Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 21:54

Ce soir, je pars chasser sur Traversères pour tenter de flécher un sanglier, mes invités de la semaine dernière ont eu des presque-occasions mais n'ont pas pu flécher de sanglier. En arrivant, je me gare près de la ferme du haut de mon territoire puis pars pour mon poste un peu plus loin en bordure de la coupe de bois où j'ai déjà fléché un sanglier cette saison, je sais que périodiquement un sanglier, que je juge à 70 kg environ vu son pied, passe régulièrement à ce poste. Un beau brocard broute tranquillement en bordure du bois en forme de U, devant moi, sur ma gauche. Je tente une approche pour le fun, je profite de la crête au milieu du pré pour avancer à couvert jusqu'au fond du U puis je tente de m'approcher en longeant le bois mais le brocard détale à 50 mètres devant moi et rentre au bois. Je pars pour mon poste, ce soir, le goudron n'a pas été frotté comme d'ailleurs depuis une semaine. Je me poste un petit moment mais décide finalement de partir chasser à l'approche car le vent fort qui ne m'est pas très favorable à ce poste, peu me permettre d'approcher un animal.

Je ressors du bois sur le pré, le traverse et descends dans la combe en dessous du bois pour le longer doucement en m'arrêtant régulièrement pour écouter. Je ne suis pas à bon vent jusqu'au moment où je reviens en longeant l'autre côté du U. Je progresse toujours en m'arrêtant régulièrement pour écouter alors que la luminosité baisse rapidement. Tout à coup, il me semble entendre des couinements de marcassins. Je me fige et écoute mais plus rien, je m'avance encore un peu vers une remise d'où j'ai vu sortir les sangliers en début de saison.

Un grognement retentit dans le sale à environ 50 mètres devant moi, je me rapproche doucement et me cale derrière un genet près de la remise. A peine en place, les épines noires et les genets se mettent à craquer, les sangliers émettent de petits couinements, sortent sur le pré à environ 15 mètres devant moi et biaisent pour venir vers un pied d'aubépine à un peu moins de 10 mètres.  J'en compte 7. J'arme et vise un premier petit sanglier mais il se tourne de cul, un autre sanglier de la même taille arrive et s'arrête derrière le premier, je prends la visée et décoche mais au même moment 2 autres sangliers s'alignent derrière celui que je viens de tirer.

Ma flèche frappe violemment le sanglier, tout ce petit monde démarre en trombe, tous remontent vers la remise alors que le petit sanglier touché tombe à 2 mètres derrière l'aubépine et se débat au sol avec ma flèche en travers en couinant. 2 de ses frères ou sœurs reviennent vers lui et se plante de face à une vingtaine de mètres. La nuit tombe doucement alors que mon sanglier finit par s'immobiliser. Les 2 petits sangliers finissent par repartir à couvert.

Les genets craquent de toutes part un peu plus haut, je trente une approche. Des gros sangliers sortent à 30 mètres environ devant moi mais je n'y vois plus très bien et les animaux grognent et soufflent avant de s'éloigner et de revenir à couvert. La nuit est tombée complètement. Je pars chercher mon petit sanglier. Il a cassé ma flèche et tombant, elle a presque entièrement traversé, seul l'empennage retient encore la flèche dans son corps.

 Je suis alors pris d'un gros doute, est-ce le sanglier que je tirais ou en ai-je touché 2 ? Plusieurs gros sangliers sortent du bois d'en face et le longe pour rerentrer à couvert éclairés par le clair de lune. Une grosse traînée de sang part de l'impact jusqu'au sanglier mort mais je ne trouve pas d'autre départ de piste de sang. Je cherche un peu puis récupère ma flèche et mon sanglier avant de rentrer à ma voiture.

En arrivant chez moi, je n'ai pas la conscience tranquille, je reviens donc sur place avec ma frontale puissante achetée pour la Guyane et reprends mes recherches mais pas la moindre goutte de sang. Je me dis donc que je n'ai fléché qu'un seul sanglier et je rentre m'occuper de celui que j'ai fléché. Ma flèche lui casse les 2 épaules et touche légèrement le dessous de la colonne vertébrale sans toucher les poumons. Je visais un peu plus en arrière mais le résultat est là.

Une petite bête rousse à l'approche, 15 janvier 2014

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS