossé. Je repars vers la mare où le premier ragondin de la soirée m'a bien eu. Je me gare comme tout à l'heure au bord de la route et m'approche doucement du point d'eau quand il me semble apercevoir un mouvement au niveau du déversoir dans le coin droit de la mare. Je m'avance doucement quand j'aperçois le ragondin qui s'enfuit, comme tout à l'heure, en longeant la rive droite. Je m'avance rapidement en armant l'arc mais il est déjà à 15 mètres. Ce n'est pas grave, je prends la visée un peu devant car il va assez vite et décoche. Ma flèche le frappe dans un gros "crac" qui le fait basculer en avant. Le ragondin fait l'arbre droit puis retombe sur l'eau. Je n'en reviens pas ! Il faudrait la refaire... je ne parierais pas de renouveler avec autant de succès un tel tir !

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Le ragondin flotte immobile contre la berge. 

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Je récupère mon ragondin avec ma flèche qui rendre derrière le crâne et ressort dans le nez.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

En l'examinant de plus près, je constate une plaie récente au cou et comprends rapidement qu'il s'agit du ragondin que j'ai touché l'autre jour. Malgré cette belle balafre il n'avait rien perdu de sa vivacité. Moi qui le pensais mort au terrier !

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

La nuit tombe rapidement et la soirée se termine sur ce deuxième gros mâle.

La chasse à l'arc ce n'est jamais gagné, 28 mars 2012

Alex

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:35

Ce matin, je pars sur Tachoires pour tenter d'éliminer les ragondins qui minent les digues du canal du moulin. J'en ai vu 6 l'autre jour et je n'ai pas été fichu d'en flécher un. Riche de mon échec, je compte bien me rattraper. Un peu avant le moulin, je jette un coup d’œil sur une mare truffée de terriers, située au milieu d'un champ travaillé et reliée au ruisseau par un fossé enherbé. Une masse sombre m'interpelle au bord du talus de la mare dans la faible lueur du jour levant. Je me gare un peu plus loin et tente une approche mais je me rends vite compte qu'il s'agit d'une boule de fumier sèche qui a été épandu ces jours-ci. A y être, je m'avance tout de même vers la mare et aperçois un très gros ragondin posé sur la berge de gauche au pied du talus. Je fais une boucle dans le champ pour l'approcher sans être vu puis je reviens sur lui alors que l'eau commence à bouger. J'arme mon arc et termine mon approche mais le ragondin s'élance tranquillement sur l'eau en grondant. Il fait quelques mètres et s'arrête de 3/4 arrière pour se retourner face à moi mais ma flèche stoppe net son mouvement. Ma flèche est restée à l'intérieur, elle rentre derrière l'épaule et ressort dans la tête. Je récupère le tout avec mon lancer. C'est un gros mâle dont la queue est presque totalement tombée suite à la période de gel de cet hiver.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Je retourne à ma voiture avec ma prise et continue un peu pour me garer près du dépôt des poubelles. Je traverse tranquillement la route et me dirige vers le petit lac du moulin. 3 ragondins sont en train de remonter sur la berge opposée dans le coin gauche du lac. Je les observe un court instant caché derrière un sapin puis me décide à commencer mon approche quand 2 colverts décident de décoller du canal pour venir se poser devant moi sur le lac. Les ragondins interrompent un court instant leur repas puis se tranquillisent et reprennent leurs occupations. Je sens mal l'affaire et bien sûr, ce qui devait arriver, arriva, les colverts finissent par m'apercevoir et décollent en donnant l’alerte.

Les ragondins se jettent à l'eau puis observent un instant les alentours, je tente de me rapprocher doucement  mais ils longent la berge et se positionnent devant les terriers pour finir par rentrer à couvert avant que je puisse m'approcher suffisamment. Je maudis ses canards qui me font rater tant d'approches. L'eau bouge devant les terriers, je me positionne au-dessus, certains remous sont dus à des crapauds amoureux mais à mes pieds, un museau de ragondin dépasse de la berge. Je tente d'armer mon arc mais je touche un baliveau et ce léger bruit suffit à faire rentrer le ragondin. Il ressort au bout d'un moment mais je fais la même erreur et il recule à nouveau. Je coupe discrètement toute la végétation qui pourrait me trahir. Le ragondin insiste et ressort son nez. J'arme mon arc et me penche doucement pour améliorer mon angle de tir. Ne pouvant plus me pencher sans me mettre à l'eau, je prends la visée au ras de la berge pour essayer d'attraper la tête du ragondin le plus en arrière possible puis je décoche mais ma flèche frôle la berge et dévie pour passer au ras du nez du ragondin qui recule brusquement. Cette fois, il a compris et ne veut pas ressortir. Après une attente de quelques minutes, Je récupère ma flèche et décide de laisser tomber, je contourne le moulin pour essayer de surprendre un ragondin derrière mais rien.

Je retourne vers la voiture puis pars me garer un peu plus loin au-dessus d'un petit lac au pied d'une friche arbustive. Je descends vers le point d'eau mais rien ne bouge, je longe le lac et remonte le ruisseau d'alimentation quand j'aperçois un brocard et une chevrette coutumiers des lieux, je les vois à chaque sortie matinale sur le secteur. Je tente de les approcher un peu mais je suis à découvert. Je tente alors de les filmer un peu mais la luminosité du matin et l'éloignement (70 mètres environ) donnent un résultat décevant.

Je finis par me montrer ce qui les fait déguerpir et fait aboyer le brocard dans sa fuite, je longe le ruisseau en direction d'un lac que l'on m'a demandé d'aller voir. Le blé ne semble pas touché par les ragondins. J'arrive au bout d'un moment au bord du lac situé au pied d'un bois à 400 ou 500 mètres plus loin. Les berges sont percées de nombreux terriers mais le secteur est calme. 2 pièges fermés sont posés au bord du lac. Je longe la berge jusqu'au bout du plan d'eau sans rien voir puis fait demi-tour et longe le ruisseau sur l'autre rive. J'aperçois un terrier dont l'eau est boueuse à l'entrée, je me poste un instant mais rien ne bouge, je tente un cri de petit ragondin mais toujours rien. Je laisse tomber et retourne à ma voiture pour aller chasser le canal de Labarthe. Avant, je pars jeter un coup d’œil sur un fossé très fréquenté un peu plus loin. Pas le moindre ragondin ce matin. Je pars pour le canal, me gare près du moulin puis pars en chasse. Rien ne bouge ce matin si ce n'est quelques colverts. Au bout d'un moment j'aperçois 4 chevreuils au gagnage le long du petit ruisseau qui rejoint le canal. Je tente de m'approcher un peu mais je suis à découvert et ils m'aperçoivent avant de déguerpir en longeant une clôture pour rejoindre la bordure du Gers. Je les perds de vue alors qu’ils longent le cours d'eau à 200 mètres. La vidéo sera pour un autre jour. Pas le moindre ragondin, je reviens en longeant le Gers mais je n'ai pas plus de succès. Je retourne vers la voiture et aperçois un remous près du pont mais ce sont 2 colverts qui s'envolent à mon arrivée.

A cause de la course à pied Seissan/Auch, je suis obligé de rentrer par Labéjan, Durban et Lasseube Propre mais je ne verrai pas le moindre ragondin sur la route.

Cette après-midi vers 16h30, je repars pour une partie de chasse en direction de Barran et Ordan Larroque. En route je jette un coup d’œil sur une mare ou j'ai remarqué plusieurs ragondins ces jours ci mais il est encore tôt et ils ne sont pas dehors. Un peu plus loin, je rejoins la route de Barran et tourne à gauche pour traverser le ruisseau. Sur la droite de la route, un ragondin broute dans le blé au bord du cours d'eau. Je le gare un peu plus loin sur la gauche de la route, au bord d'un chemin de terre puis revient à bon vent vers le ruisseau en longeant un gros fossé. Arrivé au bord du ruisseau, je commence mon approche, le ragondin est à 150 mètres environ, le sol très sec et les feuilles mortes sont très bruyants et je dois avancer doucement et calculer mes pas pour ne pas faire de bruit. Je me rapproche doucement mais sûrement jusqu'à 30 mètres mais à partir de là, chaque léger craquement fait relever la tête au ragondin et je dois vite marquer une pause de plusieurs secondes entre chaque pas. Petit à petit j'arrive à 20 mètres quand un fourgon arrive sur la route, vitre ouverte et radio à fond. Le ragondin ne cherche pas à comprendre, il fonce vers le ruisseau mais s'arrête au bord de la broussaille. Je tente de me rapprocher un peu mais il disparaît. Je me rapproche, me fraye un passage dans les épines et me poste face aux terriers où le ragondin gronde. Je tente un cri de ragondin mais rien à faire, je retourne vers la voiture en coupant à travers le blé quand je me rends compte qu'un autre ragondin broute plus en aval. Je suis à mauvais vent pour l'approche et décide de revenir à la voiture pour reprendre la route et me garer un peu plus loin.

Cette fois, je suis à bon vent et remonte le long du ruisseau pour essayer d'approcher le ragondin. J'avance un moment sans le voir puis aperçois 2 dos dans le blé. Je m'approche très lentement et marque des pauses à chaque interruption du repas. Je parviens à me positionner à quelques mètres des ragondins, ils sont en fait 3, un très gros, un gros et un petit. Lequel tirer ? Le petit est le plus près, dressé sur ses pattes arrière, il broute tourné, à 4 mètres, face à moi. Le gros est 2 mètres plus loin et le plus gros encore 1 mètres plus loin. Le gros se tourne de 3/4 face. Je décide de flécher celui-là. J'arme tout doucement alors que le petit le rejoint. Je vise tranquillement et décoche. Je le touche mais trop haut sur le dessus du dos. Il se gonfle sur ses pattes alors que ses compères se jettent à l'eau. Je me précipite sur lui. Arrivé à 2 mètres devant lui, il fait une charge d'intimidation et s’arrête juste devant moi gueule ouverte. Je le frappe d'un grand coup de pied, il roule, se relève et charge à nouveau, je lui balance un second coup de pied mais il mort vivement ma basket pourrie au ras de mes orteils, je lui donne encore 3 coups de pieds avant de réussir à en venir à bout. C'est une grosse femelle pleine, son ventre est impressionnant. Ma flèche n'était pas mortelle et si je n'avais pas réagi assez vite elle aurait fui vers le terrier avec une salle blessure. Je récupère ma flèche et ma prise puis retourne à la voiture.

Je repars, un peu plus loin, j'aperçois un gros ragondin au gagnage au bord du ruisseau qui récupère le déversoir du lac de la Castagnères et qui rejoint le ruisseau que je longe depuis tout à l'heure. Il est sur la droite de la route. Je me gare 200 mètres plus loin au bord de la route puis reviens doucement à travers le champ travaillé, à bon vent pour me positionner sur la rive opposée à celle où broute le ragondin. Je parviens sans grande difficulté à me positionner en face d'une grosse coulée très marquée qui redescend dans le lit encaissé du ruisseau. Le ragondin broute tranquillement derrière une touffe de noisetiers. Je l'observe un moment et analyse les possibilités de fuites. Je suis assez confiant sur mon poste. Je me prépare puis fais un peu de bruit avec mon pied dans les feuilles mortes des platanes du bord de route que le vent a amassé contre la bordure de ronces. Le ragondin relève la tête puis se remet à brouter. Je recommence, il reviens un peu vers moi mais se remet à brouter. Je siffle, là, le ragondin revient vers l'eau mais très lentement et s'arrête souvent comme s'il attendait quelque chose quand j'aperçois 2 tous petits ragondins à ses côtés. Les petits s'arrêtent contre les noisetiers alors que la femelle ragondin s'avance sur la coulée, mon arc est déjà armé et j'attends l'occasion de décocher mais elle s'arrête pile derrière un petit tronc de 10 cm de diamètre tombé au-dessus de la coulée. Je n'ai pas d'angle de tir. J'attends, puis elle remonte un peu comme pour encourager ses petits qui arrivent puis reviennent au pied des noisetiers. Encore une branche pour m'empêcher de tirer. Elle redescend et s'arrête derrière le tronc avant de se couler vers le ruisseau sans s'arrêter. Je la tire dans le mouvement avant de la perdre de vu derrière le bourrelet de ronces. Ma flèche est trop en arrière, elle se dégage de ma flèche restée fiché en terre et plonge pour rejoindre son terrier. Je fais rapidement le tour par la route et tombe à mon arrivée sur 7 ou 8 tous petits ragondins au pied du noisetier à moins de 2 mètres de moi. Ils se débinent mais si je décoche ma flèche sera perdue dans le fatras végétal du bord du ruisseau. Un retardataire reste caché un instant au pied des noisetiers puis se décide, il s'avance, j'arme et décoche rapidement tant que mon tir est fichant. Ma flèche passe au ras dessous et le tube fait sauter le petit ragondin qui rejoint ses frères et sœurs tranquillement et sans mal. Je récupère ma flèche mais en laissant ma lame qui est coincée dans les racines des noisetiers. Je remettrai une autre lame à la voiture. Je récupère mon autre flèche qui est couverte de contenu intestinal. L'eau boueuse sort du terrier d'en face, tout le monde est à l'abri et j'ai peu d'espoir de les voir ressortir vu la blessure de mon ragondin. Je retourne à la voiture dépité.

Je pars faire un tour sur la route d'Ordan Larroque sans grand succès et décide de relonger le ruisseau avant d'aller faire les alentours du lac de la Castagnères. Quelques ragondins sont ressortis près du fossé que j'ai longé tout à l'heure pour rejoindre la bordure du ruisseau lors de ma première approche de la soirée. Je tourne à droite pour me garer le long du chemin de terre puis traverse la route et attaque mon approche en longeant doucement le fossé. Il semble qu'il y ait 3 ragondins qui broutent dans le blé. J'arrive au bord du fossé sans grande difficulté. Les ragondins sont à moins de 40 mètres, j'avance doucement vers eux alors qu'ils s'avancent dans le blé. Petit à petit, je me rapproche en stoppant à chaque fois qu'un des ragondins lève la tête et arrive 7 ou 8 mètres des ragondins quand ils s'alignent tous les trois. Le premier de petite taille broute assis, la tête haute alors que les 2 autres broutent plein travers juste derrière et collés l'un à l'autre. L'occasion est trop belle, j'ai déjà fait 2 d'un coup mais 3... ce serait extraordinaire. J'arme doucement et vise le premier à la base du cou en calculant la trajectoire de ma flèche pour taper aussi les 2 suivants mais au moment où je décoche le premier se remet à 4 pattes et ma flèche passe juste au-dessus pour traverser les 2 autres. Le 3ième est mort sur le coup mais le second accroché à son compère par la flèche se débat un peu pour se dégager. Le ragondin loupé se précipite au ruisseau. Je me précipite et achève le blessé d'un coup à la tête avant de retirer ma flèche.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Je laisse mes prises sur place et m'avance vers le ruisseau. L'eau bouge au pied du talus abrupt. Je m'avance doucement sur la pente très raide en essayant de ne pas finir au ruisseau trop vite et finis par apercevoir le museau du ragondin qui dépasse de sous la berge. Je tente de me décaler pour avoir un angle de tir mais impossible de voir mieux l'animal et un arbuste me gêne, à force d'essayer de me positionner, je finis au ruisseau et le ragondin rentre au terrier. A y être, je me poste dans le lit du ruisseau. L'eau est peu profonde. Je casse quelques branches pour pouvoir tirer. L'eau se remet à bouger devant le terrier et au bout d'un moment le ragondin ressort la tête mais je n'ai pas le temps d'armer. Il recule dans le terrier.

L'attente reprends au bout d'un moment l'eau se remet à bouger, cette fois le ragondin s'avance doucement et je vois sa tête sous l'eau ce qui me donne le temps d'armer rapidement et de monter mon arc. Au moment où il sort la tête, j'aligne rapidement ma visée et décoche. Le ragondin est séché à l'entrée de sa cache et l'eau se teinte de rouge.  

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Je m'avance et le récupère mais il est 2 fois plus gros que le ragondin que j'ai vu fuir ! Je le lance en haut du talus et commence à remonter péniblement en m'accrochant à la végétation quand l'eau se remet à bouger devant le terrier. Je reprends rapidement mon poste. Très vite une tête sort du trou au milieu du sang du premier qui ne s'est pas encore dissipé. J'arme doucement  et monte mon arc pour prendre la visée puis décoche. Encore un ragondin séché sur place.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Je le récupère et le lance en haut du talus avant de remonter. 4 ragondins sur le même coin, ça va faire un peu de vide. Je retourne à la voiture avec mes prises sous le regard halluciné des automobilistes qui passent sur la route. Je retourne jeter un coup d'œil sur la mare visitée en début de chasse. Je me gare au bord de la route et m'approche doucement caché par un massif de bambous. L'eau bouge pas mal et je finis par apercevoir un ragondin posé contre la berge, il me tourne le dos et broute quelques feuilles à 10 ou 12 mètres. Je m'approche du bord de la mare tout doucement quand un autre ragondin surgit de la berge opposée à 15 mètres environ et traverse pour rejoindre le premier mais il m'aperçois et revient rapidement vers un terrier à mi-distance entre lui et moi contre la berge de gauche. Je n'ai pas le temps d'aligner ma visée, il rentre à couvert. L'autre ragondin qui n'a pas vraiment compris ce qui se passait revient tranquillement au terrier mais cette fois je suis près et lui décoche une flèche à 2 mètres avant sa cache. Touché, il plonge et rentre à couvert en un éclair. Je pensais pourtant ma flèche bonne. Je fais le tour pour la récupérer et constate qu'un bout de peau et quelques poils sont coincés dans la lame.

Je fais demi-tour et repars pour essayer de retrouver le ragondin perdu au terrier tout à l'heure mais il n'est pas ressorti. Je pars vers le lac de la Castagnéres.

Le blé a bien poussé sous la digue et il sera maintenant difficile d'apercevoir le gros ragondin qui broutait parfois le long du ruisseau. Un peu plus loin, j'aperçois un ragondin au gagnage sur un passage busé qui enjambe un fossé d'environ 150 mètres qui relie un lac juste sur la droite de la route au lac de la Castagnères. Je me gare au bout du chemin de terre qui longe le fossé jusqu'au lac puis commence mon approche en longeant le fossé. Le ragondin est à environ 100 mètres, caché par quelques buissons qui poussent le long du passage busé. Le vent latéral n'est pas gênant. J'approche assez facilement jusqu'à 15 mètres mais le ragondin commence à devenir inquiet et relève souvent la tête puis, alors que je suis à 10 mètres environ, il relève la tête et se fige ainsi à l’affût du moindre mouvement suspect. Les arbustes m'empêchent de tirer. Je tente de me déplacer tout doucement mais le ragondin se précipite en un éclair dans le fossé de l'autre côté du passage busé sans me laisser le temps de réagir. Je m'avance rapidement et longe le fossé à sa recherche mais l'eau n'est pas troublée. Je fais demi-tour et aperçois le terrier qui s'enfonce profondément contre la buse. Je retourne à la voiture.

Un peu plus loin, au bord d'un ru qui descend d'un autre lac sur la droite vers le lac de la Castagnères, un gros ragondin broute à 20 mètres sur la gauche de la route. Je pars me garer au chemin de terre suivant qui traverse le ruisseau d'alimentation par un pont en traverses de chemin de fer. En me garant, au départ du chemin, j'e constate que 2 bandes de ragondins broutent le long du ruisseau d'alimentation. 3 gros ragondins au bord du chemin et 2 autres gros avec plusieurs plus petit un peu plus en amont. Je décide de tenter d'abord l'approche sur le ragondin isolé car le vent m'est favorable. Je reviens vers lui en longeant la route. Le ragondin broute derrière des buissons qui me camouflent un peu mais il finit par me repérer et se précipite dans la végétation.

Je retourne vers les autres ragondins, le vent ne m'étant pas favorable, je décide de tenter une ruse. Le lac étant très bas, je vais tenter une approche par la bordure du ruisseau qui est habituellement sous l'eau. Je longe ce qui est normalement la bordure du lac puis bifurque vers le ruisseau qui serpente actuellement où normalement se trouve le début du lac, je contourne un petit boqueteau épais pour commencer à longer le lit asséché du ruisseau. Je passe sous le pont quand un animal démarre dans le fossé qui remonte en longeant à gauche du chemin de terre au bout duquel je suis garé. Je me fige et tourne doucement la tête. Un gros ragondin se débine et s'arrête juste devant des terriers tête haute. J'arme doucement mon arc, fléchis doucement les genoux pour pouvoir tirer sous quelques ronces qui risquent de dévier mon tir et aligne la visée avant de décocher. Ma flèche frappe le ragondin qui s'affaisse et peine un peu à démarrer avant de se jeter dans le terrier.

Je vais le laisser tranquille, peut-être qu'il ressortira pour mourir. Je traverse le ruisseau presque à sec en pataugeant dans le vase et remonte sur la rive opposée car les ronces m'empêchent de continuer comme je le prévoyais. Je longe le ruisseau par le pré en essayant d'apercevoir les ragondins sur la berge opposée mais ils semblent s'être volatilisés. Quand j'arrive en face de l'endroit où ils se trouvaient, j'aperçois un terrier creusé dans les racines d'un arbre au bord du ruisseau. Je me poste juste devant quand un ragondin de taille moyenne sort de sous les racines à droite du terrier et rentre rapidement à couvert. J'attends un peu, tente un cri de petit ragondin mais rien n'y fait.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Je traverse le ruisseau et pars voir si je retrouve mon ragondin rentré au terrier. Je l'aperçois au travers des ronces, il est mort dans le fossé. Je m'avance à 4 pattes sous les ronces pour le récupéré ainsi que ma flèche restée fichée à l'entrée du terrier.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

La nuit tombe vite, je retourne rapidement à la mare où j'ai perdu le second ragondin pour voir s'il ne serait pas ressorti mais ce n'est pas le cas, je rentre.

Une belle journée de chasse au ragondin, 25 mars 2012

Alex

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:32

Ce matin, je dois aller aider Patrick dans les Pyrénées pour faire de la maçonnerie mais je n'ai rendez-vous qu'à 8h30 et cela me laisse 1 heure environ pour aller chasser le ragondin sur le canal de Labarthe. Arrivé près du moulin, juste avant le lever du jour, je me prépare puis commence à longer le canal alors que la luminosité croit doucement. Le secteur semble bien calme ce matin. Je longe un moment sans rien voir quand une petite masse posée sur une grosse racine au ras de l'eau attire mon regard. Je m'avance sans trop y croire et comprends trop tard qu'il s'agit d'un rat musqué. Ce dernier se met à l'eau et disparaît sous l'eau. J'attends un peu quand j'aperçois le bout de son nez qui pointe contre la berge opposée, j'arme mon arc et vise mais je ne le vois pas vraiment et décide d'attendre un peu. Il finit par refaire surface et longe la berge, je le suis dans mon viseur mais la végétation me gêne, je m'éclipse doucement et le devance pour me poster et l'attendre juste un peu plus loin. Il arrive doucement puis se cale contre la berge. J'arme, vise et décoche. Ma flèche est trop en arrière, elle passe au travers du bassin du rat musqué et le cloue à la berge. Il se débat un court instant et tente de mordre ma flèche mais l'eau se teinte de rouge et il s'immobilise. Je fais le tour par un petit ponton un peu plus loin et reviens par une bande de terre étroite couverte de ronces entre un petit lac et le canal. Je parviens à récupérer ma prise non sans m'être bien griffé de partout.

Je reprends ma progression le long du canal en faisant décoller quelques colverts mais pas le moindre ragondin. Je fais demi-tour en arrivant au bout du canal. je ne suis plus qu'à 200 mètres de la voiture quand j'aperçois un ragondin qui arrive tranquillement en longeant la berge opposée. Je me cale derrière un gros peuplier et le laisse venir arc armé. Il vient s'arrêter contre la berge en face de moi, plein travers, au milieu de quelques branches, je vise et décoche mais le frôle sans le toucher. Il plonge. Je tente de me décaler un peu plus loin et aperçois sa traînée de bulles. Je m'avance encore un peu et me poste quand je l'aperçois qui remonte et se cale contre la berge opposée ne laissant dépasser que le haut de sa tête. J'arme et vise sous la tête. Ma flèche le frappe au cou et le cloue sur place. Il se débat un peu puis s'immobilise. Je rejoins un pylône EDF en travers du canal plus en aval et traverse pour aller récupérer mes flèches et mon ragondin avant de retourner vers la voiture. Il est l'heure d'aller bosser.

Deux sorties rapides mais fructueuses, 24 mars 2012

Après une bonne journée de boulot, je rentre dans le Gers et décide de m'arrêter à nouveau au canal de Labarthe. Je me gare comme ce matin et pars en longeant le canal mais, à part quelques colverts, le secteur est très calme. J'arrive au bout du canal sans avoir vu le moindre ragondin. Sur le retour, un plongeon m'interpelle près d'une zone de terriers juste après le lac. Je me poste au bord du canal et aperçois les ronces qui pendent dans l'eau qui bougent anormalement. J'arrive à suivre ainsi la trajectoire du fuyard qui finit par refaire surface au pied d'un gros peuplier. Le temps d'armer, il replonge. Je me décale rapidement vers les terriers mais je ne sais pas pourquoi, j'ai une intuition. Je vais rester entre les terriers et se gros arbre, calé contre un gros peuplier. Je sens que le ragondin va me feinter et remonter là où il a plongé car le courant est assez fort à cet endroit. Effectivement, je le vois rapidement refaire surface à 30 ou 40 cm de là où il avait plongé. J'arme doucement mais le tir n'est pas aisé à cause des branches basses. Je vise et décoche. Ma flèche déviée touche tout de même le ragondin et le cloue sur place. Il saigne beaucoup et se débat un bon moment avant de parvenir à se libérer. Il traverse le canal et vient difficilement se caler contre mon côté de berge au pied du gros peuplier. J'arme et vise mais il se laisse prendre par le courant et part à reculons. Je le perds de vue et contourne rapidement le gros arbre mais il a disparu. Je longe doucement au ras de la berge et aperçois son museau qui dépasse de sous la berge. Je n'ai pas d'angle de tir, je tente de le contourner mais ce n'est pas mieux. J'attends un peu mais il ne semble pas vouloir mourir. 

Je repère en face une zone qui me permettrait peut-être de le tirer. Que faire ? Si je le laisse sans surveillance, il risque de filer. Je tente tout de même le coup, je pars au pas de course en longeant le canal, traverse le ponton, contourne le lac et reviens à travers les ronces jusqu'à la berge. Il me faut casser pas mal de branchettes pour tenter un tir. Le ragondin s'est retourné et me présente son arrière train. Je décide tout de même de le flécher car vu son état, il n'ira pas loin. J'arme, vise et décoche mais le frôle sans le blesser. Surpris, il s'enfonce dans le terrier sous la berge. Bien joué Alex ! Vu le bruit de l'impact, ma lame est prise dans une racine. Mais rapidement il semble faire marche arrière, Je réencoche une flèche équipée d'une vieille lame que je ne vais certainement pas récupérer...Le ragondin ressort un peu à reculons, rerentre, ressort... puis recule pour se présenter de cul contre la berge, j'arme, vise la nuque et décoche. Le ragondin est séché sur le coup. Je récupère ma première flèche mais il me faut laisser la lame fichée dans des racines de l'arbre Puis je fais le tour pour récupérer mon ragondin et mes 2 flèches en dévissant également les lames. Un ragondin pour trois lames !

Deux sorties rapides mais fructueuses, 24 mars 2012

Je retourne vers la voiture sans voir d'autre ragondin. La nuit tombe rapidement et je tente d'aller faire un petit tour rapide au bord du Gers, juste un peu plus loin, près de la station de pompage d'eau potable. Je me gare au bord du chemin de terre qui descend au Gers puis pars à pied, passe la digue et longe sur la bande enherbée entre cette digue et le cours d'eau. Dans le virage un peu plus loin, je suis tombé sur un groupe de ragondin au gagnage l'autre soir et j'ai réussi à en flécher un lors d'une belle approche.

Deux sorties rapides mais fructueuses, 24 mars 2012

J'avance donc prudemment quand un cri de ragondin retentit contre la berge opposée un peu plus loin. Je me fige et observe. Un gros ragondin traverse le Gers et vient se caler contre la berge à 15 mètres devant moi. Je me rapproche doucement du remous sans voir ni être vu du ragondin caché par le talus de la berge. J'arrive facilement à moins de 5 mètres et me poste, soit le ragondin va remonter sur la berge soit il va repartir sur l'eau. J'attends, il finit par se décider et longe la berge en venant droit sur moi. J'arme, vise et décoche. Touché, il plonge et remonte rapidement à 5 mètres du bord pour se débattre un peu et s'immobiliser. Le courant entraîne ma flèche et ma prise. J'attrape rapidement mon lancer et récupère ma flèche puis devance le ragondin pour tenter de l'intercepter. J'y parviens à la 5ième tentative, environ 100 mètres plus loin alors que le courant le rapprochait du bord.

Deux sorties rapides mais fructueuses, 24 mars 2012

La nuit est presque là, je rebrousse chemin. Sur le retour, un gros ragondin qui était venu se caler contre mon côté de berge traverse et s'immobilise en face mais il fait trop sombre et je ne peux pas aller chercher ma flèche à cet endroit, je rentre à la voiture pour une petite photo de mes prises.

Deux sorties rapides mais fructueuses, 24 mars 2012

Alex

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:31

Ce matin nous avons décidé de retourner sur le lac des Coteaux de Gascogne avec Manu. Nous nous retrouvons sur le petit parking du carrefour de Noilhan avant le lever du jour puis après nous être préparés, nous partons aux premières lueurs du jour vers le lac. Je reprends mon côté du lac et Manu le sien comme l'autre jour. Nous attaquons à peine le lac que déjà des ragondins s'élancent sur l'eau. Je cours me poster sur mes terriers alors que Manu prend son temps en surveillant les ragondins. "Manu, les ragondins vont aux terriers...". Manu se décale et prend son poste. Les ragondins se positionnent sur le lac et nous surveillent avant de commencer des va et viens d'une berge à l'autre.

L'un d'eux biaise pour rejoindre le terrier où je me suis fait avoir la dernière fois sur ma droite. Je me décale pour l'intercepter, il plonge et je pars en courant sur le terrier mais il ne ressortira pas, il a disparu ! Je retourne à mon poste, avec la luminosité qui croit de plus en plus vite nous comptons 3 ragondins sur le lac. 2 d'entre eux partent vers le ruisseau, nous les suivons. Un fait demi-tour et l'autre revient vers ma berge au niveau de l'arbre mort couché au bout du lac. Je le laisse venir vers le bord puis tente une approche mais il repart vers le milieu du lac et plonge. Je repars rapidement vers mon poste. Au bout d'un moment, je ne vois toujours rien ressortir. "Tu vois le ragondin?" "Non". Juste à ce moment quelque chose ressort contre la berge près de moi, c'est un des ragondins. J'arme rapidement, vise et décoche. Mortellement touché, le ragondin s'éloigne péniblement du bord et s'immobilise à 10 mètres environ. Je récupère ma flèche et le ragondin.

Il ne reste plus que 2 ragondins sur le lac et ils vont nous faire devenir fou comme d'habitude, ils vont, ils viennent, nous leur jetons des cailloux, ils plongent, remontent, disparaissent un moment mais évitent de se rapprocher du bord et restent hors de portée de nos flèches. Au bout d'un moment, l'un d'eux biaise vers la digue du lac en se rapprochant de mon côté de berge. Je le laisse faire car il semble s'éloigner du terrier puis, alors qu'il est presque au bord, je commence mon approche. Curieusement, il longe la berge et vient droit sur moi ! J'avance doucement mais au moment d'armer mon arc, le ragondin s'arrête, oblique à 90° et remonte sur la berge pour disparaître dans un terrier que je ne connaissais pas.

Le dernier ragondin va finir par faire l'erreur de passer trop près de Manu qui le mettra au tableau mais je n'ai pas digéré ce tour que vient de me jouer le ragondin en rentrant au terrier. Je pars d'abord inspecter la buse de déversoir du lac et pose mon arc que je laisse sur place, pas de ragondin. Je pars ensuite inspecter le terrier qui m'a joué des tours. Ce terrier sent très fort le renard et semble très peu profond mais je ne vois pas le ragondin que j'entends pourtant gronder. En inspectant plus minutieusement, je constate qu'à 50 cm de l'entrée, une seconde galerie bifurque vers la gauche. Je pars chercher une branche souple de 2 mètres environ sur le buisson le plus proche et reviens au terrier. Je me positionne à 4 pattes, parallèle à la berge, la tête vers l'entrée de cette galerie et les pieds vers la digue puis courbe la branche pour la rentrer dans cette galerie. Les grondements du ragondin cessent et, durant mes va et viens, il me semble toucher quelque chose de mou. Je ressors la branche et trouve du poil dessus, je la recourbe dans le terrier et insiste quand, tout à coup, un poids important se fait sentir sur mes mollets. Le temps de me retourner, un plongeon retentit, c'était le ragondin qui avait marqué un temps d'arrêt sur moi avant de plonger !

Je me redresse d'un bon et cours à toutes jambes pour récupérer mon arc laissé au coin de la digue à 50 mètres environ puis fais demi-tour toujours en courant pour me précipiter vers le grand terrier à 100 mètres environ au milieu du lac avant que le ragondin n'y rentre. J'arrive complètement essoufflé et me poste en essayant de reprendre mon souffle et d'arrêter le feu dans mes poumons. Rapidement, le ragondin refait surface à 15 mètres environ avant le terrier au pied du buisson dont la branche l'a délogé de sa cachette. Il replonge et je me prépare. Il est vite là, je le vois arriver sous l'eau et arme mon arc pour lui décocher une flèche au jugé juste au moment où il remonte devant le terrier. Touché trop en arrière, il fait demi-tour et plonge dans un nuage de sang, emportant la flèche que le font du lac a stoppé en travers de son corps. Il se débat un moment sous l'eau puis remonte et parvient à rentrer dans par une entrée secondaire à 1 mètre environ de la première sans que je puisse ajuster une seconde flèche. L'eau bouge à l'entrée du terrier comme si le ragondin voulait ressortir et j'attends posté un moment puis le remous se calme et je décide de descendre voir. Je me mets à l'eau jusqu'aux genoux pour pouvoir voir dans le terrier au pied d'un talus abrupt de plus de 2 mètres. Le ragondin est là à moins de 2 mètres dans le terrier et semble bien mal en point. Je remonte et pars chercher une branche pour l'achever et reviens dans l'eau devant de terrier. Je tente de le frapper à la tête mais j'ai du mal dans ce terrier qui limite mes mouvements et l'amplitude de mes coups. Le ragondin ne semble pas capable de s'enfuir et je décide de le ramener avec la branche. Il n'opposé que peu de résistance et je parviens à le saisir par la queue. Ma flèche qu'il avait réussi à sortir de son corps était restée en travers de sa patte arrière et le bloquait. Je l'achève rapidement et remonte au sec. Je rassemble mes prises pour une petite photo.  

Sortie Matinale avec Manu, 18 mars 2012

Manu me propose d'aller chasser sur le fossé où il a fait ses 6 ragondins la veille. Le temps ensoleillé et chaud du matin vient de faire place à un ciel couvert et un vent glacial. Ma petite chemise ne me protège pas trop. Après avoir tenté de comprendre le sens du vent qui ne cesse de changer, nous descendons vers le fossé, le vent vient maintenant de notre droite et nous attaquons donc de remonter le fossé à contre vent. L'eau est boueuse mais le secteur semble calme quand un ragondin rentre au terrier un peu plus en amont. Nous nous postons un instant devant les terriers mais rien ne vient. Nous continuons un peu quand un petit ragondin rentre au terrier, je reste posté devant l'entrée et Manu poursuit. L'eau bouge devant mon terrier et je décide d'attendre. Manu repère un peu plus loin un ragondin et parvient à l'approcher et le flécher une première fois puis une seconde.

De mon côté le petit ragondin finit par ressortir la tête du terrier mais je me le manque lamentablement. Je récupère ma flèche alors que Manu revient avec sa prise. Il décide de rester surveiller le secteur et me conseille de descendre un peu le fossé. Le vent est dans mon dos mais on ne sait jamais. Je longe le fossé un moment sans rien voir quand une masse sombre m'interpelle à 10 mètres sur la gauche du fossé principal et au bord d'un autre fossé qui vient du sommet du coteau pour rejoindre le premier. Je m'avance doucement en longeant le fossé mais à 30 mètres le ragondin relève le nez puis fonce vers l'eau. Je m'avance rapidement mais il a disparu. Je relève les yeux et les pose sur un autre ragondin immobile au ras du fossé 50 mètres plus loin mais il relève immédiatement le nez et disparaît. Je m'avance et me poste devant les terriers où l'eau bouge un moment mais le secteur se calme et je poursuis ma route sans rien voir d'autre. Je fais demi-tour et retrouve Manu puis nous remontons à la voiture. Je suis mort de froid.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:28

Un petit flash back d'introduction : 

Ce soir, en sortant du boulot, je pars faire un tour en direction de Saint Arroman mais les ragondins ne sont pas de sortie. Je décide de finir ma soirée en longeant le Sousson. Un peu avant le carrefour de la route de Masseube, je repère 2 petits ragondins qui broutent au bord d'un fossé. Je me gare un peu plus loin et reviens à travers le blé en biaisant vers le ruisseau. Le blé qui a poussé un peu me cache tout d'abord les petits ragondins puis j'aperçois le dessus de leurs dos. Le vent est bon et j'avance lentement mais ils finissent par me repérer alors que je suis encore un peu trop loin pour tenter une flèche et ils se précipitent dans le fossé. Je m'approche un peu et me rends compte qu'ils sont déjà au terrier.

Une présence m'envahit, je tourne doucement la tête à droite et aperçois un brocard un velours qui broute de l'autre côté du Sousson à 70 mètres environ. Je décide de tenter une approche pour m'amuser. Je longe doucement les arbustes et grands peupliers qui bordent le fossé et gagne peu à peu du terrain. Le brocard relève la tête rarement et l'approche est assez aisée. Je suis à 45 mètres environ quand le brocard se tourne de cul et me facilite l'approche. J’avance d'environ de 10 mètres puis il se tourne plein travers et avance sur ma droite. Tout à coup, il redresse la tête et regarde vers moi. Je me fige et attends un instant, il reprend son repas. Je reste un moment immobile et lui laisse relever la tête, n'ayant rien vu bouger il se tranquillise et se remet à brouter en avançant pour disparaître peu à peu derrière un peuplier sur la rive opposée avec de nombreuses pousses à sa base. Je me décale un peu dans le blé pour avancer à couvert de ce gros arbre. Derrière l'arbre, le brocard fait demi-tour. Il broute en avançant doucement, il n'est plus qu'à 20 mètres, il me faudrait encore gagner 5 mètres en action de chasse mais la bande enherbée qui borde le ruisseau est couverte de ronces et de feuilles de peuplier sèches. Seul le cou du brocard dépasse de l'arbre. Je tente de faire un pas dans cette végétation sèche et bruyante mais il relève immédiatement la tête et regarde vers moi un moment en balançant son cou pour essayer de voir ce que je suis. Il fait un pas prudent puis un second sans me quitter des yeux. J'essaye d'attraper mon appareil photo mais il est trop tard. Il démarre en aboyant et rentre dans un bosquet un peu plus loin.

Je retourne à la voiture en longeant le fossé, un des petits ragondins ressort du terrier et se précipite dans le suivant alors que j'ai encore la tête dans mon approche. Je laisse tomber et rejoins mon véhicule. Je poursuis pour me garer au bord du Sousson, le long de la route de Masseube. Le président de la chasse de Saint Arroman discute avec quelqu'un devant chez lui. Je pars le saluer et constate que 3 chevreuils broutent tranquillement à un peu plus de 100 mètres sans se préoccuper de nos voies. "Ils savent que la chasse est fermée ceux-là !". Je retourne à ma chasse et commence à longer le Sousson. Pas le moindre ragondin. Je lève par 2 fois un couple de colverts. En arrivant au second passage busé, je comprends rapidement que ma chasse est terminée. Les jumeaux curieux qui habitent tout près m'ont repéré et ils arrivent en vélo. Les connaissant, ils vont me suivre un moment et ils sont très loin d'être discrets. Effectivement, je les salue au passage et les voilà qui me suivent sur près d'un kilomètre. Rien ne bouge et cette présence me dérange, je décide de faire demi-tour. Ils se mettent à courir devant moi en longeant le ruisseau. Mes chances de voir quelque chose sont nulles.

Je remets ma flèche sur mon carquois d'arc et quitte le bord du Sousson pour longer la bordure du bois à ma droite et rejoindre un lac un peu plus loin. Il y a peu de ragondins sur ce lac mais j'en connais au moins un de gros depuis 2 ou 3 ans et je n'ai jamais encore réussi à le flécher. Il n'y a que 2 échappatoires pour les rongeurs. La buse d'arrivée et celle de déversoir du lac. Un terrier longe la buse d'arrivée mais il est peu profond et possède une sortie à 3 mètres de l'entrée. Cet hiver, lors d'une sortie matinale au chevreuil avec Jean Pascal, un gros remous à l'entrée du terrier avait attiré mon attention et en me penchant sur le terrier j'avais aperçu le ragondin que j'ai pu prendre en photo à 2 reprises. Une première photo prise par erreur au jugé en gros plan

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

puis une seconde où on voit le ragondin entier dans son terrier et sa sortie au fond.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Je suis ensuite allé chercher une longue branche alors Jean Pascal se postait à l'entrée du terrier. Poussé par la branche le ragondin est sorti tranquillement et a été fléché et séché sur place par Jean Pascal juste avant qu'il ne rentre dans la buse.

Ce soir, la nuit commence à tomber et il ne va pas me rester beaucoup de temps pour chasser. J'arrive au coin de la digue du lac. Le lac semble bien calme. Je longe doucement la berge vers la buse d'arrivée quand un gros ragondin se met à l'eau du bord de l'île posée au milieu du lac. Il part droit vers la buse d'arrivée, je cours vers cette dernière, il plonge. Arrivé à la buse, je me place au-dessus et me prépare. Le ragondin refait surface devant moi mais je n'ai pas le temps d'armer, il plonge et fait demi-tour. Je reste à mon poste au cas où mais je l'aperçois qui remonte contre la berge de droite à 40 mètres environ. Je me décale rapidement et longe la berge à une distance suffisante pour que le petit talus de cette dernière cache ma progression au ragondin. Je gagne rapidement du terrain mais ce dernier biaise vers la buse alors que la nuit est presque là. Je cours autour du lac pour rejoindre la buse du déversoir alors que le ragondin vient de plonger.

J'arrive à mon poste et attends quand, tout à coup, dans la pénombre, j'aperçois le ragondin qui vient doucement vers moi en surface du lac. J'arme très lentement mon arc et tente de prendre la visée mais la pénombre grandissante ne me facilite pas les choses. Je laisse venir le ragondin de 3/4 face à 5 mètres puis prends péniblement la visée et décoche. Un impact sonore me signifie que ma flèche l'a touché mais où ? Impossible de le dire. Il plonge et repart vers le milieu du lac. Je surveille la surface mais j'y vois de moins en moins.

Il refait surface et se dirige vers le milieu de la digue, je passe à couvert derrière la digue et reviens doucement vers l'endroit où je pense le retrouver poser sur la rive mais je suis un peu trop à droite et il me voit trop tôt. Il plonge puis remonte pour se diriger vers la buse. Je me rapproche rapidement de lui, arc armé, et en visant péniblement lui décoche une flèche qui le touche très en arrière. Je cours à la buse et arrive en même temps que lui. Blessé, il a du mal à rentrer dans la buse que le niveau bas du lac a remonté à 40 cm du niveau de l'eau. Il fait des bons hors de l'eau alors que je tente de l'empêcher d'y renter avec mon pied d'abord puis avec une flèche ensuite. Je le pique et lutte contre lui. Il me menace en grondant et me montre les dents avant de bondir pour saisir ma flèche entre ses incisives dans un bruit de craquement effroyable. Le ragondin ainsi pendu se débat puis retombe à l'eau. Il se fatigue alors que je lute encore en essayant de ne pas me faire mordre puis je parviens à le repousser à 1,5 mètres sur la gauche de la buse où il s'immobilise en grondant. J'ai le temps d'armer et le tire au jugé mais le manque. Il repart vers la buse et je parviens à le repousser à nouveau et à réencocher pour cette fois lui placer une flèche entre les omoplates au juger.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Le ragondin se laisse doucement aller et je sors ma canne à pêche pour récupérer mes 2 flèches avant de récupérer ce gros mâle qui aura vaillamment défendu sa vie. Ma première flèche l'avait blessé sur le côté de la tête à la mâchoire inférieure, la seconde en arrière de l'abdomen. Je pose ma canne au bord du lac pour faire la photo souvenir mais je vais l'oublier là et m'en apercevoir que 2 jours plus tard.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Ce matin, nous devons aller chasser le lac de Saint Maur avec Christophe et Manu. Je m'embrouille un peu dans les horaires de lever du jour et demande à Christophe de me rejoindre chez moi vers 6h30 pour que nous retrouvions Manu sur place vers 7h30 mais j'ai mal calculé mon coup. Un texto de Manu arrive vers 6 heures : "Le rendez-vous c'est 6h30 ou 7h30 ?". C'est là que je comprends enfin mon erreur. J'appelle Manu et lui dit de partir directement au lac sans nous attendre. Christophe est en avance, il arrive vers 6h20 et nous décollons de suite mais arrivons sur place vers 7h10 alors qu'il fait déjà jour. La voiture de Manu est là. Christophe prends sur la gauche et moi en face. Le lac est très calme, pas le moindre ragondin, je retrouve Manu un peu plus loin sur le retour. Il n'a rien vu. 6 chevreuils broutent tranquillement un peu plus haut dans le coteau. Nous appelons Christophe et faisons demi-tour.

Manu a la même idée que moi, "et si nous allions jeter un coup d’œil sur l'autre grand lac", nous n'y avons mis qu'une seule fois les pieds sans succès mais bon, on peut toujours essayer.

Nous retournons donc aux voitures puis partons pour ce second lac. J'ai un peu de mal à le retrouver mais nous finissons par arriver. Manu prends sur la gauche et nous faisons le tour par en face. Le lac est très calme et le chasse tourne vite à la promenade. Arrivés au milieu du lac nous apercevons Manu qui s'est arrêté en face. Il a peut être vu un ragondin. Ne le voyant pas vraiment actif, nous continuons en discutant car nous n'y croyons pas vraiment. Il n'y a pas vraiment d'indice de présence. Dans un pré un peu plus loin des chevreuils broutent tranquillement alors qu'au bord du lac nous tombons sur un renard mort depuis quelques temps. Alors que nous revenons vers Manu, le soleil se lève sur le lac légèrement embrumé.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Les cris de Manu stoppent notre conversation. Un ragondin vient de lui fausser compagnie et traverse le lac. Nous partons en demi-tour au pas de course pour intercepter le fuyard. Je distance Christophe et arrive juste en même temps que le ragondin qui ne nage pas bien vite. Il s'est calé sur le bord. Je m'approche doucement et cherche une fenêtre de tir au travers des arbustes qui bordent le haut du talus de la berge. Je n'ai qu'une fenêtre partielle qui ne me laisse voir que la moitié arrière. Je tente tout de même le coup, il est à environ 8 mètres. Ma première flèche lui passe juste sous la peau au 2/3 arrière. Le ragondin sursaute à peine et reste sur place. Ma seconde flèche lui casse la colonne à peu près au milieu du corps. Il plonge et revient immédiatement au bord. Je tente de me frayer un passage pour aller l'achever alors que Christophe arrive. Le ragondin est de face contre la berge et il lui ajuste une flèche qui lui frôle le menton, rentre sous la tête et ressort dans l'abdomen séchant le ragondin sur place.

Nous récupérons le ragondin et nos flèches puis retournons voir Manu qui est entrain de récupérer ses flèches avec son lancer. 3 autres chevreuils broutent sous la digue du lac. Manu avait touché le ragondin à une patte avant mais pas mortellement, juste assez pour le gêner et nous le ralentir. Nous discutons un peu sur cette chasse collective puis partons pour Saint Michel.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Manu doit laisser des pneus au garage qui répare sa voiture et nous laisse partir devant. Nous nous arrêtons d'abord sur un lac entre Berdoues et Saint Michel mais à part les canards il semble très calme. Nous décidons de ne pas en faire le tour et poursuivons jusqu'au village où nous nous garons près du Foyer Rural. Nous nous préparons et attendons Manu qui ne tarde pas à arriver puis nous partons tous les 3 pour longer la Baïse sur 100 à 150 mètres. Le secteur semble calme. Manu pars devant et s'arrête un peu plus loin pour armer son arc. J'aperçois le ragondin en face de lui, posé sur une grosse racine. Sa flèche se fiche dans la racine mais le ragondin met un moment à réagir puis semble empêtre mais il finit par plonger en heurtant la flèche. Manu l'a en fait manqué. Alors qu'il surveille son éventuelle réapparition et que Christophe s'est posté un peu plus en amont, je poursuis jusqu'à un virage truffé de terriers. Juste au moment où je me positionne, un gros ragondin sort de son terrier contre la berge opposée et longe en direction d'un autre terrier. J'arme mais impossible de viser, j'ai le soleil dans les yeux. Je finis par décocher mais le ragondin est déjà rentré au terrier quand ma flèche arrive. L'impact contre la berge fait démarrer un autre gros ragondin qui se débine sur la berge au travers de la végétation. Il marque un temps d'arrêt à 1,5 mètres au-dessus de l'eau. Je réencoche rapidement, arme, vise au travers des branches et décoche mais mon tir est dévié et le ragondin plonge pour rejoindre son terrier.

Christophe fait le tour et récupère nos flèches puis nous partons pour les fossés du centre équestre, ils sont presque à sec et malgré beaucoup de traces de fréquentation, nous ne verrons pas le moindre ragondin. Nous tentons de longer un peu la Baïse mais toujours rien. Nous décidons de nous séparer pour ce matin Manu veut aller du côté de Ponsampère. Nous allons revenir vers chez moi en tentant quelques petits coins en route et surtout, je veux aller récupérer ma canne à pêche au bord du lac à Saint Arroman. Nous nous arrêtons sur un premier lac sans succès alors que le temps vient de changer, le soleil a fait place à un temps couvert et un vent glacial. Mon téléphone sonne, c'est Manu qui vient de flécher un ragondin sur le lac où nous ne nous sommes pas arrêtés tout à l'heure. Nous partons pour Saint Arroman. Je me gare au-dessus d'une mare et nous descendons pour tenter de voir des ragondins mais le secteur est calme. Je propose à Christophe de le laisser chasser un peu seul le long d'un ru qui rejoint le Sousson et de me retrouver à la voiture au pont de la route de Masseube, au bord du Sousson.

Je pars me garer au point de rendez-vous puis pars chercher ma canne à pêche. Je ne longe pas le Sousson pour ne pas déranger le secteur et laisser ses chances à Christophe, du coup, je longe une bande étroite de bois de chênes clair-semés très en pente qui suit les lacets de la route qui grimpe le coteau. Je suis en train de me dire qu'en hivers le secteur doit être pas mal pour rencontrer des animaux couchés au soleil quand une impression bizarre m'arrête sur place. Je tourne doucement la tête à ma gauche vers le bois quand 2 sangliers se lèvent à 7 ou 8 mètres d'un tout petit ronciers de rien du tout. Le plus gros d'environ 70 kg démarre et file derrière moi à travers bois alors que le second d'une cinquantaine de kilos s’arrête à 10 ou 12 mètres plein travers pendant un moment. J'arme mon arc pour le fun. Le sanglier finit au bout d'un moment par démarrer. Je rebrousse chemin pour voir par où a pu passer le gros sanglier car je chasse le secteur en période de chasse. Il a disparu, je pars donc à nouveau vers le lac pour voir si je retombe sur le second sanglier.

Je longe au ras du bois quand, 50 mètres plus loin environ, à nouveau, j'ai une impression bizarre. Je m'arrête et tourne doucement la tête vers le bois. J'aperçois la moitié de la tête d'un gros sanglier derrière un arbre à 6 mètres environ. L'animal se lève et démarre sur 30 mètres puis s'arrête et grogne. Les feuilles mortes s'agitent et 7 ou 8 petits marcassins de 2 ou 3 kg se lèvent et foncent rejoindre leur mère qui doit faite plus de 80 kg. Tout ce petit monde redémarre, je les suis un peu à distance et après plusieurs arrêts, la laie et ses petits remontent puis traversent la route. Je les aperçois encore un peu dans le bois au-dessus de la route puis le calme revient. Quel spectacle magnifique ! Je poursuis jusqu'au lac et récupère ma canne à pêche avant de repartir vers la voiture. Christophe est encore loin, je rentre en longeant le Sousson qui est très calme puis pars rejoindre Christophe pour le récupérer en voiture. Il n'a vu qu'un ragondin sur la seconde mare mais il n'a pas pu le flécher.

La route du retour sera calme, ce vent froid a du faire rentrer les ragondins. Manu m'appelle vers midi, de son côté il a fléché 6 autres ragondins le long d'un fossé au milieu d'un élevage de canards à Bellocq Saint Clamens.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant