Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 18:31

Ce soir, je décide d’aller chasser sur le secteur que nous avons chassé avec l’ASCA32 en battue cette saison. Je me gare sur le chemin de terre qui traverse l’Osse et me prépare, il fait très chaud ce soir, il  est 19h15. Je décide de commencer la soirée par des tests Butollo.

Je traverse la route et remonte dans le blé pour rejoindre la bordure du bois et repère un endroit où convergent de nombreuses coulées qui sortent du bois pour rentrer dans le blé. Le sous-bois est assez clair, je me cale au milieu des arbres les plus serrés et commence à appeler au Butollo. Petits appels bref et appels enfoncés à fond, cri plaintif continu tout y passe. Au bout d’un petit moment un galop accompagné d’un souffle rauque arrive droit sur moi dans le sale. J’arme l’arc et continue mes appels en tenant le Butollo dans main droite. L’animal s’est arrêté à 30 mètres environ et le calme est revenu. Au bout d’un moment je désarme et bouge un peu. Le chevreuil m’aboie et se déplace un peu sans que je ne puisse le voir. J’appelle encore un peu mais il me tourne autour dans le sale et me prend au vent pour s’enfuir en aboyant.

Je quitte mon poste et longe un peu le bois pour rentrer un peu plus haut dans la plantation de sapins. Plusieurs troncs portent les cicatrices marquées du passage des sangliers. Des poils sont encore collés dans la résine. J’avance par petites tranches de 10 mètres et appelle au Butollo. Rien ne bouge et je finis par ressortir, par un passage tenu propre par les sangliers, dans les vignes sur le plateau.

Je longe en bordure de la vigne et tombe sur un champ de tournesol jouxtant les blés, j’avance doucement, le sol est jonché de vielles empreintes. Un animal se débine sous les grosses feuilles vertes, certainement un lièvre mais la vision a été trop brève pour le confirmer. Les tournesols bordent maintenant une friche ponctuée de vielles balles rondes et se termine sur une pâture en pente qui redescend en longeant un bois vers un autre champ de tournesols. Je passe sous la clôture électrique par un passage très marqué dans les herbes hautes et descends doucement en suivant la bordure du bois. En arrivant à la clôture du bas je m’arrête pour regarder les alentours. Un mouvement me fait tourner la tête sur la droite. Un renard à la queue pellée vient de surgir des herbes hautes et file à travers les tournesols vers le bosquet d’en face. Mes cris de souris n’y changeront rien, il disparaît.

Je passe la clôture et longe le bois au bord de la bande enherbée côté tournesols. En arrivant au bord d’un fossé qui coupe le champ en deux je constate que les sangliers se sont amusés dans le coin. La zone humide est couverte de traces et de souilles. Je passe le fossé et avance doucement. Un peu plus loin dans le bois, un bruit de pas se fait entendre, un animal avance tranquillement en sens opposé du mien. Je reviens en arrière pour atteindre une fenêtre qui me permettra de voir dans le bois au travers des feuillages denses. Le pas est lent, l’animal avance calmement en s’arrêtant régulièrement. Au travers de la végétation j’aperçois une silhouette rousse qui longe à 20 mètres du bord du bois. Je me décale encore et aperçois une chevrette qui mène ses 2 petits. Ils finissent par sortir dans la pâture et disparaître.

Je longe le bois et arrive au milieu des blés que je remonte pour revenir vers la route. J’avance tranquillement sur la bande enherbée, quand, en arrivant en crête j’aperçois un gros lièvre qui arrive face à moi. Je m’accroupis mais trop tard le temps d’attraper mon appareil photo il fait demi-tour et rentre dans le blé.

Le blé se termine sur un champ de soja parsemé de tournesols. Je suis le bord du blé et retombe sur un très grand champ de blé qui arrive à la route. Je le longe en direction de la route et arrive au coin d’un bois qui borde le blé et la route. Je sors mon Butollo et lance quelques appels brefs. 2 chevreuils surgissent des céréales, un brocard qui m’a vu et détale en sautant au-dessus du blé et une chevrette qui au contraire fonce sur moi à grands bons. J’alterne appels brefs et appels forts. Ces deniers font réagir plus la chevrette qui arrive vite à 20 mètres de moi puis elle commence à se coules dans le blé seulement trahie par le mouvement des céréales. A 10 mètres elle commence à venter puis s’enfuit en sautant par-dessus le blé. Elle se retourne quelques fois avant de rejoindre le brocard.

Je reprends ma route et longe le bois, les sangliers ont tout retourné. Plus loin je tombe sur des rangées de vielles balles rondes marquées de déjections de renards. Je fais une halte et tente quelques cris de souris sans succès.

Je reprends ma route dans les herbes hautes entre le bois et le blé, de multiples coulées de sangliers et de blaireaux ont marqué la végétation.

Je finis par revenir à la route sans rien voir de plus. Je traverse l’Osse par le passage et rejoints le bord de la vielle Osse que je longe pour rejoindre le petit pont. Un plongeon retentit, je m’approche du bord et aperçois un petit ragondin en boule sur une racine au ras de l’eau puis un second plus gros qui longe la bordure opposée en nageant. Je le suis et le perd de vue puis l’aperçois un peu plus loin, il a fait demi-tour et disparaît derrière un gros arbre qui pousse dans l’eau. Je me décale pour l’apercevoir mais constate qui est reparti en sens inverse. Je longe pour me rapprocher mais ce dernier remonte le talus abrupt et s’immobilise en boule dans la végétation. Je mets une vielle flèche, arme et décoche. L’impact sonore et le couinement du ragondin ne font pas de doute. Le ragondin s’est déplacé de 2 mètre et ne bouge plus. J’attends un peu quand il surgit d’un bon de la végétation et plonge dans l’eau où il commence à se débattre et s’immobilise rapidement.

Une belle approche, un beau brocard mais une mauvaise flèche, 22 juin

Je le récupère avec une branche et le laisse sur la bande enherbée.

Une belle approche, un beau brocard mais une mauvaise flèche, 22 juin

Je rejoins le passage et traverse la vielle Osse puis le Tunnel de la vielle palombière et ressorts du bois sur le soja. Je me dirige vers la plus grosse coulée qui sort du bois, les empreintes jonchent le sol. Je rentre dans le bois pour un petit affût. Je m’avance au milieu des repousses de frêne dans une zone assez dégagée et marqués de très nombreuses coulées. L’attente et le combat contre les moustiques commencent. La luminosité tombe, je tente un coup de Buttolo continu et plaintif pour tenter de faire venir le renard que j’ai vu lors d’une sortie précédente mais au bout d’un long moment ce n’est pas un renard qui arrive mais une grosse genette qui avance tranquillement et me passe à 5 mètres s’arrêtant 2 fois pour m’observer et finir par disparaître dans le bois.

La luminosité baisse vite, je décide de ressortir du bois et de rejoindre une zone d’herbes hautes et de blé un peu plus loin. Je longe le bois dans le soja et arrive à une haie épaisse qui barre l’horizon à 90° du bois. Je la traverse par le passage et arrive dans les hautes herbes. Sur ma droite un blé tout en long suit la haie. Je le longe pour arriver sur une zone fauchée parallèle au champ de blé et parsemée de balles rondes. Après la bande fauchée se trouve à nouveau une bande d’herbes hautes bordée par une haie qui se termine au bord d’un autre bois sur ma droite.

J’aperçois au loin la silhouette d’un chevreuil au gagnage entre les balles rondes. Je décide de tenter une approche. J’arrive au coin du blé et m’apprête au rentrer dans la bande fauchée quand du coin de l’œil, j’aperçois un autre chevreuil à 15 mètres sur ma droite contre le blé. Je fais un pas en arrière et me contorsionne pour voir s’il s’agit d’un brocard ou d’une chevrette. C’est une chevrette, elle relève la tête et me fixe. Que faire ? Sa fuite pourrait faire fuir l’autre chevreuil. Je tente quelques coups de Butollo pour la faire venir mais elle reste immobile.

Je tente alors un coup aléatoire. Je sors carrément sur la zone fauchée sans la regarder. Elle reste un peu à me regarder puis démarre, longe le lé sur 50 mètre et le traverse pour rejoindre la haie sans aboyer. Gagné ! Je rejoints une grosse balle ronde et commence  me rapprocher de l’autre chevreuil en slalomant d’une balle ronde à l’autre. Je gagne ainsi rapidement 100 mètres sur les 200 qui nous séparent. Quelques chose boue autour de mon chevreuil et je pense d’abord à une chevrette et son petit mais quelque chose me dit de continuer mon approche. Ce chevreuil me semble trop gros pour une chevrette.

L’approche se complique, les balles rondes s’espacent et je me rapproche du chevreuil. Je décide de rentrer dans le blé et de l’approcher par le premier passage de tracteur à 10 mètres de la bordure du champ. J’avance doucement et tente de limiter les craquements de la végétation. Plus je me rapproche et plus le petit chevreuil me semble gros pour l’époque. Au bout d’un moment alors que je suis à 50 mètres du gros chevreuil, il lève la tête et fixe dans ma direction. Cette fois c’est sûr, c’est un brocard et bien coiffé de plus.

Il finit par se remettre à manger et vient perpendiculairement au blé pour se rapprocher des céréales. Je ralentis mais quelques pas de plus et un léger craquement lui fait redresser la tête. Il me regarde un moment puis se remet à brouter. Ma tenue camo sombre me confond avec le sombre du passage de tracteur, j’avance debout sans me voûter et dépasse largement du blé. Il s’avance encore vers le blé et frotte ses bois au passage contre une balle ronde avant de se remettre à bouter. Encore un pas et il relève la tête. Immobile j’attends. Au bout d’un moment il se remet à manger. J’attends un peu puis avance encore un peu. Il relève la tête, je suis à 40 mètres. Au bout d’un moment d’attente immobile il reprend son repas. A chacun de mes pas le manège se répète avant qu’il décide de me tourner le dos et de s’éloigner en longeant le blé. La chevrette elle ne se préoccupe pas du tout de moi.

Il s’éloigne maintenant plus vite que je ne l’approche et le blé craquant ne me permet pas une approche plus rapide. Je vais tenter le coup, je sors mon Butollo et commence à appeler, le chevrette et le brocard me fixent, le chevrette reste à me fixer et le brocard reprend sa route.

Je range mon Butollo. Foutu pour foutu je tente mon dernier atout. Je commence à lacer des aboiements menaçants. 3 ans d’entraînement n’auront pas servi à rien. La chevrette m’observe toujours mais le brocard fait volte-face et m’observe. J’insiste et aboie régulièrement. Il reste en observation. Je redouble d’aboiement et commence à frapper le blé du pied pour imiter la fureur d’un rival et là c’est la magie de la chasse. Le brocard revient vers la balle ronde d’un pas lent mais décidé. Je continue mon manège. En passant il donne un coup de tête à la balle ronde. Il amorce une boucle pour revenir sur moi et commence à adopter une posture de défit. Je redouble d’aboiement et de coup de pieds dans le blé alors qu’il avance et tente même de bouger un peu. Il revient alors doit sur le blé alors que j’arme mon arc. Il se plante à 17 mètres plein travers et secoue sa tête de bas en haut en me défiant alors que je l’aboie toujours.

La luminosité à bien baissé mais j’y voie encore assez pour tenter un tir dans les minutes avenir. Je pose mon pin’s sur son coffre et attends le moment propice. Il me défit alors que je continue à l’aboyer et à faire du bruit. Je sens un relâchement dans sa garde, mon doigt touche la détente du décocheur et ma flèche part. Le brocard ne réagit même pas à la décoche. L’impact très sec fait retentir un bruit net de fracture. Le brocard chute du train avant, tête au sol et démarre dans cette position en se traînant au sol et en avançant seulement avec ses pattes arrière. J’ai un mauvais pressentiment. Le brocard tombe plusieurs fois, percute une balle ronde et rentre dans les herbes hautes où il s’immobilise. Vu l’allure de sa fuite je suis sûr de le rattraper à la course et je comprends que ma flèche n’est pas bonne. Je pars lentement vers les herbes hautes, pose mon arc sur une balle ronde e arrive au bord des herbes hautes. Le brocard redémarre sur 20 mètres et je me lance à sa poursuite. Il s’est immobilisé et je lui saute dessus et l’immobilise au sol dos vers moi pour éviter un coup de patte. Je le sers d’un coup de couteau au cœur. Tout est rapidement terminé pour lui. Je cherche à comprendre et constate que ma flèche qui aurait dû traverser le cœur a été dévié par le coude côté impact, brisant la patte au ras du poitrail et ressortant entre les deux pattes pour partir vers le sol brisant au passage l’autre patte au-dessus de la seconde articulation. Une mauvaise flèche qui se termine bien tout de même… j’ai eu de la chance.

Une belle approche, un beau brocard mais une mauvaise flèche, 22 juin

Alex

 

Trophée :

Une belle approche, un beau brocard mais une mauvaise flèche, 22 juin

Atteinte :

Une belle approche, un beau brocard mais une mauvaise flèche, 22 juin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gaelau 26/07/2010 19:00


Bonjour , j'aime bien lire tes commentaires , on vit l 'action avec toi en plus c'est bien imagé par tes photos . Merci de nous faire partager ces moments de chasse . Moi qui ne chasse pas a l 'arc
je decouvre ce mode de chasse et au travers de tes recits je l apprecie de plus en plus . D'ici à ce que je m'y mette !
Au plaisir de te lire sur SPN sinon , je viendrai faire un tour par ici régulierement.
Amicalement
Mrv


OLIVIER LEBAS 26/06/2010 08:34


bravo très beau récit, très beau moment de chasse, on sent la communion avec ton environnement, bonne chance pour tes prochaines sorties


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS