Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 11:04

Ce matin, je retourne à la chasse, j'ai repéré jeudi soir une grande prairie récemment fauchée et je pense y voir des renards. Arrivé vers 5h45, je me gare près du moulin, au bord de l'Osse et je pars vers cette prairie par un chemin forestier. Le sentier longe tout d'abord une friche sur sa gauche et le bois sur sa droite. Je surveille la friche mais n'aperçois pas de chevreuil puis la piste bifurque à 90° et rentre dans le bois pour ressortir un peu plus loin et longer une haie épaisse qui surplombe la prairie fauchée. Je tente d'apercevoir quelque chose au travers des trouées dans la haie quand mes yeux se posent sur un renard entrain de muloter. Il est à 50 mètres environ, je m'avance doucement vers une grosse trouée et hésite, si j'arrive à faire venir le renard avec des cris de souris, l'angle de tir est trop à la verticale à mon gout, je décide de chercher une trouée plus propice. J'avance tranquillement vers la trouée suivante mais au moment où je tente d'apercevoir à nouveau le renard, il s'est tourné face à moi à l'affût d'un mulot et m'aperçois avant de détaler. Je n'ai pas été assez prudent.

Je continue vers le passage qui permet d'entrer dans la prairie. Je reste un peu en retrait derrière la haie et observe avant de sortir à découvert. Un autre renard mulote à presque 100 mètres devant moi. Je tente de l'appeler mais il ne m'entend pas, je suis trop loin. Je tente encore et encore en montant le niveau sonore de mes appels au maximum mais rien n'y fait. Le renard avance tranquillement puis saute pour retomber sur une proie qu'il avale en 2 coups de dent. Je tente encore de l'appeler mais, tout à coup, un gémissement bizarre se fait entendre près de la rivière à 200 mètres environ. Le renard relève la tête et regarde dans la direction du bruit alors que je regarde moi aussi vers la rivière. Puis, il démarre et part au trot vers la source du bruit avant de rejoindre 2 autres animaux non identifiés à cette distance. Il les prend en chasse et tout ce petit monde court le long de la rivière.

Je pars rattraper un chemin de terre un peu plus loin qui revient vers la rivière et commence à la longer doucement. J'ai perdu le renard de vue quand, tout à coup, 3 animaux que je pense être des renardeaux foncent droit sur moi en zigzagant dans la prairie. Au bout d'un moment alors qu'ils se rapprochent, j'identifie 3 lièvres et reprends ma progression. Ils m'aperçoivent et se dispersent. J'avance doucement en surveillant le pré et arrive à la rivière quand quelque chose qui arrive du passage de traversée du cours d'eau me fait tourner la tête. C'est un renard mais il m'aperçoit et se jette dans le blé sur la gauche du chemin.

Je tente de revenir doucement en longeant la rivière pour essayer de voir un dernier renard mais ils se sont tous évanouis dans le décor. Au bout du pré se trouve une mare entourée d'arbres. Je me rapproche doucement d'une trouée et aperçois un remous sue ma droite, sous les branches basses. Un ragondin s'avance sur l'eau. Je change de flèche pour une équipé d'une lame ayant déjà servi. Le ragondin s'arrête sur l'eau près de la berge opposée à environ 10 mètres de ma position. J'arme, vise et décoche mais je passe juste dessous et le ragondin plonge pour rentrer dans un terrier. Je fais le tour et récupère ma flèche à l'aide d'une longue branche puis je repars vers le chemin forestier. Plusieurs lapins gambadent le long de la haie.

Je reviens vers la friche que je longeais tout à l'heure et quitte le chemin pour remonter dans les hautes herbes en longeant le bois. Arrivé au coin du bois, une forte odeur de sanglier emplit mes narines. Ils ne doivent pas être bien loin. Je longe doucement le bas de la friche contre le bois. Quelques lapins se débinent devant moi. Je repasse près de l'endroit où j'ai vu le tout petit faon jeudi soir.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Pas de chevreuil dans le secteur ce matin, ma progression est facilitée par un passage récemment girobroyé qui rend mes pas silencieux. Le temps est gris et il ne fait pas chaud ce matin, ma respiration forme se condense dans l'air du matin.

Arrivé au coin du bois, je continue tout droit sur le passage broyé vers une grosse haie au milieu de la friche. Les chevreuils sont très souvent dans le secteur et je redouble d'attention car je progresse à découvert. Arrivé au bout de la haie, je jette un coup d'œil derrière mais ce matin le coin est désert. Je bifurque et remonte alors vers la route qui passe en crête. Je longe un champ travaillé sur ma droite et une ancienne culture à gibier sur ma gauche. Le sol meuble rend ma progression silencieuse.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Alors que j'arrive à 40 mètres de la route, j'aperçois un dos roux dans les hautes herbes de la culture à gibier. Le vent de travers gauche est idéal, la condensation de ma respiration m'informe en temps réel de sa direction.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Je pense tout d'abord à une chevrette et je m'agenouille à quelques mètres des herbes hautes pour prendre mon appareil photo quand, tout à coup, le chevreuil relève la tête. C'est un brocard, je laisse tomber la photo et passe en mode prédation. La hauteur de l'herbe me cache et je progresse doucement sur les genoux pour rejoindre la bordure de la culture à gibier. Je me baisse et stoppe à chaque fois que le brocard relève la tête et regarde dans ma direction.

Arrivé contre la végétation qui me cache un peu plus, je commence à longer la culture à 4 pattes mais je dois m'arrêter très souvent car le brocard est très méfiant. Il est à 20 mètres environ, un peu plus haut.

Je gagne petit à petit quelques mètres quand mon chevreuil décide que l'herbe est meilleure de l'autre côté de la route et s'avance pour traverser la chaussée puis remonte sur le talus d'en face pour commencer à brouter les tournesols.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Sa position haute m'handicape car il peut me voir à tout moment. Je m’écrase le plus possible au sol et tente de me rapprocher un peu mais mon décocheur heurte mon arc et le brocard redresse brusquement la tête et fixe son regard dans ma direction. Je me fige mais mon arc ne touche pas le sol et la position n'est pas des plus confortable. Il me faut tenir malgré la douleur musculaire qui monte. Le brocard avance un peu, balance la tête de gauche à droite puis fait 3 fois semblant de se remettre à brouter avant de redresser la tête pour tenter de m'apercevoir. Ces feintes répétées m'ont permis de reposer mon arc au sol mais mon bras tétanisé tremble encore.

Le brocard se remet à brouter et je ne peux plus avancer sans être vu. Il me faut attendre qu'il disparaisse derrière le talus. Le temps passe et le brocard ne se déplace que très peu quand enfin il semble se décider à avancer dans la pente mais brusquement il relève la tête, les oreilles braquées vers le bosquet à sa droite. Il semble inquiet. Il revient un peu vers la route, se retourne vers le bosquet à l'écoute puis revient vers la culture à gibier en traversant la route au petit trot. Il ne ralentit pas et passe à 15 mètres de moi. Je le regarde s'éloigner impuissant et le perds de vu dans la pente de la culture.

Je me redresse et regarde le penchant d'en face un instant sans le voir traverser. Il est encore dans la culture à gibier et doit s'être calmé. Je redescends doucement le long du champ travaillé et tente de l'apercevoir.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Je finis par l'apercevoir, il biaise pour revenir vers l'angle de la culture, 50 mètres en contrebas. Je rentre dans la culture et me baisse pour avancer doucement à 4 pattes. Je gagne 10 mètres mais le brocard qui arrive au ras du champ travaillé se fige et regarde vers moi. Je me fige, baissé dans les herbes hautes et attends. Au bout d'un moment le brocard s'avance à découvert sur le champ. C'est fichu, il est à 40 mètres et je ne peux plus bouger sans être vu.

Je décide de tenter une dernière carte. Je m'agenouille, tourné face à la pente, au ras du champ travaillé derrière un écran de hautes herbes et pousse 2 petits aboiements brefs.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Ce n'est pas un très grand brocard et il ne faut pas l'épouvanter avec des aboiements plus imposants. Le brocard stoppe et regarde vers moi. Je recommence mes vocalises. Le chevreuil curieux remonte doucement vers moi. Je pousse mes aboiements brefs par 2 en les espaçant  des 2 suivant de 10 à 30 secondes suivant le temps que le brocard passe immobile. A chaque appel, il cherche sa provenance et se remet en marche. Le grand brocard du secteur commence à me répondre rageusement dans le bois face à moi et son galop retentit sur les feuilles mortes puis, au bout d'un long moment, il finit par détaler. Il décrit petit à petit une boucle pour me prendre au vent. Je pivote très très lentement et dégage doucement mon arc empêtré dans les herbes dès que le brocard baisse un peu sa garde. Il avance doucement et se rapproche petit à petit. Sentant un moment d'inattention dans son attitude, j'en profite pour armer mon arc. Il ne m'a pas vu, je continue à l'appeler. Il faut encore qu'il fasse 10 mètres pour être tirable et les secondes qui défilent mettent mes bras à rude épreuve.

On y est presque, mon viseur se cale, il est à 20 mètres, un peu loin, mais je ne sais pas pourquoi, je le sens bien. Il biaise un peu et présente un très léger 3/4 arrière. Encore quelques pas et il me prend au vent, c'est maintenant ou jamais. Ma visée est prise, il s'arrête, je décoche. A l'impact, le brocard, amorce un demi-tour spectaculaire et se couchant presque su le côté puis bascule et chute lourdement sans parvenir à se relever. Je comprends rapidement ce qui vient de se passer. Ma flèche lui a sectionné la colonne vertébrale. Je cours vers lui pour l'achever rapidement. Un sang bulleux s'échappe de l'entrée de flèche. Il tente de s'échapper sur ses antérieurs mais je l'immobilise rapidement et abrège son calvaire. C'est fini pour lui.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Ma flèche rentre bien à peu près ou je visais mais elle ressort 40 cm derrière la base du coup en plein dans la colonne. Seul son saut de corde incroyable peut expliquer une telle sortie de flèche vu l'angle du tir. Je cherche ma flèche mais ne la trouve pas. Je m'éloigne de plus en plus de l'endroit du tir quand je l'aperçois plantée au sol 40 mètres plus loin.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Je la récupère et reviens vers mon brocard. En revenant vers la voiture, je lève une chevrette dans le bois face à la friche. La chasse est finie pour ce matin, il est 7h20.

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Au dépeçage, je constaterai que seul un poumon est touché.

 

Alex

Trophée :

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Atteinte :

L'appel du brocard, 4 juin 2011

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jpr 06/06/2011 07:10


Bravo Alex!!!


cyril 05/06/2011 15:42


jolie brocard
tu es incroyable tu as un talent rare
une tel réussite a l'approche prouve bien que tu maitrise ton territoire ainsi que tes proies a la perfection
je te souhaite une tel réussite tout au long de la saison et espère lire prochainement une approche de sanglier

encor bravo


Pat 05/06/2011 15:21


Chouette récit, du grand art !!! bravo !!!


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant