Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 06:55

Ça y est, c'est le grand jour, je pars ce matin pour la Guyane. Avec le stress du départ, je me réveille vers 3h30 et impossible de me rendormir jusqu'à la sonnerie du réveil vers 5h30. C'est ma compagne qui doit m'amener à l'aéroport, nous nous levons, nous préparons rapidement et chargeons la voiture, direction l'aéroport de Blagnac pour prendre un premier vol avec Easy jet vers 8 heures. Un petit déjeuner pris avec ma compagne à l'aéroport puis mon bagage en soute enregistré, nous nous dirigeons vers la douane. Elle viendra me rejoindre dans une semaine pour une semaine de tourisme. Nous nous séparons donc à la douane puis je pars vers la porte d'embarquement pour attendre mon vol. Mon avion est à l'heure et le premier vol se passe bien, arrivé à Orly vers 10 heures, je presse le pas pour aller récupérer mon bagage puis pour aller le réenregistrer avant de repasser les douanes pour aller attendre mon second vol prévu vers 13 heures. Vers midi, je suis à la porte d'embarquement, tout va bien mais mon vol va avoir un peu de retard. Mon avion décolle vers 13h30.

Alors que je regarde un premier film, je commence à m'endormir mais c'est alors qu'on nous sert le repars. Il me faut donc remettre à plus tard ce petit somme réparateur. Le repas pris, impossible de me rendormir et je vais enchaîner les films pour passer le temps. J'arrive à Cayenne vers 18h30 (heure locale) soit à 22h30 (heure métropolitaine). Passage de la douane puis attente interminable de ma valise au tapis roulant. J'en profite pour appeler Xavier, il m'attend en dehors de l'aéroport avec son pickup chargé car nous partons directement pour notre séjour en forêt.

Chroniques guyanaises, une journée interminable, 4 mars 2016

Une fois ma valise récupérée, je pars donc à sa rencontre. La nuit est arrivée sur la Guyane en même temps que moi, le sol est détrempé car il a pas mal plu cette après-midi, il fait très chaud et le chant des oiseaux, venus se poser dans les palmiers et autres arbres de l'aéroport, emplit l'air moite accompagné de quelques chants d'insectes. Je retrouve mon ami Xavier. Nous chargeons mes affaires et partons pour Régina, en route j'ouvre la vitre pour m'imprégner de cette ambiance guyanaise nocturne faite de sons et d'odeurs. Nous arrivons environ une heure plus tard chez un ami de Xavier, un ancien chasseur professionnel brésilien dénommé Lauro avec qui nous allons partir en forêt. Je prépare vite mes affaires que je réparti dans une grande touque et mon sac à dos puis nous discutons un peu devant un bon jus de fruit local et une ou 2 cochignes (sorte de baignet conique local à la viande). Je demande à Xavier s'il pense que je dois préparer mon arc mais il me dit qu'il y a peu de chance que nous chassions en remontant le fleuve cette nuit et je décide de ne pas monter mon moulinet de pêche. Lauro parle peu français et utilise principalement le créole et le portugais, j'appréhende un peu la communication sur le camp.

Nous partons ensuite pour le débarcadère où nous chargeons la barque de Lauro que nous équipons avec un moteur de Xavier. Un bec en ciseaux

et des chauves-souris pêcheuses rasent la surface de l'eau, dans la faible lueur de l'éclairage public, à la recherche d'une proie. Les cris puissants d'oiseaux de mer résonnent du haut d'une immense antenne rouge et blanche. La barque chargée, nous équipons le canoë de son moteur et l'attachons derrière la barque puis Xavier par garer son pick up chez Lauro et nous embarquons à son retour. Nous allons remonter l'Approuague vers notre camp de chasse. Lauro s'installe à l'avant et Xavier pilote la barque. Ce dernier me dit de m'installer sur les sacs contenant les filets au milieu de l'embarcation et de m'y coucher pour essayer de dormir un peu. Je m'exécute mais j'ai du mal à dormir, régulièrement des gouttes d'eau viennent mouiller mon visage, je somnole tout de même un peu. Au bout d'un moment Xavier annonce "caïman", je sursaute et attrape ma housse d'arc, cherche mes affaires éparpillées dans la barque puis commence à monter mon moulinet de pêche. Lauro a déjà attrapé son fusil et tire sur le caïman que je n'ai même pas regardé, trop occupé avec la visserie de mon arc. Le caïman n'a même pas bougé, les plombs ont touché les moucoumoucous au milieu desquels il se trouve. Mon moulinet monté, j'attache ma flèche pêche au câble, monte ma lame de pêche, ma lampe d'arc... ça y est après de longue minutes de préparation, je suis prêt. Nous manœuvrons la barque pour nous approcher du caïman qui ne bouge toujours pas et nous laisse approcher à quelques mètres.

Chroniques guyanaises, une journée interminable, 4 mars 2016

C'est un gros caïman rouge, le premier que je vois en Guyane où je n'ai vu que des caïmans gris pour le moment. Seule sa tête dépasse de l'eau et j'essaie d'imaginer la position de son corps. J'attrape mon arc, allume la led de mon viseur, attrape interrupteur déporté de ma lampe d'arc et arme. Je prends la visée en estimant la position du caïman et décoche mais je passe juste au ras et le saurien bouge à peine. Je rembobine mon câble pour tenter une seconde flèche mais ma lame s'est prise dans un moucoumoucou et je ne peux pas la récupérer malgré mes efforts. Je décide de tenter une flèche de tête avec une lame de chasse. Je sors donc une flèche de chasse de mon tube de transport, cherche une lame dans mes affaires puis la visse avant d'armer mon arc et de prendre la visée. Je décoche, touché le caïman plonge et remonte rapidement contre la berge, dans la vase, au milieu des moucoumoucous poussant assez serrés. Ma flèche a disparu. Nous luttons un moment avec Lauro pour extirper ma flèche pêche du moucoumoucou puis je réencoche et réarme en essayant de trouver une fenêtre de tir avant de décocher. Je manque encore le caïman mais cette fois j'arrive à récupérer ma flèche, le tir suivant est le bon. Le caïman est harponné et se cale contre les moucoumoucous.

Lauro décide d'aller le chercher, je tends mon câble pour maintenir le saurien d'environ 1,5 mètre à sa place. Lauro se met à l'eau pieds nus. L'eau n'est pas très profonde mais la progression dans la vase et les moucoumoucous est difficile. Il se fraye un chemin avec son sabre et rejoins le caïman qu'il frappe de son sabre à la nuque pour le tuer mais le coup n'est pas assez fort et énerve l'animal qui réussit à se dégager de ma flèche pêche, ce que je n'aurais jamais pensé possible. Lauro nous fait comprendre que ma flèche de chasse est encore dans le caïman. Le reptile blessé se recale un peu plus loin et Lauro le suit. Son coup de sabre suivant tranche la nuque du caïman dans un bruit cassant mais l'animal à la force de replonger dans le fleuve au milieu des moucoumoucous. Lauro sonde l'eau peu profonde avec son sabre et fait démarrer plusieurs fois le caïman qui se recale rapidement dans la vase. Xavier décide d'aller l'aider et part lui aussi dans les moucoumoucous. Ils sondent l'eau, le caïman refait surface par moment et lutte pour rester en surface en cherchant son air, sa tête pointée vers le ciel à la verticale avant de replonger. Xavier et Lauro le perde un moment avant qu'il ne ressorte en pleine eau, près du moteur de la barque. Il se débat un instant en surface puis coule. Xavier tente de le retrouver et sonde le fond avec ses pieds mais l'eau est plus profonde à cet endroit et le caïman reste introuvable. Lauro et Xavier finissent par remonter sur la barque, nous attendons un moment que le caïman refasse surface mais plus rien ne bouge et nous devons renoncer. Nous repartons donc pour remonter le fleuve en regardant un moment derrière nous.

Le séjour commence mal, c'est la première fois que je perds un caïman et, vu son état, ses chances de survie sont nulles. En chemin nous apercevons régulièrement des yeux rouges de part est d'autre du fleuve et annonçons "caïman". Xavier m'approche des sauriens alors que je me prépare mais ce sont généralement de très jeunes individus, trop petits pour être tirés et nous continuons. Un peu plus loin, nous repérons un autre caïman et réussissons à nous approcher très près. Je suis armé et attends de voir sa taille. C'est un caïman à lunette, sa taille est correcte mais il est caché dans les moucoumoucous et je ne vois que sa tête de face. J'hésite à décocher, quelque peu refroidit par ma première aventure et l'animal en profite pour se débiner plus profondément dans sa forteresse végétale. Nous laissons tomber et continuons. Les caïmans deviennent peu à peu moins nombreux et sont toujours aussi petits. Nous finissons par rejoindre le camp et accoster après plusieurs heures de navigation. Lauro descend pour attacher la barque puis nous lui faisons passer les affaires avant de descendre. Il nous faut maintenant tendre les bâches sur la structure du carbé déjà existante. Le camp est envahi par des grosses cigales, nous sommes en plein milieu d'une éclosion, de nombreuses mues de larves sont accrochées aux arbres et quelques jeunes cigales encore vertes font sécher leurs ailes sur les branches.

Chroniques guyanaises, une journée interminable, 4 mars 2016

Nous sommes assaillis par les cigales qui foncent sur les faisceaux de nos frontales pendant que nous posons les bâches et se coincent sous ses dernières où elles se débattent dans un terrible vrombissement. Le camp monté, les affaires rassemblées, il est temps de monter les hamacs équipés de moustiquaire et d'aller dormir un peu pour nous reposer avant la chasse de demain matin.

Chroniques guyanaises, une journée interminable, 4 mars 2016

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Bonne visite, Alex

Réponses à mes détracteurs :

https://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

SALON VIRTUEL INTERNATIONAL DE LA CHASSE DE DE LA PECHE

 

QUELQUES BLOGS DE CHASSE A L'ARC

 

 

PYRENEES CHASSES D'APPROCHES

https://www.facebook.com/pyreneeschassesapproches

 

FOURNISSEURS

 

 

 MATERIEL :

 

GRANDS GIBIERS HORS FRANCE METROPOLITAINE

ARGENTINE
Buffle murrah
Guanaco

 

MAJORQUE
Chèvre sauvage

GUYANE
Pécari à collier
Capibara
Caïman rouge
Caïmans gris

 

Forums Specialises

GRAND CHELEM FRANCAIS

Cerf élaphe

 

Chevreuil
Mouflon
Chamois
Isard
Sanglier
Blaireau
Renard
Répartition des prélèvements

AUTRES PRELEVEMENTS :

Répartition des prélèvements petits gibiers
Ragondin
Rat musqué

 

Lièvre
Lapin de garenne
Martre
Putois
Vison d'Amérique
Faisan commun
Canard colvert
Foulque macroule
Bécasse
Guyane
Iguane vert
Tourterelle rouviolette
Hocco alector

 

Singe hurleur
Aymara
Argentine
Lièvre
Renard gris
Tinamou élégant