Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 15:34

Ce soir, je pars chasser avec Christophe et Jacques que je laisse autour des féveroles où les sangliers se sont installés depuis un moment. Je pars chasser de l'autre côté de l'Osse. Je prends le chemin blanc qui relie Roques à Justian et me gare près de 2 petits lacs en face de la zone où j'ai laissé mes amis. Je me prépare et suis un peu le chemin pour passer de l'autre côté d'un ru arboré qui remonte vers un petit bois bordé d'un petit lac à quelques centaines de mètres. Je longe donc la bande boisée du ru par la droite, en bordure d'un immense champ de soja vallonné. La culture n'a pas encore beaucoup poussé et ne donne pas un couvert suffisant aux chevreuils. Je rejoins ensuite un chemin de terre qui descend de la colline sur ma droite et sépare le soja d'une parcelle de maïs bordée par un arc de cercle de petits poids et de tournesol comblant l'angle que ne peut pas arroser le pivot. Toujours pas de chevreuil. Arrivé au bois, d'où part le ru, je remonte vers la route de crête sur ma droite par un plantié de vigne. Arrivé à la route, je redescends vers un grand champ de tournesol en longeant une haie, sur la gauche d'une grande friche herbeuse, en surveillant le secteur mais il fait encore très chaud, rien en vue. Je longe ensuite la bordure du tournesol en bifurquant à angle droit sur ma droite, j'avance doucement et rejoins un bout de haie épaisse qui démarre du coin de la friche et sépare les tournesols d'une parcelle de petits poids. Quelques pieds de tournesol sont mangés, d'autres frottés, il y a des chevreuils dans le secteur. Je progresse tranquillement entre la haie et les tournesols jusqu'à la limite de la parcelle matérialisée par quelques arbres et un petit bourrelet de végétation derrière lequel démarre un autre champ de tournesols plus tardifs. Je prends à gauche, en limite de parcelle pour rejoindre le bout d'un petit bosquet en long qui se termine en haie épaisse, à 100 mètres sur ma droite. J'avance doucement à l'ombre de ce petit massif quand des bruits de pas se font entendre dans le sous bois desséché. Je me fige et écoute, un animal semble venir vers la lisière pour sortir dans la culture dans mon dos. Je me tourne ventre au bois et laisse venir mais brusquement, l'animal s'éloigne d'un pas décidé et des aboiements retentissent. Le vent tournant m'a trahi, je presse le pas pour suivre la bordure du tournesol en espérant voir passer le chevreuil. Il déboule à la course, le long de la grosse haie qui descend du sommet de la colline à plus de 100 mètres et fonce dans la prairie fauchée en sautant, par un passage busé, le petit ru qui démarre sur ma droite et descend vers l'Osse. Je presse le pas, baissé derrière les premiers rangs de tournesol. Le brocard s'arrête dans la prairie fauchée puis repart en aboyant vers un bout de haie qui part du coin des tournesols et délimite la prairie d'un chaume d'orge. J'avance le plus vite possible, le chevreuil disparaît dans la haie. Je rejoins le coin des tournesols et l'aperçois derrière la haie, il biaise à gauche pour rentrer dans la vigne, de l'autre côté du chaume presque en face de moi. Je prends à gauche en suivant les tournesols et dépasse la vigne sur la gauche du chaume. Je longe ensuite les vignes en surveillant les rangs parallèles à la parcelle de tournesol. Pas de chevreuil, arrivé au coin de la vigne, je suis devant une bande de chaume d'environ 50 mètres de large qui s'étend sur environ 150 mètres à ma droite. Elle est bordée par une bande boisée en contrebas devant moi et rejoint un grand chaume qui longe les vignes sur ma gauche. Les chaumes s'étendent sur plusieurs centaines de mètres jusqu'à la route de crête sur ma gauche.

Je décide de m'avancer vers la bande boisée quand j'aperçois furtivement un chevreuil qui bascule dans un creux du chaume, près de la bande boisée, à environ 90 mètres sur ma gauche. Je tente de m'approcher doucement à découvert mais rapidement le chevreuil réapparaît sur ma gauche, c'est un brocard, peut être celui que je suivais tout à l'heure, il avance tranquillement dans le chaume. Je recule doucement vers l'angle de la vigne alors que le brocard s'avance toujours sans me prêter attention. Une fois la vigne rejointe, je le laisse passer pour m'avancer d'un rang de vigne à l'autre. Il est à plus de 100 mètres du bord de la vigne. J'avance de bout de rang à bout de rang en marquant à chaque fois un petit arrêt observatoire, histoire de voir si je n'ai pas été repéré mais le chevreuil avance trop vite et gagne du terrain. Il rejoint un bande de friche, perpendiculaire à la bordure de la vigne, de quelques mètres de large qui couvre un talus entre 2 chaumes. Il tourne un peu dans la végétation, j'en profite pour gagner du terrain en avançant de quelques rangs puis me cale à genoux au pied du dernier cep de vigne du rang. Le brocard frotte ses bois contre un arbuste, je tente quelques aboiements. Il relève la tête, regarde vers moi un instant, j'insiste dans mes aboiements mais le brocard démarre en suivant la bande de friche un instant avant de biaiser à droite vers la haie qui fait suite à la bande boisée qui borde le chaume en contrebas. Il va très certainement rejoindre une petite parcelle de féveroles juste derrière la haie. Une fois qu'il a disparu dans la haie, je quitte mon poste et presse le pas pour rejoindre la bande boisée.

Je traverse la bande d'arbres au niveau d'une zone dégarnie pour longer ensuite sous la haie, dans une prairie, en direction des féveroles. Je passe un grillage à mouton perpendiculaire à la haie et qui délimite la prairie de la culture puis continue à longer la haie en surveillant les féveroles. J'essaie d'avancer sans trop de bruit en surveillant la culture mais la végétation haute mêlée de quelques pieds de féveroles secs et cassants ainsi que de quelques ronces me compliquent grandement la tache. La végétation craque régulièrement, j'ai fait environ 70 mètres, le long des féveroles, quand un animal démarre au milieu de la culture à environ 40 mètres de moi. J'arme mon arc et suis le mouvement. Le brocard s'arrête et apparaît à découvert dans une zone de culture couchée, à environ 70 mètres. Il repart rapidement pour passer en dessous de moi à environ 35 mètres, je suis son déplacement aux mouvements de la culture sans vraiment le voir. Il biaise un peu et ressort sur la prairie qui borde la culture à 45 mètres de la haie, je désarme. Il fonce vers le grillage à mouton qui le stoppe un instant dans sa course. Je fais demi-tour et retourne vers le grillage en longeant la haie et gagne vite du terrain, il fait des aller-retour sur environ 30 mètres, le long de l'obstacle sans vraiment me prêter attention mais alors que je ne suis plus qu'à 45 mètres environ, il se décide à sauter le grillage et fonce dans la prairie où je finis par le perdre de vue. Je repasse le grillage et suis la bande de prairie. Un grand chaume de colza remonte vers le sommet de la colline couvert d'un bosquet précédé par des bâtiments agricoles. En regardant vers le sommet, j'aperçois un brocard qui fonce des bâtiments vers le bosquet où il disparaît, je ne pourrais pas dire s'il s'agit du brocard qui venait de m'échapper ou d'un autre.

je décide de descendre vers le chemin blanc à travers les chaumes de colza pour rejoindre un zone de maïs prise entre le chemin et l'Osse. Une fois le chemin rejoint, je prends à gauche pour arriver au départ d'un passage qui traverse la haie qui borde le chemin et longe la bordure d'une petite parcelle de maïs prise entre 2 haies. Je suis la haie de gauche pour rejoindre la grande parcelle de maïs qui s'ouvre à gauche sur un chaume d'orge. Je marque un petit arrêt pour regarder à droite entre le maïs et la haie qui le sépare d'un tournesol et à gauche dans le chaume à ma gauche. Pas de chevreuil, rien ne bouge. Je longe tranquillement le grand maïs par la gauche pour rejoindre la bande enherbée au bord de l'Osse puis longe tranquillement la rivière dans l'herbe haute partiellement couchée par le passage des animaux. Un peu plus loin, je passe un petit fossé qui sépare cette parcelle de la suivante. Un coup d'œil entre les maïs sans rien voir puis je poursuis mon chemin. Le secteur est très calme, je rejoins un autre fossé mais ce dernier est encaissé de plus de 2 mètres et bordé par une haie. Je descends au fond de ce dernier par un passage de gibier abrupt et remonte la pente très raide en me cramponnant aux buissons pour ressortir en bordure d'une parcelle de féveroles. J'observe la culture un instant sans rien voir puis récupère la bande enherbée du bord de l'Osse et commence à la suivre doucement.

J'ai fait à peine 50 mètres qu'un souffle puissant se fait entendre, je me fige et regarde en direction du bruit. La culture craque, un beau sanglier vient vers moi pour me passer à environ 15 mètres d'un pas décidé. Il stoppe à environ 15 mètres un peu sur ma gauche, dans la culture, j'arme mon arc mais la végétation est trop épaisse pour tenter une flèche. Il repart, toujours d'un pas décidé, je le suis dans mon viseur mais comprends qu'il ne va pas s'arrêter. Alors qu'il passe en face de moi dans la culture, je produis des claquements bruyants avec ma langue contre mon palais. Le sanglier stoppe dans une zone assez dégagée. J'aligne ma visée derrière son épaule et décoche. Touché, le sanglier fait volte-face et repart d'où il vient puis décrit une boucle dans la culture avant de chuter. Il se redresse tendant le nez au ciel puis retombe lourdement et se débat au sol avant de s'immobiliser.

Je reste un instant immobile et réencoche une flèche au cas où un autre sanglier arriverait quand des craquements et des petits grognements se font entendre sur ma gauche dans la culture. 2 sangliers d'environ 25 à 30 kilos arrivent sur les traces du premier. Ils stoppent à environ 15 mètres un peu sur ma gauche. J'arme mon arc, l'un d'eux est bien visible, je vise derrière l'épaule et décoche. Les sangliers démarrent, Celui que j'ai fléché, fonce dans la culture, passe à quelques mètres de moi puis rejoint le fossé profond que j'ai traversé tout à l'heure. Il me semble l'entendre se débattre au fond du fossé puis le calme revient. J'attends un peu et observe la culture, j'aperçois du mouvement à environ 70 mètres, plusieurs animaux semblent se diriger vers le fossé où a disparu mon second sanglier. J'hésite à tenter une approche mais les mouvements cessent.

J'ai déjà fléché 2 animaux, c'est déjà pas mal, je décide de commencer mes recherches en attaquant par le petit. Je pars directement au bord du fossé et le longe à la recherche d'un indice quand j'aperçois une petite goutte de sang sur une feuille de ronce au départ de la coulée que j'ai prise pour traverser le fossé. J'allume ma lampe, bien qu'il fasse encore bien jour, pour voir au fond du fossé où le sanglier ne semble pas se trouver et me rends compte que le sang remonte en face. J'éteins ma lampe et traverse le fossé. Le sang est bien visible sur l'herbe sèche et rentre dans le maïs. Je suis facilement le sang abondant, de grosses gouttes au sol alternent avec de nombreux frottés très marqués sur les pieds de maïs mais la piste s’éternise. Au bout d'environ 50 mètres dans le maïs, des grognements se font entendre. Ils semblent proches, je me mets à genoux et je passe un rang de maïs, rien, un autre, toujours rien, je m'avance doucement dans le suivant et aperçois un jeune sanglier arrêté de 3/4 face, à environ 10 mètres. Il pousse de petits grognements, certainement pour appeler ses congénères. Je reste immobile à l'observer, il se couche assez rapidement.

Je me recule doucement dans le rang précédent, encoche une flèche, arme mon arc puis m'avance doucement entre les pieds de maïs. Le sanglier me regarde un instant et se lève doucement alors que j'aligne ma visée. Il est de 3/4 face. Je vise entre la tête et l'épaule et décoche. Touché, le sanglier démarre en trombe sur ma droite avec ma flèche en travers, le maïs claque puis je l'entends tomber. Je me redresse et me dirige vers l'endroit du tir pour suivre le sang qui est maintenant extrêmement abondant, je retrouve ma flèche au sol, maculée de sang environ 15 mètres plus loin, je la récupère, puis retrouve mon sanglier encore 5 mètres plus loin. Il est mort, ma première flèche armée d'une Exodus est entrée au défaut de l'épaule et ressortie basse en arrière des côtes faisant sortir des plis d'intestin, ma seconde flèche armée d'une rage hypodermic est entrée où je visais et est ressortie proche de la sortie de ma première flèche.

Je ramène mon sanglier sur la bande enherbée proche des féveroles en traversant le fossé , je le laisse là puis m'avance dans les féveroles à la recherche de mes 2 flèches que je retrouve facilement, plantées au sol proche des zones de tir. Je les remets au carquois puis cherche la piste de sang de mon premier sanglier. Je trouve du sang et des pieds de féveroles couchés la piste n'est pas évidente à suivre le sang n'est pas continue. J'allume ma lampe pour mieux voir le sang sur les pieds de féveroles presque noirs. Petit à petit, je démêle la piste et fais démarrer plusieurs animaux devant moi. Le sang me conduit à l'endroit où se trouvaient les autres animaux et où je retrouve mon sanglier, c'est une laie d'environ 70 kilos. Je viens certainement de faire démarrer les autres bêtes rousses qui s'étaient regroupées autour de la laie. Je la ramène sur la bordure de la culture avec la petite bête rousse puis pars chercher ma voiture et mes amis alors que le jour décline. Je rejoins mes amis à la nuit noire, ils ont vu et entendu les sangliers mais n'ont pas pu décocher. Nous partons chercher mes sangliers avant de rentrer.

Un doublé de sanglier à l'approche, 12 juillet 2019

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

POURVOIRIE DU LAC SUZIE

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

Buffle murrah (Argentine)
Guanaco (Argentine)
Chèvre sauvage (Majorque)
Pécari à collier (Guyane)
Capibara (Guyane)
Caïman rouge (Guyane)
Caïmans gris (Guyane)

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements