Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 23:02

Ce soir, je décide d'aller chasser une zone plantée de sarrasin entrecoupée de haies et accolée à une zone boisée et de friches. Un lac est accolé au bois et entouré par le sarrasin. Je gare ma voiture près d'un hangar agricole, près de la route puis pars par le chemin de terre pour attaquer la chasse à bon vent à l'autre bout de la zone. J'en profite pour jeter un rapide coup d'œil sur le champ d'orge et celui de tournesol sur la gauche du chemin. Le tournesol est brouté par endroits et certains pieds ont été frottés par un ou plusieurs brocards. Je rejoins le bout du sarrasin et prends à droite pour longer une grosse haie qui le sépare d'un grand champ de blé. J'avance doucement en surveillant l'épaisse culture et au travers de la haie quand cela est possible. À part une chevrette qui se lève et s'enfuit dans le sarrasin je ne verrai pas d'autre chevreuil. Le secteur est marqué de nombreux passages de sangliers qui ont couché la culture par endroit.

Je retourne vers le lac en me rapprochant de la voiture tout en longeant le bois au bord du sarrasin. Au coin du lac, contre le bois une coulée boueuse sort de la haie de genêts et de ronces qui bonde le lac. Au travers d'une trouée dans la haie, j'aperçois les souilles de sangliers au bord de l'eau. Un ragondin se débine le long de la berge. Plus loin d'autres tournent sur le lac au milieu des foulques et des herbiers. En arrivant doucement au coin du lac, je me fais surprendre par le démarrage d'un animal dans la culture à environ 6 ou 7 mètres devant moi. Le mouvement dans la végétation stoppe vite, l'animal que je n'ai pas pu identifier mais que je crois être un ragondin doit s'être arrêté. Je m'approche doucement, décocheur accroché, de l'endroit où a stoppé le mouvement. À environ 3 mètres devant moi, j'aperçois une boule sombre, c'est un ragondin. Je me fige, arme doucement mon arc et observe un peu pour essayer d'apercevoir la tête. Je la trouve rapidement, le ragondin est de 3/4 arrière. J'aligne ma visée et décoche. Le ragondin est séché sur le coup et un mouvement attire mon regard à 2 mètres sur ma droite dans la végétation. Je réencoche rapidement et identifie un petit ragondin immobile dans le sarrasin. J'arme, vise et décoche. Lui aussi est cloué sur place mais ma flèche est trop en arrière. Je l'achève rapidement après l'avoir dégagé de ma flèche. Je récupère ensuite le premier ragondin plus gros. Il semble très maigre, il a deux belles blessures infectées, une à la base de la queue

Faute de chevreuil.... 2 juillet 2019

l'autre au cou.

Faute de chevreuil.... 2 juillet 2019

Après une photo souvenir, 

Faute de chevreuil.... 2 juillet 2019

je les laisse sur place et poursuis ma route alors que d'autres ragondins m'observent sur le lac sans bouger.

Faute de chevreuil.... 2 juillet 2019

Je reprends ma chasse, finis de longer le sarrasin et rejoins la route. Il n'est pas encore 8h30, je décide de retourner à la voiture pour changer de secteur. En arrivant près du chemin de terre qui traverse la route et par lequel j'ai commencé ma chasse, j'aperçois une martre qui traverse la route en arrivant du chemin de terre à ma gauche. Elle disparaît sur le chemin de terre, bordé par une haie le long de ses 2 côtés, sur la droite de la route. Je m'avance rapidement au bout du chemin mais elle a disparu, à environ 30 mètres, sur la droite du chemin, des merles s'agitent et crient dans la haie à 2 mètres du sol. Ils regardent vers l'autre côté du chemin. Je comprends vite que martre doit s'y trouver. Je m'avance doucement sur le chemin, quelque chose de débine dans la haie de gauche devant moi. Je me fige et commence à imiter des cris de souris avec ma bouche sur le dos de ma main. La végétation s'agite à environ 20 mètres au pied de la haie de gauche. Le mouvement vient vers moi, en s'arrêtant par moment. A environ 5 mètres, la martre sort de la haie et s'avance dans l'herbe du bord du chemin pour se planter, debout, de face, à 3 mètres de moi. Elle observe un moment vers moi avant de se décider à retourner à couvert dans la haie pour se débiner et de disparaître.

Je retourne à la voiture et pars pour un champ de féveroles un peu plus loin, près des silos de Roques où je me gare. Je traverse la route pour longer les platanes qui la borde en bordure des féveroles. J'avance doucement, le vent vient de ma droite. Un peu plus loin, un craquement dans la culture me fait stopper net, j'observe, une main sur le front pour l'imiter les rayons aveuglants du soleil qui baisse sur l'horizon. Plus de bruit, rien ne bouge, je recommence à avancer un peu quand un autre craquement retentit. Je stoppe à nouveau et observe un instant, toujours rien. Je fais 2 pas de plus quand les craquements reprennent, je me fige et observe un moment pour arriver à localiser le bruit. La culture s'agite à environ 20 mètres de la route, le mouvement de rapproche de la voirie en biaisant sur ma droite. Je me décale doucement sur ma droite pour me caler contre un platane et observer. Le pelage roux commence à apparaître au travers de la culture, c'est un chevreuil. Il avance tranquillement mais bruyamment, il me semble reconnaître une chevrette. Je laisse venir puis me décale doucement en suivant la route pour recouper sa route. La chevrette est formellement identifiée maintenant, elle avance parallèlement à la route à à peine 5 mètres de moi. Je la suis doucement mais elle finit par m'apercevoir et de fige un moment, m'observer avant de fuir à grands bons pour remonter dans la culture.

Je reprends ma progression le long de la route pour rejoindre le coin des féveroles. Je bifurque pour longer la bande enherbée qui borde la culture à ma droite et une haie à ma gauche. J'avance doucement en m'arrêtant souvent pour observer le secteur. Plus haut, la haie bifurque à gauche en suivant la culture. Quelques gros chardons qui ont poussé au milieu de la bande enherbée ont été frottés par les bois d'un brocard. J'avance un peu, une trouée dans la haie me permet d'observer une mare encaissée d'un mètre où se trouvent souvent des ragondins. J'avance doucement et arrivé en face du bout de la mare où se trouve le plus gros des terriers. Un très gros ragondin sort tranquillement du terrier et s'avance sur l'eau pour disparaître derrière le talus de la mare. Je ne veux pas tirer sur l'eau car mes flèches coulent, je poursuis donc mon chemin.

Après la mare, la haie bifurque à nouveau à angle droit sur ma droite. Je continue à suivre doucement la culture. Alors que stoppe à environ 40 mètres du haut de la culture, j'aperçois trop tard, à cause du soleil rasant qui m'éblouit, un petit brocard, à moitié rentré dans les féveroles. Il m'aperçoit et démarre pour disparaître derrière un massif de chardons, au coin de la culture. Ne sachant pas où il est allé, je m'avance doucement, espérant le surprendre derrière les chardons mais il n'y est pas. Il a dû rentrer dans la vigne qui fait suite aux féveroles, j'avance tranquillement sur la gauche de cette dernière pour observer entre les rangs  perpendiculaires à la haie à ma gauche. Au bout de quelques rangs, je l'aperçois qui remonte dans la vigne en suivant le rang de gauche à environ 80 mètres. Je tente une approche en suivant le même rang que je serre au maximum. Je m'arrête à chaque fois qu'il s'arrête et repars en pressant le pas dès qu'il repart pour essayer de gagner du terrain. Je réduis peu à peu la distance mais il va passer la bosse du champ et je vais le perdre de vue. Je tente d'accélérer mais il bifurque tranquillement à gauche et passe sous la vigne pour changer de rang. Je change moi aussi de rang mais il a disparu. Je remonte pour passer la bosse puis m'avance doucement sous les rangs en observant les intervalles avant de m'y avancer. Impossible de le retrouver, je décide donc de remonter un rang jusqu'au bout de la vigne et rejoins la bordure d'un bosquet que je suis pour observer entre les rangs à ma gauche. Je finis par apercevoir le petit brocard qui avait avancé d'environ 70 mètres. Je l'observe un moment, immobile au bout du rang de gauche, il est à plus de 100 mètres. Je profite d'un moment d'inattention du chevreuil pour passer dans le rang suivant puis attaque une approche assez rapide, baissé sous le niveau du feuillage, serré contre le rang de gauche. Le brocard regarde vers moi mais ne semble pas me voir. Alors que j'ai gagné environ 60 mètres, il s'avance pour passer dans mon rang. Je me baisse et mi fige à genoux dans le feuillage, il s'avance en broutant puis passe dans le rang suivant, je m'avance un peu en collant le rang de droite puis passe sous le rang pour l'apercevoir mais il a disparu. J'avance à 4 pattes sous les rangs de vigne, m'arrêtant à chaque fois un instant pour observer en passant juste la tête avant de m'avancer à découvert. Mais le brocard est introuvable, l'herbe est un peu haute entre les rangs. Après avoir passé plusieurs rangs, je finis par l'apercevoir, il est couché de culture dans l'herbe contre le rang de gauche à environ 80 mètres sur ma gauche. Je reste sur la gauche du rang contre lequel il est couché pour tenter une approche, je gagne rapidement et sans bruit la moitié de la distance en me penchant souvent pour regarder sous le feuillage puis me mets à genoux et poursuis mon approche à 4 pattes. Je passe par moment ma tête au travers du rang pour l'observer. Il ne bouge pas, seules ses oreilles s'agitent sans qu'il ne tourne la tête. J'avance tout doucement pour ne pas faire de bruit mais alors que je suis à environ 20 mètres, il se relève et s'avance en prenant à droite pour passer 2 rangs de vigne et stopper presque plein travers à environ 25 mètres. J'ai armé mon arc alors qu'il marchait et cherche une fenêtre de tir à genoux mais je ne sens pas le tir sous le feuillage, au travers des ceps et le petit brocard finit par démarrer pour suivre un rang et disparaître un peu plus bas derrière la bosse du terrain.

Je me redresse et retourne vers le bord du bois en surveillant à nouveau les intervalles entre les rangs de vigne. Arrivé au coin du bosquet, je décide d'en faire le tour tout en surveillant les rangs de vigne sur ma gauche. Au bout du bois, je prends à droite pour revenir vers la vigne en dessous de ce dernier. Je rejoins ainsi le coin de la vigne dont les rangs sont parallèles à la bordure du bois. Je surveille entre les rangs quand je me fais surprendre par un jeune brocard qui démarre dans la vigne et remonte vers le bois à environ 100 mètres. Je fais demi-tour et cours vers le bois pour tenter de l'apercevoir avant qu'il ne rentre à couvert. Il avait stoppé un peu avant le bois dans la vigne et m'apercevant il repart pour entrer au bois. Je reprends ma marche lente dans le sens inverse et tourné autour des parcelles de vigne du secteur sans succès avant de revenir entre le bois et la et la grande vigne au-dessus des féveroles. Je remonte tranquillement vers le haut de la vigne en surveillant entre les rangs sans rien voir. Arrivé en haut de la vigne je prends à gauche en suivant la bordure de la vigne qui délimite la bordure du territoire de chasse. Je surveille un plantié de vigne sur ma droite, il est envahi d'herbes hautes. Au bout d'un moment, un bruit métallique attire mon regard dans le plantié. Un chevreuil vient de démarrer à environ 100 mètres en percutant un des fils de fer qui tiennent les rangs. Il fonce perpendiculairement au rang en passant sous les fils de fer pour stopper au bord de la haie qui délimite la parcelle à environ 200 mètres avant de repartir d’un par rapide en longeant la haie.

Au bout de la vigne, je prends à gauche en redescendant sur une large bande enherbée entre une bande boisée à ma droite et la vigne à ma gauche. Je surveille devant moi et sur ma gauche entre les rangs de vigne quand un bruit attire mon attention dans la bande boisée. Je m'en rapproche doucement et me pose au ras des premiers arbustes. Une zone dégagée s'ouvre sur le ru asséché qui longe dans la bande boisée. Il me semble entendre des sortes de grognements et pense qu'il s'agit soit d'un blaireau soit d'un petit sanglier et ma prépare à armer au cas où. Les fougères du talus, qui descend devant moi vers le ru, s’agitent à 3 mètres de moi et l'animal semble remonter vers la bande enherbée. Il s'arrête souvent de bouger et j'espère l'apercevoir mais le vent tourne et je me fais surprendre. L'animal démarre brusquement pour sortir à découvert, à environ 10 mètres en bordure du ru et s'arrêter de 3/4 arrière. Le temps d'identifier un beau renard et d'armer, ce dernier démarre et rentre en un éclair dans la végétation. Je viens de rater un belle occasion.

Je reprends ma descente vers les féveroles en surveillant le secteur mais pas d'animal en vue. Arrivé au bord de la culture, je prends à gauche pour la longer alors que la luminosité baisse vite. Je fais démarrer 2 chevreuils sans pouvoir les voir, l'un d'eux fonce à 10 mètres de la bordure en aboyant. Il se dirige vers les bâtiments agricoles d'où descend un chemin de pierres blanches qui descend vers la route entre les féveroles et un grand chaume d'orge. Je presse le pas pour essayer de le devancer et de le recouper sur le chemin. Alors que j'arrive au chemin et commence à le descendre, j'aperçois à environ 200 mètres, dans la luminosité de plus en plus faible, 2 animaux de petite taille sur le chemin. Je pense d'abord à des lièvres mais l'un d'eux se roule au sol et je comprends qu'il s'agit de 2 renards. Je me cale contre les féveroles et commence des cris de souris avec mes lèvres sur le dos de ma main. Rapidement, les renards regardent vers moi puis s'élancent pour remonter à ma rencontre. Il s'arrêtent souvent pour observer mais repartent vite, je m'agenouille doucement et arme mon arc alors qu'ils arrive à 40 mètres environ. Je poursuis mes appels moins puissants en pinçant mes lèvres et suis le premier renard dans mon viseur. Le premier arrive à 10 à 12 mètres et se plante de face avant de tourner la tête pour regarder son compère derrière lui. Il me présente alors un 3/4 face, j'aligne ma visée sur son épaule et décoche il me semble entendre l'impact puis je vois ma flèche ricocher en faisant de étincelles sur le chemin blanc et disparaître au loin en bordure du chaume. Les 2 renards fonce dans le culture et disparaissent. Je m'avance doucement pour tenter de trouver du sang sur le lieu du tir mais rien, j'allume ma lampe torche et rentre un peu dans la culture pour essayer de recouper la direction de fuite mais toujours rien.

Des craquements se font entendre un peu plus bas. J’éteins ma lampe et ressors de la culture en réencochant une flèche équipée d'une Exodus pensant voir sortir un sanglier. J'avance doucement sur le chemin pour recouper la route de l'animal qui s'approche petit à petit du chemin quand un renard sort à environ 17 mètres et s'assoie au bord du chemin en regardant vers la route. J'arme mon arc, vise l'épaule et décoche. L'impact retentit et le renard tombe lourdement au sol sans réaction. Ma flèche ricoche encore sur le chemin avec des étincelles et se perd en bordure du chaume. Je remonte essayer de trouver mon premier renard sans plus de succès alors qu'il va vite faire nuit. Ne le trouvant pas, je descends voir mon renard mort au bord du chemin. Ma flèche un peu trop haute a coupé les vertèbres cervicales. Je fais quelques photos souvenir alors qu'il fait maintenant nuit. 

Faute de chevreuil.... 2 juillet 2019

Je descends ensuite à ma voiture, j'en profite pour essayer de retrouver, sans succès, mes flèches à la lueur de  ma lampe. Alors que j'ouvre la portière de la voiture, une bande de sangliers démarre au bord de la route à environ 30 mètres dans les féveroles.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS