Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 06:08

Hier soir, en sortant du boulot j’attaque par le canal de Labarthe. Je longe tranquillement le canal, le courant est encore fort aujourd’hui, pas le moindre ragondin en vue, je bifurque pour longer le petit ruisseau affluent du canal. L’eau est trouble et j’ai bon espoir de voir un ragondin mais je progresse sans rien voir. Tout à coup un étourneau qui s’envole au-dessus de ma tête me fait sursauter, j’étais absorbé par ma chasse. Puis une palombe, puis 3 autres. Je poursuis lentement, les terriers semblent avoir été fréquentés dans l’après-midi. Un peu plus loin un couple de colvert me décolle sous le nez, puis une cane seule une peu plus loin. J’arrive sur la zone ou la haie a été arrachée. La végétation a bien poussée depuis ma dernière visite et une ligue d’herbe haute me cache le bord du champ de féverole. Je redouble d’attention pour ne pas me faire surprendre par un ragondin caché par la végétation. Rien, je passe le premier passage busé puis en arrivant au second, j’ai juste le temps d’apercevoir ce que j’identifie comme un ragondin rentrant au terrier dans un terrier au ras de la buse.

Sortie du 18 mai 2010

Je traverse d’un bon le ruisseau et me poste face au terrier. L’attente commence. Au bout d’un moment un mouvement d’eau venant de la buse m’alerte. Trop tard, un jeune ragondin sort de la buse et plonge pour rentrer au terrier en un éclair me laissant sans réaction. J’attends un peu puis je fais demi-tour.

Je quitte le ruisseau pour regagner le bord du canal à travers champ. Je regagne le bord et longe l’eau sans rien voir jusqu’à la zone bordée d’arbres. 2 rats musqués se suivent sur l’eau et descendent le courant. Cela fait bien 3 ans que je n'en ai pas vu dans le Gers. Je me décale du bord et tente de les doubler pour les intercepter un peu plus loin mais l’un d’eux plonge immédiatement. Je retrouve le second un peu plus loin mais j’ai juste le temps de le voir s’enfiler sous la végétation contre la berge opposée. J’attends un peu mais il ne ressort pas. Je tente de me déplacer un peu pour avoir un autre angle de vue. Mon pied casse une branche morte et un plongeon retentit plus en amont. Je ne verrai pas de quoi il s’agit.

J’arrive presque au bout de la zone boisée et je n’ai pas vu un seul ragondin quand j’aperçois un ragondin remontant le courant contre la berge d’en face. Il a plongé. J’attends un peu espérant le voir remonter au pied de l’arbre le plus proche. Effectivement, j’aperçois d’abord sa queue puis son museau au milieu des branches. J’arme mon arc mais le tir n’est pas aisé. Il bouge et se place de cul contre le tronc, se dégageant un peu. J’ajuste ma visée et décoche. Ma flèche le clou à la berge et le sèche net. Il finit par se remettre à bouger et se débat un peu avant de s’immobiliser. Je fais le tour par la route pour le récupérer. Je suis obligé de laisser la lame en la dévissant pour récupérer ma flèche.

Sortie du 18 mai 2010

Je pars pour le petit lac au-dessus de l’église. Je me gare sur le chemin de terre qui descend au lac. Je longe le chemin puis arrive sous la digue du lac avant de longer le lac sous le talus sur la droite. Il me semble apercevoir une boule sombre dans le blé brouté devant moi mais la végétation m’empêche rapidement de voir devant moi. Je remonte doucement dans le blé vers le haut du talus du lac. Un ragondin démarre dans le blé et se précipite vers le lac. Je stoppe net. Il en fait de même à 3 mètres des ronces.

Sortie du 18 mai 2010

J’attends sans bouger. Il se remet à brouter et revient vers le blé. J’avance à pas calculé. Un second ragondin plus petit le rejoint. Le vent est capricieux et temps de plus en plus à me trahir. J’essaye de gagner un maximum sur les mètres qui me sépare des ragondins. Tout à coup le plus petit démarre et rentre dans les ronces, le plus gros ne semble pas inquiet mais le rejoint rapidement. J’avance doucement et me place dans les ronces en haut du talus qui surplombe le lac. J’aperçois les ragondins au travers des ronces. Ils tournent sur l’eau et le plus petit finit par venir se caler contre la berge sur une souche. J’arme et décoche au travers des ronces. Il me semble être bon mais le ragondin qui vient de plonger a disparu au terrier et ma flèche est fichée sous l’eau. Peu de chance de trouver des indices.

Sortie du 18 mai 2010

J’attends un peu mais rien ne bouge, je descends chercher ma flèche. Des boules de têtards tournoient en surface autour des crottes de ragondin dont ils semblent se nourrir. Ma flèche est couverte de têtards. Je parviens à la décrocher du fond et à la récupérer grâce à une autre flèche. Comme prévu aucun indice. Je retourne à la voiture pour partir à Saint Arroman.

Je me gare au pont du Sousson, au bord de la route de Masseube. Je pars en remontant le ruisseau.

Sortie du 18 mai 2010

Rapidement, j’aperçois un ragondin qui longe la berge opposée. Je me décale et reviens vers un terrier très fréquenté où je pense le voir arriver. En revenant vers le bord, je ne le vois pas tout de suite, il est calé contre la berge et ne laisse dépasser que sa tête. J’arme, vise la tête et décoche. Ma flèche le sèche net et le cloue à la berge. Les berges abruptes ne me laissent pas le choix, il me faut me mettre à l’eau pour le récupérer. Je le remonte ainsi que ma flèche et le ramène à la voiture avant de reprendre ma chasse.

Je repars en chasse. Je passe les 2 passages busés sans rien voir quand, dans un virage, un léger remous contre la berge opposée attire mon attention. C’est une poule d’eau tout juste cachée sous quelques brins d’herbe. Je tente de la prendre en photo. Au déclenchement du flash elle démarre en trombe et ma photo est floue. Dommage.

Un peu plus loin, j’avance précautionneusement en arrivant près d’un arbre tordu au pied duquel se trouve un terrier. Plusieurs fois déjà je me suis fait avoir par un ragondin. Il ne semble pas là aujourd’hui. Je relâche mon attention et le malin en profite pour sortir d’un renfoncement de la berge un peu plus loin et rentrer au terrier devant moi. 

Sortie du 18 mai 2010

J’attends un peu puis poursuis ma route. Je passe le premier virage à 90° et me décale du bord pour revenir sur les terriers un peu plus loin. En me rapprochant du bord, j’aperçois un ragondin se débinant vers son terrier. J’arme rapidement et vise dans le mouvement. Je décoche, mon ragondin touché se débat et parvient à se dégager de ma flèche restée fichée au fond du ruisseau. Il regagne son terrier en un éclair, gronde un court instant puis le calme s’installe.

Sortie du 18 mai 2010

J’attends un peu en vain puis retour à l’eau pour récupérer ma flèche.

Sortie du 18 mai 2010

Sur le retour, j’aperçois la poule d’eau qui rentre sous un petit tas de branche. Dans la dernière ligne droite, à 150 mètres de la voiture, un lièvre se tient fièrement assis au bord du colza semence. Il détale à mon approche en longeant la bordure du champ. Je reprends la voiture pour me diriger vers Clermont Pouyguilles.

Je fais une petite halte pour longer un fossé qui débouche sur le Sousson. Pas de ragondin ce soir.

Je poursuis jusqu’au petit lac au-dessus de la mare aux ânes. Je me gare au bord de la route et reviens à pied vers le lac. Un tracteur est entrain de traiter le blé, l’odeur du traitement flotte dans l’air. Un rapide coup d’œil au lac qui est vide ce soir et je pars en longeant le ruisseau vers la mare aux ânes.

Sortie du 18 mai 2010

200 mètres plus loin environ, je m’arrête brusquement. Un ragondin à peine à 7 mètres devant moi, sur la berge opposée, broute paisiblement. Il ne m’a pas remarqué. J’arme et lui décoche une flèche de ¾ face. Il se débat, se dégage de ma flèche

Sortie du 18 mai 2010

et chute lourdement dans le ruisseau où il se débat un instant avant de s’immobiliser contre une touffe de joncs.

Retour à la voiture en saluant l’agriculteur au passage.

Je pars pour les lacs où je croise régulièrement les sangliers. Je descends le chemin de terre en voiture et me gare à l’angle du bosquet. Je finis mon chemin à pied, l’arc à la main le lancer dans le dos. Un remous attire mon attention et je me dirige droit vers lui. En arrivant au bord de l’eau je ralentis et cherche un ragondin dans les herbes hautes mais il ne semble pas y avoir de moustachu dans le coin. Tout à coup un peu plus loin un ragondin se met à l’eau et commence à s’éloigner du bord. Il est un peu loin mais tout de même à moins de 15 mètres, j’arme et décoche au moment où il plonge. Raté.

Sortie du 18 mai 2010

Je réencoche et attends un peu en surveillant les terriers en face. Rien ne bouge. Je récupère ma flèche et longe le lac. Un peu plus loin un ragondin m’observe contre la berge. Je me décale pour revenir sur lui mais il n’est plus là ! Je continue vers le saule pleureur à 10 mètres à peine. Le ragondin plonge et laisse derrière lui une traînée boueuse.

Je reviens à mi-chemin des terriers et attends un moment. Rien ne bouge. En face un remous me décide à aller voir. Un sillon traverse le lac avant que j’arrive, c’est un ragondin qui parvient sous le feuillage des branches basses, contre la berge en face et qui disparaît ainsi.

Je reviens sur mes pas et passe le déversoir pour longer le petit ruisseau jusqu’au lac suivant. Je traverse un semé de maïs avant d’arriver dans une prairie. Au moment où j’entre dans les herbes hautes, un lièvre surgit et me passe au ras pour traverser le semé de maïs et rejoindre un petit bosquet un peu plus haut.

Je poursuis, plus haut sur ma droite, j’aperçois au travers de la haie qui borde le ruisseau, un autre lièvre assis au bord du bois.

J’enjambe plusieurs clôtures électriques, traverse une haie et arrive en vue du lac. Un coup d’œil dans la friche qu’il me faut traverser pour atteindre le lac. Rien à signaler. J’avance doucement dans les herbes hautes. Plus bas, un petit renard surgit des ronces et part en biais vers le bois. Je le revois au moment où il traverse le chemin forestier qui s’enfonce dans le bois puis il disparaît pour de bon.

Je longe le lac, l’eau bouge devant les joncs mais aucun ragondin ne sort quand tout à coup alors que je viens juste de le dépasser sans le voir, un gros ragondin s’élance sur l’eau pour traverser. J’arme rapidement et prends la visée. Ma flèche part et le touche, il se débat puis plonge et se débat un moment sous l’eau. Puis l’eau bouge sous les ronces en face. Je fais le tour en passant par le bois. Les hérons lancent leurs cris du haut des arbres. Un brocard détale en aboyant.

Je traverse les ronces par le passage fait la dernière fois pour récupérer un ragondin et descends au bord de l’eau. La surface s’agite. Je pense voir mon ragondin blessé mais c’est une poule d’eau qui s’envole. La luminosité baisse rapidement et je n’y vois plus assez. Je reviendrai demain.

Je rentre en contournant le bois alors que les deniers hérons rentrent à leur dortoir et que la nuit s’installe. Le brocard recommence à aboyer dans la pénombre du sous-bois.

Le semé de maïs est ponctué de trou de blaireaux servant de latrines. Un lièvre détale en crête se détachant à peine sur le ciel qui s’est bien assombri déjà.

Sortie du 18 mai 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS