Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 18:51

Ce soir, je décide d’aller faire un tour sur un poste en bordure d’un maïs, où j’ai vu plusieurs fois les blaireaux, les chevreuils et une fois un beau sanglier. Il est situé dans un fossé en bordure d’un bois, caché derrière un arbre et des branchages. J’ai une vue à 180° et je me suis aménagé 3 fenêtres de tir, sur ma gauche, en face et sur ma droite.  

Devant moi, une bande enherbée d’environ 5 mètres puis un grand champ de maïs. J’arrive sur place vers 19h05 et commence à couper deux ou trois brindilles qui pourraient gêner mon tir. Tout à coup, un mouvement attire mon attention sur ma droite. Une chevrette est sortie sur la bande enherbée à environ 60 mètres et elle me regarde fixement. Elle ne sait pas ce que je suis mais a compris que quelque chose avait changé dans son environnement, de plus mes mouvements lui ont paru suspects même si je suis maintenant parfaitement immobile.

La scène va durer plusieurs minutes, je scrute sur ma gauche en tournant lentement la tête puis reviens à la chevrette plusieurs fois de suite avant qu'elle profite d’un moment où je ne la regardais pas pour disparaître. Le calme s’installe seulement troublé par quelques mulots, rouges gorges et autres merles affairés sur les feuilles mortes du sous-bois et par le vol bruyant d’une grosse libellule qui chasse les petits insectes volants, passant et repassant devant moi.

Les minutes s’écoulent ainsi, le souffle du vent qui vient sur ma droite secoue périodiquement les feuillages et le champ de maïs. Je regarde alternativement à gauche et à droite. Je tourne la tête sur ma droite, un petit brocard vient de sortir du maïs sur la bande enherbée. Il inspecte les alentours puis se met à brouter l’herbe verte. Mon cœur se met à battre plus fort, une sensation que je connais peu à l’approche. Il avance pas à pas vers le fossé tout en broutant.

Il s’avance lentement vers une flaque, formée par la souille d’un sanglier vieille de quelques jours, où, tous les soirs, quelques chevreuils viennent s’abreuver. Il se baisse et se met à boire un petit moment puis franchit le fossé d’un bon, remonte le talus et disparaît derrière la végétation en entrant dans le champ travaillé au-dessus du talus. Le pensant parti, je me remets à observer sur ma gauche où rien ne semble bouger. Quand je retourne mon regard vers la droite, le petit brocard à miraculeusement réapparu, il s’ébroue puis se tourne face à moi et me vient droit dessus d’un pas lent mais décidé. Il s’arrête pour se gratter derrière l’oreille, avance de quelques pas, broute un peu et se rapproche lentement. Je profite d’un bref instant où il tourne la tête pour se lécher le dos pour armer mon arc, il est à moins de 20 mètres, de ¾ face.

Il reprend sa marche et se rapproche toujours. Un mouvement malheureux, j’accroche ma flèche sur une branche ce qui la fait sortir de mon repose flèche effaçable et provoque un petit bruit, au moment où cette dernière heurte la fenêtre d’arc. Cette erreur fait immédiatement quiller les oreilles à mon brocard.

Il cherche d’où vient ce bruit alors que je tente doucement de remettre ma flèche à sa place tout en conservant l’armement. Les mulots et les petits oiseaux qui s’activent dans le bois viennent à ma rescousse, ces petits bruits dissipent rapidement son attention et il se remet à avancer lentement vers moi puis, environ à 10 mètres, il franchit le fossé d’un bon pour se mettre à brouter les ronces sur le talus.

Mon cœur bat trop fort, moi qui suis d’ordinaire si calme, je tremble même un peu. Je désarme, repositionne ma flèche et me calme. Il repart lentement en sens inverse, je l’entrevois au travers des branchages, je l’entends mâcher, il tire sur les feuilles de ronces et les petits buissons pour en arracher son repas.

Je l’observe tout à ses occupation, broutant les ronces ou l’herbe verte, avançant de quelques pas, revenant vers moi avant de faire demi-tour pour arriver finalement au coin du roncier et remonter vers le champ travaillé, disparaissant derrière la végétation pour la seconde fois. Je me retourne pour surveiller la bande enherbée de l’autre côté, toujours rien. Je regarde à nouveau vers le roncier et voit mon brocard qui revient. Il descend le talus, traverse le fossé puis la bande enherbée et s’avance dans le maïs ne laissant apparaître que son arrière train. Il broute quelques plantes puis fait marche arrière et se remet en marche sur quelques mètres, longeant le maïs en venant vers moi.

Il s’arrête et broute un moment les herbes hautes. Il avance à nouveau vers moi et se rapproche tout en broutant au sol. Il finit par se retrouver à 6 ou 7 mètres, broutant une plante coriace. Je l’entends très distinctement mâcher, il tire de temps à autre pour arracher les feuilles avant de les mastiquer, il est tout près mais le vent est bon. Ma présence n’a pas été remarquée.

L’instant est magique, je profite. Face à moi, il m’est difficile de tenter un armement. Il décide finalement de franchir à nouveau le fossé et de retourner brouter les ronces. Cette fois il avance vers moi, tout à son repas, il finit par se retrouver à 3 ou 4 mètres.

Je l’observe au travers des branchages qui me le masquent et m’empêchent toutes tentative raisonnable de tir. J’ai presque l’impression de pouvoir le toucher, les feuilles coriaces craquent sous ses dents mon regard est captivé par ses yeux si nets, si proches, la beauté de l’animal sauvage dans sa vie quotidienne. Il se tourne maintenant pour revenir vers la bande enherbée, la végétation l’empêchant de poursuivre sur le talus. J’arme mon arc, je sais à cet instant que je vais interrompre ce moment privilégié. Il franchit d’un bon le fossé, fait 2 pas et s’arrête à 5 mètres de moi, mon viseur callé sur le défaut de l’épaule ma flèche part et le frappe dans un bruit sourd pour le traverser et retomber juste derrière lui.

Il démarre et file ventre à terre vers l’angle du maïs en décrivant une ligne sinusoïdale pour bifurquer brusquement au coin du maïs et se jeter à couvert dans un grand fracas avant que le silence ne revienne. Sûr de mon atteinte, j’attends juste quelques minutes et sors contrôler mon tir, ma flèche, restée à l’endroit du tir, est rouge de sang. Je la ramasse et la remets dans mon carquois d’arc. Puis me mets à suivre le sang qui zigzague sur la bande enherbée.

Je pensais que la piste serait plus abondante mais comme j’ai vu rentrer le chevreuil au maïs, je me dirige directement vers cet endroit. Un bruit dans le maïs, mon brocard vient de faire son dernier soubresaut. Je le vois maintenant il est là juste en bordure. Les traces de sang sont là très abondantes et un sang bulleux s’écoule de l’entrée de ma flèche qui lui a perforé les deux poumons. Il a fait environ 100 mètres.

Brocard à fleur de lys

L'analyse de la dentition révèle qu'il possède une fleur de lys (canine) c'est le troisième chevreuil à fleur de lys que je prélève.

Brocard à fleur de lys

Alex


Atteinte :

Brocard à fleur de lys

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant