Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 22:38

Samedi soir, je décide d’aller faire un tour chasser le cerf au brame chez Patrick. J’arrive vers 16h30, Patrick a repéré un 8 cors qui est rentré dans la bande boisée entre le chemin de la Soule et le ruisseau. Je vais attaquer par le bas alors que Patrick va passer par le haut en démarrant de chez lui.

Je gare ma voiture à l’ombre pour que Baïkal, qui est dans le coffre, ne souffre pas de la chaleur et je descends, sur les consignes de Patrick vers un passage qui longe dans le bois. La première partie du chemin passe sous une zone couverte de fougères. J’avance doucement en espérant voir surgir un cerf ou une biche de la végétation mais rien ne bouge.

Je poursuis donc ma progression et entre véritablement dans le bois. Un peu plus loin, je tombe sur une grange, le chemin passe contre le mur sur la gauche et rentre dans un massif épais de buis. Je m’engage dans les buis quand mon attention est attirée par un grand bruit. C’est un animal qui vient de démarrer en contrebas.

Vu la taille c’est un grand cervidé et certainement le cerf dont Patrick m’a parlé. Je redouble de prudence pour ne pas faire trop de bruit en marchant mais le sol est couvert de feuilles mortes et ma marche n’est pas des plus silencieuse. L’animal redémarre et semble remonter vers le chemin.

J’avance doucement en essayant de le distinguer au travers des buis mais il redémarre à 15 mètres devant moi alors que je regardais vers le bas. Il va redémarrer plusieurs fois sans que je le vois alors que je finis par tomber sur la piste faite par Patrick, elle est juste au dessus de moi. J’escalade et poursuis mon approche sur la piste.

La terre meuble facilite ma progression silencieuse. Mais le cervidé redémarre à nouveau plusieurs fois alors que je presse le pas pour le dépasser et l’intercepter en bout de piste mais impossible de le voir. J’attends un peu, le calme s’installe, je reviens donc sur mes pas et jette des pierres dans le bois pour le faire repartir.

Il me semble l’entendre à nouveau, je reviens donc à mon poste mais rien. Le temps passe, je retourne sur mes pas et fait chuter des pierres dans la pente au milieu des buis mais il a définitivement disparu. Je tente de descendre dans les buis et arrive au bord du ruisseau sur un chemin que je longe un moment jusqu’à son interruption puis reviens sur mes pas.

Arrive un fox blanc qui sursaute à quelques mètres devant moi, il ne m’avait pas vu, son maître le suit. Je remonte ma cagoule et le salue mais il ne répond pas, je m’avance vers lui et le salue à nouveau sans réponse. Il semble gêné de me trouver là, je lui demande s’il chasse le sanglier. Il me répond que non, qu’i y a eu un lâcher de faisans. Je n’insiste pas, lui souhaite bonne chasse et m’éclipse pour retourner à ma voiture et terminer d’arriver chez Patrick.

Patrick n’est pas arrivé, j’en profite tour tirer deux flèches sur sa cible 3D chevreuil, à 15 et 20 mètres, c’est dedans sans problème. Je retire mes flèches et me prépare pour partir quand Patrick arrive. Il doit partir bosser.

Il propose de me déposer en haut du chemin de la Soule pour me faire gagner du temps. Arrivé en haut, je regarde le vent, il vient de ma droite, je décide donc de monter droit dans la montagne puis de revenir face au vent dans la pente. Je commence mon ascension alors que Patrick s’en va. Je passe par le petit chemin au dessous de l’habitation puis remonte au niveau du parc à mouton pour rentrer dans le bois.

A peine arrivé au bord du bois, je me rends compte que le vent a tourné. Je décide de tenter le coup tout de même, peut être que c’est à cause du relief et que, dans la pente, le vent sera à nouveau bon. Je progresse lentement en marquant de courtes pauses pour observer le sous bois. Le vent est capricieux et les cerfs ne brament pas.

Arrivé assez haut, j’oblique vers ma droite et commence à avancer doucement perpendiculairement à la pente. Le temps passe mais toujours rien jusqu’à ce que j’arrive à la crête qui délimite un bois de chênes clairsemés sur le versant que j’arpente et un bois de hêtres très dense de l’autre côté. Un cerf a arraché de l’herbe au sol  à plusieurs endroits.

Je suis le crête qui redescend vers les pâturages quand, tout à coup, le brame d’un cerf retentit sur ma droite, cette fois le vent est bon. Des craquements se font entendre, il semble que ça vient vers mois. Je me calle contre un arbre et attends un peu quand, tout à coup, un biche surgit à environ 50 mètres en contrebas. Trop loin mais les craquements dans les buis m’indiquent que d’autres animaux vont sortir.

Je décide de rester à mon poste mais un cerf sort juste derrière la biche et ils disparaissent tous deux alors qu’un autre cerf grogne toujours dans les buis. Je tente de me rapprocher de la sortie des animaux et me place à 20 mètres mais le cerf ne semble pas disposé à sortir. Il grogne toujours et esquisse un brame. Je tente de limiter mais sans succès. Je redescends donc vers les pâturages en traversant les buis. Plusieurs fois, je tombe ou manque de tomber dans les éboulis rocheux alors que des craquements m’indiquent la présence de grands animaux que je fais fuir en avançant.  

La cible magique, 27 septembre 2008

Je prends donc le chemin du retour.

Arrivé chez Patrick, je descends la piste qui mène au sanglier 3D, je marque un arrêt sous un noyer pour jeter un coup d’œil dans le pré quand j'aperçois un beau petit ragot de 70 kg sortant du bois juste à quelques mètres derrière la cible 3D.

Il avance tranquillement, marque un arrêt sur la piste qui descend au lièvre 3D puis disparaît dans un roncier d'une quarantaine de mètres de long. Il longe dans le roncier pour ressortir à une cinquantaine de mètres en contrebas. Il avance tranquillement sur trente mètres puis remonte vers moi sur environ 10 mètres, s'arrête de 3/4 face alors que j'arme mon arc.

Il reste un petit moment sans bouger alors que je le vise puis bifurque et se remet en marche pour me passer plein travers à 18 mètres au pas. Je pose mon viseur sur son épaule et lâche ma flèche qui le frappe juste au dessus du coude et ressort du côté opposé pratiquement au même niveau.

Mon sanglier démarre en trombe avec la flèche en travers, il contourne le roncier puis fille droit dans la pente pour chuter lourdement au bout d'environ 30 mètres en arrêtant sa course contre un gros chêne.

L’ayant entendu tomber et se débattre un moment, je vais après que le calme est revenu à l'endroit du tir. Le sang est bien rouge et la piste assez abondante, je n'ai pas de mal à la suivre. Je tombe sur un morceau de flèche de 15 centimètres (côté empennage), entièrement couvert de sang.

La piste est très marquée, je vais faire encore 30 mètres et j'aperçois mon ragot allongé contre le gros chêne. Il est mort, il a parcouru 60 mètres entre le tir et sa mort dont une bonne partie en roulade à cause de la pente prononcée. Je remonte chercher la corde et redescends avec Baïkal qui court partout comme un fou en reniflant dans tous les coins. Le sanglier est mort à quelques mètres au dessus de la piste. Je le fais rouler sur la piste alors que Baïkal, intimidé, reste à distance. Je l’attache par le groin et le traîne à plat vers la piste qui remonte vers l’habitation de Patrick. Deux mètres par deux mètres, je le hisse en haut de la pente puis le traîne sur le semblant de plat qui termine le chemin jusqu’à l’habitation, suivi par Baïkal. Je prends quelques photos souvenir en attendant Patrick puis nous reprenons la séance à son arrivée.

La cible magique, 27 septembre 2008

Atteinte :

La cible magique, 27 septembre 2008

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS