Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 05:44

Ce soir, pour finir ma superbe journée de chasse, je décide d'aller faire un affût au sanglier sur Traversère où je n'ai pas encore mis les pieds de la saison. Je me gare près des ruches, au bord du chemin de terre qui contourne le lac vers 19 heures. Je me prépare tranquillement, il fait une chaleur intenable, les cigales chantent à tue-tête dans les petits chênes qui dominent le plan d'eau. Je pars à pied pour mon poste un peu plus loin dans une combe boisée. Je ne marche pas très vite mais je suis vite trempé de sueur. Je suis une parcelle de blé en long pour rejoindre la grande coulée qui remonte jusqu'à mon poste. Le terrain est très sec, impossible de savoir si les sangliers sont passés de frais. Je longe la coulée et remonte dans la combe pour me poster au milieu du salle, dans une zone dégagée  qui me permet de tirer jusqu'à 15 mètres.

L'attente commence, les cigales chantent tellement fort qu'elles couvrent tous les bruits du sous-bois. Le vent un peu tournant finit par se stabiliser et souffle face à moi en descendant la combe. Le temps passe, un petit mulot vient me distraire un instant en agitant les feuilles sèches à quelques mètres devant moi. Une palombe vient de poser un moment sur les chênes qui couvrent la crête sur ma droite. Un peu plus tard un geai passe furtivement. Les moustiques commencent à me harceler et j'en écrase plusieurs, trop occupés à se nourrir de mon sang pour éviter de se faire écraser. Les cigales se calment peu à peu. Vers 20h20, il me semble entendre un léger bruit de pas dans mon dos puis plus rien, après quelques minutes, le bruit reprends. Je me retourne doucement et cherche à localiser l'animal. Les bruits de pas sont de plus en plus proches, vers 20h30, j'aperçois un animal venant vers moi dans la végétation, je crois un bref instant à un sanglier mais la silhouette se dessine peu à peu et je reconnais un chevreuil. Je crois voir des bois un instant alors que le chevreuil se rapproche tranquillement en cherchant sa nourriture. C'est en fait une chevrette, elle avance tranquillement en changeant souvent de direction au gré de ses prises de nourriture. Elle vient se caler dans un bouquet d'arbres à environ 20 mètres en dessous de moi. Le vent n'est pas bon et je m'attends à la voir fuir rapidement. Elle éternue plusieurs fois, elle doit être infestée par des œstres comme beaucoup de ses congénères à cette saison. Elle reste un moment à manger au même endroit puis commence à remonter tranquillement sur moi en zigzagant. À environ 12 mètres, elle stoppe net de face et hume un instant l'air avant de démarrer brusquement sur la gauche pour foncer dans la végétation en remontant vers la crête. Elle se tranquillise vite et reprend son activité à environ 30 mètres. Je ne la vois plus mais entends ses pas par intermittence. Je me retourne face au vent et me reconcentre sur ma chasse. Quelques cigales chantent encore par moment.

Vers 21h30, un craquement puissant m'interpelle sur la gauche. Je tends l'oreille, rapidement des bruits de pas se font entendre et semblent venir vers moi dans le sale. Les bruits deviennent de plus en plus présents et je tente de voir le ou les animaux au travers des branchages quand un gros sanglier puis un second m'apparaissent à environ 25 mètres sur le flanc de la combe. Ils avancent tranquillement sans s'arrêter, un derrière l'autre. Ils sont trop loin, en mouvement et le secteur est trop encombré. J'ai espoir qu'ils prennent une belle coulée qui passe à moins de 10 mètres devant devant moi ou au pire à environ 15 mètres mais il marquent un bref arrêt dans le sale à environ 35 mètres puis poursuivent dans la végétation et remontent vers la crête en s'éloignant doucement. Je reste un moment à l'écoute, au cas où ils reviendraient, mais le bruit de pas s'éloigne et passe la crête. Le calme s'installe. Je pense savoir où ils vont, très certainement vers une grande parcelle de blé prise entre 2 bois, je décide donc de les laisser prendre de l'avance avant de tenter de les recouper pour ne pas qu'ils m'entendent me déplacer sur ce sol couvert de feuilles sèches. Je quitte mon poste après environ 10 minutes d'attente. Je prends sur la droite par une grosse coulée pour passer la crête puis descends au gré des passages de gibiers vers le blé en bas de la pente boisée. Je sors du bois, pas de sanglier en vue, je traverse le blé étroit à cet endroit pour rejoindre un chemin enherbé qui longe le penchant boisé opposé puis commence à longe ce dernier doucement en surveillant la parcelle de céréales. J'ai le vent de face, le blé s'élargit rapidement en avançant sur le bois de droite.

J'avance doucement quand il me semble entendre des craquements dans le blé. Je m'arrête et écoute mais je n'entends plus rien, je recommence à avancer quand il me semble encore entendre des craquements. Je regarde dans la direction du bruit quand j'aperçois le dos d'un sanglier qui mange dans le blé au bord d'une zone de la culture couchée par ses congénères, près du bois d'en face. Je décide de tenter une approche au travers de la culture avec le vent sur la droite. J'avance doucement mais, même en faisant attention, je fais du bruit dans le blé qui craque sous mes pas. J'aperçois vite le second sanglier qui s'avance dans la zone de blé couché. Je gagné peu à peu du terrain et les sangliers ne se préoccupent pas de moi, trop occupés à leur repas. Ils comment à avancer en mangeant et je biaise à droite pour les recouper. J'arrive ainsi facilement à 20 mètres des sangliers. J'accroche mon décocheur et m'approche encore un peu baissé, prêt à armer. Je me retrouve ainsi à 15 mètres du sanglier le plus proche et environ 18 mètres du second qui est beaucoup plus gros et plus à ma droite. J'arme mon arc et vise le sanglier le plus proche qui se présente plein travers. Je décoche, touché le sanglier pousse un souffle puissant et démarre pour foncer vers le bois. Le second sanglier rentre droit au bois alors que le fléché part sur environ 30 mètres sur la droite puis bifurque pour rentrer au bois par une trouée dans la végétation. Assez rapidement, il me semble entendre tomber mon sanglier mais des bruits de pas persistent un moment sur une zone restreinte. J'attends un peu puis pars chercher ma flèche que je retrouve rapidement par miracle plantée au sol sous le blé couché.

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Je la laisse plantée droite sur place puis allume la torche de mon portable à la recherche de traces de sang. Ne trouvant rien, je décide de partir vers l'entrée au bois de mon sanglier. Je trouve alors du sang frotté sur le blé en bordure du bois.

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Je trouve ensuite quelques gouttes de sang au sol sur les feuilles mortes et la végétation du pied du talus du bois.

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Je suis le sang qui remonte droit dans le bois la coulée traverse des genêts puis passe un petit passage dégagé avant de rentrer dans un taillis d'épines. Je dois suivre le sang à 4 pattes sous les épines qui m'écorchent de partout. Je peine à avancer avec mon arc qui s'accroche dans les ronces et les branchages. La piste devient assez vite très abondante et de grosses giclées ponctuent ma progression.

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Soudain, je trouve du blé mélangé au sang et le doute m'envahit, j'espère ne pas avoir fait une flèche d'estomac. Après environ 40 mètres, la coulée rejoint une autre coulée perpendiculaire qui suit la courbe de niveau. Le virage du sanglier sur la nouvelle coulée est marqué par une grosse giclée en arc de cercle.

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Je me rends alors compte qu'il me manque une flèche au carquois, je fais donc demi-tour pour aller la chercher et la retrouve au passage des genêts, je la remets au carquois. Je reprends ma recherche. Alors que je m'avance un peu plus après l'arc de cercle de sang, des craquements se rapprochent de moi puis des grognements se font entendre, un sanglier vient droit sur moi, je pense que la lumière va le faire fuir mais il continue à s'approcher. Je dois donner plusieurs fois de la voix pour qu'il finisse par se décider à s'éloigner. J'espère qu'il ne s'agit pas de mon sanglier. Je suis la piste très abondante sur environ 20 mètres, une forte odeur de sanglier envahit le secteur, puis la piste prend à droite et remonte à nouveau au plus raide. Le sang est très abondant et je retrouve vite mon sanglier mort sur le flanc, tête vers le bas. Ma flèche est très bonne au cœur. 

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

Son collègue devait certainement le chercher et se refusait à partir sans lui, il a dû prendre le bruit que je faisais en avançant pour celui de son compagnon. Les grosses giclées de sang étaient en fait du sang craché par la gueule ce qui explique la présence régulière de blé. J'attache la laie d'environ 80 kilos par le groin, avec une petite corde que j'ai toujours à la poche, et commence à revenir sur mes pas en la tirant. Impossible de trouver un autre passage pour sortir de cet enfer d'épines qui me griffent les bras et le dos en remontant mon T-shirt. Je galère pas mal, j'éteins régulièrement la torche de mon portable sans le faire exprès et me retrouve alors dans le noir. Petit à petit, j'avance et finis par ressortir en bordure du blé. Il me faut maintenant sortir mon sanglier de là. Ma voiture est loin. Je décide de tirer le sanglier sur la gauche en lisière du bois pour rejoindre une prairie à environ 80 mètres pour éviter de traîner le sanglier au travers du blé et endommager la culture. Après quelques photos souvenirs

Une très belle chasse pour ma première sortie sur Traversère, 19 juillet 2020

je me fais une poignée avec un bout de bois et tire la sanglier grâce à la corde pour rejoindre la prairie. En débouchant dans cette dernière, après avoir travers une gros bourrelet de ronces, je fais démarrer un chevreuil qui fuit en aboyant dans la nuit noire. La prairie remonte raide vers la route de crête à environ 300 mètres. Je pose mon arc en bordure du blé pour avoir les 2 mains pour tracter puis tire mon sanglier dans la pente raide penché au maximum pour me servir de mon poids en espérant que la corde ne lâche pas pour ne pas heurter le sol tête la première. Je dois faire de nombreuses pauses et manque plusieurs fois de faire un malaise, je n'en peux plus, je suis trempé de sueur. Après environ 150 mètres, je décide d'aller voir si je peux arriver jusque-là en voiture. Je remonte à la route et constate qu'un passage peut me permettre de rentrer dans la prairie. Je fais donc demi-tour, récupère mon arc, ramasse ma flèche dans le blé au passage et pars chercher ma voiture. Voyant de la lumière à la boulangerie, je fais une pause pour dire au propriétaire que j'ai tué un sanglier et savoir s'il veut le récupérer. Il m'annonce que le blé sera moissonné demain. Il était tant que je vienne m'occuper des sangliers. Il est d'accord pour récupérer le sanglier, je pars donc le chercher en voiture puis rentre chez moi pour le vider, le découper et le mets au frais avant de lui amener le sanglier le surlendemain prêt à mettre au congélateur.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS