Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 11:43

Ce matin, je retourne chasser sur le secteur ou j'ai prélevé mon brocard samedi soir. Laurent chasse au bois du Turc, le temps est brumeux et alors que le jour se lève doucement, la visibilité est très réduite. Décidé à faire un peu de repérage pour trouver un bon poste pour le tree stand de Laurent, je longe le lac puis le ruisseau, passe le passage busé et rejoins la bordure du bois que je commence à longer doucement quand j'aperçois un chevreuil sur la dernière bosse du chaume de maïs. Je rentre dans le bois et longe la bordure rapidement par une grosse coulée en essayant de rester silencieux pour rejoindre le coin du bois et essayer d'intercepter ce chevreuil.

Arrivé au coin de bois, je m'avance au ras du couvert sur la coulée et aperçois un groupe de 6 chevreuils a environ 35 mètres dans le champ travaillé, devant moi. Il y a une grosse chevrette avec 2 chevrillards, un gros brocard et 2 autres que j'identifie comme un jeune brocard et une jeune chevrette. La petite harde semble biaiser vers le  haut du bois. Je me décale doucement en restant silencieux. Je suis la coulée des blaireaux qui longe la bordure du bois et m'arrête régulièrement pour observer. Les 2 chevrillards s'amusent et sautent partout en se rapprochant de la bordure du bois alors que la chevrette semble venir vers moi puis, une partie des chevreuils redescend le talus du champ travaillé en direction du chaume de maïs et la chevrette et les chevrillards finissent par les suivre. Je décide de tenter quelques appels de Butollo. La chevrette se fige puis démarre et file en remontant le chaume de mais, suivie par la harde. Je les regarde s'éloigner puis fais un tour du secteur sans voir d'autres chevreuils.

Je décide de changer de secteur et reviens vers la voiture alors que le soleil se lève derrière les coteaux boisés et une légère brume.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

Je reprends ma voiture et pars un peu plus loin vers un autre lac qui est pratiquement entouré de bois. Je me gare sur le chemin forestier et rejoins le bord du lac.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

Je laisse le lac pour rejoindre un maïs un peu plus loin qui est pas mal fréquenté par les chevreuils. Je longe une bande enherbée entre la culture et le bois quand j'aperçois 3 perdreaux qui se débinent en longeant le bois. Je m'amuse à les suivre, ils marquent des arrêts fréquents et étirent le cou au-dessus des herbes sèches pour repérer ma position puis se débinent de plus belle. Absorbé par ce manège, j'en ai oublié ma chasse et c'est ce moment que choisi un brocard pour se défiler dans le maïs en faisant de grands bons. Je le perds de vue en bas de la culture.

Les perdreaux en ont profité pour disparaître. Je me reconcentre et reprends ma progression lente en surveillant le maïs. Le brocard surgit de la culture et remonte le penchant opposé, s'arrête un instant, m'observe puis reprends son galop et passe derrière la butte ou je le perds de vue. Je rentre un peu plus loin au milieu du maïs dans une zone ravagée par les sangliers puis recommence à avancer vers le bout de la culture quand j'aperçois une chevrette et son chevrillard dans la friche qui fait suite au maïs en face de moi. Ils sont figés et regardent vers moi. Je me baisse doucement dans la culture et attrape mon Butollo, je commence mes appels mais les chevreuils m'observent un moment puis commencent à s'éloigner doucement et s'arrêtant régulièrement pour m'observer sans savoir vraiment à quoi ils ont à faire. Je poursuis mes appels en essayant toutes les modulations possibles mais rien n'y fait et je les vois passer le sommet de la butte près de la ferme et disparaître.

Je me redresse tranquillement quand j'aperçois une autre chevrette et son chevrillard, au ras du maïs, qui viennent certainement du bois qui borde le lac. Ils venaient droit sur moi, attirés par le Butollo mais mon mouvement vient de les alerter et ils se sont figés et m'observe. Je tente de reprendre ma position et de poursuivre mes appels mais, après quelques hésitations, la chevrette s'éloigne en faisant de grands bons et en s'arrêtant régulièrement pour revenir d'un pas avant de repartir de plus belle. Elle passe finalement la crête de la butte et je me redresse pour m'apercevoir que 2 autres chevreuils sont arrêtes dans la friche ou se trouvaient les 2 autres tout à l'heure.

Je me rebaisse dans le maïs et appelle un moment avec mon appeau avant de trouver la bonne sonorité, un cri long et plaintif qui décide la chevrette. Elle avance de quelques pas à chaque appel puis s'arrête et observe un instant, son chevrillard la suit. Elle se rapproche doucement puis se décide et arrive droit vers le maïs au pas. Je range mon appeau et laisse faire. Petit à petit, elle rejoint la bordure de la culture alors que je vais doucement à sa rencontre en me faufilant voûté dans le maïs. La chevrette et les chevrillards sont à moins de 2 mètres du bord du maïs et moi à moins de 9 mètres dans une zone asses dégagé pour tenter un tir si l'occasion se présente: Je décide de rester là et d'attendre. J'entraperçois les chevreuils au travers des pieds de maïs, ils s’avancent prudemment et essayant de voir d'où venait le bruit, la chevrette lève souvent le museau et hume l'air: Ils ne sont plus qu'à 10 mètres environ, presque plein profil, le chevrillard est passé devant. J'arme doucement mon arc et prends la visée au jugé.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

"Allez encore un pas ou deux..." Ça y est je vois suffisamment la petite chevrette pour décocher, mon viseur se cale et je décoche. A l'impact, j’entends casser un gros os, certainement l'omoplate. Le chevreuil pousse un cri et disparaît, la chevrette détale dans la friche et rejoint la cime du coteau sur ma droite. Un instant plus tard, le chevrillard réapparaît plus bas sur ma gauche et baise pour remonter vers sa mère, le sang gicle en abondance à l'entrée de la flèche qui semble trop en avant. Puis ils passent la crête et s'arrêtent près d'un petit roncier. Le chevrillard semble mal en point et titube un peu puis ils s'éloignent d'un pas lent et je les perds de vue derrière la crête du coteau à plus de 100 mètres. J'attends un moment et tente d'analyser la situation. Je me dirige ensuite vers la zone du tir où je ne trouve pas le moindre indice. Je descends un peu en longeant la clôture qui borde le maïs et tombe sur ma flèche cassée. Je n'ai donc pas traversé complètement mais vu le morceau manquant, la lame a du ressortir de l'autre côté. 

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

Je laisse passer un peu de temps avant d'attaquer ma recherche car je n'ai pas confiance dans mon atteinte et j'ai un mauvais pressentiment. Je ne trouve pas de sang dans la direction de fuite et décide de tenter d'avancer en parallèle et en dessous de la crête en partant au-dessus de la flèche brisée pour tenter de recouper la piste de sang et tombe ainsi sur une goutte de sang mais, je reperds immédiatement la piste qui ne semble pas vraiment marquée.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

Je pars donc directement à l'endroit où le chevrillard s'est arrêté et cette fois je trouve du sang en abondance, c'est normalement bon signe, vue la distance importante parcourue. Le sang dessine une traînée continue qu'il est très facile de suivre.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

La piste longe une clôture électrique qui sépare un pré d'une friche: Le chevreuil qui longeait côté pré descends tout à coup dans la friche juste avant une grosse haie de ronces puis longe sous les ronces en direction du bois tout proche: Les hautes herbes sèches sont repeintes en rouge et le sang est toujours aussi abondant. La piste entre par un chemin forestier dans le bois. De grosses gouttes de sang jonchent le sol sur le tapis de feuilles mortes.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

J'avance doucement dans le bois avec le vent dans le dos quand à 20 mètres devant moi, un animal que je ne peux pas identifier démarre dans les ronces. J'attends un moment à l'écoute puis reprends ma piste qui biaise à gauche dans les ronces vers où a démarré l'animal. Je viens certainement de relever mon chevreuil. Je retrouve la reposée debout d'où vient de partir le chevreuil, elle est marquée par une grosse quantité de sang au sol au pied d'un gros chêne: La piste suit les grosses coulée puis s'enfonce dans l'épais. Pour éviter de compromettre une éventuelle recherche au sang, je marche depuis le début à 1 mètre à côté de la piste mais il est de plus en plus dur de la suivre à cause des ronces et des épines malgré un sang assez abondant.

Une petite chevrette perdue, 31 octobre 2011

Laurent qui a fini sa chasse m'appelle et je le mets au courant de la situation. Je décide d'arrêter là ma recherche près d'un terrier de blaireau et appelle le conducteur de chien de sang avant d'aller retrouver Laurent au bois du Turc. Le rendez-vous est pris aux poubelles, au coin du bois du Turc. Au bout d'un moment, le conducteur m'appelle il est arrivé mais pas aux bonnes poubelles, nous attendons encore un peu et le voyons arriver. Nous partons pour la recherche, nous nous garons sur le chemin forestier, cela fait près de 2 heures que j'ai fléché le chevrillard. La piste de sang étant abondante le conducteur décide d'essayer la petite chienne qu'il est entrain de former.

Nous partons donc avec Fannie et Dudule, le chien forceur (herdale terrier) pour la recherche. Un chevreuil sort du bois sous la friche et passe la crête devant nous au grand galop, c'est une grosse chevrette et elle est bien portante, peut-être la mère du chevrillard. Nous attaquons la piste à l'endroit de la flèche brisée pour tester la chienne puisque je connais la trajectoire de la piste sur plus de 150 mètres. Mais dès le départ la chienne est en défaut et ne trouve pas la piste, le conducteur insiste et la guide un peu mais pas moyen de lui faire prendre le sang. Je guide le conducteur jusqu'à l'endroit où la piste est très abondante mais la chienne ne la prend pas franchement et perd complètement la piste au niveau des premières ronces dans le bois. Le conducteur s'agace et je lui propose d'aller chercher Raboliot. Je pars donc au pas de course et reviens avec Raboliot que nous mettons où s'arrête Fannie. Lui part de suite sur la piste mais la perd un instant avant de finir par la reprendre puis la reperd et finit par la recouper près du terrier de blaireau. Cette fois, il est parti et ne quitte plus la piste. Au cas où, nous les laissons prendre de l'avance puis nous suivons avec Dudule. Rabolio ne se trompe pas, il donne de la voie et en le suivant nous trouvons pas mal de sang sur le sol. Nous rattrapons le conducteur et son chien sur un chemin de terre qui coupe le bois dans une zone très étroite La bande de bois sous la friche est coupée en 2 par un petit ruisseau et le chevreuil semble l'avoir traversé, Raboliot en fait de même puis suit le ruisseau en donnant de la voie. Avec Laurent nous contournons par le haut du bois pour nous poster plus en avant avec le chien forceur, au bout d'un passage girobroyé qui avance de 30 mètres dans le bois mais Raboliot arrive et passe devant nous. Nous partons un peu plus loin au coin du bois qui laisse place à un pré sur la gauche du ruisseau.

Raboliot arrive en donnant de la voie quand une grosse chevrette sort du bois et remonte vers le village au-dessus de nous, ce n'est pas mon chevreuil mais Dudule qui l'a vu veut partir en poursuite. Raboliot arrive toujours quand j'aperçois 2 animaux qui se débinent dans les ronces, juste au bord du bois et contourne le conducteur pour passer dans son dos. Je ne sais pas s'il s'agit de mon chevreuil et ne demande pas à Laurent de lâcher Dudule. Raboliot donne de plus en plus de la voie et le conducteur nous demande de lâcher Dudule mais ce dernier ressort sur les traces de la grosse chevrette, nous le coupons et le rattachons. Nous le relâcherons et le rattraperons 2 fois mais le chevrillard qui revient sur ses pas court devant le chien et le conducteur finira par renoncer. Il ressort du bois avec le visage en sang à cause des ronces et la veste rougie par le sang du chevreuil déposé sur les ronces.

Je ne pense pas qu'il survive à ma flèche et suis vraiment très surpris qu'il perde autant de sang après plus de 3 heures qui nous séparent du moment du tir. Cette flèche me laisse un goût amer.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS