Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 22:27

Ce soir, je pars chasser dans les maïs. En arrivant, je me gare près d'une grande parcelle mais repère au loin une tache sombre, au bord d'un fossé entre 2 parcelles travaillées. Je décide de me rapprocher en suivant le ruisseau bien que le vent souffle dans mon dos. Je me rends assez vite compte qu'il s'agit d'une touffe de végétation et aperçois alors une chevrette et son chevrillard, un peu plus loin, contre le bois. Ils me repèrent vite et rentrent à couvert, je fais donc demi-tour et repars vers la grande parcelle de maïs. Je la longe en contrôlant les passages de canon mais le relief du champ ne me permet pas de voir d'un bout à l'autre du champ. Je décide de m'avancer dans l'avant dernier passage. Le vent soutenu souffle face à moi et les éclaircies alternent avec les passages nuageux. J'avance tranquillement en serrant le maïs sur la gauche du passage. Tout à coup, j'aperçois une belle chevrette à environ 90 mètres. Elle vient vers moi par la droite du passage en cherchant sa nourriture. Je me faufile derrière le premier rang de maïs et commence mon approche dont le bruit est couvert par l'agitation des feuillages par le vent. Je progresse vite en m'arrêtant par moment pour observer en sortant la tête entre les pieds de maïs. La courbure du passage m'oblige à changer par moment de rang car certains s'interrompent, coupés par le virage du passage. J'arrive facilement à environ 40 mètres de la chevrette qui bifurque et traverse le passage pour se présenter plein travers au bout du rang que je longe et s'interrompt à un peu moins de 40 mètres devant moi. Elle rentre la tête dans le maïs et j'en profite pour vite gagner 10 mètres mais elle bifurque alors pour s'avancer entre les 2 rangs que je longe. Je me fige mais elle stoppe et regarde vers moi en balançant la tête puis démarre en trombe pour retraverser le passage et rentre à couvert sur la droite.

J'ai été trop confiant, je me remets à la recherche d'un chevreuil et parcours les passages de canon sans succès. Je décide de laisser tomber pour le moment ce secteur et de partir vers un autre maïs un peu plus loin en suivant le ruisseau. Je rejoins l'autre parcelle d'un pas rapide et commence à la longer doucement par la bande enherbée qui la sépare du bois. Après plus de 100 mètres, un bruit de mastication craquante me fait stopper net. Je tends l'oreille et réentends croquer du maïs à quelques mètres dans la parcelle malgré le bruit du vent. Des pieds de maïs cassent, ce doit être un sanglier. Il est à moins de 10 mètres, je tente d'apercevoir les pieds de maïs bouger en me mettant sur la pointe des pieds pour voir par-dessus la culture assez haute dans ce secteur. Aidé par le bruit de l'animal, je repère vite sa position à à peu près 10 mètres. Je m'avance de quelques mètres dans les premiers rangs plus chétifs et tente de l'apercevoir entre les pieds de maïs. Le bruit de mastication et les pieds de maïs cassés sont mon seul contact avec le sanglier pendant quelques minutes alors qu'il tourne sur une petite surface jusqu'à ce qu'il s'avance encore un peu et que je l'entraperçoive au travers du maïs à environ 7 ou 8 mètres. Je ne vois qu'un morceau de son pelage gris mais il semble gros. Au bout d'un moment, il s'avance encore et je le perds de vue puis se remet à manger. Quelques minutes passent encore quand il se décide à nouveau à bouger mais, à ma grande surprise, il bifurque et vient vers moi. Le maïs s'agite puis je l'aperçois. Il me semble énorme. J'arme mon arc et le laisse venir. Il me passe juste à côté et s'arrête avec un léger 3/4 arrière à 3 mètres juste avant de sortir sur la bande enherbée. Ma visée se cale sur son coffre et je décoche. Le sanglier couine et démarre en trombe avec ma flèche plantée, sort du maïs, le longe sur quelques mètres puis y rerentre en cassant tout sur son passage. Je suis le bruit de sa course qui agite les pieds de maïs puis sa trajectoire décrit une boucle à droite avant que le sanglier ne stoppe et agite le maïs sur place.

Le pensant mort, je m'avance pour trouver l'entrée dans le maïs et trouve vite une belle giclé de sang juste en bordure de la culture sur un épi.

un beau ragot à l'approche...

sur environ 30 mètres, je n'ai pas de mal à suivre la piste du sanglier qui a laissé de grosses giclés de sang sur les pieds de maïs à hauteur de mon genou

un beau ragot à l'approche...

Je trouve ma flèche posée au sol et portant du sang sur le premier tiers uniquement puis la culture s'éclaircie et le sang disparaît un moment. Je remets ma flèche au carquois en marchant. je tourne un peu mais trouve vite un gros pied frais et des gouttes de sang au sol que je suis alors que la piste biaise à gauche puis décrit la boucle vu de l'endroit du tir et je tombe vite sur mon sanglier mort sur le flanc côté entrée vers le sol. Aucun trou de sortie visible.

un beau ragot à l'approche...

La luminosité baisse vite, il me faut rentrer en tirant mon sanglier qui pèse entre 70 et 80 kg. Arrivé sur la bande enherbée, j'en profite pour faire quelques photos souvenir et souffler un peu.

Ma flèche a sectionné les gros vaisseaux au-dessus du cœur et touché les poumons.

un beau ragot à l'approche...

Alex

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alex.bowhunter
  • Le blog de Alex.bowhunter
  • : Je chasse avec un arc de type compound, principalement le grand gibier et le ragondin, à l'approche en grande majorité, quelques fois à l'affût au sol (seul ou en battue) ou à l'appel, je n'utilise jamais de tree stand et de game-caméras. Je chasse léger (pas de jumelles, pas de télémètre)... juste mon arc, mon couteau, parfois un appeau et ma tenue camo...vous trouverez ici un recueil de mes récits de chasse.
  • Contact

AVERTISSEMENT A MES LECTEURS

Bonjour,

Ce blog est adressé à un public de chasseurs ou de curieux intéressés par la chasse. Il comporte des photos d'animaux morts ou de pistes au sang qui peuvent choquer certaines personnes sensibles.

Il n'est pas nécessaire que j'essaie de me justifier à propos de ma passion car mes arguments, quels qu'ils soient, ne convaincront jamais un anti-chasse acharné. Je ne souhaite d'ailleurs convaincre personne, juste partager ma passion et regrette profondément l’attitude de certaines personnes qui, derrière leur anonymat, se permettent de m'insulter ou de souhaiter ma mort. Ces messages ne sont d'ailleurs pas publiés sur mon blog, par contre je publie les messages non injurieux même s'il sont en désaccord avec ce que je fais.

Pour les messages injurieux et autres, j'ai créé, à la demande des pauvres auteurs brimés, une rubrique à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.chasse-a-l-arc-dans-le-gers.com/pages/MESSAGES_PERSONNELS_ET_REPONSES-8657563.html

Bonne visite, Alex

LA CHASSE A L'ARC

HISTOIRE DE LA CHASSE A L'ARC :

LA CHASSE A L'ARC DANS LE MONDE :

ANATOMIE DU GIBIER :

LE TIR DU SANGLIER A LA COURSE :

LES INDICES APRES LE TIR :

 

LA RECHERCHE AU SANG

La chasse à l'arc est une chasse qui tue par hémorragie ce qui inclut que les animaux tombent rarement sur place, suivant l'atteinte et la corpulence de l'animal sa fuite pourra être plus ou moins longue. Après un temps d'attente plus ou moins long suivant l'atteinte, une recherche au sang s'impose. Si la quantité de sang le permet, l'archer pourra retrouver lui même son gibier mais si les indices sont moins importants, il ne faut pas hésiter à faire appel à un conducteur de chien de sang. Un bénévole qui se fera un plaisir de venir chercher votre gibier. Tout gibier mérite une mort la plus rapide possible et de se donner les moyens de le retrouver.

GERS 32

ORIO ADRIEN :

06 86 70 89 28

LASBATS CHISTINE : 

06 45 35 50 42

 

FORUMS SPECIALISES :

 

 

SITES UTILES

 


 

Albums

CHARC Magazine

Chevreuil, ses points forts et ses points faibles
Réaction du chevreuil après le tir
Recherche au sang sans chien
La chasse du ragondin à l'arc
L'appel du gibier
Après la chasse, le souvenir...
Emotions canadiennes

 

FOURNISSEURS