Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 16:03

Ce soir, arrivé sur la zone de chasse vers 20 heures, je m’équipe alors qu’une dizaine de lapins courent dans tous les sens au bord du bois en contre bas. Vent de face, je commence ma marche silencieuse en longeant sur la partie haute une bande boisée étroite.

Sur ma gauche, un grand champ de blé qui se termine contre la pelouse d’une habitation  puis une friche de plusieurs hectares. Sur ma droite, je domine une culture à gibier accolée à la bande boisée et des hectares de friches. Plus bas encore un grand bois de feuillus.

Il fait encore très chaud et aucun chevreuil n’a pointé le bout de son nez. L’habitation dépassée, je remonte en traversant la friche pour rejoindre la route de crête. Toujours rien, je traverse la voirie pour rejoindre un grand champ de blé qui descend jusqu’au ruisseau en longeant un bois et remonte ensuite vers un autre petit bois en longeant un champ de tournesols.

Je longe le long du bois en scrutant régulièrement le blé mais toujours rien. Cette semaine, j’ai croisé une laie et ses marcassins de 15 kg environ et leur présence sur le secteur n’est peut-être pas étrangère à cette absence de chevreuil. Je traverse le ruisseau, longe entre le blé et le tournesol pour arriver contre le petit bois.

Je décide de contourner le massif et de revenir sur mes pas pour retourner vers la friche de l’autre côté de la route. Les sangliers se sont souillés au bord du bois, la boue est encore fraîche, je pense qu’il est vain d’insister. Le bois contourné, je retourne sur mes pas. Les cailles chantent dans le blé, je marque un temps d’arrêt quand un mouvement attire mon attention, en bas, près du ruisseau.

Un dos sombre, le blé s’agite un instant en direction du passage du tracteur puis plus rien. J’attends un peu mais plus rien ne semble bouger. Je mets quelques coups de Buttolo, toujours rien. Je descends doucement sans trop y croire en jouant du Butollo quand, arrivé au niveau du passage du tracteur, j’aperçois un renard qui se dirigeait droit sur moi.

Je ne suis pas prêt et il fait volte-face pour s’enfuir au pas de course en longeant le passage de roue. Vu le peu de mouvement, je décide de rejoindre rapidement la route de crête, erreur, le brocard venait de sortir en haut du blé et détale en me voyant.  

J’arrive à la route et redescends dans la friche. Cette fois, je progresse doucement en regardant bien partout. Une haie de 40 mètres de long en plein milieu de la friche offre une zone d’ombre mais toujours pas de chevreuil. Je progresse dans les hautes herbes en passant à une dizaine de mètres sous la haie quand un mouvement, à environ 80 mètres, attire mon attention.

C’est un renard, il avance la queue un peu relevée et le bout noir et blanc ainsi que ses oreilles sont bien visibles. Il avance d’un pas rapide, oblique et se dirige droit sur moi.

Je m’agenouille pour mieux me fondre dans la végétation et observe son manège, il revient sur ses pas, revient vers moi, flaire les touffes d’herbe, urine contre un chardon, s’arrête, repart. Je profite d’une touffe de végétation épaisse derrière laquelle il marque un temps d’arrêt pour armer, il est à 25 mètres environ.

Il se remet en marche et passe en longeant la haie au-dessus de moi, mon viseur est calé sur son épaule et j’attends l’occasion de tir, la végétation plus clair semée me laisse une bonne vision de l’animal. Il est à 6 mètres mais ne semble pas vouloir marquer d’arrêt, mon viseur se cale sur le devant de l’épaule et je décoche.

Un bruit mat mélangé d’un bruit de fracture ne laisse aucun doute, ma flèche est dedans. Il pousse un petit cri, mélange de grognement et de gémissement, et démarre en trombe. Il trébuche une première fois à 2 mètres de l’endroit du tir. Son menton touche le sol, il se redresse chute à nouveau ses mouvements sont de plus en plus désordonnés.

Il finit par bouler au bout de 6 mètres de course et ne se relèvera pas. Je cherche un moment ma flèche, puis ramasse mon renard pour le ramener à la voiture, c’est un mâle, sa dentition me laisse penser qu’il a déjà quelques années. La luminosité baisse rapidement, je prends quelques photos, pose le renard dans le coffre de ma voiture et repars en chasse en longeant la bande boisée de tout à l’heure.  

second renard en 2 jours, 27 juin 2009

Je stoppe net, un brocard pâture à 60 mètre devant moi, je m’aplatis au sol et commence ma progression à 4 pattes. Je m’arrête à chaque mouvement de tête et parvient à gagner une vingtaine de mètres mais le couvert est très faible et le brocard en contre bas finit par repérer mon mouvement. Il me fixe, fait semblant de brouter, relève brusquement la tête, me fixe à nouveau et recommence ce manège plusieurs fois. Je l’aboie, il avance d’un pas saccadé dans ma direction, fait volte-face, démarre pour faire 2 bons et revenir à l’aboiement puis se débine doucement dans la bande boisé.

Il fait maintenant trop sombre, la chasse s’arrêtera là pour ce soir.

 

Alex

 

Atteinte :

second renard en 2 jours, 27 juin 2009

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS