Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 11:12

Ce soir, je pars chasser autour de mon lac favori sur Labéjan. Je me gare sous la digue, au bord de la route puis remonte par la gauche du lac pour traverser le déversoir et longer la digue dans les hautes herbes. A l'autre bout de la digue une voiture est garée et 2 hommes pêchent, ce n'est pas très encourageant, j'ai peu de chance de voir des ragondins. A l'autre bout du lac, du même côté l'agriculteur est en train de préparer un champ pour les semis. Je décide de longer tout de même la berge puis de partir jeter un coup d'œil plus loin sur un petit lac entouré d'une bande boisée et 2 mares. Je passe à côté des pêcheurs qui me regardent bizarrement alors que je les salue puis longe le lac sans rien voir. Je salue l'agriculteur qui me répond d'un coup de klaxon puis continue en suivant le ruisseau d'alimentation bordé par une haie d'arbres au feuillage épais et qui laisse peu de fenêtres pour voir le cours d'eau. La bande enherbée qui le sépare du colza à ma droite est broyée jusqu'au passage busé qui enjambe le ruisseau puis ma progression continue dans l'herbe haute. De nombreuses coulées parcourent la bande enherbée et, arrivé au coin de la parcelle de colza, je tombe sur une zone de sol à nu marquée de très nombreuses empreintes, principalement de sangliers qui ont creusés une coulée très visible sortant du bois à cet endroit.

Je continue mon chemin dans la prairie qui fait suite au colza tout en suivant le ruisseau. Cette dernière est barrée à environ 200 mètres par une grosse haie qui remonte vers un bosquet. Je longe cet obstacle par une belle coulée qui semble très franche dans l'herbe haute jusqu'à un passage qui me permet de travers la haie et passe ainsi dans une autre prairie qui remonte à ma droite vers le bosquet en crête. Une autre haie perpendiculaire à la première sépare cette prairie d'une autre langue de pré dans laquelle je passe grâce à une trouée dans la haie. Je remonte donc en suite par la gauche de la haie vers le petit lac entouré d'une bande boisée très épaisse. Plusieurs couches de chevreuils ont écrasé l'herbe haute près de la haie et j'aperçois brusquement un brocard au gagne sur la gauche de la langue de pré, à environ 70 mètres, au bord d'une bande de taillis épais barrant le haut de la langue de pré. Je l'observe un court instant puis décide de tenter une approche pour m'amuser. Je commence à remonter en biaisant doucement vers le taillis, en me baissant, mais je finis par être repéré alors que j'ai gagné une dizaine de mètres. Il démarre et rentre à couvert dans le taillis. Je reviens contre la haie et finis d'arriver à la bande de bois qui encercle le lac, je traverse la haie par un passage fait par les animaux puis contourne le lac par la droite. Des zones sont broutées par les ragondins et je progresse tout doucement en encochant ma flèche dans l'espoir d'en voir un mais rien en vue.

Je passe une haie qui part de la bordure du lac pour remonter vers le bosquet de crête. J'arrive ainsi dans un champ de poids et suis un passage de tracteur en direction d'un gros peuplier planté au bord d'une petite mare. J'avance tout doucement à l'approche du petit plan d'eau mais tout est calme malgré une grande zone broutée. Je me poste sur la droite, en face des 2 terriers du secteur. Je tente quelques appels de petit ragondin mais rien ne bouge. Je pars donc vers le lac entouré de la bande boisé et m'avance par le seul passage accessible faisant face à la mare pour accéder à l'eau. Le secteur est calme à part quelques gardons qui mouchent. Je tente à nouveau des cris de ragondin sans plus de succès. Je fais donc demi-tour et ressors pour longer l'autre côté de la bande boisée ou les poids sont aussi mangés mais toujours pas de ragondin. Je remonte vers le taillis, passe la crête du champ puis redescends vers le ruisseau en contrebas au travers d'un champ de lin. En suivant ce ruisseau, j'arrive à une autre mare qui semble ne plus abriter de ragondin depuis quelque temps. Je repars donc en longeant le ruisseau jusqu'au grand bois du secteur. Il est encore tôt, je décide d'aller voir si les blaireaux sont toujours présents dans les nombreux terriers qui bordent l'autre côté du bois. Je rejoins un chemin forestier qui rentre dans le bois et longe le bas de ce dernier en direction du lac. Je le suis un moment quand un bruit me fait regarder vers le haut du bois, un brocard se débine entre les arbres.

Arrivé au bout du bois, j'empreinte doucement une grosse coulée qui longe la bordure du bois pour arriver au coin suivant du bois où je ressors du bois en bordure d'un champ de blé. Je prends à droite très doucement en suivant le bois en direction d'une bande de 15 mètres de terriers qui longent la lisière à l'extérieur et à l'intérieur du bois. En arrivant aux premiers terriers, j'aperçois un jeune blaireau sortant du bois et venant droit sur moi. Il marque un temps d'arrêt à 5 mètres devant moi et regarde vers moi puis se débine doucement et rentre au terrier à 3 mètres devant moi. Je m'apprête à bouger quand un second petit blaireau arrive par le même chemin que l'autre. Il s'arrête aussi de face et me regarde un instant puis s'avance, s'arrête à nouveau à 3 mètres pour me regarder avant de rentrer au terrier puis descend tranquillement à couvert. Je reste un peu sans bouger mais pas d'autre blaireau en vue. Je quitte mon poste pour aller voir d'autres terriers un peu plus loin.

Je suis, par le premier passage de tracteur, la bordure du bois qui bifurque à gauche à angle droit puis à droite à nouveau à angle droit un peu plus loin. J'avance tranquillement vers l'angle suivant du bois où se trouvent d'autres terriers. En arrivant près de l'angle du bois qui bifurque à nouveau à angle droit vers ma gauche, je stoppe net, intrigué par une tâche rousse qui se détache à peine de la surface du blé au ras du bois. C'est un chevreuil, il broute tranquillement les céréales, tête baissée. Je me fige pour l'observer, il n'est qu'à 8 mètres environ. Il finit par relever un peu la tête et j'aperçois alors des bois. C’est, s'emble t-il, un jeune brocard de 3 ans. Il avance de quelque pas, je ne vois que son dos et le haut de sa tête mais sa démarche n'est pas normale, il boite très sévèrement. C'est très certainement le jeune brocard que j'ai blessé l'an dernier  en septembre et sur lequel la recherche au sang n'avait rien donnée. La tentation est très grande d'armer mon arc et de le flécher mais le chevreuil n'est pas encore ouvert et je n'aurai les bracelets sur Labéjan qu'en septembre. Je me contente donc de le regarder s'avancer vers l'angle du bois. Tout à coup, il lève la tête et me voit puis fonce dans le bois en aboyant. Je peux suivre sa course vers le bas du bois à ses aboiements qui semblent ne pas vouloir s'arrêter.

Je jette un coup d'œil aux terriers tous proches, ils sont très fréquentés. Je fais ensuite demi-tour pour revenir vers le lac, il est 21 heures, les ragondins ont dû sortir. Je suis le premier passage de tracteur jusqu'à l'endroit où je suis sorti du bois tout à l'heure quand je lève une chevrette à quelques mètres de moi, entre le bois et moi. Elle descend un talus devant moi au galop puis s'arrête dans le blé, à 60 mètres en contrebas pour m'observer un moment. Je tente de la prendre en photo mais elle repars et biaise vers la bordure du bois où elle s'arrête à nouveau un instant.

Un gros pépère de 7,5 kg, 19 mai 2016

Elle repart et rentre au bois. Je m'avance et descends le talus par une belle coulée de blaireau qui a aplati la végétation. Je longe ensuite le bois puis le ruisseau boisé pour rentrer dans le bosquet qui borde de bout du lac. Je suis doucement le lac en espérant voir un ragondin, le secteur est gratté par les blaireaux dont les terriers se trouvent en haut du bois. Quelques marquages territoriaux d'un brocard (frottis et gratis) sont visibles. Le secteur est assez calme niveau ragondin mais alors que j'arrive tout doucement au niveau de la principale zone de terriers du coin du bois, un léger remous attire mon regard au milieu des branchages et racines suspendues d'un petit saule qui pousse dans l'eau à quelques mètres de la berge. Un ragondin est calé au milieu des branches en surface de l'eau à environ 8 mètres de moi en 3/4 face. J'arme doucement mon arc et cherche une fenêtre de tir puis aligne ma visée et décoche. Un impact cassant retentit, le ragondin fait le dos rond et plonge doucement pour remonter presque immédiatement de l'autre côté de l'arbuste sans se débattre. Il est presque mort sur le coup mais il va être très difficile à ramener au bord car l'arbuste m'empêche de l'atteindre avec mon lancer. Ma flèche par contre est restée sous l'eau, certainement prise dans les racines. De grosses bulles remontent au milieu des branchages et je pense à un autre ragondin mais ne voyant rien remonter, je ressors du bois pour tenter de trouver un meilleur angle pour atteindre mon ragondin mais un roncier et d'autres saules m'empêchent de l'atteindre. Je reviens donc vers l'endroit du tir et m'aperçois qu'une grosse tête de ragondin est remontée au milieu des branchages. Le temps de réagir, il plonge. Je me poste un moment, espérant le voir remonter mais les minutes passent et rien ne vient.

Pendant ce temps mon ragondin mort a dérivé vers la berge opposée et il sera plus facile de le récupérer d'en face. Je quitte mon poste et ressors du bois pour longer doucement le lac à la recherche d'un autre ragondin. La végétation est haute sur la bordure du lac à part quelques zones broutées. Tout à coup, je repère un remous contre la berge à quelques mètres devant moi. Je m'approche tout doucement et arme mon arc à 3 mètres du remous. J'aperçois alors un mouvement mais il semble que ce soit une cane colvert. J'attends un peu au cas où, un mâle colvert s'éloigne un peu de la berge et m'aperçois, il décolle immédiatement suivi de sa cane. Je continue mon chemin. Un remous m'interpelle sous un gros arbuste penché sur l'eau mais impossible de voir quoi que ce soit au milieu des branchages. En arrivant à 40 mètres de la digue, j'aperçois un ragondin s'avançant sur le lac au milieu de la végétation inondée. Je me baisse vite, à genoux derrière les herbes hautes du bord du lac. Le ragondin est plein travers à environ 10 mètres. Je tente des cris de petit ragondin. Il s'avance sur le lac, j'arme, vise et décoche mais ma lame ricoche sur l'eau et passe au ras du dos du ragondin qui plonge et s'arrête 30 mètres plus loin. Je me redresse et tente de voir ressortir le ragondin sans succès, je continue donc vers la digue où les ragondins se cachent souvent sous quelques peupliers. En arrivant près des arbres, j'aperçois un remous qui agite l'eau et m'avance tout doucement mais je vois trop tard la tête du ragondin calée dans les branchages. Il plonge, je me décale vite vers la digue et observe un moment sans parvenir à l'apercevoir. Je récupère donc ma flèche et pars chercher mon ragondin alors que la luminosité commence à bien baisser.

Pas d'autres ragondins sur le lac, mon ragondin a bien dérivé et s'est rapproché à quelques mètres du bord. Je le récupère facilement mais ma flèche n'est pas remontée et a dû rester sous l'eau dans l'arbuste. Une petite photo souvenir et il est temps de rentrer.

Un gros pépère de 7,5 kg, 19 mai 2016

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant