Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 12:28

Un petit flash back d'introduction : 

Ce soir, en sortant du boulot, je pars faire un tour en direction de Saint Arroman mais les ragondins ne sont pas de sortie. Je décide de finir ma soirée en longeant le Sousson. Un peu avant le carrefour de la route de Masseube, je repère 2 petits ragondins qui broutent au bord d'un fossé. Je me gare un peu plus loin et reviens à travers le blé en biaisant vers le ruisseau. Le blé qui a poussé un peu me cache tout d'abord les petits ragondins puis j'aperçois le dessus de leurs dos. Le vent est bon et j'avance lentement mais ils finissent par me repérer alors que je suis encore un peu trop loin pour tenter une flèche et ils se précipitent dans le fossé. Je m'approche un peu et me rends compte qu'ils sont déjà au terrier.

Une présence m'envahit, je tourne doucement la tête à droite et aperçois un brocard un velours qui broute de l'autre côté du Sousson à 70 mètres environ. Je décide de tenter une approche pour m'amuser. Je longe doucement les arbustes et grands peupliers qui bordent le fossé et gagne peu à peu du terrain. Le brocard relève la tête rarement et l'approche est assez aisée. Je suis à 45 mètres environ quand le brocard se tourne de cul et me facilite l'approche. J’avance d'environ de 10 mètres puis il se tourne plein travers et avance sur ma droite. Tout à coup, il redresse la tête et regarde vers moi. Je me fige et attends un instant, il reprend son repas. Je reste un moment immobile et lui laisse relever la tête, n'ayant rien vu bouger il se tranquillise et se remet à brouter en avançant pour disparaître peu à peu derrière un peuplier sur la rive opposée avec de nombreuses pousses à sa base. Je me décale un peu dans le blé pour avancer à couvert de ce gros arbre. Derrière l'arbre, le brocard fait demi-tour. Il broute en avançant doucement, il n'est plus qu'à 20 mètres, il me faudrait encore gagner 5 mètres en action de chasse mais la bande enherbée qui borde le ruisseau est couverte de ronces et de feuilles de peuplier sèches. Seul le cou du brocard dépasse de l'arbre. Je tente de faire un pas dans cette végétation sèche et bruyante mais il relève immédiatement la tête et regarde vers moi un moment en balançant son cou pour essayer de voir ce que je suis. Il fait un pas prudent puis un second sans me quitter des yeux. J'essaye d'attraper mon appareil photo mais il est trop tard. Il démarre en aboyant et rentre dans un bosquet un peu plus loin.

Je retourne à la voiture en longeant le fossé, un des petits ragondins ressort du terrier et se précipite dans le suivant alors que j'ai encore la tête dans mon approche. Je laisse tomber et rejoins mon véhicule. Je poursuis pour me garer au bord du Sousson, le long de la route de Masseube. Le président de la chasse de Saint Arroman discute avec quelqu'un devant chez lui. Je pars le saluer et constate que 3 chevreuils broutent tranquillement à un peu plus de 100 mètres sans se préoccuper de nos voies. "Ils savent que la chasse est fermée ceux-là !". Je retourne à ma chasse et commence à longer le Sousson. Pas le moindre ragondin. Je lève par 2 fois un couple de colverts. En arrivant au second passage busé, je comprends rapidement que ma chasse est terminée. Les jumeaux curieux qui habitent tout près m'ont repéré et ils arrivent en vélo. Les connaissant, ils vont me suivre un moment et ils sont très loin d'être discrets. Effectivement, je les salue au passage et les voilà qui me suivent sur près d'un kilomètre. Rien ne bouge et cette présence me dérange, je décide de faire demi-tour. Ils se mettent à courir devant moi en longeant le ruisseau. Mes chances de voir quelque chose sont nulles.

Je remets ma flèche sur mon carquois d'arc et quitte le bord du Sousson pour longer la bordure du bois à ma droite et rejoindre un lac un peu plus loin. Il y a peu de ragondins sur ce lac mais j'en connais au moins un de gros depuis 2 ou 3 ans et je n'ai jamais encore réussi à le flécher. Il n'y a que 2 échappatoires pour les rongeurs. La buse d'arrivée et celle de déversoir du lac. Un terrier longe la buse d'arrivée mais il est peu profond et possède une sortie à 3 mètres de l'entrée. Cet hiver, lors d'une sortie matinale au chevreuil avec Jean Pascal, un gros remous à l'entrée du terrier avait attiré mon attention et en me penchant sur le terrier j'avais aperçu le ragondin que j'ai pu prendre en photo à 2 reprises. Une première photo prise par erreur au jugé en gros plan

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

puis une seconde où on voit le ragondin entier dans son terrier et sa sortie au fond.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Je suis ensuite allé chercher une longue branche alors Jean Pascal se postait à l'entrée du terrier. Poussé par la branche le ragondin est sorti tranquillement et a été fléché et séché sur place par Jean Pascal juste avant qu'il ne rentre dans la buse.

Ce soir, la nuit commence à tomber et il ne va pas me rester beaucoup de temps pour chasser. J'arrive au coin de la digue du lac. Le lac semble bien calme. Je longe doucement la berge vers la buse d'arrivée quand un gros ragondin se met à l'eau du bord de l'île posée au milieu du lac. Il part droit vers la buse d'arrivée, je cours vers cette dernière, il plonge. Arrivé à la buse, je me place au-dessus et me prépare. Le ragondin refait surface devant moi mais je n'ai pas le temps d'armer, il plonge et fait demi-tour. Je reste à mon poste au cas où mais je l'aperçois qui remonte contre la berge de droite à 40 mètres environ. Je me décale rapidement et longe la berge à une distance suffisante pour que le petit talus de cette dernière cache ma progression au ragondin. Je gagne rapidement du terrain mais ce dernier biaise vers la buse alors que la nuit est presque là. Je cours autour du lac pour rejoindre la buse du déversoir alors que le ragondin vient de plonger.

J'arrive à mon poste et attends quand, tout à coup, dans la pénombre, j'aperçois le ragondin qui vient doucement vers moi en surface du lac. J'arme très lentement mon arc et tente de prendre la visée mais la pénombre grandissante ne me facilite pas les choses. Je laisse venir le ragondin de 3/4 face à 5 mètres puis prends péniblement la visée et décoche. Un impact sonore me signifie que ma flèche l'a touché mais où ? Impossible de le dire. Il plonge et repart vers le milieu du lac. Je surveille la surface mais j'y vois de moins en moins.

Il refait surface et se dirige vers le milieu de la digue, je passe à couvert derrière la digue et reviens doucement vers l'endroit où je pense le retrouver poser sur la rive mais je suis un peu trop à droite et il me voit trop tôt. Il plonge puis remonte pour se diriger vers la buse. Je me rapproche rapidement de lui, arc armé, et en visant péniblement lui décoche une flèche qui le touche très en arrière. Je cours à la buse et arrive en même temps que lui. Blessé, il a du mal à rentrer dans la buse que le niveau bas du lac a remonté à 40 cm du niveau de l'eau. Il fait des bons hors de l'eau alors que je tente de l'empêcher d'y renter avec mon pied d'abord puis avec une flèche ensuite. Je le pique et lutte contre lui. Il me menace en grondant et me montre les dents avant de bondir pour saisir ma flèche entre ses incisives dans un bruit de craquement effroyable. Le ragondin ainsi pendu se débat puis retombe à l'eau. Il se fatigue alors que je lute encore en essayant de ne pas me faire mordre puis je parviens à le repousser à 1,5 mètres sur la gauche de la buse où il s'immobilise en grondant. J'ai le temps d'armer et le tire au jugé mais le manque. Il repart vers la buse et je parviens à le repousser à nouveau et à réencocher pour cette fois lui placer une flèche entre les omoplates au juger.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Le ragondin se laisse doucement aller et je sors ma canne à pêche pour récupérer mes 2 flèches avant de récupérer ce gros mâle qui aura vaillamment défendu sa vie. Ma première flèche l'avait blessé sur le côté de la tête à la mâchoire inférieure, la seconde en arrière de l'abdomen. Je pose ma canne au bord du lac pour faire la photo souvenir mais je vais l'oublier là et m'en apercevoir que 2 jours plus tard.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Ce matin, nous devons aller chasser le lac de Saint Maur avec Christophe et Manu. Je m'embrouille un peu dans les horaires de lever du jour et demande à Christophe de me rejoindre chez moi vers 6h30 pour que nous retrouvions Manu sur place vers 7h30 mais j'ai mal calculé mon coup. Un texto de Manu arrive vers 6 heures : "Le rendez-vous c'est 6h30 ou 7h30 ?". C'est là que je comprends enfin mon erreur. J'appelle Manu et lui dit de partir directement au lac sans nous attendre. Christophe est en avance, il arrive vers 6h20 et nous décollons de suite mais arrivons sur place vers 7h10 alors qu'il fait déjà jour. La voiture de Manu est là. Christophe prends sur la gauche et moi en face. Le lac est très calme, pas le moindre ragondin, je retrouve Manu un peu plus loin sur le retour. Il n'a rien vu. 6 chevreuils broutent tranquillement un peu plus haut dans le coteau. Nous appelons Christophe et faisons demi-tour.

Manu a la même idée que moi, "et si nous allions jeter un coup d’œil sur l'autre grand lac", nous n'y avons mis qu'une seule fois les pieds sans succès mais bon, on peut toujours essayer.

Nous retournons donc aux voitures puis partons pour ce second lac. J'ai un peu de mal à le retrouver mais nous finissons par arriver. Manu prends sur la gauche et nous faisons le tour par en face. Le lac est très calme et le chasse tourne vite à la promenade. Arrivés au milieu du lac nous apercevons Manu qui s'est arrêté en face. Il a peut être vu un ragondin. Ne le voyant pas vraiment actif, nous continuons en discutant car nous n'y croyons pas vraiment. Il n'y a pas vraiment d'indice de présence. Dans un pré un peu plus loin des chevreuils broutent tranquillement alors qu'au bord du lac nous tombons sur un renard mort depuis quelques temps. Alors que nous revenons vers Manu, le soleil se lève sur le lac légèrement embrumé.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Les cris de Manu stoppent notre conversation. Un ragondin vient de lui fausser compagnie et traverse le lac. Nous partons en demi-tour au pas de course pour intercepter le fuyard. Je distance Christophe et arrive juste en même temps que le ragondin qui ne nage pas bien vite. Il s'est calé sur le bord. Je m'approche doucement et cherche une fenêtre de tir au travers des arbustes qui bordent le haut du talus de la berge. Je n'ai qu'une fenêtre partielle qui ne me laisse voir que la moitié arrière. Je tente tout de même le coup, il est à environ 8 mètres. Ma première flèche lui passe juste sous la peau au 2/3 arrière. Le ragondin sursaute à peine et reste sur place. Ma seconde flèche lui casse la colonne à peu près au milieu du corps. Il plonge et revient immédiatement au bord. Je tente de me frayer un passage pour aller l'achever alors que Christophe arrive. Le ragondin est de face contre la berge et il lui ajuste une flèche qui lui frôle le menton, rentre sous la tête et ressort dans l'abdomen séchant le ragondin sur place.

Nous récupérons le ragondin et nos flèches puis retournons voir Manu qui est entrain de récupérer ses flèches avec son lancer. 3 autres chevreuils broutent sous la digue du lac. Manu avait touché le ragondin à une patte avant mais pas mortellement, juste assez pour le gêner et nous le ralentir. Nous discutons un peu sur cette chasse collective puis partons pour Saint Michel.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Manu doit laisser des pneus au garage qui répare sa voiture et nous laisse partir devant. Nous nous arrêtons d'abord sur un lac entre Berdoues et Saint Michel mais à part les canards il semble très calme. Nous décidons de ne pas en faire le tour et poursuivons jusqu'au village où nous nous garons près du Foyer Rural. Nous nous préparons et attendons Manu qui ne tarde pas à arriver puis nous partons tous les 3 pour longer la Baïse sur 100 à 150 mètres. Le secteur semble calme. Manu pars devant et s'arrête un peu plus loin pour armer son arc. J'aperçois le ragondin en face de lui, posé sur une grosse racine. Sa flèche se fiche dans la racine mais le ragondin met un moment à réagir puis semble empêtre mais il finit par plonger en heurtant la flèche. Manu l'a en fait manqué. Alors qu'il surveille son éventuelle réapparition et que Christophe s'est posté un peu plus en amont, je poursuis jusqu'à un virage truffé de terriers. Juste au moment où je me positionne, un gros ragondin sort de son terrier contre la berge opposée et longe en direction d'un autre terrier. J'arme mais impossible de viser, j'ai le soleil dans les yeux. Je finis par décocher mais le ragondin est déjà rentré au terrier quand ma flèche arrive. L'impact contre la berge fait démarrer un autre gros ragondin qui se débine sur la berge au travers de la végétation. Il marque un temps d'arrêt à 1,5 mètres au-dessus de l'eau. Je réencoche rapidement, arme, vise au travers des branches et décoche mais mon tir est dévié et le ragondin plonge pour rejoindre son terrier.

Christophe fait le tour et récupère nos flèches puis nous partons pour les fossés du centre équestre, ils sont presque à sec et malgré beaucoup de traces de fréquentation, nous ne verrons pas le moindre ragondin. Nous tentons de longer un peu la Baïse mais toujours rien. Nous décidons de nous séparer pour ce matin Manu veut aller du côté de Ponsampère. Nous allons revenir vers chez moi en tentant quelques petits coins en route et surtout, je veux aller récupérer ma canne à pêche au bord du lac à Saint Arroman. Nous nous arrêtons sur un premier lac sans succès alors que le temps vient de changer, le soleil a fait place à un temps couvert et un vent glacial. Mon téléphone sonne, c'est Manu qui vient de flécher un ragondin sur le lac où nous ne nous sommes pas arrêtés tout à l'heure. Nous partons pour Saint Arroman. Je me gare au-dessus d'une mare et nous descendons pour tenter de voir des ragondins mais le secteur est calme. Je propose à Christophe de le laisser chasser un peu seul le long d'un ru qui rejoint le Sousson et de me retrouver à la voiture au pont de la route de Masseube, au bord du Sousson.

Je pars me garer au point de rendez-vous puis pars chercher ma canne à pêche. Je ne longe pas le Sousson pour ne pas déranger le secteur et laisser ses chances à Christophe, du coup, je longe une bande étroite de bois de chênes clair-semés très en pente qui suit les lacets de la route qui grimpe le coteau. Je suis en train de me dire qu'en hivers le secteur doit être pas mal pour rencontrer des animaux couchés au soleil quand une impression bizarre m'arrête sur place. Je tourne doucement la tête à ma gauche vers le bois quand 2 sangliers se lèvent à 7 ou 8 mètres d'un tout petit ronciers de rien du tout. Le plus gros d'environ 70 kg démarre et file derrière moi à travers bois alors que le second d'une cinquantaine de kilos s’arrête à 10 ou 12 mètres plein travers pendant un moment. J'arme mon arc pour le fun. Le sanglier finit au bout d'un moment par démarrer. Je rebrousse chemin pour voir par où a pu passer le gros sanglier car je chasse le secteur en période de chasse. Il a disparu, je pars donc à nouveau vers le lac pour voir si je retombe sur le second sanglier.

Je longe au ras du bois quand, 50 mètres plus loin environ, à nouveau, j'ai une impression bizarre. Je m'arrête et tourne doucement la tête vers le bois. J'aperçois la moitié de la tête d'un gros sanglier derrière un arbre à 6 mètres environ. L'animal se lève et démarre sur 30 mètres puis s'arrête et grogne. Les feuilles mortes s'agitent et 7 ou 8 petits marcassins de 2 ou 3 kg se lèvent et foncent rejoindre leur mère qui doit faite plus de 80 kg. Tout ce petit monde redémarre, je les suis un peu à distance et après plusieurs arrêts, la laie et ses petits remontent puis traversent la route. Je les aperçois encore un peu dans le bois au-dessus de la route puis le calme revient. Quel spectacle magnifique ! Je poursuis jusqu'au lac et récupère ma canne à pêche avant de repartir vers la voiture. Christophe est encore loin, je rentre en longeant le Sousson qui est très calme puis pars rejoindre Christophe pour le récupérer en voiture. Il n'a vu qu'un ragondin sur la seconde mare mais il n'a pas pu le flécher.

La route du retour sera calme, ce vent froid a du faire rentrer les ragondins. Manu m'appelle vers midi, de son côté il a fléché 6 autres ragondins le long d'un fossé au milieu d'un élevage de canards à Bellocq Saint Clamens.

Une belle rencontre avec les sangliers, 17 mars 2012

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant