Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 16:18
Ce soir, nous nous sommes donnés rendez vous avec Dominique, le vis président de l’ASCA32, à Vic Fezensac vers 19 heures. Nous partons sur la zone de chasse, Domi a pris son caméscope. Nous nous préparons alors qu’un lièvre sorti de la friche se promène dans le semé de tournesol sur notre droite.
Nous voilà partis, le vent est dans notre dos, le temps est à l’orage, il fait très lourd et quelques gouttes éparses se font sentir. Nous progressons lentement sur le chemin de terre quand deux tracteurs arrivent.
Je crains qu’ils ne nous cassent la chasse mais ils tournent à gauche et sortent de la zone que je compte chasser ce soir. Je laisse le tournesol du beau six sur la droite pour y revenir à bon vent et nous poursuivons tranquillement. Sur la gauche le semé de maïs où dimanche matin un beau 4 pâturait avec sa chevrette.
Mais ce soir, le bruit des engins agricoles tous proches ne facilite pas une sortie des animaux. Nous poursuivons vers un grand blé qui se termine en pointe contre un bois tout en long. Les pas se font feutrés, l’allure ralentit mais le blé semble désert. Nous arrivons au niveau d’un petit bosquet, sur notre gauche, coincé entre le ruisseau et le chemin de terre.
Je jette un coup d’œil par une trouée dans le feuillage en marquant un temps d’arrêt et, ne voyant rien, je me remets en marche quand le jeune 4, familier du secteur, m’aboie et détale dans le bois. Il était à quelques mètres de moi, mais dans la végétation, je ne l’avais pas vu.
Nous sommes à mauvais vent et ça n’arrange rien. Je l’aboie un moment alors que Domi, resté en arrière au coin du bois a allumé son caméscope. Il est entrain de filmer. Le brocard comme à son habitude sort au coin du bois et traverse la bande de blé en faisant de grands bons pour rejoindre le couvert forestier.
Nous arrivons au bout de la bande boisée sur notre droite et je décide de remonter sur le plateau, en obliquant à droite, pour observer les alentours d’un point haut. Nous suivons le fond d’une combe dont les deux versants sont en blé.
Une bande de blé a été moissonnée sur notre gauche. Nous progressons lentement, Dominique me suit à distance et, alors que je me retourne pour voir où il se trouve, il me fait signe de regarder devant moi, il a vu 2 silhouettes et s’est baissé pour ne pas être vu.
Je me retourne et aperçois 2 énormes lièvres. Ils suivent la bande moissonnée et viennent vers nous alors que Domi les filme. Je m’assois un moment pour les regarder faire. Puis me redresse et me remets en marche. Ils me repèrent et détalent, à droite, vers le tournesol qui fait suite au blé.
Nous obliquons à nouveau à 90° à droite pour suivre la limite entre tournesol et blé. Nous remontons vers le point le plus haut du secteur. Nous devrions être à bon vent mais ce denier a tourné et s’est intensifié. Je décide de tenter de faire bouger les animaux en jouant du Butollo.
Je marque des arrêts d’observation fréquents et avance doucement en appelant. Je redescends doucement vers un petit ruisseau et m’arrête pour observer quand j’aperçois au loin une tache rousse dans le tournesol. J’appelle Domi qui d’un coup de jumelles me confirme qu’il s’agit d’une tache de végétation. Nous avançons encore un peu quand cette fois j’aperçois au loin, sur un léger talus séparant un semé de maïs d’un semé de tournesol, une tache rousse en mouvement.
Cette fois c’est sûr, c’est un chevreuil mais ni le zoom du caméscope, ni le grossissement des jumelles ne pourront nous dire s’il s’agit d’un brocard. Je décide de tenter une approche en suivant la haie qui borde le ruisseau.
Je rejoins donc rapidement le bord de la haie en contrebas, contrôle le vent qui est maintenant face à moi et me mets en marche.
La distance faisant, je progresse rapidement sans trop prêter attention au bruit. J’arrive donc à l’angle de la haie qui remonte maintenant parallèlement au blé de tout à l’heure. Je suis la haie et arrive, 2 mètres plus loin, au niveau d’une trouée.
Je tente d’apercevoir l’animal mais sans succès. Je range donc la flèche dans le carquois et me faufile au travers de la haie. Arrivé de l’autre côté, je l’aperçois, il n’a presque pas bougé mais semble longer le talus en parallèle de la haie que je longe. Je l’observe un court instant, il est à 200 mètres environ et le sexage n’est toujours pas évidant (je chasse sans jumelles).
Je rebrousse chemin et retourne de l’autre côté de la haie. Je recommence donc à longer la haie qui, sur le plateau, oblique à nouveau à 90° dans la direction du talus que longe mon chevreuil. A l’angle, une trouée me permet une nouvelle observation. Il broute toujours et n’a pas fait plus de 10 mètres. La haie en arc de cercle vient mourir au bout du talus, sur la trajectoire du chevreuil.
Je vais tenter de la longer pour arriver au plus près. J’avance pas à pas sur la pointe ou le côté des pieds, m’arrêtant à chaque fois qu’il lève la tête, me coulant sous les branches basses qui sortent de la haie et écartant chaque ronce pour ne pas faire de bruit.
Le prédateur qui est en moi s’est réveillé. J’ai bien parcouru 40 mètres quand le chevreuil lève la tête d’une façon anormale, il a repéré quelque chose mais je ne pense pas que ce soit moi. Il reste figé un moment puis quitte son talus pour s’avancer dans le semé de maïs. Cette démarche saccadée, ce port de tête, j’en suis presque sûr, c’est un brocard.
Il semble s’éloigner pour descendre vers le chemin de terre mais bifurque brusquement et retourne vers le bout de la haie au trot puis au pas de course. Que se passe t-il ? Il disparaît derrière la haie et j’en profite pour presser le pas et rejoindre une trouée pour repasser au dessus de la haie et tenter une interception dans le virage à quelques dizaines de mètres, où le tournesol est plus haut et plus épais.
J’avance rapidement vers un arbre mort couché en bordure du champ quand un bruit attire mon attention. Deux chevreuils se coursent en contrebas, Les feuilles des jeunes plants de maïs claquent contre leurs pattes. Je les distingue mais ne peut pas vraiment les sexer.
Ils se coursent en décrivant des cercles de grand diamètre. Puis au bout de quelques tours, ils remontent vers la haie. Le bruit de bois cassé et de feuillage froissé se rapproche, je peux entendre de petits cris aigus. Ils vont me passer à quelques mètres.
J’en suis presque sûr, c’est un brocard que course une chevrette. Exact, il sorte de la haie dans un grand fracas alors que je viens d’armer mon arc et que seul l’arbre mort nous sépare. Je m’agenouille alors qu’ils reprennent leur manège en décrivant des cercles de diamètre plus réduit à moins de 10 mètres de moi.
Le brocard et la chevrette sont essoufflés et tirent la langue, leur respiration est forte et saccadée. Le brocard est juste au cul de la chevrette. Je suis toujours armé et attends l’occasion qui finit par arriver.
Les 2 amoureux à bout de souffle passent plein travers à moins de 8 mètres. Tout va très vite, l’instinct dépasse la pensée et, mon viseur aligné, je décoche.
Ma flèche semble ricocher sur le genoux de la patte arrière et se casse en 2 morceaux, un très court au ras de l’empennage qui tombe au pied du brocard, l’autre qui part à 45° pour aller retomber un peu plus loin.
Dans ma tête, les jeux sont faits, je viens de faire un beau loupé, mais stupeur le train arrière du brocard se dérobe et il tombe assis. En observant la fracture nette de sa patte je me précipite sur lui sans réfléchir, le saisi par les bois et le plaque au sol en lui tenant le cou.
Je pose mon arc, attrape mon couteau et le sers rapidement au d’un coup ajusté au cœur. La vie le quitte en 1 ou 2 secondes. Ma flèche a en fait cassé le fémur de la patte de mon côté et tranché net le tendon de l’autre patte arrière, immobilisant ainsi mon brocard sur l’arrière train. Si elle n’avait touché qu’une patte j’aurais peut être perdu ce brocard.
La chasse se termine bien mais j’aurais préféré le manquer et le revoir dans d’autres circonstances. Cette flèche me laisse un goût amer d’inachevé, la déception de ne pas avoir fait une flèche mortelle. La vie est ainsi, dans mon malheur, j’ai eu beaucoup de chance de ne pas laisser un estropié dans la nature.
L'amertume d'une mauvaise flèche, 30 juin 2009

Alex

 

Atteinte :

L'amertume d'une mauvaise flèche, 30 juin 2009

Trophée :

L'amertume d'une mauvaise flèche, 30 juin 2009

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant