Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 14:30

Ce matin, je suis invité à une battue au chevreuil à Lagrangette sur la commune de Pavie. Manu va m'accompagner mais avec ma carabine (280 Réminton) à qui il redonne vie depuis quelques semaines. Il y a déjà 4 ans que je n'ai pas tiré une balle avec. Il reste 2 chevreuils au plan de chasse et nous comptons sur cette matinée pour les réaliser. Le rendez-vous est pris pour 9 heures. Manu est passé chez moi et nous partons ensemble. Comme nous sommes un peu en avance nous faisons un petit détour, histoire de voir si les ragondins ne seraient pas de sortie et justement nous en repérons 3 le long du ruisseau qui longe la route de Barran. Je me gare et laisse partir Manu devant avec son arc qu'il avait pris aussi au cas où. Notre approche se déroule bien mais à 15 mètres devant nous les ragondins, qui nous ont repérés, reviennent vers le ruisseau. Manu parvient à tirer l'un d'eux qui s'est arrêté au ras du sale mais il passe dessous. Nous récupérons sa flèche et partons pour le rendez-vous. 

Nous sommes peu nombreux, à peine 8 chasseurs dont 2 piqueurs, de plus nous n'avons que 2 chiens, un fox pour le chevreuil et un kopov pour le sanglier au cas où. Les postes vont être espacés mais j'ai l'habitude du terrain et c'est moi qui doit poster Manu, je vais le placer le long de la plantation de pins, face à une combe avec en face un bois mixte (feuillus et résineux) tout en long. Le poste est très bon. Un peu plus loin un autre chasseur se poste sur la ligne et je traverse la combe pour aller me poster dans un coupe-feu du bois d'en face. Mes observations régulières sur le territoire me font penser que c'est aussi un très bon poste. C'est la seconde fois que je l'occupe mais pour l'instant la chance ne m'a pas souri. Je me signale d'un mouvement de casquette à bout de bras puis rentre doucement dans le bois pour me poster sur la gauche du coupe-feu, environ au milieu de la largeur du bois. Au-dessus de moi, des chasseurs sont postés le long du bois.

Je fais place nette à mes pieds pour pouvoir pivoter sans bruit. Pendant que nous chassons, un autre chasseur fait le pied derrière la ligne de Manu car il semble que les sangliers soient dans le secteur ces jours-ci. La battue commence, après un long moment de calme, j'entends le petit fox pousser. 2 coups de feu claquent, au bruit je suis sûr que c'est Manu mais le chevreuil n'est pas sonné. Il a dû le manquer. Le chien pousse un moment en faisant une grande boucle autour de la chasse puis le calme revient et son maître le rappelle. Je les aperçois qui longent au milieu de la combe puis mon téléphone sonne. C'est le président de la chasse, les sangliers ont été localisés. "Tu n'as pris que l'arc ?" "Ben oui, comme d'habitude." "Ah bon, parce qu'on a trouvé les sangliers." "OK, à plus...". C'est marrant comme pour un sanglier l'arc fait souvent moins crédible...

Le temps passe, tout est calme si ce n'est quelques geais qui volent de cime en cime. Tout à coup, un coup de feu déchire le silence dans la combe, derrière la plantation, dans le dos de Manu. Puis quelques temps plus tard, la voix du kopov se fait entendre. Il sort après le posté de la ligne de Manu qui ne peut faire feu car l'animal passe sur la crête du champ. Au travers des arbres, j'aperçois quelque chose devant le chien qui semble roux mais difficile à identifier vue la distance et le fouillis de branches qui me cache la vue. Le chien bien noir est facilement reconnaissable. Il donne de la voix et pousse l'animal vers mon poste. Tout à coup, le poursuivi devient le poursuivant et je comprends vite qu'il s'agit d'un sanglier. Il poursuit le chien jusque dans le bois où ils rentent tous les 2 à 30 mètres de moi près du coupe-feu. Le chien tient un moment le ferme puis des craquements se font entendre et j'aperçois le sanglier qui se débine au travers des arbres.

Il vient vers moi, j'arme mon arc et le suis attendant un moment propice pour décocher. Il arrive droit sur moi mais le kopov revient à la charge et le sanglier fait demi-tour pour le chasser. Il le poursuit un peu puis reprend sa progression, il biaise pour venir traverser le coupe-feu à 5 ou 6 mètres en dessous de moi. Il semble que son pelage soit taché de sang au niveau de la tête et du coup, il est certainement blessé. Mon arc armé, mon viseur le suit. Il finit par se présenter au ras du coupe-feu, de 3/4 face mais il m'aperçoit et je comprends vite que vu son agressivité, j'ai tout intérêt à réagir le premier avant de me faire charger. L'angle n'est pas optimal mais il est déjà blessé, je vise l'épaule et décoche. Ma flèche rentre de la moitié dans le sanglier qui fait demi-tour et part tranquillement au pas. Ma flèche se casse en touchant le premier arbre et la moitié, côté empennage, tombe au sol. Le ragot longe dans le sale puis traverse en bas du coupe-feu pour rentrer à nouveau dans le sale où je le perds de vue. 5 m plus loin, il est mis au ferme par le chien. Je réencoche et me rapproche doucement. Mais je m'aperçois rapidement que le sanglier est en train de mourir, agité par ses derniers spasmes et par le chien qui le pille énergiquement.

J'examine mon sanglier, la blessure par balle n'était qu'une éraflure. La balle lui entaille légèrement l'armure puis rentre derrière l'oreille, longe sous la peau sans touché le crane et ressort au-dessus de l’œil. Il s'en est fallu de peu qu'il n'arrive pas jusqu'à moi. C'est un jeune mâle. Je signale ma prise à mes collègues qui n'ayant pas entendu de coup de feu n'avaient pas compris ce qui venait de se passer puis je sors le sanglier sur le bord du bois. Les piqueurs arrivent puis repartent tenter de déloger d'autres sangliers mais ils se sont débiner et ne seront pas retrouvés.

Manu tirera un autre chevreuil sans succès puis la balle ne claquera pas sur un autre. Il n'aura pas eu de chance pour aujourd'hui. Je serais le seul à prélever un animal alors que je suis le seul archer de la battue. Les commentaires iront bon train et je ris intérieurement. Au dépeçage, je constate que ma flèche traverse un poumon et le foie avant de traverser l'estomac, les intestins et de s'arrêter au ras du cuissot opposé.

Battue à Lagrangette, 25 février 2012

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

cyril 27/02/2012 22:24

felicitation tres belle fin de saison bonne chance pour ta saison ragondin

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

POURVOIRIE DU LAC SUZIE

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

Buffle murrah (Argentine)
Guanaco (Argentine)
Chèvre sauvage (Majorque)
Pécari à collier (Guyane)
Capibara (Guyane)
Caïman rouge (Guyane)
Caïmans gris (Guyane)

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements