Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 15:48

Ce matin, je dois retourner à Saint Maur pour récupérer une flèche laissée la veille. Je décide donc d’en profiter pour aller y chasser. J’arrive un peu plus tôt que la veille, vers 6h45 et pars avec mon lancer dans le dos et mon arc pour le lac par le chemin de terre.

J’arrive comme la veille par en dessous la digue. Ce matin, le ragondin du coin n’y est pas par contre comme la veille un bon nombre de ragondins se trouve le long de la berge au ras de l’eau. Je passe par le chemin de terre pour faire une approche mais ne parviens qu’à faire mettre à l’eau les ragondins à mesure que j’avance.

Au loin, 2 ragondins arrivent vers moi en longeant le bord, je me cache derrière un buisson et laisse venir. Les ragondins se séparent, le premier s’arrête à plus de 50 mètres et l’autre poursuit vers moi pour venir remonter sur la berge à 7 mètres mais derrière le buisson. Je ne suis pas trop à l’aise pour lui décocher une flèche.

Je me décale un peu pour trouver une trouée, arme et décoche mais rase le ragondin qui sursaute et reste un instant sur place le temps de me laisser réencocher. Il se met à l’eau et arrive tranquillement en longeant à 5 mètres du bord. J’arme. Il poursuit dans sa lancée. « Là tu en fais un peu trop mon ami ». Ma visée prise au défaut de l’épaule, je décoche et le frappe en plein cœur. Sa mort est très rapide. Je récupère flèches et ragondin et poursuis.

Au loin un ragondin vaque à ses occupations sur la berge. Je reviens sur le chemin, avance d’abord rapidement, masqué par les arbres puis ralentis à 50 mètres de l’animal pour entamer une approche au ralenti. J’arrive à 10 mètres du ragondin environ, je suis derrière un épais buisson au travers duquel je vois à peine la sombre silhouette du ragondin.

J’arme et me décale lentement, il est assis au ras de l’eau. Dès que les branchages s’éclaircissent, je prends la visée, me décale encore pour trouver la fenêtre de tir et décoche pour frôler le ragondin qui se jette à l’eau.

Je réencoche, cours jusqu'au bord de l’eau, arme mon arc et attends un instant. Le ragondin refait surfaces à 10 mètres environ. Mon viseur est calé sur son épaule, il est ¾ arrière. Ma flèche part et le frappe un peu en arrière de l’épaule comme prévu. Il plonge, refait surface et fonce vers la rive en se débattant pour venir y mourir après quelques pirouettes sur les graviers. Je récupère mes flèches.

Je reviens sur mes pas, mon ragondin à la main, quand, vers la digue je vois un ragondin revenir vers mon côté du lac. « Il va au terrier ». Je reprends le chemin au pas de course puis ralenti à 50 mètres du ragondin. Il vient vers moi. Je pose le ragondin mort sur le bord du chemin et tente de me camoufler derrière un buisson mais il me repère et fait demi-tour pour finalement rejoindre le milieu du lac pour le traverser dans le sens de la longueur se rapprochant petit à petit du bord opposé.

Je décide de laisser faire pour aller le retrouver tout à l’heure. Tiens, ma flèche d’hier est là coincée dans les branches mortes au bord de l’eau. Je descends la chercher quand un mouvement attire mon regard. Un autre ragondin venait vers moi en longeant le bord. Il m’a vu et imite son collègue. Je les laisse se calmer et récupère ma flèche. Puis, je reviens vers le fond du lac pour traverser le petit ruisseau et les attaquer par la rive opposée en longeant le chemin derrière les ronces épaisses.

Je finis par apercevoir un ragondin, assis au bord de l’eau. Je tente de me mettre à l’aplomb de ce dernier pour tenter de le flécher mais il rentre rapidement dans l’eau et plonge aussitôt. Il remonte vite mais nous jouons à cache-cache derrière les branchages. Impossible de le flécher. Il va et vient pour finir par partir en s’éloignant doucement du bord et atteindre un zone de sécurité (trop loin pour moi).

Plus loin devant, le second ragondin part vers le coin de la digue. J’ai compris, il va au terrier pour de bon. Je pars en courant de plus vite que je peux. L’autre ragondin va se caler dans les branches où j’ai récupéré ma flèche tout à l’heure. Je cours aussi vite que je peux mais le coin du lac est loin et le ragondin avance vite.

Il arrive sur le bord alors que je cours au milieu de la digue. Il jette un coup d’œil vers moi puis détale en remontant vers le chemin de terre. J’arrive trop tard, il est au terrier, en atteste l’eau trouble devant se dernier. Je longe doucement vers les branches mais à portée de tir le ragondin se débine dans les branches sans me laisser de fenêtre de tir puis plonge et, le temps de traverser la végétation et d’arriver au bord de l’eau, il est déjà trop loin. Ma flèche passe juste au-dessus et remonte trop loin pour mon lancer.

Je décide de récupérer les ragondins et d’aller faire un tour à la mairie pour planifier la sortie de l’association du 21 mars. Je reprends la voiture jusqu’au village, discute un peu avec la secrétaire puis retourne au lac. Ma flèche dérive vers la berge d’en face mais est encore au milieu du lac. J’inspecte les terriers en attendant pour déjouer les ruses des ragondins lors d’une prochaine sortie. La flèche arrivée au bord, je pars la chercher.

Il me semble voir un ragondin sur la berge en face, je longe le bord vers le ruisseau d’alimentation quand ce dernier remonte pour rentrer dans les ronces. Je traverse le ruisseau et arrive à sa hauteur estimée mais rien ne bouge, il a disparu. Il commence à neiger, je décide de rentrer en longeant les ronces au cas où.

100 mètres plus loin se trouve une buse qui détourne les eaux du le fossé bordant le bois le long du chemin vers le lac. Je vais y jeter un coup d’œil. Je suis à peine au bout de la buse côté lac qu’un grondement sourd, venant de la conduite, retentit. Ca ne trompe pas, un ragondin est dedans. Je pose mon arc et me mets à plat ventre pour regarder dans la buse.

Une silhouette poilue se détache à l’autre bout de la buse. Je remonte sur le chemin fais du bruit à l’autre bout avec un bâton et reviens voir côté lac. Le ragondin est venu au milieu de la buse. Je répète plusieurs fois le manège arc en main pour l’intercepter mais il finit par se caler au milieu de la buse à 1 mètre de la sortie.

N’arrivant plus à le faire bouger, je décide de tenter de le flécher. Je repère une dernière fois sa position, recule vers le lac pour me trouver à hauteur de la buse, arme et vise la position estimée de l’animal pour décocher une flèche qui s’engouffre dans la buse. Un bruit sourd retentit, je l’ai touché. Je réencoche et attends un peu. Rien ne bouge, « il doit être mort ».

Je pose mon arc et m’avance pour regarder dans la buse. Mon visage au ras de l’ouverture, j’entends une respiration grasse et difficile. Je comprends rapidement ce qui va se passer et j’ai juste le temps de me jeter de côté pour éviter la charge du ragondin se jetant sur moi. Il est empêtré dans les ronces, j’ai le temps de me relever et de le plaquer au sol, mon pied derrière sa tête. Il saigne très abondamment. Je le saisis par la queue et l’achève d’un coup sec au sol. La flèche était mortelle mais il se battait encore avec l’énergie du désespoir.

Il neige de plus en plus, ma flèche est dans l’obscurité de la buse, je reviendrais un autre jour avec la frontale. Je ramasse mon ragondin, récupère la flèche arrivée au bord et regagne la voiture.

Sur le chemin du retour, j’aperçois de la route 2 ragondins au gagnage dans un chôme de maïs. Je me gare un peu plus loin, descends le talus du champ, longe doucement un fossé à 60 mètres des animaux, le traverse par un passage puis stoppe un moment. L’un d’eux regarde vers moi avant de se remettre à manger. Je dois stopper ainsi plusieurs fois car ils semblent se douter de quelque chose mais je finis par arriver au bord du ruisseau.

La pente du champ fait que je me retrouve bien en dessous des ragondins que je ne les vois plus. Ils sont à 10 mètres dans le chaume, je vais essayer de passer entre eux et le ruisseau pour couper leur retraite. J’avance doucement en marquant des pauses à chaque fois que les ragondins arrêtent leur repas et remonte la tête.

Ils finissent par me tourner le dos, ils broutent accolés. Je longe doucement le ruisseau puis, arrivé à leur aplomb, j’avance doucement vers eux mais, arrivé à 8 mètres, ils stoppent leur repas et tournent en même temps la tête vers moi. Je reste statufié, ils se remettent à marger. J’arme, fais 2 pas, vise celui de gauche et décoche. Plein fer, il sursaute et reste groggy sur place, son compère n’a pas compris.

Je reste focalisé sur la réaction de mon ragondin et n’ai pas la présence d’esprit de doubler le second ragondin qui finit par revenir en courant vers le ruisseau. Je cours vers lui mais il me passe juste devant et se jette dans les ronces. Son compère finit par reprendre ses esprits, se dégage de la flèche et démarre pour suivre la trace de son prédécesseur.

Horreur, ses viscères pendent et il trébuche plusieurs fois perdant à mesure de sa course son intestin qui s’entoure à ses pattes arrière. Je fonds sur lui pied en avant pour le plaquer au sol mais me manque et l’attrape par la queue. Il se retourne et mort furieusement ma chaussure ce qui me fait lâcher prise.

Il en profite pour rentrer dans les ronces où il s’empêtre. Je lui saute à nouveau dessus et tente de saisir sa queue mais il me mort la manche de ma polaire. Je retire aussitôt mon bras ce qui le fait lâcher prise. J’esquive plusieurs attaques du ragondin qui entre la position assise et  sur le dos protège sa queue.

Il tente de me mordre à chacune de mes tentatives pour attraper sa queue puis tente de fuir. C’est à ce moment que je parviens à le saisir par la queue et l’achever d’un coup sec au sol. J’ai failli y laisser les doigts.

Il neige fort, je rentre.

 

Sortie du 8 mars 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant