Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 13:17

Ce matin, je repars en chasse sur Justian. Je me gare près du vieux moulin, au bord de l'Osse pour partir en longeant le chemin de terre que j'attaque vers 6 heures. Ce matin, le temps est couvert et le jour peine à se lever. Le chemin démarre en sous-bois et très rapidement, un pas retentit sur ma gauche un peu plus haut dans le bois. Il fait trop sombre, je ne peux pas voir de quoi il s'agit et me poste doucement, au bord du chemin, derrière un chêne pour attendre qu'il fasse un peu plus clair. Le pas semble lourd et casse du bois, c'est peut être un sanglier.

Le temps passe et le bruit s'estompe, au bout d'un moment, je quitte mon poste et poursuis ma route. Un peu plus loin, arrivé au coin du bois qui fait place à la friche sur ma gauche, j'entends démarrer un chevreuil et l'aperçois furtivement dans les hautes herbes. C'est certainement le brocard du secteur. Je me positionne derrière un des arbres du bord du chemin alors que le chevreuil aboie à 50 mètres environ dans la bande boisée qui borde le haut de la friche et rejoint le bois que je viens de longer. Je commence à appeler au Butollo, un galop retentit dans les hautes herbes sans que je puisse voir le chevreuil puis plus rien malgré mes appels si ce n'est les aboiements. Je passe un petit moment à aboyer et à appeler à l'appeau sans pouvoir faire venir ce chevreuil. Je quitte mon poste et m'éloigne alors que les aboiements s'éloignent doucement.

Je suis le chemin, passe à nouveau en sous-bois puis ressors pour longer une friche à ma gauche et une haie épaisse à ma droite qui surplombe une grande prairie fauchée au bord de l'Osse. Je la longe et regardant par les trouées mais pas le moindre chevreuil, les renards ne sont pas non plus au rendez-vous. Je longe le chemin de terre jusqu'à l'entrée du champ sur ma droite, rien en vue, je poursuis jusqu'à un autre chemin de terre perpendiculaire au premier. Je me poste derrière un gros chêne et appelle un moment sans que rien ne bouge.

Je fais demi-tour et reviens vers le bois que le chemin de terre traverse mais au départ du bois, je prends à droite et remonte dans une friche entourée par le bois. Je fais régulièrement des pauses pour appeler mais rien ne vient. Je décide donc de ressortir à droite dans une prairie fauchée. Je traverse une bordure boisée épaisse minée de galeries de lapins et de blaireaux et ressors sur la prairie fauchée quand j'aperçois, à 150 mètres environ sur ma gauche, un jeune brocard qui arrive au trot en longeant la bande boisée. Il vient droit sur moi sur 40 mètres puis ralentit et broute un peu avant de se remettre à avancer d'un pas rapide vers moi. Je recule un peu contre les arbres et donne 2 coups de Butollo, le chevreuil lève la tête puis reprend le galop droit sur moi. Ma position n'est pas bonne, il va me voir avant que je puisse tirer, je tente de remonter un peu le talus pour me poster à couvert mais je perds ainsi le chevreuil de vue. Je reprends mes appels mais le temps passe et rien ne vient, je n'ai qu'une vision très réduite du secteur et ne peux voir le chevreuil que lorsqu'il arrivera à 15 mètres. Au bout d'un moment, je m'avance à nouveau à découvert et constate que le brocard s'est volatilisé.

Je remonte donc vers la route de crête puis la longe un moment avant de la traverser et de longer une haie épaisse en direction d'un grand bois.

Je longe la lisière un instant puis trouve l'entrée d'un chemin forestier, je le longe un peu et rentre de 30 mètres environ dans le bois pour me poster contre une zone assez salle dans mon dos et me tourne à bon vent vers une zone plus claire où je pourrais tirer si un brocard arrive. Je commence mes appels, assez rapidement, un galop retentit dans mon dos. Je me tourne doucement. J'entre-aperçois, un chevreuil qui traverse le chemin de terre que je viens de prendre pour me poster. Il vient se positionner dans le salle devant moi à 10 ou 15 mètres, je continue mes appels en les espaçant un peu plus mais le chevreuil tourne et retourne dans le sale et finit par s'éloigner sans vraiment se montrer par ma gauche. Je tente un moment de le rappeler mais rien n'y fait, je quitte mon poste et reviens en bordure du bois.

Je longe un moment ce dernier quand je lève les yeux sur une chevrette à moins de 30 mètres devant moi. Surprise, elle fait volte-face et rentre au bois. Je tente quelques appels dans un autre bois un peu plus loin mais rien ne vient, je rattrape la route qui revient à la route de crête et la suis un instant avant de reprendre la bordure du bois suivant pour aller me poster un peu plus loin et reprendre mes appels. Toujours rien, je ressors du bois dans une grande friche et aperçois une belle chevrette qui file à travers les hautes herbes vers la bois un peu plus loin. Elle s'arrête un moment pour m'observer alors qu'elle arrive à environ 30 mètres du bois puis repart et rentre à couvert alors que je reprends ma progression. Je coupe à travers la friche pour rejoindre la route de crête puis rattrape un chemin qui redescend vers Justian.

Je longe la route entre 2 bois puis débouche sur une zone de cultures. A ma gauche, j'aperçois un chevreuil qui broute contre le bois en bas d'une grande parcelle de blé moissonnée à environ 250 mètres mais il me semble qu'il s'agit d'une chevrette, je jette un coup d’œil sur l'autre penchant et aperçois un chevreuil couché au fond de la combe à environ 200 mètres dans un chaume de blé, je suis presque sûr qu'il s'agit d'un brocard. L'animal est couché à 40 mètres environ du bord du bois, près d'un fossé qui démarre de l'angle bas du bois. Une approche directe sans être vu, même en longeant le bord du bois n'est pas envisageable, le vent est face à moi. Je fais donc demi-tour au pas de course, repasse entre les bois puis, arrivé au bout du bois, je descends vers le brocard en logeant une bande enherbée coincée entre le bois et un champ de tournesol qui couvre le penchant à ma droite.

J'avance assez rapidement sur les 100 premiers mètres puis ralentit en arrivant dans une légère courbe sortante du bois qui masquait pour l'instant mon approche. Je me serre un peu contre la bordure du bois et avance tranquillement en cherchant mon brocard du regard quand, tout à coup, alors que je le cherchais dans le chaume à 50 ou 60 mètres, je l'aperçois à moins de 20 mètres devant moi et me fige. Il est juste dans la végétation au bord du bois et regarde vers moi. C'est bien un brocard, je ne vois que sa tête, il porte des bois très droit et serrés. Il regarde vers moi et je suis un peu trop à découvert, perdu pour perdu, je tente de me serrer d'avantage contre le bois très doucement mais le brocard qui ne m'a pas identifié réagit immédiatement et se précipite sur moi. Il stoppe net à moins de 10 mètres et fait immédiatement demi-tour pour disparaître derrière l'angle du bois sans que je n’aie eu le temps de réagir.

J'attrape rapidement mon Butollo et commence à appeler, rapidement le brocard réapparaît au coin du bois mais fait à nouveau demi-tour et disparaît à nouveau. Je continue mes appels et commence à l'entendre arriver dans le bois d'un pas lent et cassant. Il s'arrête souvent. Je me décale doucement en face d'une trouée dans la végétation et continue à appeler de façon espacée et me prépare. J'aperçois furtivement le brocard au travers des feuillages à 15 mètres environ, il s'arrête à couvert, j'appelle, il repart et s'arrête derrière un arbre, j'appelle un coup bref, il repart sur quelques mètres, j'arme mon arc. Il stoppe entre 2 arbres à 12 mètres environ, la zone vitale est dégagée. Je prends la visée et décoche. J'entends nettement l'impact sourd mais je n'ai pas pu voir mon atteinte. Le brocard disparaît en quelques bons et le calme revient.

Au bout d'un petit moment, je m'avance dans le bois vers la zone de tir. Je ne trouve ni flèche ni sang. Je m'avance un peu sur la direction de fuite estimée, toujours pas de sang puis je recoupe plusieurs fois la direction de fuite et tombe sur du sang avec une tache de contenu intestinal liquide et marron (gros intestin). Vu la position du chevreuil à la décoche, cela ne m'inspire pas trop confiance mais il a peut-être bougé avant l'impact. J'écoute un moment le sous-bois, rien ne bouge.

Le sang est très abondant, je décide de le suivre. La piste ne comporte que des taches de sang et plus de contenu intestinal et remonte, en zigzagant dans le bois, vers la route entre les 2 bois. Le sang est très abondant par moment et la piste est constante, j'arrive facilement à la route après environ 100 mètres de recherche environ au milieu des fragons dans un sous-bois assez clair. Les taches de sang sont bien visibles sur le goudron et me conduisent à une coulée qui remonte un talus très abrupt de plusieurs mètres de haut. Le chevreuil est monté là, peu de chance que ses poumons soient touchés. J'escalade difficilement le talus puis reprends ma piste un peu moins abondante mais toujours facile à suivre.

Sur une quarantaine de mètres, les arbres très espacés et le sol plat couvert d'herbes facilitent ma progression mais la piste s'enfonce ensuite dans une bande étroite (40 à 50 mètres environ) de bois épais. Je progresse au milieu des buissons noirs, des ronces et d'une végétation arbustive dense qui pousse entre les chênes. Le sang se suit assez facilement, je tombe sur plusieurs reposées debout marquées de gros ronds de gouttes tombées sur place à la verticale alors que l'animal faisait une pause. Déjà les premières mouches vertes suivent le sang. Je progresse en écoutant car je m'attends à entendre repartir mon chevreuil et effectivement, au bout de 100 mètres supplémentaires de recherche environ, j'entends démarrer devant moi, un animal se débine dans les fourrés. Je me fige et écoute, le bruit dure quelques secondes puis le calme revient. Est-ce mon chevreuil ?

J'attends un instant puis repars doucement en suivant les traces de sang, je parcours environ 40 ou 50 mètres de plus et entends un démarrage suivit d'un grand boum. L'animal vient de percuter un arbre et repart doucement en cassant beaucoup de bois, c'est certainement mon chevreuil et il ne doit pas être au meilleur de sa forme. Le bruit finit par s'estomper. J'attends un peu puis reprends ma progression, je retrouve beaucoup de sang au pied d'un chêne comme si le chevreuil était tombé là puis un gros frotté sur les branches d'un arbre mort dont le chevreuil a traversé la ramure desséchée. Le sang suit maintenant une grosse coulée bien dégagée mais commence à s'espacer et plusieurs mètres séparent parfois les gouttes de sang. Je finis par perdre la piste quelques dizaines de mètres plus loin et décide de ne pas insister plus, plusieurs coulées parcourent la bande de bois qui ne fait plus que 30 à 40 mètres de large.

Hémo qui m'attend à la voiture n'est pas prêt à faire une piste aussi difficile, je décide donc d'appeler le conducteur de chien de sang habituel mais ce dernier n'est pas libre avant le soir. Je pars faire un tour un peu plus loin pour réfléchir et finit par décider de donner sa chance à Hémo, de toute façon, si j'attends ce soir, le chevreuil sera inconsommable vu la chaleur qu'il fait déjà à 9h30 du matin. Je repars donc chercher ma voiture puis reviens me garer au coin du bois ou j'ai perdu le chevreuil.

Je prends mon arc, met sa longe à Hémo puis part en longeant la route quand, rapidement, Hémo s'agite et bifurque brusquement à droite pour escalader le talus de la route, arrivé au bout de sa longe, il fait demi-tour, redescend et traverse la route pour tenter de rentrer au bois sur le contre-pied. Je ne m'étais pas rendu compte que j'étais déjà arrivé à l'endroit où mon brocard avait traversé la route mais Hémo semble bien parti pour faire la recherche. Effectivement, c'est bien la coulée très abrupte que j'ai suivie tout à l'heure. J'escalade donc le talus de la route et appelle Hémo qui vient rapidement et repart directement sur la piste. "C'est bien Hémo, le sang... ". Il file à toute vitesse et rentre dans le bois épais, je tente de suivre le plus vite possible mais les ronces me lassèrent et mon arc m'entrave dans la végétation, hémo tire sur sa longe et s'emmêle parfois dans la végétation en m'attendant. Il me faut alors le libérer pour repartir. Je n'ai pas besoin de l'encourager, il court sur la piste et je dois même le freiner un peu car je n'arrive pas à le suivre. Alors que je tente de me libérer d'une ronce qui me tient par l'oreille, Hémo s'impatiente et donne de la voix en tirant sur sa longe, c'est la première fois qu'il me fait ça. Une fois libéré, je repars au pas de course, je vois bien le sang par terre par moment, Hémo ne se trompe pas. En arrivant où je perds le sang, il prend la coulée qui remonte vers la bordure de la bande boisée et je retombe sur du sang un peu plus loin. Je suis épaté et félicite Hémo : "C'est bien Hémo, c'est bien...". La coulée propre rentre à nouveau dans les buissons noirs et j'aperçois un peu plus loin mon chevreuil allongé sur le flanc. Je suis tellement fier de mon petit Hémo, c'est sa première vraie recherche car cette fois je ne savais pas où était le chevreuil et sans lui la recherche aurait été compliquée. Je le laisse partir au chevreuil qu'il commence à piller alors que je tente de me frayer un chemin dans les épines.

Arrivé à mon chevreuil, je félicite vivement Hémo et le laisse piller un peu l'animal déjà couvert d’œufs de mouches avant de mettre le bracelet et de ressortir de ces buissons. Je descends le chevreuil jusqu'au chaume de blé en contre bas à 20 mètres environ et fais une petite pause pour récupérer, je suis trempé de sueur et griffé de partout.

Une mauvaise flèche, une recherche magnifique...merci Hémo, 27 juillet 2013

Hémo lui est surexcité. Je le félicite encore puis je charge le chevreuil sur mon dos et nous rentrons à la voiture pour une petite séance de photos avant de rentrer à la maison. C'était mon dernier tir d'été sur la société de Justian/Roques/Lagardère. Ma flèche rentre en fait très basse devant le cuissot et ressort en face très basse aussi et traversant le cuissot, je ne touche que les intestins.  

Une mauvaise flèche, une recherche magnifique...merci Hémo, 27 juillet 2013

Alex

 

Trophée :

Une mauvaise flèche, une recherche magnifique...merci Hémo, 27 juillet 2013

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fanch 03/09/2013 08:57

Bonjour Alex,

Comment fais tu pour préparer aussi rapidement tes massacres? Tu as une recette miracle?

Bonne saison (qui est déjà bien engagée !)

Alex.bowhunter 16/09/2013 10:02



Bonjour,


pour préparer mes crânes de chevreuils, je les fais bouillir puis je racle le maximum de viande avec un couteau, extrais le cerveau par l'arrière, je refais bouillir un bon moment, racle encore
un maximum de chair puis je laisse tremper le crâne entre une et 2 semaines dans l'eau, le reste des chairs part tout seul au jet d'eau et en frottant un peu, à plus, Alex



Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS