Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:20

Ce soir, vers 20 heures, je gare ma voiture dans un chaume de blé au bord du chemin. J’enfile mes gants, ma cagoule, ferme le bracelet de mon décocheur et commence à descendre mon arc à la main vers la lisière du bois. Je la longe jusqu’au chemin forestier qui descends vers le champ, cette année semé de tournesols.

Arrivé en bas du chemin, je balaie lentement du regard le tournesol. Pas un chevreuil, Je contrôle le vent léger, il vient de ma gauche, je décide donc de progresser avec le vent dans le dos pour ensuite revenir sur mes pas et longer tout le champ à bon vent. Je progresse tranquillement en essayant de faire le moins de bruit possible.

Je vais arriver au coin du bois quand j’aperçois une chevrette dans le chaume de blé en continuité du bois. Elle m’a vu et me regarde. Je reste un petit moment sans bouger puis avance vers elle. Elle démarre et détale en me tournant le dos, traverse la haie de grands peupliers bordant un fossé qui sépare le chaume de blé du champ de tournesol, traverse la bande enherbée pour disparaître à bien 100 mètres dans le tournesol.

En la suivant des yeux, j’aperçois une silhouette rousse en bordure du tournesol. Je décide de m’approcher doucement. Ce chevreuil semble occupé à manger. Je progresse lentement quand il décide de sortir sur la bande enherbée et de venir droit sur moi, c’est un brocard. Je tente de me camoufler derrière les branches basses d’un peuplier alors qu’il se rapproche rapidement en zigzagant et en reniflant le sol.

J’arme mon arc. Mon cœur s’emballe un moment. Il prend le contre-pied de la chevrette et arrive à quelques mètres de moi, il est maintenant plein travers à 5 mètres environ, je suis sous le vent mais la chevrette l’obsède tellement que mon odeur ne le trouble pas. Ses bois sont hauts et fins, je le vise mais les branches me gênent. Il saute le fossé et alors que je pivote lentement pour le tirer dans le chaume ma flèche s’accroche à une branche et vient taper ma fenêtre d’arc dans un bruit métallique qui fait fuir le brocard en aboyant. Je tente de le tourner pour le faire revenir en l’aboyant mais rien n’y fait.  

Je reste un moment à observer mais il semble parti, je poursuis donc ma progression. Quand je l’aperçois 60 à 70 mètres plus loin qui ressort du tournesol pour traverser le fossé et revenir dans le chaume. Il fait rapidement demi-tour, retourne dans les tournesols puis ressort et longe la bordure du champ en venant vers moi sur environ 10 mètres et rerentre dans le tournesol.

J’en profite pour me caler à genoux dans l’herbe haute contre la haie de peupliers. J’attends un moment espérant le voir revenir mais rien. Je me relève et avance doucement vers le bout du champ. Quand j’arrive à la mare, je l’entends aboyer dans le bois d’en face un moment puis plus rien. J’attends un moment puis retourne en arrière en longeant l’autre côté du champ qui fait une bande étroite à cet endroit au pied d’un travers boisé.

Le tournesol est très clair, de nombreux pieds ont été mangés par les chevreuils. Arrivé à une zone où le tournesol touche le bois et ne permet plus d’avancer sans bruit, je traverse la bande étroite des tournesols pour regagner la bande enherbée bordée par les peupliers. J’avance doucement en marquant des arrêts fréquents pour observer mais rien, pas un chevreuil.  

Arrivé en face d'un chemin forestier, dans une zone où le champ est pelé suite à un abat d’eau qui a emporté la semence, j’aperçois un chevreuil. Il tourne la tête et regarde en arrière alors qu’un second chevreuil arrive sur ses pas au trot, ils m’ont repéré et détalent rapidement vers l’îlot boisé à l’autre bout du champ.

Ils disparaissent alors que je reprends ma progression. Tout à coup, j’aperçois un brocard en bordure du champ sur la bande enherbée de l’autre côté. Je me baisse et me mets à genoux contre la bordure du champ pour l’observer. Il mange paisiblement, le temps passe et je me rends compte qu’il progresse maintenant sur la bande enherbée et ne semble pas vouloir se rapprocher.

Je tente donc une approche, baissé le plus possible, je longe les tournesols pour le dépasser, m’arrêtant souvent pour le regarder, mais il accélère. M’a-t-il remarqué ? Je rentre dans le tournesol prenant les passages les plus espacés pour me rapprocher quand, tout à coup, j’aperçois une chevrette qui m’observait et qui détale au moment où je marque un arrêt.

Le brocard finit par me dépasser et semble descendre vers l’îlot boisé où a disparu la chevrette, j’essaie d’avancer le plus vite possible, baissé un maximum en essayant de ne pas faire de bruit. Mais alors que je pensais voir disparaître mon brocard, il fait demi tour et zigzague tranquillement dans les tournesols la tête baissée alors que j’avance vers lui.  

Je le perds un moment de vue mais je continue à avancer dans sa direction. Je marque un arrêt me redresse un peu quand j’aperçois un brocard qui longe l’îlot et vient droit vers moi. Je me baisse et attends un peu mais il semble qu’il va passer plus haut. Je monte un peu alors qu’il zigzague la tête baissée quand il s’arrête brusquement avant de foncer droit sur moi. Il m’a pris pour un congénère. Je me mets à genoux, arme mon arc et attends. Il arrive au trop et s’arrête à 4 mètres.

Tout va très vite, j’aligne ma visée sur son épaule et lâche ma flèche qui le frappe en plein cou et le sèche net sur place alors qu'il avait déjà amorcé son demi-tour. Je m’approche, il saigne abondamment par le trou d’entrée de la flèche que la vertèbre a arrêté net. Il s'immobilise assez rapidement. Une fois mort, je tente de lui retirer la flèche mais c’est impossible alors je dévisse la lame qui reste fichée dans la vertèbre et récupère ma flèche pour la ranger sur mon carquois. Je laisse sur place et avance un peu dans le champ pour observer un peu le mouvement avant de partir. Pas le moindre chevreuil, seulement un lapin à peine aperçu au moment où il rentrait dans l’îlot boisé.

Un assassin dans les tournesols, 6 août 2008

Alex

 

Trophée :

Un assassin dans les tournesols, 6 août 2008

Atteinte :

Un assassin dans les tournesols, 6 août 2008

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS