Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 18:29

Ce matin, je suis invité à une battue à Saint Paul de Baïse et j'ai invité mon ami Christophe, nous serons les 2 seuls archers. Après un bon petit déjeuner pris à la salle des fêtes, œufs et ventrèche à la plancha, nous partons nous poster. Les chasseurs de la commune s'occupent de nous poster près d'une palombière. Christophe part avec une ligne et moi avec une autre, je descends par des sentiers aménagés pour accéder à la palombière et nous rejoignons, avec ma ligne, un chemin aménagé entre un petit bois de pins et le grand bois de chênes. Ma ligne se poste le long du chemin et on me confie un poste où je peux m'avancer un peu dans le bois de chênes. Je rentre donc de 4 ou 5 mètres dans le bois pour me poster au pied d'un gros chêne. Le bois descend de la palombière en pente assez prononcée pour former ensuite un replat en rejoignant le chemin. La végétation basse est assez épaisse autour de moi mais me laisse une bonne trouée pour tirer devant moi.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Une très grosse coulée passe juste à ma droite.

Rapidement, les chiens se font entendre et les premiers coups de feu claquent. Au bout d'un moment, le bruit d'animaux au galop dans les feuilles mortes se fait entendre et j'aperçois vite 3 chevreuils, une chevrette et ses chevrillards, descendant sur ma gauche à environ 40 mètres. J'arme mon arc, ils stoppent à environ 25 mètres dans le sale pour écouter alors que les courants se rapprochent en donnant de la voie.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Pas de fenêtre de tir et ils sont un peu trop loin. Ils finissent par repartir mais prennent une coulée parallèle au chemin en s'éloignant sur ma gauche. Les culs blancs disparaissent peu à peu dans la végétation dense et je les perds de vue. Je désarme. Les chiens arrivent mais ne prennent pas la piste des chevreuils, ils biaisent pour glisser plus à gauche et disparaissent eux aussi dans le fourré. Il me semble alors voir quelque chose bouger où s'étaient arrêtés les chevreuils tout à l'heure. L'animal s'est arrêté mais je ne le vois pas bien. Il repart en se coulant dans la végétation et en rasant le sol, je ne reconnais pas tout de suite sa silhouette. C'est en fait un des chevrillards qui revient vers moi. Je réarme mon arc et le suis, il progresse tranquillement en se frayant un chemin dans la végétation à environ 10 mètres. Je le suis dans mon viseur en attendant que le chevrillard se présente dans la trouée en face de moi. Il va se présenter plein travers et mon pin’s se cale mais il bifurque pour prendre la coulée à ma droite et se présente de 3/4 face à environ 8 mètres. Je corrige rapidement ma visée alors qu'il marque un temps d'arrêt et décoche. Touché, il bifurque pour reprendre tranquillement la coulée parallèle au chemin et fais environ 5 mètres avant de s'arrêter. Ses oreilles tournent dans tous les sens, à l'écoute de la battue mais il commence déjà à vaciller et repart pour s'effondrer 5 mètres plus loin en buttant dans une touffe de végétation épaisse. Il se débat un instant au sol puis le calme revient.

Les chiens tournent dans le secteur puis repartent. Plusieurs buses différentes viennent se poser tour à tour à la cime des arbres, en crête, en face de moi avant de repartir, je vais en conter 7 ou 8 durant la battue. Les coups de feu claquent par moment quand les piqueurs annoncent des sangliers. Très vite une grosse menée se fait entendre et des courants arrivent par ma droite, précédés par les geais et les merles. Je finis par distinguer une silhouette noire qui vient droit vers moi mais elle semble petite. Difficile d'identifier à 50 mètres dans la végétation mais alors que l'animal se rapproche, j'identifie une grosse martre et arme mon arc. Elle vient stopper à environ 15 mètres mais juste à gauche de la trouée dans laquelle j'ai tiré le chevrillard. Je ne peux pas assurer ma flèche au travers des branches. Elle tourne la tête pour écouter les chiens puis repars sur la coulée parallèle au chemin et s'éloigne vite. Les chiens arrivent en donnant de la voie, passant grand train sur les traces de la martre. Les autres chasseurs ne comprenant pas ce que les chiens poursuivent, ils commencent à discuter entre eux et je leur annonce la martre. Elle passera à Christophe mais trop loin et trop vite puis passera dans les pins dans notre dos pour se faire mener un bon moment. Des chiens reviendront vers la traque en passant juste au-dessus de mon chevreuil sans y porter attention. Les voies des chiens se font de plus en plus lointaines et le calme s'installe. Au bout d'un moment les chasseurs commencent à se déposter, je pars donc voir mon chevreuil. Je cherche des indices à l'endroit du tir mais ne trouve rien, je pars dans la direction de fuite et trouve une feuille tachée de sang à quelques mètres de l'endroit du tir.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Pas d’autres gouttes en vue, je vais donc droit à mon chevreuil que je retrouve vite mort sur le flanc à l'endroit où je l'avais vu tomber. Un bout de panse ressort par le trou de sortie de ma flèche, juste en avant du cuissot, il a bouché la plaie et stoppé l'hémorragie externe ce qui explique le peu de sang.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Ma flèche est rentrée au niveau des dernières côtes touchant l'arrière d'un poumon et le foie. Je fais quelques photos sur place en attendant le bracelet pour pouvoir déplacer mon chevreuil.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Je pars ensuite chercher ma flèche que je retrouve fichée au sol, quelques mètres après l'endroit où se trouvait le chevreuil. Elle est couverte de sang visqueux de foie.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Alors que nous nous dépostons, une nouvelle menée retenti et nous reprenons vite nos postes mais le calme revient vite avec l'éloignement des chiens. Nous nous dépostons à nouveau et remontons aux voitures puis partons pour la salle des fêtes ou nous devons nous rassembler avant la prochaine traque. En route nous croisons des chasseurs encore affairés autour du bois, les teckels sont encore au ferme avec des sangliers et je ne comprends pas trop pourquoi nous nous dépostons mais nous continuons vers le lieu du rendez-vous où sont conduit les chevreuils et 2 sangliers qui ont été prélevés lors de cette traque. Pendant que certains chasseurs commencent à peler les animaux nous repartons pour une autre traque. Nous allons fermer un grand secteur vallonné et ponctué de bosquets.

Christophe va se poster sur le haut d'un bosquet épais et moi au sommet d'un talus, au-dessus d'un vieux chemin, dans un petit bois tout en long. Christophe est à environ 200 mètres sur ma droite. La traque commence et les chiens donnent au loin, quelques coups de feu claquent puis le calme revient. Au bout d'un moment mon téléphone vibre et je décroche, c'est ma collègue qui m'appelle pour des conseils culinaires pour préparer du sanglier. Nous discutons quelques minutes et je raccroche quand une décoche retentit du côté de Christophe, suivie d'un cri de chevreuil et d'un démarrage. 4 chevreuils sortent sur le découvert, les uns après les autres, aucun ne semble blessé. Ils marquent un temps d'arrêt en se regroupant puis repartent en éclatant 2 par 2 pour fuir en longeant la crête pour certains ou en passant derrière pour les autres. Les chiens arrivent et éclatent sur le découvert en tournant pour recouper la voie des animaux. Ils en font redémarrer un qui s'était calé dans un petit bosquet au bord de la route en contrebas. Le chevreuil fonce vers le bois où je suis posté mais passe très bas et le traverse pour être tiré à la route derrière moi.

Les menées s'estompent et le calme revient, un piqueur arrive avec les chiens pour passer en dessous de moi en lisière du bois puis la fin de traque retentit. Je me déposte pour aller rejoindre Christophe. Il a fléché un magnifique brocard en velours. Sa flèche ayant touché la colonne la laissé sur place et l'animal touché au niveau du coffre est mort assez vite par la suite.

Un chevrillard en battue à Saint Paul de Baïse, 10 décembre 2016

Les chevreuils sont arrivés doucement en se débinant dans la végétation épaisse pour rester immobile durant un bon quart d'heure à environ 20 mètres de Christophe avant de se décider à bouger et que ce brocard se présente dans une fenêtre de tir en contrebas de mon ami. Notre matinée se termine de la meilleure des façons, 2 chevreuils prélevés à l'arc et dans de superbes conditions, sans avoir besoin de faire une recherche au sang. Les quelques chasseurs septiques, qui nous demandaient si l'arc pouvait tuer ce matin, en auront maintenant la preuve.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 21:13

Cette semaine, mon ami Xavier est venu de Guyane pour chasser avec moi dans le Gers et j'ai pris une semaine de congés pour chasser avec lui. Nous avons récupéré 2 bracelets sur la société de Justian/Roques/Lagardère pour chasser le chevreuil. Ce matin Nous partons pour chasser chacun de notre côté. Je me gare sur un petit parking aménagé près d'une zone de vigne. Xavier va chasser le penchant qui redescend vers Roques et moi une grande combe de vignes et de bosquets sur l'autre versant. Nous nous préparons donc près de la voiture puis partons en chasse. Je pars à travers champ pour rejoindre la bordure du bois à un peu plus de 100 mètres en contrebas puis le traverse par un chemin forestier. Rien en vue de l'autre côté, je prends donc à droite, face au vent en longeant le bois. Je rejoins ainsi un secteur de vignes. En longeant le bois, j'arrive en face d'une bande enherbée séparant 2 parcelles de vigne. Je bifurque et remonte doucement cette bande enherbée en surveillant les intervalles entre les rangs qui sont perpendiculaires à la bande enherbée. Pas de chevreuil en vue alors que j'arrive au bout des parcelles, je prends à droite en longeant la largeur de la parcelle suivante. Alors que j'arrive au coin de cette dernière, j'aperçois, à environ 200 mètres, une chevrette et ses 2 chevrillards qui descendent sur la bande enherbée coupée par le milieu par un fossé et qui sépare la parcelle au coin de laquelle je suis de la suivante. Je me fige et m'agenouille doucement juste un peu en arrière du dernier rang, au coin de la parcelle pour observer les animaux. Ils viennent droit vers moi et je décide de les laisser venir. Ils avancent tranquillement en broutant puis, au bout de quelques minutes, prennent un pas plus rapide et je commence à me préparer mais alors qu'ils sont encore à 50 mètres environ, ils s'arrêtent. Les chevrillards reviennent sur leurs pas en broutant puis la chevrette, après avoir surveillé un instant le secteur, les imite. Ils font environ 20 mètres puis bifurquent pour traverser le fossé et se diriger vers la parcelle suivante. Je décide de tenter quelques coups de Butollo mais mes appels provoquent leur fuite et ils rentrent au galop dans la vigne. 

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je quitte mon poste et longe le bas de la parcelle dans laquelle sont rentrés les chevreuils pour tenter de les apercevoir entre les rangs qui sont perpendiculaires à ma progression. Je les aperçois vite, ils sont remontés vers le haut de la parcelle et progressent tranquillement en passant d'un rang à l'autre. J'avance en essayant de ne pas être repéré et tente de remonter rapidement dans un rang après les avoir dépassé mais ils avancent trop vite et débouchent à 50 mètres devant moi. Je me fige et les laisse passer puis tente de les suivre, en passant dans les rangs suivant en passant sous les fils de fers tenant les ceps, alors qu'ils ont disparu derrière le rang suivant. Ils biaisent vers le haut de la parcelle et rejoignent le bord d'un bosquet où je les perds de vue. Je remonte donc vers le bosquet puis le longe doucement vers la gauche. Alors que j'arrive au niveau d'une grosse coulée rentrant dans le bosquet, j'entends démarrer les chevreuils dans le bois. Je presse le pas jusqu'à l'angle de ce dernier et arrive en même temps que les chevreuils. La chevrette est déjà passée, un chevrillard sort à découvert entre la vigne et le bosquet et s'arrête plein travers à environ 30 mètres en me regardant puis démarre rapidement pour disparaître dans la vigne suivit par le second chevrillard qui surgit alors du bosquet et fonce sans s'arrêter pour suivre son compère. Je tente de les apercevoir en longeant le bas de la vigne mais ils ont filé. 

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je fais donc demi-tour et reviens au coin du bois pour le contourner pour éviter une habitation et son chien un peu plus loin. Je suis la bande enherbée qui sépare les vignes du bois tout en serrant la vigne pour surveiller les intervalles entre les rangs. Je n'ai pas vu de chevreuil alors que j'arrive au bout du bois et décide de tenter un petit coup de Buttolo dans un angle rentrant du bois côté habitation, où j'ai souvent fait venir des chevreuils à l'appeau. Je reviens donc en arrière par l'autre côté du massif en surveillant toujours la vigne quand, à mi-chemin de mon poste, un mouvement me fait stopper net. 2 chevreuils viennent de sortir sur le chemin qui sépare le bois des vignes et m'observent à environ 40 mètres. Ils font vite volte-face et rentrent au bois.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je m'avance doucement jusqu'à l'endroit où ils sont rentrés, cette ancienne coupe encore assez claire aurait pu me permettre de les voir mais ils sont déjà loin. Le soleil levant éclaire de ses rayons dorés le paysage automnal et le parterre de bruyère.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je poursuis jusqu'à l'angle du bois et y rentre de 10 mètres par une grosse coulée pour m'y poster. Le bois assez épais sur ma gauche se dégage sur ma droite.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je commence une série de petits appels brefs et, presque immédiatement, il me semble entendre arriver un ou des animaux sur ma gauche. Je me prépare et prends mon Buttolo dans ma main d'arc pour pouvoir appeler tout en armant mon arc en le pressant contre la poignée d'arc. Je relance quelques appels et immédiatement 2 chevreuils arrivent au galop. J'arme et stoppe mes appels. Le premier, une chevrette, s'arrête à quelques mètres devant moi mais sa zone vitale est masquée par des branchages. Le second, un gros chevrillard mâle, s'arrête un peu plus en arrière dans la végétation. Je redonne un coup de Buttolo, la chevrette s'élance sur environ 10 mètres mais le vent me trahit et elle fait demi-tour et fuit à toutes pattes dans le bois. Le chevrillard n'a pas bougé et ne comprend pas ce qu'il vient de se passer. J'aligne ma visée dans sa direction mais il démarre et part dans mon dos en direction des vignes pour s'arrêter de 3/4 arrière à environ 20 mètres. J'aligne ma visée et décoche mais ma flèche heurte une brindille et dévie en claquant dans les branches. Le chevrillard démarre et s'enfuit. Je pars chercher ma flèche et d'éventuels indices mais ni sang ni flèche, j'ai manqué mon chevrillard et perdu ma flèche.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je ressors donc du bois et pars jeter un coup d'œil, au cas où, en bordure de la vigne, mais pas de sang non plus. Je traverse la vigne pour rejoindre le grand bois que je longeais au départ, ce matin. Alors que j'arrive à 30 ou 40 mètres du bois, j'aperçois furtivement 2 ou 3 chevreuils rentrant à couvert.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Une fois les chevreuils à couvert, je m'approche tranquillement du bois et tente de les apercevoir au travers des branchages sans succès. Je rentre doucement dans le bois, d'environ 10 mètres, et me poste puis commence une série d'appels au Butollo. Assez rapidement le pas des chevreuils se fait entendre et je finis par apercevoir les animaux qui viennent vers moi mais en biaisant vers ma gauche. Ils s'arrêtent régulièrement et je les guide avec des appels espacés en tenant mon appeau contre ma poignée d'arc, prêt à armer. Les chevreuils arrivent sur ma gauche et se plantent à environ 15 à 20 mètres dans une zone de végétation trop dense pour espérer placer une belle flèche et mes appels n'y changeront rien, ils ne veulent pas se rapprocher d'avantage. Ils finissent par se débiner en me contournant pour me prendre au vent et je les perds de vue sur ma droite dans le bois. Ne les voyant  ni ne les entendant plus, je quitte mon poste et les fais démarrer à environ 40 ou 50 mètres.   

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je ressors du bois et le longe pour rejoindre un fossé que je suis pour atteindre un petit lac au coin d'un bois qui rejoint la route de Valence de Baïse. Je longe le bois par la gauche pour rejoindre un passage de débardage qui rentre dans le massif et m'avance à la recherche d'un poste quand mon téléphone vibre, c'est Xavier. Je décroche et nous discutons un peu, je pensais qu'il avait fléché mais il voulait juste me raconter un peu sa chasse. Nous raccrochons et j'hésite un peu à me poster vu que les chevreuils ont dû m'entendre parler mais je décide de tenter tout de même le coup. Je rentre d'environ 20 mètres dans le bois et me cale au pied d'un arbuste très ramifié qui me cache un peu. Le sous-bois est assez dégagé devant moi

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

et sur ma gauche.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016
Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je commence mes appels, assez vite du bruit m'interpelle sur ma gauche. Je continue à appeler et ne tarde pas à voir une chevrette et son chevrillard arriver droit sur moi. Je me répare à armer et prends mon appeau dans ma main arc pour continuer à appeler. La chevrette s'avance tranquillement vers l'arbuste qui me la masque pour l'instant puis elle bifurque et se présente presque plein travers, j'arme mon arc. Le chevrillard reste en arrière. Elle avance en me cherchant du regard et se présente avec un léger 3/4 avant à environ 8 mètres, ma visée se cale derrière l'épaule et je décoche. Touchée au cœur la chevrette démarre sur quelques mètres en poussant un cri puis se met à ruer en tournant sur place autour d'un petit arbuste tout en gémissant et en perdant énormément de sang puis part en titubant pour s'écrouler à peine un peu plus loin à vue. Elle a fait à peine 20 mètres.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je m'avance vers la zone du tir. Dès l'impact, je trouve énormément de sang et du poil.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je trouve à quelques mètres ma flèche cassée côté empennage.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

La piste de sang est très spectaculaire.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016
Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016
Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016
Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016
Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

En arrivant près de ma chevrette, je constate que la flèche a cassé l'os du cuissot après être ressortie basse en arrière des côtes.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

J'appose mon bracelet avant une petite série de photos souvenir. En entrant au niveau du cœur, ma flèche a bien entaillé les muscles de la patte avant, presque jusqu'à l'os.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Je retrouve l'autre partie de ma flèche en suivant à nouveau la trajectoire de fuite, elle était calée au pied d'un tout petit arbuste. Je charge ma chevrette sur l'épaule après lui avoir attaché les pattes et reviens vers la voiture pour attendre l'appel de Xavier quand il aura fini sa chasse.

Je charge mon chevreuil dans la voiture et attends un moment près de la voiture. Xavier finit par m'appeler pour me dire qu'il remonte puis un peu plus tard pour me dire qu'il est un peu plus loin au bord de la route. Je pars donc le chercher et lui propose d'essayer de lui faire flécher son premier chevreuil en le lui appelant à l'appeau. Nous partons donc nous garer un peu plus loin pour tenter d'appeler près de la route dans un bois où je pense trouver des chevreuils vus cet été. Je me gare au bord de la route au niveau d'un ponton sous lequel passe un ruisselet bordant les bois de part et d'autre de la route.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Nous partons vers le bois de l'autre côté de la route puis commençons à y rentrer par une grosse coulée mais un bruit de tronçonneuse se fait entendre dans le massif. Nous faisons donc demi-tour et retournons vers la voiture pour descendre le talus de la route pour nous enfoncer un peu dans la bande de bois qui rejoint le secteur que j'ai chassé ce matin. Le pied du talus est miné par de nombreux terriers de blaireaux très fréquentés et nous nous avançons par une de leur coulée très marquée et dégagée pour chercher un poste le plus silencieusement possible. Nous nous arrêtons près d'un arbre tombé et je laisse à Xavier le soin de se trouver un bon poste. Je reste en retrait d'environ 10 mètres pour appeler et tenter de focaliser l'attention des chevreuils et les faire se présenter plein travers à Xavier. J'attends le feu vert de Xavier qui s'est posté puis commence à appeler. Après un court instant, il me semble entendre arriver des animaux et, rapidement, je vois que Xavier se prépare. Je continue à appeler mais espace mes appels. Le bruit se rapproche mais, de ma position, je ne peux pas voir les chevreuils. Xavier a armé, j'arrête mes appels, il vise un instant puis décoche. J'entends, sans le voir, l'impact de sa flèche dans l'animal. j'entends démarrer le chevreuil puis le calme reviens et je m'avance un peu mais Xavier me fait signe de ne pas bouger.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Le chevreuil qu'il voyait encore a redémarré et est rentré dans le sale. Je reste un instant sans bouger puis rejoins mon ami doucement. 2 ou 3 chevreuils sont arrivés et Xavier a fléché le mieux placé qui était la chevrette. Il n'a pas bien vu son atteinte, nous attendons un peu à l'écoute puis partons chercher sa flèche et des indices. Xavier trouve une grosse touffe de poil à l'impact mais sa flèche est introuvable. Je me concentre sur le sang et trouve rapidement la piste qui est bien marquée. Je commence à la suivre et rentre dans le sale alors que Xavier contourne dans une zone moins dense. Tout à coup, il me semble entendre une respiration forte et pénible devant moi et je l'annonce à Xavier mais le sang continue et nous conduit bientôt juste à l'endroit où se trouvait Xavier lors du tir. La chevrette a attendu notre départ pour y passer. Je laisse continuer la recherche à Xavier tout en le suivant, la piste s'enfonce dans les fragons et des zones de salle en longeant le ruisseau qui borde la lisière à notre droite. Le sang très abondant au départ l'est maintenant beaucoup moins mais nous arrivons tout de même à le suivre sans trop de difficultés. Environ 300 mètres après l'endroit du tir, la piste traverse le ruisselet qui fait un virage vers l'intérieur du bois et alors que nous remontons sur l'autre berge, la chevrette démarre devant nous dans le fragon. Il m'a semblé que son poil était collé par le sang au milieu de son flanc. Je décide d'arrêter là notre poursuite et appelle Adrien, pour qu'il vienne avec Igor faire la recherche. Je pense que la chevrette ne se sera pas couchée bien loin. Nous retournons vers la voiture et cherchons encore un peu la flèche de Xavier sans succès (nous la retrouverons le lendemain à environ 50 mètres de l'endroit du tir, en lisière du bois). Nous partons chez le président de la chasse pour peler et vider ma chevrette et l'informer que Xavier a vu des sangliers ce matin. A notre arrivée, il rentre tout juste avec quelques chasseurs, ils ont tué un sanglier ce matin et décide de faire une petite battue sur le secteur indiqué par Xavier. Il nous invite à rester manger avec eux et une fois ma chevrette dépecée et vidé nous mangeons un bout. Adrien devant arriver vers 14h30, je lui donne rendez-vous à Lagardère et y conduit Xavier avant de partir pour la battue. Xavier nous rejoindra une fois sa chevrette retrouvée.

Les consignes données, je pars me poster au bout de la bande boisée où Xavier a vu les sangliers. En allant me poster, je croise une forte odeur de sanglier en descendant un talus boisé qui fait suite au haut du bois. Les chasseurs se postent aux alentours et les chiens se font vite entendre. Des bruits de pas devant moi retentissent et je me prépare mais les animaux glissent dans le sale et sortent plus haut. Ce sont 3 chevreuils. Au bout d'un moment, c'est un lièvre qui déboule à ma droite et sort sur le champ. Les chiens arrivent sur moi, les sangliers ne sont pas restés là. Nous décidons de faire une seconde petite traque au niveau d'un bosquet d'épines très dense, juste sous le village de Roques. Je pars me poster au bord d'un chemin de terre qui traverse le bosquet. Je coupe quelques branches pour pouvoir bouger et tirer dans l'épaisse végétation. A peine les chiens arrivent, ils lancent les sangliers et 2 ou 3 sangliers partent vers le village dans une zone où personne n'est posté. Les chiens partent à leur poursuite et le bosquet se calme un moment jusqu'au retour des chiens qui lancent à nouveau puis se mettent au ferme à environ 40 mètres au-dessus de moi près du chemin qui tourne à gauche à cet endroit. Ne pouvant pas vraiment suivre la chasse de mon poste je décide de sortir sur le chemin et m'avance vers le ferme. Le sanglier démarre, j'arme mon arc et le suis. Je l'aperçois dans un clair sur ma droite mais il passe trop vite et l'encombrement des branches empêche un tir raisonnable, il était bien noir et devait faire dans les 50 kilos. Je désarme et descends le chemin pour tenter de le recouper plus bas mais les craquements s'arrêtent devant moi sans que je puisse voir l'animal au travers des épines. Les chiens arrivent et font sortir un sanglier sur la droite du bois. Les tirs résonnent et le sanglier est tué, c'est une petite bête rousse. Les piqueurs arrivent et les chiens se remettent au ferme juste à côté de l'un d'eux, à l'endroit où était le sanglier qui vient d'être tué. Un autre sanglier surgit près du piqueur et vient vers moi. Je l'aperçois à peine, il est à 2 mètres devant moi dans les épines. J'arme mon arc pour le suivre mais impossible de trouver une fenêtre de tir. Sa progression bruyante cesse d'un coup et je n'arrive plus à le voir. Après quelques secondes, il surgit à 20 mètres sur ma gauche et franchit le chemin pour descendre le penchant assez raide vers la route. "Attention à la route".  Je désarme. Les chiens se lancent à sa poursuite et un chasseur stoppera sa course un peu plus bas. Xavier qui a retrouvé sa chevrette arrive par le haut du village où 2 sangliers lui passent devant la voiture d'Adrien au niveau du panneau d'entrée de Roques où il décide de se poster. Malgré les efforts des piqueurs et des chiens, les autres sangliers ne voudront pas sortir et nous stoppons la battue.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Xavier et Adrien ont retrouvé la chevrette quelques dizaines de mètres après qu'elle se soit relevée. Elle avait succombé à ses blessures. La flèche de Xavier était très basse et trop en arrière mais elle tout de même fait son boulot.

Alex / Xavier, 1 partout, 14 novembre 2016

Alex

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 22:25

Ce soir, j'ai décidé d'aller chasser le secteur en dessous du lac et peut être me poster en bordure du grand bois, sur le passage des chevreuils entre le bois et le bosquet si le vent me le permet. Je gare ma voiture sous la digue du lac, attrape mon arc et contrôle le vent. Il souffle vers le lac.

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

Ayant repéré 4 chevreuils autour du maïs hier soir, je décide de commencer par chasser à bon vent les passages de canon un à un. Je progresse doucement jusqu'au bout du premier puis reviens sur mes pas et passe au second avec le même procédé puis longe le troisième sans voir le moindre chevreuil. Au bout du troisième passage, je ressors sur la bande enherbée et redescends tranquillement vers le coin du bois, passe le passage busé qui enjambe le ru et remonte en longeant le bois vers l'endroit d'où je vois parfois sortir les chevreuils du bois.

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

La bordure interne du bois est bordée par une sorte de ruisseau asséché encaissé de 3 à 4 mètres et dont les versants sons assez pentus. Je rentre dans le bois par un passage de gibier et tente de trouver un poste adapté avec assez de visibilité tout en restant suffisamment camouflé sur le penchant côté lisière mais le sol sec est très bruyant et je dois vite choisir mon poste pour ne pas trop déranger le secteur. Une fois posté, je m'ennuie très vite et me dit que j'ai fait trop de bruit en me postant. Je ne sens pas cette position. Je quitte donc mon poste et finis de remonter vers la crête en suivant le bois. Je progresse maintenant tranquillement en suivant la crête sur un champ labouré à 30/30 mètres du bois à ma gauche. Le penchant de droite est un champ travaillé. Je rejoins une petite haie éparse qui borde une friche. Je passe la haie et m'avance dans la friche tranquillement en longeant la haie épaisse qui longe la crête et en surveillant le penchant à ma gauche. La bande de friche descend vers le ri tour en bas dans la combe. Tout à coup, j'aperçois un chevreuil à environ 350 mètres dans une friche en contrebas, sous un petit bois qui descend de la crête.

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

L'approche semble impossible au premier abord mais je décide de tenter le coup. Je décide de longer doucement la haie pour rejoindre le bord du bois et tenter de descendre en le suivant pour me rapprocher du chevreuil. J'avance doucement en longeant la haie dans la végétation basse en stoppant quand le chevreuil redresse la tête et regarde autour de lui. J'arrive ainsi facilement à 50 mètres du bois mais la végétation devient alors très dense, l'herbe haute est entremêlée de ronces rampantes et de plantes ligneuses. Ma progression dans cet enfer végétal sera trop bruyante et je me ferai très vite repéré, je cherche vite un plan de secours et constate qu'une sorte de fossé longe cette friche de végétation haute jusqu'à une parcelle de blé clairsemée qui n'a pas été moissonnée à cause de sa piètre qualité. Elle fait suite à la friche où se trouve le chevreuil et ce dernier semble se diriger vers cette culture. Je m'engage baissé sous le niveau de la végétation dans ce fossé et commence à descendre tout doucement. Rapidement le fond du fossé se tapisse de ronces et je lutte avec ces dernières pour ne pas les faire crisser. Chaque pas à moitié accroupis est une lutte et je dois souvent aider mon pied à la main pour lui faire passer les ronces ou les dégager. Petit à petit, je progresse alors que le chevreuil s'avance toujours vers le blé, très lentement, pas à pas, en broutant. Alors qu'il ne me reste que 15 mètres pour arriver au bout du fossé, une zone de végétation plus basse complique ma progression qui devient un peu trop bruyante à cause des ronces. Le vent soutenu qui vient de ma droite couvre un peu ma progression mais le chevreuil qui semble être un brocard commence à lever régulièrement la tête pour regarder vers moi. Je dois rester de longs moments immobile, parfois dans des positions peu confortables mais à chaque fois il se remet à brouter et continue à avancer. La zone claire passée, je me cale derrière une touffe de végétation à moins de 10 mètres du bout du fossé alors que le brocard regarde à nouveau vers moi, il est à environ 150 mètres et me fixe de longues secondes. Je tente d'imiter un chevrillard en soufflant par à-coups entre mes lèvres gonflées mais le son émis est trop faible. Au bout d'un moment, je décide de tenter d'avancer à 4 pattes dans le fossé et de gagner les derniers mètres sans m'arrêter car la luminosité commence à baisser. Le brocard se remet à brouter avant que j'arrive au bout du fossé mais commence à biaiser vers le ru en contrebas.

Je m'assois sur une grosse motte de terre, derrière une touffe de végétation, au bout du fossé près du blé et l'observe. Je ne peux plus avancer sans être vu car le blé ne me camouflera pas suffisamment et les pailles cassantes sont trop bruyantes. Je tente des aboiements, le brocard lève la tête et regarde un moment vers moi, j'aboie à nouveau, il ne bouge pas, j'insiste, il s'avance d'un pas dans ma direction et se remet à brouter. J'attends un peu et aboie à nouveau, il redresse la tête puis fait à nouveau un pas vers moi et se remet à brouter. Je poursuis ainsi mes aboiements espacés et le brocard, entre 2 prises de nourriture, se rapproche tranquillement jusqu'au bord du blé. Il est maintenant à 100 mètres environ et la luminosité baisse vite, il ne me reste plus trop de temps. J'aboie à nouveau, il regarde un moment vers moi, j'insiste et cette fois il s'avance et commence à biaiser vers moi dans le blé. Il avance tranquillement tout en s'arrêtant régulièrement pour chercher ce chevreuil qui aboie. Je le laisse chercher et allume la petite lumière qui éclaire le pin's de mon viseur. Le chevreuil avance de quelques mètres, s'arrête, regarde, repars, s'arrête à nouveau... la distance diminue peu à peu, il n'est plus qu'à 30 mètres, je monte doucement mon arc, il passe en dessous de moi puis remonte un peu comme pour tenter de recouper le vent puis baisse la tête dans le blé. Il est à environ 25 mètres mais je n'aurais pas de meilleure occasion vue la luminosité. J'arme, cale ma visée, bizarrement je suis très confiant malgré la distance et décoche. Un crac retentit alors qu'il me semble voir une petite étincelle sur le chevreuil et ce dernier disparaît dans le blé.

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

Le temps de me rendre compte qu'il est tombé, je me redresse et cours vers lui, alors que je l'entends se débattre au sol, pour éviter de le voir se relever et m'échapper. A mon arrivée, il finit de mourir. Ma flèche lui a cassé les 2 omoplates et il a cassé ma flèche dans sa chute, seul un petit bout de tube dépasse de son épaule. 

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

Je récupère les morceaux de ma flèche et appose mon bracelet, ma lame mécanique n'a même pas réussi à traverser l'animal et s'est arrêtée sous la peau côté opposé au tir. Je viens de boucler mon dernier bracelet de tir d'hiver et je ne suis pas prêt d'oublier cette superbe partie de chasse. La nuit s'installe, il est temps de rentrer avec mon chevreuil sur l'épaule.

Un très grand moment de chasse, 11 octobre 2016

Alex

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 21:47

Ce soir, je décide d'aller me poster dans un petit bois autour duquel j'ai vu quelques chevreuils lors de mes sorties, j'ai repéré un endroit par lequel ils sortent régulièrement. Je me gare sous la digue du lac quand j'aperçois, sur ma gauche, 2 chevrillards qui foncent droit sur moi en longeant le ru du déversoir du lac par la droite. Ils bifurquent à environ 60 mètres, traversent le ru et rentrent dans le maïs. La chevrette arrive derrière et un brocard venant du maïs traverse le champ travaillé, s'arrête un moment pour regarder autour de lui en lisière du bois à environ 300 mètres puis rentre à couvert. La chevrette bifurque à environ 200 mètres et remonte dans le champ travaillé où je la perds de vue dans un creux du champ.  Je sors de ma voiture et attrape vite mon arc puis pars jeter un coup d'œil au premier passage de canon pour essayer de recouper les chevrillards. Pas de chevrillard en vue, je retourne vers le ru et commence à le longer quand la chevrette réapparaît et vient vers moi. Je traverse doucement le ru alors que la chevrette en fait de même à environ 100 mètres. Elle disparaît derrière un léger virage du maïs et j'en profite pour tenter une approche en surveillant la bordure du maïs pour tenter de voir les chevrillards. Le vent soutenu souffle face à moi et agite bruyamment le maïs. Pas de chevrillard en vue et arrivé au virage du maïs, pas de chevrette non plus. Je continue à avancer un peu en pressant le pas pour rejoindre un passage busé et traverser le ru mais je m'empêtre les pieds dans une branche coincée dans l'herbe et me retrouve projeté au sol face contre terre. Dans ma chute, je parviens à mettre mon arc de côté et à ne pas le taper trop fort au sol. Je me relève et récupère mon arc qui ne semble pas avoir souffert puis m'avance vers le passage quand un chevreuil démarre à quelques mètres de moi, en bordure du maïs sans que je puisse le voir. Je retourne jeter un coup d'œil aux passages de canon sans succès. Je décide de revenir à mon idée première mais l'heure a bien tourné et je reprends ma voiture pour gagner un peu de temps. Je me gare sur la bande enherbée après le lac et pars en direction du petit bois situé un peu plus loin sur la droite du grand bois longé par le ruisseau d'alimentation du lac. Je longe un moment le ruisseau puis biaise en direction du bois au travers d'une friche de plantes sèches et éparses. Arrivé près du bois, je le longe un peu jusqu'à arriver en face une zone de bois clair dont le bas est barré par un gros bourrelet de ronces. Cette zone est suivie d'un taillis épais où se remisent souvent les animaux. Au bout du bourrelet de ronce, un passage me permet de rentrer dans le bois et je choisis de me poster sous un vieux saule dont une grosse branche cassée par le vent et retombée sur le roncier dernière lui. Je me poste donc derrière ce gros arbre en aménageant une niche dans le roncier à l'aide de mes sécateurs. Je me positionne dos aux ronces et nettoie le sol avec mon pied pour le débarrasser des débris végétaux craquants. Le vent vient de ma droite et balaye le bas du bois, plusieurs grosses coulées descendent vers l'entrée que j'ai prise pour rentrer dans le bois, une autre très marquée passe à 10 ou 12 mètres de moi derrière le saule. Le bois clair, derrière et à gauche du saule, qui descend vers moi me permet de voir à environ 40 mètres, sur la droite du saule commence le taillis épais et la végétation bien que fournie derrière moi me permet de voir le pré à ma droite et un bout de haie dans mon dos.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

Sur la gauche du saule ma vue est assez dégagée et me permet de voir arriver les animaux sur environ 30 à 40 mètres.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

L'attente commence, rythmée par les allées et venues des grives et merles venant manger les mûres des ronces poussant sur les branches du saule, du passage des petits passereaux et de quelques geais. Vers 19 heures, du mouvement attire mon regard à environ 30 mètres dans la pente, au milieu des arbres sur la gauche du saule. J'identifie vite les pattes d'un chevreuil dont le corps est caché par les branchages. Il s'avance en mangeant les glands au sol. Sa tête finit par se dégager, c'est une chevrette. Elle n'est pas suitée, elle avance doucement, s'arrêtant à chaque pas pour manger les glands au sol. Je reste immobile et l'observe, elle finit par biaiser un peu vers moi et se rapprocher toujours au même rythme de quelques mètres. Elle bifurque ensuite et semble et se retourne pour descendre doucement comme pour prendre la coulée sortant à ma gauche. Elle se rapproche très lentement mais à environ 20 mètres, elle bifurque encore et repars pour passer derrière le saule. Elle regarde par moment autour d'elle, je peux entendre craquer les glands sous ses dents. Petit à petit, elle descend un peu plus et rattrape une coulée qui contourne le saule à environ 10 ou 12 mètres de ma position pour ressortir dans le pré sur ma droite. Je la perds de vue un moment derrière le tronc du saule. Le temps passe et elle ne ressort pas, je me penche doucement à gauche et à droite jusqu'au l'apercevoir. Elle s'est tournée comme pour revenir sur ma gauche et mange au sol. Au bout d'un moment, elle se rapproche un peu puis repars à droite. Je l'observe au travers des branches du saule quand elle relève la tête et regarde vers moi un moment. Je reste immobile et elle finit par détourner le regard et se remettre à avancer. Elle est plein travers à environ 12 mètres et s'avance pas après pas vers une petite fenêtre entre 2 grosses branches du saule. Je décide de tirer si elle s'arrête dans cette fenêtre. Elle avance encore, encore 1 pas, elle mange plein travers, mon arc est monté, prêt à être armé, encore 1 pas et son coffre se présente dans la fenêtre, elle mange tête basse, j'arme doucement mon arc et prends la visée sur son coffre. Je décoche, l'impact retentit et la chevrette fait volte-face pour repartir en remontant d'où elle est arrivée avec un bruit humide venant de son coffre.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

C'est bon signe, la chevrette perdue de vue, je suis sa fuite à l'oreille. Un fracas retentit puis la fuite reprend avant un second fracas et un bruit d'animal se débattant au sol. Le calme revient vite. Je quitte mon poste et pars chercher des indices et ma flèches sur l'endroit du tir mais  ne trouvant ni l'un ni l'autre, je suis la trajectoire de fuite de la chevrette vue depuis mon poste pour trouver les premières gouttes de sang environ 20 mètres plus loin.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

La piste est peu abondante et difficile à suivre sur environ 40 mètres après les premiers indices. Le terrain est dégagé et la chevrette semble suivre une grosse coulée qui suit la courbe de niveau. Les gouttes sont petites et espacées. La piste s'intensifie un peu ensuite mais reste peu abondante pour une atteinte de coffre.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

La luminosité baissant, je m'aide un peu de ma frontale pour suivre la piste qui suit toujours la coulée qui rentre dans des fragons. Un peu plus loin, le chevreuil a sauté une grosse branche sur laquelle il a laissé du sang et je le retrouve quelques mètres plus loin, mort sur le flanc sous une branche. Il a fait environ 100 mètres.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

Je dégage ma chevrette et appose mon bracelet. Ma flèche rentre en arrière du coffre (foie), en arrière du point de visée et ressort derrière l'épaule (poumons) au milieu du coffre.

Une chevrette à l'affût, 10 octobre 2016

Je retournerai chercher ma flèche et la retrouverai plus à gauche et plus loin dans le bois que ce que je le pensais, environ 30 mètres après l'endroit du tir.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 21:05

Ce soir, je décide de repartir chasser autour du tournesol où j'ai manqué le beau brocard en espérant le revoir. Je me gare sous la digue du lac, le longe et passe la maïs pour continuer en longeant le ruisseau d'alimentation. Le vent est quasi inexistant et face à moi. Alors que je progresse dans la grande friche, j'aperçois, par-dessus la haie qui barre le fond de la parcelle et relie le grand bois à un bosquet 150 mètres plus à droite, une chevrette qui se débine en remontant une petite friche en bordure d'une bande boisée étroite contre laquelle je la perds de vue.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

Je continue vers la haie puis commence à la longer en direction du bosquet pour rejoindre un passage permettant de la traverse. Une autre chevrette démarre dans la friche près du bosquet et y rentre. Je marque un temps d'arrêt pour la regarder fuir puis me remets en marche quand un léger mouvement attire mon regard dans la friche, environ 50 mètres plus loin. Je me fige et observe, je pense qu'il s'agit d'une autre chevrette. Je me baisse et tente de m'approcher doucement. Il me semble voir 2 dos de plus dans la friche quand la chevrette démarre et entraîne ses 2 chevrillards vers le bosquet.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

Je traverse la haie par le passage puis reviens vers la bordure du bois que je longe pour rejoindre la haie suivante derrière laquelle se trouve le tournesol. Je la passe par le passage de gibier et longe doucement les tournesols en suivant la haie sur la bande enherbée tout en surveillant la culture. En arrivant au bout des tournesols, je fais démarrer un animal dans la culture au niveau d'une zone épaisse mélangée d'herbes hautes. Je n'arrive pas à identifier l'animal jusqu'à ce qu'à 20 mètres, il s'arrête et se redresse. C'est un jeune brocard, il regarde vers moi en position 3/4 arrière et je reste immobile puis il se débine en suivant le rang. J'arme mon arc et le suis dans mon viseur. Il stoppe 5 mètres plus loin et se repositionne de 3/4 arrière pour regarder vers moi. Mon viseur est calé, je décoche alors que ce n'est habituellement pas ma distance de tir. Ma flèche frappe le chevreuil qui démarre en trombe. Je le perds un moment de vue dans les tournesols puis l'aperçois alors qu'il passe dans un rang et le perds aussitôt de vue juste avant de l'entendre tomber dans un grand fracas. Le calme revient, Je me revisionne le tir pour identifier la trajectoire de ma flèche.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

Je pars chercher ma flèche que je retrouve facilement, plantée au sol. Elle est couverte de sang.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

Je trouve vite du sang et des poils sur un pied de tournesol à proximité de ma flèche.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

La piste est ensuite assez facile à suivre et souvent bien fournie, composée de gouttes au sol et de frottés sur les pieds de tournesol.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

Elle remonte dans le tournesol puis bifurque à gauche et je tombe sur mon chevreuil mort sur le flanc qui a couché quelques pieds de tournesol dans sa chute, d'où le bruit de fracas entendu. Il a fait à peine 50 mètres, de la mousse rouge sort de la plaie d'entrée de ma flèche, signe d'une atteinte pulmonaire.

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

J'appose mon bracelet et fais quelques photos souvenir

Un petit brocard dans les tournesols, 15 septembre 2016

avant de le descendre près de la haie. Je le cache dans la végétation puis pars faire le tour du tournesol mais le grand brocard n'est pas là ce soir. Je reviens à mon chevreuil, lui attache les pattes et le charge sur mon épaule puis repars vers ma voiture. En passant, je pose mon chevreuil et fais le tour de la parcelle de maïs sans rien voir puis retourne à ma voiture. Il est encore tôt mais je décide de rentrer.

 

Alex

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 22:15

Ce soir, le Gers est en alerte orange aux orages, le ciel est très couvert et le vent souffle fort, un temps idéal pour aller faire de l'approche, je pars donc pour Labéjan, sur le secteur où j'ai fait mon ouverture. Je me gare sous la digue du lac puis pars en longeant le lac, passe le maïs et poursuis en longeant le ruisseau d'alimentation en direction d'une parcelle de tournesol où j'ai vu un beau brocard lundi matin. Le vent fort est face à moi mais tourne par moment pour venir de ma droite. Je longe le champ travaillé qui suit le maïs puis arrive dans une grande friche asséchée d'où j'aperçois à environ 400 mètres, un chevreuil entrain de glaner quelques repousses dans un champ travaillé près du ruisseau qui alimente le lac plus en aval. Approcher par la friche, en longeant le bois qui borde le ruisseau me semble compliqué car il me faut également passer une haie épaisse et perpendiculaire au ruisseau dont le seul passage pour la traverser est à 150 mètres du cours d'eau. Je décide de tente l'approche par le lit encaissé et asséché du ruisseau à l'intérieur du bois. J'avance assez vite en espérant que les bruits de ma progression seront couverts par le vent fort mais alors que le sol est d'abord assez silencieux, un encombrement de feuilles sèches et brindilles couvrant le sol rendent l'approche plus bruyante alors que je me rapproche à l'aveugle de l'endroit où devrait se trouvé le chevreuil. Je tente sans succès de l'apercevoir au travers des arbres. Je dois me rendre à l'évidence, j'ai opté pour la mauvaise solution d'approche et le chevreuil a disparu quand j'arrive en face de l'endroit où il devrait se trouver. Je biaise vers l'intérieur du bois pour récupérer un chemin forestier moins bruyant que ce sol desséché et le suis pour ressortir dans le champ travaillé, 100 mètres après où se trouvait le chevreuil. Je suis encore un peu le bois et arrive contre une haie perpendiculaire qui sépare ce champ du grand champ de tournesol.

Je suis un peu la haie et rejoins un passage très fréquenté par le gibier pour la traverser. Le sol y est maqué de nombreuses empreintes de chevreuils et sangliers qui ont mis le sol à nu avec leurs passages répétés. Je passe de l'autre côté de la haie et commence à suivre le bord du champ alors que le vent tournant est maintenant dans mon dos. J'avance tranquillement en surveillant la culture mais arrive au bout du champ sans voir de chevreuil. Je suis en suite le fond du champ qui remonte vers la crête de la colline et 2 petits bosquets en série. Toujours pas de chevreuil, les 2 bosquets sont séparés par une bande de tournesols qui remonte vers la crête et suivant le premier bosquet et passe derrière le second moins étendu. Le second bosquet passé, je remonte vers la crête en suivant le tournesol vers l'endroit où se trouvait le brocard lundi. Il n'est pas là ce soir mais du haut du champ, j'aperçois, dans la combe de luzerne qui délimite les tournesols, à environ 150 mètres, en bas du champ, un chevreuil au gagnage. Un gros arbre feuillu poussant au bord du fossé qui longe le tournesol me cache la tête du cervidé. Je me décale doucement à droite pour que l'arbre masque un peu plus ma progression et commence à descendre dans la culture quand le chevreuil qui est un brocard, fonce vers le tournesol à gauche de l'arbre, franchit le fossé et rentre à couvert dans la culture. Le vent fort face à moi est une bénédiction, je descends doucement en me faufilant entre les tournesols tout en surveillant bien les environs. Tout à coup, j'aperçois une feuille de tournesol bougeant anormalement par rapport aux autres agitées par le vent à environ 20 mètres en contrebas. Je me fige et observe, c'est alors que j'aperçois la tête du brocard broutant la feuille, c'est un joli 6 pointes. Je me baisse doucement et continue très lentement mon approche mais alors que j'ai gagné 5 mètres, le brocard se retourne et passe plein profil pour s'éloigner sur ma gauche. Je le perds vite de vue et tente de biaiser pour le recouper quand je l'aperçois à nouveau, plein travers, tête basse en train de manger au milieu des tournesols assez épais à cet endroit. Je me décale un peu et me rapproche très lentement jusqu'à 10 mètres. Arme mon arc et tente de trouver une fenêtre de tir entre les tournesols avant de décocher mais ma flèche touche un pied de tournesol qui la dévie et la fait passer à côté du brocard qui fait volte-face et fonce pour ressortir de la culture et s'arrêter plein découvert à environ 40 mètres. Il n'a pas compris ce qui vient de se passer et revient de quelques pas vers le tournesol mais m'aperçois, alors que je tente de réencocher, et fuit, traverse le fossé d'un bon, traverse la luzerne et s'arrête au bord du bois, regarde autour de lui un court instant puis rentre tranquillement à couvert.

Je pars chercher ma flèche dépité et la contrôle. Aucun indice, rien non plus sur la trajectoire du chevreuil, c'est manqué. C'est rageant mais je préfère ça à une blessure. Je remets ma flèche au carquois et retourne vers les maïs. Le vent souffle dans mon dos vers la digue du lac, je décide donc de longer le bas du champ, en bordure du lac pour attaquer les passages de canon à bon vent. Ne voyant rien sur le premier, je passe au second où je m'engage doucement en regardant de part et d'autre entre les premiers rangs qui sont perpendiculaires au passage. Le vent souffle très fort avec de très grosses bourrasques. Tout à coup, alors que je suis à mi-passage, un chevreuil s'avance à découvert sur la gauche du passage, il est à environ 70 mètres. Je me plaque vite contre le maïs et me fige. Il ne m'a pas vu, c'est un jeune brocard. Je passe derrière le premier rang de maïs parallèle au passage et avance rapidement en direction du chevreuil, je me penche de temps en temps pour passer la tête entre les pieds de maïs et voir le chevreuil car j'avance à l'aveugle. Le vent violent agite fortement le maïs et couvre les bruits de ma progression. J'arrive ainsi facilement à 8 mètres du chevreuil qui mange tranquillement contre le maïs à droite du passage. Le rang de maïs s'interrompant sur 10 mètres environ, je reste à couvert, 1 mètre dans le maïs et me prépare à armer mais un forte bourrasque déchaînant le maïs fait démarrer le brocard qui rentre d'un bon à couvert. J'attends un instant, espérant le voir ressortir mais rien, je sors de ma cachette et m'engage dans le maïs en parallèle de la direction de fuite du chevreuil pour tenter de l'apercevoir mais il a disparu. Je ressors donc sur le passage et retourne au départ du passage pour passer au suivant mais pas de chevreuil ni dans celui-là ni dans le suivant. Je décide donc d'aller chasser la parcelle de maïs sous la digue du lac. Je presse le pas et rejoins le maïs en longeant le lac puis pour chasser à bon vent longe toute la parcelle le long du ru à sa droite pour attaquer par l'autre côté les passages de canon. Je m'engage dans le premier en avançant doucement jusqu'à ce que je vois l'autre extrémité puis reviens en courant au départ et parcours ainsi le passage suivant sans résultat. Pas de chevreuil non plus sur le 3ième et dernier passage, je ressors donc à l'autre bout du passage.

Il me reste environ 40 minutes avant la nuit, je décide de revenir sur la parcelle de maïs précédente et recommencer à chasser les passages de canon au cas où un chevreuil serait sorti. Je cours donc vers la parcelle et attaque les passages un après l’autre. En arrivant au troisième, il me semble voir quelque chose de loin et commence une approche en serrant la gauche du passage. Je finis par mieux le distinguer, je n'en reviens pas, c'est le petit brocard de tout à l'heure. Je rentre donc derrière le premier rang de maïs et presse le pas, profitant du vent toujours aussi fort. Comme tout à l'heure, je me penche par moment pour voir le chevreuil entre les pieds de maïs et arrive sans difficulté à environ 10 mètres du brocard qui broute de face contre le rang de maïs que je suis. Il manque quelques pieds de maïs devant moi, ce qui me fait une bonne fenêtre de tir si le brocard se décale vers le milieu du passage. Je reste donc immobile et attends un moment qu'il bouge. Il finit par se décider mais ne se tourne pas et vient vers moi à 2 mètres du rang. J'arme et le laisse venir tranquillement tout en ajustant ma visée pour décocher alors qu'il n'est plus qu'à 6 ou 7 mètres de 3/4 face. Ma flèche rentre derrière son épaule et le brocard fait volte-face pour fuir en suivant le passage. Je le perds de vu à environ 20 mètres et attends un peu avant d'aller chercher ma flèche. Je la retrouve sans trop de difficulté au milieu du passage couvert d'un peu de sang mélangé à du contenu stomacal.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

Je trouve ensuite une grosse goutte de sang peu après l'endroit du tir.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

La piste peu abondante suit un moment le passage de canon.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

Au bout de 35 mètres environ, la piste biaise vers la gauche et l'entrée dans le maïs est bien marquée de plusieurs grosses gouttes de sang projetées sur le maïs.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

La piste est ensuite facile à suivre grâce aux frottés sanguinolents laissés sur les pieds de maïs par le brocard qui semble vouloir rentrer dans la culture perpendiculairement aux rangs.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

Il y a peu de sang au sol et après 15 à 20 mètres environ, les frottés s'arrêtent net, je cherche un moment et trouve des petites gouttes de sang partant à droite et suivant l'intervalle entre les rangs. Je les suis tranquillement et retrouve mon chevreuil 40 mètres plus loin et finissant de mourir.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

Une fois son dernier souffle expiré presque après mon arrivée, j'appose mon bracelet et le sors sur le passage pour quelques photos souvenir. Ma flèche rentre au défaut de l'épaule et traverse les poumons, le foie et la panse.

Alerte orange aux orages, 13 septembre 2016

Alex

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 06:08

N'ayant pas pu faire l'ouverture ce matin, je pars ce soir pour Labéjan sur mon secteur favori. Je me gare sous la digue du lac et pars tranquillement en longeant la droite du plan d'eau en direction d'une petite parcelle de maïs qui borde le départ du lac. Le vent souffle dans mon dos, je longe donc la culture par la bande enherbée qui la sépare du lac puis bifurque au coin du maïs pour remonter en suivant sa bordure dans un champ travaillé où le sol est à nu et la terre sèche un peu craquante sous mes pas. La parcelle est entrecoupée par 3 passages de canon parallèles à la berge du lac, je jette un coup d'œil, en m'avançant doucement, sur le premier relativement plat et qui me permet de voir d'un bout à l'autre de la culture. Pas de chevreuil en vue, je continue doucement vers le second et alors que j'arrive au départ du passage qui descend sur plusieurs dizaines de mètres avant de remonter, j'aperçois, au travers des pieds de maïs, une jeune chevrette de face qui regarde vers moi à environ 12 mètres dans le passage. Je me fige et l'observe. Le vent s'est un peu intensifié et agite le maïs. Au bout d'un moment la chevrette se tranquillise et se met à manger quelques grains de maïs tombés au sol. Je me décale très lentement au ras du passage et me fige à nouveau. La chevrette et maintenant de 3/4 face contre la droite du passage. Je décide de l'observer un moment en attendant une occasion de tir. J'entends par moment les grains de maïs croquer sous ses dents. Au bout d'un moment, elle semble se diriger vers la gauche du passage tout en mangeant mais se ravise et revient vers la droite. Elle redresse par moment la tête et regarde derrière elle un long moment, j'en profite pour me pencher pour voir ce qu'elle regarde mais ne voit rien.

Je me repositionne à couvert, elle est toujours en train de regarder derrière elle et j'hésite à tenter ma chance mais sa position de 3/4 face, presque de face ne m'inspire pas. Je décide d'attendre. Le vent tourne un peu et vient de ma gauche par moment, j'espère qu'il ne va pas tourner vers la chevrette. Elle finit par retourner la tête et s'avancer de quelques pas pour se remettre à manger toujours de 3/4 face mais avec un angle plus ouvert et tout à son repas elle pivote encore un peu pour presque se retrouver plein travers. Au bout d'un moment, elle tourne à nouveau la tête vers l'autre bout du passage de canon et reste ainsi un moment, le vent souffle fort face à moi, je décide de tenter ma chance. J'arme mon arc et me décale doucement en face du passage jusqu'à ce que la chevrette soit bien dégagée tout en prenant ma visée. Mon pin's se cale derrière son épaule, je décoche. Au même moment, la chevrette retourne la tête mais ma flèche la traverse déjà pour aller s'arrêter 20 mètres plus bas dans le passage. La chevrette fait volte-face et fonce dans le maïs où je la perds de vue. J'attends un peu avant de descendre analyser mon tir.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Je ne trouve pas de sang à l'endroit du tir ni à l'entrée du maïs, je poursuis donc jusqu'à ma flèche que je retrouve facilement. Elle ne porte pas de trace de sang et semble avoir été lavée par du contenu stomacal, l'entrée de ma flèche semblait être là où je visais mais la chevrette a peut-être un peu tourné sur l'impact.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Je reviens vers l'endroit du tir et longe doucement le côté du passage où est entrée la chevrette. Je trouve rapidement une petite projection de contenu stomacal et décide d'attendre un peu avant de faire ma recherche.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Je plie le haut d'un pied de maïs pour marquer l'entrée et quitte le passage pour revenir vers l'endroit d'où j'ai tiré et poursuivre mon tour de la parcelle pour laisser passer un peu de temps avant d'attaquer ma recherche. Les 2 autres passages étant déserts, je longe le dernier pour traverser le maïs avant de longer l'autre côté en surveillant les entrées de passages avant de revenir vers le départ de la piste. 15 minutes sont passées, j'attaque ma recherche en suivant les quelques gouttes de contenus stomacal que la chevrette a laissées entre 2 rangs de maïs perpendiculaires au passage de canon. Les indices sont presque inexistants après 5 mètres de recherche mais le pied de la chevrette a marqué légèrement le sol. J'avance doucement en surveillant les pieds de maïs de part et d'autre pour éventuellement détecter un frotté m'indiquant un changement de trajectoire mais la chevrette a pris tout droit. Je débouche sur le passage de canon suivant où quelques gouttes de sang me permette de trouver l'entrée de l'autre côté du passage dans le maïs. La piste continue entre 2 rangs de maïs, toujours aussi peu de sang et un pied qui marque de temps en temps jusqu'à une zone ou le maïs a été couché par les sangliers. Une petite goutte de sang mélangée à du contenu stomacal est tombée sur un pied de maïs couché au sol.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Quelques petites gouttes de sang m'indiquent alors un virage à 90 ° de ma chevrette qui a suivi l'orientation des rangs de maïs qui ont changé de direction. J'aperçois, à environ 15 mètres, ma chevrette couchée sur le flanc.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Je la rejoins, ma flèche est bien au défaut de l'épaule et a traversé les poumons mais ressort au niveau de la panse dont le contenu a colmaté le trou de sortie et stoppé l'hémorragie. J'appose le bracelet et fais quelques photos

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

avant de ramener ma chevrette à la voiture en la chargeant sur mon épaule. Une fois la chevrette dans la caisse de transport, je décide d'aller faire un tour dans la seconde parcelle de maïs de l'autre côté de la route, sur la gauche du ru alimenté par le déversoir du lac. Je longe tranquillement le premier passage de canon, le plus proche du ru mais arrive à l'autre bout sans rien voir. Je me décale doucement à droite vers le ru pour jeter un coup d'œil sur la bande enherbée qui le sépare du maïs. Pas de chevreuil, je fais donc demi-tour et longe la bordure de la culture pour aller voir le passage suivant mais, alors que je passe devant le passage que je viens de longer, une chevrette surgit, à environ 15 mètres, sur la gauche du passage, côté ru et s'élance dans le passage pour rentrer à nouveau dans le maïs côté ru à environ 70 mètres. Je m'avance doucement dans le passage et tombe sur son pied bien marqué dans le passage arrosé récemment mais impossible de la retrouver.

Une ouverture réussie, 11 septembre 2016

Je reviens donc au départ du passage pour rejoindre les passages suivants à bon vent mais pas d'autre chevreuil pour ce soir et la luminosité baisse vite, je rentre.

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS