Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 08:22

Vendredi soir, je décide d'aller me faire un affût de repérage sur un nouveau site de mon territoire de chasse que je pense prometteur, un penchant boisé qui se termine sur un fourré de genets épais traversé de nombreuses coulées très marquées. 18h30 je suis en place à 100 mètres de moi une chevrette arrêtée en lisière du bois, elle semble surveiller son environnement, tous ses sens semblent en alerte.

Cela fait bien 10 minutes que je l'observe quand un cri de cochon qu'on égorge vient déchirer le calme reposant de la soirée, il vient du penchant d'en face, je scrute ce travers parsemé de gros îlots de ronces qui se terminent en zone boisée quand, au milieu d'un clair, j'aperçois un gros sanglier sur pied qui semble se promener tranquillement. Je le perds de vue. J'observe un moment encore mais plus rien.

Je quitte mon pose et me dirige vers ce penchant, le pré entre les deux penchants est parsemé de coup ne nez de sanglier, la mare en lisière du bois est marquée de nombreuses souilles dont certaines paraissent très fraîches, des coulées très nombreuses et piétinées depuis plusieurs jours sont marquées de nombreux pieds de sangliers qui marquent bien dans cette terre encore humide.

C'est impressionnant le sous-bois est marqué de très nombreux passages très fréquentés. Je prends l'un d'entre eux et décide de traverser le travers boisé pour tenter d'approcher le sanglier par le haut, ma progression est lente et observatrice.

Quand j'arrive à la lisière du bois, je n'ai rien vu ni entendu, je commence à longer le bois très lentement, toujours rien quand, tout à coup, j'entends arriver droit vers moi toute une harde de sangliers qui cherche les glands. Une petite avancée d'herbe dans le bois sur laquelle débouchent au moins 5 grosses coulées me permet d'observer les ronces bouger à 10 mètres tout au plus. 

Un jeune sanglier de 20 kg environ, encore roux surgit devant moi à 15 mètres environ, il est de face et l'armement de mon arc le fait faire demi-tour, je retourne en arrière à toute jambe en essayant de ne pas faire trop de bruit. Je me faufile par une coulée pour me poster sur la trajectoire estimée de la bande, à genoux contre un arbuste, je les entends se rapprocher en fouillant le sous-bois. Ils semblent passer trop haut, je me déplace de 30 mètres pour remonter le long d'une coulée et me poster un peu plus haut à 30 mètres du sommet du bois.

Je suis immobile et je commence à les voir, d'abord les deviner au travers de la végétation puis l'un deux assez gros sort la tête à 10 mètres, juste au moment où je me tournais vers le mouvement. Il fait demi-tour en grognant. Quelques secondes passent, un très gros mâle (100 ou 110 kg) sort sur la coulée que j'ai prise pour me poster et vient droit sur moi. J'arme mon arc mais il vient s'arrêter derrière un roncier à 5 mètres devant moi, je désarme.

Un second mâle (80 à 90 kg) le suit et s'arrête avant le roncier, j'arme et je lui décoche ma flèche. Il démarre dans un gros craquement et je le vois partir avec ma flèche rentrée jusqu'au ras de l'empennage. Elle semble basse et trop en arrière. Il fait 30 mètres, fait le dos rond puis disparaît dans le fourré, je reste immobile et aux aguets des mouvements de ses comparses, puis le calme revient. Je ne bouge pas, la nuit commence à tomber.

Au bout de 10 minutes, je vais à l'endroit où je le vois pour la dernière fois et je retrouve un bout de ma flèche recouvert de sang bien rouge avec des bulles (c'est l'empennage) une grosse tache de sang jonche le sol. Il fait maintenant nuit noire. Pensant ma flèche bonne, je pars chercher une lampe à la ferme voisine et revient avec le fils de la propriétaire pour suivre la piste de sang très abondante. Nous la suivons un moment jusqu'à une clôture électrique bordant un massif de genets et de genévriers. Le sanglier se met à grogner rageusement à moins de 20 mètres mais nous ne pouvons pas le voir. Nous restons immobiles en essayant de l'éclairer mais il finit par se débiner. Je décide d'arrêter là les recherches et de revenir le lendemain.

Le lendemain matin après une nuit plus que courte et très agitée que je retourne sur les lieux. Je retrouve ma flèche, enfin le gros morceau de ma flèche sur le lieu même du tir, le tube est recouvert de sang sec, la lame n'est pas vraiment abîmée. La piste de sang est importante, sang rouge en grosse gouttes, je suis cette piste et retombe sur le deuxième morceau de flèche que je n'avais pas ramassé la veille. Je reprends la piste d'hier soir qui n'est vraiment pas difficile à suivre, sur environ 200 mètres le sang est très abondant. De temps à autre, je trouve du sang rosé et oxygéné sur les feuilles mortes, je pense de suite à un tir de poumon. Puis la piste, qui prend la descente vers l'endroit où j'ai entendu le sanglier hier soir, ressort ensuite des genets en devenant de plus en plus diffuse et très dure à suivre (gouttes éparses et de très petit diamètre), la distance parcourue cumulée aux indices qui se font rares me font craindre le pire.

A 4 pattes, le nez par terre, je vais encore réussir à faire 100 mètres mais difficilement, je marque ma dernière goutte d'une brisée puis je regarde les coulées autour, mon sanglier semble avoir pris une montée quasi verticale sur 3 à 4 mètres pour sortir plein pré sur du plat (les feuilles sont marquées de sang rouge). 4 ou 5 petites gouttes dans le pré puis plus rien. Il est 11h30, je décide d'aller voir le conducteur de chien de sang qui m'avait retrouvé mon premier sanglier l'an passé.

Le rendez-vous est pris pour 13h30. Nous décidons de reprendre la recherche quelques mètres avant que je perde la trace de mon sanglier, Raboliot (teckel à poil dur) prend sans difficulté la piste 100 mètres avant que je la perde et sans hésitation ressort dans le pré où je me suis arrêté. Il coupe en travers pour prendre vers le bois en pente douce, il passe le long d'un remise, longe tout un chemin forestier sur 300 mètres, ressort plein pré, redescend vers un ruisseau à sec et commence un peu à hésiter.

Son maître, après des encouragements et une bonne écuelle d'eau, le reprend en arrière et le relance. Il reprend le chemin forestier le long du ruisseau à sec ressort plein pré, travers le route et commence à se diriger vers un autre ruisseau qui coule encore un peu, nous traversons une repousse de tournesol, ça doit bien faire plus 1 kilomètre que je n'ai pas vu de sang et là sur une feuille d'un petit pied de tournesol, le conducteur me dit "regarde". Une goutte de sang. Raboliot rentre dans le ruisseau et commence à donner de la voix, il traverse, traverse un petit pré et rentre dans le bois assez en pente pour redonner de la voix et tirer comme un fou sur sa longe. L'entrée de la coulée est marquée de sang des deux côtés sur les buissons.

Après quelques et tours et contours nous ressortons dans un semé où Raboliot perd la trace, le conducteur décide de laisser tomber. Nous avons fait plus de 2 kilomètres. Je suis anéantit, un sentiment de colère envers moi même m'envahit. J’aurais bien tenté de continuer la recherche mais malgré une reprise par hasard sur le chemin du retour de la piste par Raboliot, le conducteur décide d'arrêter définitivement. Depuis samedi, je ne pense qu'à ça, je ne supporte pas l'idée d'avoir perdu un si bel animal, de le penser entrain de souffrir ou de pourrir quelque part. Je ne comprends pas ce qui s'est passé, je pensais pourtant ma flèche bonne.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS