Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 21:32

Cette semaine, j'ai pris 2 jours de congés pour aller chasser le cerf dans les Pyrénées. J'ai toujours mon bracelet en poche et la fin de la saison approche. Je ne suis pas revenu chasser à Sarrancolin depuis ma biche de septembre. Le réveil sonne vers 5h40, je me prépare rapidement et sors mon chien avant de partir quand mon téléphone sonne, c'est Patrick. Il m'avertit qu'il pleut par chez lui et qu'il a plu toute la nuit. Hier soir, il a vu 2 daguets au bord de la route, près d'une petite ruine non loin de chez lui.

Je décide d'aller chasser malgré le mauvais temps, chez moi, il ne pleut pas. Je décide de me garer en bas du chemin de la Soule et de remonter doucement par la route en espérant qu'un cerf sera encore en train de brouter le long des bas-côtés. J'arrive sur place vers 7h10. J'attends un peu puis finis de me préparer avant d'attaquer la montée. Le secteur est bien enneigé et j'ai mis ma veste camo-neige pour l'occasion. Comme Patrick me l'avait annoncé, il pleut. J'arrive à l'entrée du chemin de chez Patrick sans avoir vu ni entendu le moindre animal.

Je prends le chemin d'accès à son habitation, passe la maison puis prends une des pistes qui remonte pour passer sous chez son voisin. Le chemin est marqué de nombreuses traces d'animaux. Au bout d'un moment, je tombe sur le pied d'un très gros sanglier, je décide de le suivre pour tenter d'apercevoir l'animal. Le pied quitte le chemin et descend dans les buis, je le suis toujours doucement. La neige imbibée d'eau est silencieuse c'est un régal pour l'approche bien que l'humidité commence à traverser mes vêtements et mes chaussures.

Un peu plus loin, en levant la tête, j'aperçois une biche suivie d'une bichette qui avancent tranquillement en cherchant leur nourriture à environ 80 mètres au-dessus de moi. Je tente de me rapprocher un peu à couvert des buis mais je suis rapidement trop à découvert. Je regarde un moment les animaux s'éloigner puis sors des buis. Les animaux pressent le pas et disparaissent derrière une crête.

Je reprends le pied du sanglier plus pour chercher un passage au travers des buis très épais que dans l'espoir de l'apercevoir. En arrivant sur une crête, un peu plus loin, je marque un temps d'arrêt et observe les alentours. Un énorme brocard descends en suivant la crête suivante à environ 90 mètres. Je reprends un peu ma progression puis regarde à nouveau alors que le brocard vient de disparaître dans les buis.

Tout à coup, 6 ou 7 grands cervidés surgissent des buis en contrebas et passent la crête au pas de course. Un autre animal beaucoup plus gros descend en longeant la crête sans que je puisse voir sa tête. Certainement un cerf. Ne voulant pas pousser plus loin les animaux, je décide de remonter vers chez le voisin de Patrick. La pente est très raide et très enneigée, j'ai de la neige jusqu'aux genoux et peine de plus en plus à monter. Au bout d'un moment, je rejoins une petite grange au milieu d'un pré où pâturent des moutons en été. Je décide de rattraper le chemin qui remonte aux habitations quand je croise la trace d'un gros cerf qui redescend vers un autre chemin qui redescend vers chez Patrick.

Je tente de suivre cette trace. Je suis de plus en plus mouillé, l'eau coule maintenant sur ma peau et la pluie n'arrête pas de tomber. Au départ du chemin, je m'arrête pour écrire un texto quand un chevreuil se lève à 30 mètres en contrebas et disparaît dans les buis. Mon texto envoyé, je reprends ma marche en suivant le pas du cerf. Au bout d'un moment je perds sa trace au milieu d'innombrables traces d'animaux.

Je redescends vers chez Patrick puis prends une des pistes qui passe sous chez lui. Je longe doucement cette piste qui descend dans le bois et alors que j'arrive au bout de cette dernière, un mouvement me fait lever la tête. Une grosse chevrette remonte la pente au pas puis s'arrête et cherche autour d'elle d'où vient le bruit qui l'a dérangé. Elle regarde vers moi sans me voir et reste un moment immobile à 40 mètres au-dessus de moi environ quand un autre mouvement attire mon regard juste un peu plus bas. Un magnifique brocard vient de démarrer et la rejoint. Tous 2 passent derrière une bosse du relief et je les perds de vue.

Je me suis trompé de piste, j'aurais dû prendre celle du dessus et je remonte au plus raide pour rejoindre l'autre piste en passant non loin d'où se trouvaient les chevreuils. Tout à coup, les 2 animaux que je pensais loin redémarrent. Le brocard s'avance au pas et se cale plein travers à 15 mètres environ au-dessus de moi. Il reste un moment immobile puis s'avance et disparaît. A son tour la chevrette s'arrête au même endroit et prend la pause. Ils ont de la chance que je ne sois pas là pour eux. Elle finit par disparaître un peu plus haut. Je rattrape la piste un peu plus haut puis la suis un bon moment sans rien voir. Je débouche sur un pré puis sur la route avant de redescendre vers ma voiture, je suis crevé et trempé, je rentre, je reviendrais demain soir.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS