Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 19:22

Ce soir, je pars de chez moi vers 18h30, en route je décide de m'arrêter pour faire un sort à un ragondin que je vois depuis un bon moment à chaque fois que je passe sur cette route. Je me gare dans un virage, attrape mon arc, traverse la route et saute la glissière de sécurité pour descendre vers le petit ruisseau, juste en contre bas de la route. Je longe doucement avec le vent de face et comme d'habitude les ragondins sont là à 40 mètres devant moi entrain de brouter paisiblement. Je passe en mode prédateur, mes pas se font silencieux, mon approche calculatrice. Mon regard fixe mon but et je stoppe net dès que l'un des ragondins relève la tête. Ils sont 3, c'est la première fois que j'en vois autant sir ce secteur, il n'y en a souvent qu'un seul voir 2 au maximum. Ce sont des jeunes et le gros habituel n'est pas là. Je parviens assez facilement à 10 mètres des ragondins et tente de me rapprocher encore. Pas à pas, en rasant les arbres du bord du ruisseau, je me rapproche  quand l'un des trois rongeurs s'affole et fonce sur 1 mètre vers le ruisseau puis se fige le nez en l'air. Je me fige également. Au bout d'un moment, voyant que ses compères ne bronchent pas, il se remet à brouter et s'octroie même le luxe de me tourner le dos. Je suis à 7 mètres. J'arme mon arc et fait encore 2 pas tout doucement. Le plus éloigné du ruisseau me présente un bon 3/4 arrière alors que les 2 autres, côte à côte, sont de cul. Mon choix est fait, je vise le ragondin isolé et décoche. Il accuse le coup et met un moment à démarrer. Ma flèche est restée fichée à l'intérieur, arrêtée par le sol. Les 2 autres ragondins se jettent à l'eau alors que le blessé s'élance sur 2 mètres, le saignement est spectaculaire. Je me précipite mais il roule à moins de 3 mètres de l'impact. C'est fini pour lui. Je réencoche et jette un coup d’œil au ruisseau mais les autres sont à l'abri. Je ramasse ma prise sous les yeux incrédules des automobilistes qui passent à quelques mètres et retourne vers la voiture. Ma flèche rentre à l'arrière des côtes et ressort derrière la tête.

Un grand 6 dans les blés, 18 juin 2011

Je reprends la route et me gare devant chez le président de la chasse. Après avoir discuté un peu, je me prépare et pars en chasse. Le vent fort ce soir n'est pas bon et je décide de rattraper la route pour m'avancer plus en avant dans le territoire avant de revenir avec le vent de face. Je descends le chemin de pierres blanches avant de remonter vers la chapelle quand un mouvement me fait tourner la tête sur ma droite. Une chevrette coutumière des lieux et entrain de glaner sa nourriture dans un passage de tracteur au milieu du blé en me tournant le dos. Je suis à mauvais vent mais elle ne semble pas inquiète. J’attrape mon appareil photo et tente un cliché, elle est à moins de 15 mètres et le bruit de mon appareil lui fait lever la tête. Je me presse un peu pour prendre le premier cliché et voyant qu'il est flou, je tente un second mais la chevrette démarre et je la fige dans un bon au-dessus du blé.

Je la regarde s'éloigner en remettant mon appareil photo dans la poche de ma chemise et reprends ma route. Un peu plus loin un coq faisan suit de près une poule qui lui fausse compagnie en rentrant rapidement dans le blé. Je dépasse la chapelle et rejoins la route que je remonte vers l'angle d'un bois où je compte commencer ma chasse. Tout à coup, une tête de chevreuil m’apparaît furtivement dans le champ de féveroles sur ma gauche puis disparaît derrière la cassure du champ. Je longe rapidement derrière un bout de haie puis tente de retrouver le chevreuil du regard. Il m'a semblé qu'il s'agissait d'une chevrette mais la vision a été brève et lointaine. Impossible d'y poser les yeux dessus. Je siffle un grand coup pour lui faire relever la tête, rien ne bouge, je siffle une seconde fois et toujours rien.

Je quitte la route et m'avance dans les féveroles pour tenter de l'apercevoir derrière une bosse du champ. J'avance doucement mais la végétation est craquante. Tout à coup, une tache rousse me saute aux yeux, tout en bas du champ, près du fossé. C'est un chevreuil, il est immobile au milieu de la végétation épaisse. Je me baisse au maximum et tente d'avancer derrière le relief du champ puis ressors dans une parcelle de soja séparée des féveroles par une bande d'avoine sauvage. Je profite de cette végétation haute pour descendre baissé vers le ruisseau en surveillant le chevreuil qui ne bouge pas. Il est à plus de 100 mètres. Je rejoins une petite parcelle de blé et prends le passage de tracteur jusqu'au fossé puis reviens doucement dans les féveroles en longeant le fossé. Les arbres qui le longe me cachent le chevreuil et j'avance tout doucement mais à l'aveugle. Arrivé à l'endroit où se trouvait le chevreuil, plus rien, il s'est volatilisé. Je traverse le fossé et longe l'autre côté de la haie mais toujours rien. Je rejoins le blé et le retraverse pour rejoindre une bande étroite de maïs qui va me conduire contre le bois que je voulais rejoindre.

Je retraverse le fossé et remonte dans un champ de tournesol tout d'abord clairsemé puis très épais et presque aussi haut que moi. Un cheval magnifique, brun chocolat m'observe à 20 mètres sur ma gauche de son enclos et se met à me suivre curieux. Je ressors sur une autre route au sommet du champ et la traverse pour attaquer un autre tournesol. Je remonte par une bande clairsemée suite à une coulée de boue due à un orage. Pas de chevreuil dans le secteur. Je rejoins la bordure du bois en crête du champ et le longe à bon vent pour vraiment commencer ma chasse. La bordure du bois bifurque à 90° et plonge vers le fond de la cuvette du champ. Je la suis puis la longe ensuite en suivant le fond de la cuvette et direction d'un blé. Les tournesols sont plus hauts que moi et je n'y vois rien, je ne m'attarde pas et arrive au bord du blé. je scrute la surface des céréales pas un chevreuil en vue.

Je rattrape un passage de tracteur et remonte vers la crête du champ où je marque une petite pause d'observation. A plus de 150 mètres, j'aperçois alors un mouvement furtif à la surface des céréales, près de la bordure des tournesols, c'est un chevreuil mais à cette distance impossible d'en donner le sexe. Je décide de tenter une approche. Le vent fort est idéal. Je reviens vers les tournesols et les longe rapidement jusqu'au fond de la cuvette du champ où je perds mon chevreuil de vue puis remonte doucement le penchant opposé. La parcelle de tournesols s'avance dans le blé en direction du chevreuil qui doit être maintenant à environ 100 mètres. Je bifurque et longe entre le blé et le tournesol avec le vent face à moi. Quelques pieds de tournesol ont été cassés par un brocard. Mon approche se fait de plus en plus silencieuse alors que je me rapproche. Arrivé au coin des tournesols, je remonte un peu, très très lentement pour tenter d'apercevoir le chevreuil. Tout à coup, des bois surgissent du blé à moins de 15 mètres sur ma droite. Je me fige. Le brocard rebaisse la tête, je remonte tout doucement pour me positionner à l'aplomb de l'animal. Il redresse à nouveau la tête. Je me fige. Impossible de savoir vraiment dans quelle position il se trouve. Il rebaisse la tête. Je m'avance encore un peu puis m'arrête un instant pour l'observer baissé au ras du blé. Le brocard relève régulièrement la tête, il se lèche l'épaule puis semble se retourner et fait quelques pas vers ma gauche. Ca y est, je connais son sens de marche. Je commence mon approche, très lentement, en écartant le blé du bout du pied avant de le poser au sol, je gagne petit à petit du terrain. Je me fige et me baisse à chaque fois qu'il redresse la tête et avance dès qu'il la baisse. Il me faut m'approcher très près car le blé est haut et je ne vois pas le chevreuil. Encore quelques pas et j'arrive dans une zone de blé versé. Il n'est plus qu'à 8 mètres. Je me baisse le voyant redresser la tête puis recommence mon approche avec des précautions de plus en plus accrues. 5 mètres nous séparent, il baisse la tête, je me redresse et arme mon arc. Il se redresse et je devine sa position plus que je ne la vois. Mon viseur se cale, ma flèche part. Avec la force du vent je n'ai pas entendu l'impact mais le chevreuil surgit des céréales et fait demi-tour pour descendre rapidement à grands bonds vers le fond de la combe. Le sang coule abondamment au niveau du défaut de l'épaule et je suis assez confiant. Je l'observe dans sa fuite sans bouger et le vois ralentir à près de 60 mètres. Il chancelle puis bascule et chute lourdement. C'est terminé pour lui.

Je pose la main sur la poche de ma chemise et constate que mon appareil photo n'y est plus. Non, j'ai oublié de reboutonner la poche et lors de mes approches, j'ai dû le faire tomber en me penchant. Il est encore tôt, je pars chercher mon chevreuil, la piste de sang est très facile à suivre, le rouge ressort bien sur le doré du blé. Je retrouve mon chevreuil là où je l'avais vu tomber. Ma flèche rentre 15 cm derrière l'épaule et ressort en face au défaut de l'épaule. Le bracelet apposé, j'appelle le président de la chasse pour qu'il vienne chercher mon chevreuil en voiture. La recherche de ma flèche sera vaine car le blé est trop épais pour la retrouver et je ne vais pas piétiner toute la culture. Je remonte vers la route par un passage de tracteur et attends le président. Je lui laisse mon chevreuil et pars refaire mon circuit pour tenter de retrouver mon appareil photo. Je redescends à travers un colza moissonné vers les féveroles quand j'aperçois un chevreuil qui m'observe tout en bas dans le passage de tracteur de la parcelle de blé, il semble que ce soit une chevrette. Je passe derrière une haie qui longe un fossé sur ma droite et descends pour tenter de le voir de plus près quand un second chevreuil surgit des céréales. C'est le brocard, il file à travers blé puis remonte à travers un tournesol clair semé vers un petit bosquet au ras de la route. La chevrette disparaît comme par magie dans le blé. Je la relève en arrivant au ras de sa position.

Je cherche dans les féveroles sans succès puis refait mon circuit sans plus de réussite. Je lève un autre brocard dans le dernier champ de tournesol mais mon appareil restera introuvable. Je rentre à la nuit pour m'occuper de mon chevreuil que je prendrai en photo le lendemain matin avec un APN prêté.

Un grand 6 dans les blés, 18 juin 2011

Alex

 

Trophée :

Un grand 6 dans les blés, 18 juin 2011
Un grand 6 dans les blés, 18 juin 2011

Atteinte :

Un grand 6 dans les blés, 18 juin 2011

Partager cet article

Repost0

commentaires

cyril 21/06/2011 23:18


bravo alex
desoler pour ton apareil


DUFORESTEL JORDAN 21/06/2011 12:18


bravo


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant