Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 06:51

Ce matin, j'ai convenu avec mon ami Patrick d'aller chasser chez lui à Sarrancolin. Réveil à 5h30, le temps de dégivrer la voiture et me voilà parti. J'ai décidé de chasser au tour de la place de brame où j'ai fléché mon cerf cette année. Arrivé avant le lever du jour, je me gare près du ruisseau du fond de vallée et j'attends un peu dans la voiture puis je sors affronter le froid vif et me préparer. La lueur du jour commence à poindre, tout est calme et le silence n'est perturbé que par le bruit de l'eau. Les Pyrénées me manquaient, nous étions abonnés aux lundis pluvieux depuis plusieurs semaines et je ne suis revenu qu'une fois depuis le brame. Le paysage a changé et la neige a commencé recouvrir la montagne d'un manteau blanc.

Je finis le reste du chemin à pied et rejoint la dernière habitation avant d'attaqué mon ascension par un petit sentier qui remonte d'abord assez raide puis à flanc de montagne pour rejoindre la place de brame. Arrivé en haut de la partie la plus raide, je marque une pause et me retourne vers la ferme en contrebas. 3 animaux arrivent des fougères sur ma gauche, 150 mètres plus bas. La biche suivie de la bichette et du hère, ils passent juste devant la maison puis plongent dans la pente. Je regarde un moment pour essayer de les voir remonter sur le flanc d'en face mais rien.

Je reprends mon ascension. Un peu plus loin, je marque à nouveau une pause pour observer les fougères en dessous et au-dessus du chemin. Derrière moi, Sarrancolin se réveille et le bruit de la route vient perturber la quiétude ambiante.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Je monte doucement en essayant de ne pas faire trop craquer la neige et le sol gelé. Les premières empreintes fraîches dans la neige. Une biche est passée de frai. Je fais régulièrement des pauses d'observation quand, tout à coup, un bruissement dans les genets au-dessus de moi me met en alerte. J'essaye de voir de quoi il s'agit quand un aboiement retentit. C'est un chevreuil que j'ai dérangé et qui se coule au travers des genets et des fougères pour regagner la crête. J'ai beau me déplacer un peu et me fatiguer les yeux, impossible de le voir. Je reprends ma route.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Le sol est de plus en plus craquant et il est impossible d'avancer sans bruit. Je rejoints finalement la place de brame ou j'ai manqué un cerf cette année. Je marque une pause, et jette un coup d'œil en contre bas dans les fougères. Une biche et son jeune arrivent de derrière moi à 100 mètres plus bas pour rentrer dans l'épais. Ils marquent une pause et observent tout autour d'eux sans me voir avant de disparaître derrière les arbres.

Je m'avance sur la place de brame. Beaucoup de traces traversent la zone dégagée. Biches, cerfs, sangliers, chevreuils et renards se sont croisés ses derniers jours. Une meute de chien est aussi passée ces derniers jours, Patrick m'a dit que Sarrancolin était venu chasser le sanglier dans le secteur.

Je continue vers la place de brame où la réussite m'a souri. Mes pas font craquer le sol et je crains que ma matinée d'approche ne soit bien compromise. Le chemin monte un peu puis redescend sous la voute de noisetiers défeuillés. Cette place est aussi marquée de nombreuses traces plus ou moins fraîches. La neige plus poudreuse est moins craquante dans le secteur. Je m'avance puis me cale derrière des genets en observation. Des vols successifs de petits passereaux passent bruyamment au-dessus de ma tête. Tout est calme, la nature semble endormie et rien ne bouge. Je tente un petit cri de souris pour essayer d'apercevoir maître goupil mais rien. Quelques merles batifolent dans les buis.

Je quitte mon poste pour rejoindre la piste à flanc de montagne qui me conduira à la zone grillagée. Je passe par la piste où le sol est moins craquant.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Je rejoins la piste taillée à flanc de montagne, les premiers rayons de soleil passent la montagne et rendent le paysage encore plus magique.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

J'avance doucement sur la piste, la neige poudreuse n'est pas bruyante. De temps à autre, je me rapproche du bord pour tenter de surprendre un animal en contrebas. La piste est jonchée de traces d'animaux. Au bout d'un moment, en me rapprochant du bord, je perçois un mouvement près d'un massif de buis. C'est un chevreuil qui s'avance doucement en mangeant, 50 mètres plus bas, ses pas étouffés par la neige. Je reste immobile à l'observer. Au bout de 5 mètres environ, il stoppe net derrière un hêtre, je ne vois plus que son arrière train puis fait brusquement demi-tour et s'arrête pour regarder nerveusement autour de lui avant de disparaître dans les buis. Je n'avais pas remarqué que j'avais le vent dans le dos. Je me décale à la sortie des buis et attends un moment. J'entends un moment ses pas puis plus rien.

Je continue jusqu'à la zone clôturée. J'ouvre et passe le portail et traverse doucement l'enclos. Beaucoup de traces de renard traversent l'enclos mais pas une trace de cervidé. Je regarde l'heure, il est bientôt 9 heures, Patrick devrait bientôt émerger. Je décide de faire demi-tour pour tenter de voir quelque chose en dessous de la piste d'où je viens. Arrivé au portail, Patrick m'appelle, il n'est pas trop motivé pour traquer en haute montagne, il a la crève. De plus, les chiennes sont en chaleur et Atar ne fait pas le grand cervidé. Nous décidons de chasser sous chez Patrick.

Je reprends donc la piste vers la place de brame et pour raccourcir un peu et me donner une dernière chance je redescends par une piste qui longe 100 mètres environ sous la piste qui mène à l'enclos. Elle est aussi très fréquentée. J'avance doucement et surveille alternativement au-dessus et au-dessous de la piste.

Je ralentis en dessous d'une zone épaisse de buis. Un animal démarre, c'est un chevreuil qui marque un temps d'arrêt au sommet d'un rocher avant de redémarrer et de disparaître dans les buis. Au bout de la piste, je pars en biaisant dans la pente pour rejoindre ma voiture.

Je retombe sur une piste forestière et retombe sur le chemin prêt de mon véhicule. Je redescends vers Sarrancolin puis me gare en bas du chemin de la Soule. Des travaux de mise en place du tout à l'égout m’empêchent de monter chez Patrick. J'appelle mon ami pour lui dire que j'arrive, il me faut 15 à 20 minutes pour arriver à mon poste. Lui va arriver de chez lui par le bois avec Atar en espérant lever des animaux.

Les ouvriers du chantier me regarde passer bizarrement... ils ont jamais vu un arc ? Après quelques virages, je quitte la route pour remonter à travers pré vers une zone de fougère très passagère où je vais me poster.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Arrivé dans les fougères, je me faufile par les coulées pour prospecter au niveau des gîtes, on ne sait jamais. Le vent est bon et assez soutenu. J'avance presque sans bruit, je monte un talus très raide et passe devant  les gîtes sans rien voir. J'avance encore un peu vers l'endroit où j'ai fléché ma bichette l'an dernier.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Tout à coup, une grande patte se dérobe devant moi et disparaît sans bruit dans le bois. Je décide de faire demi-tour et de me poster un peu en retrait derrière un gros buisson au bord d'une coulée très fréquentée. Je commence à préparer mon poste avec mes sécateurs puis me ravise. Je vais avancer un peu plus et me poster sur la coulée mais un peu plus dans le sale.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Une grosse coulée au-dessus à portée de tir et les coulées en dessous aussi à portée de tir, c'est un bon poste. Je n'ai pas longtemps à attendre, déjà au loin j'entends Atar qui rapproche sur le pied d'un chevreuil. Il se rapproche rapidement. Je suis prêt, décocheur accroché. Tout à coup, ce que j'identifie comme étant un chevreuil surgit du bois et arrive sur la coulée du dessus et disparaît dans le sale à moins de 30 mètres. J'arme au cas où, si c'est un chevreuil je laisserais passer mais si c'est autre chose, je serais prêt. Atar se rapproche de plus en plus. Des craquements se font entendre dans le sale, ça se rapproche. Je désarme pour ne pas trop forcer sur mes bras. Ça va sortir vers en bas, je réarme. Ce n'est plus un chevreuil mais un hère qui dévale la pente et prend la coulée qui monte droit dans mes pieds. Je le suis dans mon viseur. Il se baisse et passe sous les branches pour ressortir tête haute à 5 mètres de moi en relevant la tête. Il est presque de face et arrive au trot. Je prends la visée à la base du coup et décoche. Il me voit mais trop tard, il n'a pas le temps d'esquiver. Ma flèche disparaît dans son épaule. Il fait demi-tour, ralentit progressivement sur 40 mètres environ, commence à vaciller, baisse la tête puis se couche. Atar est passé au-dessus avec le chevreuil.

J'attends un peu avant d'aller voir. Pas de flèche sur le lieu du tir mais rapidement beau coup de sang dans la coulée sur les fougères

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

et au sol.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

En arrivant où j'avais vu tomber mon hère, je le retrouve mort. Ma flèche rentre dans l'épaule et ressort près de l'anus d'où elle dépasse encore de 60 cm. C'est un jeune mâle. Patrick arrive, je lui annonce la mort de mon hère et monte chercher le bracelet et lui donner mon arc. Il repart chercher le pickup.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

J'appose le bracelet et tire le hère jusqu'à la route en attendant Patrick.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Au dépeçage, je constate que ma flèche a touché les 2 poumons et le foie. Une fois le hère peler et vidé nous partons manger, ce soir nous allons chasser dans le Gers à Traversères sur un territoire à sanglier. En milieu d'après-midi nous levons le camp, déjà 4 vautours, un milan royal et des grands corbeaux tournent à basse altitude. Et nous faisons décoller les 4 grands rapaces en passant en voiture. Patrick laisse son pickup pour ce soir et nous finissons à pied au travers du chantier pour récupérer nos voitures au pied du chemin de la Soule.

Nous arrivons sur le territoire de chasse vers 16h30, sur la route, à l'entrée du chemin qui mène à la ferme où je me gare, un renard nous regarde arriver assis, puis finit par sauter dans le ruisseau à l'approche de la voiture. Je tourne et prends le chemin pour aller me garer. Patrick décide de démarrer du début du chemin. Je le dépose et pars me garer avant de remonter la combe en direction de la route de crête. Je n'ai pas prospecté cette partie du territoire depuis longtemps. A peine la ferme dépassée que j'aperçois 2 chevreuils au gagnage près du parc de la LPO. Je continue ma route vers un massif de genets au bout d'un bois où se remisent très souvent les sangliers.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Je passe la haie qui sépare les 2 prés et remonte en la longeant vers les genets. Au coin du bois, je remonte par une grosse coulée très fréquentées vers mon poste. Je vais rester un moment entre le bois et les genets sur cette bande de clair. Le vent est bon, il souffle des genets vers le bois. L'attente commence et comme d'habitude les petits rongeurs font un bruit du tonnerre dans les feuilles mortes en sous-bois. Je les vois parfois passer.

Tout à coup, j'aperçois du mouvement à 250 mètres environ, il me semble qu'il s'agit d'u renard ou d'un chat. Dans le doute, je quitte mon poste et redescends vers le pré. Du coin du bois, je tente un cri de souris mais l'animal ne se laisse pas perturber et se rapproche du talus d'herbes hautes. Je finis par clairement identifier un chat. Je traverse donc le pré et me poste au coin de la haie pour surveiller à la vue et à l'écoute le secteur.

Les sangliers ont donné pas mal de coups de nez dans le secteur. Un second chat traverse le pré sur les traces du premier. J'ai bon espoir mais le temps passe, la luminosité baisse. Un bruit dans la haie se fait entendre, au bout d'un moment, un animal sort mais je n'arrive pas à l'identifier. Il relève la tête et s'assoie, il est à 35 mètres environ. C'est un lièvre, il commence à se rapprocher en zigzagant. Il s'arrête régulièrement, entre dans un petit roncier, ressort, s'assoie à nouveau, se rapproche par petit bons, revient vers la haie et disparaît puis ressort, s'assoie et décrit un arc de cercle pour venir s'assoir à 5 mètres de moi alors que je viens d'armer. La visée prise sur son coffre, je décoche. Le lièvre pousse un petit cri à l'impact et démarre en trombe sur 10 mètres puis ralentit, s'arrête à 20 mètres, s'assoie, se quille droit sur ses pattes arrières puis retombe sur le dos. C'est fini pour lui. Ma flèche l'a frappé en plein cœur.

La nuit tombe, je ramasse mon lièvre et je rentre. C'est mon troisième à l'arc et mon 4ième de ma vie de chasseur. Patrick a vu 2 sangliers mais n'a pas pu tirer. Nous rentrons.

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Alex

 

Atteintes :

Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010
Après le daguet, la bichette et le cerf... le here, 29 novembre 2010

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS