Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 23:32

Ce soir, vers 19 heures, je pars pour tenter de chasser le sanglier à l'approche dans les maïs, à Saint Arroman. Les propriétaires du secteur m'ont dit que les sangliers semblaient présents sur une parcelle qui borde le Sousson. Je me gare au bord du ruisseau, près d'un passage bétonné qui le traverse et me prépare tranquillement. Un agriculteur est en train de presser des bottes de foin plus en aval sur la droite du cours d'eau. J'espère que cette activité ne dérangera pas les animaux. Le ciel est très nuageux et un vent très soutenu agite les maïs de part et d'autre du ruisseau en remontant ce dernier. J'aurais le vent de face pour chasser, c'est parfait. Alors que je vais quitter la voiture pour aller jeter un coup d'œil au bord du Sousson en espérant y voir un ou 2 ragondins, le vacarme d'une moto lancée à pleine allure se fait entendre. Un motard dévale le bois d'en face à vive allure et prend le chemin pour venir droit sur moi. Il passe le passage bétonné, nous nous saluons puis il prend la bande enherbée le long du ruisseau pour s'éloigner à très vive allure. Bon, pour les ragondins s'est raté et toute cette activité me fait un peu regretter mon choix du secteur de chasse. J'hésite un peu puis décide tout de même de rester sur mon idée première. Je pars en longeant la gauche du cours d'eau envahi par la végétation. Je scrute la berge opposée à la recherche d'un ragondin. L'épaisse végétation est régulièrement parcourue de coulée très marquée et de zone de végétation écrasée, signes d'une grosse fréquentation des lieux mais pas le moindre myocastor en vue. Un peu plus loin, le cours d'eau s'élargit un peu sur quelques mètres et la végétation moins abondante me permet d'observer la surface de l'eau. Une entrée de terrier encore boueuse est bien visible contre la berge opposée. L'eau s'agite sous la végétation, en-dessous de moi. J'accroche mon décocheur et tente des cris de petit ragondin en détresse mais les remous cessent et rien ne vient. Je poursuis mon chemin entre les 2 parcelles de maïs qui bordent le ruisseau. Je contrôle en passant les passages de canon sans succès. Plus loin, le maïs fait place à une prairie fauchée où le tracteur tourne pour presser les bottes de foin et en face le maïs que je longe laisse place à une grande parcelle de tournesol semence.

Je passe le secteur et rejoins un autre passage bétonné que j'emprunte pour traverser le Sousson et longer une autre parcelle de tournesol. Toujours pas de ragondin. J'arrive à la route et la traverse pour longer la bande enherbée qui borde la parcelle de maïs ou seraient les sangliers, sur la gauche du cours d'eau. Le vent fort, face à moi, couvre le bruit de mes pas. J'avance tranquillement en surveillant les passages de canon. De l'autre côté du cours d'eau se trouve un bois qui borde un moment le Sousson puis s'en éloigne pour laisser place à une grande friche et une haie en pointillés bordant le cours d'eau. Je repère plusieurs coulées très marquées qui descendent du bois pour traverser la friche et sauter le ruisseau. La terre meuble du bord de la culture est ponctuée de nombreuses traces de sangliers, le secteur me semble prometteur. J'hésite à m'y poster mais il fait un temps à chasser à l'approche. Je continue mon chemin jusqu'à un fossé qui remonte sur ma gauche entre cette parcelle de maïs et la suivante. Les sangliers ont retourné de frais toute la bordure de la culture le long du fossé. Je remarque une coulée boueuse qui descend dans le fossé sous des branches basses. Je tente de la suivre et passe dans la végétation pour déboucher sur une coulée très marquée qui longe le ruisseau dans la haie sur environ 15 mètres puis remonte le talus opposé pour ressortir dans la friche. Je remonte sur ma gauche pour longer la parcelle de maïs suivante. Un tapis de ronces est traversé de plusieurs coulées qui rentrent dans le maïs. Je le traverse pour rejoindre le bord de la culture et la longer quand une chevrette surgit du maïs a plus de 100 mètres et vient droit sur moi par la bande enherbée. J'avance doucement vers elle en serrant la bordure de la culture. Alors que j'ai gagné environ 30 mètres, elle bifurque vers le ruisseau et disparaît dans la végétation. Je continue à avancer tranquillement et croise des coulées boueuses qui remontent du ruisseau. Les sangliers semblent venir sur ce secteur également. Arrivé à l'endroit où j'ai perdu la chevrette de vue, je la fait démarrer. Elle traverse le cours d'eau et remonte au pas de course dans la friche en aboyant. Je continue jusqu'au bout du maïs et croise encore des coulées très marquées.

Je fais demi-tour pour quitter le secteur en comptant revenir plus tard en espérant voir les sangliers. Je reviens à la route et la traverse pour revenir en bordure du ruisseau mais côté maïs. Je descends le talus abrupt de la route, saute le fossé puis commence à longer la culture. Un lièvre est sorti dans le penchant de prairie fauché qui remonte derrière les tournesols. J'avance tranquillement le long du maïs. Alors que j'arrive presque au coin de la culture, le vent qui a tourné à 90 degrés me porte une forte odeur de sanglier aux narines. Je stoppe et accroche mon décocheur et tends l'oreille mais le vent soutenu agite le maïs et couvre tout bruit d'un éventuel animal dans la culture. J'avance tout doucement vers le coin du maïs et perçois de nouveau des relents d'odeur. Le sanglier est tout proche mais impossible de l'entendre ou de le voir. Je passe très lentement le coin du maïs. Rien le long de la bande enherbée qui le sépare d'un petit ru qui descend vers le Sousson. Je remonte tranquillement en suivant la culture et en contrôlant les coulées qui traversent le bourrelet de ronces qui borde le petit cours d'eau. Rien ne semble être passé de frais. Le sanglier doit encore être dans la culture. Les ragondins ont couché çà et là quelques pieds de mais le long de la bande enherbée. Un peu plus haut je saute le ru par une belle coulée pour longer le tournesol. 2 lièvres broutent tranquillement dans la prairie fauchée derrière les tournesols de l'autre côté du ruisseau. J'avance doucement en suivant les tournesols avec le vent de face quand des geais s'agitent et donnent de la voix dans les saules qui bordent le ru un peu plus haut. Ils ont repéré quelque chose. J'accroche mon décocheur et redouble de vigilance en m'approchant du secteur quand j'aperçois un chat blanc taché de noir sortant du tournesol et sautant le ru pour se diriger vers un passage de tracteur coupant la parcelle de maïs en 2. Je regarde s'éloigner le petit félin puis traverse le ru pour aller jeter un coup d’œil au maïs. Au travers des premiers rangs à ma gauche, j'aperçois une grande zone de culture couchée par les sangliers. Une forte odeur de sanglier m'est portée par le vent. Les sangliers sont dans le secteur. Je décide de longer la culture côté ru, j'avance doucement en jetant un coup d’œil à chaque passage de canon. Alors que j'arrive au dernier, j'aperçois une chevrette au gagnage à environ 30 mètres. Elle broute contre le maïs, sur la gauche du passage. Je l'observe un instant puis passe le passage de canon discrètement pour ne pas la déranger et aller jeter un coup d’œil au-dessus de la culture. Rien, je fais demi-tour, le chevrette mange toujours, mais, cette fois, la tête plongée dans le maïs.

Je retourne au passage de tracteur, cette fois je le longe doucement. Le vent fort me porte toujours cette forte odeur de sanglier. Un peu plus loin, le passage rejoint un second passage enherbée qui remonte en coupant à nouveau la parcelle. Je prends se second passage et le suis en rejetant un coup d’œil au passage de canon toujours rien. Je reviens sur mes pas vers le tournesol. Alors que j'arrive à environ 25 mètres du ru, un léger mouvement me fait lever les yeux vers le tournesol. Je me fige mais trop tard. Un énorme sanglier démarre au bord du tournesol et fonce dans les grosses fleurs jaunes et cassant plusieurs pieds qui craquent bruyamment sur son passage. Très certainement le premier sanglier que j'avais senti en bas de la parcelle, je reste un moment immobile à surveiller le secteur. Le mouvement dans les tournesols a stoppé en environ 50 mètres de la bordure de la culture. J'espère sans trop y croire que le sanglier ne m'a pas identifié et qu'il va revenir curieux ou qu'un autre va sortir du maïs mais le temps passe et rien ne vient. Je décide de laisser le coin tranquille et de revenir un peu plus tard, je fais demi-tour et suis le passage de tracteur pour ressortir à la route, la traverse puis longe une parcelle de maïs à ma gauche pour passer quelques habitations et rejoindre un des passage de canon d'un maïs que j'ai prospecté tout à l'heure et redescendre au bord du Sousson. La luminosité commence à baisser et je décide de presser le pas pour descendre vers le cours d'eau au travers des daturas qui ont colonisées le passage. Arrivé à la bande enherbée qui borde le ruisseau je prends à gauche pour le longer mais pas de sanglier dans le secteur ni dans les passages de tracteur. Je repars donc vers la route et la traverse pour recommencer à longer la parcelle par le bas.

Arrivé au bord du ru, je remonte en suivant le maïs. A environ 100 mètres du passage de tracteur, une très forte odeur de sanglier emplit mes narines et, au même moment, il me semble entendre des animaux se débiner dans le maïs malgré le bruit des feuilles de la culture agitées par le vent soutenu. Je stoppe et tends l'oreille, effectivement le bruit remonte vers le passage de tracteur, ce sont les sangliers, je presse un peu le pas et rejoins le passage de tracteur. Alors que je me penche doucement pour observer dans le passage, je surprends un beau sanglier qui pousse un grondement et un souffle puissant avant de revenir d'où il vient en un éclair. Je me cale derrière le coin du maïs. Une partie des sangliers est déjà passée de l'autre côté et s'affaire dans la zone de culture couchée. J'entends des pieds de maïs se casser et les grognements des animaux. Je suis presque sûr que le sanglier que je viens de voir va les rejoindre. Mon décocheur est accroché, je suis prêt. Il ressort rapidement à 5 mètres de moi mais fonce droit devant lui pour rejoindre ses congénères. Le maïs craque sur ma droite, d'autres animaux arrivent, la luminosité baisse vite, il ne me reste que quelques minutes de relative clarté. Un pied de maïs craque à environ 30 mètres devant moi, je me penche à gauche et aperçois un sanglier plein travers, à environ 25 mètres, au ras du maïs. La luminosité est trop faible, il est trop loin pour tirer. Rapidement, il s'avance de quelques pas puis bifurque pour venir droit sur moi tranquillement. J'arme mon arc et le laisse venir. A environ 6 mètres, il se tourne plein travers et avance au pas vers la zone de culture couchée. Je tente d'aligner ma visée mais la faible luminosité me complique la tâche. Il stoppe juste avant de rentrer au maïs, plein travers. Je cale ma visée et décoche. Je n'ai pas vraiment vu mon atteinte mais ma flèche semblait au niveau du coffre. A l'impact, l'animal démarre en poussant un grondement de surprise et fonce dans le maïs mais, très rapidement, je l'entends se débattre et grogner dans le maïs. Ses coups de pattes résonnent quelques secondes puis ses souffles s’arrêtent et le bruit cesse. Je m'avance vers la zone du tir et éclaire ma flèche avec ma frontale, elle est couverte de sang et plantée au sol au ras du maïs. Très rapidement des grognements se font entendre sur la zone et j'entends des animaux se déplacer, j'éteins ma frontale. Les autres sangliers entourent leur congénère mort. Certains semblent venir vers moi et je réencoche. J'attends un peu mais la nuit sera vite là. Je tente une approche, couvert par le vent fort, je m'avance par le passage des sangliers pour atteindre la zone couchée. Impossible de les voir mais il me semble entendre des animaux se diriger vers le passage de tracteur. Je me recule à découvert pour profiter des dernières minutes de clarté mais les sangliers tournent et retournent dans le maïs sans sortir. Il ne fait plus assez jour pour tirer, j’allume ma frontale, récupère ma flèche, la remets au carquois puis tente de trouver du sang sans succès. 

Une chasse au nez, 16 août 2021

Je m'avance dans le maïs. Un premier sanglier passe à 5 mètres devant moi puis disparaît dans la culture, j'éclaire autour de moi et aperçois du sang sur ma gauche.

Une chasse au nez, 16 août 2021

Plusieurs sangliers tournent dans le maïs au ras de la zone couchée en grognant. il ne sont qu'à quelque mètres mais il fait nuit. Je commence à suivre le sang qui est assez abondant.

Une chasse au nez, 16 août 2021
Une chasse au nez, 16 août 2021
Une chasse au nez, 16 août 2021

Je retrouve vite mon sanglier mort, il n'a fait que 35 mètres environ. Ma flèche est plein cœur. C'est un jeune mâle qui accusera 61 kg à la pesée.

Une chasse au nez, 16 août 2021

Je fais quelques photos souvenir avant de le sortir du maïs.

Une chasse au nez, 16 août 2021

Je l'attache ensuite par le groin et le tire sur le passage de canon puis sur la bande enherbée qui borde le rue. 2 yeux verts se dessinent dans la noirceur de la nuit, dans le faisceau de ma frontale, à environ 50 mètres. J'avance vers eux en tirant mon sanglier et me rends vite compte qu'il s'agit d'un beau brocard qui finit par détaler et rentrer au maïs. Dès que mon sanglier est accessible en voiture je pars la chercher pour le charger avant de rentrer m'en occuper chez moi.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

LE CHASSEUR FRANCAIS TV

cliquez sur l'image, code promo LIONEL2021LCF
cliquez sur l'image

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant