Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 10:13

Aujourd'hui est mon dernier jour de chasse en Argentine, nous allons chasser jusqu'en début d'après-midi avant de rentrer sur Puerto Madryn. Gaston me laisse le choix de l'affût et comme la veille j'élis celui qui me permettra de faire des tirs à plus courtes distances. Comme la veille, nous quittons le camp au petit matin et partons pour la chasse. Gaston part garer la voiture alors que j'installe nos affaires. Une fois postés l'attente commence, aujourd'hui, il fait un beau soleil décide de ne pas trop me poser sur ma chaise pour éviter de m'endormir et rester aux aguets, Gaston en profite pour se reposer entre 2 observations. Rapidement les passereaux et les tinamous commencent à défiler autour de l'abreuvoir puis arrivent les moutons. Au bout d'un moment, un nandou arrive par la droite, il s'avance prudemment derrière les arbustes, marquant des pauses pour observer et arrive à l'abreuvoir alors que quelques moutons boivent à l'autre bout de ce dernier.

Chroniques argentine, une belle approche pour mon dernier jour

Il observe un instant avant de prendre une gorgée puis redresse la tête pour observer à nouveau, Il réitère ce manège plusieurs fois avant de quitter les lieux. Ce matin, les guanacos semblent très craintifs, par plusieurs fois, ils arrivent vers l'abreuvoir avant de faire brusquement demi-tour et s'enfuir. Le temps passe, Gaston m'indique qu'il doit sortir pour une envie pressante, Il part derrière l'affût. J'attends son retour assis quand il arrive en me faisant signe et en me chuchotant qu'il vient de repérer des guanacos tout près de l'affût. Au même moment des cris d'alerte retentissent sur la droite. Je me colle au filet et scrute les buissons quand j'aperçois les guanacos à environ 150 mètres, Ils tournent sur place en poussant leurs cris et je pense qu'ils vont s'enfuir mais au bout de plusieurs minutes une partie du groupe semble vouloir venir vers l'eau. On dirait qu'ils sont 5, certainement 2 femelles et leur jeunes et un grand mâle, ce dernier est un peu plus à l'écart et n'arrête pas de pousser des cris d'alerte. Le petit groupe est en fait composé de 3 adultes et 2 jeunes, le grand mâle est toujours en retrait et pousse régulièrement des cris d'alerte. Après de longues minutes, le petit groupe commence à arriver à l'abreuvoir. 

Chroniques argentine, une belle approche pour mon dernier jour
Chroniques argentine, une belle approche pour mon dernier jour

Les femelles et les jeunes commencent à boire mais le mâle reste en retrait caché dans la végétation. Je ne veux pas tirer un membre du petit groupe et attends l'arrivée du mâle. D'autres guanacos arrivent derrière nous par la gauche de l'affût. Brusquement les guanacos paniquent et fuient par la droite dans la végétation. Les cris d'alerte reprennent de plus belle. D'autres guanacos observent au loin dans les broussailles. Ce matin, ils arrivent de toute part mais l'agitation du groupe le plus proche met tout le monde en alerte. Le groupe semble partir pour passer derrière la colline mais bifurque pour tourner dans la broussaille devant l'affût en continuant à donner l'alerte par moment, mettant nos nerfs à rude épreuve, ils partent, reviennent, repartent puis partent dur la gauche et disparaissent dans la broussaille. Au bout d'un moment ils réapparaissent et reviennent sur leur pas en s'éparpillant dans la végétation pour surveiller plus de superficie. Petit à petit ils reviennent vers la colline mais alors qu'ils semblent vouloir la passer, ils bifurquent pour longer la crête et revenir sur la droite de l'affût. Cela fait plusieurs heures que les guanacos nous tournent autour et nous comprenons qu'ils ne vont pas se rapprocher plus. Ils sont à environ 400 mètres, nous n'allons pas tarder à quitter le poste pour rentrer. Gaston le propose de tenter l'approche, je le décide à tenter le coup. Ils sont sur un point haut et regarde vers nous. Le secteur est assez fourré, les buissons plus ou moins hauts sont séparés par de grandes drailles de sable nu par lesquelles se déplacent en le bétail et les animaux sauvages. Je suis vêtu de ma cette 3D et porte mes chaussons de plongée. Je passe sous le filet sur la droite de l'affût et commence, le grand mâle pousse des cris d'alerte mais les animaux restent sans bouger et regardent vers moi sans pouvoir me voir. Je commence mon approche en me déplaçant sois en rampant sois à 4 pattes mais en collant le sol le plus possible. Je me déplace de façon à toujours avoir de la végétation entre moi et les animaux. Je progresse assez rapidement en essayant d'éviter les grosses épines qui jonchent le sol, et je dois parfois stopper pour en retirer une de mes mains. Certaines zones pierreuses mettent mes genoux et les paumes de mes mains à rude épreuve. Parfois, je ne peux pas faire autrement que de ranger sous un buisson pour ne pas passer à découvert et je lutte un peu pour décrocher la este 3D sans la déchirer. Je progresse assez vite et faisant juste quelques pauses derrière quelques arbustes pour vérifier la position des guanacos qui n'ont pas bougé et crient toujours. J'arrive ainsi à environ 50 mètres d'eux, le grand mâle est en avant du reste du groupe. Il le faut avancer encore un peu. La végétation devient moins dense alors que le relief commence à s'élever. Le sol pierreux devient très douloureux, j'avance doucement et gagne environ 10 mètres alors que le mâle commence à faire des allers retours latéraux à 10 mètres en avant de son groupe. Je ne peux plus avancer sans être à découvert. Je cale mon viseur sur la distance estimée et me cale a genoux entre 2 buissons. Le mâle est parti d'environ 10 mètres sur la gauche et est partiellement caché par la végétation, il crie toujours et ne quitte pas ma direction des yeux. Je me prépare à armer, il fait demi-tour, j'arme doucement mon arc et le suis dans mon viseur. Il stoppe plein travers à environ 40 mètres, je cale ma visée derrière l'épaule et décoche. Je n'arrive pas à voir le vol de ma flèche mais n'entends pas l'impact sur l'animal. Le guanaco sursaute et démarre, entraînant les autres avec lui, ils passent la colline et je les perds de vue. Je me redresse et pars en direction du tir. Ma flèche est plantée à la basse d'un buisson et ne porte ni poil, ni viande, ni sang. Une des lame de mon Exodus est très endommagée, elle a heurtée une pierre. Je remets ma flèche au carquois et cherche d'éventuelles traces de sang mais je coupe et recoupe la trajectoire de fuite sans aucun résultat. C'est manqué. Je suis content que mon séjour se termine car je n'ai plus trop confiance dans mon arc. En rentrant en France, je vais reprendre mon vieil arc pour finir ma saison de chasse en attendant d'amener cet arc à la révision à mon archerie.

Je rejoins Gaston qui est en train de rassembler nos affaires. Je le rejoins puis nous finissons de rassembler les affaires avant de les amener au bord de la piste. Je tente une dernière fois de retrouver ma flèche perdue hier le temps que mon ami revienne puis nous chargeons la voiture et rentrons pour ranger les affaires laissées au camp avant de prendre la route pour Puerto Madryn. Cette expérience de chasse au guanaco m'a beaucoup plu, c'est un animal très difficile à chasser à l'arc et surtout à l'approche. Je regrette que mon arc m'ait posé des problèmes sur la fin du séjour et cette blessure sur le guanaco fléché hier. Je comprends maintenant pourquoi Gaston trouvait sur mes distances de tir en France étaient extrêmement proches, ici, le biotope et la méfiance des animaux ne permettent que rarement des tirs à très courte distance et il est vraiment nécessaire de savoir tirer entre 30 et 40 mètres pour espérer pouvoir chasser à l'approche. Un grand merci à Gaston pour m'avoir permis de partager cette belle expérience, j'espère un jour pouvoir lui permettre de venir chasser nos gibiers français. 

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant