Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
L'ANI A BEC LISSE (Crotophaga ani)

Systématique :

  • Ordre : Cuculiformes
  • Famille : Cuculidés
  • Genre : Crotophaga
  • Espèce : ani

Biométrie :

  • Taille : 35 cm
  • Envergure : 43 à 45 cm.
  • Poids : 95 à 119 g

Répartition :

L'ANI A BEC LISSE (Crotophaga ani)

Description : 

Le mâle et la femelle sont identiques. Leur plumage est noir lustré. Les plumes de la tête et de la nuque ont des liserés bronzés qui contrastent avec les plumes bleu irisé du dos. Les plumes sont larges à la base et pointues à l'extrémité, ce qui leur donne un aspect courbé. Les plumes du cou sont raides. Les ailes noires ont une légère irisation violet. La queue noire et allongée est composée de rectrices larges et tronquées. La peau nue orbitale est noire, les iris varient du brun au noir. Le bec courbé a un culmen élevé et des côtés fortement compressés qui forment une sorte de casque comme les petits calaos du genre Tockus. La courbure est plus prononcée chez les mâles que chez les femelles. Le bec noir présente souvent de petites taches claires écaillées et des légers faux-plis peu profonds. La mandibule inférieure a un angle peu prononcé sur le bord inférieur. Les pattes sont noires.

Les juvéniles sont plus ternes, ils ont des rectrices plus étroites que leurs parents. Le casque du bec est moins prononcé.

Cet oiseau est très vocal et très bruyant. L'ani à bec lisse émet un "oueee" sifflant et pleurnicheur qui prend de la hauteur et est souvent délivré en vol. On peut également entendre un "que-lick" récriminateur et bougon. Le répertoire est complété par des bavardages, des miaulements, des grognements et des gloussements.

Habitat :

Les anis à bec lisse fréquentent les broussailles en cours de régénération et celles qui sont situées dans les îles au milieu des rivières.

Ils apprécient les zones humides, les clairières à l'intérieur des forêts humides ou des forêts de nuages ainsi que les arbres isolés ou les buissons qui sont dans les pâtures.

Ils visitent souvent les zones boisées, les fourrés, les mangroves, les bordures des lacs, les lisières herbeuses, les bords des routes, les marécages et les enchevêtrements de plantes grimpantes. Ils sont courants dans les parcelles de cécropias et dans les vieux arbres malades, communs aussi à la banlieue des villes et dans les très anciennes parcelles cultivées.

A Porto Rico, ils vivent dans les habitats arides perturbés dont la végétation est dominée par les herbes exotiques telles que le panic érigé (panicum). Les anis à bec lisse vivent principalement dans les région basses, du niveau de la mer jusqu'à 500 mètres d'altitude. Cependant, au Venezuela, dans la région située au nord de l'Orénoque, ils peuvent grimper jusqu'à 2 400 mètres alors qu'en Colombie, ils atteignent volontiers 2 000 m et plus. Dans le nord du Pérou, ils nichent sur le versant tempéré de la vallée du Marañon. Dans certaines régions montagneuses d'Amérique du Sud, leur anatomie semble adaptée à leurs lieux de vie : leur cœur et leurs poumons sont plus développés et le poids de leur corps est plus important.

Comportement :

Les anis à bec lisse vivent en petites bandes bruyantes composées de 2 à 11 individus. A Porto Rico, un groupe de 3 adultes se charge généralement d'un territoire de 6 hectares, un groupe de 5 surveille une superficie d'environ 9 hectares.

Un groupe de 6 à 9 oiseaux a la responsabilité d'une surface moyenne de 10 hectares. Une fois établi sur son lieu de prédominance, chaque groupe doit être capable de surmonter tous les défis que lui adresse un groupe rival, même au cas où l'effectif des propriétaires subit quelques transformations.

Après qu'ils aient mouillé leur plumage dans les herbes hautes ou dans les feuillages, les anis à bec lisse doivent souvent déployer leurs ailes au soleil, ce qui leur donne un aspect maigrichon et miteux. Ils se lissent alors mutuellement les ailes pour se refaire une beauté ou ils ébouriffent leurs plumes pour exposer leur chair à la lumière. Pendant les pluies, ils se blottissent les uns contre les autres. Pendant les nuits, ils forment des dortoirs communs, serrés les uns contre les autres pour conserver la chaleur corporelle, ce qui est nécessaire car pendant les nuits, les températures sont en moyenne 10 degrés plus fraîches que dans la journée. Le matin, les anis s'exposent également au soleil pour se réchauffer avant de commencer toute activité.

Alimentation :

Les anis à bec lisse consomment surtout des insectes en priorité des sauterelles. Ils ingurgitent également des mantes religieuses, des lucioles, des coléoptères y compris les larves de charançons qui sont de véritables fléaux pour les racines de canne à sucre et pour les citronniers.

Ils marquent un grand intérêt pour les punaises, les chenilles, les hyménoptères mais rarement les tiques. Le menu est complété par des petits lézards, des petits serpents, des grenouilles, des oisillons et des œufs d'autres espèces.

Les anis à bec lisse ne dédaignent pas les végétaux comme les piments rouges, les fruits et les graines à la saison sèche.

Ces oiseaux se restaurent en petit groupes, en marchant sur le sol et sur les branches, ils poursuivent les insectes dans les airs et ils capturent les proies qui volent près des incendies. Ils grimpent dans la végétation en utilisant leur bec adapté pour écarter les hautes herbes quand ils recherchent leur nourriture.

Reproduction :

Les anis à bec lisse se reproduisent de mai à octobre en Floride, ils nidifient pendant tous les mois de l'année à Porto Rico et au Surinam, pendant les pluies à Cuba et en Amérique Centrale (attendant que les herbes soient hautes et les sauterelles abondantes). Les anis construisent eux-mêmes leur nid, un volumineux édifice qui est bâti avec des bâtons entremêlés et qui est placé dans un fourré ou dans un arbre.

Bien qu'ils vivent en groupe et qu'ils mettent en valeur les pratiques coopératives, ces anis sont généralement monogames, rarement polygames. Il n'empêche que l'on a pu observer des cas de polygamie, le mâle s'accouplant avec 2 femelles et même des cas de polyandrie, la femelle copulant avec un second partenaire après la disparition du premier. L'accouplement semble être une activité primordiale de la nidification des anis. Elle dure parfois plus de 40 secondes et quand elle est terminée, les 2 partenaires se font face et agitent assez fortement leurs ailes. Pendant l'acte, ce n'est pas toujours le mâle qui occupe la position dominante, parfois la femelle se retrouve au-dessus de son partenaire pendant la pénétration. Les accouplements durent pendant tout le cycle de nidification, toutefois ils sont plus fréquents au moment de la construction du nid.

Il arrive que plusieurs femelles déposent leurs œufs dans le même nid. Dans ce cas, les différentes pontes sont séparées par des couches de feuilles vertes. Les feuilles restent à l'intérieur de la coupe, et comme les nids sont réutilisés pendant de nombreux exercices, il arrive que l'on trouve des œufs des anciennes couvées sous ceux qui viennent d'être fraichement déposés.

Comme plusieurs femelles déposent en commun (voir ci-dessus), les pontes sont pléthoriques et contiennent de 4 à 20 œufs, de couleur bleu verdâtre avec un film de couleur blanc crayeux sur le dessus. Ils mesurent 35 millimètres sur 25 et ils ont un poids inconnu. Chaque œuf est déposé avec 2 jours d'intervalle et couvé par les 2 parents entre 13 et 15 jours. Le mâle ravitaille la femelle quand elle incube.

A leur naissance, les petits sont nus, ils ont une peau noire avec des taches blanches sur le toit de la bouche et autour de la langue. Des petites plumes en forme d'aiguille et garnis d'une gaine poussent au bout de quelques jours. Les deux parents soignent les poussins. Ceux-ci sont totalement emplumés vers l'âge de 10 à 11 jours, mais, s'ils sont dérangés, ils sont capables de quitter le nid au bout d'une semaine alors qu'ils ne savent pas encore voler.

Partager cette page

Repost0
Alex Alex.bowhunter

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

POURVOIRIE DU LAC SUZIE

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

Buffle murrah (Argentine)
Guanaco (Argentine)
Chèvre sauvage (Majorque)
Pécari à collier (Guyane)
Capibara (Guyane)
Caïman rouge (Guyane)
Caïmans gris (Guyane)

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements