Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:16

Samedi :

 

Ce matin, la météo n'annonce pas du beau temps et le vent souffle fort, je crains que notre sortie ragondin ne soit pas au niveau de mes espérances. J'ai longuement réfléchi cette semaine et j'ai décidé de commencer notre weekend par un grand lac de Labéjan. 6 heures, le réveil sonne et tout le monde se lève motivé. Après un petit déjeuner rapide nous partons. En descendant vers le lac nous apercevons 3 chevreuils sur la droite de la route. Arrivé sur place alors que le jour se lève, je me gare sous la digue du lac. Nous sommes un peu en retard, j'espère que ça n'aura pas de conséquence sur la chasse. Notre plan échafaudé durant le trajet est le suivant : Philippe va partir en longeant le côté gauche du lac pour aller se poster sur les terriers principaux alors que j'accompagnerai Jean Pascal sur l'autre rive du lac. Nous nous séparons, Les chevreuils traversent la route pour partir vers les bosquets, quelques colverts s'envolent, des foulques se promènent à la surface du lac.

Philippe avance vite sur la rive d'en face et il ne semble pas beaucoup regarder l'eau. La surface du lac, agitée par le vent assez fort, rend difficile la perception d'un remous ou d'un ragondin entrain de nager. Arrivé au milieu du lac, je décide de me rapprocher du bord pour longer les joncs d'où j'espère déloger un ragondin. Mais alors que j'arrive au bord de l'eau, j'aperçois un ragondin qui vient droit sur moi sous la surface. J'essaie de le faire comprendre à Jean Pascal mais de sa position il ne pourra rien faire.

Le ragondin refait surface à mes pieds, je l'aperçois en entier à l'exception du 1/3 avant. J'arme doucement, prends rapidement la visée et décoche. Le ragondin cloué au fond du lac met un moment à réagir puis commence à se débattre et se dégage de la flèche qui reste fichée au fond de l'eau. Il plonge dans une eau rouge de sang puis refait rapidement surface et se débat. Jean Pascal armé me demande s'il lui décoche une autre flèche, je lui réponds qu'il fait comme il veut mais que le ragondin est déjà mort. Rapidement l'animal s'immobilise. Je récupère la flèche et laisse le ragondin dériver pour le récupérer au retour.

Nous continuons, Philippe est posté sur les terriers et nous le dépassons pour jeter un coup d'œil sur le ruisseau d'alimentation. Un colvert décolle au pied d'un arbre qui pousse les pieds dans l'eau et au même moment un ragondin qui nous a laissé passer sans bouger plonge de la rive opposée dans notre dos. Philippe est bien placé, Jean Pascal surveille la surface de l'eau et je cours pour passer derrière le gros arbre d'où a décollé le canard pour surveiller des terriers que je ne pouvais pas voir de ma position. Nous attendons un peu mais rien ne bouge, nous faisons demi-tour et je dis à Philippe de quitter son poste. 2 autres chevreuils nous observent du haut du coteau. Je récupère le ragondin au passage, c'est une femelle pleine.

Un week end ragondin entre archers, 19 au 21 mars 2011

Je décide de ne pas perdre plus de temps et de poursuivre la chasse sur un autre lac un peu plus loin. Je me gare au bord de la route puis nous descendons vers le lac. Philippe va s'occuper de la mare et Jean Pascal contournera la mare pour surveiller les terriers du lac, sous la mare et au pied d'un gros roncier et de saules. Pendant ce temps, je ferai le tour du lac pour tenter de lever un ragondin. A notre approche, les vaches s'énervent et prennent le pas de course sur une trentaine de mètres avant de nous regarder descendre. Mes invités sont passés en dessous des vaches, je passe au-dessus pour les tourner et les envoyer à l'inverse du lac. Je dis à mes invités de se presser car je crains que ce remue-ménage n'est diminué nos chances de voir des ragondins. Je parviens à tourner les vaches mais les chasseurs ne verront pas un seul ragondin.

Nous remontons vers la voiture pour partir maintenant vers le lac du Fources au pied du village. Nous passons doucement sur la route qui surplombe le lac. Des colverts naviguent en surface et sachant qu’ils vont décoller à notre approche, nos chances sont maigres de pouvoir approcher un ragondin. En scrutant le bord du lac, j'aperçois un puis 2 ragondins au bord de l'eau mais je décide de laisser tomber pour le moment et de revenir plus tard pour éviter les colverts.

Nous partons donc nous garer près du cimetière et descendons vers le premier lac d'où décollent des cormorans suivis par des colverts. Peu confiant, je descends avec Jean Pascal vers le bout du lac alors que Philippe part vers la digue. Nous ne verrons que des poules d'eau sur ce lac. Nous poursuivons vers le second lac et j'explique en route mon plan d'attaque mais arrivés au coin du bosquet qui surplombe le lac, 2 colverts s’envolent donnant l'alerte. Je dis à mes invités d'aller se poster sur le terrier le plus fréquenté, juste en face de l'île alors que je longe la bordure boisée mais toujours pas de ragondin sur ce lac.

Nous remontons la digue du dernier lac, je passe par la gauche et mes invités passent à droite vers la bande de terre qui est à cette heure le coin le plus fréquenté du lac. A peine passé la digue que je les aperçois figés, Philippe a vu un ragondin et ils se sont arrêtés pour tenter de se faire oublier mais le ragondin démarre et plonge entre la bande de terre et la rive. Je leur dis de foncer pour l'intercepter avant les terriers mais il est déjà trop tard. Je les laisse à leur chasse et fais le tour du lac sans rien voir pour les rejoindre.

Philippe est posté sur la bande de terre, il a vu traverser un petit ragondin qui a rejoint le lac et je rejoints Jean Pascal qui lui a vu un autre petit ragondin. Alors que nous discutons, j'aperçois la tête d'un petit ragondin contre la bande de terre et le montre à Jean Pascal mais l'animal plonge et nous nous décalons à sa rencontre. Il remonte un peu plus loin et longe la bande de terre en direction de la digue. J'en averti Jean Pascal mais il plonge à nouveau. J'envoie Jean Pascal se poster sur la digue et nous attendons un peu. Ne voyant rien ressortir, je rejoints la bande de terre que je longe pour essayer de retrouver le petit malin mais rien à faire, il a disparu, je tente tout de même de sonder le bout de la bande de terre avec une flèche en cherchant une entrée de terrier sous l'eau.

Rien, je fais demi-tour et Jean Pascal arrive à ma rencontre en me disant qu'il a fléché un petit ragondin. Je n'ai rien entendu et rien vu mais bon, je le suis et il me montre sa prise. Il a en fait trouvé un des petits ragondins que j'ai fléché il y a plusieurs jours sans le retrouver. L'animal touché à l'abdomen a déjà bien commencé à se décomposer, ça fait un de plus à mon compteur. Nous retournons vers la voiture.

Je décide de retenter le lac du Fourcès. De la route, j'essaie de voir si les ragondins sont toujours là mais il semble qu'ils soient rentrés et les canards sont toujours là. Je fais demi-tour pour repartir quand, au coin de la mare, qui se trouve un peu en amont du lac, j'aperçois un ragondin que je montre à mes invités. Je fais doucement marche arrière et me gare au bord de la route en face de la digue du lac. Nous descendons, je passe sur la gauche du lac et mes invités sur la droite. Pas de ragondins sur le lac. Je les envoie se poster sur la mare. Jean Pascal se positionne au milieu de la digue et Philippe sur le coin droit, juste au-dessus du terrier principal. J'arrive doucement par la gauche. Jean Pascal et Philippe m'annoncent que le ragondin est rentré sous la berge de mon côté. Je longe la berge et piétine les joncs au bout de la mare. Rien ne ressort. Je longe le bord gauche de la mare et trouve une entrée de terrier boueuse. Je pose mon arc et attrape une longue branche droite et fourchue à son extrémité. Je l’introduis dans le terrier et commence à sonder le terrier assez brutalement. Rapidement, le ragondin sort du terrier sous l'eau comme une fusée, soulevant une ligne d'eau boueuse et laissant une traînée bulleuse en surface. Les archers sont prêts et je me redresse pour profiter du spectacle. Le ragondin arrive sur Philippe toujours sous l'eau. Philippe arme, vise et décoche. sa flèche passe très près et le ragondin fait un écart puis ressort de l'eau pour remonter dans son terrier alors que Philippe se jette sur lui, les 2 pieds en avant, pour tenter de l'empêcher de rentrer mais il l'effleure juste et le ragondin rentre au terrier. Nous remontons bredouille mais mort de rire à la voiture.

Sur le retour nous visiterons 2 lacs en cascade,  entourés de peupliers, sur Miramont d'Astarac sans rien y voir puis le lac du Tuco désert lui aussi et le lac du Lion d'où nous ferons décoller quelques colverts. Nous rentrons, je surveille de la route les mares et les lacs sur le chemin du retour mais pas le moindre ragondin dehors.

 

Après la pose du repas de midi, nous discutons un peu avant de repartir en chasse. Le soleil est de sortie mais le vent est toujours de la partie. Je décide de les amener sur le lac de Lourties Monbrun. Nous nous garons près de la ferme et descendons à pied vers le lac. Nous passons sur la droite du plan d'eau. Le lac semble très calme quand arrivés vers la moitié du lac, un ragondin, caché dans les buissons de la berge opposée, se met à l'eau et disparaît. Nous surveillons un moment pour tenter de le voir quand une tache blanche attire mon regard. Le temps de bien identifier le museau du ragondin et de le montrer à Jean Pascal le ragondin repart se cacher sous la berge. Un petit moment plus tard, un tout petit ragondin sort d'un terrier et remonte sur un arbuste penché sur l'eau, j'essaie de le montrer à mes invités mais ils n'arrivent pas à y mettre les yeux dessus et l'animal repart à couvert. Philippe passe en face pour tenter de déloger des ragondins à grand coups de branches sur les buissons mais rien ne bouge. Nous retournons à la voiture.

Nous partons pour le lac où j'ai manqué le rat cette semaine. Cette fois, je me gare au bord de la route, 150 mètres en amont du lac. Nous longeons le ru d'alimentation pour arriver au bout du lac que nous longeons par la gauche quand Philippe aperçois un ragondin qui longe la berge d'en face. Le temps de nous le montrer, j'ai juste le temps de l'apercevoir avant qu'il ne plonge. J'explique à mes invités où se poster et je fais demi-tour, traverse le ru et longe doucement la berge opposée très encombrée par des arbustes épais. En avançant, j'essaie de retrouver le ragondin quand je l'aperçois alors que je me rapproche du bord mais le temps de finir mon pas, il m'a vu et plonge, je tente de le retrouver en faisant des allers-retours le long de la berge mais rien à faire, il a disparu. Nous continuons. Je longe la digue pour essayer de retrouver ma flèche et tombe sur un beau renard mort en décomposition au bord de l'eau. Le lac suivant est désert. Nous repartons à la voiture.

Nous partons maintenant pour Saint Michel, en passant, je surveille du coin de l'œil les fossés et mare au bord de la route mais rien, pas un ragondin. Arrivé à Saint Michel, je me gare sur un dépôt de matériaux d'une entreprise de travaux publics puis nous nous préparons et apercevons avec Philippe un ragondin qui disparaît contre la berge de droite. Nous nous séparons, Philippe part vers le ragondin et avec Jean Pascal nous longeons l'autre rive. Les premières hirondelles du printemps volent à la surface du lac.

Rapidement, nous apercevons plusieurs ragondins au bord de l'île, 2 d'entre eux jouent dans un simulacre de combat, debout sur les pattes arrières, ils se repoussent l'un l'autre. Nous nous couchons dans l'herbe, profitant du soleil printanier en surveillant les ragondins. Philippe va lever 3 ragondins qui rejoindront l'île sans lui laisser l'opportunité de lâcher une flèche. Les ragondins ne sont pas décidés à venir nous voir et Philippe se rapproche, il va certainement les déranger. En arrivant sur notre gauche, Philippe fait demi-tour et nous quittons notre poste comprenant que les ragondins ne sont pas disposés à rejoindre la berge dans l'immédiat. Je décide de changer d'endroit.

Nous partons pour Saint Maur mais je change d'idée en route et nous partons pour Clermont Pouyguilles vers le lac des coteaux de Gascogne. Je me gare au coin du bosquet et explique le déroulement de la chasse à mes invités qui vont se poster entre le petit affût à canard et un gros buisson en attendant les ragondins puis partiront si nécessaire à l'approche avant la tombée de la nuit. Je descends sous la digue pour jeter un coup d'œil sur les terriers du fossé qui capte le déversoir. Un ragondin vient de rentrer au départ du fossé dans son terrier, l'eau boueuse qui s'échappe du terrier en atteste. Je me poste un moment devant le terrier puis pars en longeant le fossé en direction de la route. 2 autres terriers près de la route sont aussi boueux mais l'eau s'est déjà bien éclaircie. Je retourne me poster en face du terrier boueux en attendant la tombée de la nuit.

Un week end ragondin entre archers, 19 au 21 mars 2011

La luminosité baisse maintenant assez vite et je remonte au coin gauche de la digue, près du déversoir où je me poste à plat ventre. Des ragondins font des va et vient entre la berge et lac mais ne semble pas vouloir s'élancer sur l'eau. En apercevant Jean Pascal qui part à l'approche, je décide d'en faire autant. Les ragondins se débinent devant moi et rentrent au terrier mais l'un d'eux reste immobile en surface à 6 mètres du bord et me laisse approcher doucement. Je réduis doucement la distance alors qu'en face Jean Pascal vient de flécher un ragondin. Arrivé à distance de tir, j'arme, vise et décoche mais le ragondin plonge au même moment et je le rate. Je me poste immobile et attends un peu. Le ragondin ressort à plus de 25 mètres du bord et s'immobilise en surface. J'hésite un peu puis aligne ma visée et décoche. Touché, le ragondin s'enfonce péniblement sous l'eau et disparaît. Impossible de le retrouver et la luminosité baisse. Jean Pascal décoche 2 autres fois sans succès sur la rive d'en face. Les ragondins se dispersent sur le lac et je longe la berge pour tenter d'intercepter ceux qui viennent vers ma rive mais ils restent à distance et la luminosité commence à être un peu juste pour tirer. Je pars retrouver Jean Pascal et lui récupère une flèche mais ses 2 autres flèches sont trop loin et la nuit tombe. Nous appelons Philippe qui vient nous éclairer avec sa lampe de poche mais les flèches de Jean Pascal et son ragondin sont introuvables. Nous faisons le tour et récupérons mes flèches qui ont dérivé près du bord. Nous reviendrons demain pour tenter de retrouver les ragondins et les flèches. Nous rentrons.

Dimanche :

 

Ce matin, j'ai décidé d'aller chasser le lac de Saint Maur. Le réveil sonne vers 5 heures et j'ai mal dormi cette nuit, le lever est un peu difficile. Nous avons de la route pour arriver sur place et il ne faut pas rater l'heure d'arrivée car les ragondins font leur toilette sur la berge juste avant le lever du jour puis sortent du lac pour rejoindre les terriers sur un fossé qui longe le chemin qui borde la droite du lac. Le petit déjeuner terminé, nous voilà partis et nous arrivons sur place vers 6h15, nous nous préparons et remontons le chemin de terre qui nous mène au pied de l’impressionnante digue. Nous remontons sur l'angle droit de la digue et j'explique à mes invités comment aborder leur côté du lac.

Un gros ragondin est assis juste au coin de la digue et j'appelle Jean Pascal pour le lui faire tirer mais il s'étire vers l'eau et s'avance à la surface. Jean Pascal s'avance sur la digue et tente d'armer mais il a un problème avec sa visette qui pivote. Philippe part en longeant la berge et je passe derrière la digue pour remonter un peu plus loin, ne comprenant pas pourquoi Jean Pascal ne tire pas, j'arme, vise et décoche sur le gros ragondin qui plonge. Je l'ai raté. Je laisse ma flèche pensant la récupérer tout à l'heure et pars rapidement vers la berge opposée en longeant la digue. Arrivé en face, je commence à entendre des décoches successives qui n'arrêtent pas, c'est Philippe qui tire sur une bande de ragondins.

De mon côté, je longe doucement la berge et dérange un gros ragondin qui démarre au pied d'un arbuste pour s'éloigner vers le milieu du lac. Je me rapproche rapidement, arme, prends la visée et décoche sur le ragondin qui plonge au même moment. Il me semble l'avoir touché. Il remonte un peu plus loin et s'immobilise en surface. Il est un peu loin, mais pensant l'avoir touché, je décide de tenter ma chance. Dessous, le ragondin se déplace à peine, je réencoche et ma troisième flèche est encore dessous ! Je prends mon lancer pour récupérer mes flèches et commence par les plus éloignées du bord mais l'une des 2 est trop loin et dérive vers la berge opposée. En face, 2 chevreuils aboient à tue-tête.

Le ragondin revient vers le bord sur ma droite puis m'observe un moment à une vingtaine de mètres alors que je récupère 2 de mes flèches. Une fois réarmé, je pars doucement à sa rencontre mais il part vers la berge opposée et j'arrive trop tard pour tenter une flèche, il est déjà trop loin. Je crie : "Attention en face !" et Philippe me répond : "Je n'ai plus de flèches !" Pensant qu'il n'arrive pas à les récupérer, je pars au pas de course pour aller l'aider.

Arrivé sur place, je parviens à récupérer une de ses flèches mais il est en fait entrain de récupérer ses flèches et n'a pas besoin de moi, il m'annonce qu'il a tué 3 ragondins. Jean Pascal est posté sur la remontée principale. Je jette un coup d’œil à ma première flèche tirée en arrivant et constate qu'elle a coulé ! Je repars sur mon côté du lac où arrive un ragondin. Il remonte à environ 40 mètres de la digue et s'assied sur la berge alors que je longe la digue pour aller à sa rencontre. J'avance vite, trop vite car, malgré la distance qui nous sépare, le ragondin m'a repéré et se met à l'eau pour longer la berge. Je rattrape le chemin qui borde le lac et le suis pour tenter de rattraper le ragondin qui s'éloigne tranquillement. Plusieurs fois, il revient vers le bord mais sentant le danger à ses trousses, il repart sur l'eau.

J'arrive à une haie épaisse de sapin qui va me dissimuler et constate à la vue du remous qui fait du surplace que le ragondin vient de s'arrêter juste sous les sapins. J'avance tout doucement et aperçois au travers des branchages 2 ragondins assis sur la berge. Je n'ai pas de fenêtre de tir, j'avance discrètement en m'écartant du bord pour ne pas être vu puis je reviens vers le lac au bout des sapins. Mon ragondin est là, droit devant juste au pied du talus. Il est assis et me fait face. J'avance tout doucement et parviens à l'approcher à 8 mètres environ. Il ne bouge pas, j'arme mon arc, vise la tête et décoche. Ma flèche légèrement à gauche a disparue dans sa joue. Le ragondin se cabre tout droit et retombe à la renverse dans le lac pour plonger et disparaître. Je me précipite au bord de l'eau. Mon ragondin ressort un peu plus loin, à 7 ou 8 mètres du bord. L'autre ragondin vient de se mettre à l'eau et s'éloigne en direction de la digue. Il longe le bord et traîne une des flèches de Philippe.

J'arme et décoche entre les épaules du premier ragondin qui me tourne le dos et s'éloigne du bord. Il se débat à peine et s'immobilise. Je cours alors en réencochant vers le second ragondin qui bifurque à 90° pour s'éloigner du bord mais ma flèche le rattrape et le sèche sur place. Je le récupère ainsi que ma flèche et constate que la flèche de Philippe est passée sous la peau de la patte avant pour se ficher dans la "main" de l'animal qui a traîné cette flèche sur toute la largeur du lac pour finir ici ! Je retourne à mon premier ragondin mais je constate, très agacé, qu'il a malheureusement coulé et je ne peux récupérer que mes flèches.

Je repars en chasse quelque peu contrarié. Je longe la berge vers le bout du lac sans rien voir puis je reviens en arrière. 3 ragondins sont arrêtés dans l'angle du lac à 40 mètres de la digue. Je leur lance des cailloux et parviens à les faire repartir vers les archers postés en face. Je longe dans un sens puis dans l’autre pour envoyer les ragondins en face puis je reviens par la digue vers Jean Pascal qui est posté toujours sur la remontée principale.

J'aperçois un ragondin qui se dirige vers le déversoir et je passe à couvert derrière la digue pour lui retomber dessus un peu plus loin mais alors que je reviens sur la digue, je constate qu'il est passé sous l'avancée de béton du déversoir sous laquelle le ressac a creusé. Je me poste au-dessus du déversoir et attends un peu, un remous trahit la présence de l'animal mais au bout d'un moment il ne veut toujours pas sortir et je descends à sa rencontre. Je pose mon arc et mon lancer puis me penche, la tête dans l'eau jusqu’à moitié front pour apercevoir le ragondin qui se débine à 20 centimètres de mes yeux vers l'angle du béton. Le temps de me redresser et d'attraper mon arc, il plonge et file sous l'eau dans une traînée de bulles. Je me décale un peu vers Jean Pascal et attends en scrutant la surface quand j'aperçois le ragondin sur ma droite au ras de la digue. Le temps de réagir, il a plongé et remonte un peu plus loin pour partir droit sur Jean Pascal qui s'est camouflé baissé derrière des branchages. Il laisse venir le ragondin puis au moment où il arrive à portée de tir il se redresse et arme mais l'animal fait volte-face et s'éloigne sans que Jean Pascal ne puisse tirer.

Je fais demi-tour quand, au bout d'un moment, 3 ragondins partent  d'en face en biaisant vers ma rive, en direction de la pointe du lac. Je les suis à distance car ils sont très méfiants et s'arrêtent souvent pour regarder autour d'eux avant de repartir. De tronc en tronc, je les suis sans essayer de les rattraper car je pense savoir où ils vont. En face 2 autres ragondins sont immobiles en surface à 20 mètres du bord.

Au bout d'un moment, les arbres me font un bon écran de camouflage et j'essaie de gagner un peu de terrain. Les ragondins finissent, après de multiples haltes, par arriver au bord dans des branches basses qui font un abri à la surface de l'eau. Je me décale du bord et reviens sur eux en me guidant par rapport au remous. En arrivant au sommet du talus du lac, j'aperçois les 3 petits ragondins qui nagent dans les branches. Un premier s'arrête mais impossible de décocher à cause de l'encombrement, pareil pour le second. Le troisième s'arrête dans une zone un peu plus dégagée et je tente ma chance. Touché un peu en arrière, le petit ragondin plonge et remonte immédiatement puis tente de se hisser hors de l'eau, sur les branches, sans y parvenir.

Les 2 autres ont à peine bougés et j'essaie de trouver une fenêtre de tir quand une énorme femelle fait son apparition en ronnant. Impossible de tirer à cause des branches. Elle finit par se caler dans les branches et je tente de passer par une toute petite fenêtre de tir mais ma flèche est déviée. La grosse femelle s'éloigne un peu en ronnant puis se retourne face à moi à 10 mètres du bord. Impossible de tirer à cause de ses branches et, le temps de trouver une fenêtre de tir, elle se retourne et par vers la berge opposée.

Je crie : Philippe... Philippe... En face...". Philippe met un moment à me répondre et se précipite vers le ruisseau où se dirige le ragondin mais alors qu'il est à 40 mètres de l'animal, qui restait jusqu'alors tranquille contre la berge, le ragondin s'arrache de l'eau et part en courant vers la buse du ruisseau pour disparaître et je crie "trop tard...". Je suis dégoûté, c'était un cadeau. Pendant ce temps, Jean Pascal arrive. Les petits ont disparus, je ne m'occupais plus d'eux... Ils sont en fait en face et Jean Pascal en tue un puis il m'annonce un ragondin qui vient vers moi. Le dernier petit revient vers moi. Je me cale sur son point de chute et le laisse venir mais au moment de décocher, les branches me gênent. Je suis le ragondin et décoche dans une petite trouée mais ma flèche prend une branche et dévie.

Le ragondin plonge et disparaît. Je descends et dois me mettre à l'eau pour récupérer mes flèches. Le petit ragondin blessé tout à l'heure me menace dans un creux de la berge. Je l'attrape et l'achève puis récupère mes flèches avant de remonter sur le chemin. "Pas d'autres ragondin ?". Philippe me crie : " Alex, au bout du lac...". J'entrevois au travers des branches un sillon et comprends tout de suite, je prends le pas de course pour intercepter ce ragondin qui plonge et remonte régulièrement. L’étau se resserre vers la pointe du lac et le ragondin qui avait plongé refait surface dans des petits buissons partiellement immergés. Nous armons avec Philippe mais je le laisse tirer. Sa flèche est bien placée, dès l'impact l'eau devient toute rouge et le ragondin est séché sur place. Il récupère sa flèche et son ragondin puis nous faisons demi-tour.

Je cherche à retrouver les 2 ragondins de tout à l'heure quand j'en aperçois un contre la berge, de mon côté du lac. J'avance doucement mais il plonge et remonte plus loin pour partir vers l'autre côté. Philippe et Jean Pascal qui discutent ne l'ont pas vu et j'annonce : "ragondin en face". L'annonce a remobilisé les troupes, les archers se dirigent vers le point d'arrivée du ragondin et je m'avance sur le chemin à la recherche du second ragondin quand un brocard arrive au galop par le chemin d'en face droit sur Philippe et Jean Pascal, j'annonce "attention chevreuil" puis je le perds de vue. Il est passé derrière les arbres et va droit sur les archers avant de bifurquer brusquement en les apercevant pour remonter dans le champ sur leur gauche.

Tout à coup, en avançant j'aperçois quelque chose, je descends au bord de l'eau, c'est mon ragondin mort qui est remonté se caler contre le bord. Je le récupère et le pose sur le bord.

Les archers suivent le ragondin qui longe la berge en direction de l'ex-poste de Jean Pascal. Mais ils n’arrivent pas à le berner et le ragondin vient se caler au milieu du lac, hors de portée de nos flèches. Son compère est là lui aussi. Je me montre et jette des pierres pour tenter de les faire bouger mais rien à faire. Au bout d'un moment, je laisse tomber et ramasse mes ragondins pour rejoindre mes invités au coin de la digue. 8 ragondins sont morts, Jean Pascal a eu moins de chance que nous, il n'a pu décocher que 2 flèches, le premier ragondin a été assommé par sa flèche qui lui a juste entaillé la peau au sommet du crâne puis s'est refait avant de s’échapper. Le second ragondin est mort sur le coup.

Nous discutons un peu quand un des ragondins décide de biaiser vers la rive opposée. Je tente de l'intercepter mais j'arrive trop tard, il est remonté se caler sous les ronces. Je reviens vers mes invités.

Nous nous apprêtons à partir quand le second ragondin se décide et part lui aussi en biaisant vers la rive opposée. Je repars en chasse car mes invités ne semblent pas motivés pour tenter ce ragondin. J'arrive au chemin de bordure et avance doucement en suivant le ragondin qui, très méfiant, s'arrête souvent pour regarder derrière lui. Je m'arrête souvent pour me faire oublier et  le laisser reprendre confiance. Petit à petit, nous arrivons vers le bout du lac quand le ragondin plonge. Je pars en courant et le dépasse pour me poster à couvert derrière des arbres. Il refait surface à 30 mètres du bord et s'immobilise, hésite, tourne en rond puis décide de faire demi-tour en biaisant vers un amas de branche contre la berge opposée. Il plonge régulièrement puis s'immobilise un moment au milieu du lac. Je renonce et retourne vers mes invités. Cette fois, nous ramassons les ragondins puis repartons vers la voiture.

Nous partons pour Saint Michel, comme la veille, je me gare au dépôt de matériaux puis nous partons faire le tour du lac. Cette fois, Philippe décide de passer à gauche et je passe à droite avec Jean Pascal. Le lac semble très calme, une tortue se met à l'eau sur l'île. Arrivée au bout du lac, j'aperçois une forme qui ressemble beaucoup à un ragondin et le temps de la montrer à Jean Pascal, j'aperçois un mouvement. C'est un gros ragondin qui se coule vers l'eau. Le temps d'avancer un peu pour voir de l'autre côté de l'île, il a disparu. Nous retrouvons Philippe posté, en face de l'île. Il nous explique que plusieurs ragondins se sont mis à l'eau, ils étaient cachés sous un tas de bois au bout de l'île.

Pendant que nous discutons, un ragondin biaise vers la rive opposée. Je pars à sa rencontre mais en arrivant à son point d'arrivée, au pied d'un arbuste, il a disparu. Ne subsiste qu'un remous qui s'atténue doucement. Je cherche un moment en vain puis retourne vers mes invités.

Nous repartons vers le lac des coteaux de Gascogne à la recherche des flèches de Jean Pascal et de nos 2 ragondins. Les flèches ont coulé mais nos 2 ragondins sont réunis contre la digue. Nous les récupérons et rentrons manger.

 

Cet après-midi, nous partons plus tard que la veille car les ragondins ne sortent pas très tôt ces temps-ci, surtout avec le beau soleil qu'il fait aujourd'hui. Nous partons tout d'abord pour Tachoires, pour une mare repérée depuis peu où un gros ragondin se moque de moi. En descendant vers le carrefour de Moncorneil Grazan, nous apercevons le ragondin de la route, il est au milieu de la mare. Je pars me garer sur un chemin qui passe au-dessus de la mare puis nous descendons au travers de la friche pour nous disperser au tour de la mare. Le ragondin a disparu, mes invités sont postés et j'inspecte les cachettes possibles quand un remous attire mon attention sous des ronces contre la berge de mon côté. Je me rapproche doucement et me poste au-dessus du remous. Rien ne sort, je tente un cri de ragondin, toujours rien, je me décale à peine et le ragondin surgit de sa cachette sous l'eau. J'en avertis mes invités, nous sommes tous près mais le ragondin refait surface contre la berge opposée, un peu loin pour un tir. Philippe tente de se décaler mais l'animal plonge et disparaît. Nous attendons un peu en vain puis retournons à la voiture.

Nous partons pour Castelnau Barbarens pour les lacs de Pepieux où Philippe a fléché son premier ragondin l'an dernier. En route, nous apercevons un puis 2 autres ragondins au bord d'un ruisseau mais l'approche est trop délicate vue le nombre de chasseurs, je laisse tomber et nous poursuivons notre route.

Arrivé sur place, je me gare près des bâtiments agricoles et nous voilà partis. Philippe va faire le tour du lac en attaquant par la droite du plan d'eau et Jean Pascal part se poster au bout de la bande de terre qui sépare le lac en 2 parties. De mon côté, je pars côté gauche pour rejoindre l'autre bout de la bande de terre et tenter d'envoyer les ragondins vers Jean Pascal. J'avance doucement sur la bande de terre couverte de ronces quand j'entends une décoche. Philippe vient de tirer un ragondin un peu après la bande de terre.

Le ragondin vient vers moi et se cale dans les ronces contre la bande de terre. Je m'approche doucement et finis par distinguer sa queue qui dépasse des ronces. J'arme et tente de deviner la position du corps de l'animal puis décoche. Le ragondin plonge. Manqué, je récupère ma flèche. Nous surveillons la surface du lac quand je l'aperçois sur ma gauche contre la berge. J'arme, vise et décoche et le frôle, il longe la berge et rentre dans une touffe de jonc. Je pars en courant pour tenter de l'intercepter mais j'arrive trop tard. Il est déjà au terrier.

Je récupère ma flèche puis finis de pousser la bande de terre vers Jean Pascal alors que Philippe fais un tour au bord du lac. Rien de plus dans le secteur. Nous partons à pied vers le second lac un peu plus haut. Je laisse mes invités passer sur la bordure gauche où se trouvent les terriers et je passe en face pour tenter de leur envoyer un ragondin. Les colverts s'envolent. Tout à coup, un ragondin plonge vers le bout du lac et Philippe court pour tenter de l'intercepter mais le ragondin plonge pour rentrer au terrier. Aucune chance de le voir ressortir, je finis de longer mon côté du lac puis nous retournons à la voiture pour changer de lac avant qu'il ne fasse nuit.

Nous partons pour le lac près de l'élevage de canards gras. Je me gare et mes invités attaquent le lac par la gauche (côté des terriers) alors que je longe la digue pour rejoindre la berge opposée. Un sillon fait stopper net Jean Pascal et Philippe, je siffle et leur fait signe de courir vers le terrier juste un peu plus loin. Un gros ragondin plonge de mon côté au coin opposé du lac. Je cours à sa rencontre mais il revient vers la berge et disparaît alors qu'un second ragondin biaise vers les arbres d'en face. J'arme, vise mais quelque chose m'intrigue, la luminosité décroissante vient de me jouer des tours, ce ragondin est en fait une cane colvert. Je désarme, un canard gras échappé se met à l'eau un peu plus loin. Je fais demi-tour et le ragondin, qui était caché dans la végétation du bord, démarre au ras de mon pied. J'avertis Jean Pascal qui est posté sur les terriers mais rien ne ressort. La nuit tombe, nous rentrons. 

Lundi :

 

Ce matin nous allons commencer par un lac sur Durban. Juste avant le lac un beau renard traverse la route devant nous puis s'arrête dans le champ pour nous regarder passer. Arrivés sur place, juste avant le lever du jour, nous descendons vers le lac. Jean Pascal part se positionner en face de la passerelle en pylônes EDF, Philippe va se poster sur l'arrivée du ruisseau d'alimentation, où se trouve la majorité des terriers et je vais faire le tour du lac pour tenter de rabattre les ragondins vers mes invités.

Je passe la clôture électrique du parc des chevaux et me dirige vers le passage qui traverse le ruisseau quand j'entrevois, dans la semi pénombre, un ragondin à l'entrée d'un terrier sur la rive opposée du ruisseau. Je me poste en face en attendant d'avoir assez de luminosité pour tirer mais un grand bruit d'eau précipite le ragondin au fond de son terrier. C'est Philippe qui, avec ses waders, traverse le ruisseau pour se poster à l'angle de la zone de joncs. Mon ragondin est rentré au terrier et je quitte mon poste pour faire le tour du lac alors que Philippe rejoint son poste.

Je crains que cette agitation n'ait compromis nos chances de réussite mais en revenant vers le lac, j'aperçois plusieurs gros ragondins immobiles à la surface du lac. Je dis à Philippe de se dépêcher de se poster et je commence à longer les joncs pour essayer de rapprocher les ragondins ou de les envoyer vers les postés. De nombreuses foulques se déplacent à la surface du lac. J'avance doucement quand j'aperçois dans mon dos un ragondin à 10 mètres du bord. Je fais doucement demi-tour et tente de me rapprocher mais le ragondin plonge et ressort à 20 mètres environ et s'immobilise, j'attends un peu espérant le voir partir sur Philippe mais il semble avoir compris le piège et ne veut pas bouger. Je décide alors de le forcer à bouger. J'arme, vise un moment et décoche. Ma flèche est très en arrière mais la réaction du ragondin à la plongée me fait penser qu'il a été touché.

J'attends un moment mais ne le vois pas ressortir. Je continue mon tour du lac et rejoints doucement le bosquet. Un peu de brume à la surface du lac réduit ma distance de vision. Je remonte et passe derrière le bosquet pour revenir doucement vers le lac et longer la digue quand j'aperçois au milieu du lac, contre le pylône EDF noyé, 2 gros ragondins qui tentent de se faire oublier au milieu des foulques. Je fais demi-tour et remonte au-dessus du bosquet que je traverse en descendant me positionner au bord de l'eau, au pied du bois. Un ragondin plonge et je l’aperçois furtivement remonter alors qu'il se dirige vers Jean Pascal posté derrière un buisson, sur la rive opposée. Le ragondin replonge et j'avertis Jean Pascal, qui ne l'a pas vu, de sa présence. Jean Pascal se décale mais le ragondin ne refait pas surface. Je jette alors des cailloux pour faire démarrer le second ragondin qui finit par plonger mais il disparaît et personne ne le reverra.

Je reviens doucement vers le départ du lac et longe les joncs au bord de l'eau pour tenter de déloger un ragondin. Rien ne bouge. Je retraverse le ruisseau pour rejoindre mes invités alors que Jean Pascal arrive à la clôture du parc des chevaux. J'avance vers luis quand un remous attire mon attention là où tout à l'heure le ragondin est rentré au terrier. Un petit ragondin sort la tête à 8 mètres environ. J'arme vise et décoche, ma flèche part se ficher dans une souche, séchant net le petit ragondin atteint au cou. Je pars le récupérer mais dois laisser ma lame dans la souche car elle est trop enfoncée. Je rejoints Jean Pascal avec ma prise.

Philippe a tué une grosse femelle pleine qui flotte à l'arrivée du ruisseau et il s'est fait avoir par un ragondin qui est rentré au terrier, sous l'eau, juste à ses pieds. Au moment de décocher, une ronce lui a sorti sa flèche de son repose flèche. Je reposte Jean Pascal à la passerelle et pars inspecter les moindres cachettes possibles le long de la berge et de la digue mais sans succès. Nous faisons demi-tour et je récupère la flèche de Philippe et la mienne alors qu'il récupère son ragondin. C'est le ragondin que j'ai tiré tout à l'heure, il est légèrement blessé à une patte arrière.

Nous quittons ce lac pour faire une halte sur une mare un peu plus loin mais sur le chemin nous apercevons au moins 2 ragondins au gagnage le long du Cédon. Je me gare un peu plus loin et nous partons à l'approche avec Jean Pascal. Nous rejoignons le bord du ruisseau et je passe devant pour le début de l'approche puis apercevant les ragondins, je fais passer Jean Pascal devant moi et le suis pour guider son approche. C'est une femelle et au moins 2 petits qui broutent au bord du talus du ruisseau. Nous avançons très doucement car la femelle est méfiante et lève souvent la tête.

2 voitures passent sur la route, les ragondins n'y prêtent pas attention. Nous approchons de plus en plus doucement à mesure que la distance s'amenuise. L'une des voitures a fait demi-tour et s'arrête à la portée de Philippe pour discuter avec lui et je crains de voir les ragondins s'enfuir car tout ce petit monde parle fort mais rien, ils restent calmes à brouter alors que nous nous sommes figés avec Jean Pascal. La voiture finit par repartir et nous continuons notre approche pour arriver à 10 mètres environ des ragondins. Nous nous mettons d'accord et armons nos arcs. Je donnerai le top du tir. En temps normal, j'aurais approché plus mais, à 2, l’approche est plus compliquée. Je donne le top et retiens un instant mon tir pensant que Jean Pascal allait tirer le premier mais son tir tarde à venir et s'est finalement ma flèche qui part légèrement avant la sienne pour passer au ras derrière le ragondin alors que celle de Jean Pascal passe également très près mais ma décoche avait fait démarrer tout ce petit monde qui se jette à l'eau. Nous nous rapprochons au plus vite en réencochant mais les ragondins ont disparu. Je mets un moment à retrouver nos flèches passées sous des orties.

Nous poursuivons jusqu'à la mare. Je me gare et nous descendons doucement. Je poste mes invités au coin de la mare et je pars doucement pour en faire le tour et tenter de rabattre un ragondin vers les terriers. Un lapin se débine contre la berge opposée, dans le coin de la mare, au milieu des ronces. Je passe derrière les ronces du bout de la mare et aperçois mes invités qui me font signe. Je comprends qu'un ragondin doit se cacher dans les ronces. Je tente de m'approcher du bord en traversant les ronces et les joncs mais les ragondins sont déjà à couvert dans les terriers, il y en avait 2 gros d'après Jean Pascal mais je ne les ai pas vus.

Nous partons pour Labejan et faisons une halte au lac du Fourcès. Alors que nous nous préparons, j'aperçois un gros ragondin sur la digue au ras des joncs. Je fais passer mes invités sur la droite et je prends par la digue sachant que le ragondin vu sera impossible à surprendre. Un ragondin biaise vers les terriers d'en face et je presse le pas. Le ragondin vu d'en haut se met à l'eau puis plonge. Je pars en courant me poster sur les terriers mais je n'apercevrai qu'un remous. Plus de ragondin sur ce lac. Nous poursuivons jusqu'à la mare où Philippe a manqué de peu son ragondin mais elle est vide ce matin.

Nous remontons à la voiture puis nous partons pour les 3 lacs où Jean pascal a retrouvé mon petit ragondin mort. Aujourd'hui, je décide de l'attaquer par l'autre côté. Je me gare dans la luzerne au bord de la route et nous commençons à descendre quand nous apercevons un ragondin au coin droit de la bande de terre. Nous contrôlons le vent et amorçons un contournement mais les canards décollent et le ragondin se précipite vers l'eau. Nous descendons au pas de course, Jean Pascal part vers le ragondin alors que je cours vers l'autre côté de la bande de terre. En arrivant près du lac, j'aperçois 2 autres ragondins qui se sont mis à l'eau et qui partent vers la rive opposée. Ils plongent, je cours de plus belle pour me positionner en face. L'un d'eux refait surface près de la berge et je tente de me rapprocher mais, au moment d'armer, il replonge.

Je cours me poster en face des terriers. Le ragondin ressort à 12 mètres environ et j'arme encore essoufflé. Ma flèche passe dessous. Je réencoche et réarme alors que le ragondin s'éloigne, sans broncher, doucement, à la surface de l'eau. Encore dessous, le ragondin se rapproche de la berge toujours tranquille. Il se moque de moi ma parole ! Je réarme mais je suis encore dessous. Ma quatrième flèche équipée d'une snuffer part bien mais ricoche en touchant l'eau et passe au ras au-dessus du ragondin pour se ficher dans la berge opposée.

Jean Pascal arrive pars le haut du talus couvert d'épines noires. Le ragondin fait des va et viens au pied du talus et je guide Jean Pascal qui penne à le voir au milieu de tout cet encombrement. Il finit par l'apercevoir et tente une flèche mais elle finit dans un arbre mort qui flottait en surface et le ragondin rentre au terrier. Je fais le tour pour récupérer nos flèches. Philippe nous aide avec son lancer mais la flèche de Jean Pascal est bien rentrée dans l'arbre mort et nous n'avons rien pour l'en sortir. L'une de mes flèches est également difficile à attraper, trop loin pour Philippe et cachée par les branches pour moi, je vais la laisser dériver un peu.

Jean Pascal doit passer un coup de fil et nous partons avec  Philippe vers le lac suivant où j'aperçois de loin un ragondin moyen qui rente au terrier en face l'île. Je poste Philippe sur le terrier et fais le tour du lac pour traquer le côté boisé. Une cane colvert me surprend en s'envolant des fragons mais pas le moindre ragondin. Nous repartons vers la voiture. Ma flèche n'a que peu bougé à la surface du premier lac, Philippe décide de tenter d'aller la chercher en barque, il met la barque à l'eau et se positionne sur l'avant. Il pagaie avec ses bras et avance assez vite. L'image est comique car la barque touche l'eau à peine sur le devant et nous regardons en rigolant Philippe qui se rapproche de ma flèche. Philippe parvient tout de même à récupérer ma flèche et revient. Nous partons.

Je prends la route de la chapelle de Miramont d'Astarac et nous passons au-dessus des lacs entourés de peupliers mais les colverts en surface ne nous encourragent pas à tenter l'approche. Nous nous arrêtons plus loin sur un petit plan d'eau où j'ai fléché un gros ragondin l'an passé mais rien ce matin. Je poursuis vers Saint Jean le Comtal. Nous nous arrêtons au-dessus d'un grand lac et apercevons un beau brocard au gagnage. Nous l'observons un peu puis nous partons à la recherche d'un ragondin en voiture. Je pars vers le lac de la Castagnères puis vers Ordan Larroque espérant voir un ragondin sur l'un de mes coins de chasse mais rien. Nous arrêtons là pour aujourd'hui et nous rentrons pour une belle photo souvenir.

Un week end ragondin entre archers, 19 au 21 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:13

Ce matin, alors que je suis en plein contrôle, mon téléphone perso sonne, je ne connais pas ce numéro. Je décroche et c'est une personne qui m'appelle pour me signaler qu'il a un gros ragondin sur sa mare, je lui dis que je passerai le soir même...

Ma journée de boulot terminée, il me faut d'abord aller faire des courses pour ce weekend et aller chercher l'arc de Jean Pascal qu'il s'est fait livrer à Auch. Il arrive ce soir par le train avec Philippe pour chasser le ragondin sur 3 jours. Une fois toutes mes affaires réglées, je pars donc pour Moncassin pour tenter de flécher ce gros ragondin mais il n'est pas là à mon arrivée. Je discute un moment avec les propriétaires puis refais un tour sur les 3 mares autour de la maison avant de partir faire un tour rapide sur le lac des coteaux de Gascogne à Clermont Pouguyilles, il est déjà tard et la chasse sera vite faite.

Je me gare au coin de la digue puis pars me poster près du petit fourgon tout rouillé qui sert d'affût à canard au pied du petit bosquet. Un gros ragondin se rapproche en longeant le bord puis je le perds de vue derrière un buisson un peu plus loin. Au loin, le long de mon côté de berge, 6 ou 7 ragondins tournent sur l'eau. En face, un gros plouf puis de l'agitation devant les terriers. J'ai bon espoir et j'attends posté mais le gros ragondin ne ressort pas.

La luminosité baisse, je décide de partir à l'approche, j'avance doucement vers le buisson puis le dépasse sans voir le gros ragondin qui est rentré au terrier. Je continue à longer la berge, les ragondins se sont dispersés mais je parviens à approcher, caché par le talus du lac, un petit ragondin qui démarre en surface et s'éloigne du bord. J'arme, vise et décoche. Touché au niveau des épaules, à la colonne vertébrale, le ragondin s'éloigne rapidement à l'aide de ses pattes avant. Je prends vite ma canne à pêche et parviens après plusieurs tentatives à le ramener au bord où je l'achève.

Je fais le tour mais les ragondins ont traversé et un dernier rentre au terrier alors que j'arrive à portée de tir. J'ai encore un peu de ménage à faire pour ce weekend et mes invités arrivent vers 22 heures, je rentre.

Petit résultat pour la sortie du 18 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 21:53

Ce soir, je décide de retenter ma chance sur le lac de Lourties Monbrun, il me faut d'abord aller faire le plein à Masseube et en passant près de la station d'eau potable de Labarthe, je constate que les ragondins sont de sortie mais sur l'autre rive du fossé par rapport à d'habitude. Je reviendrai dans un moment. Le plein fait, je reviens vers Labarthe et me gare sur le bord de la route puis pars à travers le colza pour faire une grande boucle et revenir vers les ragondins. Alors que je reviens doucement, j'aperçois les ragondins au gagnage du côté du piège, ils ont changé de rive où se sont d'autres ragondins que j'ai vu tout à l'heure. C'est encore la femelle avec 2 petits. Je suis en plein découvert mais je tente l'approche. Rapidement, la femelle détale puis les petits et en me rapprochant du fossé je les entends sous les ronces mais ne peux pas les voir. Ils m'ont encore bien eu, cette femelle va être mon challenge de l'année car elle est très maline et très difficile à approcher vu qu'elle broute en plein découvert tant que le colza est bas.

Je retourne à la voiture et pars pour le lac, je me gare près de la ferme et tombe sur le propriétaire avec qui je discute un peu boulot et ragondin avant de le quitter pour descendre vers le lac.

Tout semble calme. Comme hier, je passe sous la digue et remonte au coin du lac pour observer puis j'avance doucement en longeant le bord quand un gros ragondin traverse vers le bout du lac et rejoint tranquillement mon côté. Je le laisse rejoindre la berge en restant immobile puis commence l'approche, quand, arrivé au milieu du lac, j'aperçois un très gros ragondin au gagnage au bout du lac. Je descends au pied du talus de la berge et longe l'eau à couvert pour réduire la distance, puis je ressors à découvert à 40 mètres du ragondin et commence alors une approche extrêmement lente et me statufiant à chaque fois que le ragondin lève la tête. Un petit ragondin monte sur la berge, fait une petite boucle puis disparaît au bord de l'eau dans les joncs. Je gagne peu à peu du terrain quand le ragondin se déplace un peu pour s'éloigner et je crains être repéré mais il se remet à brouter dans un creux du terrain qui me donne un avantage, il me verra moins bien.

90 ième ragondin de la saison, 17 mars 2011

J'avance toujours au ralenti quand le ragondin, que j'ai vu traverser le lac, remonte doucement devant moi au milieu des joncs. J'avance doucement en surveillant les 2 ragondins quand, tout à coup, le plus gros qui broutait plus loin démarre pour se mettre à l'eau. J'arme, l'autre ragondin a plongé. Ils remontent tous les 2 et se suivent pour biaiser vers la berge d'en face. Je vise le plus gros et décoche. Ma flèche est basse, le ragondin plonge dans une eaux rougie par le sang et disparaît.

Je le cherche du regard un moment quand le second ragondin remonte à 15 mètres environ de 3/4 arrière, j'arme, vise rapidement et décoche dans le mouvement. Ma flèche trop en arrière reste plantée en travers du ragondin qui se débat dans l'eau essayant de se sortir la flèche, la lame s'agite en surface puis le ragondin passe sous des branches basses qui touchent l'eau. Il se débat toujours, plonge remonte, entravé par cette flèche. Un petit ragondin refait surface et passe sous la berge ou il ronne un moment avant de se taire et de disparaître. Tout à coup, j'aperçois mon ragondin en grande difficulté pour remonter sur les branches basses quand, au même moment, ma flèche se met à s'agiter quelques mètres plus loin sur ma droite ? C'est en fait le premier ragondin que j'ai blessé et avec qui il vient de donner le change. Les 2 ragondins se débattent en surface. Le premier touché tente de remonter sur la berge et retombe lourdement dans l'eau, il lutte pour sortir de l'eau et j'aperçois une vilaine entaille au niveau de sa patte avant et de son poitrail. J'attends qu'il se dégage un peu et tente de lui placer une flèche mais il y a trop de branches et je passe dessous. Je tente alors une flèche sur le second ragondin qui se retourne et se recale sous la berge. Je n'ai plus de flèche.

Le premier ragondin finit par se sortir des branches et s'immobilise, il est mort. Je fais le tour par le bosquet pour revenir vers l'autre ragondin toujours vivant. Il s'est décalé et est passé complètement sous la berge, seule ma flèche le trahit. Je récupère ma flèche platée dans la berge et lute un moment pour essayer de la lui placer dans la tête. Je dois me faire un passage au travers des ronces puis attendre qu'il me présente sa tête. Je décoche et le touche en pleine tête mais trop devant pour le tuer. Je le sort de l'eau et l'achève puis récupère ma flèche dans les branches et mon second ragondin avant remonter dans le blé au-dessus puis d'aller chercher ma canne à pêche que j'ai oublié à la voiture. Le premier ragondin a le poitrail entaillé et le sternum fendu, j'ai de la chance de l'avoir récupéré, j'ai du mal à croire que cette blessure lui a été fatale ! 

90 ième ragondin de la saison, 17 mars 2011

Je récupère ma flèche sur le lac puis je retourne à la voiture.

Je pars pour d'autres lacs à Clermont Pouyguilles, je me gare au bord du colza au lieu de descendre par le chemin de terre qui arrive sur l'autre berge et je descends vers les lacs à travers champ. Rien sur le premier lac, je remonte la digue du second lac puis la longe. 2 colverts s’envolent des flotteurs qui soutiennent le tuyau de pompage. Un rat se met à l'eau devant moi, j'arme, vise et décoche rapidement. Ma flèche projette le rat hors de l'eau puis se fiche au font pour ne pas remonter. Le rat plonge et ressort beaucoup plus loin alors que j'ai réencoché. Je longe la berge à sa poursuite. Il regagne le bord puis court sur la berge avant de replonger et de disparaître. La nuit tombe, je me dépêche de longer la berge droite du lac. Un ragondin s'éloigne du bord et plonge. Je me positionne sur le terrier le plus proche mais il ne ressortira pas.

La nuit tombe, je rentre.

90 ième ragondin de la saison, 17 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 06:57

Cet après-midi, lors d'un contrôle de chantier à Lourties Monbrun, j'ai repéré un lac bien fourni en ragondins que je ne connaissais pas et j'ai eu l'autorisation d'aller y chasser. En sortant du boulot, je pars donc pour ce lac où j'ai vu plusieurs ragondins en début d'après-midi. Passant près de la station d'eau potable de Labarthe, j'aperçois, de ma voiture, une femelle ragondin et ses 2 petits au gagnage autour du piège comme lundi. Je me gare un peu plus loin et fais une grande boucle dans le colza pour revenir à bon vent sur les ragondins mais cette femelle est décidément très maline, elle détale alors que je suis encore à 40 mètres au moins. Les 2 petits démarrent puis s'arrêtent rapidement pour se remettre à brouter et me laissent un peu approcher pour finir par détaler pour rejoindre leur mère.

Je décide de tout de même tenter une approche. Je traverse le ruisseau et reviens doucement par la berge opposée vers un gros chêne planté sur l'autre rive. Tout à coup, j'aperçois les 2 petits qui remontent du fossé pour se mettre à brouter. A chaque fois qu'ils plongent la tête dans l'herbe j'avance doucement et stoppe à chaque fois que l'un deux relève la tête. Le plus gros des 2 mange dans de la végétation touffue et à chaque fois qu'il plonge la tête dans l'herbe, il est incapable de me voir alors que le plus petit broute dans une zone clairsemée et est bien plus méfiant. Ce dernier finit par se douter de quelque chose alors que je suis à moins de 10 mètres et il revient vers le fossé pour s'arrêter au ras des ronces. Je me fige un moment et attends, il finit par reprendre confiance et son repas. Doucement je parviens à me positionner à l'aplomb du plus gros des 2 et profite d'un moment d'inattention des 2 petits pour armer mon arc. Je vise le plus gros qui est aussi le plus près (5 mètres environ), il me présente un beau 3/4 arrière, sa tête plongé dans l'herbe. Je décoche le clouant sur place, il pousse un gémissement qui diminue rapidement alors que sa tête tombe au sol très rapidement et que son compère se jette au fossé.

Je fais le tour et récupère ma prise puis retourne à la voiture pour partir vers ce lac où j'espère revoir les ragondins. Arrivé sur place, je me gare dans la cours de la ferme puis descends vers le lac. Je passe sous la digue et remonte pour longer la berge de droite alors qu'un crachin commence à tomber. Un remous terreux me fait penser à un ragondin rentrer au terrier mais il s'agit en fait d'une grosse carpe qui fouille contre la berge. Un peu plus loin, j'aperçois contre la berge opposée un gros ragondin assis au milieu des joncs. Je fais demi-tour et reviens vers lui par la rive opposée. J'avance tout doucement en arrivant près de lui et arme mon arc mais je ne le vois pas. Il se met alors à l'eau et longe doucement la berge, il passe derrière des joncs et je me prépare à le tirer dès qu'il va réapparaître mais il plonge et disparaît. J'attends un moment mais rien, je m'approche des joncs mais le ragondin s'est volatilisé.

Maintenant la pluie tombe assez fort et je suis vite trempé, je longe la berge qui est couverte de buissons et de ronces de ce côté. Un ragondin ronne sous les ronces mais impossible de le voir.

Je continue et arrive au bout du lac qui se termine dans un bosquet, je descends le talus du bois, traverse le ru d'alimentation puis reviens par la berge opposée sous une pluie battante sans rien voir de plus. Je retourne à la voiture alors que l'averse se calme. Il fera vite nuit, je décide d'aller voir rapidement les petits lacs de Labarthe. Celui où j'ai fléché les 2 ragondins est vide ce soir. Je pars pour l'autre et longe le plan d'eau côté droit sans rien voir quand un remous m'interpelle contre le penchant boisé. Je me prépare mais un grand bruit d'eau me fait comprendre que le ragondin est rentré au terrier dans les ronces sur ma droite. Je me décale au-dessus du terrier et attends un peu mais rien ne vient. La nuit tombe et je suis trempé, je rentre.

Une sortie pluvieuse, 16 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 07:08

Ce soir, je décidé d'aller faire un tour sur Castelnau Babarens, bien que le temps ne soit pas favorable pour chasser le ragondin. il fait beaucoup de vent. Je pars de Seissan vers 17h30 et rejoints Tachioires où je vais essayer de voir des ragondins, mais alors que je commence à chasser j'aperçois une petite fille qui joue sur le secteur, je fais demi-tour.

En passant à Artigue, je constate que les ragondins ne sont pas de sortie sur le canal. Je me dirige directement vers le lac du producteur de foie gras, je me gare et me dirige vers le lac d'où décollent des colverts mais pas de ragondin pour ce soir.

Je pars pour les lacs de Pépieux qui sont mon dernier espoir pour ce soir. Je me gare près des bâtiments de l'exploitation et commence à longer le premier lac par la droite, des poules d'eau se poursuivent dans le fond mais le lac semble calme niveau ragondin. J'avance doucement vers la bande de terre couverte de ronces qui coupe le lac en 2 parties communicant juste par un étroit passage au ras de la berge que je longe. La bande de terre se finit par un gros bouquet de buissons très épais. Au moment où je dépasse les buissons, j'aperçois, à 15 mètres environ, 2 ragondins, un gros et un plus petit. Je stoppe net et fais doucement marche arrière pour me mettre à couvert derrière les buissons. Les ragondins immobiles sur l'eau contre la bande de terre sont protégés du vent par la végétation. Je pense qu'ils m'ont repéré.

J'attends un moment en observation. Ils finissent par longer les ronces en venant vers moi et je suis confiant mais ils serrent de plus en plus la bordure des ronces puis plongent pour disparaître. Je me décale au bout d'un petit moment pour tenter de les apercevoir. 2 petits ragondins démarrent au milieu de la bande de terre et s'éloignent du bord. Ils m'ont repéré et hésitent un moment, tournant en rond pour finalement décider de s'éloigner vers la berge opposée.

Un remous contre la bande de terre me fait comprendre qu'un ragondin est sur le point de se montrer, j'arme mon arc. Le plus gros des 2 ragondins de tout à l'heure s'avance sur l'eau puis s'éloigne doucement en longeant les ronces avant de se tourner plein travers entre 12 et 14 mètres. Il est un peu loin mais je n'aurais pas d'autre occasion, je vise l'arrière de la tête et décoche. Ma flèche semble ricocher sur la tête du ragondin mais ce dernier se contracte et tombe la tête sous l'eau ne laissant apparaître que son dos puis un filet de sang se répand autour de lui. Je mets un moment à réaliser ce qui vient de se passer et n'y croyant pas vraiment, je pars au pas de course pour faire le tour du lac et revenir récupérer le ragondin ou l'achever si nécessaire. Au bout du lac, une sarcelle se met à l'eau puis décolle. Je traverse le ru d'alimentation puis reviens par la berge opposée toujours au pas de course puis arrivé à 40 mètres du ragondin, je ralentis car il n'a pas bougé mais c'est alors qu'il se remet à bouger et à tourner en rond. Je reprends le pas de course mais il s'immobilise rapidement et définitivement.

Je longe la bande de ronces pour aller le récupérer, un ragondin démarre sur ma droite, j'arme, il refait surface à moins de 10 mètres au milieu des arbres morts et replonge aussitôt. Un autre ragondin plonge à son tour, je me prépare à nouveau mais rien ne ressort. J'avance encore un peu et aperçois un tout petit ragondin qui démarre sur ma gauche et longe la berge. J'arme mais la végétation me gêne pour tirer et il reviens dans les ronces où je le perds. Encore un peu plus loin sur ma droite, un autre petit ragondin se débine sous les ronces et vient s'immobiliser à moins de 2 mètres de moi. J'arme, vise et décoche le séchant sur place, je le ramasse et le pose au sec, c'est mon record de petite taille de la saison.

Une flèche magique, 15 mars 2011

J'arrive au bout de la bande de terre et inspecte les buissons avant de me pencher sur mon ragondin mort que je récupère ainsi que ma flèche. C'est l'une de mes plus belles flèches sur ragondin, vu la distance, ma flèche est arrivée pile où je la voulais, elle est rentrée devant une oreille

Une flèche magique, 15 mars 2011

et sortie de l'autre !

Une flèche magique, 15 mars 2011

Pas d'autre ragondin sur le secteur, je finis le tour du lac puis pars pour le second lac. La surface du second lac est très agitée, le vent s'est intensifié. Des colverts décollent et un chevreuil démarre au pied de la digue. Je l'aboie et il s'arrête au sommet du coteau pour me regarder avant de disparaître. Le clapotis de l'eau contre la berge rend difficile la détection d'un remous de ragondin. J'arrive au bout du lac sans rien voir quand un couple de colverts décolle devant moi sur la petite mare qui précède le lac.

Je reviens doucement par la berge opposée quand un ragondin démarre contre la berge. Je me cale au bord de l'eau et arme mon arc mais le ragondin refait surface trop loin et il biaise pour rejoindre la rive opposée, lutant pour garder le nez au-dessus des vaguelettes. Je fais demi-tour et reviens doucement vers l'endroit où il semble se diriger mais il fait demi-tour et part vers la berge en face.

Je refais demi-tour et pars à sa rencontre alors qu'il vient de rejoindre le bord au pied d'une grosse touffe de joncs. Je m'approche très doucement des joncs et arrive à 2 mètres du ragondin sans parvenir à le voir. Il redémarre, remonte hors de portée puis fait une boucle pour rejoindre la berge plus sur ma gauche. Je le laisse faire mais, en arrivant près du bord, il commence à longer la berge en partant vers la digue. Je le suis à distance en me baissant au maximum et en faisant des arrêts fréquents quand je sens qu'il devient méfiant. En se rapprochant de la digue, il commence à bifurquer pour partir vers la berge opposée. Je presse le pas, arme mon arc et prends la visée mais il est déjà un peu loin pour le tirer. Je vise la tête et décoche, ma flèche lui frôle la tête et ricoche sur les vaguelettes pour atterrir à 20 mètres du ragondin avant de se mettre à dériver.

Le ragondin plonge et je réencoche en espérant le voir remonter mais il remonte loin, près de la berge opposée et replonge aussitôt. Je pars au pas de course pour tenter de l'intercepter mais il remonte une dernière fois au loin pour plonger et disparaître à nouveau. Je fais le tour du lac mais il est à couvert. Ma flèche est trop loin, je la laisse dériver espérant la retrouver au bord lors de mon prochain passage. La nuit tombe et je n'ai pas le temps de faire un autre coin, je rentre.

Une flèche magique, 15 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:09

Aujourd'hui, je dois aller aider mon ami Patrick à monter un mur en pierre sèche dans les Pyrénées mais nous n'avons rendez-vous qu'à 9h30 et étant prêt à partir avant 7 heures, je décide d'aller faire un tour rapide au ragondin sur le canal de Labarthe qui se trouve sur ma route. J'arrive sur place alors qu'il fait déjà bien jour, un beau soleil brille ce matin. Je prends ma gaffe télescopique et mon arc et je pars en longeant le canal. Un colvert décolle mais pas de ragondin pour l'instant quand, en arrivant en vue du petit pont qui enjambe le canal, j'aperçois quelque chose qui vient vers moi. C'est un ragondin qui file grand train dans le courant assez fort sur cette partie du canal. Il avance avec le nez levé et de face sa silhouette est un peu étrange. Je m'éloigne un peu du bord et cours baissé sous le niveau du talus du canal pour gagner 40 mètres puis je me positionne au bord de l'eau et laisse venir l'inconscient. Il arrive à 10 mètres et se rapproche de mon côté et disparaît un instant caché par une avancée du talus. J'arme mon arc et vise l'endroit où je pense le voir ressortir. Ça y est, je le vois, il biaise vers la berge opposée et arrive assez vite. Mon viseur se cale sur l'arrière de la tête, il est de 3/4 face à 4 mètres. Je décoche. Ma flèche restée en travers du gros ragondin vient de le sécher sur place et il commence à dériver, emporté par le courant. Je me dépêche de déplier ma gaffe et le rattrape quelques mètres plus en aval. Je le pose sur la berge puis continue ma chasse.

Un colvert décolle à 100 mètres devant moi dans le canal. Rien jusqu'au petit ruisseau que je me mets à suivre. Un peu plus loin la haie s'agite sur la droite du ruisseau et une belle chevrette surgit à 15 mètres devant moi. Elle marque un temps d'arrêt puis m'aperçois et démarre un trombe et au même moment un brocard surgit lui aussi de la haie et lui emboîte le pas. Ils filent vers la bordure du Gers. Pas d'autre ragondin, je fais demi-tour et retourne à la voiture car 8 heures se rapproche et il me faut 1h15 pour aller cher Patrick. Je récupère mon ragondin au passage.

Sur le chemin du retour, après une bonne journée de boulot, j'aperçois de la route au moins trois ragondins qui broutent autour de la cage piège posée par l'agriculteur au bord du fossé qui longe la station d'eau potable de Labarthe. Je me gare un peu plus loin, attrape mon arc et reviens vers le fossé en longeant le talus de la station d'eau potable. Le vent est bon, face à moi. J'arrive au coin du talus, une mère ragondin et un petit broutent côte à côte dans le colza, un peu plus en aval, un autre petit broute au ras du fossé. La mère lève la tête à chaque bouchée et j'avance pas à pas à chaque fois quelle baisse la tête. Le petit au ras du fossé descend à couvert. J'avance encore de quelques pas mais les ragondins, qui sont encore à 30 mètres environ, commencent à s'agiter et la mère laisse son petit pour revenir vers le ruisseau en s'arrêtant plusieurs fois pour identifier le danger. Elle bascule dans le fossé, le petit revient un peu vers le fossé mais s'arrête pour manger, j'avance vers où est rentrée la femelle pour tenter de couper la route à son rejeton qui réagit curieusement. Il démarre sur de petites distances puis se remet à brouter, comme si l'appel de l'estomac était plus fort que sa peur du danger qui se rapproche. Mais alors que j'arrive presque au bord du fossé, il se décide et revient au trot vers le fossé face à moi. J'arme mon arc, le suis dans mon viseur et comprenant que cette fois il ne s'arrêtera pas, je le tire en pleine course à 5 mètres. Ma flèche rentrée dans le coup et sortant sur le côté vient de le clouer sur place. Il se débat en vain.

Je m'avance en descendant le fossé vers un terrier que je connais bien, 2 petits ragondins s'y précipitent ne me laissant pas le temps de réagir. Un peu plus loin le fossé fait un virage à 90° et face à moi, un petit remous parvient de sous les joncs, je me baisse un peu et aperçois une boule de poil. J'arme vise et décoche, clouant le rat à la berge opposée. Je le laisse mourir et reviens vers le terrier. un autre petit ragondin démarre et rentre à couvert un peu plus loin sous la végétation. Je me poste devant le terrier et attends un peu. L'eau se met à bouger et au bout d'un moment le nez d'un des petits ragondins pointe à l'entrée du terrier. J'arme vise et décoche rapidement mais ma flèche passe au ras sous la tête de l'animal.

Je récupère mon ragondin qui est mort maintenant, ma flèche plantée à l'entrée du terrier et mon rat avec mon autre flèche avant de rentrer.

Ragondins express, 14 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 17:14

Ce matin, j'ai décidé d'aller chasser sur Castelnau Barbarens, je commence par les lacs de Pépieux. Je me gare près des hangars de l'exploitation et pars faire le tour du premier lac où rien ne bouge.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Je me dirige donc vers le second lac d'où décollent des colverts.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Je longe le lac côté gauche, tout à l'air bien calme, en arrivant vers le bout du lac, j'aperçois un remous contre la berge puis un ragondin se détache légèrement du bord. Je m'éloigne un peu de la berge et fait une boucle pour revenir vers le ragondin qui s'éloigne doucement du bord. J'arme vise et décoche, le ragondin est séché sur place. Je le laisse sur place et continue mon tour du lac.

Un gros ragondin traverse au milieu du lac, en provenance de la berge opposée. Je fais demi-tour pour tenter de l'intercepter mais il rebrousse chemin pour aller se caler contre la rive opposée. Je repars vers le bout du lac et reviens par la rive opposée vers où je pense trouver le ragondin. Je longe doucement la berge et le fais démarrer sous l'eau sans le voir; il remonte au milieu du lac et part vers la rive opposée.

Je prends le pas de course mais un ragondin caché dans les herbes hautes plonge à mes pieds. Je stoppe net et me prépare à armer au cas où il remonterait assez proche du bord. Il refait surface à 10 mètres environ. J'arme, vise et décoche mais il plonge au même moment et ma flèche qui semble traverser le ragondin passe en fait au-dessus. Je réencoche et surveille la surface en me rapprochant de la digue. Ça y est, il refait surface contre la digue et se cale contre le bord. J'avance en fixant du regard son point de chute. Arrivé sur place, pas de ragondin ! Je le cherche un moment du regard quand j'aperçois sous l'eau sa queue qui s'agite juste à mes pieds. Ne sachant pas que je l'ai manqué et le pensant blessé, je me baisse pour le saisir par la queue mais il démarre et repart vers le milieu du lac.

Il refait surface hors de portée et se dirige vers la berge de gauche, je tente de l'intercepter mais il fait demi-tour et repart vers la berge opposée en plongeant régulièrement pour se faire discret. Je le laisse se caler au bord dans les joncs et reviens vers lui en gardant les yeux sur son point de chute. Arrivé sur place, impossible d'y poser les yeux dessus et il finit par redémarrer sous l'eau. J'arme et décoche au coup de bras avant qu'il ne disparaisse dans les profondeurs du lac. Ma flèche file droit vers le ragondin mais pour la deuxième fois je le manque.

Il remonte au bout d'un moment puis replonge en direction de la rive à 15 mètres sur ma gauche. Je surveille la surface de l'eau et aperçois une queue qui s'agite en surface contre la berge. Je m'approche doucement et devine le ragondin sous l'eau dans la végétation. J'arme, vise au jugé et décoche. Le ragondin est cloué sur place par une flèche de coffre. Je le saisis par la queue et le sors de l'eau avec ma flèche que je retire rapidement avant de l'achever d'un coup sec. Je récupère 2 de mes flèches et par à la recherche du 3ième ragondin mais il a disparu. Je pars chercher mon premier ragondin puis récupère le second au passage et repars vers la voiture.

En partant j'aperçois au loin 4 chevreuils au gagnage. Je vais jeter un coup d’œil sur un petit lac en limite de Pessan.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Ce matin, il n'est peuplé que de poules d'eau de foulques et de grèbes castagneux, pas de trace d'une quelconque activité de ragondin. Je quitte donc ce lac pour une mare et un lac un peu plus loin. En route je dérange un brocard au gagnage qui détale vers le sommet du coteau. La mare ne semble pas occupée mais en arrivant au lac qui a bien baissé depuis ma dernière visite, je constate qu'il est truffé de terriers. 2 colverts décollent à mon arrivée, je fais le tour du lac, pas de ragondins mais des crottes et traces fraîches, ils étaient là cette nuit ou ce matin.

Je pars maintenant chez un producteur de foie gras et en route j'aperçois un gros lièvre qui broute au pied du village contre le canal du moulin. Je me gare et pars vers le lac au pied des parcs à canards. Des colverts et des foulques décollent. Je longe doucement la berge qui se borde d'arbres. Un remous attire mon attention sous des branches mortes. Je surveille les alentours et aperçois un gros ragondin qui se débine en suivant la berge à quelques mètres du bord. Je le suis et pense pouvoir l'intercepter après les arbres qui m’empêchent de tirer mais il plonge au ras des arbres et rentre au terrier au pied du talus juste devant moi. Je ne connaissais pas ce nouveau terrier et me suis bien fait avoir. Je fais le tour du lac sans rien voir de plus et retourne à la voiture.

La matinée est encore peu avancée et je décide de continuer à chasser du côté de Seissan. Je repars donc par la route de Tachoires. Un gros ragondin broute au bord du canal du moulin d'Artigue. Je me gare et pars en repérage car j'ai déjà vu des ragondins cette semaine pendant le boulot. Le ragondin est au terrier avant que je n'arrive. Le canal est miné, le nombre de terriers est impressionnant. Il me faudra demander l'autorisation de venir y chasser.

Je poursuis ma route et absorbé dans mes pensées, je manque l'embranchement de Seissan et arrive à Tachoires. En arrivant au village, j'aperçois 4 ragondins au gagnage au bord d'un petit lac près du moulin.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

J'ai le droit de chasser les ragondins depuis un moment sur le secteur mais je n'y en avais jamais vu, je me gare et reviens doucement par la route.

Comment aborder ce lac sans être repéré, pour l'instant je suis camouflé par une haie de fruitiers mais je dois sortir à découvert pour approcher les ragondins. Je tente le coup, arrivera ce qui arrivera, je descends doucement par un chemin de terre qui arrive sur la digue du petit lac. J'avance doucement droit vers les ragondins qui broutent à l'angle du lac entre la berge et le canal du moulin. Ils se figent et me regardent arriver sans bouger, incroyable, ils ne sont plus qu'à 20 mètres et j'avance toujours quand un petit ragondin se met à l'eau au coin de la digue et la longe en venant droit sur moi ! J'arme et le laisse venir pour le flécher 3/4 face à 4 mètres. Le ragondin, que la flèche a traversé derrière la tête pour ressortir dans l'abdomen, se met à saigner abondamment et se contracte pour regagner la berge opposée à son départ. Il remonte au sec, vacille puis se cale en boule dans la végétation.

Le pensant mortellement touché je continue mon approche vers ses congénères qui n'ont pas bougé ! J'approche doucement un second petit alors que la mère qui est énorme se met à l'eau et se cale contre la berge en grondant. J'arrive à 5 mètres du petit qui n'a pas bougé. J'arme vise et décoche le séchant sur place.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

J'avance maintenant vers la mère qu'un arbre m'empêche de tirer mais, alors que je m'approche, elle vient droit sur moi et le temps que je me décaler sur la droite pour éviter l'arbre, elle plonge et disparaît sous la berge. J'avance droit sur le dernier petit qui se met à l'eau et part doucement, j'arme et fais 2 pas pour me rapprocher avant de décocher de 3/4 arrière. Touché plein coffre, le sang gicle dès l'impact et il plonge pour remonter presque aussitôt et commencer à nager de façon incohérente puis à décrire une boucle avant de s'immobiliser alors qu'un autre gros ragondin arrive droit sur moi. Ma flèche a disparu à l'impact, elle doit être au fond du lac. J'arme et vise mais il bifurque doucement vers la berge opposée et plonge pour se caler sous l'eau au pied du ragondin blessé. Je fais le tour du lac et tente de l'approcher mais il plonge et file droit vers où la grosse femelle a disparu et le temps de me précipiter vers son point de chute un remous contre la berge m'indique qu'il est à couvert.

Je retourne voir mon ragondin blessé qui n'a pas bougé mais qui semble toujours vivant. Je l'aperçois au travers des buissons et lui décoche une seconde flèche qui le cloue au sol mais il ne veut pas mourir et se débat furieusement.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Je l'attrape par la queue, le dégage de la flèche et l'achève d'un coup sec puis je pars chercher ma première flèche. Je déplie mon lancer et commence à essayer de rattraper ma flèche quand du coin de l’œil, j'aperçois le gros ragondin ressorti contre la berge. Je laisse ma canne et fais une belle approche en me cachant derrière le gros arbre. Arrivé à 5 mètres, j'arme, me penche un peu sur la droite, vise la tête et décoche. Ma flèche heurte une brindille et claque comme un coup de fouet pour disparaître alors que le ragondin replonge. Je récupère au passage ma flèche fichée au sol dans le second ragondin, une lame a cassé. Je retourne à ma flèche qui flotte et la récupère quand j'aperçois à nouveau le ragondin qui ressort la tête. Ma flèche déviée est en fait plantée dans la berge à 20 cm au-dessus de l'eau.

Je repars à l'approche mais il plonge. Je récupère ma flèche dans la berge puis je me poste derrière le gros arbre et attends un moment. Tout à coup, l'eau bouge contre la berge sur ma gauche, des bulles remontent de sous une souche et je perçois un mouvement mais, attiré par ce mouvement, je me fais berné par le ragondin qui a longé la berge sous l'eau et qui ressort de l'eau juste à ma droite et le temps de me tourner, il replonge. Rapidement un petit remous apparaît contre la berge juste à ma gauche mais impossible de voir le ragondin puis un autre petit remous 1 mètre plus loin. Je me penche doucement en avant et aperçois le bout du nez du ragondin. Je me décale dont très lentement à gauche et arme mon arc pour me pencher doucement juste à l'aplomb du ragondin dont je distingue maintenant la tête. Je vise l'arrière du crâne et décoche. Le ragondin ne bouge même pas mais j'aperçois mon encoche qui dépasse de son crâne et un nuage de sang qui se propage dans l'eau.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Je pose mon arc et me penche pour récupérer ma flèche et le gros ragondin puis je pars récupérer le dernier des petits qui a dérivé jusqu'au bord. J'ai perdu une flèche et cassé une lame mais quelle chasse ! Je pars faire le tour du moulin et longe un moment le canal qui est criblé de trous mais dont le niveau est très bas à cause de travaux. Pas de ragondins bien que les indices de présence soient nombreux.

Je pars maintenant pour Ornézan mais arrivé sur place je m'aperçois que j'ai oublié ma canne à pêche à Tachoires. Je jette tout de même un coup d'œil sur le lac alors que le vent se met à souffler de plus en plus fort.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

En longeant la digue, je constate que la petite mare au pied de la cabane de pompage est très fréquentée au vue des coulées et de l'eau boueuse.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Je descends voir ça de plus prêt mais pas de ragondin, ils sont déjà rentrés. Je pars pour Labarthe. D’abord vers le petit lac près du village et de la voiture en me garant j'aperçois à 150 mètres un ragondin sur la berge opposée. Je prends mon arc et attaque le lac par la gauche à cause du vent et pour pouvoir avancer à couvert derrière une longue pile de bois. Un grand plouf retentit et pensant qu'il s'agit du ragondin, je me précipite au bord du lac mais ce sont en fait des colverts qui en me voyant s’envolent. Pensant mon ragondin au terrier, je fais le tour du lac et m'avance en haut du talus boisé qui surplombe le petit lac quand j'aperçois le ragondin qui n'avait même pas bougé et qui vient de se mettre à l'eau. Il se débine doucement vers les terriers. Je ressors dans le semé de blé et cours vers les terriers mais trop tard, il plonge et rentre à couvert.

Je pars faire un tour vers l'autre petit lac un peu plus loin. Rien ne bouge, je descends vers la haie de laurières qui borde le lac puis la longe vers la droite. Un mâle colvert se débine en s'aplatissant le plus possible au sol et s'arrête par 2 fois en se tapissant au sol. Je m'approche le pensant blessé mais à moins de 20 mètres, la cane se lève de la bordure du lac et il s'envole pour la suivre. Je fais le tour du lac, rien sur le lac et rien dans le ruisseau.

J'arrête là pour aujourd'hui, je repars chercher ma canne à pêche avant de rentrer.

Une belle matinée de chasse au ragondin, 13 mars 2011

Alex

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS