Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 13:38

Depuis 1 mois et ½, je préparai cette journée en essayant de penser à tout, c’était notre première journée de chasse pour l’ASCA32 et je n’avais aucune expérience dans la chasse à l’arc en battue.

Le territoire étant relativement vaste j’ai pensé inviter un maximum d’archers, j’ai donc invité les associations de l’Aveyron, du Tarn, des Hautes Pyrénées et du Tarn et Garonne mais seul le président de l’ASCAR (12) a pu faire le déplacement et je l’en remercie vivement.

Les invitations lancées sur Archasse.com et sur Sangliers.net ont tout d’abord enthousiasmé puis je me suis vite rendu compte que les personnes susceptibles de venir ne seraient pas nombreuses. J’ai donc décidé, une fois le nombre d’archers fixé (30 postés et 7 rabatteurs) de chasser le territoire en plusieurs morceaux.

Lundi 24, je suis allé avec Dominique (Gers sur le forum Archasse), notre vis président, matérialiser les postes. Nous avions prévu, dans un premier temps, de poster une ligne de 25 archers le long d’une piste forestière pour intercepter les chevreuils et sangliers que les rabatteurs allaient déloger d’un très grand maïs en poussant vers le bois. Dans un second temps, de déposter 9 archers auxquels se seraient rajouter 5 autres archers qui auraient été traqueurs dans le maïs pour fermer le bois qui a une forme triangulaire et forme donc un entonnoir naturel entre un petit ruisseau encaissé en partie basse et la piste forestière en partie haute.

Les chasseurs de la société du Touzan, curieux de connaître notre mode de chasse, devaient se poster sur une crête en observateurs et pour tirer d’éventuels sangliers qui échapperaient à la traque.

Malheureusement le vendredi 28 entre le milieu d’après-midi et le début de soirée, 10 archers se sont désistés pour diverses raisons. Le déjeuner prévu pour 45 a été un peu trop copieux pour nous et les postes prévus au départ pour 30 archers n’ont pas pu tous être occupés, laissant des failles permettant au gibier de se débiner sans être vu.

Vendredi soir, j’ai accueilli chez moi Caryx que j’ai eu plaisir à connaître, j’espère qu'il n’a pas attrapé froid car j'étais en panne de chauffage depuis 3 semaines.

Samedi matin, le rendez-vous est pris à 7h30 sur la place de Seissan pour le gros des troupes. Par commodité pour certains participants nous avons organisé un ramassage entre chez moi et le lieu de chasse.

Rendez-vous à 7h15 chez moi pour 4 participants, nous partons pour Seissan où nous retrouvons le gros des troupes et nous voilà parti, encore 4 chasseurs sur la route à Panassac puis le dernier à Arrouède et nous voilà au complet.  

Un cortège impressionnant de voitures arrive chez Jeannot le trésorier de la société de chasse du Touzan dont la cours a été transformée en parking pour l’occasion et qui nous a généreusement invité à entrer pour déjeuner. Christian a apporté une cible 3D pour que certains puissent s’entrainer un peu.

Les consignes données, nous voilà parti, Dominique va poster la première ligne en laissant quelques trous puisque pour 25 postes il n’a que 20 archers. Et je pars, accompagné des 6 traqueurs, deux chiens en laisse et des 3 membres de la société du Touzan pour rabattre le maïs.

Un peu de marche, nous voilà à 50 mètres du maïs quand un chevreuil couché dans le chôme de tournesol se lève pour filer vers le maïs. Jeannot reste au coin du champ qu’il va longer en observateur, nous nous répartissons le long du champ, un tout les 50 mètres, car nous ne sommes pas assez nombreux pour mieux faire et au coup de trompe du dernier en place nous lançons la traque.

J’avance bras écarté pour toucher les pieds de maïs en donnant de la voie, mes voisins avancent également en faisant du bruit. De nombreuses traces fraîches et plus anciennes, des souilles et des épis de maïs mangés seront aperçus mais pas le moindre animal. Nous sortons du maïs, notre observateur nous dit ne rien avoir vu. Nous attendons un moment pour laisser le temps à d’éventuels fuyards de traverser la ligne d’archers puis je laisse les traqueurs pour aller déposter 6 archers pour les poster sur la deuxième ligne. Les fusils du Touzan partent se mettre en place.

En progressant sur le chemin forestier, j’aperçois des taches fluo qui m’indiquent, en plus du petit bout de rubalise mis en place le lundi pour matérialiser les postes, la présence des archers bien camouflés dans la végétation. Je passe devant les 6 premiers en leur demandant s’ils ont vu quelques choses.

Un chevreuil aurait longé, les trois premiers postes avant le début de traque sonné par Dominique, dernier posté de la ligne. Aucun regret à avoir, il est passé trop vite. Je remonte avec mes 6 archers et parts les poster. Un membre de mon association (membre stagiaire sans arc) posté en observateur au premier poste n’a rien vu passer, le chevreuil semble être resté dans l’enceinte. Je le poste en haut d’une combe qui lui permet de voir les animaux passer et je pars poster ma ligne.

Je suis obligé de laisser des trous mais je poste ce qui me semble être les meilleurs emplacements puis retourne avec les traqueurs sans savoir que 3 chevreuils viennent de se dérober, vu par les « fusils » et sont sortis de la traque. Je remonte le plus vite possible et arrive un peu essoufflé en sommet de côte. Je répartis les traqueurs en ligne et nous voilà repartis, avançant en donnant de la voie et en faisant du bruit.

A peine rentré dans le bois, Nikko31 tombe sur le chevreuil vu par la ligne en début de chasse mais ce dernier lui passe dans le dos et ne lui laisse pas le temps de prendre une photo pour ensuite franchir la ligne que je viens de poster. Un des posté a juste vu la tête puis le chevreuil s’est éclipsé pour passer dans le dos d’un deuxième posté et nous échapper.

Nous nous attendons un moment pour être bien en ligne puis nous repartons en laçant nos cris de guerre. Deux chevreuils se débinent et arrivent à la première ligne, deux postés auront la chance de les voir, le premier se prépare arme son arc mais sa flèche se désencoche et lui tombe de l’arc alors que les deux chevrettes lui passent au pas à 2 mètres sans le voir, le deuxième posté peu expérimenté et un peu loin à son goût préfère ne pas lâcher sa flèche ce qui est tout à son honneur.

Nous arrivons au bout de l’entonnoir. Dominique n’a rien vu mais Christian posté plus haut a vu trois chevreuils sur le penchant d’en face se débinant vers un bosquet d’épines noires.

Nous décidons donc de remonter au-dessus du bosquet pour le rabattre vers les chasseurs. Après une escalade un peu raide nous voilà en place, nous nous éparpillons pour rabattre Mais les postés aux fusils nous annoncent que les chevreuils ont déjà traversé. Je rentre tout de même à 4 pattes dans les épines pour traverser le massif dans sa longueur les autres rabatteurs se dispersent. Mais nous ne lèverons rien dans ces épines, il est 11h30 nous sonnons la fin de battue alors que la pluie se met à tomber.

Nous rentrons manger, plusieurs archers nous quittent mais quelques motivés veulent rechasser cette après-midi. Jeannot nous prête une ancienne étable pour manger à l’abri. J’ai oublié mon repas de midi mais ce n'est pas grave, avec les restes du déjeuner, il y a de quoi faire et puis notre ami Nikko31 a une femme en or qui a préparé une quiche lorraine et un gâteau chocolat, je l’en remercie, c’était un régal.

Nous terminons de manger alors que la pluie s’arrête. Il ne reste que 9 archers et 3 traqueurs, je décide de traquer le bois vers lequel ont fuient les 3 chevreuils de ce matin. Christian est chef de ligne, il part poster les archers en V le long du bois et je pars, cette fois arc en main, avec Nikko31 et Caryx pour traquer le bois.

Nous traversons un pré au milieu des vaches et nous éparpillons dans le bois qui semble assez épais. Je sonne le début de battue. A peine entré dans le bois, une belle bécasse me démarre à 3 mètres devant les pieds. Nous progressons en donnant de la voie et en tentant de nous frayer un chemin au travers des épines, des ronces et de la végétation très épaisse par endroit.

Je suis un ruisseau au fond du bois et alors que j’arrive au niveau d’une combe encaissée perpendiculaire à ce petit cours d’eau, j’entends des pas dans les feuille mortes qui s’éloignent en prenant le fond de combe dans le sens opposé à la ligne de postés, certainement un chevreuil mais je n’arrive pas à le voir. Plusieurs coulée très fréquentées et des traces fraîches attestent du passage répété et fréquent des animaux.

Quelques arbres portent des traces de boue et les feuilles retournées de la nuit sur 20 centimètres de large sur une belle coulée me font penser que les sangliers étaient là cette nuit. Nous finissons par ressortir dans le grand champ de luzerne qui délimite le fond du territoire bordé par le Gers. Christian au dernier poste n’a rien vu. Le soleil est sorti et maintenant bien présent.

Je décide de faire une dernière traque sur un petit bosquet très fourré, ancienne coupe de bois où j’ai bon espoir de trouver les sangliers. Je laisse donc Christian en bas et pars déposter les autres archers pour poster le bas du massif.

Je laisse mes collègues traqueurs au départ de la future traque et parts déposter toute la ligne. Je retrouve deux archers en train de discuter sur le banc du ball-trap de la société. Ils ne sont plus trop motivés mais finissent par accepter de se reposter pour cette dernière traque. Le posté suivant me dit avoir vu passer un chevreuil au poste laissé vacant par les bavards.

Tous les postés descendent retrouver Christian qui va les poster alors que je redescends retrouver Nikko31 et Caryx. Les deux bavards ne veulent pas se poster en bas et préfèrent rester en haut du massif, à mauvais vent, prétendant que les animaux vont monter, je n’insiste pas trop et les laisse faire. Je me déploie avec les autres traqueurs et sonne le début de battue les deux autres traqueurs donnent de la voie alors que je lutte encore pour franchir une hais de genets très épaisse. A force d’insister, je finis par la traverser et me retrouver pendu au barbelé posé dernière au-dessus d’un à pic de 3 mètres et finis par chuter lourdement dans les ronces en contre bas. Elles ont amorti ma chute mais je suis sur le dos, dans la pente, la tête en bas sans pouvoir me relever.

Mon arc n’a rien, je suis rassuré. Je le pose et prends mon poignard pour couper les ronces qui me retiennent quand elles cèdent enfin mon poids m’entraîne dans un roulé-boulé qui se termine contre un petit chêne. Je me relève, à part quelques égratignures et un choc sur une main je n’ai rien.    

Je récupère mon arc et commence à traquer en luttant pour progresser au milieu des ronces et des épines. Caryx a renoncé et fait demi-tour car sa zone est impénétrable. Un chevreuil qu’il a dérangé est remonté vers les 2 bavards de tout à l’heure toujours en pleine discussion et a fait demi-tour pour revenir à couvert en les voyant. Ils avaient raison, il est bien monté mais bon, ils n’étaient pas prêts.

Nous finissons par ressortir de cet enfer avec Nikko31. Le posté sur qui je tombe n’a rien vu. Je sonne la fin de traque. Il part chercher le dernier de la ligne alors que je discute avec Nikko31. Ils arrivent tous deux en courant, un chevreuil c’est arrêté au ras du poste mais n’est pas sorti. Je leur dit de repartir se poster et pars chercher les autres mais ils sont déjà partis. Nous tentons donc de pousser avec Nikko31 en rabattant vers les deux chasseurs. Nikko31 se jette dans les ronces en forçant tant qu’il peut pour entrer, moi derrière, je coupe les ronces qui le retiennent.

A force nous arrivons à entrer et nous nous séparons pour pousser. Je monte assez haut et Nikko31 reste en bas. Nous donnons de la voie quand Nikko m’appelle, il a vu bouger dans les ronces entre nous, je crie « attention devant » et force la voie mais tous nos efforts resteront vains, rien ne sortira.

Je sonne la fin de traque et nous rentrons. Une belle journée sans résultat pour le tableau mais c’est aussi ça la chasse.

Merci encore à tous pour votre participation.

Battue du 29 novembre 2007 avec l'ASCA32

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant