Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 07:07

Hier soir, je pars assez tôt, il n’est pas 17 heures, je commence par aller déposer les carcasses des ragondins de ces derniers jours à l’endroit habituel puis je pars pour Saint Arroman.

C’est un peu tôt, il fait chaud et je commence par les 2 mares où les ragondins n’ont pas d’heure pour sortir. Je me gare au bord de la route et pars pour la première mare. En me rapprochant je vois un gros ragondin entrain de brouter au coin de la mare. Je me rapproche doucement de la mare pour ne pas effrayer un autre ragondin que je n’aurais pas vu mais rien ne bouge sur la mare, j’ai même la chance de ne pas voir décoller un canard.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je longe doucement la mare, je suis à bon vent, le ragondin stoppe son repas et relève la tête pour flairer l’air. Je reste immobile jusqu’à ce qu’il reprenne son repas. Je recommence à avancer pas à pas et la scène recommence 2 fois de plus. Je parviens doucement à 6 mètres du ragondin qui me tourne maintenant le dos. J’arme mon arc et prends la visée. Le ragondin redresse la tête mais ma flèche est déjà partie et le clou au sol. Son arrière train ne répond plus et il n’arrive pas à se dégager. Je réencoche et tente de l’achever mais il bouge trop et ma flèche lui passe sous le cou en l’entaillant, passant juste sous la peau. Il tente de couper cette flèche avec les dents. Je me dépêche de lui mettre une seconde flèche entre les omoplates et de récupérer ma flèche en danger.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Il s’immobilise mais au moment où je récupère mes flèches, je me rends compte qu’il ‘est pas mort. Je l’achève d’un coup sec au sol.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je pars pour la seconde mare en longeant le petit ruisseau sur la bande enherbée du futur champ de maïs. En arrivant, j’aperçois un jeune ragondin, à la surface, immobile au milieu de l’eau boueuse.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je me baisse et m’agenouille pour me rapprocher un peu. J’arme et vise, ma flèche le frôle et ricoche sur l’eau pour se ficher au ras de l’eau dans la berge opposée. Depuis que j’ai changé de lames (je suis passé provisoirement des cabela’s lazer suprème au snuffers) mes flèche ricochent systématiquement sur l’eau dès qu’elles arrivent trop à plat sur l’eau et je passe du coup au-dessus des ragondins. Je récupère ma flèche. La surface de l'eau est parsemée de nombreuses crottes de ragondins.

Je pars pour le Sousson en longeant le petit ruisseau. Je traverse la route et longe le ruisseau, très encaissé à cet endroit, en équilibre sur le haut du talus, le long de la clôture électrique d’un parc contenant 2 petits chevaux. Trop occupé à garder l’équilibre et à ne pas toucher la clôture, je ne vois que trop tard le ragondin qui broute sur le talus d’en face à quelques mètres de moi. Le temps d’armer il est descendu dans le lit du ruisseau et revient vers moi. La végétation me le cache partiellement et au moment où il se détache et que je m’apprête à le flécher, il disparaît dans un terrier.

Je longe le ruisseau jusqu’au Sousson sans rien voir de plus. Je remonte maintenant le Sousson. Un colvert décolle un peu plus haut et revient vers moi en longeant le lit du ruisseau. Un peu plus loin quelque chose plonge contre le talus de mon côté mais je ne vois que le remous qui s’arrête au niveau d’une petite avancée de la berge. Je me dépêche, traverse un petit ruisseau perpendiculaire au Sousson puis traverse le Sousson pour revenir doucement vers l’endroit où s’est arrêté le remous mais j’aperçois le petit ragondin trop tard. Il nage sous l’eau en remontant le courant et le temps d’armer il est rentré au terrier.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

J’attends un peu en face du terrier mais il ne semble pas vouloir ressortir.

Je longe un moment le Sousson sans succès pour revenir ensuite sur mes pas. Je traverse le colza pour remonter vers un lac un peu plus haut mais il est désert à cette heure.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je retourne au bord du Sousson. Un ragondin, à l’entrée du terrier où est allé mourir mon ragondin l’autre jour, fait demi-tour pour s’enfoncer dans la galerie.

 Je reviens vers la voiture en longeant le petit ruisseau de tout à l’heure. Je regarde un coup devant moi, un coup dans le fond du ruisseau et au moment où je relève les yeux pour regarder devant moi j’aperçois trop tard 2 ragondins qui se jettent au ruisseau pour remonter se mettre au terrier dans le talus d’en face. Je n’ai pas été assez méfiant. Je retourne à la voiture pour aller à la mare aux ânes à Clermont Pouyguilles.

Je me gare au bord de la route et revient par le champ de blé vers le ruisseau. Au moment où j’arrive au bord du ruisseau j’entends sans le voir un ragondin qui plonge. Je m’avance rapidement et constate qu’il est rentré au terrier d’où s’échappe une eau boueuse. J’attends un peu mais il ne ressort pas.

La mare est déserte, je continue en longeant le ruisseau. Un peu plus loin, je repère trop tard un petit ragondin dans l’herbe. Il m’a vu, je reste immobile, il est trop loin pour tenter un tir. Il descend à l’eau et je m’avance rapidement sans pouvoir le revoir. Je jette un coup d’œil à la seconde mare déserte elle aussi.

Je longe doucement le ruisseau d’abord recouvert de végétation basse (arbustes girobroyés) il est maintenant bordée des 2 côtés par des arbres et arbustes. Au pied d’un noisetier, Un ragondin au gagnage.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je commence l’approche alors que 2 autres ragondins apparaissent. Je m’approche lentement. Un des ragondins revient en arrière et broute dans l’herbe haute, un autre broute sur le bord droit de la bande enherbée et l’autre au milieu. Je parviens lentement à 7 mètres des ragondins, j’arme et décide de jeter mon dévolu sur le plus à droite qui broute assis. Ma flèche le clou au sol. Il se débat et gémit alors que ses compères rejoignent l’eau. Je me précipite et l’achève. Je jette un œil dans le ruisseau, l’eau bouge contre mon côté. Je tente d’armer mais je dois casser pas mal de branches pour me faire une place de tir. Le remous cesse. Je longe le ruisseau un peu plus loin mais rien ne bouge. Je traverse et revient en face du terrier. Rien ne bouge, je retourne à mon ragondin. L’eau s’est remise à bouger. Je repars en courant en face de terrier et attends. L’eau bouge mais rien ne vient et le temps passe. Le ragondin gronde dans son terrier. Je tente d’imiter le grondement du ragondin, le remous s’intensifie mais toujours pas de ragondin. J’entends bouger les ragondins sous terre. J’imite alors le petit ragondin en détresse pour faire sortir la mère mais toujours rien. Je décide de rentrer alors que l’eau bouge de moins en moins et que le grondement continue.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je m’approche doucement du terrier où est rentré le ragondin tout à l’heure quand j’entends à nouveau un plongeon. Cette fois l’eau est trouble sous la berge, face à moi. J’attends. Une truite passe dans l’eau à mes pieds et vient se caler sous de petites branches. Le trouble de l’eau se fait plus important, « ça bouge là-dedans ». Je me prépare. Tout à coup le ragondin sort la tête. J’arme doucement et tente de le viser mais une branche au ras de la berge me barre sa tête. Je tente de passer entre la branche et le talus mais ma flèche heurte violemment la branche et la coupe net.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Ma flèche a dévié et j’ai manqué mon ragondin qui a fait demi-tour. J’attends un peu au cas où, une seconde truite passe en poursuivant une proie. Je finis par récupérer ma flèche, il ne veut pas ressortir.

Je retourne à la voiture pour aller chasser sur un lac au milieu des bois à Labéjan. En route j’aperçois un ragondin au gagnage à l’angle d’un Fossé et du Sousson. Je me gare un peu plus loin et reviens en longeant le ruisseau. Le blé est brouté par endroit par les ragondins. Je n’ai pas bien repéré l’endroit où se trouvait le ragondin et quand je l’aperçois il m’a déjà repéré. Il est à 30 mètres au moins. Il me regard un moment puis finit par se remettre à brouter. Je fais un pas, il relève la tête puis remet à brouter. Je fais quelques pas de plus mais un rentre dans le fossé. Je vais au terrier mais trop tard il ne ressortira pas.

Je pars pour le lac, je ne l’ai pas encore chassé cette année. Je me gare en haut du chemin de terre qui descend au lac et me prépare sous le regard curieux de quelques vaches.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je descends vers le lac. L’endroit semble calme, je sors mon appareil pour faire une photo quand un ragondin démarre et s’arrête au ras de l’eau. Le temps de ranger l’appareil photo, un second ragondin le rejoint alors qu’il se met à l’eau. Je cours vers le bord de l’eau et arme. Trop tard ils ont plongés. J’attends de les voir ressortir. Le premier ressort un peu lin au milieu du lac. Je l’aligne et décoche. Ma flèche lui coupe la queue (je le verrai plus tard). Il plonge et remonte un peu plus loin pour partir vers un tas de branches contre la rive opposée. Je réencoche alors que le second refait surface à 6 ou 7 mètres du bord. J’arme doucement, vise et décoche. Touché, le ragondin tourne en rond en perdant beaucoup de sang puis s’immobilise. Le pensant mort je pars m’occuper de l’autre que je pense, à juste titre, avoir blessé.

Je longe la digue et rentre dans le bois. J’arrive à l’aplomb des branches et aperçois le ragondin. Il est immobile sur la berge. J’arme, vise et décoche espérant passer entre les branches mais ma flèche heurte une branche et dévie pour se ficher au sol avant d’atteindre le ragondin. Je réencoche en courant mais c’est ma flèche d’achèvement. Je la laisse au sol et récupère ma flèche plantée sous les branches que j’encoche de suite. Le ragondin a refait surface il longe la berge doucement.

Je contourne dans le bois en courant pour revenir sur lui un peu plus loin. Il est immobile, dans l’eau face à la berge. J’arme, vise derrière la tête et décoche. Touché, il plonge et remonte se caler contre la berge un peu plus loin. Je pars vers lui mais j’ai oublié que je n’ai plus de flèches. Je pose mon arc et prend une grosse branche mais arrivé à 2 mètres de lui il plonge.

Je repars en courant chercher ma flèche et la ramène au bord avec ma branche. Je cours, prends mon arc au passage et encoche. Le ragondin titube au borde de l’eau. J’arme, vise et décoche. Touché à nouveau le ragondin repart en longeant la rive. Il perd beaucoup de sang. Je récupère ma flèche et le tire un peu plus loin à la base du cou le séchant sur place. Enfin !

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je le pose sur la berge et récupère ma flèche.

En le ramassant, j’aperçois un ragondin qui broute au bout de lac. Il n’a même pas été inquiété par tout ce raffut (feuilles mortes, craquements de branches…). Je tente une approche. J’ai m’impression de marcher sur des chips, je fais un bruit effroyable pourtant le ragondin ne bronche pas. Il me faut me frayer un passage au milieu de la végétation et des gros chênes couchés par la tempête. Je parviens finalement à la petite clairière où se trouve le ragondin qui s’est tourné vers l’eau. Il est à 15 mètres environ. Il se met tout de même à l’eau alors que j’enjambe la vieille clôture électrique au bord du bois. Je me rapproche rapidement alors qu’il nage tranquillement et au moment où je m’arrête pour armer il s’arrête, revient un peu vers moi et s’immobilise en surface de ¾ face en me regardant ! « Tu en fais trop mon ami ». J’arme, prends le temps de bien viser (je n’ai qu’un flèche) et tire. Le ragondin est foudroyé. Je le récupère et pars chercher mes autres flèches et ragondins. 

Arrivé à la digue, mes 2 ragondins à la main, je constate que mes 2 premières flèches ont dérivés vers la digue mais que mon ragondin laissé pour mort n’est pas visible. Je récupère mes flèches et aperçois le ragondin blessé qui longe la berge à ma gauche. Mes flèches récupérées, je pars à sa rencontre mais il plonge. Il longe, sous l’eau, à 2 mètres du bord puis s’arrête et se met à lutter pour rester sous l’eau. J’arme, il finit par refaire surface à 3 mètres du bord où ma flèche le sèche net. Je récupère flèche et ragondin. La nuit sera vite là.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Je rentre à la voiture et pars faire un tour rapide sur le grand lac tout proche. Je me gare sous la digue et longe le lac côté droit en allant vers le ruisseau. Il s’y voit juste assez pour tirer. Au bout du lac un gros ragondin broute sur la berge opposée. Le temps de faire le tour il fera nuit. Je rentre.

Sortie du 10 avril 2010 (suite)

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

charc08.skyrock.com 11/04/2010 19:35


jadore les photos qui alimente tes récits continu comme sa c'est génial


Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS