Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 11:44

Ce matin, je m’étais décidé à aller faire une petite virée aux ragondins. 7h15, le réveil sonne, je prends mon temps pour me préparer mais un peu trop tout de même, le ciel est dégagé et avec le clair de lune on y voit déjà comme en plein jour, il est 7h45.

Je décide d’attaquer par un petit lac au pied d’une ferme, les ragondins y sortent généralement au lever du jour. Arrivé sur place, je me gare, prends mon arc et mon petit sac à dos contenant ma canne à pêche et me voilà parti. Quelques canards se mettent en mouvement avant de décoller, pas un ragondin en vue. Arrivé au bord du petit lac, je jette un coup d’œil sur les berges. Non, rien, c’est étonnant. Peut-être à cause de la petite gelée matinale ?

Je vais poursuivre à pied jusqu’à un autre lac situé plus haut. Je longe une haie qui longe le ruisseau du déversoir du lac, elle est bordée par une belle coulée très fréquentée : chevreuils, blaireaux et sangliers semblent y passer régulièrement. Au pied de la digue, une petite mare souvent agitée à cette heure par les facéties de plusieurs ragondins est ce matin tout à fait calme et l’eau est même claire. J’escalade la digue du lac, parcourue par une belle coulée faite par les ragondins, pour arriver au bord de l’eau. Au bout du lac quelques colverts se détachent lentement de la berge avant de décoller. Quatre chevreuils qui pâturaient s’éloignent pour passer la crête de la colline. Je décide de longer sur la gauche, c’est le côté des terriers. La berge est maintenant couverte de ronces qui trempent dans l’eau, un ragondin plonge, je le suis en marchant le long de la berge, l’eau est cristalline et je le vois bien par transparence. Il longe à moins de 10 mètres du bord, sur une centaine de mètres avant de refaire surface. Ayant deviné la manœuvre, j’étais déjà armé et lui décoche une flèche qui tape juste derrière. Il plonge à nouveau et oblique pour venir vers la berge. Ma seconde flèche est encochée quand un second ragondin quitte sa position pour me passer tranquillement à 6 mètres. J’arme et lui décoche une flèche en pleine tête qui le foudroie sur place. J’encoche à nouveau et j’ai juste le temps d’armer que mon premier ragondin refait surface à 4 mètres. Ma flèche part et le touche au niveau du coup. Il plonge et vient ressortir à 2 mètres de moi pour se caler sur une branche. Le sang coule abondamment de sa plaie et colore l’eau tout autour de lui. Les branchettes m’empêchent de tenter un tir et je reste sans bouger un instant pensant qu’il est en train de mourir. Mais, tout à coup, alors que j’ai à peine bougé, il plonge et repart en sens inverse. Il traverse le lac en biais pour aller se caler contre la berge opposée alors que je le suis de mon côté espérant qu’il ne saute par la digue pour aller rejoindre la mare. Je le rejoints doucement, je suis armé et prêt mais il plonge à nouveau pour ressortir un peu trop loin et traverse au plus court le lac pour rejoindre les ronces.  

Je pars au pas de course pour l’intercepter mais il arrive avant moi. Je m’approche doucement de sa position, arc armé mais je m’aperçois vite qui est rentré au terrier, un terrier dont j’ignorais l’existence. Je sonde le terrier qui semble longer la berge. Peu de terre au-dessus je reviendrai avec la pelle. Je récupère 2 de mes flèches, il semble que la troisième a coulé, puis mon ragondin et repars à la voiture. Je reviendrai plus tard. Je rentre tranquillement vers la voiture, quand arrivé au bord du premier lac, j’aperçois un ragondin qui longe la berge en direction du déversoir. J’avance doucement pour le suivre, un ragondin démarre et plonge à mes pieds et s’enfile directement dans le terrier sans refaire surface.    

Je poursuis en direction de l’autre ragondin qui s’est arrêté mais je suis à mauvais vent et il fait demi-tour, s’écarte un peu de la berge alors que je suis encore à plus de 30 mètres et plonge. Il refait surface à quelques mètres de moi mais les branchages m’empêchent de le flécher et il plonge à nouveau pour disparaître définitivement. Je reprends la voiture pour me garer un peu plus loin en dessous de deux lacs en cascade. Je longe le déversoir du lac et j’arrive en dessous de la digue, je ralentis le pas et commence à longer doucement la berge. Tout à coup, une boule brune attire mon regard, c’est un petit ragondin qui s’étire pour rentrer dans l’eau, j’arme et décoche alors qu’il est à moins de 2 mètres de la rive. Je pense être dedans mais ne le vois pas refaire surface, j’ai dû le manqué. Je récupère ma flèche et poursuis mais il n’y a rien d’autre sur ses 2 lacs. Je retourne à la voiture. Je me gare au bord de la route au-dessus de 3 lacs. Je descends mais pas de ragondin sur les deux premiers lacs. Je poursuis pour rejoindre le 3ième lac un peu plus éloigné. J’arrive par en dessous de la digue, et aperçois à environ 30 mètres un petit groupe de sarcelles qui décolle en me voyant laissant un lac désert. Seul un grèbe vaque à ses occupations au bout du lac. Je retourne à la voiture.

1 km de plus, j’arrive à un chemin de terre qui descend au bord d’un colza longé par un petit ruisseau. Le président de la société de chasse de Labéjan m’a demandé d’essayer de tirer quelques ragondins qui dévastent son champ. Un chevreuil sort du bois, en face sur la coline et se dirige vers la crête. Arrivée au bord du ruisseau, je trouve des grandes zones tondues à ras du sol et de nombreuses coulées mais pas un seul ragondin. Ce n’est pas leur heure de sortie semble t-il. Demi-tour. Je me gare au-dessus du lac où j’ai blessé mon ragondin et descends avec ma pelle, ma canne à pêche et mon arc. Une centaine de colverts décolle à mon approche. Arrivé au terrier, je commence par couper les ronces épaisses à cet endroit et commence à creuser en suivant la galerie. Au bout de quelques minutes, j’aperçois la queue du ragondin. Je tente de la saisir mais il avance d’un coup et m’échappe. Je recommence à creuser et aperçois à nouveau la queue. Cette fois je la saisie et tire de toute mes forces dessus pour extraire l’animal mais il ne lâche pas prise et je dois le lâcher à nouveau. Je recommence à creuser quand à 2 mètres de moi, les ronces se mettent à craquer, la galerie avait une sortie aérienne et mon ragondin est maintenant devant moi. Le temps de me retourner, d’attraper mon décocheur et mon arc, il a plongé et prend la direction de sa cachette contre la berge. Je longe le bord, arrive près de lui alors qu’il plonge à nouveau mais il a de plus en plus de mal à rester sous l’eau. J’arme et lui décoche une flèche alors qu’il refait surface mais je passe juste à côté. Il part vers les ronces, je pars au pas de course pour l’intercepter mais il oblique et part se caler un peu plus loin contre la berge. Je contourne par le bout du lac et me rapproche doucement. Je suis armé, il plonge mais remonte à 5 mètres où ma flèche entrée entre les omoplates le sèche net. Retour à la voiture. Je pars cette fois pour un petit lac à Miramont d’Astarac où on m’a demandé de régler le sort d’un ragondin qui vient de s’installer. Arrivé sur place, je descends le chemin de terre qui arrive au lac. Le ragondin est là, il broute sous la digue. Je ne connais pas ce lac c’est ma première venue et je ne sais pas vraiment vers où il peut fuir. Je m’approche doucement mais pas de chance le vent tourne et il me repère. Il fonce vers le lac gravissant la digue. J’arme mais il est trop loin, je cours vers la rive. Il était sous un petit ponton en bois et plonge. Je longe doucement la berge du lac et l’aperçois ressortir en face. Il longe un court instant la berge et rentre au terrier. Malin celui-là. A cette heure-ci, j’ai quelques chances de voir des ragondins sur un lac précédé de 2 mares en dessous du village de Labéjan. Arrivé sur place, je me gare et descends vers le lac, une quarantaine de colverts s’envolent. Un ragondin traverse de la rive opposée vers mon côté. J’arrive au bord du lac mais le malin, 40 mètres plus loin, fait demi-tour et rentre dans un terrier avant que je n’ai pu tenter quoi que ce soit. Un petit tour de lac et je retourne à la voiture. Je pars pour Loubersan. Je me gare près des serres d’un producteur de fraises. Sur ma gauche une mare bien fréquentée, sur ma droite un lac où, depuis plusieurs semaines, je vois les ragondins pendant mes horaires de boulot. Je commence par descendre vers la mare. Elle semble bien calme mais, tout à coup, une onde à la surface dans un coin, j’encoche une flèche et me dirige vers le mouvement. Arrivé à quelques mètres de la mare une poule d’eau s’envole et se jette dans la haie la plus proche. Je fais quelques pas de plus et entends un plouf. J’arme, un petit ragondin ressort à quelques mètres et ma flèche le traverse, il meurt rapidement alors qu’un second de même taille arrive vers lui. J’encoche, arme alors qu’il s’arrête et lui décoche une flèche qui interrompt rapidement sa courte vie. Je récupère flèches et ragondins et remonte pour redescendre de l’autre côté de la route vers le lac. C’est une réserve de chasse pour les canards et ce lac n’est donc que très peu chassé. Je descends tranquillement. Les colverts décollent à mesure que je me rapproche. Certains prennent même le luxe de me décoller dans les pieds alors que je suis à quelques mètres du bord. Le lac vidé de ses canards, restent 4 ragondins en surface. J’avance doucement et me cale derrière un buisson. Je suis sur le trajet des terriers. Rapidement le plus gros s’avance doucement, j’arme alors qu’il passe derrière le buisson, le suis avec mon viseur et lui décoche une flèche derrière l’épaule. Il plonge, remonte, se débat un peu puis s’immobilise. Un second ragondin arrive, il marque un temps d’arrêt au niveau de son collègue mort puis repart. J’arme alors qu’il est caché par le buisson épais, le suis avec mon viseur et décoche comme pour l’autre. Il va mourir à côté de son collègue. Un troisième ragondin arrive alors que je tente de récupérer la première flèche plus proche que la seconde. Je repose vite ma canne à pêche, reprend mon arc. Il s’arrête au niveau des deux ragondins morts et reste un moment sans bouger avant d’obliquer vers le milieu du lac. Comme précédemment, j’arme caché par mon buisson, le suis et décoche mais un peu trop en arrière. Il traverse et se cale contre la berge opposée. Je récupère mes 2 premières flèches et les 2 ragondins puis attends un peu pour voir si le quatrième ragondin ne voudrait pas imiter ses confrères. Rien, je pars donc achever mon ragondin. Tout à coup, alors que je suis à 20 mètres de mon ragondin blessé, j’aperçois un ragondin affairé à sa toilette. Je m’approche doucement, arme et lui décoche une flèche qui le frappe derrière l’épaule. Il plonge et remonte aussitôt pour être cueilli par une seconde flèche. Je récupère une flèche et m’approche doucement de la position estimée du ragondin blessé. Je finis par le voir, il ne bouge pas mais semble en vie. Ma flèche part et le frappe, il bouge à peine avant de s’immobiliser. Sur le retour, je fais une pause à Seissan au bord du Gers où j’aperçois furtivement un tout petit ragondin.

Une journée ragondin fructueuse, 31 janvier 2010

Je viens de terminer mon récit du matin, il est près de 17 heures. J’hésite un peu. Chevreuil ? Sangliers ? Non, allez, je retourne aux ragondins.

Je commence par une mare en bordure de la N 21 près de Saint Jean le Comtal, en arrivant, j’aperçois un ragondin au gagnage près du ruisseau qui passe à 50 mètres de la mare. Je me gare à peine à 15 mètres de la mare, les ragondins habitués aux voitures ne bougent pas. Je me prépare et entame un contournement de la mare quand, de l’autre côté j’aperçois 1 puis 2 ragondins au gagnage. Le premier repéré est un peu plus loin, je vais commencer par ces 2. Je commence à avancer pas à pas vers le plus gros, le plus proche aussi. Je m’arrête à chaque fois qu’il s’arrête de manger, un pas, encore un pas, … le sol est un peu craquant à cause des feuilles mortes.     Je gagne petit à petit du terrain quand, tout à coup, mon ragondin se précipite vers la mare et s’arrête à quelques mètres de l’eau le nez en l’air. Je suis à bon vent et proche des arbustes. Je reste immobile, il jette un regard à son congénère qui n’a pas bronché et s’en retourne manger. Un coup d’œil au premier vu, il est toujours là. Je continue à avancer, encore quelques mètres de gagnés pas à pas. Je me rapproche mais, à nouveau, il se précipite vers l’eau, se bloque un moment nez en l’air puis retourne à son repas. Le premier ragondin est toujours là, je poursuis. Encore quelques mètres et rebelote, il fonce vers l’eau puis se ravise. Il retourne à son repas et me tourne cette fois le dos, j’en profite pour avancer un peu plus vite et parvient à l’approcher à 5 mètres. J’arme, prends la visée et décoche. Il reste foudroyé sur place. Son compère se précipite vers l’eau et s’arrête avant de plonger, il me regarde mais ne comprend pas que son compère ne plonge pas. Il est à 15 mètres environ. Je ne bouge pas, il finit par se glisser tranquillement dans l’eau et, alors que le talus de la berge l’empêche de me voir, je fais quelques pas rapides, arme et alors qu’il s’éloigne calmement de la berge lui décoche ma flèche. Il se débat un peu puis s’immobilise. Le premier ragondin n’a pas bougé. Je récupère ma flèche restée à côté du premier ragondin fléché. Je m’éloigne donc de la mare et commence l’approche. Il me tourne le dos, j’en profite pour avancer assez vite, puis il se remet de travers, je ralentis. Il se tourne à nouveau, j’allonge le pas et me rapproche à 5 mètres. J’arme et décoche alors qu’il me tourne le dos. Le ragondin s’écroule, se redresse, démarre, retombe et arrive avec peine à se mettre à l’eau. J’encoche une nouvelle flèche et court vers le ruisseau alors que mon ragondin rentre péniblement au terrier. Misère, mais non, il ressort et longe la berge, j’arme et décoche mais ma flèche ne le touche qu’avec le tube. Je réencoche alors qu’il a avancé de 2 mètres et qu’il vient de se caler contre la berge. Cette fois ma flèche le cloue sur place. Je pars récupérer mon ragondin sur l’eau et ma flèche puis récupère mon troisième ragondin et mes flèches. Un rapide coup d’œil aux alentours, non cette fois il n’y a plus de ragondins dehors.

Une journée ragondin fructueuse, 31 janvier 2010

Je reprends la voiture pour aller au premier lac de ce matin qui est à 1 km à peine. Arrivé sur place, garé en surplomb à une centaine de mètres du lac, je jette un rapide coup d’œil. 5 ragondins broutent sur la berge d’en face. Je prends mon arc, la canne à pêche et c’est parti.

Je descends doucement mais déjà, à 80 mètres du lac, 2 ragondins reviennent à l’eau, je suis repéré, je presse le pas, les terriers sont en majorité de mon côté, au coin du lac, il me faut arriver avant eux. Quelques colverts décollent du lac et provoquent le plongeon des 5 ragondins.

Je me positionne derrière les arbustes au-dessus des trous. 3 ragondins viennent droit sur moi. Ils arrivent à 10 mètre, j’arme et commence à calculer les fenêtres de tir au travers des branches. Je laisse passer le premier ragondin ce qui met en confiance le plus gros qui vient droit sur moi.

Il est de face à 3 mètres, je décoche et le sèche net. Ma flèche a fait un bruit bizarre en volant, une sorte de vrombissement. Ce bruit a provoqué le plongeon des 2 autres ragondins qui sont rentrés au terrier en mode sous-marin.

Un autre ragondin longe la berge d’en face, je tente de l’intercepter en courant vers lui mais trop tard il rentre dans un terrier. Je récupère flèches et ragondins et pars vers un autre lac que je n’ai pas fait ce matin.

Une journée ragondin fructueuse, 31 janvier 2010

Arrivé sur place, tout est calme, ni canard, ni ragondin, je longe la berge jusqu’au ruisseau d’alimentation puis fais demi-tour. En rentrant, j’aperçois 3 chevreuils en haut du coteau.

Il faut me dépêcher, la nuit arrive de plus en plus vite, je pars pour les berges du Gers à Seissan. Je longe doucement la berge quand j’aperçois un gros ragondin au gagnage, la luminosité sera bientôt trop faible. J’avance doucement, m’arrêtant à chacune de ses pauses et parviens à 10 mètres environ quand il décide de venir droit sur moi. J’arme et le laisse venir mais à environ 6 ou 7 mètres il stoppe. Le vent a tourné, il m’a senti et, avant que je n’aie le temps de décocher, il part en sens inverse pour s’arrêter à 15 mètres prêt à bondir dans l’eau, je décoche ma flèche mais c’est encore ma flèche bruyante (une vanne endommagée vibre en vol). Je n’ai pas fait attention à l’encochage et ce bruit le fait plonger avant que ma flèche ne le touche. Un remous en face près des trous puis plus rien. Il fait bientôt nuit, je rentre. Les poules d’eau s’en donnent à cœur joie.

Une journée ragondin fructueuse, 31 janvier 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant