Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 17:38

Ce matin, je n’avais pas prévu d’aller chasser mais Manu étant motivé pour aller faire un tour, nous décidons de nous retrouver à Loubersan à 5h50.

Il fait encore nuit alors que je retrouve Manu arrivé en avance. Je vais l’amener chasser sur un lac qu’il ne connaît pas encore. Situé sur Clermont Pouyguilles, il est aussi accessible par Loubersan en passant par un chemin de terre. Le chemin étant mouillé suite aux précipitations abondantes de ces derniers temps nous préférons laisser la voiture et descendre à pied. Nous arrivons au lac par le dessous de la digue, la luminosité n’est pas encore suffisante pour voir au loin. Un chevreuil démarre sur notre droite et rentre au bois sans que nous puissions le voir. J’explique à Manu la stratégie de chasse à adopter sur ce lac et nous nous séparons. Manu prend à droite et moi je longe la digue pour rejoindre la berge opposée. De nombreuses foulques voguent en surface. La luminosité croissante nous permet de voir de plus en plus loin.

Un bruit de décoche retentit, Manu vient de lâcher une flèche et cherche le ragondin du regard. Je lui demande s’il pense l’avoir touché mais il semble que non. Je poursuis ma route. Mon côté de lac est bien calme ce matin, je passe le bout de haie où se trouvent souvent les ragondins puis une zone de gagnage sans rien voir. Les foulques quittes peu à peu la surface de l’eau pour rejoindre la sécurité du couvert.

Je longe les ronces sous lesquelles se trouvent une bonne partie des terriers du lac. Rien en vue, la surface de l’eau est bien calme ! Je remonte en longeant le bois pour rattraper le passage qui me permettra de redescendre vers le lac et de traverser un des ruisseaux d’alimentation. Je descends à travers bois et traverse le ruisseau puis le longe pour revenir vers le lac. Un ragondin démarre au milieu des herbes hautes noyées par la montée du lac, je presse le pas, 2 autres le suivent et rejoignent rapidement le couvert des branches et des ronces qui descendent sur l’eau. Plus loin un autre ragondin traverse vers les terriers. Je tente de me rapprocher mais il plonge et ressort directement dans son terrier.

Je pars me poster derrière un arbuste au bord de l’eau, juste en face des terriers. Un ragondin est immobile à la surface de l’eau au ras des ronces, contre la berge d’en face à 50 mètres de ma position. J’attends mais il ne semble pas vouloir bouger, il m’a repéré. Il finit par plonger et disparaît. J’attends encore un peu, un des ragondins de tout à l’heure quitte son abri pour revenir vers les terriers mais il plonge rapidement et disparaît lui aussi.

Je quitte mon poste et poursuis ma route. Un bruit de décoche, puis un second retentissent derrière le virage. J’avance vers le bruit et tombe sur Manu en pleine action, il décoche une troisième flèche au moment où j’arrive. Je me rapproche et lui demande le résultat. Il tire sur des petits ragondins et pense en avoir touché au moins un.

Je le rejoins et aperçois une queue qui dépasse des joncs partiellement immergés. Je pose mon arc et saisi le petit ragondin que je pensais blessé. Il ne semble pas touché (Manu s'apercevra plus tard qu'il est en fait blessé au dos). Juste à côté une autre queue dépasse de sous les joncs, je la saisie. Cette fois ce petit ragondin est bien touché à la tête je l’achève rapidement puis nous tuons également l’autre petit ragondin. Nous récupérons les flèches de Manu.

Nous repartons vers la digue par le côté de Manu, des foulques leurs petits agitent la surface de l’eau sous les ronces. Manu passe devant. Le blé est bien touché en bordure du lac. Manu saute par-dessus un trou d’eau et alors que je m’apprête à le suivre un petit ragondin, de la taille des 2 autres, surgit de nulle part. Il était sous trois bouts d’herbe, au bord de l’eau, à moins d’un mètre de mon pied. Manu a failli l’écraser en passant. Il plonge et rejoint un terrier immergé. Nous attendons un peu mais il ne remonte pas. Nous poursuivons. D’autres foulques se débinent avec leurs petits dans la végétation.

La flèche de Manu a dérivé et je ne peux pas l’atteindre avec mon lancer. Je décide d’aller faire un tour sur l’autre lac en contrebas. Il semble qu’il se soit bien rempli depuis ma dernière visite.

Nous longeons le ruisseau d’alimentation, un chevreuil sort du bois au-dessus du lac qui se rapproche. Je cueille une herbe et la coince entre mes pousses pour tenter de l'appeler. Il nous regarde mais ne vient pas. Il s'arrête et regarde vers nous à chaque appel puis finit par rejoindre la bordure du champ de blé sur notre droite. Il remonte en suivant le blé alors que nous reprenons notre chemin puis rentre dans la culture en faisant de grands bons.

Nous arrivons au lac qui débute par une zone de petits saules qui poussent les pieds dans l’eau. Nous venons de passer un fossé quand j’aperçois 3 gros ragondins se mettant à l’eau. J’en averti Manu et reviens sur nos pas pour traverser le ruisseau d’alimentation et rejoindre la berge opposée. Je suis obligé de mettre les pieds dans l’eau et traverse dans 30 cm d’eau, au milieu des petits saules et des hautes herbes récemment noyées. Une cane démarre, rapidement suivie de ses canetons qui s’éparpillent en palliant. Je passe difficilement au travers des saules et arrive en face de Manu. Il n’a pas vu les ragondins ! Ils ont disparu, je ne les retrouve pas, je ne comprends pas où ils ont pu passer. Nous cherchons un moment puis nous partons pour explorer les bords du lac.

Nous avançons chacun d’un côté du lac. Au bout d’un moment je décide de faire demi-tour, les bords du lac me semble peu propices à une rencontre mais Manu, en face, me fait des signe il semble avoir vu quelque chose. Nous continuons donc pour nous rejoindre. Manu a plus de mal à longer le lac à cause du talus pentu et du bois qui borde le lac. Je le rejoints à près la digue alors qu’il vient de sortir du bois. Manu a trouvé un crâne de chevreuil au bord du lac.

Sortie du 14 mai 2010

Nous retournons à la voiture. Mais, alors que nous arrivons au ruisseau d’alimentation, au niveau des saules, un mouvement dans l’eau attire mon attention. Je comprends rapidement et lance à Manu : « Il est là ». Je rentre dans l’eau, il n’y a que 50cm de profondeur, et me dirige vers l’onde. J’aperçois rapidement un ragondin en surface, calé dans les branches d’un petit saule. Je me rapproche un peu et voyant qu’il commence à s’agiter, j’arme mon arc et lui décoche une flèche qui ricoche sur son dos pour se ficher dans un petit saule. Le ragondin a plongé et ne ressort pas. Je vais vérifier mon tir. La lame a emporté une grosse touffe de poil contre le petit saule. J’encoche une autre flèche et pars à la recherche du ragondin qui est certainement blessé. Je tourne un moment, dans l’eau jusqu’aux cuisses, au milieu des petits saules dont une partie a été coupée par des ragondins (en atteste leur taille en biseau). Au bout d’un moment, une onde attire mon attention au pied d’un petit saule. J’aperçois la tête de mon ragondin qui émerge à peine. Je prends la visée et décoche. Le bruit de l’impact me laisse penser que mon ragondin est mort mais impossible de le retrouver. Je récupère ma flèche fichée au fond de l’eau et pars chercher la première. Je ne retrouverai pas mon ragondin. Manu qui a décidé de venir m’aider est lui aussi descendu dans l’eau mais n’ayant pas vu un trou, il se retrouve dans l’eau jusqu’à la taille. Je relève les canetons en revenant vers le bord.

Nous revenons au premier lac avant de partir pour récupérer la flèche de Manu. Elle a dérivé vers le déversoir et est facile à récupérer. Côté droit, 3 masses sombres sont dans l’herbe un peu avant le bosquet de l’affût à canard. Il nous semble identifier des ragondins. Manu ayant les bottes pleines d’eau craint d’être trop bruyant pour tenter une approche. Les foulques se coursent sur l’eau quand tout à coup un ragondin se précipite à l’eau. Il reste 2 boules sombres. J’attaque mon approche mais à mesure que je me rapproche je me rends compte qu’elles ont disparu. Manu longe sur la berge opposée. Je traverse le bosquet et tombe sur une cane colvert et ses canetons. Je finis le tour du lac sans voir de ragondin et rejoins Manu.

Nous retournons à la voiture et partons pour la mare en dessous des serres de fraises. Du haut du coteau, j’aperçois un gros ragondin qui longe la berge opposée de la mare et se dirige vers les terriers. Nous descendons par le passage de tracteur au milieu du blé. Nous longeons le bosquet d’épine et en arrivant au coin de la mare, j’aperçois le gros ragondin. Il est sur la berge, j’appelle Manu pour le lui faire tirer. Il ne se sent pas de décocher au travers des branches et le temps de me décider à tenter ma chance il rentre dans le bosquet. A faire trop de politesse, j’ai laissé partir ce gros ragondin que je n’aurais peut-être plus l’occasion de voir.

La mare semble bien calme, nous longeons derrière les ronces pour faire le tour du point d’eau quand tout à coup 2  r ragondins se mettent à l’eau et viennent vers nous. Manu, derrière moi est mieux placé pour tirer et il les a vus avant moi. Il a armé, j’arme à mon tour et le laisse tirer en premier. Sa flèche part et frappe le premier ragondin. Le sang jailli à l’impact de façon spectaculaire. Le second ragondin a plongé et ne ressortira pas. Je désarme. Manu court vers les terriers mais son ragondin ressort au milieu de la mare, il perd énormément de sang et meurt rapidement. Manu est aux anges. Nous partons récupérer sa flèche et son ragondin puis nous retournons à la voiture.

Nous partons pour le petit lac à Clermont Pouyguilles, au-dessus de la mare aux ânes. Il n’est agité que par quelques carpes en surface. Nous sommes à mauvais vent pour descendre le ruisseau et le courant est fort aujourd’hui, je ne le sens pas.

Sortie du 14 mai 2010

Nous partons pour Saint Arroman. Je me gare au pont de la route de Masseube et nous partons pour remonter le Sousson. Le courant est fort, l’eau est trouble. Au bout d’un moment j’aperçois un ragondin qui se débine dans les ronces contre la berge opposée. Je fais comprendre à Manu qu’il ne doit plus bouger. Le ragondin n’est pratiquement plus visible, je le devine dans les ronces et voit sa queue qui dépasse. J’arme et vise au jugé. Ma flèche le touche un peu en arrière. Je réencoche. Il gesticule beaucoup. Ma seconde flèche juste au-dessus de la tête l’empêche de trop bouger et ma troisième en plein cou le sèche net. Manu le récupère. C’est en fait un ragondin que je pensais avoir manqué samedi dernier. Il est entaillé sur tout un côté et a une patte cassée.

Nous continuons notre route au bord du Sousson mais nous ne verrons pas d’autres ragondins. Nous rentrons, il me faut finir de me préparer pour partir à TDA près de Bordeaux.

Sortie du 14 mai 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS