Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 14:56

Aujourd'hui, il a fait très chaud et je ne pense pas chasser avant 20 heures, en rentrant du boulot, je me pose un peu chez moi, vérifie mon matériel puis vers 19 heures, je pars pour mon territoire de chasse, tout juste à 5 minutes de chez moi. Le président est allé récupérer le bracelet cet après-midi. Je le récupère et discute un moment puis, vers 20 heures, je décide d'aller chasser. Le président de la chasse voit régulièrement des chevreuils dans une prairie en limite droite du territoire. Pour ma première sortie de la saison, je vais faire un grand tour sur la bordure externe du territoire et en profiter pour faire un peu de repérage.

Je quitte l'habitation et remonte à travers la pâture vers la crête de la colline longée par un chemin de randonnée qui délimite la droite du territoire. Le vent est bon, il sera face à moi. Arrivé en crête, je longe tranquillement en direction du secteur indiqué par le président où je vois chaque année pas mal d'animaux.

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Le chant du coucou et des grillons emplissent l'air encore très chaud de cette soirée aux allures estivales. Le secteur semble calme. Je passe au-dessus de la ferme, les vaches broutent en contrebas mais pas le moindre chevreuil en vue. J'arrive au petit bosquet ou je rencontre habituellement des chevreuils mais pas le moindre animal ce soir. Le chemin de randonnée passe au-dessus du bosquet et est assez silencieux. Je le suis lentement en surveillant bien les alentours mais toujours rien. Je débouche sur le haut de la combe où l'herbe est encore très haute. Je regarde longuement les alentours sans rien voir.

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Je reprends ma route et arrive au point culminant du secteur, je longe doucement une clôture électrique qui délimite le haut du territoire. Sur ma droite, un semé de tournesol qui n'a encore quasiment pas poussé et sur ma gauche des prairies d'herbes hautes. Je quitte un peu le bord de la clôture pour m'avancer dans les hautes herbes Je trouve de nombreuses couches de chevreuils qui semblent fraîches mais toujours pas d'animaux. Je reviens vers la clôture et la longe en direction d'un petit bosquet clairsemé qui couvre le penchant suivant quand, au fond de la seconde combe, une chevrette surgit des herbes hautes  et rejoint le bois sur ma gauche. Je regarde bien les alentours pour tenter d'apercevoir un brocard mais sans succès.

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Je poursuis ma route et longe en bordure du bosquet puis ressors sur le semé de tournesol pour contourner une partie du territoire que je ne veux pas déranger ce soir. Je rattrape un grand champ de blé où pousse de l'avoine sauvage en grande quantité. Je prends un passage de tracteur que je longe doucement pour rejoindre une friche boisée où j'ai fléché mon second brocard l'an dernier. Toujours pas de chevreuil, je longe le chemin de terre blanche au milieu de petits chênes clairsemés pour retomber sur un semé de tournesol qui n'a quasiment pas levé lui aussi. Cette année, le couvert végétal n'est pas encore très fournis de plus on est en pleine période des foins et cela va compliquer les approches.

Je longe le bois sur ma droite, rejoins la bordure du blé en contrebas puis la longe pour rattraper un chemin de terre qui va me conduire à la carrière autour de laquelle il est rare de ne pas voir des animaux. En arrivant près du ruisseau, je m'arrête un instant pour observer quand une silhouette attire mon regard à plus de 100 mètres dans un bout de pré fauché. Je l'observe un moment, on dirait un renard mais ça ne bouge pas. Je tente des cris de souris quand l'animal commence à se couler pour rejoindre le chemin de terre qui monte à la carrière. Je ne sais pas dire s'il s'agit d'un gros chat ou d'un renard vu la distance. L'animal qui n'avait repéré s'éloigne par étapes en se retournant régulièrement pour m'observer puis disparaît derrière le virage du chemin.

Je traverse le ru, longe dans le blé et rattrape le chemin pour remonter vers la carrière. Les aboiements des chiens de la SPA toute proche résonnent dans le bas fond. Arriver en haut, j'aperçois quelques lapins au loin. Je me dirige vers des tas de gravats derrière lesquels se trouve un combe en blé. Arrivé au bord de la combe, j'aperçois, dans le fond, une tête de chevreuil qui dépasse des céréales à 100 mètres environ. On dirait une chevrette mais je décide de tenter l'approche pour m'amuser. Le vent n'est pas terrible mais l’enjeu n'est pas bien important. Je descends doucement vers le passage de tracteur qui passe à 20 mètres au-dessus de l'animal puis le longe doucement. Je n'avance que quand le chevreuil baisse la tête et gagne peu à peu du terrain. C'est bien une chevrette, je continue mon approche voûté et arrive à 45 mètres environ de l'animal. J'attrape mon appareil photo avant de continuer mon approche mais la chevrette me repère. Je décide de la prendre en photo sans avancer plus. Au moment où je la prends en photo, une seconde chevrette surgit d'un creux du champ et passe derrière elle.

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Elle s'arrête un moment et m'observe.

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Ayant compris que ma silhouette n'était pas naturelle, elle rejoint le bois alors que la première chevrette n'a toujours pas bougé. Je décide de reprendre ma chasse, je me redresse et remonte vers la carrière. La chevrette met un moment à réagir puis elle démarre, s'arrête un moment pour m'observer puis repars et rentre au bois. Je rejoins la carrière salué par quelques aboiements.

Je me dirige vers une autre grande combe de blé sur ma gauche. Je longe une grosse haie épaisse qui me cache les céréales puis arrivé au bout j'observe un moment toute la combe à la recherche d'une tache rousse ou d'une tête dépassant des céréales. Tout à coup, une silhouette rousse esquisse un mouvement sur le penchant opposé, en bordure du blé, sur la bande enherbée qui le sépare d'une bande étroite de bois bordant le chemin qui descend de la carrière. Je l'observe un instant, c'est sûr il s'agit d'un chevreuil mais bien plus de 400 mètres nous séparent ce qui rend l'identification impossible (je chasse sans jumelles).

Ouverture de la chasse au chevreuil (tir d'été), 1 juin 2012

Je vais tenter l'approche mais il me faut faire un grand tour pour ne pas être repéré. Je longe le blé tranquillement en surveillant le chevreuil qui semble ne pas m'avoir vu puis je presse le pas en passant hors de sa vue dans un creux du champ et prends le pas de course pour rejoindre le bas du champ que je longe d'un pas rapide pour rattraper le chemin qui descends de la carrière. Je remonte un moment par le chemin puis au départ de la bande boisée, je descends sur la bande enherbée et commence à la longer à bon vent.

J'ai perdu le chevreuil de vue depuis un moment et j'avance à l'aveugle car le relief vallonné du terrain ne me permet pas de le voir pour le moment. Je parcours tranquillement plus de 200 mètres avant de l'apercevoir. C'est un brocard, il broute au fond d'un creux du terrain à 50 mètres devant moi. Je l'observe un peu, il est paisible, de 3/4 arrière. Je commence mon approche voûté le plus possible mais je dois m'arrêter presque à tout de suite car il relève la tête. Il se remet à brouter, je reprends ma progression. Il relève souvent la tête et je dois régulièrement m'arrêter quand, tout à coup, il m’aperçoit, je n'ai pas été assez rapide pour me baisser. Il me fixe un moment puis ruse, se léchant l'épaule opposée et m'observant par-dessus sa ligne du dos. Je reste immobile et il finit par se remettre à bouter. J'attends un peu puis fais un pas mais il relève aussitôt la tête. Je me fige et attends. Il rebaisse la tête, j'attends un peu puis fais à nouveau un pas. A nouveau, il redresse la tête et je dois rester un moment sans bouger. Au moment où il rebaisse la tête, j'en profite pour m'agenouiller en bordure du blé. Il relève la tête, regarde vers moi puis se remet à brouter, je tente d'avancer un peu. Il relève la tête, se tourne plein travers comme pour rentrer dans le blé et pousse un aboiement. Je lui réponds, il aboie à nouveau, je lui réponds en donnant des coups dans le blé. Curieux, il fait un pas vers moi puis recommence à aboyer. Nous nous répondons un moment puis la communication cesse et il se remet à brouter. J'attends un peu puis décide de tenter le tout pour le tout. Je reprends mes aboiements en avançant doucement à 4 pattes dans le blé et en frappant les céréales avec mon arc devant moi. Le brocard qui ne comprend pas regarde vers moi et me laisse approcher.

Je gagne très doucement du terrain et arrive à 30 mètres environ du brocard qui n'a toujours pas bougé mais ce dernier n'étant pas un grand brocard mais un 6 correct tout de même, il commence à se demander si ce rival n'est pas un peu trop entreprenant et il commence à s'éloigner d'un pas saccadé en s'arrêtant régulièrement pour regarder vers moi. Je m'arrête et augmente la fureur de mes aboiements et frappe le blé rageusement. Le brocard fait volte-face comme pour revenir vers moi. Il est à 40 mètres environ. Je tente de me rapprocher à nouveau mais, cette fois, il rentre dans la bande de bois sur ma droite en 2 bons. La partie est finie, je me relève et presse le pas pour revenir en arrière vers le chemin de la carrière et un petit bois de pins ou chaque année je croise un beau brocard.

Au lieu de suivre la bande enherbée, je décide de prendre un chemin de terre que je rattrape à 50 mètres sur le chemin du retour. Je remonte rapidement le chemin assez raide, en arrivant dans le virage, je relève les yeux et me fige net. Le brocard est là devant moi à même pas 10 mètres, plein travers en plein milieu du chemin. Curieux de ne pas avoir pu m'identifier, il me contournait par le haut pour me prendre au vent. J'ai remis ma flèche sur le carquois et, le temps de la sortir, il ressaute dans le bois en contrebas et repars vers le blé. Je le vois au travers des branchages, il se coule lentement puis il s'arrête juste avant de sortir sur la bande enherbée. J'encoche ma flèche et redescends discrètement pour tenter de l’intercepter. J'attends un moment au bout du chemin mais ne le voyant pas sortir, je m'avance doucement. Je l'entends démarrer sur quelques mètres puis plus rien.

La luminosité commence à décroître très vite, je remonte le chemin puis me dirige vers la clôture qui entoure les bâtiments de l'école de travaux publics avant de la longer pour rentrer dans le bois de pins. J'avance doucement mais le sol est bruyant. Je finis par ressortir au bord d'un champ de blé. Un mouvement sur la droite me fait tourner la tête, une masse est entrain de rentrer au bois à 15 mètres environ, je pense tout d'abord à un sanglier mais je comprends vite qu'il s'agit d'un blaireau. Il semble énorme et je m'avance doucement dans le bois par une grosse coulée pour tenter de le voir de plus près. Je l'entends mais ne le vois pas et le bruit finit par s'arrêter. Je ressors du bois, le longe un peu sur la crête de la colline puis m'arrête en arrivant à l'angle du bois pour regarder le penchant de blé. Il fait trop sombre, je ne vois rien mais au moment où je commence à descendre par la bande enherbée, 2 chevreuils jaillissent du blé. L'un d'eux rentre au bois, l'autre traverse la haie du bas de la parcelle et s'éloigne en aboyant.

Il est temps de rentrer, la nuit tombe.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS