Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 16:10

Ce weekend, Arnaud qui tient Archerie31 est venu chasser un peu avec moi. Ce matin, le réveil est difficile, nous avons parlé chasse jusqu’à près de 2 heures du matin et le réveil vient de sonner, il est 5h15. Nous déjeunons et nous préparons avant de partir pour faire un tour des lacs de mon territoire de chasse au ragondin.

Je décide de commencer par 2 lacs en cascade que je n’ai pas chassés depuis un bon moment, Nous prenons un chemin de terre pour nous garer près de vieux bâtiments agricole avant de finir à pied à travers les maïs pour rejoindre la berge du premier lac. Des pieds tout frais de sangliers remontent le passage de canon pour finir par bifurquer et rentrer dans le maïs. Au bout du passage, il nous faut traverser une bande de maïs avant d’arriver au lac.

J’explique à Arnaud où se poster pour intercepter les ragondins rentrant au terrier, il part en suivant la berge et je fais le tour par la digue pour longer la berge opposée. Sur ma gauche, un petit bois qui fait suite à un chaume de blé qui borde également le lac. En arrivant au coin du lac, je jette un coup d’œil dans le chôme et aperçois une silhouette qui longe le bois pour disparaître en passant un fossé, 50 mètres plus loin. J’ai vite compris de quoi il s’agissait.

Je pars vite vers l’angle du bois en franchissant le ruisseau du déversoir du lac. Arrivé au coin du bois,

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

je me positionne et commence à imiter quelques cris de souris puissant en collant mes lèvres sur le dos de ma main. Quelques instants plus tard, un renard surgit en franchissant le fossé d’un bon et en arrivant au galop, droit sur moi. Je me mets à genoux et continue à appeler. Le renard est rapidement à 20 mètres. Je stoppe mes appels, il avance au pas mais la végétation me gêne pour tenter un tir. J’arme tout de même mon arc. Il s’arrête à moins de 10 mètres de face et regarde vers moi. Un petit cri de souris faible en pinçant les lèvres et le voilà qui se remet en marche en avançant doucement. Je le suis avec mon viseur et décoche alors qu’il s’arrête à 4 mètres plein travers, le nez dans un andain de paille.

Le renard grogne à l’impact, se tord en sautant, courbe le dos puis démarre en trombe en tordant la queue dans tous les sens. Il franchit plusieurs andain de pailles puis s’arrête à 50 mètres environ au milieu du chaume et regarde vers moi un instant avant de repartir entre 2 andains pour s’arrêter un peu plus loin puis repartir et à nouveau s’arrêter en regardant vers moi. Je ne bouge pas et tente un cri de souris sur le dos de ma main mais cette fois le renard démarre en trombe et passe le fossé derrière la crête du champ. Je l’ai perdu de vue.

Je ne comprends pas ce que j’ai fait pour manquer une cible aussi facile ! La réaction du renard à l’impact me fait penser à une blessure, sa fuite avec la queue qui se tord également mais ses arrêts successifs et la distance parcourue m’interpelle. Je pars examiner ma flèche restée fichée au sol. Elle est couverte de sang. Je la plante verticalement pour la retrouver facilement et pars rejoindre Arnaud qui doit se demander ce que je fais.

Je reviens au bord du lac et vois Arnaud sur la berge opposée, un ragondin flotte à la surface. Les autres ont fui, je n’étais pas là pour les intercepter ou les tourner ! Je lui explique où j’étais passé et je décide de chasser le second lac au-dessus en laissant le renard faire son hémorragie.

Je passe côté fourré et laisse le côté tirable à Arnaud mais le seul ragondin vu par Arnaud viendra se caler sous les arbres de mon côté sas que je ne puisse le voir. Je fais le tour et rejoint Arnaud. Je lui raconte en détail ma chasse et nous partons récupérer son ragondin. Une belle femelle tirée ¾ face et séchée net à l’impact.

Nous partons chercher mon renard. Dès l’impact, je trouve un peu de sang sur l’andain de paille

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

mais après l’andain plus une goutte de sang.

Nous tentons de retrouver le sang en tournant sur la trajectoire de fuite mais rien n’y fait. Je décide de laisser Arnaud chercher au départ et de tenter de recouper la piste au bord du fossé où j’ai perdu le renard de vue. Je longe donc le fossé en direction de la crête du champ et tombe sur du sang où j’avais vu disparaître le renard.

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

J’annonce à Arnaud que j’ai retrouvé la piste et il me rejoint. La coulée qui descend dans le fossé est maculée de sang

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

puis la piste devient très visible, une traînée rouge presque discontinue est tracée dans le chaume de blé jusqu’au coin d’un fourré très épais où je trouve une quantité impressionnante de sang.

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

Cette piste me rappelle de plus en plus les mauvais souvenir de l’an dernier il semble que je sois abonné au mauvaise flèche sur le premier renard de l’année. La piste rentre alors dans un fossé profond couvert de ronces. J’écarte donc les ronces et descends au fond du fossé où je retrouve du sang. Je progresse à 4 pattes sous les ronces alors qu’Arnaud essaye de me faire des trouées pour que le jour pénètre dans l’épais roncier. Je dois sortir ma frontale pour suivre la piste qui s’interrompt brutalement. Je cherche un moment puis me rend compte que le renard est remonté vers le fourré. Je lui emboîte donc le pas et tente de me frayer un passage à travers les épines et les ronces. Arnaud me prête ses sécateurs qui me sont bien utiles. Je progresse très difficilement, entre piqûres et écorchures, en rampant ou à 4 pattes, les sécateurs dans une main, la frontale dans l’autres. Ça sent de plus en plus le renard. Je pense très fort à cette phrase que j’ai entendue de la bouche d’un conducteur de chien de sang possédant un teckel : « si le chien passe, je passe ». La piste est constituée de taches de sang de quelques centimètres de diamètre espacées de 1 à 2 mètres et est assez facile à suivre. Arnaud qui a fait le tour et qui porte les arcs me rejoint un peu plus loin alors que la végétation s’éclaircit. Un crâne ragondin est posé sur la coulée.

Nous suivons un peu la piste mais le fourré s’épaissit à nouveau et Arnaud me quitte pour me retrouver plus loin. Je repars à 4 pattes pour ressortir un peu plus loin dans une zone claire et retrouver Arnaud. Le renard revient vers la bordure du bois puis rentre dans une zone de fragon. Les odeurs de sanglier et de renard se mélangent. J’écarte les fragons pour suivre la piste qui est toujours aussi abondante. Arnaud m’aide à suivre le sang.

Nous rentrons maintenant dans une zone où la tempête a couché de nombreux arbres et la piste commence à zigzaguer entre les trous laissés par les racines arrachées. Il cherche un terrier il est peut-être en bout de course. La piste se dirige toute d’abord vers un premier arbre dessouché puis vers un gros arbre couché et semble passer dessous mais nous perdons la trace du sang de l’autre côté et mettons un moment à nous apercevoir que le renard s’est ravisé et est monté sur le tronc qu’il a suivi jusqu’aux racines avant de se faufiler à nouveau dans les fragons.

Un peu plus loin la piste nous conduit à un terrier tout frais dont l’entrée maculée de sang vient d’être grattée.

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

Je me baisse et regarde à l’intérieur où j’aperçois mon renard calé dans le fond. Il n’est qu’à 2 mètre de l’entrée mais n’est pas atteignable. Au bout d’un moment je décide d’aller chercher la gaffe pour les ragondins à la voiture. Je laisse Arnaud au terrier et repart au pas de course à la voiture pour revenir un peu plus tard avec la gaffe.

Arnaud a dégagé un peu l’entrée et a bien vu le renard qui n’est pas mort. Il me faut faire vite et abréger ses souffrances. Je ne sais toujours pas où a tapé ma flèche. A plat ventre en m’aidant de ma frontale, je tente accrocher le renard. Je le rate une première fois et ne le vois plus dans le terrier, je pense alors l’avoir perdu mais Arnaud regarde et le vois. Je recommence la manœuvre et finis par l’accrocher et le ramener à un mètre de l’entrée mais il résiste et je ne peux plus le faire avancer. Il faut vite en finir, Arnaud me propose de l’achever mais je veux finir ce que j’ai commencé. Je vois bien la tête, Arnaud me tient la gaffe. J’arme et décoche mais je le manque une première fois, il faut me calmer, la seconde flèche sera la bonne. Le renard est mort mais impossible de le sortir ! La résistance était en fait due à une racine accrochée par le crochet de la gaffe. Je le dégage et sort mon renard qui était touché à une patte avant.

Un sentiment de colère et de dégoût m’envahit, je suis furieux après moi pour cette mauvaise flèche et la satisfaction d’être allé au bout de mon acte de chasse reste sérieusement entaché d’une amertume dure à faire passer. Je n’ai pas compensé mon tir et ma flèche était trop basse à cause de la faible distance.

Le reste de la matinée sera peu fructueux : un renard vu de loin, quelques ragondins vus mais sans pouvoir les tirer.

Sur le chemin du retour, nous observons un instant un brocard, le museau collé à l’arrière train de sa dulcinée faisant le tour d’une balle ronde de paille dans un chaume de blé.

Le vent s’est levé, les ragondins sont au terrier, nous rentrons

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

Alex

 

Atteinte :

Premier renard de la saison dont je ne suis pas fier, 25 juillet

Partager cet article

Repost0

commentaires

lescut 08/06/2011 21:18


Je me suis mis a lachasse a larc cette annee jai fait mpn premier renard cest vrai la fleche mal plce pose des problemes moi mon renard a fais 50metres avant de s arrete la fleche lavais toucher a
lepaule


maxime 26/08/2010 22:09


Salut je viens de lire ton récit. c'est bien d'avoir tout raconté honnêtement, comme ça ... on a tous été confronté à des situations de ce genre et le principal est d'avoir assumé et assuré en
allant rechercher ton animal dans son dernier retranchement

je suis chasseurs depuis 5 ans et débute l'entraînement avec mon arc tradi acheté hier ! tout neuf, donc ...
je commence donc l'entrainement dans l'espoir d'être pre^t l'an prochain ... mon objectif personnel est d'arriver à prélever un renard à l'arc.

je te questionnerai peut-être sur archasse où je suis inscrit sous le pseudo fishmax


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

POURVOIRIE DU LAC SUZIE

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

Buffle murrah (Argentine)
Guanaco (Argentine)
Chèvre sauvage (Majorque)
Pécari à collier (Guyane)
Capibara (Guyane)
Caïman rouge (Guyane)
Caïmans gris (Guyane)

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements