Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2018 3 12 /09 /septembre /2018 05:56

Ce soir, après un tour infructueux sur une zone du territoire du Justian, je décide de reprendre la voiture pour aller chasser avant la nuit un petit secteur. Je remonte doucement un passage de tracteur quand j'aperçois du mouvement, devant moi, dans la végétation haute, sur la droite de ce dernier, à environ 45 mètres. Je me décale rapidement sur la gauche du passage dans la végétation et me fige debout prêt à armer. Je pense voir arriver un sanglier mais c'est un blaireau qui débouche sur le passage, passe la végétation entre les passages de roue et bifurque à 90 ° pour venir droit sur moi. J'arme doucement mon arc et le laisse venir à 5 mètres avant de lui décocher une flèche entre les épaules alors qu'il avance tranquillement vers moi. Il s'effondre sur place et le sang coule abondamment sur le passage de tracteur. La nuit sera vite là, je profite de la dernière luminosité pour faire quelques photos avant de rentrer.

Un blaireau à l'approche

Alex

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 06:21

Ce soir, je suis parti chasser le chevreuil autour d'un grand bois allongé, n'ayant pas eu d'occasion de tir, je retourne vers ma voiture en longeant le bois, la luminosité a bien baissé quand j'arrive dans une zone de végétation haute proche d'une grosse haie épaisse d'environ 100 mètres de long et parallèle au bois. En me rapprochant, je constate que la végétation bouge à plusieurs endroits. Je pense d'abord à des ragondins bien que le point d'eau le plus proche soit à plus de 100 mètres mais en me rapprochant tout doucement, je finis par apercevoir des silhouettes noires et blanches. C'est une famille de blaireaux mais combien sont-ils ? L'un d'eux est plus dégagé que les autres dans une zone sans végétation, je m'approche tout doucement en profitant de la végétation haute pour cacher mon approche. Arrivé à environ 5 mètres du blaireau qui se présente plein travers, j'arme doucement mon arc et vise la base du cou. Je décoche. Touché, il fait un bon d'environ 1 mètre puis se secoue au sol en perdant beaucoup de sang. Plusieurs blaireaux démarrent dans la végétation. L'un d'eux fonce vers moi, passe à quelques mètres sur ma gauche pour rentrer dans le bois à 30 mètres dans mon dos, 3 autres foncent vers la haie et rentrent un après l'autre à couvert dans un grand fracas.

Je récupère ma flèche, la remets au carquois et réencoche une autre flèche puis attends immobile en surveillant les alentours. Rapidement, la végétation se met à bouger à environ 15 mètres sur ma droite alors que je tourne le dos au bout de haie. Je m'avance tout doucement vers ce mouvement qui cesse par moment avant de reprendre. J'arrive facilement à 2 ou 3 mètres du blaireau et arme mon arc en attendant de le distinguer suffisamment au travers de la végétation dense. Il finit pas de dégager un peu en avançant dans une zone un peu moins dense où il marque un temps d'arrêt. Je vise la base du cou et décoche. Le blaireau est foudroyé sur place puis se débat un peu sur place avant de s'immobiliser rapidement. Je récupère ma flèche qu'il a cassé en débattant puis mon blaireau que je viens poser près du premier blaireau fléché et me reposte en observation en réencochant une troisième flèche.

Au bout d'un petit moment, un mouvement se dessine à environ 30 mètres sur ma droite plus en avant. Je tente une approche et arrive encore facilement à 3 mètres du blaireau mais la végétation très dense ne me permet pas de le voir suffisamment pour tenter un tir. Il avance d'un mètre, s'arrête, fouille le sol, s'avance encore... je suis doucement le mouvement du blaireau qui biaise doucement vers la haie. Je tente de me rapprocher un peu plus mais il finit par me sentir et démarre vers la haie. Je presse le pas pour tenter de le recouper mais il s'arrête 2 fois dans la végétation dense puis démarre et fonce vers la haie sans me laisser la moindre chance de décoche.

La luminosité baisse très vite et je décide de rentrer avec mes 2 blaireaux après avoir fait quelques photos souvenir. Ce sont 2 femelles.

Deuxième doublé de blaireau de la saison...

Alex

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 06:09

Ce soir, je pars un peu tardivement chasser dans un secteur de vignes. Je longe une bande boisée quand, alors qu'elle tourne à droite, j'entends marcher dans la végétation de la pente boisée. J'observe au travers des branchages et remarque des terriers de blaireaux très fréquentés. Je cherche un instant sans rien voir  puis m'avance un peu plus loin sans plus de succès. Le bruit s'intensifie de plus en plus à tel point que je pense qu'il s'agit de sangliers. J'avance un peu et passe le virage pour me poster en face d'une trouée qui me permet de voir jusqu'au pied du talus de plus de 15 mètres de large. Un pas se rapproche par ma droite, je me prépare et un gros blaireau finit par sortir à découvert, à environ 10 mètres, j'arme mon arc mais il se débine vers le bas du talus et je n'arrive pas à aligner ma visée au travers des branchages. Il disparaît dans la bande de salle qui borde le bas de la haie. J'entends toujours marcher et reste un peu posté mais le calme revient, je décide de continuer mon chemin.

Je longe les haies et surveille les rangs de vigne sans rien voir. En fin de soirée, alors que la luminosité baisse, je décide d'aller faire un tour en dessous du talus boisé dans lequel j'ai vu le blaireau. J'avance dans la végétation haute en suivant tranquillement un bout de haie épaisse remontant vers la crête. En arrivant sous le virage où les blaireaux bougeaient tout à l'heure, je marque un temps d'arrêt à 15 mètres de la bande boisée, au milieu de la végétation et observe les alentours quand je remarque du mouvement dans la végétation épaisse. Je me prépare, le mouvement vient vers moi. Je m'avance de 2 pas pour me rapprocher de la trajectoire estimée de l'animal. Il se rapproche sur ma gauche et n'est plus qu'à quelques mètres mais je ne le vois pas encore. Un mouvement me fait tourner la tête à gauche et j'aperçois alors un blaireau arrêté de face à environ 10 mètres dans un passage au milieu de la végétation. Il semble me fixer. J'hésite un court instant mais l'autre animal va sortir juste devant moi. J'arme mon arc et la tête d'un blaireau surgit de la végétation à 3 mètres devant moi. Je vise la base du cou et décoche. Touché, le blaireau bondi et roule sur le dos à peine un mètres après l'endroit du tir. Il se débat un instant au sol en couchant un rond de végétation puis s'immobilise. 

L'autre blaireau en a profité pour déguerpir, je décide de le laisser sur place et de me rapprocher doucement du bois, il fera vite nuit. Je n'ai avancé que de quelques mètres, quand, en tournant la tête sur mes arrières, j'aperçois du mouvement dans la végétation à environ 15 mètres. L'animal semble venir pour passer à quelques mètres avant l'endroit où est mort mon blaireau. Je fais demi-tour et m'avance doucement pour couper sa trajectoire. Le mouvement n'est maintenant qu'à quelques mètres sur ma droite. J'arme mon arc et laisse venir. Une tête de blaireau vient fendre la végétation à 3 mètres devant moi, il est plein travers, je prends la même visée que pour le premier et décoche. Touché, le blaireau fait volte-face et fuit péniblement avec une respiration encombrée sur environ 6 mètres avant de s'immobiliser puis se débatte un peu en râlant avant que le calme ne revienne. Je pars droit vers lui et le ramasse, c'est un beau mâle, le précédent était une femelle. Je n'y vois presque plus, il est temps de rentrer après quelques photos souvenir.

Doublé de blaireaux...

Alex

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 12:16

Ce soir, après avoir fait un tout sur un secteur où je n'ai pas vu le moindre chevreuil, je décide de reprendre ma voiture pour partir chasser autour d'un grand champ de tournesol avant qu'il ne fasse nuit. Je me gare au coin d'un parcelle de vigne puis la longe tranquillement en direction des tournesols. La luminosité commence juste à baisser le vent est face à moi. Arrivé au coin de la culture, j'hésite à longer la gauche ou la droite du champ puis décide de biaiser à travers les tournesols pour rejoindre la bordure d'un petit bosquet pris dans les tournesols. Je traverse rapidement sans prêter attention au bruit inévitable des feuilles partiellement séchées qui frottent sur mes vêtements. Je rejoins vite la lisière et commence à la suivre doucement. Une bande de terre nue entre la culture et le bosquet me permet d'avancer sans trop de bruit. Le bord du bosquet bifurque à droite puis à gauche 30 mètres plus loin. En arrivant au bout du bosquet, je fais fuir un animal, le bruit dans les feuilles mortes cesse vite mais il m'a semblé reconnaître la fuite d'un blaireau. Il doit être rentré au terrier.

Je traverse une bande étroite de tournesol séparant ce bosquet du bois suivant puis commence à longer le bois tranquillement. Environ 50 mètres plus loin, mes yeux sont attiré par un mouvement furtif. Une fouine ou un chat vient de se débiner en rentrant dans les tournesols. J'avance doucement en observant les tournesols quand un mouvement attire à nouveau mon regard. Je stoppe net et un blaireau vient stopper à quelques mètres de moi dans la culture. J'arme doucement et vise la base du cou avant de décocher. Ma flèche atteint sa cible à l'endroit visé et le blaireau s'effondre sur place sans réagir. Je fais quelques photos souvenir pour profiter de la luminosité qui va vite baisser.

Rencontres au bord des tournesols...

Je laisse mon blaireau sur place pour le récupérer à mon retour et poursuis ma route en longeant doucement le bois tout en surveillant les alentours. Je n'ai pas fait 100 mètres qu'un gros fracas retentit dans le bois, à environ 30 mètres au dessus de moi. Des animaux descendent en biaisant plus en avant vers les tournesols. Je me serre contre le bois et avance un peu pour couper leur trajectoire. Les animaux arrivés en lisière tournent un instant avant de sortir. Tout à coup, des marcassins de 10 ou 15 kilos surgissent du bois à environ 17 mètres de moi puis une bête rousse d'environ 40 kilos les rejoint. J'arme doucement mon arc, les animaux tournent un instant nez au sol entre le bois et les tournesols. Je me focalise sur la bête rousse en attendant qu'elle se présente bien. Au bout d'un petit moment, les marcassins s'avancent vers les tournesols et la bête rousse se présente plein travers. J'aligne ma visée et décoche, ma flèche traverse le sanglier et retombe au sol derrière lui alors qu'il amorce un demi-tour en couinant. Ma flèche me semble basse dans la cage thoracique et juste un peu en arrière du cœur. Le sanglier fonce dans le bois avec un grand fracas alors que les marcassins foncent dans les tournesols.

J'attends un peu avant de m'avancer vers ma flèche, le sanglier s'est vite arrêté dans le bois et souffle bruyamment un instant puis repart en remontant bruyamment vers le haut du massif. le calme revenu,  je vais récupérer ma flèche et la remets au carquois, faisant démarrer d'autres sangliers dans le bois. Elle porte du sang mais je ne trouve pas de goutte en lisière du bois. Les marcassins grognent entre 15 et 20 mètres dans le tournesol et font des aller-retour en parallèle du bois. Ils veulent certainement revenir vers leur mère. Je les aperçois par moment, la luminosité baisse vite, je décide d'aller chercher du sang en sous bois en rentrant par une grosse coulée. Je ne trouve toujours rien, je coupe donc les différentes coulées en m'éclairant avec mon portable et trouve de belles gouttes de sang que je commence à suivre. Le sanglier remonte vers le tournesol au dessus du bois mais je tombe en panne de batterie et n'y voyant plus je dois ressortir du bois pour aller chercher une lampe chez un agriculteur de la commune.

Je récupère mon blaireau au passage et retourne à ma voiture puis pars chercher une lampe avant de revenir et reprendre ma recherche. Avec cette lampe puissante le sang est plus visible et semble assez fourni mais la piste ressort dans les tournesols et s'amenuise vite, seuls quelques frottés sur les pieds de tournesol et de rares gouttes au sol me permettent de la suivre. La recherche devient de plus en plus difficile à suivre pour finir par s'interrompre après 500 mètres de recherche difficile. Je renonce et retourne dépité à ma voiture, je ne comprends pas ce que j'ai fait, ma flèche ne me semblait pas mauvaise.

Alex

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 12:13

Ce soir, je décide de reprendre mon Carbone Element pour aller faire un petit tour au ragondin autour de mon lac favori avant d'aller me poster un peu plus loin sur une zone de terriers de blaireaux. Le ragondin n'étant pas de sortie sur le lac presque asséché, je poursuis ma route en suivant le ruisseau d'alimentation du lac puis le traverse par le passage busé pour longer l'autre rive jusqu'à la lisière du grand bois. Je suis un peu cette dernière pour trouver une entrée de gibier et rentrer dans le bois pour rejoindre la grosse coulée de ceinture qui longe le bord du bois et qui me permet d'avancer sans trop de bruit jusqu'à l'angle du bois à environ 200 mètres du ruisseau. Je remonte ensuite à 15 mètres de la lisière pour aller me poster, 50 mètres plus haut, près des terriers sur un carrefour de coulées de blaireau qui partent vers l'intérieur du bois.

Je choisi de me caler au pied d'un chêne, l'attente commence, le vent vient de ma droite et remonte vers le haut du bois, pourvu qu'il ne tourne pas. Le sous-bois est assez calme, la luminosité baisse peu à peu et je me dis que ce ne sera pas pour ce soir quand un léger bruit se fait entendre dans les feuilles mortes en bordure du bois. Je tends l'oreille mais le calme revient, les secondes passent puis un bruit que je reconnais de suite se fait entendre. C'est le même bruit que mon chien qui se gratte le flanc avec sa patte arrière et j'imagine le blaireau assis en train de se gratter mais je ne peux pas encore le voir. Quelques secondes de calme puis un bruit de pas se fait entendre dans le feuilles mortes, il fait déjà très sombre en sous-bois mais la luminosité extérieure me permet de voir la tête et le début de l'épaule du blaireau qui se dégagent en ombre chinoise derrière un chêne. Il hume l'air et je pense le voir faire demi-tour, j'arme doucement mon arc et aligne doucement ma visé à la base de son cou avant de décocher.

Touché, le blaireau fait volte-face et repart vers les terriers mais sa respiration difficile et le bruit de sa démarche incohérente me font espérer qu'il n'ira pas loin. Je l'entends rapidement râler un instant sur place. Je reste totalement immobile jusqu'à ce que le calme revienne au bout de quelques secondes. J'attends encore un peu en tendant l'oreille puis décide de quitter mon poste pour essayer de retrouver ma flèche à la lumière de mon portable mais elle est partie dans le champ derrière la lisière et je ne la retrouverai que quelques jours plus tard. Je cherche donc des traces de sang que j'aperçois vite sur le sol.

Un blaireau à l'affut

La piste est assez fournie et facile à suivre.

Un blaireau à l'affut

Je retrouve vite mon blaireau qui n'a fait que 8 mètres, il est passé à côté d'un terrier sans y entrer.

Un blaireau à l'affut

C'est un mâle, mon atteinte juste en avant de l'épaule avec une lame mécanique "Rage Hypodermic" est une révélation. Le blaireau est habituellement un animal très coriace qui ne meurt souvent qu'une fois son terrier retrouvé mais je constate que cette atteinte est très souvent mortelle à très court terme voir instantanée. Il fait nuit noire, après quelques photos souvenir, il est temps de rentrer.

Un blaireau à l'affut

Alex

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 06:13

Après une soirée d'approche décevante sur Roques, je rentre tranquillement quand, j'aperçois à environ 100 mètres entre 2 rangs d'une petite parcelle de vigne que je longe, un blaireau qui farfouille le sol à la recherche d'un repas. Ces sympathiques mustélidés qui ont élu domicile dans un talus boisé au-dessus de cette vigne, font de gros dégâts sur le raisin et ont fait de gros dégâts dans le blé cet été. Je décide de tenter l'approche. Le vent soutenu, descend en suivant le sens des rangs de vigne. Je me décale dans le rang à droite de celui où se trouve le blaireau et m'approche doucement en me baissant de temps en temps pour surveiller sa position par dessous le feuillage entre les ceps. J'arrive ainsi facilement à 4 ou 5 mètres du blaireau toujours occupé à sa recherche. J'arme, vise par-dessus la vigne le blaireau se présentant de 3/4 face et décoche entre les omoplates de l'animal qui s'effondre sur place, touché à la colonne vertébrale. Il donne quelques coups de pattes arrière qui le font avancer de 2 mètres pour se caler contre un cep où il s'immobilise.

Un blaireau à l'approche

Alex

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 10:24

Ce soir, en rentrant d'une partie de chasse avec un ami venu chasser avec moi, nous longeons un chemin de terre entre un chaume de blé qui remonte sur la gauche vers la bordure d'une bande boisée et un champ de tournesols qui borde la rivière. Le jour décline rapidement. Tout à coup, j'aperçois une masse noire au bord du bois en haut du chaume, cette tâche est inhabituelle dans le décor mais je n'arrive pas à l'identifier. J'en informe mon invité quand l'animal se met en mouvement, il nous faut un petit moment pour identifier un blaireau. Il biaise pour rejoindre le chemin.

Je m'avance doucement le long des tournesols en m'arrêtant souvent pour observer l'animal qui s'arrête aussi régulièrement pour humer l'air, truffe levée. Arrivé à environ 30 ou 40 mètres de mon ami, je me poste dos au tournesol et laisse venir le blaireau qui semble plutôt descendre vers mon invité mais, tout à coup, il bifurque et descend plus vers moi. Il s'arrête à environ 8 mètres, plein travers, j'arme mon arc mais la faible luminosité m'empêche d'aligner correctement ma visée. Le blaireau bifurque encore et cette fois arrive droit sur moi en marquant de très courtes pauses. Je tente de l'aligner dans mon viseur sans y parvenir. Il n'est maintenant plus qu'à 2 ou 3 mètres presque de face et c'est maintenant ou jamais. Il marque un arrêt, j'aligne ma visée en alternant 1 puis 2 puis 1 œil ouvert et décoche. Touché, le blaireau se débat rageusement en grognant et se sort de ma flèche restée fichée au sol puis fonce pour disparaître dans le tournesol avec une respiration sifflante et encombrée. Je suis assez confiant.

Je pars chercher ma flèche couverte de sang et de contenu intestinal puis commence à suivre la piste très abondante, à l'aide de ma frontale, marquée de grosses taches de sang régulières reliées par des gouttes de sang. Au bout de 60 mètres de recherche environ, d'une piste qui boucle comme pour revenir vers le chemin,  je retrouve mon blaireau encore vivant mais sur ses fins. Je tente de l'attraper mais il s'éloigne difficilement en grognant puis s'immobilise à nouveau à quelques mètres à bout de force. Je l'immobilise avec mon pied et le saisis par la queue avant de l'achever de deux coups secs. Ma flèche rentre au niveau de l'articulation de l'épaule en cassant la patte et ressort juste au-dessus de la queue.   

Un blaireau faute de chevreuil

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS