Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 21:21

Ce soir, sorti du boulot à 17h30, je pars faire un tour au ragondin. Il fait très beau et le vent est faible : une vraie soirée pour voir des ragondins. Je pars de Seissan et décide d’aller vers Labéjan mais en faisant un petit détour pour passer près du Cédon. Je passe le pont qui enjambe le Cédon et attaque la ligne droite parallèle au ruisseau quand j’aperçois un gros ragondin au gagnage.

Je ne ralentis pas et tourne un peu plus loin sur la droite sur le chemin de terre qui monte au lac des Coteaux de Gascogne. 150 mètres plus loin, je me gare sur le bord du chemin, enfile ma polaire Delfwood, passe mon décocheur au poignet et empoigne mon arc. Des monticules de terre fraîchement remués attirent mon attention, les blaireaux ont fait plusieurs terriers au ras du chemin, un coin à surveiller.

Un coup d’œil vers en bas, mon ragondin broute toujours tranquillement 200 mètres plus loin. Le vent souffle parallèlement au ruisseau, c’est parfait. Je vais faire une grande boucle à travers champ pour revenir face au vent vers le ragondin. Une fois au bord du ruisseau, j’avance tranquillement, je suis à 200 mètres environ du rongeur.

Pour augmenter mes chances, je décide de traverser le ruisseau par un passage busé, 50 mètres plus loin et de l’attaquer par la rive opposée. Je longe doucement vers la buse quand 2 masses sombres attirent mon regard. 2 autres ragondins broutent à 30 mètres devant moi sur le talus du ruisseau. Je ralentis et tente l’approche. Arrivé à 20 mètres d’eux une bergeronnette décolle du fond du ruisseau en faisant un peu de bruit et intrigue mes ragondins qui décident de revenir à l’eau.

Ils longent doucement la berge en venant vers moi sur quelques mètres puis obliquent vers le lit du ruisseau. Je reste statique et au moment où ils disparaissent de ma vue, j’arme et fonce droit sur eux. Trop tard, je les aperçois se débiner dans le fond du ruisseau et passer sous une voûte de ronces avant que je n’ai le temps de décocher.

Je désarme et cours vers le passage busé à 10 mètres à peine. Le premier ragondin est déjà passé mais le second vient droit sur moi. J’arme, il stoppe à 3 mètres et prend une attitude menaçante, dos rond, tête tournée de côté. Je décoche, ma flèche se plante à ras devant lui. Il fait demi-tour et fonce vers les ronces d’où je ne le vois pas ressortir.

Je m’approche doucement de cette zone où les ronces couvrent l’eau. J’observe par une berge puis fait le tour par le passage busé pour observer de l’autre. La zone est enrochée sur les 2 berges. Tout à coup, sous un rocher, je remarque une touffe de poil, je regarde bien. Oui c’est du poil. J’arme vise cette zone. Ma flèche platée au sol se met à remuer. Le ragondin furieux tente de se dégager. Je réencoche et lui décoche une seconde flèche plus en avant qui abrège rapidement son calvaire.

Je récupère ma première flèche, ma cible première est toujours en place, broutant dans le semé de blé à 50 mètres environ du passage busé. Je mets mon plan à exécution. J’avance doucement voûté sur la berge opposée. Je me rapproche doucement mais sûrement mais, à environ 20 mètres de mon ragondin, je suis repéré. Il revient vers le ruisseau, je profite du moment où il s’arrête avant de rentrer dans les hautes herbes de la bande enherbée pour avancer rapidement jusqu’à 5 ou 6 mètres de l’endroit où je pense le voir descendre à l’eau. J’arme alors qu’il redémarre.

Les ronces, les buissons me gênent pour le flécher. J’ai juste une fenêtre de tir d’un mètre entre un arbre et un buisson. Je me cale dans la fenêtre, le ragondin passe au trot alors que ma flèche est partie. Atteint un peu haut dans le coffre il se dégage et tombe lourdement dans l’eau. Dans la précipitation, je n’arrive pas à réencocher rapidement et mon ragondin s’éloigne assez rapidement dans le fond du ruisseau pour finir par s’arrêter et essayer de monter dans un terrier plus haut sur la berge.

Ses pattes arrière ne répondent plus et il glisse plusieurs fois sans parvenir à monter. Ma flèche encochée, j’arme et vise. Il glisse à nouveau se dégageant de la cavité. Ma flèche part et le sèche net. Je pose mon arc et descend sous une voûte de ronces qui me domine à 1 mètre au-dessus de ma tête. J’avance jambes écartées, un pied contre chaque berge pour récupérer mon ragondin qui a pris la flèche dans le nez alors qu’il me regardait.

Je remonte avec ma prise et dégage ma flèche logée dans le crâne quand j’aperçois 60 mètres plus loin un autre gros ragondin qui broute, dans le colza, le long d’un fossé perpendiculaire au ruisseau. Je réencoche et commence l’approche par la bande enherbée dans les hautes herbes. Il finit par me tourner le dos, j’en profite pour me décaler vers le semé de blé plus silencieux et avance rapidement jusqu’à 10 mètres.

Je stoppe, il regarde en arrière mais ne me voit pas. J’arme et avance à pas feutrés pour me positionner à 6 ou 7 mètres. Je m’apprête à le viser quand il tourne la tête et me voit, je suis au ras du fossé. Sa réaction va le perdre, il fait le dos rond pour m’intimider et part au ralenti dans cette position.

Je l’aligne et décoche le séchant sur place. Ma flèche a touché la colonne. Je me précipite et l’achève et 2 coups secs au sol. Ma flèche est introuvable, je chercherai mieux un autre jour, je ne veux pas perdre de temps. Je retourne chercher mon premier ragondin et je pars pour Labéjan, il est 18h15.  

En route, je jette un coup d’œil en contre bas (à 200 mètres de la route) sur le lac d’Alain Delom où j’ai cru voir hier soir un ragondin traverser. Une masse noire au coin du lac, je tourne à droite vers le lac et me rends vite compte qu’il s’agit d’une buse mais 2 ragondins de belle taille broutent de long de la berge.

Je me gare, prends arc et canne à pêche et pars en chasse. Le relief du champ me cache jusqu’au bord du lac mais 2 canards décollent contre la berge opposée et les ragondins ne sont plus là quand j’arrive au bord du lac. L’eau bouge 30 mètres plus loin, j’avance doucement vers les remous. Un ragondin est plus loin immobile sous les branches tombantes d’un saule pleureur.

Arrivé à 15 mètres des remous, le ragondin plonge et file sous l’eau à grande vitesse, trahi par ses bulles d’air. J’arme mais il remonte trop loin. Je poursuis vers son compère qui n’a pas bougé. A 10 mètres de lui, j’arme et vise. Ma flèche passe au ras dessous, il plonge.

Je cours pour tenter de l’intercepter avant les terriers en face mais il remonte et s’immobilise au milieu du lac. Puis plonge à nouveau et arrive avant moi au terrier. Ma flèche coincée dans les branches du saule est pour le moment irrécupérable. Je reviendrai plus tard.

Je pars pour le lac du Fourcès, un peu plus loin sur la gauche au fond de la combe. De la route, je vois 4 ragondins qui broutent dans le blé mais aussi plusieurs canards sur le lac. 2 ragondins se précipitent à l’eau alors que je roule pour aller me garer, ils sont de plus en plus malins.

Je me gare plus bas derrière une haie de chênes pour revenir par en dessous de la digue mais les canards décollent. Je vais tout de même jusqu’au lac mais je sais déjà ce qui m’attend.

L’eau bouge devant les terriers et un ragondin traverse le lac au loin. Je suis grillé. Je décide tout de même de jeter un coup d’œil à la mare au-dessus du lac. Rien, mais à la source 100 mètres plus loin un ragondin broute dans le blé.

Je longe le fossé d’alimentation de la mare puis me décale pour mettre un gros peuplier entre le ragondin et moi pour avancer à couvert. J’arrive sans peine à 30 mètres de lui puis ralenti pour finir l’approche.

A 20 mètre de lui, il démarre. Il m’a vu, j’arme. Il s’arrête à 15 mètres, un peu avant le fossé. Je l’aligne mais il repart sur 2 mètres et est maintenant caché derrière un arbre. J’avance doucement armé mais, à 10 mètres, il se jette au fossé derrière un gros tas de branches et rentre au fossé. Je rentre à la voiture.

Le lac du Lion sera désert ce soir, juste quelques canards.

La nuit tombe, je rentre.

 

Sortie ragondin du 5 mars 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Les Chasseurs à l'Arc de la Réunion 07/03/2010 08:05


Super le récit
Bonne chasse
Archer de la Réunion te Salut
Bonne continuation


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS