Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 10:48

Ce matin, le réveil sonne vers 6 heures, je me prépare et repars vers le col par le même chemin qu'hier après-midi. Quelques brames retentissent durant mon ascension éclairée par ma lampe. Un animal se débine devant moi alors que j'arrive au chemin qui traverse le pré en long puis un cerf se met à bramer un peu plus bas. Le jour se lève doucement alors que j'arrive à l'abreuvoir, je bois un peu puis longe la piste taillée dans le rocher. Une biche, que je viens d'approcher à quelques mètres sans m'en apercevoir, démarre juste au bord du talus au-dessus de moi en me faisant sursauter et fait chuter un gros rocher juste devant moi. Elle s'arrête 20 mètres plus haut puis se débine doucement et remonte en montagne.

Je débouche sur la piste de hèches et la longe pour rattraper le col. Alors que je remonte vers le tunnel de noisetiers, j'aperçois en haut de genets, à la limite du bois, un chevreuil qui se débine et s'arrête derrière un gros genet. Je continue à monter doucement et aperçois les bois aux pointes bien blanches et les oreilles du brocard qui me regarde arriver avant de rentrer au bois en quelques bons.

Je rentre en sous-bois, un petite silhouette se débine à 30 mètres devant moi. Je me fige et observe. Il s'agit d'un renard, il progresse en boitant avec une patte avant raide portée repliée et qu'il ne pose pas au sol. Il s'arrête sur à droite à 40 mètres environ. Je tente un cri de souris mais le goupil qui m'a vu trouve cette proie un peu trop grosse à son goût et s'éloigne pour disparaître dans la pente.

Un brame retentit un peu plus loin vers la placette enherbée. Je descends doucement en cherchant le cerf du regard. Il était dans les genêts sur ma gauche et démarre, lui aussi semble boiter. Ce n'est pas le cerf que j'ai blessé, ses bois sont particuliers, c'est un 6 avec sur chaque bois un andouillet d’œil et juste 2 pointes de plus tout au bout du merrain assez haut. Je le regarde s'éloigner, il a une patte avant raide et une grosse boule au niveau du coude. Il s'arrête en plein découvert et me regarde un instant. J'en profite pour le prendre en photo mais la luminosité n'est pas encore suffisante.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Il redémarre

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

bifurque et descend dans la pente couverte de fougères.

2 cerfs brament plus à gauche dans le bois. Je décide de remonter le chemin enherbé qui longe la crête dans les genets pour revenir à bon vent en longeant la bordure du bois. Au bout du chemin, je bifurque donc à gauche vers le bois et rentre par une grosse coulée au milieu des houx. J'avance tout doucement et m'arrête souvent pour observer quand un grand cervidé non déterminé se coule entre les arbres à 50 mètres environ. Je me fige et essaye de l'apercevoir mais impossible. Je m'avance un peu et cette fois je le vois, c'est un cerf, 8 ou 10 cors. Il regarde vers moi. Je tente de me rapprocher encore un peu très lentement pour le voir de plus près mais il déguerpi dans la pente.

Un brame retentit plus loin dans le secteur ou se tient mon cerf blessé.

Je me rapproche rapidement au travers d'une zone de fougères et rattrape une piste qui descend vers une seconde piste 50 mètres plus bas. Les brames semblent venir de la piste du bas. Je m'avance sur la pointe des pieds, le cerf semble tout proche à entendre son dernier brame quand, tout à coup, son museau pointe à l'angle gauche du talus de la piste. Je m'accroupis en boule sur la gauche du chemin.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Le cerf brame puis débouche en plein découvert à un peu plus de 20 mètres au milieu du chemin. C'est un jeune 10 cors qui porte déjà un trophée correct mais l'un de ses bois est cassé juste au-dessus de l'andouillet d’œil. Il brame encore une fois et regarde vers moi sans me voir puis s'avance au pas sur le chemin de dessous. Je le laisse passer et disparaître puis je me relève et me rapproche du talus de droite de la piste. Le cerf s'avance au pas sur le chemin, j'arme mon arc juste pour le fun, il passe derrière des houx et j'ai une fenêtre de tir juste après. Le vent est maintenant dans mon dos et le cerf réagit vivement en se jetant d'un coup dans la pente. Il se remet à bramer un peu plus bas comme si de rien n'était et un autre cerf lui répond.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je descends inspecter cette piste que je ne connais pas bien. Elle est jonchée de souilles bien fréquentées.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je ne suis plus sur mon territoire de chasse, je remonte par le chemin de terre, traverse la place de fougères et reviens sur la placette enherbée ou tintent les clarines des chevaux.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je m'avance un peu et les aperçois, ils remontent par le chemin qui arrive de "Panes".

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je décide de changer de secteur, Patrick m'a parlé d'un coin, plus haut dans la montagne, qui semble prometteur et je pars pour tenter de le trouver. Je remonte par la piste de hèches vers le sommet de la montagne. "Au 2ième lacet, tu verras les marques rouges sur un arbre..." Ça doit être là, une espèce de ruisselet descend de la montagne.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je commence à remonter en le suivant vers une zone de grands hêtres sous lesquels poussent de petits hêtres serrés.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Au moins 3 cerfs brament sur un rayon de 100 mètres. Une souille très fréquentée se trouve dans le ruisselet et des projections de boue tapissent le secteur.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Un brame impressionnant se fait entendre sur ma droite au-dessus d'une zone de petits hêtres.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Le cerf est tout proche, je l'estime à moins de 30 mètres et décide de tenter une approche, un rival lui répond à 100 mètres environ sur le flanc de la montagne et un autre encore un peu plus loin dans mon dos. Je commence mon approche en aveugle en me fiant aux brames. J'avance tout doucement sur un sol sec, jonché de graviers, de faines, de feuilles mortes et de brindilles, au milieu de petits hêtres clairs semés. Je remonte doucement vers les petits hêtres serrés mais les traverser sans faire de bruit me semble bien difficile. Le cerf brame à tout rompre à 20 mètres de moi environ mais je ne peux pas le voir. Il déchaîne sa fureur sur la végétation, j'entends ses bois qui tapent dans les arbustes. Le vent est bon il descend vers moi.

Sur ma gauche une grosse souche de hêtre fera un perchoir idéal pour affûter car j'ai l'impression que le cerf redescend vers moi.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je monte sur cette grosse souche et attends un moment. Le cerf brame toujours et répond à son rival qui n'est plus très loin non plus. Les coups de bois et ses déplacements font craquer la végétation. Les minutes passent dans cette ambiance magique puis le cerf semble remonter et s'éloigner et finit par se taire un long moment. Je ne l'entends plus bouger. Je décide de tenter l'approche. Je redescends doucement de mon perchoir puis cherche le meilleur chemin pour remonter, sur la gauche des arbres morts et des branchages secs me barrent la route, il me faut donc remonter au travers des petits hêtres. J'avance pas à pas en calculant chaque geste. Le cerf brame à nouveau mais il s'est pas mal éloigné. J'écarte les feuillages pour limiter le bruit et avance avec une infinie lenteur pour traverser 30 mètres de cette végétation épaisse.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Arrivé en haut de la montée, je tombe sur une zone de pistes enherbées qui tranchent dans les petits hêtres. Un craquement retentit devant moi et je pose les yeux sur des biches au gagnage dans une zone d'herbe. Le cerf n'est pas là, je ne l'entends plus. Je me mets rapidement à couvert derrière un gros hêtre puis sort l'APN, les biches descendent dans les petits hêtres à part une bichette restée en arrière.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Une biche réapparaît un peu plus bas et je m'apprête à la prendre en photo quand un énorme cerf, portant au minimum 12 cors, s'avance derrière elle. Je range rapidement l'APN et calcule mon approche. Le cerf et la biche rentrent dans les régénérations puis la bichette les rejoint. Je quitte mon arbre pour descendre doucement dans un bout de 30 mètres de piste environ qui descend dans les petits hêtres. La hauteur de la végétation ne me permet pas de voir grand-chose. Le vent est toujours bon.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Il me faut faire attention où je pose mes pieds car le sol est jonché de bouts de bois mort. Je descends jusqu'au bout de la piste d'où j'ai une meilleure vu sur le massif. Les brames et les raires s’enchaînent et les biches descendent rapidement vers la piste de hèches un peu plus bas. Je pense que le cerf va les suivre, mais non, il commence à tourner dans la végétation et la malmène de ses grands bois. Par moment, je vois le haut de ses bois, par moment plus rien. Il semble vouloir remonter et je remonte moi aussi un peu puis il disparaît un moment et le calme revient si ce n'est les autres cerfs qui brament autour.

Au bout d'un moment, les bois réapparaissent et le cerf semble redescendre. Je retourne doucement au bout de la piste. Il tourne, retourne donne des coups de bois puis recommence à monter. Je me redécale pour le suivre, le temps passe quand, tout à coup, un raire retentit dans la pente de petits hêtres par laquelle je suis arrivé. Le grand cerf démarre au quart de tour et remonte au galop pour se caler juste à l'angle des petits hêtres où il se met à bramer à tout rompre. Je remonte doucement voûté et me positionne à moins de 15 mètres du cerf dont je ne vois que la tête. Il hésite, entre 2 brames, il se tourne prêt à redescendre puis se ravise comme pour s'avancer à découvert. "Allez, décide toi, viens"

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je m'avance encore un peu, si le cerf sort, il doit me passer entre 8 et 12 mètres. Puis le cerf se décide, il s'avance d'un pas lent, plein travers pour sortir à découvert au milieu du chemin. J'arme mon arc alors que sa tête passe derrière un gros hêtre et me prépare à tirer. Mon viseur se cale derrière son épaule et je décoche. Ma flèche se fiche haute dans la cage thoracique et reste plantée. Le cerf surpris démarre en cassant la flèche et disparaît à gauche du chemin. Je me refais le film du tir dans ma tête et je ne comprends plus rien, mais qu'est ce qui m'arrive, c'était un cadeau, comment ma flèche est arrivée là ? Je ne voulais pas la mettre à cet endroit et cette atteinte autre me fait craindre le pire.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

D'un coup, le cerf revient sur ses pas et se plante face à moi comme s'il voulait charger. C'est ma chance, il est de face mais je n'aurais pas d'autre possibilité de rattraper mon tir. Je tente de réencocher sans mouvement brusque mais le cerf gronde puis démarre pour s'arrêter à 35 mètres de 3/4 arrière. Je finis d'armer et vise mais, cette fois, il démarre en suivant la piste puis oblique à 90°, du sang coule sur son épaule, il remonte dans des petits hêtres, où je le perds rapidement de vue. "Mais c'est un cauchemar, je vais me réveiller, pas 2 fois en 2 semaines !" Je suis fou de rage, je sais déjà ce qui va se passer.

J'attends un peu puis remonte vers l'endroit du tir ou il n'y a pas le moindre indice. Ma flèche cassée est un peu plus à gauche posée au sol, il manque 15 cm de tube et la lame, le fut restant et couvert de sang sur 15 cm.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je me pose et attends 40 minutes avant de démarrer ma recherche. Je cogite et peste, je le sens mal, très mal. Je pars ensuite à la recherche de sang. Rien sur 30 mètres, je suis la direction de fuite et trouve les premières grosses gouttes de sang.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Puis la piste devient très claire, le sang est abondant et facile à suivre mais cela ressemble fort à une atteinte musculaire.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je suis facilement la piste en regardant au sol puis la perds. Je suis allé trop loin, le cerf a bifurqué avant. Je reviens sur mes pas et cherche la montée que je trouve rapidement. De grosses gouttes colorent les feuillages.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je suis le sang abondant jusqu'à ressortir sur une piste un peu plus haut puis le sang suit la piste un instant en marquant les indices en plantant des bouts de bois dans le sol avant de remonter sur une autre piste qui grimpe très raide vers le sommet de la montagne.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Les gouttes s'espacent de plus en plus à mesure que je monte puis je retombe sur un plat enherbé où je retrouve un peu de sang,

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

je suis maintenant à 4 pattes sur 30 mètres environ pour suivre de toutes petites gouttes puis je rejoints une coulée dans des petits arbustes avec à nouveau du sang facile à suivre.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Je marque toujours mes indices avec des petits bâtons puis le sang commence à remonter droit vers le sommet de la montagne (ce n'est pas bon) 

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

et je le suis un moment pour finir par le perdre au milieu d'une zone sans coulée marquée et jonchées de feuilles mortes.

Gazette pyrénéenne : dimanche 2 octobre 2011, le cauchemard continue

Le sang devenu très difficile à voir car il sèche vite et fonce rapidement je suis incapable d'aller plus loin. Bien sur mon portable vient de tomber en rade de batterie et il me faut redescendre pour aller chercher de l'aide. Je redescends donc au plus vite chez Patrick pour attaquer une recherche au sang plus poussée mais encore une fois nous ne retrouverons pas ce cerf.

Mes réglages sont pourtant au top mais je fais n'importe quoi, je suis prêt à refermer mon bracelet dans le vide mais Patrick m'en dissuade, je suis totalement abattu et je ne vais pas dormir de la nuit, je ne comprends plus rien... J'ai déjà blessé et perdu des animaux en plus de 12 ans de chasse à l'arc mais 2 fois en si peu de temps et des animaux avec une si grosse zone vitale tiré à moins de 10 mètres c'est incompréhensible.

 

Alex 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant