Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 12:47

Après une mauvaise expérience l'an dernier sur le mouflon, j'ai cette année une nouvelle chance de parvenir à réaliser mon rêve : prélever un mouflon à l'arc et à l'approche. C'est un animal que je n'ai jamais prélevé jusqu'à aujourd'hui. Arrivé dans les Alpes le samedi après- midi, je réalise un rapide repérage des lieux avec mon hôte sans descendre de voiture. Le territoire est magnifique, un flanc de montagne coupé de grandes barres rocheuses, de pierriers et de zones boisées.

Le lendemain matin, jour d'ouverture, je pars de nuit me garer en haut du petit village, au pied de ma zone de chasse. On m'a conseillé de monter me poster alors qu'il fait encore nuit mais ne connaissant pas le relief et craignant de déranger des animaux sans les voir, je décide d'attendre la pointe du jour avant d'attaquer mon ascension. Il est environ 6h30 quand je quitte ma voiture. Le bas du territoire est sculpté par des restanques (paliers créés par la main de l'homme et soutenus par des murets de pierres). Presque immédiatement, un galop retentit suivi d'aboiements. Je viens de lever un chevreuil. Je m'immobilise mais ne parviens pas à le voir. Je le laisse s'éloigner bruyamment puis reprends mon chemin.

Les paliers laissent place à une zone boisée et la pente s'accentue. Je tente de progresser le plus silencieusement possible mais le sol est jonché de graviers roulants qui crissent et de feuilles mortes. Un peu plus haut, je tombe sur une zone de gros blocs pierreux en sous-bois et je progresse en posant mes pieds de l'un à l'autre ce qui me permet d'avancer sans bruit. Je m'arrête souvent pour écouter la montagne quand un bruit de pas retentit sur ma droite. Je me fige et attends un moment à l'écoute pour tenter d'anticiper le mouvement. Le temps passe et il me semble que les animaux vont passer plus haut, je m'avance donc un peu plus tout doucement et me cale au pied d'un chêne quand des bruits de pas retentissent maintenant aussi sur ma gauche. Je reste un moment immobile à l'écoute. Alors que les bruits semblent s'éloigner à droite, ils viennent droit sur moi à gauche et je me focalise sur ces derniers.

Petits à petits, les animaux se rapprochent quand une masse noire surgit à moins de 10 mètres en dessous de moi, l'animal s'arrête un instant puis s'avance et se fige à 5 mètres environ. C'est un sanglier, je ne suis pas là pour lui, un second arrive et se cale contre le premier. Les animaux s'immobilisent un moment à l'écoute, l'un d'eux finit par faire demi-tour alors que l'autre reste parfaitement immobile quand des blocs de pierre roulent bruyamment dans mon dos. Je me retourne doucement et aperçois 5 mouflons qui escaladent la barre rocheuse à 35 mètres environ.

Le spectacle est magnifique, les 2 premiers s'avancent vers la crête de la barre puis s'arrêtent juste dessous pour brouter tranquillement, c'est une brebis et son agneau, leur pelage atypique attire mon attention, ils sont moitié beige et moitié blanc. Plus en arrière, en crête de la barre, dans un bouquet de buis, j'aperçois 3 mâles mais me rends vite compte qu’ils sont en fait 4. Je tente de me rapprocher un peu sous couvert du bois mais le plus gros mâle et la brebis m'observent. Je me cale donc pour les observer et attendre une occasion de poursuivre mon approche. La brebis et son jeune finissent par disparaître derrière la crête alors que les 3 jeunes mâles se livrent à un petit combat.

Ils se reculent tour à tour et se jettent tête baissée contre leur adversaire alors que le plus gros des mâles regarde toujours vers moi.

Des bêlements retentissent au-dessus de moi à environ 20 mètres mais je ne vois rien au travers des branchages et une seconde brebis et son jeune rejoignent le groupe de mâles avant que tout ce petit monde ne passe derrière la barre rocheuse. Je me remets en marche et décide de tenter un grand contournement pour les intercepter plus loin. Je monte donc en direction d'une seconde barre rocheuse plus haute, toujours en tentant de rester un maximum silencieux. J'avance entres les buis sur un sol pierreux quand j'aperçois un autre groupe de mouflons plus haut sur la seconde barre, ils sont entre 15 et 20 et semblent descendre dans une bande de buis au pied de la barre. Les pensant tous en train de descendre, j'avance tranquillement à couvert d'un gros buis quand je m'aperçois qu'un gros mâle m'observe au milieu de la barre. Nous restons un moment immobiles à nous observer puis d'un sifflement puissant il déclenche l'alerte et les mouflons remontent en quelques bons sur la barre puis s'enfuient pour disparaître derrière ce mur infranchissable avec une aisance déconcertante.

Je reprends donc ma chasse, sur mon idée première pour tenter de retrouver le premier petit groupe. Je longe sous la seconde barre et arrive au milieu d'un chaos de gros rochers au milieu d'une bande boisée. Je me fige et écoute un long moment. Il me semble entendre un bruit très en contrebas mais le calme s'installe pendant de longues minutes et je décide de reprendre ma progression. La sanction est immédiate, un sifflement retentit en contrebas suivit d'un bruit de fuite sans que je puisse voir les animaux qui montaient en fait sur moi.

Je reste un moment immobile et tente de me faire oublier avant de reprendre ma marche. Je ressors du bois sur une longue langue d'éboulis qui précède un bourrelet rocheux qui longe une bande de buis et d'arbres épaisse. Je me cale derrière un gros bloc rocheux surmonté d'un arbre qui a poussé là sans terre et dont les racines enveloppent le gros bloc. Des bruits de pas semblent se rapprocher au-dessus de moi sur ma gauche et je m'attends à voir surgir des mouflons au travers de la bande de buis. Je suis prêt à armer mais le temps passe et rien ne vient quand, tout à coup, j'ai une impression bizarre, je tourne doucement la tête et aperçois un très gros mouflon mâle arrêté à 20 mètres environ dans mon dos au ras de la bande de buis. Il m'observe, j'arme doucement devant moi, le mouflon siffle une première fois sans bouger, je pivote doucement alors que l'animal siffle encore une fois, j'aligne la visée sans qu'il ne bouge. Il siffle encore une fois sans bouger, je décoche mais alors que ma flèche semblait parfaite, le gros mâle fait demi-tour et s'éclipse avant l'arrivée de ma flèche et disparaît derrière l'écran végétal. Je n'ai même pas entendu ma flèche toucher le sol. Je l'entends s'éloigner et faire rouler quelques pierres. J'attends un peu puis me rapproche doucement de la bande de buis pour chercher ma flèche mais c'est peine perdue. De l'autre côté, j'aperçois 2 bandes de mouflons, une trentaine au bord des buis sous la barre rocheuse et une dizaine plus bas. C'est magnifique de voir autant d'animaux, l'un des mâles est bicolore comme l'agneau et la brebis de ce matin.

Comment approcher sans être vu par autant d'animaux, je m'éclipse doucement et tente de revenir sur mes pas pour faire une grande boucle pour revenir par le dessous de la barre mais des sifflements retentissent déjà et une cavalcade retentit, je regarde les 2 groupes de mouflons s'éloigner, l'un rentre dans les buis sous la barre rocheuse, l'autre je jette par en bas et rentre à couvert 100 mètres plus loin.

J'attends un moment puis décide de traverser la bande de buis pour tenter une approche quand une impression bizarre me fige. J'aperçois alors une mouflone qui m'observe derrière un rocher, au ras des buis qui longent la barre puis un beau mâle un peu plus haut juste sur ma droite à 40 mètres de la brebis. Les animaux restent à m'observer un long moment et je n'ose bouger. Perdu pour perdu, je décide de tenter de pousser un bêlement, le mâle intrigué s'avance un peu, je recommence mais cette fois il se met à me siffler, je continue mes bêlements mais ce dernier tout en sifflant rejoint la brebis qui restait immobile puis tous deux rentrent dans les buis puis en ressortent et rentrent là où ont disparu les mouflons sous la barre.

Je remonte tranquillement sous la barre et rentre dans les buis pour progresser à couvert puis j'avance tout doucement vers l'endroit où rentrent les mouflons. Des bruits de pas se font entendre et je me fige pour écouter un moment. Les animaux semblent venir sur moi. Je tente une approche en m'arrêtant pour observer et écouter à chaque pas calculé. Je peux maintenant entendre un animal qui marche des feuilles, il semble tout près mais impossible de le voir. J'attends un moment puis tente encore de me rapprocher mais focalisé sur les bruits au-dessous de moi, je n'ai pas vu un petit groupe de mouflons au-dessus de moi et ces derniers démarrent sur quelques mètres pour disparaître dans les buis. J'attends un petit moment puis m'avance encore un peu, les animaux redémarrent, j'arme mon arc. Les mouflons passent au galop à 15 mètres environ au travers des branchages puis le bruit s'arrête environ 40 mètres plus bas.

J'attends un peu puis m'avance au travers de branches mortes et le bruit produit fait démarrer les animaux qui me contournent pour ressortir sur le pierrier derrière moi sous la barre rocheuse et s'éloigner tranquillement. Je laisse le coin se calmer puis m'avance un peu plus loin et m'arrête un moment pour écouter et observer. Tout à coup, un éternuement me fait tourner la tête.

A 20 mètres environ, la pente fait une cassure dans le relief après un semblant de plat et derrière cette cassure surgit comme par magie le haut des cornes d'un très beau mouflon qui s'avance droit vers moi. Je me fige et n'ose plus bouger. Petit à petit, l'animal m'apparaît avec sa barbe noire majestueuse. Il s'arrête à environ 15 mètres et regarde vers moi, je suis statufié, les yeux grands ouverts, en apnée, je ne bouge plus car on m'a assez venté la vue légendaire de ses animaux. Il ne semble pas me voir et s'avance de quelques pas, s'arrête à nouveau et regarde à nouveau vers moi. Je reprends rapidement mes esprits et analyse rapidement la situation alors qu'il reprend sa marche à environ 7 mètres, il commence à biaiser pour se tourner plein travers et descendre par une coulée pierreuse. Une trouée  de 30 à 40 cm de diamètre dans la végétation peut me permettre un tir un peu plus bas. La tête du mouflon passe derrière un petit tronc, j'arme mon arc et aligne ma visée sur la trouée mais il s'arrête juste avant. Il ne laisse dépasser à découvert que son museau, la pointe du poitrail et les pattes avant. Il ne va pas s'arrêter devant la trouée et je me prépare à décocher au moment où il va s'avancer mais contre toute attente, il bifurque et revient droit sur moi pour me présenter son poitrail en 3/4 avant dans la trouée à environ 5 mètres.

Je vise rapidement et décoche. Un impact cassant retentit et le mouflon s'effondre tétanisé. Comprenant très vite la  situation, je m'avance rapidement craignant qu'il ne se relève mais, après un court immobilisme, il donne de violents coups de pattes arrière ce qui le propulse en glissade sur le côté dans la pente. Dans sa glissade, il se défait de ma flèche. Je me lance à sa poursuite et le rattrape 40 mètres plus bas alors qu'il vient de heurter un arbre. Incapable de se relever il est toujours vivant, je le sers rapidement d'un coup de poignard au cœur. Ma flèche qui rentre devant l'épaule, où je visais a heurté la colonne vertébrale de l'animal. Je retrouverai ma lame de chasse logée dans une vertèbre au dépeçage. Je retrouve ma flèche un peu plus haut, la lame a cassé au ras de la bague de maintien des lames.

Un bien belle ouverture, un rêve réalisé, 9 septembre 2012

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

cyril 13/09/2012 00:35

alors la je dit respect
bravo Alex et bonne saison

Grégory 12/09/2012 15:41

Wahooo! Bravo Alex... vite vite le récit!
Tu as du te régaler, félicitation il est magnifique!

Grégory

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS