Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 13:02

Ce weekend, Nicolas, un pote de BTS qui habite l’Hérault, est venu pour pêcher un peu le carnassier. Nous allons matin et soir sur les lacs où je chasse le ragondin habituellement et où j’ai repéré des blackbass, des sandres ou du brochet. Je l’accompagne avec mon arc au cas où un ragondin se montrerait.

Samedi soir, nous avons décidé d’aller sur un lac précédé d’une mare où les blackbass sont légion. En arrivant, je me gare au bord de la route à l’aplomb de la digue du lac à 50 mètres en contrebas. En nous préparant nous constatons qu’une bande de ragondin de plus en plus nombreuse est entrain de brouter sur la digue. D’autres ragondins viennent grossir les rangs et arrive de toutes part par l’eau en dessinant des sillons.

Je laisse Nicolas en arrière et descends doucement vers les ragondins par un passage de tracteur au milieu d’un chôme de blé retourné. Le sol est sec et très bruyant. 2 petits ragondins broutent au coin du lac, à peine plus loin un gros mâle broute sur la digue alors que quelques mètres plus loin une mère et ses petits déjà assez gros broute également au milieu de la digue.

A mesure que j’avance, d’autres ragondins arrivent. A une vingtaine de mètres, les 2 petits, qui sont de plus en plus inquiets, finissent par retourner à l’eau. Je redouble de prudence et surveille prioritairement le gros mâle et la femelle qui vu leur taille doivent déjà me connaître. Un gros ragondin arrive du coin d’en face et longe le bord du lac, je reste immobile et le laisse venir mais il finit par s’éloigner du bord et coupe l’angle pour se cacher dans les joncs sur ma droite. Il est passé à portée mais je préfère tenter le gros mâle.  Je m’arrête plusieurs fois alors que le mâle marque une pause dans son repas et finis par arriver au coin du lac.

Le mâle se coule dans la bordure de jonc qui borde le lac et s’immobilise alors que je viens d’armer mon arc et que j’attends qu’il sorte sur le lac. Le temps passe, je désarme. La femelle et ses rejetons broutent toujours inconscients à 15 mètres. Les joncs se remettent à bouger et je cherche le ragondin du regard quand j’entends Nicolas dans mon dos. Je me retourne et le vois me faire signe. Je comprends tout de suite et me retourne. Le ragondin est ressorti sur l’herbe de la digue. J’arme, vise et décoche mais ma flèche ricoche sur la tête du ragondin. Quel mauvais, il était à 4 mètres ! Immanquable !

Sonné, il part lentement à l’eau alors que la famille plus loin a démarré et a disparu instantanément. Le gros male ressort à 10 mètres du bord et nage lentement. Ma seconde flèche, comme la première, frappe le dessus du crâne du ragondin qui plonge et remonte rapidement un peu plus loin pour partir en nageant doucement. Je pars en courant vers sa destination présumée mais il plonge et ne ressort pas alors que je l’attends posté.

Au bout d’un moment, Nicolas m’annonce qu’il vient de le voir rentrer au terrier. Je le rejoints puis par chercher ma flèche qui reste introuvable.

Nous allons pécher un peu avant de rentrer, Nicolas décroche tout d’abord un gros blackbass sur le lac puis attrape, sur la mare, une vingtaine de blackbass que nous relâchons.

Nous repartons à la voiture. Sur le chemin du retour nous apercevons une petite silhouette rousse au milieu d’une pâture desséchée. Nous prenons tout d’abord l’animal pour un chevreuil mais nous nous rendons vite compte qu’il s’agit d’un renard. Je fais demi-tour un peu plus loin et pars me garer sur un chemin de terre un peu avant la pâture. Quelques blondes d’aquitaine mangent leur foin au bord de la route.

J’enfile ma chemise camo et ma cagoule puis nous partons en chasse. 2 lignes parallèles de balles rondes de foin bordent le bosquet qui précède la pâture. Nicolas se poste sur les balles pour m’observer et je me faufile entre le bois et les balles rondes pour me poster à genoux au coin du bosquet. Le renard est toujours là, il semble chercher de quoi manger.

Je commence à faire mes cris de souris sur le dos de ma main. Immédiatement le renard se tourne vers moi avant de venir au trot droit sur moi mais les vaches l’apercevant foncent droit sur lui et il bifurque pour remonter contre le bois en haut de la pente. Les vaches bifurquent et montent vers le coin opposé du pré.

Second renard de la saison, 7 août

Le renard s’est arrêté au coin du pré. Je reprends mes appels et le voilà qui vient à nouveau droit sur moi en longeant le bosquet. Je stoppe mes appels alors qu’il arrive à moins de 10 mètres et arme mon arc alors qu’il arrive d’un pas décidé. Je le suis, mon viseur calé sur son épaule alors que je le distingue derrière un écran d’herbes hautes sèches.

Il finit par sortir à découvert à 3 mètres environ de ma position. Mon viseur est toujours sur son épaule. Je décoche. Ma flèche est partie si vite que je n’ai pas eu le temps de la voir mais le bruit de l’impact, presque masqué par l’impact rapproché de ma flèche au sol, ne trompe pas. Il est touché et démarre en trombe et grognant et en se tordant en tous sens. Je le vois un moment remonter vers le bois, quelque chose pend sous son ventre.

Il bifurque 30 à 35 mètres plus loin pour se jeter dans le bosquet. Le calme est de retour. Je me redresse et enlève ma cagoule. Je me retourne vers Nicolas qui n’a pas vu grand-chose de son poste en retrait. Je lui fais signe que le renard est mort. Il me rejoint et nous partons à la recherche de l’animal. Je récupère ma flèche couverte de sang puis me mets à chercher ma piste de sang sans succès. Je décide alors de chercher l’entrée au bois. Je retrouve rapidement l’entrée marquée par des gouttes de sang.

Second renard de la saison, 7 août

Je décide de laisser passer un peu de temps avant de chercher dans le bosquet et nous retournons à la voiture poser mon arc.

De retour, je passe sous la clôture électrique et tente de rentrer dans les buissons noirs à 4 pattes. L’épaisseur de la végétation est difficile à traverser mais je parviens à passer en forçant un peu et en serrant les dans pour ignorer les piqûres. La trajectoire de fuite est jonchée de sang et mon renard est là à 3 mètres dans le bois. C’est un petit mâle. Ma flèche rentre dans l’épaule et ressort sous le ventre, 10 cm avant les postérieurs. Il a fait moins de 40 mètres.

Nous repartons. Un peu plus loin, j’aperçois un renard dans un chôme de blé. Je m’arrête sur le bord de la route à moins de 60 mètres du renard qui nous regarde mais ne semble pas plus effrayé que ça. Je coupe le contact, c’est alors que Nicolas me montre un second renard à moins de 40 mètres de la voiture. J’ouvre doucement ma portière mais la voiture se met à sonner car j’ai laissé mes clefs sur le contact. Je les retire vite, sorts de la voiture, me glisse jusqu’à la male et prends mon arc sans que les renards ne se soient affolés. Ils mulotent tranquillement.

Je parviens à me couler derrière un buisson au bord de la route et tente de les appeler en imitant la souris mais le plus éloigné ne réagit pas alors que son confrère se préoccupe tout juste du bruit. J’insiste un moment, le plus proche des renards se déplace aléatoirement plongeant régulièrement sa tête dans la paille et la ressortant pour mâchonner sa prise.

Je comprends vite qu’il s’éloigne mais remonte vers la route, je me coule donc dans les hautes herbes du bord de route mais alors qu’il est à moins de 30 mètres une voiture arrive et me retournant légèrement pour voir si elle venait vers moi je me fais repérer.

Le renard détale et entraîne son collègue qui longeait le bois au bord du ruisseau. Les 2 renards rentent au bois puis l’un d’eux ressort et s’assied au bord du bois pour regarder dans ma direction. Je laisse passer un puis deux voiture et reprends mes appels mais il reste impassible.

Je me redresse et il rentre au bois. On ne peut pas gagner à chaque fois !

Second renard de la saison, 7 août

Alex

 

Atteinte :

Second renard de la saison, 7 août

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant