Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 13:37

Je me poste et attends un peu. Une foulque s'avance sur l'eau mais pas le moindre ragondin. Je décide de faire demi-tour et de rejoindre le coin du bosquet contre la berge opposée. Au premier mouvement un colvert décolle contre le bosquet et se met à décrire des cercles au-dessus du lac en cancanant. Il se repose près de la digue et redécolle alors que je me rapproche et recommence son manège. Je rejoints le coin du bosquet alors que le palmipède qui a décidé de me pourrir ma chasse continue à tourner au-dessus du lac en donnant l'alerte. Je renonce et remets ma flèche sur mon carquois. Je remonte le long du bosquet et arrive au sommet du coteau.

Une tête de chevreuil dépasse du blé près du ru, au fond du vallon. Je décide de tenter une approche pour voir l'animal de plus près. Je me cale contre le bord du bois qui longe la droite du blé et descends tranquillement. Le vent latéral est bon. Arrivé près du ru je m'avance doucement par un passage de tracteur en direction du chevreuil que le relief du champ me cache. Je finis par réapercevoir la tête de la chevrette à 40 mètres devant moi. Je décide d'arrêter là mon approche pour ne pas la déranger au cas où elle serait avec son petit.

Je reviens vers la voiture. En remontant le chemin de terre une chevrette se lève du blé sur la droite du chemin et file dans les céréales à grands bons avant de disparaître derrière le talus croissant du chemin. Je me gare un peu plus loin près des serres et descends vers la mare qui semble très calme. Je longe la haie alors que le héron cendré vient se poser derrière le bosquet, au bord de l'eau. Je longe le bosquet et arrive au coin de la mare faisant décoller le héron.

Un remous agite l'eau de mon côté de la mare à 20 mètres environ. Je me rapproche tout doucement et fais s’envoler une poule d'eau juste à mes pieds. Elle part se cacher sous la végétation tombante de la berge opposée. Je remonte à la voiture et pars pour Saint Arroman. En passant, je jette un coup d’œil de la route sur la mare aux ânes mais pas le moindre ragondin dehors ce matin. Arrivé sur le pont de la route de Masseube, je me gare et me dirige vers le Sousson. Du haut du pont j'aperçois un ragondin qui se débine contre la berge de gauche. J'arme, il se cale plein travers contre la berge à 10 mètres environ. Je décoche, ma flèche l'atteint plein coffre. Le ragondin bascule sur le côté à l'impact et gémit. Il perd beaucoup de sang et longe doucement la berge, s'arrête un court instant puis rentre dans le terrier le plus proche.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je descends par la rive droite et me poste devant le terrier d'où s’échappe du sang mais le ragondin ne semble plus donner signe de vie et je finis par renoncer. Le filer de sang s'estompe et je pars à la voiture chercher ma gaffe pour récupérer ma flèche fichée sous l'eau. En remontant sur la route, j'aperçois dans le semé de maïs, sur la gauche du Sousson, un chevreuil qui disparaît dans les hautes herbes de la bande enherbée. Je retourne chercher ma flèche puis pose ma gaffe à la voiture avant de continuer ma chasse. Je longe côté gauche en remontant le courant.

La végétation abondante qui cache l'eau en partie rend assez difficile la recherche des ragondins. Un peu plus loin, j'arrive près d'un gros terrier assez fréquenté. Je ralentis et aperçois un remous mais le ragondin qui broutait contre la rive gauche, traverse le ruisseau et rentre au terrier en 3 bons. Je passe doucement devant sa cache mais ne l'aperçois pas.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je passe le premier passage busé et reste sur la gauche contrairement à mon habitude. Un peu plus loin un poussin noir de poule d'eau rentre se cacher sous la berge. Un peu plus loin, quelque chose plonge contre la rive opposée. Je scrute le ruisseau et aperçois un rat qui vient se caler contre la berge opposé sous les herbes tombantes. J'arme, vise et lui décoche une flèche qui le cloue à la berge. Il se débat un instant puis s'immobilise.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Il me faut revenir vers le passage busé pour aller le récupérer. Du coup, je décide d'aller voir si le gros ragondin de tout à l'heure ne serait pas ressorti de son terrier. Je me rapproche toute doucement du terrier et aperçois le museau du ragondin qui pointe à l'entrée d'une galerie perpendiculaire, sur la gauche de la principale. J'arme et m'avance tout doucement pour voir au moins sa tête mais il fait demi-tour. Je m'avance encore un peu et aperçois son arrière train qui dépasse encore du trou mais pas le temps de viser, il rentre à couvert.

Je me poste en face du terrier et attends un peu. Je suis à bon vent. Le ragondin grogne du font de son terrier pendant un moment puis s'interrompt. Tout à coup, le museau pointe à nouveau. J'arme et attends. Le ragondin s'avance et me présente sa tête plein travers. Ma visée est prise, je décoche. Un impact cassant retentit puis le ragondin tente de se dégager mais renonce rapidement.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je descends au bord de l'eau et me déchausse puis remonte mes pantalons et m'avance vers le terrier. Le ragondin est là immobile.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je saisis ma flèche et l'extirpe du terrier puis l'achève rapidement d'un coup sec. Je le pose ensuite près du passage busé et pars chercher le rat. Un chevreuil rentre au coin du bois en face de moi. Une cane colvert décolle devant moi alors que je descends vers ma minuscule prise.  Je repars le poser avec le ragondin avant de reprendre ma chasse du côté gauche du ruisseau. Pas de ragondin jusqu'au deuxième passage busé. Un peu plus loin, j'aperçois un remous mais il s'agit d'un couple de colverts qui s’envole.

Je fais demi-tour, en chemin je croise une poule d'eau et ses 2 poussins. Je récupère mes prises puis pars me garer près de l'exploitation agricole où je chasse le sanglier en septembre. Je pars pour les mares en bordure du champ de maïs et un grand fossé un peu plus loin qui semble bien colonisé d'après les propriétaires. Je me rapproche tout doucement de la première mare mais le vent n'est pas bon et un jeune ragondin un peu trop loin pour tenter une flèche, me sent et rentre à l'abri.

En avançant vers la seconde mare, je tombe dans un fossé étroit recouvert par les hautes herbes fauchées et passe à 2 doigts de me casser le genou. Je remonte péniblement et évite de crier ma douleur pour ne pas faire partir les éventuels ragondins tous proches. La seconde mare toute trouble est déserte à cette heure mais les ragondins ont dû sortir ce matin.

Je continue vers le grand fossé. Au loin, j'aperçois 3 boules sombres qui se déplacent le long du maïs. Je m'avance vers le fossé en suivant un autre fossé perpendiculaire.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

En arrivant au bord du fossé, je commence mon approche, les ragondins sont à plus de 60 mètres mais je suis en plein découvert, la végétation est rase et le vent oblique n'est pas très bon. J'avance très très lentement et stoppe régulièrement car 2 jeunes ragondins sur 3 ont souvent la tête relevée. Alors que je m'approche, un gros lièvre arrive par le champ de droite en longeant un fossé perpendiculaire puis longe sur la droite du fossé et je le perds de vue. Petit à petit, je gagne du terrain mais alors que je ne suis plus qu'à 17 ou 18 mètres, l'un des ragondins devient inquiet et commence à revenir vers le fossé. Je me fige. Il s'arrête un instant puis fonce au fossé et ses collègues l'imitent.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je me rapproche rapidement assez décalé du bord pour ne pas être vu puis je reviens vers le fossé, arc armé, et aperçois les ragondins. L'un d'eux est plein travers à 6 mètres. La visée prise, je décoche et le cloue au fond du fossé. Ma flèche est bonne, je rentre pleine épaule. Il se débat et réussit à se dégager pour rentrer au terrier avec ses confrères.

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Je fais le tour par le passage busé un peu plus loin et me poste un moment en face du terrier mais rien ne bouge.

Je pars vers les lacs un peu plus loin mais pas de ragondin pour ce matin, je rentre

Un matinée orageuse, 22 mai 2011

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS