Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 19:29

Lundi 13 novembre (Récit de Renaud)

"Le réveil sonne, il est 6 heures, nous nous préparons rapidement et rejoignons nos 2 camarades de chasse, Stef et Barnard. Nous arrivons sur le territoire à la pointe du jour. En partant chasser, nous dérangeons les canards qui sont sur le lac. Ce matin nous avons décidé de poster Stèf et Bernard à des points clé du territoire alors qu’Alex et moi essayerons de faire une chasse d'approche. Sur le chemin qui nous mène au poste, nous voyons un chevreuil en plein champ qui semble ne pas avoir remarqué notre présence. Avec le relief, je tente une approche qui finira à 45 mètres environ de ce chevreuil avant qu’il ne me repère.
Pour ne pas manquer une occasion, Alex me poste en retrait, il part poster Stèf et Bernard en bordure du bois qui borde le champ. Je me poste en attendant Alex pour essayer de tirer un chevreuil qui aurait été dérangé par Alex, Bernard ou Stèf. 20 minutes se passent et je remarque des chevreuils sur la bute qui se trouve à ma droite, ils sont à environ 150 mètres et ne m'ont pas vu. Alex me rejoint rapidement et je lui annonce les chevreuils plus haut. Il part pour essayer de les contourner afin de tenter une approche, je reste posté au même endroit en espérant qu'ils prennent ma direction pour fuir. Au bout de 15 minutes, Alex revient sur ma droite et nous discutons quelques minutes afin de décider par où nous allons partir. Nous décidons de chasser les bosquets qui sont au milieu des champs. Nous dérangerons quelques chevreuils mais aucune occasion de tir concrète ne se profile pour nous.
Nous décidons de finir la matinée par le bois ou sont postés Stèf et Bernard. Alex décide de me poster en bordure du champ qui coupe le bois en 2, il m'annonce une grosse coulée très fréquentée par les animaux. Je pars en direction de cette coulée et rentre dans le bois par celle-ci, je fais 2 mètres et trouve un endroit idéal pour me poster. Je suis au bord de la coulée à environ 3 mètres de cette dernière qui se sépare en Y. Rapidement, j'entends craquer dans le bois au-dessus de moi, je vois une masse arriver à toute allure, c’est un chevreuil. J'arme mon arc et le voilà à 3 mètres de moi. Il décide de prendre la coulée qui remonte dans le bois et non celle qui en sort. Il passe à 5 mètres de moi, de 3/4 arrière. Je l’aboie pour le stopper. Il s'arrête et je lâche ma flèche qui le touche. Il part à toute allure dans le bois puis plus rien. L'émotion me prend et je réalise que je viens de tirer mon second chevreuil gersois. Je prends rapidement mon téléphone pour prévenir Alex qui me rejoint rapidement.
Nous attaquons la recherche après quelques explications de mon action de chasse. Alex fait environ 30 à 40 mètres dans une remise où le chevreuil est passé. Il trouve du sang mais pas en abondance et m'annonce que ma flèche n'est peut-être pas si bonne que ça. Je commence à me demander ce que j'ai bien pu faire pour merder sur ce tir. Nous décidons de laisser la piste tranquille afin de faire travailler Léo, le chien de Stèf et nous partons en direction du bois ou sont poster Stèf et Bernard pour essayer de leur faire tirer un chevreuil. Nous avançons dans le bois mais rien ne sortira. En arrivant au bout du bois, là ou Alex avait posté Stèf et Bernard, je vois de grosse flaque de sang qui borde un vieux ruisseau desséché. J’appelle vite Alex pour lui annoncer ce que j'ai trouvé. Après une petite recherche, nous ne trouvons rien et pour ne pas salir la piste nous décidons d’arrêter et de faire venir Léo. Au bout de 45 minutes interminables, Stèf revient avec son chien et nous attaquons la recherche.
On décide de se poster en amont du dernier indice pour essayer de stopper le chevreuil si le chien de Stèf le relève. Je n'ai pas le temps d'arriver où Alex m'avait conseillé de me poster qu'il m'appel pour m'annoncer que Bernard l'a retrouvé dans le pré en allant se poster. Je suis comblé, le stress redescend enfin et je pars en direction de mes camarades pour voir travailler le chien de Stèf. Léo prend la piste rapidement et la remonte à toute allure. Il finit par retrouver mon chevreuil et nous le félicitons pour son travail. Nous prenons quelques photos et rentrons rapidement pour préparer le chevreuil.
Le soir, nous décidons d'aller faire un affût au sanglier mais cela ne donnera rien, j’en verrai un gros, à environ 40 ou 50 mètres dans les hautes herbes mais je ne pourrai pas le tirer.
Ce weekend a été un de mes plus beau week-end de chasse, je te remercie encore Alex pour ton accueil et le temps que tu as pris pour nous !"

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

"Après une petite recherche, nous ne trouvons rien et pour ne pas salir la piste nous décidons d’arrêter et de faire venir Léo. Au bout de 45 minutes interminables, Stèf revient avec son chien et nous attaquons la recherche.
On décide de se poster en amont du dernier indice pour essayer de stopper le chevreuil si le chien de Stèf le relève. Je n'ai pas le temps d'arriver où Alex m'avait conseillé de me poster qu'il m'appel pour m'annoncer que Bernard l'a retrouvé dans le pré en allant se poster. Je suis comblé, le stress redescend enfin et je pars en direction de mes camarades pour voir travailler le chien de Stèf. Léo prend la piste rapidement et la remonte à toute allure. Il finit par retrouver mon chevreuil et nous le félicitons pour son travail. Nous prenons quelques photos et rentrons rapidement pour préparer le chevreuil.
Le soir, nous décidons d'aller faire un affût au sanglier mais cela ne donnera rien, j’en verrai un gros, à environ 40 ou 50 mètres dans les hautes herbes mais je ne pourrai pas le tirer.
Ce weekend a été un de mes plus beau weekend de chasse, je te remercie encore Alex pour ton accueil et le temps que tu as pris pour nous !"

Le brocard fléché par Renaud lundi matin

Le brocard fléché par Renaud lundi matin

Ce matin, nous partons chasser à Labéjan sur mon secteur favori, en descendant la côte, nous apercevons des dizaines de colverts sur le lac. Nous nous garons sous la digue et nous nous préparons alors que le jour commence à se lever je demande si quelqu'un veut tenter une approche sur les canards. Stef est partant, je lui explique qu'il lui faut remonter vers le coin droit du lac pour tenter de surprendre les colverts les plus proches de la digue. Il s'exécute mais les canards seront plus malins et se lèvent à son arrivée. Nous le rejoignons et partons en longeant la droite du lac jusqu'au ruisseau puis longeons ce dernier par la droite en bordure du grand bois. Renaud repère un chevreuil à environ 100 mètres, en bordure du chaume du maïs à popcorn à environ 100 mètres de la bordure du bois. Nous nous figeons puis nous nous serons contre le bois. Le chevreuil regarde vers nous sans partir, e tente quelques appels au Butollo sans succès. Renaud décide de tenter une approche et aidé par un creux dans le champ, il parvient à progresser voûté jusqu'à environ 50 mètres du chevreuil qui à ma grande surprise se laisse approcher. Ne pouvant plus avancer à découvert Renaud arme son arc mais le chevreuil est trop loin et commence à devenir inquiet. Il commence à s'éloigner, je l'appelle et il hésite un peu avant de démarrer pour partir vers le bois.

Nous reprenons notre progression et passons une grosse haie un peu plus loin en longeant le ruisseau. J'envoie Renaud se poster un peu plus loin le temps que j'aille poster Stef et Bernard. Arrivé au niveau de l'entrée du chemin forestier qui rentre dans le bois pour ensuite longer le bas de ce dernier, explique à mes invité comment et où aller se poster puis les quitte pour aller rejoindre Renaud qui va m'accompagner à l'approche. Je remonte tranquillement la colline alors que mes invités se postent sur le bas du bois quand je stoppe à mi pente pour regarder la friche derrière moi en bordure du bois. J'aperçois alors un beau renard surgissant du grand bois, certainement dérangé par mes invités. Il fonce vers une petite mare in peu plus loin dans la friche et disparaît dans les ronces en bordure de cette dernière. Je décide de ne pas le déranger au cas où il déciderait de rester là et reprends mon ascension. D'un peu plus haut, j'aperçois 3 chevreuils arrivant du sommet des coteaux et qui traversent le chaume de maïs pour rejoindre un bosquet tout en long près duquel Renaud est posté. Je biaise à droite pour ne pas m'exposer en crête et contourne la colline pour rejoindre Renaud posté un peu plus loin au niveau d'un passage dans une grande haie qui suit le fond de la combe à environ 40 mètres du départ du bosquet. Il a vu les chevreuils et me dit qu'ils sont 4. La grosse haie qui part du grand bois et rejoint le bosquet me cache maintenant les animaux et je décide de tenter de les contourner pour tenter de les envoyer sur Renaud que je laisse au poste. Je prends à droite vers un passage dans la haie et me rends vite compte que les chevreuils ne sont plus là. Les pensant dans le bosquet, je longe ce dernier presque jusqu'au boit puis revient par le milieu de celui-ci vers Renaud avant de ressortir dans la friche au-dessus de son poste. Je le rejoins et il m'annonce que les chevreuils ont en fait demi-tour dès mon départ et sont remontés vers la crête.

Nous partons en longeant la haie du fond de la combe vers une petit plan d'eau fermé par une bande boisée et dérangeons quelques colverts. Je demande à Renaud s'il veut se tenter une approche sur les ragondins qui sont souvent présent dans une petite mare située un peu plus loin dans le champ travaillé au pied d'un énorme peuplier. Il me répond que, pour l'instant, il préfère se concentrer sur les chevreuils. Nous prenons donc à gauche et remontons vers le sommet de la colline pour redescendre vers la friche où j'ai vu le renard. Nous allons commencer par chasser le chaume de sarrasin et les bosquets au sommet de la colline suivante. J'envoie Renaud se poster en bas des bosquets puis commence à faire le tour du chaume et des haies sans rien voir puis revient vers le bosquet. Un bruit de galop retentit en sous-bois mais les chevreuils remontent vers le haut du massif et je n'arrive pas à les recouper. Je regarde impuissant les 2 animaux qui s'éloigner vers la route de crête avant de rentrer dans le bosquet pour descendre vers Renaud. Il n'a rien vu, Je décide de tenter de retrouver le renard, j'envoie Renaud se poster contre la haie du ruisseau en dessous de la mare et rentre dans les ronces par le haut du petit plan d'eau très encaissé. Je piétine les ronces et cherche un éventuel terrier mais rien en vue. Nous partons maintenant vers un autre bosquet sur la droite du grand bois et descendons vers le ru en contrebas. Nous le traversons et j'envoie Renaud se poster au départ d'une très grosse coulée très fréquenté sur la gauche du massif que je pars contourner par l'autre côté. Je longe le bas d'une remise très touffue puis bifurque en suivant la lisière pour remonter vers l'angle du bosquet en crête. Arrivé presque en haut du bosquet je rentre par une grosse coulée et commence à avancer doucement en biaisant vers Renaud qui m'interpelle vite pour me dire qu'il a fléché une chevrette.

Je le rejoins et il m'explique son tir et la réaction du chevreuil. Je cherche des indices sur la direction de fuite et trouve les premières gouttes de sang. Je laisse mon arc à Renaud et suis le sang qui me conduit dans la remise très épaisse. Je rentre à 4 pattes par une belle coulée dans les ronces et les épines noires qui me griffent le dos et les bras. Le sang est assez facile à suivre et le chevreuil suit les coulées. Ma recherche me conduite au bout d'un moment sur une parcelle de luzerne qui borde le bas du bosquet le long du ru. Je décide d'arrêter là la recherche, le chevreuil est certainement parti vers le grand bois où sont postés mes invités ou, moins probable, vers les bosquets en sommet de crête. Je rejoins Renaud et récupère mon arc et nous remontons en crête pour nous séparer et pousser le grand bois vers les postés. Je pousse le haut et Renaud le bas tout en chassant tranquillement. Je finis par tomber sur Bernard qui s'est posté sur le haut du bois et non sur le bas comme je pensais, il m'annonce qu'en fait il s'est déposté récemment. Stef nous rejoint et nous discutons quand je reçois un message de Renaud qui vient de trouver du sang mais je ne comprends pas bien où il se trouve. Il est en fait dans le ru asséché qui longe le bas du bois. Le chevreuil a suivi le ru, je descends le rejoindre et nous trouvons du sang sur environ 50 mètres puis plus rien. Les postés ont laissé passer le chevreuil en se dépostant. Stef propose d'aller chercher son chien et nous l'attendons un moment. A son retour, j'envoie Bernard se poster au niveau des bosquets de crête et Renaud le longe de la haie qui remonte en suivant un autre ru. Bernard m'appelle rapidement pour m'annoncer qu'il vient de trouver le chevreuil mort dans la friche. J'averti Renaud et nous partons nous poster contre le bosquet pour regarder travailler Léo qui retrouvera sans peine le chevreuil de Renaud qui est en fait un jeune brocard qui a perdu ses bois. Il est temps de rentrer manger un bout.

Stef et Bernard décide de nous quitter et de ne pas chasser avec nous ce soir. En fin d'après-midi nous repartons en chasse. Je vais poster Renaud pour le sanglier et je vais partir chasser pour tenter de fermer mon dernier bracelet chevreuil. J'ai également invité Jacques à venir chasser avec nous. En arrivant sur place, Jacques part se poster car il connaît le secteur, nous partons à pied, avec Renaud, dans une grande combe pour rejoindre une coupe de bois en bordure d'une bonne remise à sanglier qui serra le poste de Renaud pour ce soir. En arrivant près de la coupe, j'aperçois un chevreuil au gagnage dans la combe à environ 150 mètres devant nous, le vent est dans notre dos mais je tente toute de même une approche en serrant le bois. Je suis vite repéré et il s'enfuit. Je poste Renaud en bas de la coupe de bois pour éviter que son odeur ne soit portée vers la remise et lui explique où passent les sangliers puis je le laisse pour partir chasser de mon côté. Je traverse la combe et passe le penchant boisé opposé avant de redescendre à travers bois dans la combe suivante. 2 Chevreuils démarrent dans les genets à ma droite, sortent à découvert dans le semé au fond de la combe puis biaisent pour revenir au bois et remonter dans le penchant opposé où je les perds vite de vue. Je sors du bois à peu près où sont rentrés les chevreuils et biaise vers la bordure du bois couvrant le penchant opposé. J'avance tranquillement quand du bruit dans le bois au-dessus de moi me fait stopper net et lever les yeux. 5 chevreuils arrivent droit sur moi. Une chevrette s'arrête de face à environ 12 mètres avant de passer un fil de clôture électrique. D’autres animaux s’arrêtent en arrière alors que j'accroche mon décocheur. Un beau brocard ne portant plus qu'un bois s'avance et se position à environ 12 mètres de 3/4 face. Il tourne la tête pour regarder derrière lui. J'arme mon arc et aligne ma visée rapidement avant de décocher. Ma flèche le frappe et tous les chevreuils démarrent pour disparaître rapidement en sous-bois. Le bruit de la fuite s'estompe vite et je n'attends pas longtemps avant e commencer ma recherche. Je regarde si je trouve ma flèche à l'endroit du tir mais il me semble que mon chevreuil est parti avec. Je trouve du sang dès le départ.

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017
Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

La piste est très abondante et visible de loin. Ma flèche est tombée dans la végétation juste quelques mètres après le tir.

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

Je la remets au carquois et poursuis ma recherche en suivant la large ligne rouge qui bifurque maintenant pour remonter au plus raide de la pente.

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

Je retrouve vite mon chevreuil qui a fait moins de 20 mètres, il est couché sur le flanc sous un chêne et ne porte plus son bois que je n'ai pas vu sur la piste de sang. 

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

Je remarque que le sang continue après mon chevreuil sur quelques mètres, je continue à remonter la pente pour le suivre et trouve le bois posé au sol juste derrière le chêne. Le brocard est arrivé là à bout de force et en tombant a heurté certainement le chêne, perdant son bois avant de glisser un peu plus bas en se débattant.

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

Je le récupère et reviens vers mon brocard pour apposer mon bracelet et faire quelques photos avant le serrer près du chemin forestier passant un peu plus haut.

Quand le brocard perd son bois, 13 novembre 2017

La chasse n'a pas duré longtemps, il fait encore grand jour, je décide d'aller faire un tour sur le territoire à la recherche des sangliers mais je ne verrai que des chevreuils. Je repars chercher mon chevreuil à la tombée de la nuit. Renaud et Jacques reviendront un peu plus tard, ils n’ont rien pu flécher mais Renaud a vu un beau sanglier en quittant son poste.

 

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

UNUCR :

http://www.unucr.fr/conducteurs.html

Conducteurs proches (ARGGB 31) :

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS