Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 06:51

Hier soir, mon ami Arnaud est arrivé pour chasser avec moi dans le Gers. Notre affût au sanglier du samedi soir ne sera pas concluant. Arnaud rencontrera les sangliers en rentrant du poste mais la nuit s'étant installé, il ne pourra que les entendre. Ce matin, nous partons pour Saint Arroman en espérant flécher quelques ragondins. Je me gare, juste après avoir passé un passage bétonné enjambant le Sousson. Nous commençons par remonter le ruisseau par la berge de gauche, les premières zones de terrier sont calmes mais, un peu plus loin, dans un virage, j'aperçois un ragondin se coulant contre la berge opposée du ruisseau encaissé d'environ 2 mètres. Je le montre à Arnaud mais il rentre vite au terrier. Nous nous positionnons en face de ce dernier au cas où il ressortirait quand je repère un autre ragondin traversant le ruisseau à environ 15 mètres sur notre gauche. Le temps de le montrer à mon invité, l'avancement de la berge le cache. Un remous trahit sont avancement contre la berge, il semble venir à nos pieds mais traverse soudain pour rejoindre un terrier de la berge opposée, voyant qu'Arnaud n'est pas prêt, j'arme vite mon arc et lui jette une flèche juste avant qu'il ne rentre au terrier. Le gros ragondin atteint plein coffre se débat pour se dégager de ma flèche, plantée au fond de ruisseau, qui l'entrave. Il saigne abondamment mais parviens à se dégager et rentre au terrier d'où ressort un remous d'eau boueuse rougie par le sang. Le remous persiste un instant et je réencoche espérant le voir ressortir mais l'eau se calme. 

Nous restons un instant posté devant le terrier quand les couinements d'un petit ragondin se font entendre. Il surgit d'un tas de branche devant moi et se met à l'eau pour longer la berge en direction d'un terrier tout proche. Arnaud n'étant pas prêt, j'arme vite et le décoche à l'entrée du terrier. Ma flèche lui tape le dos mais il disparaît au terrier en plongeant pour éviter mon tir. J'attends un peu mais il ne ressort pas. J'aperçois alors un autre ragondin, d'environ 1 kilo, venant vers nous par ma gauche. Je le montre à Arnaud qui se prépare et le flèche. Touché le ragondin plonge et remonte vite pour repartir d'où il vient. Arnaud le retire alors qu'il monte sur la berge sous des ronces tombantes et le manque. Nous attendons un peu mais rien ne venant, je descends le talus et traverse le ruisseau pour récupérer mes flèches sans mettre trop d'eau dans mes bottes car l'eau est peu profonde mais pour récupérer la première flèche d'Arnaud plantée sous l'eau c'est une autre histoire, l'eau est plus profonde et mes botte se remplissent d'eau. L'eau est gelée et mes pieds me font mal. Je renvois la flèche à Arnaud puis pars chercher sa 2ième flèche plantée dans la berge. Je la lui renvoie et repère son ragondin couché quelques mètres plus loin sur un replat de la berge, sous les ronces. Je m'approche en écartant les ronces, il n'est pas encore mort mais n'arrive plus à bouger. Je l'attrape par la queue et l'achève avant de ressortir des ronces et de le faire passer à Arnaud. Je pars ensuite sonder le terrier immergé où est rentré mon gros ragondin, avec une flèche et sens quelque chose de mou. N'arrivant pas à l'agripper avec ma flèche, je rentre mon bras dans le trou et attrape mon ragondin mort par la peau du dos avant de l'extraire et de le faire passer à Arnaud avant de remonter le talus abrupt de la berge. Je vide mes bottes pleines d'eau.

Nous laissons les ragondins sur place et continuons à remonter en suivant le ruisseau mais nous ne verrons que 2 chevreuils à environs 300 mètres, en train de nous regarder un moment, sur le flanc de la colline à notre gauche, avant de remonter au bois et quelques traces de sangliers longeant le cours d'eau. Nous faisons demi-tour et récupérons nos prises au passage pour les poser à la voiture avant de repartir en descendant le ruisseau. Cette fois, vu que les 2 berges sont bien dégagées, nous nous répartissons de part et d'autre du Sousson pour augmenter nos chances de voir les ragondins. Nous marchons un moment sans rien voir avant de nous faire surprendre par l'envol de 3 colverts. Un peu plus loin, un passage bétonné permet de traverser le Ruisseau et je dis à Arnaud de me rejoindre car son côté de ruisseau est barré par plusieurs fossés profonds et longer par moment par une bande d'arbres qui l'empêcheront de voir le ruisseau. Nous reprenons notre progression quand je me fige en apercevant un ragondin d'environ 1 kilo qui broute sur la berge opposée, dans les rayons du soleil matinal, juste à la limite de l'ombre portée du talus de la berge opposée. Je le montre à Arnaud qui se prépare, il est à plus de 15 mètres. Brusquement il devient inquiet et redescend d'un mètre environ vers l'eau puis s'arrête plein travers. Arnaud arme, vise tranquillement et décoche, le clouant d'une belle flèche de coffre, à la berge. Le ragondin se débat un instant sans parvenir à se dégager, le sang coule abondamment et il s'immobilise assez vite.

Une matinée ragondin avec Arnaud, 18 février 2018

Alors que nous nous avançons près de la berge, en face du ragondin d'Arnaud, nous nous faisons surprendre par un autre ragondin que nous ne pourrons qu'entendre plonger sans réussir à le voir. Nous nous postons en face des terriers visible mais rien ne bouge, il a disparu.

Nous continuons, un peu plus loin nous faisons plonger 2 ragondins. Je cours plus en aval de 20 mètres environ et me prépare. Un des jeunes ragondins longe la berge opposée sous l'eau et refait surface sous la végétation qui retombe dans l'eau pour s'immobiliser. J'arme doucement et vise au jugé. Ma flèche le clou à la berge et il se débat un peu avant de s'immobiliser. Nous cherchons le second et croyons l'apercevoir un instant mais il s'agit d'une poule d'eau qui longe la berge sous la végétation en plongeant sous l'eau par moment. 2 autres ragondins plongent un peu plus loin, l'un remonte et file vers des terriers en aval. Arnaud tente de l'intercepter mais il rentre au terrier, l'autre remonte devant moi et se fige sous la végétation tombante. J'arme, vise et décoche. Ma flèche le sèche net et le clou à la berge. Je rejoins Arnaud et tente de faire ressortir le ragondin en imitant des cris de petit ragondin. Au bout d'un moment, j'aperçois son museau dans le terrier. Arnaud ne le vois pas, je tente une flèche qui l'érafle, il rentre au terrier. Je redescends dans l'eau gelée qui remplit mes bottes pour récupérer mes flèches et les ragondins. Mes pieds gelés me font atrocement souffrir. Je vide mes bottes en remontant en haut du talus puis nous ramassons les ragondins et faisons demi-tour pour aller chercher celui d'Arnaud. Nous laissons les 3 ragondins au bord du ruisseau et remontons vers la route en suivant un ru perpendiculaire au Sousson.

Nous avançons de part et d'autre du ru. Rapidement, un premier ragondin démarre en trombe sous les ronces et rentre au terrier. Nous nous postons et j'appelle un moment mais rien ne bouge, nous continuons... Un peu plus loin, je me fais surprendre par 2 ragondins qui démarre dans le fond encaissé du ru et rentrent au terrier. Nous traversons la route et continuons jusqu'à une mare où nous apercevons furtivement un ragondin se débiner vers les terriers. Je fais le tour de la mare espérant déloger des rongeurs mais sans succès, je tente d'appeler mais rien ne bouge. Nous tentons une autre mare un peu plus haut mais rien ne bouge dans ce secteur. Nous faisons demi-tour et récupérons nos ragondins pour revenir à la voiture. Pas de ragondin sur le retour. Nous partons vers le canal de Labarthe mais visitons sans succès quelques coins sur le chemin. Arrivés au canal, je me gare près du moulin et nous remontons en suivant le canal sans rien voir. En arrivant près d'un ru se déversant dans le canal, j'envoie Arnaud suivre ce petit cours d'eau alors que je continue  longer le canal jusqu'à son départ, au bord du Gers. Je n'ai rien vu et traverse à travers champ pour rejoindre le bord du ru à environ 100 mètres. Arnaud s'est arrêté et à armé son arc à plus de 100 mètres sur ma droite. Il décoche et réencoche. Je commence à longer tranquillement le cours d'eau. A environ 40 mètres d'Arnaud, je me fais surprendre par un gros ragondin qui surgir de la haie, dévale le talus et se jette dans un terrier immergé juste à 2 mètres de moi sans me laisser le temps d'armer mon arc. Je me poste en face du terrier où l'eau bouge par moment et attends. Arnaud traverse le ru pour achever un gros ragondin qu'il a fléché 3 fois et cloué à l'entrée d'une grande galerie hors d'eau. Il se replace ensuite en face des terriers et manque un petit ragondin qui le surprend en surgissant d'un terrier pour rentrer dans le suivant. Le temps passe et mon ragondin ne veut pas sortir. Nous faisons demi-tour sans voir d'autres ragondins.

Arrivés à la voiture, nous faisons quelques photos de notre tableau de chasse avant de rentrer.

Une matinée ragondin avec Arnaud, 18 février 2018

Sur le retour, entre Labarthe et Seissan, Arnaud aperçoit un gros ragondin au gagnage au bord d'un ruisseau qui se jette un peu plus loin dans le Gers. Je me gare un peu plus loin puis nous faisons une grande boucle dans le semé de blé pour rejoindre le bord du ru sans être vu et commencer notre approche à bon vent. Nous avançons doucement mais le ragondin finit par nous repérer et rentre dans les ronces du ru à environ 80 mètres. Nous pressons le pas pour couvrir rapidement la moitié de la distance puis reprenons notre approche tranquillement. Un léger remous attire mon attention à environ 7 ou 8 mètres devant moi. J'aperçois alors le dos du ragondin au milieu de branchages. J'arme, vise et décoche mais ma flèche explose dans les branchages sans que je puisse voir si j'ai touché le ragondin. Il plonge et disparaît. Je le cherche un moment sans succès puis nous retournons à la voiture, il est temps de rentrer manger.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS