Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 22:27

Ce matin, je devais aller voir un grand lac à Saint Maur que Manu a dégoté pour nos sorties au ragondin. Il est déjà près de 10 heures quand j'arrive sur place. Le tour du lac fait et les terriers repérés pour les prochaines sorties, je rentre sans avoir vu le moindre ragondin.

Je décide de rentrer en passant par Moncassin pour faire un tour du côté de Clermont Pouyguilles à « la mare aux ânes » où j’ai fléché 3 ragondins la veille. En passant, je jette un coup d’œil de la route à un petit lac dont les berges sont truffées de terriers. Pas un ragondin dehors. Je continue ma route quand, au fond de la combe à 100 mètres environ, le long du petit ruisseau qui passe un peu plus loin près la mare vers laquelle je me dirige, j’aperçois un groupe de ragondins entrain de brouter sur la bande enherbée.

J’arrive pas loin de la mare, me gare et rejoins le ruisseau pour le longer. Après le passage busé, 2 ragondins et plusieurs rats d’eau vont plonger sans que je puisse vraiment les voir au travers des arbustes. Je marche doucement vers mon objectif : le groupe vu de la route. Je longe le ruisseau depuis bien 1 km quand, dans un virage, je les vois, ils broutent tous collés les uns aux autres, 1 gros, 1 moyen et plusieurs petits.

Je me colle aux arbres qui bordent le cours d’eau et ralentis l’allure pour arriver au bord d’un fossé qui rejoint le ruisseau. Je fais une pause pour les observer, ils sont calmes et ne se doutent de rien, ils sont à une quinzaine de mètres. Je suis à portée mais je préfère encore m’approcher pour assurer le coup. Je descends doucement dans le fossé et remonte encore plus doucement sur le talus d’en face.

A genoux, je les observe. Comment avancer encore ? « Si je tire maintenant, ma flèche va en toucher plusieurs à la fois », ils sont tous serrés les uns contre les autres. Je calcule mon coup quand 2 avions de chasse à l’entraînement passent au-dessus de nous déchirant le silence d’un long rugissement qui précipite toute la famille vers le ruisseau, les éloignant de moi.

Les petits, au nombre de 6, sont en tête, 4 descendent à l’eau, la mère et 2 petits restent un moment à hésiter et le moyen en retard de plusieurs mètres se ravise et se remet à manger. La mère et ses petits descendent à l’eau. De ma position, je les vois nager et s’amuser dans l’eau. Je me décale un peu pour ne pas qu’ils me voient et tente l’approche sur le moyen.

Voûté, j’avance à chaque fois qu’il plonge la tête dans l’herbe et réussis à gagner quelques mètres mais il finit par rejoindre ses camarades au petit trot. J’arme et me dirige à pas rapide vers le bord de l’eau. Le moyen et un petit nagent côte à côte. Je vise rapidement et décoche. Ma flèche a traversé les 2, ils se débattent, tentant de se dégager du tube qui les relie.

Ce manège attire la mère qui sort la tête du terrier. J’arme et décoche, ma flèche remue, j’ai du la toucher. Je m’avance un peu et aperçois le moyen, la flèche en travers. J’arme pour abréger son calvaire mais il démarre pour rejoindre le terrier et je décoche passant au ras sans le toucher. Sa manœuvre a dégagé son collègue d’infortune et les 2 arrivent au terrier le temps de réencocher.

Le moyen entravé par la flèche lutte pour rentrer au terrier alors que le plus petit reste un instant devant le terrier, seule sa tête est rentrée. Je le vise et décoche. Trop haut, je lui touche le dos et il rentre au terrier. Je descends dans l’eau, remonte mon pantalon au-dessus de genoux et me précipite vers le terrier.   

Je parviens à me saisir du moyen et l’achève d’un coup sec sur le talus de la berge puis récupère mes flèches. J’ai manqué la mère. Rien au bout de ma flèche. Je fouille l’entrée du terrier avec une flèche pour tenter de récupérer mon petit ragondin mais rien.

Je remonte sur la berge. Je ramasse mon ragondin mort quand l’eau bouge devant le terrier et entraperçois dans une trouée mon petit ragondin qui passe, je ressaute à l’eau mais trop tard il est définitivement rentré au terrier. Il va mourir, je rage de ne pouvoir abréger son calvaire mais 2 mètres de terre au-dessus du terrier c’est trop pour tenter un déterrage.

Je rentre quand, sur le chemin du retour, je décide de jeter un œil à la mare où j’ai fléché un petit ragondin hier.

Ragondins du 1 mars 2010

Je pose mon ragondin au sol et avance doucement. Ça bouge devant, un ragondin. J’arme et aligne ma visée mais j’ai de l’eau dans la visette, je ne vois rien. Je désarme et souffle pour évacuer l’eau. Mon ragondin en profite pour plonger suivi aussitôt d’un second. Je m’avance et sonde à l’aide d’une branche, on dirait qu’il y a un terrier qui rentre au niveau d’un drain agricole.

Des grondements sourds, caractéristiques de ragondins mécontents se font entendre. On dirait que ça vient de sous les ronces et, en cherchant, je me rends compte que le son émane d’un trou de 10 centimètres de diamètre qui donne sur le terrier à 20 centimètres sous la surface du sol. Je sonde avec une branche et commence à défoncer le plafond du terrier à grand coup de talon.

Au bout d’un moment l’eau bouge, je me prépare mais rien ne sort. Je recommence à défoncer le terrier et un bruit d’eau retentit, c’est un des ragondins qui détale dans la mare, il court dans quelques centimètres d’eau, il est petit. J’arme, et décoche à 6 mètres, juste avant qu’il ne se jette sous un tas de ronces.

Je suis juste derrière, très près mais derrière. Je recommence à taper du talon quand la tête d’un ragondin se montre, j’arme et décoche. Il y est, un petit ragondin. Je tape encore un peu mais plus rien ne bouge. Je récupère ma flèche avec une touffe de poil, c’est vraiment passé près. Je retourne à la voiture.

Je pars pour Saint Arromans, 3 ragondins batifolent dans le chôme de maïs où j’ai tué les 2 gros ragondins avec Laurent. Je me gare et tente l’approche mais, en marchant sur un gros tas de feuilles mortes, je provoque la fuite des ragondins qui s’enfilent dans le fossé qui rejoint le Sousson.  

Je presse le pas, rejoins le fossé au ras du ruisseau et commence à le longer quand, à 10 mètres environ, un ragondin laisse dépasser sa tête du terrier. J’arme, vise et décoche. En pleine tête, il roule dans l’eau sur lui-même par saccades, entravé par la flèche. Je l’achève rapidement. Je retourne à la voiture pour aller chasser un peu plus loin les bords du Sousson.

Je me gare et attaque en remontant le ruisseau. Dans un virage l’eau bouge contre la berge en face. Je ralentis l’allure. Un ragondin de taille moyenne se coule contre la berge et disparaît sous une grosse racine. J’arme et avance doucement pour finir par voir le bout de son nez entre de petites branches. Je me décale encore un peu et tente une flèche qui ripe sur une des brindilles et se plante au ras devant le nez du ragondin qui fait demi-tour et rentre au terrier.

Je longe un moment le ruisseau sans succès. Sur le retour, j’aperçois un ragondin de taille moyenne qui broute le long d’un des fossés perpendiculaires au ruisseau. Je traverse le ruisseau, gravis le talus et commence mon approche. Mon ragondin, inconscient me tourne le dos, le vent est bon et j’avance assez rapidement pour arriver à 5 mètres de mon ragondin toujours de dos. J’arme et ajuste ma visée. La flèche part et percute le côté du ragondin lui emportant juste des poils et le précipitant au fond du fossé dans son terrier. Je viens de me manquer un cadeau alors que je le voyais mort.

Le reste du ruisseau est désert, sur le chemin du retour, un gros ragondin broute à l’entrée d’Ornézan. Je me gare et tente l’approche malgré le vent de dos. Je suis vite repéré et le pépère rentre au terrier. Cette fois, je rentre.

Ragondins du 1 mars 2010

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS